Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Substances naturelles en Polynésie française

 | 
Jean Guezennec
, 
Christian Moretti
, 
Jean-Christophe Simon

Seconde partie. Chapitres analytiques

Fiches végétales groupe 2

Texte intégral

Astelia nadeaudii Drake (Asteliaceae)

Synonyme

1A. raiateensise J. W. Moore.

Statut IUCN, accessibilité, abondance

2Non menacé.

3Peu à moyennement accessible, jamais abondante, dispersée au sol ou en épiphyte moyenne, en station héliophile. Suffisamment abondante pour de premières analyses.

Usages

4Non décrits pour cette espèce.

Autres espèces du genre

Astelia solandri et Astelia trinerva : fruits alimentaires en Nouvelle-Zélande.

Composition chimique

5Non décrite pour cette espèce.

Autres espèces du genre :

Astelia solandri et A. trinerva : acides gras essentiels (dans les graines) : acide γ-linolénique.
Astelia banksii : saccharose et monosaccharides non déterminés (racines), pas d'oligo-saccharides.

Pharmacologie et toxicologie

6Non décrites pour cette espèce.

Contraintes réglementaires

7Du fait des réglementations européennes et du marché, l'utilisation en alimentation semble à exclure.

Orientations

8Les fruits de certaines espèces sont riches en huile grasse contenant 25 % d'acide γ-linolénique.

Valorisation potentielle

9L'intérêt actuel pour les huiles ω3 et ω6 en cosmétologie et en alimentation en fait une source originale et substitutive, principalement pour la cosmétologie.

10Une étude préalable de la composition lipidique des fruits est à réaliser (prestation de service possible).

L'intérêt de cette ressource est à relativiser car elle est peu à moyennement accessible, et jamais abondante. Mais il est possible d'effectuer des prélèvements afin de procéder à de premières analyses.

Bibliographie

Cambie R.C., Ferguson L.R., 2003 - Potential functional foods in the traditional Maori diet. Mutation Research, Fundamental and Molecular Mechanisms of Mutagenesis, 523-524 : 109-117.

Morice I.M., 1975 - Seeds fats of further species of Astelia. Phytochemistry, 14(5-6) : 1315-1318

Sims I.M., 2003 - Structural diversity of fructans from members of the order Asparagales in New Zealand. Phytochemistry, 63(3) : 351-9.

Rédacteur : Y. Barbin

Maytenus vitiensis (A. Gray) Ding Hou (Celastraceae)

Statut IUCN, accessiblité, abondance

11Indigène, donc pas de statut, néanmoins, ni jamais très abondante, ni répandue, localement menacée par l'extension de Miconia.

12Abondance moyenne, formations mésiques de basse altitude ou en grandes vallées (Société).

Usages

13Non décrits pour cette espèce.

Composition chimique, propriétés pharmacologiques

14Espèce non étudiée.

Autres espèces du même genre

Maytenus illicifolia : activité anti-ulcéreuse (Brésil), analgésique, traitement des troubles gastro-intestinaux au sens large, anémie, cancer de la peau. Activité emménagogue, contraceptive, abortive.

Composition chimique

15Non décrite pour cette espèce.

Autres espèces du genre

Maytenus boaria : sesquiterpènes : β-agarofuranes (graines, parties aériennes).
Maytenus sp. : nor-triterpénoïdes de type quinone-méthide (tingénone, hydroxytingénone, pristimérine).
Maytenus macrocarpa : nor-triterpènes - macrocarpines A, B, C, D.
Maytenus canariensis : nor-triterpénoïdes de type quinone-méthide, sesquiterpènes - β-agarofuranes.
Maytenus illicifolia : triterpènes - friedéline, friedélan-3β-ol, mayténine ; sesquiterpènes - β-agarofuranes (cangorines F, G, H, I, J) ; maytansinoids (maytansine, maytanprine, maytanbutine). Présence variable selon l'origine géographique. Flavonoïdes (hétérosides de kaempférol).
Maytenus cuzcoina : sesquiterpènes - β-agarofuranes
Maytenus heterophylla : triterpènes. Dérivés catéchiques. Agarofurane, alcaloïdes.
Maytenus arbutifolia : triterpènes. Dérivés catéchiques.
Maytenus ovata : maytansine et dérivés.
Maytansinoids : maytansine et dérivés.

Pharmacologie et toxicologie

Autres espèces du genre

Maytenus sp. : activité répulsive d'insectes, anti-feedant, régulation du développement (nor-triterpènes quinones).
Maytenus aquifolium : activité anti-ulcéreuse sur rat (extrait, ulcère à l'indométhacine et de stress). Activité analgésique (faible).
Maytenus macrocarpa : activité cytotoxique sur cultures de cellules cancéreuses (nor-triterpènes).
Maytenus canariensis : activité cytotoxique (nortriterpène quinone méthides). Activité antibiotique.
Maytenus cuzcoina : activité inhibitrice du développement des tumeurs (agarofurans).
Maytenus heterophylla : activité antibiotique (S. aureus, P. aeruginosa, C. albicans).
Maytenus arbutifolia :
activité antibiotique (S. aureus, P. aeruginosa, C. albicans).
Maytenus illicifolia :
activité estrogénique et utérotrophique. Pas d'embryotoxicité ni d'altération du système reproducteur.

Intérêt industriel

16Les macrolides de la famille de la maytansine présentent une activité anti-cancéreuse (poison du fuseau) largement étudiée mais dont l'intérêt par rapport à d'autres familles de composés de mécanisme d'action similaire (par exemple, vinca alcaloïdes) semble assez faible. La maytansine seule a été abandonnée faute d'activité en phase II.

17Une molécule (anticorps monoclonal humanisé combiné à maytansine) est en cours de développement (phase 1 terminée, Immunogen Inc, États-Unis) dans le traitement des cancers du pancréas, du poumon et colorectal.

18La recherche de nouveaux dérivés de maytansine pourrait présenter un intérêt dans cet axe de recherche.

19Les sesquiterpènes du groupe des β-agarofuranes présentent généralement une activité insecticide et anti-feedant de niveau variable, ainsi qu'une activité cytotoxique pour certains d'entre eux.

20Des activités de suppression de la résistance aux médicaments anti-cancéreux de cellules en culture et de sensibilisation des Leishmania aux traitements anti-parasitaires ont été mises en évidence.

21Une activité anti-HIV a été démontrée pour certains dérivés.

Orientations

22Études phytochimique et pharmacologique des espèces de ce genre à approfondir. Source possible de molécules à activités thérapeutiques intéressantes. Données significatives sur le genre, orientation recherche complémentaires chimie et cancer + sida.

Les débats entre experts ont montré que certains d'entre eux doutent maintenant des possibilités d'exploitations des molécules du type maytansine et de leur valorisation.

Autres espèces du genre

Maytenus pertinax
Statut IUCN : non évalué, mais paraît très rare. Endémique de Rapa, formations mésiques de basse altitude.
Accessibilité : très mauvaise (éloignement de Rapa). Usages : non décrits pour cette espèce.
Maytenus crenata
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : abondant et répandu, accessibilité moyenne.
Endémique des Marquises et peut-être présent dans la Société. En formations mésiques ± ouvertes de basse altitude.
Usages : pas d'usage connu de l'espèce.

Bibliographie

Alarcon J., Becerra J., Silva M., Morgenstern T., Jakupovic J., 1995 - β-Agarofurans from seeds of Maytenus boaria. Phytochemistry, 40(5) : 1457-1460.

Avilla J., Teixido A., Velazquez C., Alvarenga N., Ferro E., Canela R., 2000 - Insecticidal activity of Maytenus species (Celastraceae) nortriterpene quinone methides against codling moth, Cydia pomonella (L.) (Lepidoptera : Tortricidae). Journal of Agricultural and Food Chemistry, 48(1) : 88-92.

Bersani Amado C.A., Massao L.B., Baggio S.R., Johanson L., Albiero A.L.M., Kimura E., 2000 - Antiulcer effectiveness of Maytenus aquifolium spray dried extract. Phytotherapy Research, 14(7) : 543-545.

Brendler T., Gruenwald J., Jaenicke C., 2001 - Herb-CD4 Herbalremedies. Medpharm Scientific Publishers. Stuttgart, Germany.

Buffa Filho W., Corsino J., Bolzani da S.V., Furlan M., Pereira A.M., Franca S.C., 2002 - Quantitative determination for cytotoxic Friedo-nor-oleanane derivatives from five morphological types of Maytenus ilicifolia (Celastraceae) by reverse-phase high-performance liquid chromatography. Phytochemical Analysis, 13(2) : 75-78.

Cespedes C.L., Alarcon J., Aranda E., Becerra J., Silva M., 2001 - Insect growth regulator and insecticidal activity of beta-dihydroagarofurans from Maytenus spp. (Celastraceae). Zeitschrift Fur Naturforschung C a Journal of Biosciences, 56(7-8) : 603-613.

Chavez H., Callo N., Estevez-Braun A., Ravelo A.G., Gonzalez A.G., 1999 - Sesquiterpene polyol esters from the leaves of Maytenus macrocarpa. Journal of NaturalProducts, 62(11) : 1576-1577.

Chavez H., Rodriguez G., Estevez-Braun A., Ravelo A.G., Estevez-Reyes R., Gonzalez A.G., Fdez-Puente J.L., Garcia-Gravalos D., 2000 – Macrocarpins A-D, new cytotoxic nor-triterpenes from Maytenus macrocarpa. Bioorganic and Medicinal Chemistry Letters, 10(8) : 759-762.

Coelho R.G., Di Stasi L.C., Vilegas W., 2003 - Chemical constituents from the infusion of Zollernia ilicifolia Vog. and comparison with Maytenus species. Zeitschrift fur Naturforschung. Section C, Biosciences, 58(1-2) : 47-52.

Cordeiro P.J.M., Vilegas J.H.Y., Lancas F.M., 1999 - HRGC-MS analysis of terpenoids from Maytenus ilicifolia and Maytenus aquifolium ("espinheira santa"). Journal of the Brazilian Chemical Society, 10(6) : 523-526.

Franca S.C., Duarte I.B., Pereira A.M.S., Carvalho D., Queiroz M.E.C., 1999 - Triterpenes and phenolics in callus of Maytenus aquifolium Mart. Acta Hort. (ISHS), 502 :363-368

Gonzalez A.G., Alvarenga N.L., Ravelo A.G., Jimenez I.A., Bazzocchi I.L., 1995 -Two triterpenes from Maytenus canariensis. Journal of Natural Products, 58(4) : 570-573.

Gonzalez A.G., Alvarenga N.L., Ravelo A.G., Jimenez I.A., Bazzocchi I.L., Canela N.J., MOUJIR L.M., 1996 - Antibiotic phenol nor-triterpenes from Maytenus canariensis. Phytochemistry, 43(1) : 129-132.

Gonzalez A.G., Jimenez I.A., Bazzocchi I.L., Ravelo A.G., 1994 - Structure and absolute configuration of a sesquiterpene from Maytenus boaria. Phytochemistry, 35(1) : 187-189.

Gonzalez A.G., Jimenez I.A., Ravelo A.G., Luis J.G., Bazzocchi I.L., 1989 - β- Agarofurane sesquiterpene esters from Maytenus canariensis. Phytochemistry, 28(1) : 173-175.

Gonzalez A.G., Tincusi B.M., Bazzocchi I.L., Tokuda H., Nishino H., Konoshima T., Jimenez I.A., Ravelo A.G., 2000 - Anti-tumor promoting effects of sesquiterpenes from Maytenus cuzcoina (Celastraceae). Bioorganic and Medicinal Chemistry, 8(7) : 1773-1778.

Gonzalez F.G., Portela T.Y., Stipp E.J., Di Stasi L.C., 2001 - Antiulcerogenic and analgesic effects of Maytenus aquifolium, Sorocea bomplandii and Zolernia ilicifolia. Journal of Ethnopharmacology, 77(1) : 41-47.

Itokawa H., Shirota O., Ichitsuka K., Morita H., Takeya K., 1993 - Oligo-nicotinated sesquiterpene polyesters from Maytenus ilicifolia. Journal of Natural Products, 56(9) : 1479-1485.

Itokawa H., Shirota O., Morita H., Takeya K., Iitaka Y., 1994 - Cangorins F-J, five additional oligo-nicotinated sesquiterpene polyesters from Maytenus ilicifolia. Journal of Natural Products, 57(4) : 460-470.

Kennedy M.L., Cortes-Selva F., Perez-Victoria J.M., Jimenez I.A., Gonzalez A.G., Munoz O.M., Gamarro F., Castanys S., Ravelo A.G., 2001 -Chemosensitization of a multidrug-resistant Leishmania tropica line by new sesquiterpenes from Maytenus magellanica and Maytenus chubutensis. Journal of Medicinal Chemistry, 44(26) : 4668-4676.

Kuo Y.H., King M.L., Chen C.F., Chen H.Y., Chen C.H., Chen K., Lee K.H., 1994 - Two new macrolide sesquiterpene pyridine alkaloids from Maytenus emarginata : emarginatine G and the cytotoxic emarginatine F. Journal of Natural Products, 57(2) : 263-269.

Montanari T., Bevilacqua E., 2002 - Effect of Maytenus ilicifolia Mart. on pregnant mice. Contraception, 65(2) : 171-175.

Muhammad I., El Sayed K.A., Mossa J.S., Al Said M.S., El Feraly F.S., Clark A.M., Hufford C.D., Oh S., Mayer A. M., 2000 - Bioactive 12-oleanene triterpene and secotriterpene acids from Maytenus undata. Journal of Natural Products, 63(5) : 605-610.

Munoz O., Galeffi C., Federici E., Garbarino J.A., Piovano M., Nicoletti M., 1995 -Boarioside, a eudesmane glucoside from Maytenus boaria. Phytochemistry, 40(3) : 853-855.

Orabi K.Y., Al Qasoumi S.I., El Olemy M.M., Mossa J.S., Muhammad I., 2001 -Dihydroagarofuran alkaloid and triterpenes from Maytenus heterophylla and Maytenus arbutifolia. Phytochemistry, 58(3) : 475-480.

Pullen C.B., Schmitz P., Hoffmann D., Meurer K., Boettcher T., von Bamberg D., Pereira A.M., de Castro Franca S., Hauser M., Geertsema H., van Wyk A., Mahmud T., Floss H.G., Leistner E., 2003 - Occurrence and non-detectability of maytansinoids in individual plants of the genera Maytenus and Putterlickia. Phytochemistry, 62(3) : 377-387.

Queiroga C.L., Silva G.F., Dias P.C., Possenti A., de Carvalho J.E., 2000 - Evaluation of the antiulcerogenic activity of friedelan-3beta-ol and friedelin isolated from Maytenus ilicifolia (Celastraceae). Journal of Ethnopharmacology, 72(3) : 465-468.

Schaneberg B.T., Green D.K., Sneden A.T., 2001 - Dihydroagarofuran sesquiterpene alkaloids from Maytenus putterlickoides. Journal of Natural Products, 64(5) : 624-626.

Shirota O., Morita H., Takeya K., Itokawa H., 1994 - Cytotoxic aromatic triterpenes from Maytenus ilicifolia and Maytenus chuchuhuasca. Journal of Natural Products, 57(12) : 1675-1681.

Spivey A.C., Weston M., Woodhead S., 2002 - Celastraceae sesquiterpenoids : biological activity and synthesis. Chemical Society Reviews, 31(1) : 43-59.

Tolcher A.W., Ochoa L., Hammond L.A., Patnaik A., Edwards T., Takimoto C., Smith L., de Bono J., Schwartz G., Mays T., Jonak Z.L., Johnson R., DeWitte M., Martino H., Audette C., Maes K., Chari R.V., Lambert J.M., Rowinsky E.K., 2003 - Cantuzumab Mertansine, a Maytansinoid Immunoconjugate Directed to the CanAg Antigen : a Phase I, Pharmacokinetic, and Biologic Correlative Study. Journal of Clinical Oncology, 21(2) : 211-222.

Vilegas W., Sanommiya M., Rastrelli L., Pizza C., 1999 - Isolation and structure elucidation of two new flavonoid glycosides from the infusion of Maytenus aquifolium leaves. Evaluation of the antiulcer activity of the infusion. Journal of Agricultural and Food Chemistry, 47(2) : 403-406.

Rédacteurs : B. Weniger et Y Barbin

Melicope spp. (Rutaceae)

Statut UICN, accessibilité, abondance

23Toutes les espèces de Polynésie française sont endémiques et relèvent des catégories IUCN sensibles.

Autres espèces du genre

Melicope hivaoensis : espèce non étudiée.
Melicope lucida : espèce non étudiée.
Melicope nukuhivensis : espèce non étudiée.
Melicope revoluta : espèce non étudiée.
Melicope tahitensis : espèce non étudiée.

Intérêt général des espèces du genre Melicope

24D'après la dernière révision du genre par T. G. Hartley (2001), cent soixante-sept espèces précédemment distribuées dans les genres Melicope et Euodia constituent désormais le genre Melicope. Les espèces précédemment incluses dans le genre Melicope, une vingtaine, sont relativement bien étudiées du point de vue chimique, mais restent très décevantes du point de vue pharmacologique.

25Voici les constituants le plus fréquemment rencontrés :

26a) Flavonoïdes

27Flavones polyoxygénées, méthylflavones, méthoxyflavones.

28Intérêt : pour certaines d'entre elles en tant que substances dissuasives vis-à-vis d'insectes, en tant que larvicides par rapport aux larves de Aedes aegypti (Hung Ho et al., 2003).

29b) Alcaloïdes (plus d'une cinquantaine ont été isolées d'espèces du genre)

30• De type furoquinoléine (skimmianine, kokusaginine...) Intérêt : chimiotaxonomiques car spécifiques des Rutaceae. Pharmacologique : cytotoxicité.

31À partir des feuilles de M. semecarpifolia ont été isolés 19 composés présentant une activité cytotoxique, in vitro, vis-à-vis de lignées cellulaires P-388, HT-29 et A549. La confusamétine a une action plus forte que la mithramycine pris pour référence (ED50 = 0,03 μg/ml et 0,06 μg/ml respectivement). Anti-agrégant plaquettaire.

32Activité moyenne de la dictamnine, évolitrine et ptéleine sur l'agrégation plaquettaire chez le lapin.

33De type quinoléine (15 composés des feuilles de M. semecarpifolia)

34La confusadine présente des propriétés anti-agrégant plaquettaire (Chen et al., 2002).

35• De type bisquinoléine (feuilles de M. pteleifolia)

36• De type acridone

37Intérêt insecticide : propriétés dissuasives et antiappétantes (Haasalani, 1984).

38c) benzofuranes

39d) acétophénones (une dizaine de molécules)

40e) coumarines

41f) huile essentielle

Orientations

42Plantes à alcaloïdes, acétophénones et à huiles essentielles.

43Activité insecticide.

Les espèces de la Polynésie française sont trop rares pour les considérer comme candidates à une utilisation, mais les probables propriétés de ces espèces justifieraient des campagnes de récoltes pour des sondages sur des petites quantités de matière végétale, accompagnées de mesures de sauvegarde ex situ. Ces récoltes pourraient être envisagés pour M. lucida (Société), M. hivaoaensis et M. revoluta (Marquises).

Bibliographie

Chen J.J., Chang Y.L., Teng C.M., Su C.C., Chen I.S., 2002 - Quinoline alkaloids and anti-platelet aggregation constituents from the leaves of Melicope semecarpifolia. Planta medica, 68(9) : 790-793

Haasalani A., 1984 - Structure- activity studies of acridone feeding deterrents. Schriftenreihe der GTZ, 161 : 75-79

Hartley T.G., 2001 - On the taxonomy and biogeography of Euodia and Melicope (Rutaceae). Allertonia, 8(1) : 1-319.

Hung Ho S., Wang J., Sim K.Y., Ee G.C.L., Imiyabir Z., Yap K.F., Shaari K., Hock Goh S., 2003 - Meliternatin : a feeding deterrent and larvicidal polyoxygenated flavone from Melicope subunifoliolata. . Phytochemistry, 62(7) 1121-1124

Rédacteur : I. Fourasté

Myrsine collina Nadeaud (Myrsinaceae)

Synonyme

44Rapanea collina (Nadeaud) Mez.

Statut IUCN, accessiblité, abondance

45Non menacé.

46Endémique de Tahiti, mais le matériel des îles Sous-le-Vent mérite une comparaison taxonomique approfondie.

47En formations fermées à ± ouvertes de basse et moyenne altitude.

48Accessibilité : moyenne, ± abondante.

Usages

49Pas d'usage connu des espèces considérées. Composition chimique

  • 1 La rapanone est cytotoxique et présente une activité abortive et anti-fertilité chez la souris.

50Genre : benzoquinones (dont rapanone1), anthraquinones.

  • M. africana (racine, plante entière)

  • M. capitellata (fruit)

  • M. guaianensis (bois du tronc : rapanone)

  • M. seguinii (racine, écorce : hydroquinone diglucosides)

  • M. semiserrata (fruit)

  • M. stolonifera (fruit : rapanone)

51Lignanes : M. salicina (feuille), M. seguinii (feuille = (+)-isolarisiresinol 3a-O-sulfate). Acides terpéno-benzoïques : M. seguinii (feuille), voir structure ci-après :

52Flavonoïdes : M. africana, M. seguinii (feuille).

53Saponines triterpéniques :

  • M. africana (feuille et tronc)

  • M. seguinii (parties aériennes)

  • M. pellucida (tronc)

  • M. salicina (feuille)

54Espèces : non étudiées à notre connaissance.

Pharmacologie et toxicologie

55Genre : antibactérien. Forte activité surtout sur E. coli, K. pneumoniae, Proteus vulgaris, Staphyllococcus sp., Salmonella sp., Bacillus sp.

  • M. africana (fruit, feuille, graine, racine)

  • M. capitellata (écorce).

Stimulant utérin, antifertilité : M. africana (parties aériennes, graine)
Spermicide : M. africana (parties aériennes)
Laxatif : M. africana (fruit)
Leishmanicide : M. pellucida (écorce)
Anthelminthique : faible activité
Insecticide : composés antiappétants et larvicides de Rapanea melanophloeos
Anti-protéase HIV (50 microg/ml) : M. australis (parties aériennes) (Wan et al, 1996)
Activité anti-inflammatoire des acides terpéno-benzoïques (Mizushina et al., 2000)
Activité anti-inflammatoire et antioxydante de la rapanone (Ospina et al., 2001)
Activité abortive et anti-fertilité de la rapanone (Calle et al., 2000)
Activité cytotoxique de la rapanone (Cordero et al., 2004)
Activité cytotoxique des saponines (M. salicina) (Bloor et Qi, 1994)
Activité antifongique et molluscicide des saponines (Ohtani et al., 1993)
Inhibition de la phospholipase D par les saponines (M. australis) (1996).

56Espèces : non étudiées à notre connaissance.

Autres espèces du genre

Myrsine falcata Nadeaud
Synonyme : Rapanea falcata (Nadeaud) Mez ; Myrsine collina var. falcata (Nadeaud) S. L. Welsh ; Rapanea collina var. falcata (Nadeaud) M. L. Grant.
Notes sur la bio-écologie de la ressource :
- endémique de Tahiti
- crêtes de moyenne et haute altitude.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : bonne, assez répandu localement.
Myrsine fasciculata (J. W. Moore) Fosberg & Sachet (Myrsinacées)
Synonyme : Rapanea fasciculata J. W. Moore.
Notes sur la bio-écologie de la ressource : endémique de la Société, Raiatea. Maquis ouvert à lande à Cyperaceae-Metrosideros.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : moyenne, pas vraiment commune, mais localement abondante.
Myrsine fusca (J. W. Moore) Fosberg & Sachet (Myrsinacées)
Synonyme : Rapanea fusca J. W. Moore.
Notes sur la bio-écologie de la ressource : endémique de la Société, Bora Bora, Moorea, Raiatea ; crête de moyenne à haute altitude.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : moyenne, peu répandue à localement abondante.
Myrsine grantii var. grantii Fosberg & Sachet (Myrsinacées)
Notes sur la bio-écologie de la ressource : identifié à Hiva Oa, sommet du mont Temetiu, îles Marquises ; endémique Fatu Hiva, Hiva Oa, Ua Huka ; typique des forêts d'altitude (cloud zone) ; crête d'altitude élevée, en station ± ouverte.
Statut IUCN : non menacée (Hiva Oa) ou non évaluée (Fatu Hiva).
Accessibilité : faible (milieu et îles), peu répandue à assez commune (au moins à Hiva Oa).
Myrsine grantii var .toviiensis Fosberg & Sachet (Myrsinacées)
Statut IUCN, accessiblité, écologie : endémique de Nuku Hiva aux Marquises ; crêtes de haute altitude.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : faible (milieu et île), jamais abondante ni répandue.
Myrsine niauensis Fosberg & Sachet
Accessiblité, écologie : endémique de Niau aux Tuamotu ; en forêt à Pisonia-Pouteria sur karst.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : faible (île) mais disponibilité importante, commune en forêt.
Myrsine taitensis A. Gray (Myrsinacées)
Synonyme : Rapanea taitensis (A. Gray) Mez.
Accessiblité, écologie : endémique de Tahiti, en forêt de pente et de crête de haute altitude.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : moyenne, peu abondante à localement commune, jamais rare.
Myrsine ovalis var. wilderi Fosberg & Sachet (Myrsinacées)
Notes sur la bio-écologie de la ressource : endémique de Makatea (Tuamotu) ; en forêt de karst à Pisonia-Pouteria.
Statut IUCN : non menacé.
Accessibilité : faible (milieu et île), peu commune.

Orientations

57Recherche

58Intérêt chimiotaxonomique : plusieurs espèces endémiques non étudiées -nombreuses activités biologiques démontrées dans le genre ; constituants chimiques originaux et a priori intéressants.

59Éventuellement passage en groupe 2 pour taxons accessibles et statut IUCN favorable. Valorisation : pas de valorisation à court terme, études scientifiques préalables.

Bibliographie

Bloor S.J., Qi L., 1994 - Cytotoxic saponins from New Zealand Myrsine species. Journal of Natural Product, 57(10) :1354-1360.

Calle J., Olarte J., Pinzon R, Ospina L.F., Mendoza M.C., Orozco M.J., 2000 - Alterations in the reproduction of mice induced by rapanone. Journal of Ethnopharmacology, 71(3) : 521-525

Cordero C.P., Gomez-Gonzalez S., Leon-Acosta C.J., Morantes-Medina S.J., Aristizabal F.A., 2004 - Cytotoxic activity of five compounds isolated from Colombian plants. Fitoterapia, 75(2) :225-227.

Mizushina Y., Miyazaki S., Ohta K., Hirota M., Sakaguchi K., 2000 - Novel anti-inflammatory compounds from Myrsine seguinii, terpeno-benzoic acids, are inhibitors of mammalian DNA polymerases. Biochimica et Biophysica Acta, 1475(1) : 1-4

Ohtani K, Mavi S, Hostettmann K., 1993 - Molluscicidal and antifungal triterpenoid saponins from Rapanea melanophloeos leaves. Phytochemistry, 33(1) :83-86.

Ospina L.F., Calle J., Arteaga L., Pinzon R., Alcaraz M.J., Paya M., 2001 – Inhibition of acute and chronic inflammatory responses by the hydroxybenzoquinonic derivative rapanone. Planta Medica, 67(9) :791-795.

Wan M, Bloor S, Foo LY, Loh BN, 1996 - Screening of New Zealand Plant Extracts for Inhibitory Activity against HIV-1 Protease. Phytotherapy Research, 10(7) : 589-595.

Rédacteur : B. Weniger

Neonauclea forsteri (Seemann) Merrill (RUBIACEAE)

Statut UICN, abondance, accessibilité

60Abondante et répandue dans la Société.

Usages

61Non décrits pour cette espèce.

Autres espèces du genre

Neonauclea calycina : traitement des tumeurs.

Composition chimique

62Non décrite pour cette espèce.

Autres espèces du genre :

Neonauclea zeylanica. Alcaloïdes (dans le bois) : neozeylanicine (groupe naphtyridine).
Neonauclea sessilifolia. Coumarines : scopolétine. Anthraquinones : chrysophanol. Stérols : hétérosides de stigmastérol, bêta-sitostérol. Divers : paeonol, acide dihydrobenzoïque, dérivés d'acide quinique. Alcaloïdes indoliques (dans les racines) : neonaucleosides A, B et C. Secoiridoides et dérivés : loganine, secologanine, grandifloroside, sweroside (une quinzaine de dérivés...).
Neonauclea calycina. Anthraquinones (dans le bois) : damnacanthal, morindone, rubiadine 1-méthyl-éther, nordamnacanthal, damnacanthol, lucidine-3-O-primeveroside, morindone-6-O-primeveroside.

Pharmacologie et toxicologie

63Non décrites pour cette espèce.

Autres espèces du genre :

Neonauclea calycina. Inhibition (forte) de la topo-isomérase II par le damnacanthal et la morindone.

Composition chimique

64Non décrite pour cette espèce.

65Études phytochimique et pharmacologique à approfondir.

66Des alcaloïdes indoliques, probablement présents du fait de molécules « précurseurs » (sécologanine), seraient à rechercher.

Orientations

67Les bois de certaines espèces de Neonauclea sont de bonne qualité et utilisés comme bois d'œuvre. Cette piste de valorisation est à creuser avec l'aide d'un organisme spécialisé.

68Source possible de molécules à activités thérapeutiques intéressantes (responsables de la durabilité des bois en particulier).

Bibliographie

Atta U.R., Vohra I.I, Choudhary M.I., De Silva L.B., Herath W.H.M.W., Navaratne K.M., 1988 - Neozeylanicine : a novel alkaloid from the timber of Neonauclea zeylanica. PlantaMedica, 54(5) : 461-462.

Capuron R., 1972 - The forest flora of Madagascar. Adansonia, 12(3) : 375-388.

Itoh A., Tanahashi T., Nagakura N., Nishi T., 2003 - Two chromone-secoiridoid glycosides and three indole alkaloid glycosides from Neonauclea sessilifolia. Phytochemistry, 62(3) : 359-69.

Kang W., Hao X., Li G., 2002 - [Study on the constituents from Neonauclea sessilifolia]. Zhong Yao Cai, 25(12) : 875-877.

Pari G., Lestari S.B., 1993 - Chemical analysis of several wood species from North Sulawesi. Jurnal Penelitian Hasil Hutan, 11(1) : 7-11.

Tosa H., Iinuma M., Asai F., Tanaka T., Nozaki H., Ikeda S., Tsutsui K., Yamada M., Fujimori S., 1998 - Anthraquinones from Neonauclea calycina and their inhibitory activity against DNA topoisomerase II. Biological and Pharmaceutical Bulletin, 21(6) : 641-642.

Rédacteur : B. Weniger

Pittosporum orohenense J. W. Moore (Pittosporaceae)

Statut IUCN, accessibilité, abondance

69Menacé à gravement menacé d'extinction.

70Pittosporum orohenense J. W.Moore : identifiée aux îles de la Société. Endémique, peu accessible, quelques stations sur les plus hauts sommets de Tahiti, très rare.

71Pittosporum rapense F. B. : identifiée sur l'île Rapa. Endémique et rare.

Usages

72Pas d'usage connu de l'espèce.

Composition chimique

73Espèces : non étudiées à notre connaissance.

74Genre. Saponines triterpéniques : P. tobira (fruit), P. phillyraeoides, P. undulatum (feuille).

75Glycolipide : P. tobira.

76Caroténoïdes : P. tobira (graines).

77Hétérosides sesquiterpéniques : P. pentandrum.

78Terpènes dans la famille.

Pharmacologie et toxicologie

79Genre. HIV protéase inhibition : P. anomalum (feuille). Spermicide : P. neelgherrense (parties aériennes). Antiviral : P. tobira (pl. entière), P. phylliroeoides (fruit, feuille).

80Tidiabétique : Pittosporum sp. Antifongique : P. formosum (pl entière), P. tobira (pl. entière). Antitumoral (glycolipide).

Orientations

81Données significatives en chimie et biologie.

82Intérêt chimiotaxonomique

83Valorisation : pas de valorisation à court terme, étude scientifique préalable.

84La grande vulnérabilité de ces espèces interdit toute récolte importante, cependant leurs probables propriétés biologiques justifieraient des campagnes de récolte accompagnées de mesures de conservation ex situ et in situ.

Bibliographie

Barone D., Salvetti L., Guarnieri D., D'Arrigo C., 1995 - In vivo antitumor activity of CIDI, a glycolipide from Pittosporum tobira. Pharmacological Research, 31(1) : 137

D'acquarica I., Di Giovanni M.C., Gasparrini F., Misiti D., D'arrigo C., Fagnano N., Guarnieri D., Iacono G., Bifulco G., Riccio R., 2002 - Isolation and structure elucidation of four new triterpenoid estersaponins from fruits of Pittosporum tobira. Tetrahedron, 58(51) : 10127-10136

Errington S.G., Jefferies P.R., 1988 - Triterpenoid sapogenins of Pittosporum phillyraeoides. Phytochemistry, 27(2) : 543-545.

Fujiwara Y., Hashimoto K., Manabe K., Maoka T., 2002 - Structures of tobiraxanthins A1, A2, A3, B, C and D, new carotenoids from the seeds of Pittosporum tobira. TetrahedronLetters, 43(24) : 4385-4388.

Higuchi R., Komori T., Kawasaki T., Lassak E.V., 1983 - Triterpenoid sapogenins from leaves of Pittosporum undulatum. Phytochemistry, 22(5) : 1235-1237.

Ragasa C.Y., Rideout J.A., Tierra D.S., Coll J.C., 1997 - Sesquiterpene glycosides from Pittosporum pentandrum. Phytochemistry, 45(3) : 545-547.

Rédacteur : Y Barbin

Premna serratifolia L. (Lamiaceae, anciennement Verbenaceae) Premna taitensis Schauer

85La révision de ce groupe pour la région reste à faire. On peut garder, pour le moment, les deux espèces comme distinctes.

Synonymes

86Pour la Polynésie, de Premna serratifolia L.

87L'espèce voisine est Premna taitensis Schauer de Polynésie, variété qui se rencontre aux îles de la Société mais semble difficiles à distinguer de Premna serratifolia (Smith, 1991).

88Des synonymies complémentaires concernent la répartition asiatique de cette espèce (Pételot, 1953), mais elles seront également à vérifier lors d'une future révision du genre.

Statut IUCN, accessibilité, abondance

89Non menacé.

90Premna serratifolia, espèce polymorphe, qu'il est inutile de vouloir diviser en taxons infraspécifiques, est présente à basse altitude, en buissons depuis l'Afrique de l'Est à Ceylan, de par l'Asie du Sud-Est, les îles Ryukyu (Japon), Taiwan, la Malaisie et l'Australie tropicale, et dans le Pacifique jusqu'aux Tuamotu (Smith, 1991).

91En formation littorale sur substrat corallien et à basse altitude sur basalte, plutôt en station ouverte de crête ou de croupe mésique, mais aussi en sous-bois peu dense de forêt de grandes vallées.

Usages

Usages médicinaux. Maux de ventre, d'estomac

92Fidji. Le jus des feuilles écrasées est un remède pour les maux stomacaux (Smith, 1991) ; les feuilles et la tige de Premna taitensis entrent également dans un remède de l'appendicite (Cambie et Ash, 1994).

Maux de tête, douleurs, fièvres

93Fidji. Le jus des feuilles écrasées est un remède ingéré contre les maux de tête (Smith, 1991). Les feuilles et tiges broyées de Premna taitensis et d'Epipremnumpinnatum (L.) Engler sont données contre les « douleurs » (Cambie et Ash, 1994). Les feuilles d'Epipremnum pinnatum sont également recommandées seules contre les maux de tête névralgiques (Cambie et Ash, 1994).

94Kiribati. Les feuilles ou les écorces de racines de Premna obtusifolia sont indiquées contre les maux de tête (Zepernick, 1972).

95Papouasie Nouvelle-Guinée. Premna taitensis entre dans un remède des maux de tête, appendicite (Cambie et Ash, 1994). Les feuilles de Premna taitensis sont médicinales (Cambie et Ash, 1994).

96Polynésie française, Tubuai. Un remède complexe contenant Premna taitensis var rimatarensis est indiqué contre une maladie interne non identifiée (Zepernick, 1972).

97Polynésie française. L'infusion de feuilles est appliquée contre les otalgies et ingérée contre les céphalées (Pétard, 1986) ; indication antipyrétique apparemment inconnue des anciens Tahitiens (Pétard, 1986), mais les racines sont considérées (aujourd'hui) comme fébrifuges (Pétard, 1986).

98Samoa. Les bourgeons foliaires de Premna taitensis var rimatarensis entrent dans un remède contre les maux de tête (Zepernick, 1972). En cas de douleurs générales, on peut recommander Premna taitensis var rimatarensis (Zepernick, 1972). Premna serratifolia est utilisée comme remède contre les fièvres (Whistler, 1992).

99Tonga. Des bains de vapeur à partir des feuilles de Premna taitensis sont recommandés contre les maux de tête et les fièvres (Cambie et Ash, 1994).

100Tuvalu. L'écorce ou les feuilles de Premna serratifolia entrent dans des remèdes contre les maux de tête (Whistler, 1992).

Fractures, contusions, blessures, asthme, polyarthrite rhumatoïde, inflammation

101Fidji. L'écorce entre dans des remèdes composés pour traiter les fractures osseuses (Smith, 1991). Contre les suites de coups, contusions et blessures, un remède complexe contenant les feuilles de Premna taitensis est pris en bains de vapeur (Zepernick, 1972). La décoction d'écorces de Premna taitensis est donnée contre la polyarthrite rhumatoïde et les inflammations ou œdèmes (Cambie et Ash, 1994).

102Niue. Premna serratifolia est utilisée contre l'asthme (Whistler, 1992).

103Polynésie française. Premna taitensis est une plante médicinale en Polynésie française et ailleurs dans le Pacifique (Cambie et Ash, 1994).

104Samoa. Le jus d'expression des feuilles d'un tout jeune pied de Premna taitensis var rimatarensis est un remède à prendre par voie orale en cas de blessure (Zepernick, 1972), feuilles et écorces en cataplasme contre les problèmes cutanés et les blessures (Whistler, 1992). Le jus d'expression des écorces d'un individu âgé de Premna taitensis var rimatarensis est donné en cas de blessures (Zepernick, 1972) et de difficultés respiratoires telles que l'asthme (Zepernick, 1972). L'infusion de feuilles et d'écorces de Premna serratifolia entre dans des remèdes contre les inflammations cutanées (Whistler, 1992).

105Tonga. L'infusion de feuilles est donnée contre les inflammations (Whistler, 1992).

Infections, ORL et problèmes cutanés

106Fidji. Les feuilles de Premna taitensis var rimatarensis sont broyées, exprimées, et le jus obtenu est instillé en cas d'inflammation oculaire (Zepernick, 1972). Le jus des feuilles de Premna taitensis serait un remède des douleurs et irritations oculaires (Cambie et Ash, 1994). Le jus des feuilles de Premna taitensis serait actif contre la sinusite ; idem pour la décoction d'écorces. La décoction de feuilles de Premna taitensis est donnée contre la diarrhée (Cambie et Ash, 1994).

107Niue. Les feuilles de Premna taitensis sont réputées antituberculeuses (Cambie et Ash, 1994).

108Samoa. Les feuilles entrent dans un remède complexe à prendre par voie orale en cas de problèmes cutanés (Zepernick, 1972). Idem en cas d'abcès à percer, mais on se sert de feuilles jeunes ou non (Zepernick, 1972). Les jeunes feuilles entrent dans un remède contre la gonorrhée (Zepernick, 1972). Des parties non identifiées de Premna taitensis var rimatarensis entrent dans un remède fluide complexe pour bains oculaires (Zepernick, 1972).

109Wallis et Futuna. À Futuna, on prépare une pommade oculaire avec les feuilles broyées de Premna taitensis var rimatarensis (Zepernick, 1972). Idem en cas d'inflammation de l'oreille externe. Idem en cas d'inflammation nasale. Idem en cas d'inflammation du cou, mais le remède est à ingérer.

Stérilité/ fertilité

110Fidji. Barnes et al. (1975) n'ont pu mettre en évidence aucune activité anticonceptionnelle dans des extraits de feuilles, d'écorces et de tiges, obtenus par extraction par solvants et donnés aux rats par voie alimentaire (Cambie et Brewis, 1997). Un remède complexe contenant des écorces de Premna taitensis var. taitensis est donné par voie orale aux femmes stériles (Zepernick, 1972). Le jus des feuilles de Premna taitensis est donné aux femmes avant accouchement/ et pendant l'accouchement pour faciliter ce dernier (Cambie et Ash, 1994). Les écorces de Premna taitensis sont recommandées contre la stérilité féminine (Cambie et Ash, 1994).

111Samoa. Un remède complexe contenant des feuilles de Premna taitensis var. taitensis est donné par exemple en cas d'aménorrhée (Zepernick, 1972) ; usage abortif aussi ; un usage abortif est fait aussi des écorces de la même espèce.

112Wallis et Futuna. À Futuna, les feuilles de Premna taitensis var. rimatarensis servent à la préparation d'une pommade médicinale, utilisée contre une maladie non identifiée probablement liée à la notion de mariage (Zepernick, 1972).

Autres

113Asie. Les racines de Premna serratifolia L. sont utilisées dans l'ex-Indochine dans les affections gastriques ; en Inde, la racine est considérée comme l'une des cinq racines majeures et utilisée comme fébrifuge ; la décoction des feuilles étant employée contre les rhumatismes ; en Indonésie les feuilles sont considérées comme galactogènes (Pételot, 1953). Voir aussi Dymock (1890 réimpression 1972).

114Fidji. Le jus des feuilles de Premna taitensis est donné aux convalescents (Cambie et Ash, 1994) ; idem pour l'écorce. La racine de Premna taitensis serait active contre le cancer (Cambie et Ash, 1994).

115Pacifique Sud. Compilation partielle des indications de Premna serratifolia : emménagogue, asthme et traitementpost-partum, douleurs osseuses profondes, fractures osseuses, appendicite, rhumatismes, œdèmes, céphalées, diarrhée, blessures, migraines, inflammations testiculaires causées par des hernies ; feuilles pour irritations et inflammations oculaires (Anon., 1998 reprenant Whistler 1992 et Weiner, 1984).

116Samoa. Les feuilles de Premna taitensis var. rimatarensis servent à la préparation d'un remède complexe pour chasser la maladie (Zepernick, 1972). Premna taitensis est médicinale aux îles Samoa (Cambie et Ash, 1994).

117Tonga. Le décocté de racines de Premna taitensis entre dans un tonique général (Cambie et Ash, 1994).

118Wallis et Futuna. Est de Futuna : pour traiter la maladie 'avaga caractérisée par un comportement anormal, comme dans les délires ou les psychoses, syndrome généralement consécutif à un deuil et non associé à un comportement irrationnel ; d'abord massages prolongés à l'eau et non à l'huile, puis application de jeunes feuilles de Premna taitensis après manducation, obtention d'un volume de la taille d'une noisette qui est diluée dans un verre d'eau. Le produit obtenu sert à badigeonner le patient qui ne doit pas se laver jusqu'à guérison. L'odeur forte du liniment est aussi censée chasser les esprits à l'origine de la maladie. Sert aussi à soigner les enfants fiévreux (Biggs, 1995).

Usages en cosmétique / parfumerie

119Polynésie française. Tahiti : malgré son odeur nauséeuse, l'inflorescence de Premna obtusifolia servait autrefois aux Tahitiennes à confectionner avec un côte de feuilles de cocotier et des corolles de fleurs de tiaré un ornement appelé horo pour leur chevelure (Pétard, 1986 ; Teai et al., 1998), une publication de l'Université de Polynésie française, laboratoire du Pr Bianchini.

Usage de la fibre : pouvoir calorifique du bois

120Dans le Pacifique. Premna serratifolia est considéré comme l'un des meilleurs bois de chauffe, à haut pouvoir calorifique.

Composition chimique

La racine de Premna integrifolia contiendrait une huile éthérée aromatique (Pételot, 1953).
La racine de Premna integrifolia contiendrait une matière colorante jaune (Pételot, 1953).
L'écorce de tronc de Premna integrifolia contiendrait deux alcaloïdes, la premnine et la ganiarine. La premnine est sympathomimétique chez la grenouille, avec diminution de force de contraction du cœur et dilatation de la pupille (Pételot, 1953).
Sesquiterpènes, diterpènes, hétérosides flavoniques, iridoïdes, dipeptide, lignane, norlignane, phytostérols, hétéroside stéroïdique, polyisoprénoïde, alcanols (Anon. 1998).
Feuilles : lutéoline, premnalatine (bisnorlignane) et β-sitostérol (Dasgupta et al., 1984, Cambie et Brewis, 1997).
Feuilles : verbascoside, iridoïde hétérosidique de Premna corymbosa var. obtusifolia (Otsuka et al., 1993).
Bois : sesquiterpènes et diterpènes (Hegnauer 1990 ; Cambie et Brewis, 1997).
Écorces : aphélandrine (alcaloïde) (Dasgupta, 1984 ; Cambie et Brewis, 1997).
Tiges : treize composés isolés d'un extrait MeOH de tronc de Premna corymbosa var. obtusifolia, dont le premnafolioside et d'autres composes phénoliques (Yuasa et al., 1993).
Bourgeons floraux : composés volatils (Teai et al., 1998).

Pharmacologie et toxicologie

Les racines présentent une activité antimicrobienne (Cambie et Ash, 1994).
Barnes et al. (1975) n'ont pu mettre en évidence aucune activité anticonceptionnelle dans des extraits de feuilles, d'écorces et de tiges, obtenus par extraction par solvants et donnés aux rats par voie alimentaire (Cambie et Brewis, 1997).
Étude de l'activité antidiabétique de Premna integrifolia (Alamgir et al., 2001) ; activité hypoglycémique moyenne de Premna integrifolia (Kar et al, 2003).
Premnazole, alcaloïde antiinflammatoire.
Activité anti-inflammatoire de Premna integrifolia commentée (Prasad, 1970).
Traitement du diabète sucré en Inde par Premna integrifolia (Shankaran et al., 1963).
Indications ayurvédiques de Premna integrifolia (Agnimantha) : flatulence, fièvres, arthrite, « désobstruant » hépatique.
Antimigraineux ( ?) : ancien développement de Premna taitensis comme anti-migraineux (États-Unis, G.-B. et Hollande).

121À noter dans d'autres espèces du genre Premna :

Premmna tomentosa L. : activités antinociceptives et hypnotiques trouvées dans l'extrait méthanolique de feuilles (Devi et al., 2003a) et activités antinociceptives dans un extrait de racines de Premna herbacea (Narayanan et al., 2000), feuilles (à comparer avec les indications de P. serratifolia contre la douleur) ; activités immunomodulatrices et cytoprotectrices de l'extrait de feuilles de Premna tomentosa (Devi et al., 2003b).
Aussi activité cytotoxiques de terpénoïdes de Premna spp. (littérature asiatique) et activité de diterpènes sur Leishmania aethiopica (Habtemariam, 2003). Usage d'un Premna sp. à Bornéo comme antipaludique (Leaman et al., 1995).

Itinéraire de production

122Suffisamment abondant pour études préliminaires.

Orientations

123Espèce particulièrement intéressante à étudier scientifiquement, mais priorité 2 ou 3 pour ses activités hépatoprotectrices, antiseptiques, antiparasitaires (terpènes), anti-inflammatoires, motivant déjà de nombreux travaux, notamment en Asie. Donc, inutile de se lancer dans cette voie.

En revanche, un point spécial en priorité 1, mérite une attention toute particulière : il s'agit des indications répétées et convergentes dans le Pacifique de la médecine traditionnelle contre la douleur, corroborées par des résultats de travaux mettant en évidence des activités antinociceptives dans des Premna spp. asiatiques et par l'existence d'un développement ancien (fin xixe siècle) d'une préparation testée autrefois de manière pseudo-clinique contre la migraine, ce qui constitue une piste de recherche que l'on pourrait classer en priorité 1, d'autant plus que l'une des deux espèces entrant dans le remède (cf. annexe en fin de texte) était citée sous le nom de Premna taitensis. Il faudrait envisager une recherche préliminaire rapide pour savoir si le sujet mérite d'être étudié plus avant.

Bibliographie

Alamgir M., Rokeya B., Hannan J.M.A., Choudhuri M.S.K., 2001 - The effect of Premna integrifolia Linn. (Verbenaceae) on blood glucose instreptozotocin induced type 1 and type 2 diabetic rats. Pharmazie, 56(11) : 903-904

Anon., 1998 - Medicinal Plants in the South Pacific. WHO Regional Publications, Western Pacific Series n° 19, WHO, Manila, 254 p.

Barnes C.S., Price J.R., Hughes R.L., 1975 - An examination of some reputed antifertility plants. Lloydia, 38(2) : 135-140.

Biggs B., 1985 - Contemporary Healing Practices in East Futuna. In : C. Parsons (ed.) Healing Practices in the South Pacific, Honolulu : The Institute for Polynesian Studies : 108-128

Cambie R.C., Ash J., 1994 - Fijian Medicinal Plants. Australia, CSIRO, 365 p.

Cambie R.C., Brewis A.A., 1997 - Anti-fertility plants of the Pacific. Australia, CSIRO, 181 p.

Dasgupta B., Sinha N.K., Pandey V.B., Ray A.B., 1984 - Major alkaloid and flavonoid of Premna integrifolia. Planta Medica, 50(3) : 281.

Devi P.K., Sai Ram M., Sreepriya M., Ilavazhagan G., Devaki T. (2003b) - Immunomodulatory effects of Premna tomentosa extract against Cr (VI) induced toxicity in splenic lymphocytes : an in vitro study. Biomedicine and pharmacotherapy, 57(2) : 105-108.

Devi P.K., Sreepriya M., Bevakit T., Balakrishna K., 2003a - Antinociceptive and hypnotic effects of Premna tomentosa L. (Verbenaceae) in experimental animals. Pharmacology, biochemistry and behavior, 75(2) : 261-264.

Dymock W., Warden C.J.H. , Hooper D., 2005 - Pharmacographia indica, a history of the principal drugs of vegetable origin. New Delhi, Srishti, 2005, 3 Vols., xliv, 1884 p.

Habtemariam S., 2003 - In vitro antileishmanial effects of antibacterial diterpenes from two Ethiopian Premna species : P. schimperi and P. oligotricha. BMC Pharmacology 3 : 6.

Hegnauer R., 1990 - Chemotaxonomie der Pflanzen : eine Übersicht uber die Verbreitung und die systematische Bedeutung der Pflanzenstoffe. 9, Nachtrage zu Band 5 und Band 6 : Magnoliaceae bis Zygophyllaceae. Basel, Bikhàuser Verlag, 786 p.

Kar A., Choudhary B.K., Bandyopadhyay N.G., 2003 - Comparative evaluation of hypoglycaemic activity of some Indian medicinal plants in alloxan diabetic rats. Journal of ethnopharmacology, 84(1) : 105-108.

Leaman D. J., Arnason J.T., Yusuf R., Sangat-Roemantyo H., Soedjito H., Angerhofer C.K., Pezzuto J.M., 1995 - Malaria remedies of the Kenyah of the Apo Kayan, East Kalimantan, Indonesian Borneo : a quantitative assessment of local consensus as an indicator of biological efficacy. Journal of Ethnopharmacology, 49(1) : 1-16.

Narayanan N., Thiruganasambanathan P., Viswanathan S., Kannappa Reddy M., Vijayasekharan V., Sukumar E., 2000 - Antipyretic, antinociceptive and anti-inflammatory activity of Premna herbacea roots. Fitoterapia, 71(2) :147-153.

Otsuka H., Watanabe E., Yuasa K., Ogimi C., Takushi A., Takeda Y., 1993 – A verbascoside iridoid glucoside conjugate from Premna corymbosa var. obtusifolia. Phytochemistry, 32(4) : 983-986.

Pétard P., 1986 - Plantes utiles de Polynésie etRaau Tahiti. Ed. rev. et augm. Papeete, Haere Po No Tahiti, 345 p.

Pételot P.A., 1952-54] - Les plantes médicinales du Cambodge, du Laos et du Vietnam. Tome II. Saïgon, Archives des recherches agronomiques au Cambodge, au Laos et au Viêtnam, N° 18, 284 p.

Smith A.C., 1991 - Flora Vitensis Nova. A new Flora of Fiji (Spermatophytes only), vol. 5. National Tropical Botanical Garden, Hawaii, 626 p.

Teai T., Bianchni J.P., Claude-Lafontaine A., Cambon A., 1998 - Volatile constitutents of the flowers buds concrete from Premna serratifolia L. Journal of Essential Oil Research, 10(3) : 307.

Weiner M.A., [1984] - Secrets of FijianMedicine. 141 p.

Whistler W.A., 1992 - Polynesian HerbalMedicine. Lawai, Kauai, Hawaii, National Tropical Botanical Garden, 238 p.

Yuasa K., Ide T., Otsuka H., Takeda Y., 1993 - Premnafolioside, a new phenylethanoid and other phenolic compounds from stems of Premna corymbosa var. obtusifolia. Journal of Natural Products, 56(10) : 1695-1699.

Zepernick B., 1972 - Arzneipflanzen des Polynesier (plantes médicinales des Polynésiens). Verlag von Dietrich Reimer, Berlin, 307 p.

Rédacteur : C. Cabalion

Sigesbeckia orientalis L. (Asteraceae)

124Nom vernaculaire : Amia (Tahiti), Niou (Marquises).

Statut UICN, accessibilité, abondance

125Herbacée adventice abondante aux Marquises ou aux Australes (vieilles introductions ayant reculé ou disparu devant des vagues plus récentes à Tahiti, parfois cultivée dans les jardins traditionnels), rare à Tahiti (Pétard, 1986).

126Végétation rudérale de basse à moyenne altitude, en station ouverte, mésique à humide. Distribution géographique : Australes, Gambier, Marquises, Société.

Usages

127Usage médicinal contre la teigne, la gale, les maladies de peau, les ulcères, la tension, les coups, l'arthrite, ou comme antidote contre des poisons (Perry, 1980).

Composition chimique

128L'huile des graines contient 20 % d'acides, coronarique (16 %) et vernolique (4 %) (Ansari et al., 1987), à côté des acides gras habituels. Glucoside diterpénique : darutoside. Lactones sesquiterpéniques (orientin).

129Lactones sesquiterpéniques, germacranolides, melampolides (orientalide), dérivés de géranylnérol, ent-pimarènes, darutigénol, (Baruah et al., 1979 ; Barua et al., 1980 ; Zdero et al., 1991).

Un des experts signale que plusieurs acides, nommés acide siegesesterique (I) et acide siegesetherique, ont été isolés des parties aériennes. Ils présentent une structure chimique nouvelle : acides ent-17-acétoxy-18-isobutyryloxy-16(alpha)-kauran-19-oïque et ent-I7-éthoxy-I6(alpha)-(-)-kauran-I9-oïque. (Daet al., 1997). D'autres composés connus ont été isolés : acide ent-16-bêta-17-dihydroxy-kauran-19-oïque, glucoside de bêta-sitostérol, héneicosanol, méthyl-et bêta-sitostérol.

Pharmacologie et toxicologie

130À la Réunion, on l'utilise à l'extérieur comme vulnéraire pour soigner les entorses, les contusions, pour panser les plaies, comme succédané de l'arnica (Pétard, 1986). Effet anti-exudatif pour soigner les rhumatismes (Do Trung et Ha Ngoc, 2001). En Chine, des extraits sont anti-inflammatoires et analgésiques dans le traitement de l'arthrite (Kosuge et al., 1985).

Un des experts signale les activités suivantes : activité anti-allergique de la plante entière par inhibition de la production d'immunoglobulines E (Hwang et al., 2001). Propriétés antiradicalaires de l'extrait butanolique de la plante (Kang et al., 2003).

Intérêt industriel

131Les huiles de graines pourraient être utilisées comme stabilisants dans les plastiques (Ansari et al., 1987).

132Les propriétés anti-allergiques, anti-inflammatoires, antiradicalaires démontrées convergent vers des applications en dermo cosmétique.

Les experts considèrent cependant qu'en raison de son aire de répartition assez large, il sera prudent avant d'entreprendre toute initiative de R&D de bien vérifier si des recherches avancées n'auraient pas été menées d'en d'autres régions du monde, accompagnées de prises de brevets sur les propriétés démontrées.

Bibliographie

Ansari M.H., Suhail A., Ahmad F., Ahmad M., Osman S.M., 1987 - Co-occurrence of coronaric and vernolic acids in Compositae seed oils. Fett Wissenschaft Technologie, 89(3) : 116-118.

Barua R.N. Sharma R.P. Thyagarajan G., Herz W., Govindan S.V., 1980 – New melampolides and darutigenol from Sigesbeckia orientalis. Phytochemistry, 19(2) : 323-325.

Baruah R.N., Sharma R.P., Madhusudanan K.P., Thyagarajan G., Herz W., Murari R., 1979 - A new melampolide from Sigesbeckia orientalis. Phytochemistry, 18(6) : 991-994.

Do Trung D., Ha Ngoc T., 2001 - Acute antiinflammatory effect of the antirheumatic drug SASP-5221. Journal of Tropical Medicinal Plants, 2(2) : 169-174.

Guo Da., Zhang Z.G., Ye G.Q., Lou Z.C., 1997 - [Studies on liposoluble constituents from the aerial parts of Siegesbeckia orientalis L.]. Yao Xue Xue Bao, 32(4) : 282-285

Hwang W.J., Park E.J., Jang C.H., Han S.W., Oh G.J., Kim N.S., Kim H.M., 2001 - Inhibitory effect of immunoglobulin E production by jin-deuk-chal (Siegesbeckia orientalis). Immunopharmacology and Immunotoxicology, 23(4) :555-563

Kang D.J., Yun C., Lee H.S., 2003 - Screening and comparison of antioxidant activity of solvent extracts of herbal medicines used in Korea. Journal of Ethnopharmacology, 87(2-3) : 231-236.

Kosuge T., Yokota M., Sugiyama K., Yamamoto T., Mure T., Kuroki Y., Kose T., Yamazawa H., 1985 - Studies on bioactive substances in the Chinese Materia Medica used for arthritic diseases in traditional Chinese medicine. I. Anti-inflammatory and analgesic effect of Chinese Materia Medica used for arthritic diseases. Yakugaku Zasshi, 105(9) : 845-847.

Perry L.M., Metzger J., 1980 - Medicinal plants of East andSoutheast Asia : attributed properties and uses. Cambridge, MA., MIT Press, 620 p.

Pétard P., 1986 - Plantes utiles de Polynésie etRaau Tahiti. Ed. rev. et augm. Papeete, Haere Po No Tahiti, 345 p.

Zdero C., Bohlmann F., King R. M., Robinson H., 1991 - Sesquiterpene lactones and other constituents from Siegesbeckia orientalis and Guizotia scabra. Phytochemistry, 30(5) : 1579-1584.

Rédacteur : F. Demarne

Tacca leontopetaloides (L.) Kuntze (Taccaceae)

Synonyme

133Tacca pinnatifida J. R. & G. Forst.

Statut UICN, accessibilité, abondance

134Rare à peu abondante, localement parfois très abondante (station) ; depuis l'Asie du Sud-Est à travers le Pacifique jusqu'aux Tuamotu ; géophyte (tubercule, parties aériennes feuilles et inflorescences caduques).

Usages

135Source d'amidon.

136Les tubercules sont réputés laxatifs dans les îles Cook et Rarotonga (Whistler, 1985 ; Holdsworth, 1991).

137L'amidon de Tacca leontopetaloides a été traditionnellement consommé en Mélanésie puis il a servi pendant des décennies d'ingrédient épaississant du secteur alimentaire britannique. Très populaire en Australie vers 1850, la farine était censée aider à la croissance des jeunes enfants. La toxicité de cet amidon semble donc improbable, si le procédé d'extraction reste identique à ce qu'il était. Voir aussi les différents usages modernes de cette farine, dans les autres remarques.

138Aliment traditionnel impopulaire au Vanuatu, comme le sagou, les deux étant obtenus au terme d'une préparation très laborieuse. Délaissés et devenus obsolètes depuis l'introduction au xixe siècle du manioc. Le Tacca leontopetaloides, ou arrow root en anglais, a été largement cultivé au Vanuatu par les missions presbytériennes dans un but d'autofinancement. Cet amidon était exporté en Grande-Bretagne et dans les colonies britanniques comme ingrédient dans la fabrication de biscuits. La fin de ce commerce initié par l'église presbytérienne date des années 1960 (Weightman, 1989).

139Une compagnie australienne produit toujours les « Arnott's Milk Arrowroot », biscuits bien connus au Vanuatu et en Nouvelle-Calédonie dont l'emballage porte toujours le mot « arrow root », mais l'utilisation actuelle de cette farine n'est pas mentionnée.

Composition chimique

140Pourrait contenir des saponines toxiques au vu de ce qui existe dans d'autres espèces de tacca (Mimaki et al., 2001 ; Yokosuka et al., 2002a ; Yokosuka et al., 2002b) et au vu aussi des informations de Pétard sur le sujet (Pétard, 1986).

141Contient des saponines stéroïdiques (Abd El Aziz et al., 1990).

Pharmacologie et toxicologie

142Les extraits aqueux peuvent se révéler des produits de désinfection des eaux contre les formes larvaires (cercaires) de certains parasites (Elsheikh et al., 1990).

143Activité molluscicide (Abd El Aziz et al., 1990 ; Abdel Aziz et al., 1990 ; Elsheikh et al., 1990 ; Vasanth et al., 1990) utilisable dans la lutte contre la malaria.

Orientations

Retenue dans sélection restreinte.

144C'est le « arrow root » polynésien. À l'instar de ce qui se fait en Guadeloupe, il pourrait être intéressant de produire localement un aliment type « tapioca », ou « arrow root » destiné aux enfants et nourrissons, à faible teneur en gluten (teneur à vérifier). Une plante intéressante comme « new food ».

Bibliographie

Abd El Aziz A.M.E., Brain K.R., Blunden G., Crabb T., Bashir A. K., 1990 – Steroidal sapogenins from Tacca leontopetaloides. Planta Medica, 56(2) : 218-221.

Abdel Aziz A., Brain K., Bashir A.K., 1990 - Screening of Sudanese plants for molluscicidal activity and identification of leaves of Tacca leontopetaloides (L.) O. Ktze (Taccaceae) as a potential new exploitable resource. Phytotherapy Research, 4(2) : 62-65.

Elsheikh S.H., Bashir A.K., Suliman S.M.n El Wassila M., 1990 - Toxicity of certain Sudanese plant extracts to cercariae and miracidia of Schistosoma mansoni. International Journal of Crude Drug Research, 28(4) : 241-245.

Holdsworth D. K., 1991 - Traditional medicinal plants of Rarotonga, Cook Islands. Part II. International Journal of Pharmacognosy, 29(1) : 71-79

Mimaki Y., Yokosuka A., Kuroda M., Sashida Y., 2001 - Cytotoxic activities and structure-cytotoxic relationships of steroidal saponins. Biological and PharmaceuticalBulletin, 24(11) : 1286-1289.

Pétard P., 1986 - Plantes utiles de Polynésie et Raau Tahiti. Ed. rev. et augm. Papeete, Haere Po No Tahiti, 345 p.

Vasanth S., Gopal R. H., Rao R. B., 1990 - Plant anti-malarial agents. Journal of Scientific and Industrial Research, 49(2) : 68-77.

Weightman B., 1989 - Agriculture in Vanuatu, a historicalreview. Cheam, The British friends of Vanuatu, 320 p.

Whistler W.A, 1985 - Traditional and Herbal Medicine in the Cook Islands. Journal of Ethnopharmacology, 13(3) : 239-280.

Yokosuka A., Mimaki Y., Sakagami H., Sashida Y., 2002a - New diarylheptanoids and diarylheptanoid glucosides from the rhizomes of Tacca chantrieri and their cytotoxicactivity. Journal of Natural Products, 65(3) : 283-289.

Yokosuka A., Mimaki Y., Sashida Y., 2002b - Spirostanol saponins from the rhizomes of Tacca chantrieri and their cytotoxic activity. Phytochemistry, 61(1) : 73-78.

Rédacteur : F. Demarne

Terminalia glabrata G. Forst. f. var. brownii F. R. Fosberg & M. H. Sachet (Combretaceae)

145L'espèce est divisée par Fosberg & Sachet (1981) en cinq variétés réparties entre les îles Cook, Marquises, Société, Australes et Tuamotu (Smith, 1985,).

146À comparer avec Terminalia catappa L., car il n'existe pratiquement pas de documentation sur la variété concernée par cette fiche.

147Synonyme exclu : Terminalia glabrata sensu A. Gray, syn. de Terminalia littoralis Seemann.

Statut IUCN

148Faible risque à vulnérable.

Accessibilité

Répartition

149Polynésie : Terminalia glabrata et variétés, Terminalia catappa.

150Monde tropical y compris aujourd'hui la Polynésie française.

151En 1845, il est probable que le seul autaraa disponible était Terminalia glabrata Forster, tandis que l'autaraa correspondant à Terminalia catappa L. (Grépin et Grépin, 1980) n'était pas encore introduit ou disséminé en Polynésie.

152Cette dualité se retrouve dans la phytonymie tahitienne actuelle (Pétard, 1986) :

  • autaraa maohi (Terminalia glabrata et sa variété endémique : Terminalia glabrata var brownii F. R. Fosberg & M. H. Sachet).

  • autaraapopaa, Terminalia catappa L., espèce introduite, et dans la phytonymie marquisienne : maii, koai, kouaii (Terminalia glabrata Forster et sa variété endémique), maii haoi (T. catappa).

Usages

Usages médicinaux

153Application sur la peau : aperçu de ces usages dans le monde dans Cabalion (1999) ; Polynésie française : contre l'érysipèle, F de T. glabrata + boutons de Gardenia taitensis (Pétard, 1986).

Autres usages

154Nouvelle-Calédonie :

  • Feuilles, écorces, fruits de Terminalia catappa sont astringents, fébrifuges (Rageau, 1973).

  • Feuilles, écorces, fruits de Terminalia catappa sont astringents, antidiarrhéiques (Rageau 1973).

  • Les feuilles de Terminalia catappa seraient sudorifiques (Rageau, 1973).

  • Les feuilles de Terminalia catappa seraient antirhumatismales (Rageau, 1973).

  • Les feuilles de Terminalia catappa seraient utilisées pour soigner certaines affections gastro-intestinales ou hépatiques (Rageau, 1973).

155Polynésie française :

  • Contre la dysenterie : autara (Terminalia glabrata) (Comeiras, 1845)

  • Contre la syphilis, 3 recettes composées (Grepin et Grepin, 1980)

  • Contre la gonococcie, 1 recette composée (Grepin et Grepin, 1980)

  • Contre l'urétrite gonococcique de gravité variable, 4 recettes composées (Grepin et Grepin, 1980)

  • Contre les bronchites : feuilles et jeunes pousses (Pétard, 1986)

  • Contre l'enflure des testicules et du ventre provoquée par la lymphangite, remède raau hua e rahi e topu comportant les jeunes pousses (Pétard, 1986)

156Reste du monde :

157Revue non effectuée ici, très nombreuses indications de nature diverse.

Usages alimentaires

158Graine oléagineuse comestible

159Nouvelle-Calédonie : de Terminalia catappa L. (Badamier), arbre originaire de Malaisie, communément planté dans les jardins, donne un fruit à amande oléagineuse, comestible (Rageau, 1973).

160Pacifique Sud : l'amandier de l'Inde, Terminalia cattapa L. (sic), présent dans la plupart des territoires du Pacifique Sud, donne une amande comestible très fréquemment utilisée (Massal et Barrau, 1956).

161Polynésie française : amandes comestibles, de 0,4 à 1 g représentant 5 % du poids des fruits séchés (8 à 15 g). Une fois grillées, ces amandes remplacent les amandes ou noisettes. Il faut casser un millier de fruits pour obtenir un kg d'amande. L'amande contient environ 50 % de son poids en huile comestible (Pétard, 1986). Ces données doivent être cependant considérées en tenant compte des problèmes de phytonymie tahitienne actuelle signalés plus haut.

Composition chimique

162Présence de tanin mise à profit jusqu'en 1945 en Polynésie française dans le tannage des cuirs (Pétard, 1986).

163Les composés pigmentés que sont violaxanthine, violéoxanthine, époxide de lutéine, lutéine, deux isomères de la lutéine et de la cryptoxanthine, sont identifiés dans des extraits de feuilles de Terminalia catappa (leaves). Concentration plus faible après saponification. Conservateur nécessaire pour éviter l'oxydation (Lopez-Hernandez et al., 2001).

164Dix-huit composés identifiés dans les extraits de feuilles de Terminalia catappa au CO2 supercritique, dont trois majoritaires : acétate d'éthyle, 6, 10, 14-triméthyl-2-pentadécanone et phytol. Le (E, E)-2,4-decadienal joue un rôle odorant significatif, « odeur huileuse » malgré sa faible concentration, de même qu'une ionone à odeur florale et fruitée (Mau et al., 2003).

165Extrait aqueux de Terminalia catappa ; tanins présents, dont la punicalagine et la punicaline (Lin et al., 2001).

166Présence de squalène dans les extraits au CO2 supercritique d'organes divers lyophilisés de Terminalia catappa, relativement importante, 12,29 %, dans les extraits de feuilles sénescentes (« feuilles abscissiques »), moindre dans les feuilles adultes, pratiquement nulle dans les jeunes feuilles, nulle dans les graines (Ko et al., 2002).

Pharmacologie et toxicologie

167Pour comparaison éventuelle avec T. catappa :

Activité antimutagène et cytotoxiques in vitro sur hépatomes humains d'un extrait CO2 supercritique de feuilles de Terminalia catappa (Ko et al., 2003).
Activité antidiabétique d'extraits de fruits de Terminalia catappa à l'éther de pétrole, au MeOH et à l'eau sur rats traités à l'alloxane, et régénération du pancréas par les extraits au MeOH et à l'eau (Nagappa et al., 2003).
Activité antibactérienne su Gram+ et Gram- (S. aureus et E. coli) d'extraits de racines de Terminalia catappa (Pawar et Pal, 2002).
Activité antibactérienne et antifongique d'extraits de Terminalia catappa (Goun et al., 2003).
Activité antinociceptive, mais ni antihyperalgésique ni anti-inflammatoire, des jeunes feuilles de Terminalia catappa (Ratnasooriya et al., 2002).
Activité antiradicalaire d'un extrait aqueux de Terminalia catappa ; activité la plus forte parmi les tanins présents : la punicalagine et la punicaline (Lin et al., 2001).
Extraits au CO supercritique d'organes divers lyophilisés de Terminalia catappa. Activité antioxydante et antiradicalaire des feuilles (Ko et al., 2002).
Activité antioxydante d'extraits MeOH de feuilles jeunes (vertes), adultes (jaunes) et mortes (rouges) de Terminalia catappa. Étude du pouvoir réducteur, antiradicalaire et chélateur en fonction du solvant utilisé, méthanol, acétate d'éthyle, dichlorométhane, pentane (Chyau et al., 2002).
Activités antioxydantes d'autant plus marquées que les feuilles de Terminalia catappa extraites sont âgées (Mau et al., 2003).
Inhibition dose-dépendante par un extrait EtOH de feuilles de Terminalia catappa sur la variation falciforme d'érythrocytes induite par une solution à 2 % de métabisulfite de Na. Augmentation du temps de coagulation. Intérêt potentiel pour traiter les affections caractérisées par cette forme d'érythrocytes falciformes (Mgbemene et Ohiri, 1999).

Intérêt industriel

168Secteur de la pharmacie. Activités originales, telles que la protection du pancréas et celle des hématies contre induction de la forme falciforme (priorité 3).

169Secteur de la dermato-cosmétique. Inhibition d'enzymes cutanées, si des extraits de feuilles de Terminalia glabrata var. brownii donnaient des activités similaires à celles décrites dans le brevet français no 96 15793 (dépôt 20.12.1996) et dans le brevet WO 98/27956, notamment sur phospholipaseA2 et phosphodiestérase (extrait aqueux). (priorité 1).

170Secteur des compléments alimentaires. Développement des activités probables antiradicalaires, antixydantes et chélatrices d'extraits de feuilles de Terminalia glabrata var. brownii (priorité 2).

Mode de protection

171Problème éventuel : association de Terminalia catappa avec un champignon endophyte, Cryptococcus neoformans var. gattii sérotype C, en Colombie (Escandon et al., 2002).

172Pas d'altérations après 100 jours de jeunes pousses de Terminalia catappa infectées de Cryptococcus neoformans var. gattii, sérotype C, en Colombie (Huerfano et al., 2001).

Orientations

Priorité 1, dermatocosmétique, voir « Intérêt industriel ».

Bibliographie

Cabalion P., 1999 - Terminalia catappa L. in traditional medicines for skin ailments and comments. Rapport non publié.

Chyau C.C., Tsai S.Y., Ko P.T., Mau J.L., 2002 - Antioxidant properties of solvent extracts from Terminalia catappa leaves. Food chemistry, 78(4) : 483 - 488.

Comeiras J.R.A. de, 1845 - Topographie médicale de l'archipel de la Société. Thèse de docteur en médecine, Faculté de médecine de Montpellier, 120 p.

Escandon P, Huerfano S, Castaneda E., 2002 - [Experimental inoculation of Terminalia catappa seedlings with an environmental isolate of Cryptococcus neoformans var. gattii serotype C]. Biomedica, 22(4) : 524-528.

Goun E, Cunningham G, Chu D, Nguyen C, Miles D., 2003 - Antibacterial and antifungal activity of Indonesian ethnomedical plants. Fitoterapia, 74(6) : 592-596.

Grépin F., Grépin M., 1980 - La médecine tahitienne traditionnelle. Paris : Direction des centres d'expérimentations nucléaires, Service mixte de contrôle biologique, 151 p.

Huerfano S., Castaneda A., Castaneda E., 2001 - Experimental infection of almond trees seedlings (Terminalia catappa) with an environmental isolate of Cryptococcus neoformans var. gattii, serotype C. Revista iberoamericana de micologia, 18(3) : 131-132.

Ko T.F., Weng Y.M., Lin S.B., Chiou R.Y., 2003 - Antimutagenicity of supercritical CO2 extracts of Terminalia catappa leaves and cytotoxicity of the extracts to human hepatoma cells. Journal of agricultural andfoodchemistry, 51(12) : 3564-3567.

Ko T.F., Wenig Y.M., Chiou R.Y.Y., 2002 - Squalene content and antioxidant activity of Terminalia catappa leaves and seeds. Journal of agricultural andfood chemistry, 50(19) : 5343-5348.

Lin C.C., Hsu Y.F., Lin T.C., 2001 - Antioxidant and free radical scavenging effects of the tannins of Terminalia catappa L. Anticancer research, 21(1A) : 237-243.

Lopez-Hernandez E., Ponce-Alquicira E., Cruz-Sosa F., Guerrero-Legaretta I., 2001 - Characterization and stability of pigments extracted from Terminalia catappa leaves. Journal offoodscience, 66(6) : 832-836.

Massal E., Barrau J., 1956 - Plantes alimentaires du Pacifique Sud. Nouméa, CPS, Document Technique No. 94, 91 p.

Mau J.L., Ko P.T., Chyau C.C., 2003 - Aroma characterization and antioxidant activity of supercritical carbon dioxide extracts from Terminalia catappa leaves. Food research international, 36(1) : 97-104.

Mgbemene C.N., Ohiri F.C., 1999 - Anti-sickling potential of Terminalia catappa leaf extract. Pharmaceutical biology. 37(2) : 152-154.

Nagappa A.N., Thakurdesai P.A., Venkat Rao N., Singh J., 2003 - Antidiabetic activity of Terminalia catappa Linn fruits. Journal of ethnopharmacology, 88(1) : 45-50.

Pawar S.P., Pal S.C., 2002 - Antimicrobial activity of extracts of Terminalia catappa root. Indian Journal of Medicinal Sciences, 56(6) : 276-278.

Rageau J, 1973 - Les plantes médicinales de la Nouvelle-Calédonie. Paris, ORSTOM, (Travaux et Documents de l'ORSTOM (FRA), No 23), 139 p.

Ratnasooriya W.D., Dharmasiri M.G., Rajapakse R.A.S., De Silva M.S., Jayawardena S.P.M., Fernando P.U.D., De Silva W.N., Nawela A.J.M.D.N.B., Warusawithana R.P.Y.T., Jayakody J.R.C., Digana P.M.C.B., 2002 – Tender leaf extract of Terminalia catappa antinociceptive activity in rats. Pharmaceutical biology, 40(1) : 60-66.

Smith A.C., 1991 - Flora Vitensis Nova. A new Flora of Fiji (Spermatophytes only), vol. 5. National Tropical Botanical Garden, Hawaii, 626 p.

Rédacteur : C. Cabalion

Wikstroemia coriacea Seemann (Thymelaeaceae)

173Il y a eu un réel problème nomenclatural sur ce nom : le type représente une Rubiacée. Le premier nom disponible pour la région est W. coriacea Seemann. W. foetida a été largement utilisé à tort, la synonymie doit donc s'établir ainsi :

Synonymes

  • W. coriacea Seemann

  • Daphnefoetida auct. pl. non s. typi.

  • W. foetida auct. pl. non s. str.

174NB. Il existe un genre Wikstroemia dans les Asteraceae et Wikstroemia dans les Ternstroemiaceae.

175Ces deux noms de genres sont des homonymes, l'un est un nom à rejeter, l'autre un homonyme postérieur. Wikstroemia Endl. (Thymel.) est un nom à conserver.

Statut IUCN

176Non menacé, moyennement accessible et ± répandu.

Autres espèces du genre présentes en Polynésie française

Wikstroemia caudata J. W. Moore, endémique de Raiatea.
Wikstroemia johnplewsii Wagner & Lorence, endémique des Marquises.
J. J. Halda (2000) propose le nom Daphne confusa nomen nov. pour ce taxon. Cette publication confidentielle (Acta Mus. Richnov en Tchéquie) n'étant pas accessible lors de la rédaction de la fiche produit, nous n'avons pas pu vérfier les arguments qui permettent à l'auteur de replacer cette espèce (et donc probablement le genre Wikstroemia) dans le genre Daphne. En tous les cas, cela ne modifie pas la correction du nom dans le genre Wikstroemia.

Accessibilité (répartition géographique et type biologique)

177Arbuste indigène croissant dans les stations ouvertes de végétation mésique à ombrophile de basse à haute altitude aussi sur substrat corallien de motu.

178Distribution géographique : Australes, Marquises, Société.

Usages

179Toxique.

Usage médicinal

180Les guérisseurs l'employaient comme purgatif drastique, vomitif, vésicant et narcotique permettant de traiter la blennorragie, la syphilis, les empoisonnements par certains poissons.

181Dans le cas d'urétrite, les feuilles sont utilisées en association avec Amaranthus gangeticus (sommités) et Lindernia crustacea (plante entière).

182Plantes du genre :

  • L'écorce sert à fabriquer du papier.

  • Le bois est une source d'encens.

183Wikstroemia sp est employée comme ichtyotoxique à Hawai sous le nom de akia (Heizer, 1953).

Composition chimique

184La variété W. foetida var. oahuensis Gray (connue actuellement sour le nom W. oahuensis) contient plusieurs lignanes : wikstromol, daphnorétine, pinorésinol, syringarésinol.

Pharmacologie et toxicologie

185Le wikstromol a présenté une activité antitumorale vis-à-vis de cellules P-388 (leucémie lymphocytaire) (Torrance et al., 1979).

186De plus, le syringarésinol est une molécule à activité anti- agrégante plaquettaire (Bruneton).

187Le glucoside de pinorésinol est une molécule à activité antihypertensive (Bruneton).

188À noter l'ntérêt des lignanes et de leurs dérivés dans la prévention des cancers de la prostate, de l'utérus et du sein.

Contraintes réglementaires

189Aucune si considéré comme une matière première nécessaire à l'extraction.

Orientations

190Toxique.

191Pourrait être une source de molécules à activités thérapeutiques intéressantes. Les molécules isolées peuvent présenter un intérêt. Études phytochimique et pharmacologique.

Bibliographie

Heizer R.F., 1953 - Aboriginal Fish Poisons. Anthropological Papers, 33-42(38) : 225-283

Torrance S., Hoffmann J.J., Cole J.R., 1979 - Wikstromol, antitumor lignan from Wikstroemia foetida var. oahunensis Gray and Wikstroemia uva-ursi Gray (Thymeleaceae). Journal of Pharmaceutical Sciences, 68(5) 664-665.

Rédacteur : I. Fourasté

Notes

1 La rapanone est cytotoxique et présente une activité abortive et anti-fertilité chez la souris.

Table des illustrations

Légende Rapanone
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/834/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 28k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/834/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 20k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540