Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Poissons d'Afrique et peuples de l'eau

 | 
Didier Paugy
, 
Christian Lévêque
, 
Isabelle Mouas
, 
et al.

L’Afrique des fleuves et des lacs

Texte intégral

Hydrocynus forskalii
© C. Paugy

1Les poissons des eaux continentales occupent des habitats très variés, pourvu qu’il y ait un peu d’eau. Ainsi, certains petits poissons forestiers vivent dans les flaques laissées par les empreintes des pieds d’éléphants. D’autres ont développé des capacités de résistance à l’assèchement des mares temporaires dans lesquels ils accomplissent leur cycle biologique. D’autres encore habitent des lacs hypersalés ou au fond des puits. La plupart cependant vivent tout à fait normalement dans l’eau des lacs et des rivières.

  • 1 L’ichtyologie est la branche des sciences naturelles qui étudie les poissons. Les peuplements icht (...)

2Les caractéristiques des habitats aquatiques sont déterminées, dans un premier temps, par le contexte géomorphologique dans lequel se situe le lac ou le cours d’eau. Au cadre physique se superpose le contexte climatique, avec la température et la pluviométrie. C’est le régime des pluies qui conditionne le régime des crues pour les fleuves et rivières ou le niveau des lacs. C’est la variabilité interannuelle du climat qui structure également les peuplements ichtyologiques1 sur le long terme.

3Dans ce contexte d’habitats diversifiés et dynamiques, les poissons trouveront ou non les conditions favorables à leur développement et à leur survie. Or, une espèce de poisson ne se maintiendra dans un milieu que si elle y trouve les conditions nécessaires à son alimentation et à sa reproduction. La nature des habitats aquatiques est donc déterminante pour la présence des espèces. Certains facteurs comme la salinité, la vitesse du courant ou la durée de l’étiage peuvent avoir un effet sélectif sur certaines espèces.

Quelques caractéristiques historiques

  • 2 L’orogénie ou orogenèse désigne les mécanismes de formation des reliefs qui se sont produits suite (...)

4Les principaux bassins du continent africain existent depuis fort longtemps et, hormis les zones du nord (Atlas) et du sud (montagnes du Cap), la croûte continentale africaine a été peu affectée par les grands événements orogéniques2 contemporains des grands plissements (Himalaya, Andes, Alpes, Rocheuses…). À l’exception de l’actuelle zone saharienne, où l’on trouve des sédiments datant du Crétacé, il y a environ 100 millions d’années (Ma), le reste du continent a toujours été au-dessus du niveau de la mer depuis 600 Ma. Les nombreux soulèvements et affaissements ont modelé la surface, mettant en place de larges dépressions séparées par des crêtes préfigurant plus ou moins les grandes lignes de l’hydrologie africaine.

Fig. 1 – Carte de la paléogéographie probable, datant d’avant la formation du Rift (il y a environ 20 Ma)
(adapté d’après Beadle, 1981).

5Au cours du Miocène inférieur (il y a environ 20 Ma), il semble que la surface du continent se soit abaissée suite à une longue période d’érosion et de stabilité tectonique (fig. 1). De ce fait, la ligne de partage entre les différents bassins, plus basse et moins nette qu’actuellement, aurait favorisé des connections entre systèmes hydrologiques, et donc des échanges de faunes. C’est sensiblement à la même époque que commence à se former la vallée du grand Rift qui va profondément bouleverser l’est-africain et provoquer la genèse des grands lacs (Kivu, Malawi, Tanganyika, Victoria…) et de nombreux lacs de cratère (montagnes des Virunga ou chaîne du Ruwenzori, par exemple) de la région. Plus tard, jusqu’à la fin du Pléistocène (il y a environ 15 000 à 20 000 ans), cette région a connu encore quelques événements qui modifièrent la surface et le volume des lacs de la région, les réduisant parfois à l’état de simples marécages comme le montre l’exemple bien connu du lac Victoria. Depuis cette époque, les mouvements tectoniques ont peu modifié le tracé des bassins actuels, et seuls les aléas climatiques ont parfois sensiblement modifié la superficie et la pérennité des cours d’eau (cf. chap. « Quand le Sahara était vert et bleu », p. 33).

Fig. 2 – Topographie de l’Afrique mettant en évidence l’Afrique des plaines (Afrique « basse ») et l’Afrique des plateaux montagneux (Afrique « haute »).

Le cadre physique

6Le continent africain couvre un peu plus de 30 millions de kilomètres carrés. Le socle continental (ou bouclier africain) est constitué de granites, de schistes et de gneiss. Il s’est formé, pour l’essentiel, il y a 600 Ma, puis les plissements tectoniques et l’érosion l’ont modelé au fil du temps.

7On peut identifier très schématiquement deux grandes régions géographiques situées de part et d’autre d’un axe, embouchure du Congo-nord de l’Éthiopie (fig. 2) :

  • une zone de plateaux et de montagnes, au sud ;
  • une zone de bassins de faible altitude, au nord.

8À chacune de ces zones sont associés des types de milieux particuliers et des climats différents.

9Les zones montagneuses sont surtout constituées de plateaux. Ceux du sud et de l’est ont une altitude moyenne de 1 000 m. Le plateau sud-africain est bordé à l’est, à l’ouest et au sud par de hautes falaises tombant brutalement vers la mer. Vers le nord-est, le plateau sud-africain rejoint celui d’Afrique de l’Est composé d’une succession de montagnes, de plaines et de dépressions. Plus au nord, les plateaux d’Éthiopie sont constitués de hauts plateaux descendant rarement en dessous de 1 500 m. Le centre est constitué d’un bassin versant circulaire occupé par le lac Tana.

Mont Kilimandjaro, Tanzanie.
© S. Nygaard

Mont Kenya, Kenya
© C. Murphy

Fleuve Ouémé (Bénin) en saison sèche, avec de nombreux bancs de sable.
© IRD/C. Lévêque

Bourgoutière (pâturage à Echinochloa stagnina) avec des troupeaux de chèvres et de bœufs surveillés par un berger peul.
Celui-ci se tient en position typique (en équilibre sur une seule jambe), Delta central du Niger, Mali. © IRD/O. Barrière

10En dehors des hautes terres de l’Éthiopie, dont les montagnes dépassent par endroit 4 000 m, c’est en Afrique équatoriale que l’on trouve les plus hautes montagnes d’Afrique. Le plus haut sommet est le Kilimandjaro (5 895 m) situé en Tanzanie. Ce volcan assoupi est en permanence couvert de neige et de glace. Le mont Kenya (5 199 m), lui aussi d’origine volcanique, est situé plus au nord sur le territoire du Kenya. De nombreux glaciers descendent des cimes et vont alimenter des lacs d’altitude. À l’ouest du lac Victoria, à la frontière de l’Ouganda et du Zaïre, se trouve le massif du Ruwenzori (5 109 m), encore appelé « Montagne de la lune », très souvent couvert de nuages.

11L’Afrique des plaines comprend le bassin du Congo, de part et d’autre de l’équateur. Ce bassin fut occupé autrefois par une mer intérieure. Au nord, s’étendent les grands bassins du Niger, du Tchad, du Nil, bordés par le Sahara, le plus grand désert du monde (9 millions de km2) qui s’étend de l’Atlantique à la mer Rouge. Il est délimité au nord-ouest par le massif de l’Atlas, à partir duquel de nombreux oueds coulent vers le Sahara et vers la côte nord pour se jeter dans la Méditerranée. Les grands bassins sédimentaires ont une altitude inférieure à 500 m. Des massifs rocheux, souvent de nature volcanique, bordent le bassin tchadien : Hoggar, Ennedi, Tibesti. Le Sahara conserve toujours la marque de vallées fluviales fossiles qui partaient de ces massifs montagneux pour gagner les bassins du Tchad et du Niger à l’époque où le Sahara était vert (cf. chap. « Quand le Sahara était vert et bleu », p. 35). À l’ouest, la dorsale guinéenne isole une série de fleuves côtiers des bassins du Niger et du Sénégal.

Climat et dynamique des milieux aquatiques

12Le climat est un autre facteur, tout aussi déterminant, de la nature des milieux aquatiques. Ces derniers sont en effet étroitement liés à l’existence de pluies ou à des apports fluviaux et/ou phréatiques en quantité suffisante pour compenser une évaporation, qui peut atteindre plus de 2,5 m par an dans les régions tropicales.

13De fait, les grandes divisions naturelles de l’Afrique sont déterminées par le climat. Au niveau de l’équateur, la pluie tombe toute l’année avec deux maximums, l’un en avril, l’autre en novembre. De part et d’autre de l’équateur, le mode de distribution des pluies devient plus saisonnier et tend vers une saison des pluies unique sous les tropiques. Elle culmine en juillet-août dans l’hémisphère nord et en janvier-février dans l’hémisphère sud.

Fig. 3 – Occupation des sols de l’Afrique.
Les types de milieux se répartissent en fonction du climat. © IRD/Faunafri

14Dans l’hémisphère nord, le Sahara est peu arrosé et ne comporte pas actuellement de milieux aquatiques permanents. On retrouve néanmoins des vallées fossiles, souvenir d’un temps ou les pluies étaient plus abondantes dans cette région (cf. chap. « Quand le Sahara était vert et bleu », p. 35). On retrouve également quelques milieux aquatiques résiduels dans certains massifs montagneux qui bordent le Sahara : les gueltas.

15Le débit des rivières varie considérablement en fonction de la distribution saisonnière des pluies. On reconnaît deux grands types de régime hydrologique :

  • le régime équatorial, caractérisé par un débit soutenu toute l’année, avec deux périodes de crues ;
  • le régime tropical, avec une seule période de crue plus ou moins étalée sur l’année.

16La dynamique des milieux aquatiques dépend également des variations interannuelles du climat. Depuis les années 1970 par exemple, la pluviosité a fortement baissé dans la zone sahélienne, ce qui explique, entre autres, la forte baisse du niveau du lac Tchad.

Les types de milieux aquatiques

Les eaux courantes

17Le réseau hydrographique africain est bien développé, mais les grandes zones désertiques occupent près de la moitié du continent.

18De la source vers l’embouchure, les fleuves offrent une grande variété de milieux : les petits ruisseaux de l’amont, les zones de rapides sur fond rocheux dans le cours moyen, entrecoupées de vasques d’eau calme, les zones plus calmes de l’aval, avec les zones inondables, et la zone estuarienne parfois très développée comme dans le cas de la Casamance.

19Certains grands fleuves, tels que le Nil, le Chari, le Niger, traversent des zones climatiques différentes. Ils prennent leur source dans des zones montagneuses arrosées, puis ils s’écoulent en grande partie en zone de savane sèche.

Fig. 4 – Distribution des habitats aquatiques en Afrique.
Près de la moitié du continent t occupée par des zones désertiques.

Rivière Bandama en crue au pont de Niakaramandougou, Côte d’Ivoire.
La rivière est bordée par une forêt-galerie. © IRD/C. Lévêque

À gauche,
Rivière Blindekloof, Afrique du Sud.
Exemple d’un ruisseau d’eau claire de la région ichtyologique du Cap. © C. Faudemay

À droite,
La rivière Tana en crue au niveau des chutes Thika, Kenya.
© C. Faudemay

  • 3 Les yaéré désignent, en langue peule, de vastes plaines d’inondation.

20Beaucoup de fleuves de savane possèdent des plaines alluviales inondables qui sont des zones d’épandages des eaux de crue. Celles-ci jouent un rôle essentiel dans les cycles biologiques des populations de poissons. En effet, dans les rivières de type soudanien caractérisées par une seule grande crue annuelle, de nombreuses espèces se reproduisent en début de crue dans ces zones encombrées de végétation, où les juvéniles trouvent une nourriture appropriée et une protection contre les prédateurs. Le delta central du Niger est un exemple typique de ces zones inondables, ainsi que les yaéré3 du Nord-Cameroun associés au fleuve Logone.

21Beaucoup de rivières coulent toute l’année mais, en zone tropicale, les étiages peuvent être sévères. Les rivières deviennent alors intermittentes, avec des assèchements plus ou moins prolongés. Les poissons subsistent alors dans quelques mares plus profondes, à partir desquelles ils repeupleront le cours d’eau lors de la prochaine crue.

Les lacs peu profonds et les zones marécageuses

22Dans les zones de faible relief, les eaux amenées par les fleuves ont tendance à s’étaler et à former des milieux aquatiques peu profonds, dont la surface peut varier énormément en fonction des bilans apports en eau/évaporation. Le lac Tchad, cuvette sans exutoire, alimentée par les eaux du Chari grossi de celles du Logone, est un exemple typique de ces milieux. En 1965 avec une surface de 25 000 km2, c’était un grand lac tropical. Deux décades plus tard, suite à plusieurs années déficitaires en pluie, ce n’était plus qu’un marécage de quelques milliers de kilomètres carrés, encombré de végétation aquatique. Dans l’hémisphère Sud, le lac Ngami et le delta de l’Okavango au Botswana sont du même type. Le Sud est également une immense zone marécageuse sur le Nil au Nord-Soudan.

Le lac Tchad, vue aérienne.
Zones marécageuses avec végétation (îlots bancs).
© IRD/C. Lévêque

Un lac hypersalé, le lac Bogoria, Kenya.
Aucun poisson ne peut y vivre. Seules des artémias et des algues bleu-vert, qui sont la base de la nourriture des nombreux flamants roses, subsistent dans ce milieu hostile où jaillissent de nombreux geysers. © C. Faudemay

23Il existe de nombreux lacs de faible profondeur dans les plaines sédimentaires, dont les plus connus sont le lac de Guiers au Sénégal, le lac Faguibine au Mali, les lacs Turkana, Naivasha, et Nakuru au Kenya, le lac Bangweulu en Zambie, le lac Chilwa au Malawi, etc.

Les grands lacs d’Afrique de l’Est

24Les grands lacs d’Afrique de l’Est sont caractérisés par leurs grandes dimensions et leur profondeur importante (tabl. 1).

Tabl. 1 – Superficie et profondeur maximale des trois plus grands lacs d’Afrique de l’Est.

25Les lacs Tanganyika et Malawi sont situés dans la vallée du Rift et occupent le fossé d’effondrement. Ce sont des lacs anciens (plus de 10 Ma pour le Tanganyika), hébergeant une faune endémique très diversifiée. C’est dans ces grands lacs d’Afrique de l’Est que l’on observe notamment des centaines d’espèces de petits poissons cichlidés endémiques.

26De nombreux petit lacs profonds occupent les cratères des volcans inactifs en Afrique orientale et au Cameroun. Certains hébergent également une faune de poissons endémiques. Le lac Nyos au Cameroun est tristement célèbre pour avoir tué 1 700 personnes en 1986, à la suite d’un dégagement massif de gaz carbonique.

À gauche
Le lac Malawi à Cape Maclear (Malawi) est le plus méridional des lacs de la vallée du Rift.
La différence de couleur observée sur les rochers met bien en évidence la fluctuation de niveau que subit le lac. © S. Depper

À droite
Lac de cratère en zone forestière.
Lac Awing, Cameroun.
© IRD/C. Lévêque

Les lacs de barrages

27Au cours des dernières décennies, de nombreux barrages ont été construits sur les fleuves africains en vue de produire de l’énergie électrique. Les plus importants sont le lac Nasser sur le Nil, le lac Volta sur la Volta, le lac Kariba sur le Zambèze, le lac Kainji sur le Niger, le lac de Kossou sur le Bandama. Ces réservoirs ont créé de nouveaux milieux favorables au développement d’espèces adaptées aux eaux dormantes. Mais, simultanément, des espèces d’eau courante ont disparu. En aval du barrage, le régime du cours d’eau est fortement perturbé, avec des crues moins prononcées et parfois à contre-saison.

Lac de barrage sur le fleuve Orange.
Gariep, Afrique du sud.
© C. Faudemay

Fig. 5 – Carte de situation des principaux lacs de barrage.

28A côté des grandes retenues, il existe également des centaines de petits lacs de barrage qui ont été construits sur des marigots, parfois temporaires, pour des usages domestiques ou agropastoraux, notamment dans le nord de la Côte d’Ivoire et au Burkina Faso. Ils ont été ensemencés naturellement en poissons ou par des introductions volontaires.

Petit lac de barrage à usage agropastoral et halieutique.
Nord de la Côte d’Ivoire. © IRD/C. Lévêque

Les mares temporaires

29Dans les zones de savane, il se forme en saison des pluies des milliers de mares temporaires, dont la durée de vie n’excède pas quelques mois. Quelques espèces de poissons sont adaptées à ces milieux fugaces, dont le protoptère capable d’estiver dans un cocon et des petites espèces du genre Nothobranchius, qui pondent des œufs résistants à la sècheresse.

Les lagunes et les estuaires

30Les estuaires des fleuves et les lagunes sont des zones de transition entre les eaux douces et marines. Dans ces eaux saumâtres, on rencontre une faune diversifiée en fonction de la salinité. De manière générale, les milieux lagunaires sont très productifs du point de vue de la pêche.

À gauche
Rivière Bafing à Sokotoro, Guinée.
Vue de saison sèche d’un fleuve sur fond rocheux. © IRD/C. Lévêque

À droite
Paysage de mangroves avec palétuviers.
M’Bour. Sénégal. © IRD/Y. Paris

31Le poisson pris dans la nasse commence à réfléchir.
Il faut réfléchir avant d’agir.

Pendentif en forme de barbeau.
Objet artisanal.
Burkina Faso.
Bronze.
© Collection D. Paugy/C. Ferrara

Bibliographie

POUR EN SAVOIR PLUS

Burgis M. J., Symoens J.-J., éd., 1987 – Zones humides et lacs peu profonds d’Afrique. Livre 2 : Répertoire. Paris, Orstom Éditions, Travaux et documents, 211, 652 p.

Johnson T. C., Odada E. O., eds, 1996 – The limnology, climatology and paleoclimatology of the East African lakes. Australia, Gordon and Breach Publishers, 456 p.

Van Den Bosche J.-P., Bernacsek G. M., 1990 – Source book for the inland fishery resources of Africa. Rome, FAO Cifa Technical Paper, 18/1, 412 p. et 18/2, 240 p.

Van Den Bosche J.-P., Bernacsek G. M., 1991 – Source book for the inland fishery resources of Africa. Rome, FAO Cifa Technical Paper, 18/3, 220 p.

Notes

1 L’ichtyologie est la branche des sciences naturelles qui étudie les poissons. Les peuplements ichtyologiques correspondent donc aux communautés de poissons.

2 L’orogénie ou orogenèse désigne les mécanismes de formation des reliefs qui se sont produits suite à l’extension ou à la compression des plaques tectoniques soutenant continents et océans.

3 Les yaéré désignent, en langue peule, de vastes plaines d’inondation.

Table des illustrations

Légende Hydrocynus forskalii© C. Paugy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 126k
Légende Fig. 1 – Carte de la paléogéographie probable, datant d’avant la formation du Rift (il y a environ 20 Ma)(adapté d’après Beadle, 1981).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 286k
Légende Fig. 2 – Topographie de l’Afrique mettant en évidence l’Afrique des plaines (Afrique « basse ») et l’Afrique des plateaux montagneux (Afrique « haute »).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 223k
Légende Mont Kilimandjaro, Tanzanie.© S. Nygaard
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Légende Mont Kenya, Kenya© C. Murphy
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 138k
Légende Fleuve Ouémé (Bénin) en saison sèche, avec de nombreux bancs de sable.© IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
Légende Bourgoutière (pâturage à Echinochloa stagnina) avec des troupeaux de chèvres et de bœufs surveillés par un berger peul.Celui-ci se tient en position typique (en équilibre sur une seule jambe), Delta central du Niger, Mali. © IRD/O. Barrière
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 399k
Légende Fig. 3 – Occupation des sols de l’Afrique.Les types de milieux se répartissent en fonction du climat. © IRD/Faunafri
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 310k
Légende Fig. 4 – Distribution des habitats aquatiques en Afrique.Près de la moitié du continent t occupée par des zones désertiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 238k
Légende Rivière Bandama en crue au pont de Niakaramandougou, Côte d’Ivoire.La rivière est bordée par une forêt-galerie. © IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Légende À gauche,Rivière Blindekloof, Afrique du Sud.Exemple d’un ruisseau d’eau claire de la région ichtyologique du Cap. © C. Faudemay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 672k
Légende À droite,La rivière Tana en crue au niveau des chutes Thika, Kenya.© C. Faudemay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
Légende Le lac Tchad, vue aérienne.Zones marécageuses avec végétation (îlots bancs).© IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 371k
Légende Un lac hypersalé, le lac Bogoria, Kenya.Aucun poisson ne peut y vivre. Seules des artémias et des algues bleu-vert, qui sont la base de la nourriture des nombreux flamants roses, subsistent dans ce milieu hostile où jaillissent de nombreux geysers. © C. Faudemay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 192k
Légende Tabl. 1 – Superficie et profondeur maximale des trois plus grands lacs d’Afrique de l’Est.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 70k
Légende À gaucheLe lac Malawi à Cape Maclear (Malawi) est le plus méridional des lacs de la vallée du Rift.La différence de couleur observée sur les rochers met bien en évidence la fluctuation de niveau que subit le lac. © S. Depper
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 330k
Légende À droiteLac de cratère en zone forestière.Lac Awing, Cameroun.© IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende Lac de barrage sur le fleuve Orange.Gariep, Afrique du sud.© C. Faudemay
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 231k
Légende Fig. 5 – Carte de situation des principaux lacs de barrage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 218k
Légende Petit lac de barrage à usage agropastoral et halieutique.Nord de la Côte d’Ivoire. © IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 216k
Légende À gaucheRivière Bafing à Sokotoro, Guinée.Vue de saison sèche d’un fleuve sur fond rocheux. © IRD/C. Lévêque
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-21.jpg
Fichier image/jpeg, 333k
Légende À droitePaysage de mangroves avec palétuviers.M’Bour. Sénégal. © IRD/Y. Paris
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-22.jpg
Fichier image/jpeg, 296k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-23.jpg
Fichier image/jpeg, 121k
Légende Pendentif en forme de barbeau.Objet artisanal.Burkina Faso.Bronze.© Collection D. Paugy/C. Ferrara
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8340/img-24.jpg
Fichier image/jpeg, 451k

© IRD Éditions, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Accès exclusif

Offert par