Version classiqueVersion mobile

Poissons d'Afrique et peuples de l'eau

 | 
Didier Paugy
, 
Christian Levêque
, 
Isabelle Mouas
, 
et al.

Partie 2. À la découverte des poissons

Drôles de mœurs

Texte intégral

Image

Malapterurus electricus
© C. Paugy

1Imaginant souvent mal ce qui se passe sous la surface de l’eau, on soupçonne assez peu la capacité qu’ont les poissons et notamment ceux des rivières africaines à s’adapter à leur environnement. Confrontés à des conditions parfois « extrêmes » – sècheresse prolongée, vie en eaux troubles, températures élevées, etc. – ou, tout simplement, pour renforcer leurs chances de perpétuer l’espèce, les poissons ont développé une palette de comportements forts étonnants.

Une priorité : assurer sa descendance

  • 1 Les stratégies démographiques désignent le partage optimal des ressources entre les différents bes (...)

2Pour assurer leur survie, les espèces ou les populations de poissons ont développé des stratégies démographiques1 qui leur permettent d’optimiser leur aptitude à assurer leur descendance face à des contraintes environnementales souvent très difficiles. Ces stratégies se concrétisent par l’existence de « traits biologiques » ou « traits d’histoire de vie », qui sont décrits par des variables caractérisant l’affinité (sensibilité/tolérance) que présente un taxon vis-à-vis de certaines caractéristiques biologiques ou physiques de l’environnement qui l’entoure. Cela joue donc sur sa distribution, ses préférences en matière d’habitat ou ses potentialités de résistance aux caractéristiques physico-chimiques du milieu : salinité, oxygénation, etc. Comme les milieux changent perpétuellement, la pérennité d’une espèce ou d’une population dépendra donc de sa capacité d’adapter, en permanence, ses stratégies démographiques aux nouvelles contraintes de l’environnement, de manière à ce que les communautés maintiennent leurs effectifs à un niveau suffisamment important pour qu’elles soient pérennes. Par exemple, plusieurs espèces de poissons africains adaptent leur période de reproduction au cycle hydrologique des rivières (fig. 58).

3Si les principaux traits biologiques sont liés à l’alimentation et à la reproduction, nous verrons que les poissons sont capables de communiquer pour se situer dans l’espace, mais surtout pour se reconnaître. À cet égard, ils peuvent employer des signaux visuels, mais ils sont également capables d’émettre des sons, des décharges électriques et plus rarement des signaux chimiques.

  • 2 En hydrologie, l’étiage correspond à la période de l’année où le débit d’un cours d’eau atteint so (...)

4Enfin, compte tenu des cycles hydrologiques des rivières africaines, à certaines périodes, plusieurs espèces sont contraintes de migrer vers des zones plus hospitalières pour fuir des conditions devenues par trop défavorables au fur et à mesures de l’avancement de l’étiage2 des cours d’eau. En Afrique, le cycle hydrologique des rivières influence profondément le cycle biologique des espèces.

Image

Fig. 58 – Reproduction chez Brycinus imberi.
En Côte d’Ivoire, il existe toujours une proportion d’individus en activité de reproduction. De ce fait, l’espèce se reproduit toute l’année sans concordance particulière avec le régime des crues. Au Zimbabwe, en revanche, où les étiages sont certainement plus sévères, tous les spécimens se reproduisent de façon synchrone au moment de la crue des rivières. Qui plus est, les fécondités potentielles sont différentes. En Côte d’Ivoire, les poissons susceptibles de trouver des conditions plus favorables au cours de l’année (étiage moins sévère) ont individuellement une fécondité plus faible que ceux du Zimbabwe. En fait, plus les conditions sont contraignantes, plus l’effort de reproduction est important pour que le bilan soit optimal. Il existe donc des stratégies de reproduction adaptées aux conditions locales du milieu. dessin © A. Lecercle

Les poissons nomades

  • 3 Fonio sauvage. Le fonio blanc (Digitaria exilis) est une plante annuelle herbacée cultivée pour se (...)

5De nombreux poissons effectuent des migrations pour se reproduire dans les endroits les plus favorables à la croissance des jeunes. Beaucoup d’espèces qui vivent dans les zones de savane, où les fleuves n’ont qu’une seule crue dans l’année, se reproduisent au début de la montée des eaux. Les jeunes se développent dans les plaines inondées par le fleuve en crue, où ils trouvent abri et nourriture. Mais laissons les pêcheurs africains nous décrire ce phénomène. « Quand le niveau de l’eau commence à monter, les poissons aussi commencent à partir en brousse. Qu’est-ce qu’ils vont chercher ? Les grains de jaaje3 que la crue fait tomber dans l’eau. Ils les mangent, ils engraissent. Pour eux c’est une période de fête. […] À cette époque, l’herbe pousse dans les mares : pas une herbe très haute, une herbe qui vous arrive aux genoux. On voit bouger l’herbe : ce sont les poissons qui l’agitent en circulant. […] Lors de certaines décrues, les poissons retournent au fleuve comme un vol d’oiseaux. […]

Image

Fig. 59 – Changement du facteur de condition de deux espèces du fleuve Niger en fonction des saisons.
Le facteur de condition des poissons est un rapport entre le poids du corps et la longueur de l’individu. Il traduit donc en quelque sorte « l’embonpoint » des individus. On voit clairement que la condition des espèces diminue au cours de l’étiage, période de disette pour la majorité des espèces (adapté d’après Welcomme, 1979).

6Quand les poissons montent en brousse, ils montent un à un. Mais lorsqu’ils repartent tous ensemble, s’ils s’en vont la nuit, l’aube ne trouvera pas un seul poisson adulte en brousse : ils seront tous partis… » (Adamssow, 1996 : 54-57).

7Les plaines d’inondation des grandes rivières des zones de savane ont donc un rôle essentiel puisqu’elles jouent à la fois le rôle de grenier (plantes immergées et invertébrés disponibles) et de site propice à la reproduction (eau calme et habitat varié).

Image

Fig. 60 – Migration annuelle d’Alestes baremoze
(adapté d’après Bénech et al., 1983). © aquarelle : C. Paugy

8Lorsque le lac Tchad n’était pas en situation de sècheresse comme à l’heure actuelle, les pêcheurs calquaient leurs activités de pêche sur le cycle des poissons et, notamment, des migrateurs qui invariablement effectuaient le même trajet chaque année. Au début de la crue, les adultes quittaient le lac et les rivières (Chari et Logone) et se dispersaient au sein d’une grande plaine d’inondation située dans la région de Logone-Gana pour s’y reproduire. Plus tard, lors de la décrue, adultes et juvéniles regagnaient le lit mineur du fleuve et le lac avant que la plaine d’inondation ne disparaisse entièrement (fig. 60). C’est lors de cette période de décrue que les populations riveraines effectuaient de grandes pêches traditionnelles (cf. chap. « Les pêcheries traditionnelles en Afrique de l’Ouest », p. 179).

Image

Pêche traditionnelle de décrue à Logone-Gana (bassin du lac Tchad) :
banc d’Alestes baremoze avant et après capture.
© IRD/C. Lévêque

Les poissons font leur nid

9En majorité ovipares, les poissons se différencient par leurs stratégies de reproduction. Les uns pondent des milliers d’œufs de petite taille et les abandonnent à leur sort ; quelques-uns seulement réussiront à survivre. Les autres produisent un petit nombre d’œufs, généralement de grande taille, et assurent à des degrés divers leur protection. Ces soins parentaux sont assez répandus chez les poissons africains.

Image

Cichlidés du lac Malawi : protection buccale de la progéniture.
À gauche,
Tyrannochromis nigriventrer.
À droite,
Nimbochromis livingstonii.
© A. Könings

Image

Fig. 61 – Cour et reproduction chez certains cichlidés des grands lacs.
1.Le mâle (individu foncé) fait sa cour et montre à la femelle (individu clair) où déposer ses œufs dans le nid qu’il a construit.
2. La femelle (individu clair) pond ses œufs, le mâle attend pour les féconder.
3. Les œufs fertilisés sont incubés dans la bouche de la femelle.
4. Une fois les jeunes éclos, ceux-ci sont libérés (adapté d’après EOL, Encyclopedia of Life).

10Qui pourrait imaginer que, pour protéger leur progéniture, des poissons les conservent dans la bouche pendant plusieurs semaines, comme le font beaucoup de cichlidés ? Le plus souvent, la femelle incube les œufs fécondés puis protège les juvéniles dans sa bouche jusqu’à ce que les jeunes soient indépendants (fig. 61).

11Elle les abandonne périodiquement pour se nourrir puis les reprend. Chez certaines espèces, comme le tilapia, Sarotherodon melanotheron, les mâles se chargent de l’incubation. Chez d’autres espèces, les deux parents participent à la tâche.

12Il est également fréquent que les cichlidés construisent des nids directement sur le substrat.

Image

Fig. 62 – Une zone de « lek » ou aire de parade modélisée d’après le comportement des cichlidés.
Chaque mâle construit son propre nid et la taille de l’espace personnel du mâle est proportionnelle à son rang (male α, puis mâle β, mâle γ, etc.).

Image

Troupeau peul dans les bourgoutières (grands pâturages aquatiques) dans le delta central du Niger, Mali.
© IRD/O. Barrière

13Ceux-ci ont un double rôle : dans un premier temps, ils servent à attirer les femelles puis, dans un second temps, ils servent d’abris pour les œufs, voire même les larves. Le ou les parents circulent aux alentours et gardent la descendance jusqu’à ce que cette dernière devienne autonome. Le nid est un critère de reconnaissance, car il possède une forme très variable selon les espèces. Chez certaines d’entre elles, plusieurs mâles territoriaux sont réunis sur de véritables aires de parade (similaires aux zones de « lek » des oiseaux), où chacun aménage son nid selon une hiérarchie des individus qui va du centre (mâle de rang élevé) vers la périphérie (mâles de rangs moins élevés) (fig. 62).

  • 4 Le sac vitellin est une réserve de matière nutritive présente au début de la vie des organismes. C (...)

14D’autres espèces que les cichlidés mettent leurs petits à l’abri dans un nid. Observons par exemple le gymnarque. Dans la plaine d’inondation du Niger, au moment de la crue, ce poisson construit son nid dans les prairies flottantes de graminées appelées « bourgou » (Echinocloa stagnina). Le nid est formé de tiges de bourgou sectionnées à la base et repliées les unes sur les autres. L’ensemble forme une sorte de sac de 150 sur 80 cm, flottant à la surface de l’eau. Les parents accèdent à l’intérieur du nid par un tunnel et y déposent un millier d’œufs environ (fig. 63). Ils ne s’éloignent jamais beaucoup afin de protéger les œufs des autres poissons, notamment des polyptères qui en sont très friands. Les jeunes quittent le nid au bout de 18 jours lorsque le sac vitellin4 est complètement résorbé.

Image

Fig. 63 – Nid de Gymnarchus niloticus.
À gauche, colorisé d’après Svensson, 1933.
À droite, schéma de coupe d’un nid de Gymnarchus (redessiné d’après Daget, 1952).

Image

Fig. 64 – Nid de protoptère.
En haut, deux schémas de la chambre d’incubation. En bas, aspect extérieur du dôme formé par la vase repoussée.
© C. Paugy

15D’autres espèces, tels les protoptères, creusent un court tunnel dans la boue de la berge, lorsque l’eau commence à baisser au moment de la saison sèche. Au fond de ce tunnel, le poisson élargit la galerie de manière à former une « chambre » souterraine qui reste toujours plus ou moins remplie d’eau. C’est le mâle qui effectue cette besogne en poussant la boue devant lui : cette sorte de taupinière peut atteindre jusqu’à 50 cm de hauteur. Au sommet de celle-ci, il aménage une ouverture qui permet la respiration aérienne indispensable à tous les dipneustes (cf. chap. « Des poissons extraordinaires », p. 103). Après la ponte, la femelle est chassée par le mâle qui assure seul ensuite la garde des œufs. Après éclosion, les jeunes demeurent dans le nid jusqu’à la crue suivante, qui leur permet de quitter le tunnel et de se disperser dans les marais environnants.

Les poissons coucou

16Le comportement de certains poissons rappelle un peu celui du coucou : celui-ci dépose ses œufs dans le nid d’une autre espèce d’oiseau qui en prendra soin. Ainsi, le poisson-chat Synodontis multipunctatus, endémique du lac Tanganyika, parasite différentes espèces, essentiellement des cichlidés. Les poissons-chats pondent leurs œufs parmi ceux de l’espèce qu’ils parasitent. Les adultes hôtes vont incuber dans leur bouche leurs propres œufs et ceux, de même taille, du poisson-chat. Toutefois, les œufs de l’intrus se développent plus vite et les larves affamées, toujours à l’abri, commencent à se nourrir des embryons et des larves de leur hôte… Quelle ingratitude !

Image

Synodontis multipunctatus.
Holotype de 27,5 mm du British Museum de Londres (Sumbu, lac Tanganyika, Zambie) (source : Boulenger, 1898).

La sécheresse ne leur fait pas peur

17En Afrique, de nombreux petits lacs, mares ou cours d’eau s’assèchent pour plusieurs semaines, voire quelques mois. Certaines espèces se sont adaptées pour survivre à une dessiccation complète.

Le protoptère construit son cocon

18Lorsque le niveau de l’eau diminue, le protoptère creuse dans la vase un terrier vertical et une chambre arrondie dans laquelle il sécrète une grande quantité de mucus. Quand la vase s’assèche, le mucus se déshydrate et forme un cocon autour du protoptère qui entre en estivation. Le poisson reste immobile, replié sur lui-même, respirant par une petite ouverture au sommet du cocon. Il peut rester ainsi sept à huit mois, selon la durée de la saison sèche. Si la sècheresse se prolonge et que les pluies sont insuffisantes pour remettre les marais en eau, il peut survivre plus d’une année ainsi enkysté (fig. 65). Un séjour de deux années reste exceptionnel, et le poisson meurt généralement si la sècheresse persiste trop longtemps.

Image

Fig. 65 – Protoptère : schéma de l’enfouissement et de l’enkystement.
Lors de la décrue, juste avant que l’eau ne tarisse, le protoptère creuse un tunnel vertical dans le fond meuble et lorsqu’il estime que son trou est assez profond, il l’élargit dans sa partie inférieure pour pouvoir se plier en deux et remonter la tête vers le haut. Il prend une dernière gorgée d’air puis redescend, la queue la première. Il prend également la précaution d’aménager une petite ouverture qui lui permettra de rester en contact avec l’air de l’extérieur. Lorsque la vase est tout à fait sèche, le protoptère se plie alors en trois, le bout de la queue pliée sur la tête, laissant ses narines dégagées. Il forme autour de lui un cocon de mucus qui maintiendra une certaine humidité autour de lui, puis tombe en léthargie et ne respire plus que de façon très ralentie par ses poumons. (adapté d’après Johnels et Svensson, 1954).

Image

Protoptère : cocon de vase durci, coupé en deux dans sa longueur.
La présente pièce mesure environ 20 cm de large pour 25 cm de haut.
© Mrac, Tervuren/D. Berl

Les killies pondent des œufs qui résistent à la sécheresse

19Quelques espèces de killies (Cyprinodontiformes) des genres Nothobranchius et Aphyosemion habitent dans des mares temporaires d’Afrique tropicale. Ces poissons ont un cycle de vie très court, qui ne dépasse pas quelques mois. Ils assurent la survie de l’espèce en pondant des œufs résistant à la sécheresse. Entourés d’une membrane épaisse et enfoncés dans le sol, ces œufs peuvent résister plusieurs années et se développer une fois que le milieu se remet en eau. Certains de ces killies, appréciés pour leurs couleurs par les aquariophiles, pondent dans des mares qui s’assèchent en saison sèche. Leurs œufs, qui subissent une dessiccation, vont ensuite éclore lors de la remise en eau des mares, au retour de la pluie. Les associations aquariophiles profitent de cette singularité pour s’échanger ces poissons en envoyant les œufs conservés et desséchés… par la poste.

Image

Diversité de la coloration des mâles de « killies » africains.
© F. Libert

  • 5 Se dit des espèces qui ne s’hybrident pas alors qu’elles occupent une même zone géographique.
  • 6 Une allomone est une substance chimique produite par un être vivant et qui interagit avec un autre (...)

Éliminer l’autre pour survivre : les killies du Gabon
Pour survivre dans des milieux restreints aux ressources alimentaires limitées, certaines espèces ont choisi d’éliminer leurs potentiels concurrents. Ainsi en est-il pour les 8 espèces de killies (Cyprinodontiformes) de l’Ivindo (bassin de l’Ogôoué au Gabon).
Toutes sont sympatriques5 et diurnes, occupent le même habitat et se nourrissent principalement de petits insectes tombés des arbres environnants.
La plupart de ces espèces pondent des œufs qui peuvent résister à l’assèchement, ce qui leur permet de coloniser des milieux temporaires. Ces espèces, peu fécondes, ont la particularité d’émettre des allomones6 spécifiques qui ont la faculté d’inhiber la reproduction des autres espèces de killies. Ainsi, la première espèce qui colonise un nouveau milieu s’y développe et empêche en même temps l’installation des autres. La co-existence, à priori impossible, ne pourra en fait se réaliser qu’à l’occasion de bouleversements qui redistribuent la distribution des différentes espèces. Cela se produit par exemple lors d’inondations ou à l’occasion du passage d’une troupe d’éléphants. La première espèce qui atteindra une nouvelle collection d’eau occupera l’espace et empêchera d’autres espèces de s’y développer également.
Les perturbations sont suffisamment fréquentes pour permettre à chaque espèce, à un moment ou à un autre, de trouver un espace en premier, faute de quoi il y aurait extinction. Cet exemple montre que c’est la fréquence importante des perturbations qui garantit la pérennité des espèces et la maintien de la diversité du système.
Image
Fig. 66 – Bassin de l’Ogôoué avec l’Ivindo, son principal affluent de la rive droite.
Image
Fig. 67 – Killies du Gabon : partage de l’espace par exclusion mutuelle de trois espèces dans des espaces restreints.
En haut : dans le bassin de l’Ivindo (Gabon), lorsque les eaux sont basses, les éléphants laissent des traces dans la vase.
© IRD/D. Paugy
Au milieu : lors de la remise en eau, les œufs pondus par certaines espèces de killies sont entraînés vers les petites mares d’eau qui se sont constituées dans les empreintes des éléphants.
© F. Libert
En bas : il y a ensuite partage de l’espace par exclusion mutuelle des espèces dans ces espaces restreints (exemples de partage de l’espace : croquis redessinés d’après Brosset, 1982).

Des poissons qui communiquent

Par des sons

20Contrairement à ce qui a parfois été avancé, le milieu aquatique est loin d’être « Le monde du silence ». De nombreuses espèces produisent des sons pour communiquer, comme les poissons-chats du genre Synodontis. Bien connus des pêcheurs africains, ils sont surnommés « konkon » en référence aux grognements qu’ils émettent hors de l’eau.

Par des émissions d’hormones

21L’eau peut transmettre des messages chimiques sur de grandes distances, la communication chimique joue donc un rôle particulièrement important dans le milieu aquatique. Les récepteurs olfactifs sont situés dans les cavités nasales, alors que ceux du goût sont généralement concentrés au niveau des barbillons, des branchies et de la bouche. Les poissons déclenchent une réaction immédiate à la perception des substances produites par leurs congénères, leurs proies ou leurs prédateurs. Parfois même, ils se servent d’émanations chimiques pour empêcher le développement d’espèces proches, mais qui peuvent leur faire concurrence.

Par des signaux visuels

22Dans les eaux claires, de nombreux poissons communiquent par des mouvements du corps ou des patrons de coloration. Ces signaux visuels sont particulièrement développés chez certains cichlidés ou Cyprinodontiformes fort prisés par les aquariophiles. Ce mode de communication est surtout utilisé lors de rencontres entre rivaux ou lors de parades nuptiales. Chez certains cichlidés, les mâles possèdent des taches semblables à un œuf sur la nageoire anale. La femelle attirée par cet « œuf » qu’elle croit sien s’approche pour le gober et le mettre à l’abri avec ceux qu’elle protège déjà. Le mâle profite de cet instant pour émettre un nuage de sperme, qui vient ainsi féconder l’ensemble des ovules gardés en bouche par la femelle.

Image

Fig. 68 – Parade nuptiale et ponte chez un cichlidé incubateur buccal du lac Tanganyika (revu d’après Fryer et Iles, 1972).
Le mâle est en bleu, la femelle en jaune.
1 et 2 : la femelle pond ses œufs, le mâle reste à proximité.
3 : après avoir pondu quelques œufs, la femelle se retourne rapidement.
4 : la femelle se prépare à ramasser ses œufs avant que le mâle n’ait eu le temps de les féconder.
5 : la femelle collecte ses œufs.
6 : le mâle déploie sa nageoire anale devant la femelle afin qu’elle voit ses ocelles qui simulent d’autres œufs.
7 et 8 : la femelle, les œufs en bouche, essaie de collecter les ocelles du mâle et se rapproche ainsi de l’orifice génital du mâle qui émet sa laitance à ce moment-là, ce qui fertilise les œufs.
9 : la femelle commence à pondre un nouveau chapelet d’œufs (cf. stades 1 et 2).
L’ensemble de la séquence se répète ainsi plusieurs fois de suite.

La faim et les moyens

23Les formes très variées des poissons ne sont pas que le fruit du hasard. Les poissons africains présentent trois grands types de formes étroitement corrélés à leur comportement alimentaire (fig. 69). Les « chasseurs à l’affût », comme les Hepsetus au corps effilé, se caractérisent par une nageoire dorsale très reculée. Capables d’accélérations rapides, ce sont des prédateurs redoutables. Infatigables nageurs, les « coureurs de fond » recherchent une nourriture dispersée dans l’eau qu’ils « filtrent ». Ils possèdent un corps fusiforme, un pédoncule caudal étroit et une queue généralement très échancrée. L’exemple type est Alestes baremoze qui filtre le zooplancton des lacs. Les « prospecteurs » se déplacent peu, mais doivent manœuvrer dans les anfractuosités où se cachent leurs proies. Les nageoires médianes et les nageoires paires rapprochées leur assurent une meilleure aptitude pour quêter dans de nombreuses positions. Beaucoup de cichlidés possèdent ces caractéristiques, ainsi que les mormyres qui se nourrissent de larves d’insectes.

Image

Fig. 69 – Diagramme « fonction-morphologie » représentant les différents types de nage des poissons et leur mode d’acquisition de la nourriture.
aquarelles © C. Paugy

Des convergences de forme étonnantes

24Quels que soient les continents, des espèces de poissons de familles différentes, mais aux comportements alimentaires similaires, présentent des ressemblances morphologiques étonnantes.

Image

Fig. 70 – Convergences de formes, chez trois « chasseurs à l’affut », redoutables prédateurs.
L’espèce africaine Hepsetus odoe (Hepsetidae), le brochet européen Esox lucius (Esocidae) et les brochets-crocodiles américains du genre Lepisosteus (Lepisosteidae). On notera chez ces trois espèces la position très reculée de la nageoire dorsale qui leur permet d’avoir des accélérations fulgurantes.
© MNHN, Paris/C. Ferrara

Des poissons multifonctions : des relations bien comprises avec les hippopotames

25Dans les sources de la rivière Mzima, au Kenya, les poissons et les hippopotames vivent depuis des millénaires en symbiose parfaite. Certaines espèces, les « éboueurs », se nourrissent des crottes du pachyderme ; d’autres, les « nettoyeurs », broutent les algues et les parasites qui se développent sur la peau et dans les replis de celle-ci ; les plus hardis, les « dentistes », détachent les restes de nourriture coincés entre les dents de l’hippopotame ; enfin les « soigneurs » grignotent la peau morte autour des blessures, ce qui facilite sa cicatrisation. Chacun tire donc partie de cette collaboration puisque les hippopotames, qui se prêtent volontiers aux sollicitations de leurs collaborateurs à écailles, sont soulagés d’un certain nombre de vermines, les poissons trouvant de leur côté, pitance et protection. Cette rivière est peuplée d’assez nombreux crocodiles qui, s’ils partagent l’espace avec les hippopotames, ne s’en approchent tout de même pas trop, ce qui sécurise les poissons. Parmi les espèces concernées, presque toutes appartiennent à la famille des Cyprinidae. On trouve en effet des Labeo qui jouent essentiellement le rôle d’agents de nettoyage grâce à leurs lèvres charnues et râpeuses, des Barbus qui se nourrissent surtout d’excréments et des Garra qui, grâce à leur plus petite taille, s’occupent principalement des soins des parties les moins accessibles. Quelques petits Cichlidae les épaulent parfois également dans ce travail délicat.

Image

Fig. 71 – Situation de la rivière Mzima (Kenya).

Image

Troupeau d’hippopotames dans la rivière Mzima (Kenya).
© Smudger888

Image

Image

Poids à peser l’or en forme de poisson.
Début xxe siècle. Côte d’Ivoire, Ghana. Métal.
L. 8,5 cm, Pr. 4 cm
© Musée des Confluences, Lyon/P. Ageneau

Bibliographie

POUR EN SAVOIR PLUS

Adams-Sow A., 1996 – Poissons et pêches du fleuve Sénégal. Dakar, Fédération des pêcheurs organisés du département de Bakel, 106 p.

Brosset A., 1982 – Les peuplements de Cyprinodontes du bassin de l’Ivindo, Gabon. Revue d’Écologie, Terre et Vie, 36 : 233-295.

Fermon Y., Bigorne R., 2006 – « L’éthologie ». In Lévêque C., Paugy D., éd. : Les poissons des eaux continentales africaines. Diversité, écologie, utilisation par l’homme, Paris, IRD Éditions : 225-252.

Lévêque C., Paugy D., Duponchelle F., 2006. « La reproduction ». In Lévêque C., Paugy D., éd. : Les poissons des eaux continentales africaines. Diversité, écologie, utilisation par l’homme, Paris, IRD Éditions : 147-175.

Paugy D., Lévêque C., 2006 – « Régimes alimentaires et réseaux trophiques ». In Lévêque C., Paugy D., éd. : Les poissons des eaux continentales africaines. Diversité, écologie, utilisation par l’homme, Paris, IRD Éditions : 191-215.

Paugy D., Lévêque C., Duponchelle F., 2006 – « Les stratégies démographiques ». In Lévêque C., Paugy D., éd. : Les poissons des eaux continentales africaines. Diversité, écologie, utilisation par l’homme, Paris, IRD Éditions : 135-146.

Ne discute jamais le prix du poisson qui est dans l’eau avant de l’avoir pêché.

Il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué.

Notes

1 Les stratégies démographiques désignent le partage optimal des ressources entre les différents besoins qu’ont les organismes pour assurer leur survie et leur descendance afin de pérenniser l’espèce.

2 En hydrologie, l’étiage correspond à la période de l’année où le débit d’un cours d’eau atteint son point le plus bas (basses eaux). L’étiage intervient pendant une période de tarissement et est dû à une sécheresse forte et prolongée.

3 Fonio sauvage. Le fonio blanc (Digitaria exilis) est une plante annuelle herbacée cultivée pour ses graines. Le fonio est une céréale mineure, qui n’a d’importance économique que dans quelques régions d’Afrique de l’Ouest.

4 Le sac vitellin est une réserve de matière nutritive présente au début de la vie des organismes. Chez les poissons nouvellement éclos, une excroissance de l’intestin sous la forme d’une poche ventrale permet aux alevins de pouvoir subsister en y puisant les réserves dont ils ont besoin.

5 Se dit des espèces qui ne s’hybrident pas alors qu’elles occupent une même zone géographique.

6 Une allomone est une substance chimique produite par un être vivant et qui interagit avec un autre être vivant d’une espèce différente. Cette interaction est négative pour l’espèce réceptrice.

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search