Version classiqueVersion mobile

Des sols et des hommes

 | 
Alain Ruellan

Chapitre 5. Mieux utiliser les sols

Texte intégral

Champs d'orge, culture en terrasse – Maroc, Haut Atlas

1En ce début de xxie siècle, les sociétés humaines sont partout confrontées à des dysfonctionnements de leurs relations avec les milieux terrestres. Tous les écosystèmes, sans exception, sont maintenant modifiés par les activités humaines dans leur organisation et dans leur fonctionnement ; et nombreux sont les écosystèmes, continentaux et marins, dont l’exploitation excessive et inadaptée conduit à la dégradation irréversible. Or les hommes ont besoin de ces écosystèmes, dont les sols font partie, pour continuer à vivre : alors comment allons-nous nous en sortir ?

Les difficiles relations entre les sols et les hommes

2Parmi les problèmes à affronter, nombreux sont ceux dont la résolution implique des changements dans les relations sols-hommes. Nous en retenons cinq, tout particulièrement urgents :

  • nourrir correctement et durablement les 9 milliards d’hommes qui vivront sur la planète en 2050 ;
  • mettre à la disposition de tous l’accès au minimum indispensable d’eau douce non polluée ;
  • assurer à chacun l’énergie renouvelable dont il a besoin ;
  • freiner les changements climatiques en cours, sources de transformations difficilement prévisibles des écosystèmes et des sols ;
  • gérer les déchets produits par les activités humaines.

Nourrir 9 milliards d’hommes

3En 2050, il faudra nourrir un peu plus de 9 milliards de personnes : l’accroissement mais aussi l’urbanisation de cette population auront entraîné une forte augmentation des besoins alimentaires. Rappelons qu’en ce début de xxie siècle, nous ne sommes que 6 milliards, dont près d’un milliard connaissent la faim et deux autres milliards sont mal nourris et souffrent de carences (la grande majorité des affamés et des mal-nourris sont des paysans : absurde !).

4La résolution de ce problème majeur, qui aujourd’hui préoccupe de plus en plus les acteurs et responsables scientifiques et politiques, passe d’abord par des choix politiques et socio-économiques, que nous n’aborderons pas ici si ce n’est pour rappeler que ces choix doivent favoriser les productions locales et permettre aux populations d’accéder aux aliments, c’est-à-dire de les produire ou de les acheter. Aujourd’hui en effet, la faim dans le monde n’est pas encore en premier lieu la conséquence d’une production agricole mondiale et locale insuffisante : elle est la conséquence pour certaines populations de l’inaccessibilité économique ; la faim des pauvres existe partout.

1. Viêt-nam
Nourrir le monde… le long des routes.

5Il est évident cependant que la résolution de ce problème est également grandement liée aux conditions des milieux, parmi lesquels les sols, leurs caractéristiques et l’utilisation qui en est faite : surfaces disponibles, amélioration de la productivité (sans affecter les autres fonctions des sols), contrôle des dégradations et des écosystèmes auxquels ils appartiennent. La question principale se pose en ces termes : comment produire plus et mieux ? Peut-on augmenter les surfaces cultivées et accroître leur fertilité ? Est-il possible d’améliorer, de valoriser certaines propriétés des sols (agrégation, porosité, teneurs en matière organique), sans porter atteinte aux autres fonctions ? Peut-on lutter avec efficacité contre les dégradations, en particulier les plus graves et les plus répandues (appauvrissements organiques et biologiques, compaction, érosion, salinisation) ?

Assurer à tous un accès à une eau douce non polluée

6On estime aujourd’hui à 2,8 milliards le nombre de personnes qui n’ont pas encore accès à une eau potable en quantité suffisante pour boire, cuisiner et se laver : d’où de graves problèmes de santé. Par ailleurs, on dépasse déjà actuellement de 25 % la capacité qu’a l’eau douce de se renouveler : cela est dû en particulier au fort développement de l’irrigation, pour laquelle on puise de plus en plus dans les nappes phréatiques profondes, peu voire non renouvelables.

7L’un des problèmes majeurs est le raccourcissement du trajet et de la durée des cycles de l’eau : les baisses de porosité des sols, consécutives à leur mise en valeur, contribuent à augmenter les quantités d’eau qui ruissellent à la surface ou circulent à faible profondeur dans les sols. Les eaux de pluie rejoignent ainsi directement les rivières, sans passer ni par les horizons profonds des sols, ni par les nappes phréatiques. Ce cycle raccourci rend l’eau moins disponible en quantité et diminue le pouvoir filtrant et épurateur des sols.

8Une bonne gestion des sols, de leur porosité et de leurs dynamiques biologiques contribue à la résolution des aspects quantitatifs (alimentation des nappes phréatiques, superficielles et profondes, des sources, des ruisseaux…) et qualitatifs (filtrage) des ressources en eau. La concurrence est grande entre les besoins individuels, d’une part, les besoins collectifs, d’autre part (agriculture irriguée, industrie, urbanisation : actuellement, à l’échelle mondiale, on estime que 75 % de l’eau douce disponible est accaparée par le monde agricole).

9L’accès à une eau douce saine est un droit humain au même titre que l’accès à la nourriture : une bonne gestion des sols doit permettre à ces droits de devenir réalité pour tous.

2.
3. Brésil – Amazonie
Le long du fleuve Amazone et de ses affluents, habitat dispersé, villages et villes se développent les pieds dans l’eau, leurs déchets allant souvent directement de l’habitat à la rivière.
Malgré les forts débits de ce réseau hydrographique, la pollution des eaux augmente.

4. Burkina Faso
Irrigation de la canne à sucre par aspersion circulaire.
Les forts besoins induits par ce mode d’irrigation peuvent assez rapidement épuiser les disponibilités en eau, en particulier si celles-ci ne se renouvellent pas assez vite.

5. Brésil – São Paulo
Eutrophisation de la rivière Tietê, à trente kilomètres à l’aval de la ville de São Paulo (photo prise en 1979, avant la mise en place à São Paulo d’une politique de gestion et de traitement des déchets et des eaux usées).
L’eau de ce fleuve est fortement enrichie en nutriments (phosphore, azote) en provenance des égouts de São Paulo.
Cette richesse entraîne le développement de plantes aquatiques et d’une faune et flore microscopiques très consommatrices en oxygène : le milieu aquatique devient asphyxiant, la vie s’y épuise.
On connaît des histoires équivalentes dans les rivières qui traversent des régions d’agriculture intensive, consommatrices de beaucoup d’engrais et d’effluents d’élevage : en Bretagne par exemple, avec le développement le long des côtes de grandes quantités d’algues vertes toxiques.

Fournir à chacun l’énergie dont il a besoin

10Il s’agit de produire plus d’énergie, mais aussi d’en économiser davantage. On peut produire sur les sols de grandes quantités d’agrocarburants. On peut, par ailleurs, selon les sols, réduire plus ou moins les consommations énergétiques nécessaires pour les cultiver. La question principale, cependant, est la suivante : est-il raisonnable de mettre en concurrence, sur les mêmes sols, la production alimentaire et la production énergétique ? Est-il raisonnable, en milieu tropical humide, de remplacer la forêt dense, dont la biodiversité exploitable est très élevée, par des monocultures d’agrocarburants (soja, canne à sucre ou palmier à huile), et cela sur des sols dont le peu de fertilité naturelle s’épuise très rapidement après le défrichement ?

6.
7. Indonésie
En milieu tropical humide (Amazonie, Congo, Indonésie), les grandes forêts déjà menacées et en cours de destruction pour satisfaire les besoins alimentaires des hommes le sont aussi – et le seront de plus en plus – pour produire de l’énergie, des agrocarburants.
On remplace les richesses diversifiées des écosystèmes forestiers et de savane par des monocultures de canne à sucre ou de palmier à huile. Est-ce raisonnable écologiquement ?
Certes non…
Et économiquement ?
Très probablement non plus.

Freiner les changements climatiques en cours

11Ces changements sont en partie la conséquence des gaz à effet de serre produits par les activités humaines (cf. chap. 3). Les sols, par le canal des fonctionnements biologiques et par leurs capacités à stocker du carbone (et de l’azote), jouent un rôle très important dans les cycles des gaz à effet de serre. La gestion anthropique des sols peut, selon les cas, freiner ou accélérer la production de ces gaz, donc contribuer à freiner ou à accélérer les changements climatiques. En outre, les changements climatiques ont et auront des conséquences sur l’évolution des sols : sommes-nous capables de prévoir ce qui va se passer et de nous y préparer ?

12En étudiant les sols de façon détaillée, on peut, en effet, avoir quelques surprises.

13Ainsi l’essartage (agriculture itinérante sur brûlis) consiste à défricher, en s’aidant du feu, une partie de forêt ou de savane pour cultiver une parcelle pendant quelques années ; puis on laisse la parcelle en jachère le temps pour la végétation primaire de se renouveler à peu près. Cette pratique, souvent critiquée en raison de l’utilisation du feu qui, en particulier, libère du carbone dans l’atmosphère, est largement employée dans les régions tropicales, là où la pression démographique permet de respecter un temps de jachère suffisamment long. Au Laos et au Viêt-Nam, l’essartage se développe dans les régions montagneuses : le risque est alors à la fois, d’une part, l’évasion de carbone organique lors du feu, d’autre part, l’érosion des horizons organiques de surface qui ont perdu leur couvert végétal protecteur. Cependant, des mesures précises démontrent qu’il peut en être autrement (travaux de l’IRD et de la recherche agronomique laotienne) : du fait des structures des couvertures pédologiques, sur certaines pentes très fortes les matières organiques sont piégées par la porosité des sols. Dans ce cas, l’agriculture sur brûlis contribue à piéger du carbone dans les sols.

8. Laos
Mise à feu des essarts pour la culture sur brûlis, en région montagneuse.
Du fait de la structure de la couverture pédologique, les matières organiques résiduelles du feu et entraînées par l’érosion s’accumulent dans les sols là où les pentes sont les plus fortes.
Dans ce cas, l’agriculture sur brûlis contribue à piéger du carbone dans les sols.

Gérer les déchets

14Il est important en particulier de mieux gérer les déchets issus de la production agricole et des activités urbaines et industrielles. L’épandage des déchets sur les sols, avec pour objectif leur épuration par les dynamiques pédologiques, n’a de sens que si les quantités épandues ne dépassent pas les capacités d’accueil des sols : ces capacités varient selon les sols et selon les déchets.

9. Brésil – État de São Paulo, ville de Bauru
Une vossoroca (ravine d’érosion) a été choisie pour y jeter une partie des déchets en provenance de quartiers périphériques d’une grande ville.
L’épandage des déchets dans la ravine devrait ralentir son extension.
Mais problème : placée comme elle l’est, il y a risque de pollution des sols et des eaux situés à l’aval.

L’alliance des hommes avec les sols

15Se nourrir, s’abreuver, se fournir en énergie, gérer les changements climatiques, traiter les déchets : à très court terme et parmi d’autres, ce sont cinq défis majeurs à affronter pour les sociétés humaines. Les hommes ne pourront atteindre ces cinq objectifs que s’ils savent, outre la mise en place d’approches politiques, économiques, sociales, techniques, s’allier aux sols pour mieux les utiliser, c’est-à-dire pour mieux en valoriser durablement les diverses fonctions et potentialités. Et n’oublions pas que la faim, l’eau polluée, les modifications climatiques, les déchets mal gérés…, tout cela est à l’origine de nombreux problèmes de santé qu’une bonne gestion des sols doit pouvoir atténuer.

16Il est urgent de s’allier aux sols, c’est-à-dire de faire du sol le compagnon de route dont l’homme a besoin, individuellement et collectivement, pour vivre sans détruire.

17Il s’agit en priorité de se donner les moyens de bien utiliser les sols tout en les respectant, c’est-à-dire sans les dégrader : pour cela, il est indispensable de bien les connaître et de savoir les évaluer. En prend-on le chemin ?

  • 1 Agrimonde : Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développem (...)
  • 2 IAASTD : International Assessment of Agricultural Knowledge, Science & Technology for Development.

18La lecture des nombreuses publications récentes sur ces sujets laisse perplexe (prospective Agrimonde1, expertise IAASTD2). Oui, on y évoque les sols, mais d’une manière très simplifiée : comme si l’on pouvait considérer que les sols étaient à peu près les mêmes où que l’on soit et pouvaient donc être traités partout de la même façon ; comme si les relations hommes-sols étaient identiques en tous lieux sur la Terre. Les experts qui réfléchissent aux choix pour le futur ne prennent pas vraiment en compte la diversité des sols sur la planète, ils ne reconnaissent pas la nécessité de les utiliser en tenant compte, dans le détail, des pédo- et des socio-diversités.

19Dans les chapitres précédents, nous avons présenté l’essentiel de ce qu’il faut connaître au sujet des sols : en particulier, l’originalité et la diversité de leur morphologie, dans l’espace et dans le temps, ainsi que le rôle clé de la vie dans la construction et le fonctionnement des systèmes pédologiques. Le sol est ainsi apparu comme un milieu certes complexe, mais aussi très logique : rien n’est aléatoire dans l’organisation et le fonctionnement des couvertures pédologiques, et pour savoir les utiliser, il faut donc se donner le temps et les moyens de découvrir à la fois ces complexités et ces logiques, c’est-à-dire les lois qui régissent les sols en relation avec les milieux naturels et avec les sociétés humaines.

20Retenons ceci : pour affronter les cinq défis cités ci-dessus, il est essentiel de se donner les moyens de mieux utiliser les sols et, pour cela, il est indispensable de sortir de la simplification des réalités. Il faut au contraire prendre le temps de la découverte et de la compréhension détaillée de la diversité des constituants, des morphologies, des fonctionnements physico-chimiques et biologiques à l’œuvre dans les sols, ainsi que des relations entre ces derniers et les autres milieux (roches, hydrosphère, atmosphère, biosphère, anthroposphère).

Que faire ?

21Comment aider les sols et les hommes à collaborer pour produire plus et mieux, pour mieux gérer les eaux et les ressources énergétiques, pour freiner les changements climatiques, pour gérer les déchets ?

22Faut-il privilégier le « mieux occuper », le « mieux gérer » les surfaces de sol déjà utilisées ?

23Faut-il augmenter les surfaces cultivées, au détriment des écosystèmes aujourd’hui moins anthropisés (forêts, savanes, prairies…) ?

24Faut-il augmenter les surfaces irriguées, très gaspilleuses en eau… et en sol ?

25Comment lutter contre les dégradations et les pollutions qui portent atteinte aux fonctions alimentaires, énergétiques, biologiques, hydriques, atmosphériques des sols et des écosystèmes ?

26À toutes ces questions, il n’y a pas de réponse unique mais, pour réussir, des choix méthodologiques et stratégiques sont à faire.

27Citons-en quelques-uns.

Bien connaître les sols

28À petite échelle, les ressources en sols, leurs rôles et leurs potentialités sont assez bien connus, ce qui permet de planifier leur utilisation à l’échelle des continents… mais ce qui permet aussi à la spéculation foncière, locale et internationale, de s’en donner à cœur joie ! Voir, par exemple, les récentes opérations d’achat et de location d’immenses surfaces cultivables en Afrique par des pays plus riches mais manquant de terres. On sait à peu près où sont localisés, du point de vue agricole, les sols les plus riches et les sols les plus pauvres (encadrés 1 et 2).

29En revanche, à grande échelle, détaillée, les distributions locales, verticales et latérales des caractéristiques des sols sont encore peu connues, donc peu prises en compte par les agriculteurs et par les aménageurs. Par exemple, pour mieux utiliser les sols, pour mieux gérer les relations sols-eaux et sols-atmosphère, il faudrait pouvoir aménager les parcellaires agricoles et urbains en fonction de la réalité des variations pédologiques verticales et latérales, en particulier en fonction des variations des porosités (dont dépendent les fonctions alimentaires et les fonctions d’échanges des sols) : on en est loin… Il faudrait pouvoir établir et réaliser les plans d’occupation des sols en fonction des réalités pédologiques : il n’en est rien, les critères d’ordre foncier ayant actuellement beaucoup plus de poids que les critères pédologiques.

30Mieux connaître les divers types de couvertures pédologiques, leur nature, leur localisation, leur mode et leur vitesse de transformation sous l’action des facteurs naturels et des activités humaines constitue une urgence. En particulier, la cartographie détaillée des sols – des systèmes pédologiques – devrait être réalisée partout : ce sont en effet ces études fines des morphologies pédologiques qui permettent, d’une part, de suivre dans le temps et de prévoir l’évolution des propriétés des sols et, d’autre part, d’utiliser intelligemment et de généraliser les résultats des travaux scientifiques détaillés menés par ailleurs dans les domaines de la physique, de la chimie et de la biologie des sols.

Améliorer les fonctionnements des sols déjà utilisés

31Du point de vue agricole, il s’agit d’essayer de produire mieux, sans dégrader les sols. Mais il s’agit aussi, en valorisant certaines de leurs propriétés, de mieux gérer leurs fonctions essentielles.

32Nous détaillons ci-après trois exemples parmi ces priorités.

10. Nouvelle-Calédonie – Sud
Sur roche basique (coulée volcanique), les structures en agrégats arrondis et poreux se développent facilement (en raison d’un complexe adsorbant élevé, saturé en calcium, d’un taux élevé en matières organiques et d’une forte activité biologique).
Les structures arrondies assurent aux racines un bon « confort morphologique » ; elles facilitent le développement des systèmes radiculaires, qui contribuent alors eux-mêmes au renouvellement permanent de ces structures.

Favoriser le « confort morphologique » nécessaire à la vie dans les sols

33Parmi ces propriétés trop souvent négligées figure ce que l’on peut appeler le « confort morphologique » que les sols peuvent offrir aux systèmes radiculaires des cultures et à l’ensemble des activités biologiques (encadrés 1 et 2). Il importe de favoriser l’utilisation plus fine, plus intime et plus profonde des sols par les racines des plantes et par l’ensemble des activités biologiques qui contribuent au fonctionnement de la vie : augmenter l’épaisseur de sol utilisable et utilisé – donc lutter contre les tassements et les limites brutales entre horizons –, faciliter la pénétration des agrégats par les racines et par l’ensemble des acteurs vivants du sol – cela passe par davantage de matières organiques qui favorisent les agrégations arrondies et poreuses. Les systèmes radiculaires devraient pouvoir être denses jusqu’à au moins 100 cm de profondeur : les capacités d’accueil des activités biologiques par les sols en seraient ainsi fortement augmentées.

34Pour parvenir à une exploitation plus complète des sols (enracinements complémentaires et plus profonds), des pratiques telles que les cultures associées, les assolements, l’agroforesterie sont des voies à privilégier : les nombreuses expériences déjà réalisées un peu partout dans le monde, scientifiques mais aussi paysannes, mériteraient d’être étudiées de plus près, d’être évaluées du point de vue des relations sols – plantes – eaux – atmosphère et d’être diffusées. Des travaux de sélection génétique portant sur les systèmes radiculaires sont aussi à développer.

Encadré 1. Porosités, matières organiques, nutriments : trois piliers de l’alliance entre les sols et les hommes
Parmi les connaissances à affiner pour répondre aux cinq défis de l’alimentation, de l’eau, de l’énergie, de l’air, des déchets, une attention particulière doit être portée à trois caractéristiques importantes des sols : les porosités, les matières organiques, les nutriments qui y sont accessibles.
Les porosités
Les porosités des sols et l’entretien de leur diversité, en surface et en profondeur, sont essentiels. Les divers types de vides sont, en effet, indispensables :
– pour faciliter l’enracinement intime et profond des plantes, condition nécessaire pour leur bonne alimentation. Cet enracinement est lui-même générateur de porosités et les structures en agrégats arrondis et poreux permettent une forte pénétration des racines en leur sein, donc une meilleure alimentation des plantes ;
– pour améliorer la pénétration intime de l’eau sur toute l’épaisseur du sol, jusqu’à la roche :
• l’eau doit en effet pouvoir atteindre, pour échanger et pour se filtrer, le maximum de surfaces d’échange (c’est-à-dire de parois des vides) ;
• la porosité verticale doit aussi faciliter l’arrivée de l’eau, d’une part jusqu’au front d’altération de la roche, là où le matériau sol commence à se fabriquer (l’eau est indispensable à l’altération), d’autre part jusqu’au niveau des nappes phréatiques, donc des sources puis des ruisseaux ;
– pour éviter les ruissellements superficiels, générateurs de l’érosion et des pollutions ;
– pour faciliter l’entretien de la vie : la diversité morphologique et géochimique des vides facilite le développement des diversités biologiques sur toute l’épaisseur de la couverture pédologique ; à chaque type et taille de vides correspondent des activités biologiques spécifiques.
L’homme qui utilise le sol doit donc être très attentif à l’entretien des divers types de porosités et à leur bon usage.
Les matières organiques
La deuxième propriété à laquelle il faut être attentif concerne les matières organiques.
Cela pour trois raisons essentielles :
– les matières organiques des sols contribuent à l’agrégation stable, donc à la construction de porosités stables et durables ;
– les matières organiques stockent des éléments nutritifs et les libèrent en fonction des besoins des plantes et de la vie en général ;
– les matières organiques stockent le carbone, donc contribuent à abaisser les teneurs en carbone dans l’atmosphère.
Les nutriments
Pour que les sols puissent nourrir les plantes, il faut qu’ils soient eux-mêmes nourris. Ils le sont naturellement par l’altération des roches, par les pluies et par les poussières atmosphériques, par les matières organiques, par l’ensemble des activités biologiques… Cela étant, selon les climats, les roches et les couvertures pédologiques, la capacité des sols à nourrir les plantes cultivées varie beaucoup. D’où la question des engrais, souvent indispensables, mais qu’il faut apprendre à apporter de manière nuancée, au cas par cas. Par ailleurs, pour les plantes (comme pour les pédologues…), le sol ne s’arrête pas à 20, 30 ou 40 cm de profondeur. Les racines et toute l’activité biologique peuvent, doivent pouvoir aller beaucoup plus en profondeur, donc pouvoir se nourrir à partir d’un volume de terre beaucoup plus important que celui délimité par le travail du sol. Encore faut-il leur faciliter la tâche.

Mieux gérer l’irrigation

35Dans la même perspective, il est important de chercher à améliorer la productivité des sols irrigués puis, éventuellement, là où l’eau est présente en quantité suffisante, de chercher à augmenter les surfaces irriguées. On relève au niveau mondial beaucoup trop de pratiques néfastes à une bonne utilisation de l’eau d’irrigation : en conséquence, les phénomènes de salinisation, déstructuration, compactage des sols sont trop fréquents ; il en est de même de la salinisation et de la pollution des nappes, du gaspillage de l’eau… ; 77 millions d’hectares de sols irrigués – soit 28 % des surfaces irriguées – ont été dégradés, en particulier par l’accumulation des sels. Or ces dégradations, leurs causes et leurs conséquences sont connues : il faut donc se donner les moyens de faire appliquer les connaissances déjà acquises.

11. Guinée
Rizière de mangrove. Elle est le résultat d’une expérimentation visant à introduire des petits aménagements hydro-agricoles peu onéreux pour permettre une gestion adéquate des eaux de pluie et de mer et augmenter naturellement la fertilité des sols. À droite du drain, on peut voir une rizière aménagée présentant une récolte à maturité et des rendements de 3 t/ha. À gauche du drain, une rizière non aménagée présentant un retard important de maturité et ne donnant des rendements que de 500 kg/ha.

Limiter les dégradations

36Connaître et freiner les dégradations des sols, de leurs fonctions et de leur fertilité est une priorité. Mais il faut aussi évaluer les conséquences des divers types de dégradations sur la fertilité, la productivité des sols, sur les fonctions majeures de ces derniers vis-à-vis de l’eau, de l’air et des cycles biologiques. Il importe enfin de développer les recherches portant sur les vitesses de régénération des caractères dégradés.

Encadré 2. La fertilité des sols
■ Par rapport à la production agricole, la fertilité d’un sol, c’est-à-dire sa capacité à produire de la biomasse, est fonction :
– de sa texture, en particulier des teneurs en argile capable de retenir l’eau et les nutriments utilisables par les racines ;
– des matières organiques et de l’activité biologique qui le structurent et rendent les nutriments biodisponibles ;
– des matières organiques qui le recouvrent : elles contribuent au développement de l’activité biologique, à la conservation de l’eau, à la limitation de l’érosion ;
– des nutriments accessibles, biodisponibles et mobilisables (éléments majeurs et oligo-éléments) ;
– de sa morphologie (agrégats, porosités, horizons), qui assure ou complique l’accessibilité des racines à l’eau et aux nutriments ;
– de l’épaisseur accessible : cette épaisseur peut être limitée par l’apparition de la roche peu altérée, ou d’un horizon pédologique « hostile » (accumulation de calcaire, hydromorphie…), ou par la présence d’une limite structurale (variation brusque de la porosité…).
■ L’ensemble de ces caractères de fertilité d’un sol, d’une « couverture pédologique », se modifie verticalement mais aussi latéralement, selon des lois qu’il faut connaître si on veut valoriser et améliorer ces caractères. Les sols sont le produit de l’altération des roches par l’eau, l’air et la vie ; ils sont donc différents les uns des autres en fonction des climats, des roches, des végétations, des positions topographiques, mais aussi en fonction de leur âge : ces variations latérales existent à toutes les échelles, depuis celle des continents et des régions jusqu’à celle de la parcelle de l’agriculteur et celle de la plante et de ses racines (cf. chap. 1 et 2).
■ Sous végétation naturelle (forêts, steppes, prairies), la fertilité morphologique et chimique des sols est entretenue par l’altération des roches, par les pluies, par les cycles biologiques : les sols les plus riches sont ceux développés sur roches basiques et sous climat moyennement pluvieux (loess sous climat continental ; roches calcaires sous climat méditerranéen semi-aride et sub-humide ; roches calcaires et basaltes des régions tropicales à saison sèche accentuée…). La fertilité chimique des sols est partiellement entretenue par l’activité des racines et par les activités biologiques animales (termites, fourmis, vers de terre…) qui altèrent les roches et font remonter les minéraux issus des altérations.
■ L’érosion naturelle empêche les sols de s’épaissir excessivement, c’est-à-dire de se couper de la roche-mère qui les alimente. Sauf dans les régions tropicales humides et équatoriales, où les horizons supérieurs sont coupés, « déracinés » de leur roche-mère qui ne les alimente plus. Par ailleurs, l’érosion est à l’origine de la mise en place, à l’aval, d’alluvions fertiles.
■ Dans la matière organique des sols, on trouve de l’organique et du minéral.
• L’organique contribue à structurer, à charpenter le sol, le rendant plus ou moins accessible au minéral qu’il contient.
• La composition minérale de la matière organique, produite dans et sur un sol, dépend des caractéristiques morphologiques et minérales des horizons pédologiques où s’enracinent les plantes et où s’active la biodiversité animale. De ce fait, la fertilité minérale des matières organiques dépend, à la fois :
– de la profondeur à laquelle se trouve la roche en voie d’altération,
– de la richesse de cette roche,
– de la profondeur à laquelle se trouvent certains horizons pédologiques enrichis,
– donc de l’épaisseur des sols,
– de la capacité des plantes à s’enraciner profondément.
Au total :
■ Les répartitions géographiques de la fertilité des sols sont fonction des variations spatiales des climats, des roches et des reliefs, mais aussi de l’âge des sols et des systèmes pédologiques, de l’histoire des pratiques agricoles et des aménagements anthropiques.
Au niveau mondial, les sols présentant les meilleures fertilités agricoles sont situés :
– en milieu méditerranéen, en milieu tempéré, en milieu continental : les argiles qui s’y forment sont « bisiallitiques », à forte capacité d’échange ; par ailleurs les lessivages minéraux y sont faibles ;
– dans les plaines ;
– sur roches calciques et calcaires.
Les sols présentant les fertilités les plus faibles sont situés : – en milieu équatorial et tropical humide : les argiles qui s’y forment sont « monosiallitiques », à capacité d’échange faible ; les lessivages minéraux y sont forts ;
– en milieu tempéré océanique et continental froid en hiver, sur roches acides et perméables ; les lessivages minéraux y sont forts ;
– en milieu à relief accentué.
■ La notion de sol cultivable doit être précisée : en fait, tout ce qui est sol est cultivable, mais cela est plus ou moins facile, donc plus ou moins coûteux, et plus ou moins recommandable.
Ainsi :
• on trouve beaucoup de bons sols dans les déserts : oui, mais il faut de l’eau ; on peut dessaler l’eau de mer et la transporter là où on en a besoin : oui, mais quelles seront les conséquences locales et mondiales (climatiques, biologiques…) de ces transformations hydrologiques ?
• il y a beaucoup de bons sols dans les régions à relief accentué ; oui, mais pour les mettre en valeur, il faut les aménager (terrasses pour épaissir les sols, pour pouvoir les irriguer, pour empêcher leur érosion) ;
• il y a beaucoup de bons sols sous les forêts : oui, mais on a besoin des forêts pour la bonne gestion de l’eau, de l’air, de la biodiversité, des futures ressources énergétiques.
■ Les dégradations peuvent atteindre tous les sols utilisés par les sociétés humaines : sols cultivés, sols pâturés, sols urbanisés et industrialisés… mais aussi les sols voisins.
On sait décrire ces dégradations (appauvrissements organiques, biologiques, minéraux ; destructurations et tassements ; érosion ; salinisation ; pollutions ; recouvrement par l’urbanisation…) mais on ne sait pas bien évaluer et chiffrer leur gravité et leurs conséquences sur la fertilité et sur la productivité des sols.

Augmenter les surfaces cultivées

37Au niveau mondial, tous les sols facilement cultivables ne sont pas encore utilisés. Les chiffres avancés sont cependant hétérogènes : certains parlent de la possibilité de doubler ces surfaces sans pour autant diminuer les surfaces actuellement consacrées aux forêts (1,5 milliard d’hectares sont actuellement cultivés ; les estimations des nouvelles surfaces que l’on pourrait encore facilement mettre en valeur oscillent, selon les auteurs, de 1,3 à 3,5 milliards d’hectares) (encadré 3).

38Au-delà des surfaces facilement cultivables, il faut aussi s’interroger sur les potentialités existant dans des milieux plus difficiles.

39Dans les régions montagneuses, peut-on par exemple augmenter de manière significative les surfaces déjà aménagées en terrasses sur pentes fortes ? Doit-on inciter à ne pas cultiver sur pente forte non aménagée ? Le regard comparatif sur divers milieux (montagnes méditerranéennes, Asie du Sud-Est, pays andins) conduit à répondre positivement : l’extension de l’aménagement des sols sur pente forte est possible, voire impératif, à condition cependant que les matériaux pédologiques soient fertiles et que les productions agricoles prévues soient payées à leur juste prix.

40Autre exemple, peut-on envisager de remettre en valeur des sols « marginalisés » par l’évolution des conditions socioéconomiques ? Bien des sols, aujourd’hui considérés comme non cultivables, l’ont été par le passé et pourraient de fait être remis en culture. C’est le cas en milieu méditerranéen des sols rouges, argileux et décarbonatés des Causses : ce sont des sols très fertiles, mais distribués en poches au sein de roches calcaires et dolomitiques très dures (cf. chap. 1 et 2). Dans certaines régions, ces sols, reconquis par la garrigue et par le pâturage extensif, sont depuis peu remis en valeur par la viticulture et l’arboriculture. Il y a aussi dans les déserts d’immenses surfaces de sols excellents enfouis sous les « regs », caillouteux mais faciles à épierrer : mais il faut de l’eau… (cf. chap. 2).

Dans toutes les régions du monde, les agriculteurs font preuve d’imagination et d’efforts pour valoriser au mieux les sols dont ils peuvent disposer.
Ils s’adaptent aux sols et aux pentes, sans avoir forcément les moyens ni le temps de les aménager, et prennent alors le risque de l’érosion.

Dans toutes les régions du monde, les agriculteurs font preuve d’imagination et d’efforts pour valoriser au mieux les sols dont ils peuvent disposer.Ils s’adaptent aux sols et aux pentes, sans avoir forcément les moyens ni le temps de les aménager, et prennent alors le risque de l’érosion.

12. Laos – Au sud de Luang Prabang
Malgré les fortes pentes, le parcellaire ne s’inscrit pas dans une démarche de lutte contre l’érosion. Riz pluvial en vert clair ; jachères de quelques mois à quelques années (graminées et forêts).

13. Équateur
Champs en bandes étroites sur pente très forte.

14. Niger – Village et jardins d’Akodédé
Entre les chaos rocheux dans les plateaux argileux à 1 500 m d’altitude, le développement de jardins irrigués permet la culture de blé, d’agrumes, de figues, mais aussi de pommes de terre et de pêches.
L’avenir de ces jardins dépend de la renouvelabilité de l’eau des nappes phréatiques dans lesquelles on prélève pour irriguer, ainsi que de la chimie de ces eaux (risque de salinisation).

Les agriculteurs aménagent et transforment les sols.
Là où les reliefs sont accentués, les sols fertiles mais peu épais et l’irrigation indispensable, les agriculteurs se lancent dans des aménagements gigantesques, qu’il faut entretenir.
Leurs objectifs sont, principalement, l’épaississement des sols, l’arrêt de toute érosion, l’irrigation.

Les agriculteurs aménagent et transforment les sols.Là où les reliefs sont accentués, les sols fertiles mais peu épais et l’irrigation indispensable, les agriculteurs se lancent dans des aménagements gigantesques, qu’il faut entretenir.Leurs objectifs sont, principalement, l’épaississement des sols, l’arrêt de toute érosion, l’irrigation.

15. Yémen – Djebel Haraz
Les reliefs des hautes terres, montagnes d’origine volcanique, sont sculptés par les terrasses pour faire naître des cultures de sorgho ou de café.

16. Maroc – Haut Atlas occidental
Paysage agricole près de Zawyat Sidi Boujam’a, plateau du Yagour

17. Népal – Région du Kanchenjunga
Cultures en terrasses.
Le riz jaune est déjà mûr, le millet en vert près des villages ne l’est pas.

Encadré 3. Les superficies
Superficie de la planète Terre 51,0 milliards d’hectares
Superficie des continents 15,0 milliards d’hectares
Superficie des sols en culture 1,5 milliard d’hectares
Superficie des sols sous forêts 1,4 milliard d’hectares
Superficie de sols non cultivés, facilement cultivables 1,1 milliard d’hectares
Superficie de sols non cultivés, difficilement cultivables 1,0 milliard d’hectares
Superficies continentales sans sols ou avec des sols très difficilement cultivables (régions trop froides ou trop arides ou trop humides ou sur pentes trop fortes…)
10,0 milliards d’hectares
D’après FAO (2003)

41Enfin, pour augmenter les surfaces mises à la disposition de l’agriculture, il est indispensable de lutter contre le développement excessif et anarchique des surfaces urbanisées, industrialisées, ainsi que de celles consacrées aux voies de communications : en France de 1992 à 2003, 61 000 hectares de terres agricoles ont été bétonnés chaque année ; et, depuis 2006, cette artificialisation progresse : on en est à 86 000 hectares par an, soit l’équivalent, tous les sept ans, de la surface d’un département français. Aujourd’hui, 9 % de la France est ainsi artificialisée, bétonnée (données publiées en juillet 2010 par « Agresta Primeur », revue du ministère de l’Alimentation, de l’Agriculture et de la Pêche). Or, ce sont souvent les meilleurs sols agricoles ainsi que les sols dont on a le plus besoin pour gérer les eaux, les déchets et l’atmosphère qui subissent ce triste sort. Cette situation pose le problème de qui décide, et de comment on décide de l’utilisation des sols. Le sol est un « bien public mondial » dont la privatisation, telle qu’elle existe actuellement, apparaît de plus en plus comme un contresens.

42Tout cela ne se fera que si les conditions économiques et sociales sont modifiées, en prenant en compte des points particulièrement importants :

  • la mise en concurrence de producteurs agricoles dont les « capitaux sols » sont très différents n’a pas de sens ;
  • un hectare de podzol ne produira jamais autant qu’un hectare de chernozem : or, on aura besoin de mettre en valeur ces deux hectares et, pour cela, il sera nécessaire de mieux payer le kilo produit sur podzol que le kilo produit sur chernozem ;
  • les sociétés humaines doivent assurer à leurs agriculteurs les conditions socioéconomiques qui leur permettent de vivre correctement.

Le sol est un « bien public mondial » dont la privatisation, telle qu’elle existe actuellement, apparaît de plus en plus comme un contresens.

18. France – Au nord de Paris
De riches plaines agricoles sont conquises par le développement de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.

Ce n’est pas le sol qui peut s’adapter aux hommes : ce sont les hommes qui doivent chercher à s’adapter à la diversité des sols.

Quelques autres soucis majeurs

43Nous les avons déjà évoqués, nous les rappelons brièvement : l’avenir diversifié des sociétés humaines en dépend.

  • Entretenir et développer les cycles biologiques nutritionnels, en relation avec les « sources » en éléments minéraux : roches-mères, atmosphère, pluies… Limiter les excès de fertilisation minérale, qui se traduisent par de graves pollutions (des sols, des eaux, de l’air), mais aussi éviter d’atteindre l’épuisement des ressources nutritives des sols.
  • Améliorer la circulation et le filtrage de l’eau qui doit, à la fois, désaltérer la vie du sol puis contribuer à l’altération des roches, c’est-à-dire à la formation du matériau sol, et enfin alimenter les nappes phréatiques.
  • Augmenter le stockage du carbone sous la forme de matières organiques qui sont nécessaires pour la construction des porosités, pour l’alimentation des organismes vivants, pour la régulation des teneurs dans l’atmosphère des gaz à effet de serre.
  • Faire très attention aux fonctions non alimentaires des sols (filtre, hydraulique, biodiversité, accumulateur de carbone…). La fonction « agricole » du sol est une « invention » de l’homme, qui lui est certes indispensable, mais dont le développement excessif se fait trop souvent au détriment des fonctions premières du sol. L’utilisation agricole des sols date de 10 000 ans environ ; or les sols et leurs fonctions ont, pour le moins, 450 millions d’années d’histoire ; il ne faut pas oublier ce fait.
  • Prévoir comment les sols, leur fertilité et l’ensemble de leurs fonctions vont évoluer à la suite des changements climatiques. Il s’agit de prévoir l’influence des changements climatiques et de leurs causes sur l’évolution des sols, mais aussi l’influence des sols sur les changements climatiques : il est nécessaire d’élaborer dans ce domaine une politique concrète d’intervention sur les sols, dans le but de freiner les changements climatiques.
  • Quantifier, avec un minimum de précision, les qualités et les défauts des sols ainsi que les dégâts causés par les divers types de dégradations (encadré 4).

44Tout cela doit être fait en tenant compte de toutes les pédodiversités, c’est-à-dire en évitant les « recettes », les solutions passe-partout. Ce n’est pas le sol qui peut s’adapter aux hommes : ce sont les hommes qui doivent chercher à s’adapter aux diversités pédologiques.

Encadré 4. Quantifier
Peut-on dresser l’état des lieux, peut-on quantifier le positif et le négatif des changements dus aux activités humaines ?
La présence de l’homme sur Terre change tout. De plus en plus et de plus en plus vite, les hommes façonnent une Terre nouvelle, qu’ils veulent plus confortable mais qui se révèle comme allant vers l’abolition des diversités avant même d’avoir eu le temps de les connaître et de les comprendre.
Pour ce qui est des sols, les hommes défrichent d’abord pour cultiver : il y a immédiatement perte de diversités et de richesses vivantes, perte de matières organiques, destruction des porosités, développement de l’érosion, appauvrissement en nutriments… Au total, tous les sols cultivés sont modifiés et si on estime que ces modifications portent atteinte aux fonctions que les sols assurent, on dit que les sols sont « dégradés ».
Cependant, il est très difficile de chiffrer, avec précision, l’état des lieux, par exemple de comparer les états d’avancement des dégradations, d’en déduire les conséquences économiques et sociales. Attention, en particulier, à ces cartes mondiales à petite échelle sur lesquelles on délimite, avec une précision très faible, des sols qui seraient très dégradés et des sols qui le seraient moins, voire pas du tout. Il faut admettre que tous les sols cultivés sont transformés, en positif ou, plus souvent, en négatif. Ces transformations ont des coûts, très difficiles à évaluer, mais il est indispensable d’essayer de le faire. Il faut évaluer les conséquences économiques de chaque type de dégradation et les coûts des reconstructions : reconstruire les dynamiques biologiques et organiques, reconstruire et restructurer les horizons compactés et/ou érodés, dessaler, dépolluer…

La fonction « agricole » du sol est une « invention » de l’Homme, qui lui est certes indispensable, mais dont le développement excessif se fait trop souvent au détriment des fonctions premières du sol.

Les paysans modifient la morphologie de la surface du sol et, selon les climats, les sols et les techniques dont ils disposent, les champs sont préparés différemment.

Les paysans modifient la morphologie de la surface du sol et, selon les climats, les sols et les techniques dont ils disposent, les champs sont préparés différemment.

19. Burkina Faso – Nord (Yatenga)
En climat tropical sahélien, sur sol limono-sableux pauvre, les semis du mil et du sorgho se font selon la technique du « zaï » : on creuse des petits trous régulièrement espacés ; pendant la saison des pluies, ces trous recueillent le peu d’eau de pluie qui ruisselle ; puis on sème.
Cette technique peut être améliorée en ajoutant dans les trous le peu de fumier organique dont on peut disposer. Cette technique est une réponse à la formation à la surface des sols de minces croûtes imperméables qui provoquent ruissellement, érosion, pertes d’eau et gênent la croissance des plantules.

20. Togo
En climat tropical, sur roche volcanique basique, formation d’un sol ferralitique argileux, rouge, fertile (Nitisol).
Sol préparé pour la culture de l’igname : la confection de buttes est nécessaire au bon développement du tubercule.

L’avenir est affaire de tous et de chacun

45Le sol n’est pas seulement l’affaire des utilisateurs directs (agriculteurs, industriels, techniciens, constructeurs de routes, services publics et collectivités territoriales), mais aussi de chaque citoyen, car chacun est, d’une manière ou d’une autre, utilisateur des sols.

46Le propriétaire d’une terre ne peut pas continuer à avoir tous les droits concernant l’utilisation de « ses » sols. En particulier, des lois et des plans doivent être élaborés pour protéger les meilleurs sols agricoles, ainsi que les sols qui peuvent l’être, contre les usages non alimentaires et contre les menaces de dégradation de la fertilité et des autres fonctions. L’utilisation correcte des sols exige de chaque citoyen qu’il soit clairement informé et formé à la découverte des couvertures pédologiques.

La Terre est connue… le sol doit l’être

47Les recherches scientifiques menées tout au cours de la seconde moitié du xxe siècle ont révélé l’importance des sols dans le fonctionnement des écosystèmes et dans le déroulement des cycles de l’eau et de l’atmosphère. Elles ont aussi démontré les liens étroits établis entre les sols et les hommes : les populations se sont développées en puisant dans les sols, les liens entre les hommes et les sols se nouant très vite, mais en déséquilibrant, brusquement, les fonctionnements naturels des écosystèmes et des cycles.

48Aujourd’hui, plus que jamais, les hommes ont besoin des sols.

49Et les sols sont là. Bien que blessés, ils continuent à se former, à accueillir le vivant, à réguler les cycles de la matière ; ils sont disponibles pour les hommes. Encore faut-il que les hommes soient raisonnables, c’est-à-dire qu’ils admettent qu’ils doivent, humblement, prendre le temps d’apprendre à les connaître.

17. Tunisie centrale
Champ de coquelicots

Notes

1 Agrimonde : Agricultures et alimentations du monde en 2050 : scénarios et défis pour un développement durable – Inra, Cirad, février 2009.

2 IAASTD : International Assessment of Agricultural Knowledge, Science & Technology for Development.

Table des illustrations

Légende Champs d'orge, culture en terrasse – Maroc, Haut Atlas
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 127k
Légende 1. Viêt-namNourrir le monde… le long des routes.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 528k
Légende 2.3. Brésil – AmazonieLe long du fleuve Amazone et de ses affluents, habitat dispersé, villages et villes se développent les pieds dans l’eau, leurs déchets allant souvent directement de l’habitat à la rivière.Malgré les forts débits de ce réseau hydrographique, la pollution des eaux augmente.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 652k
Légende 4. Burkina FasoIrrigation de la canne à sucre par aspersion circulaire.Les forts besoins induits par ce mode d’irrigation peuvent assez rapidement épuiser les disponibilités en eau, en particulier si celles-ci ne se renouvellent pas assez vite.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 541k
Légende 5. Brésil – São PauloEutrophisation de la rivière Tietê, à trente kilomètres à l’aval de la ville de São Paulo (photo prise en 1979, avant la mise en place à São Paulo d’une politique de gestion et de traitement des déchets et des eaux usées).L’eau de ce fleuve est fortement enrichie en nutriments (phosphore, azote) en provenance des égouts de São Paulo.Cette richesse entraîne le développement de plantes aquatiques et d’une faune et flore microscopiques très consommatrices en oxygène : le milieu aquatique devient asphyxiant, la vie s’y épuise.On connaît des histoires équivalentes dans les rivières qui traversent des régions d’agriculture intensive, consommatrices de beaucoup d’engrais et d’effluents d’élevage : en Bretagne par exemple, avec le développement le long des côtes de grandes quantités d’algues vertes toxiques.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 317k
Légende 6.7. Indonésie En milieu tropical humide (Amazonie, Congo, Indonésie), les grandes forêts déjà menacées et en cours de destruction pour satisfaire les besoins alimentaires des hommes le sont aussi – et le seront de plus en plus – pour produire de l’énergie, des agrocarburants.On remplace les richesses diversifiées des écosystèmes forestiers et de savane par des monocultures de canne à sucre ou de palmier à huile. Est-ce raisonnable écologiquement ?Certes non…Et économiquement ?Très probablement non plus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Légende 8. LaosMise à feu des essarts pour la culture sur brûlis, en région montagneuse.Du fait de la structure de la couverture pédologique, les matières organiques résiduelles du feu et entraînées par l’érosion s’accumulent dans les sols là où les pentes sont les plus fortes.Dans ce cas, l’agriculture sur brûlis contribue à piéger du carbone dans les sols.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 270k
Légende 9. Brésil – État de São Paulo, ville de BauruUne vossoroca (ravine d’érosion) a été choisie pour y jeter une partie des déchets en provenance de quartiers périphériques d’une grande ville.L’épandage des déchets dans la ravine devrait ralentir son extension.Mais problème : placée comme elle l’est, il y a risque de pollution des sols et des eaux situés à l’aval.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 396k
Légende 10. Nouvelle-Calédonie – SudSur roche basique (coulée volcanique), les structures en agrégats arrondis et poreux se développent facilement (en raison d’un complexe adsorbant élevé, saturé en calcium, d’un taux élevé en matières organiques et d’une forte activité biologique).Les structures arrondies assurent aux racines un bon « confort morphologique » ; elles facilitent le développement des systèmes radiculaires, qui contribuent alors eux-mêmes au renouvellement permanent de ces structures.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 930k
Légende 11. GuinéeRizière de mangrove. Elle est le résultat d’une expérimentation visant à introduire des petits aménagements hydro-agricoles peu onéreux pour permettre une gestion adéquate des eaux de pluie et de mer et augmenter naturellement la fertilité des sols. À droite du drain, on peut voir une rizière aménagée présentant une récolte à maturité et des rendements de 3 t/ha. À gauche du drain, une rizière non aménagée présentant un retard important de maturité et ne donnant des rendements que de 500 kg/ha.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 391k
Titre Dans toutes les régions du monde, les agriculteurs font preuve d’imagination et d’efforts pour valoriser au mieux les sols dont ils peuvent disposer.Ils s’adaptent aux sols et aux pentes, sans avoir forcément les moyens ni le temps de les aménager, et prennent alors le risque de l’érosion.
Légende 12. Laos – Au sud de Luang PrabangMalgré les fortes pentes, le parcellaire ne s’inscrit pas dans une démarche de lutte contre l’érosion. Riz pluvial en vert clair ; jachères de quelques mois à quelques années (graminées et forêts).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 278k
Légende 13. ÉquateurChamps en bandes étroites sur pente très forte.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 14. Niger – Village et jardins d’AkodédéEntre les chaos rocheux dans les plateaux argileux à 1 500 m d’altitude, le développement de jardins irrigués permet la culture de blé, d’agrumes, de figues, mais aussi de pommes de terre et de pêches.L’avenir de ces jardins dépend de la renouvelabilité de l’eau des nappes phréatiques dans lesquelles on prélève pour irriguer, ainsi que de la chimie de ces eaux (risque de salinisation).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 514k
Titre Les agriculteurs aménagent et transforment les sols.Là où les reliefs sont accentués, les sols fertiles mais peu épais et l’irrigation indispensable, les agriculteurs se lancent dans des aménagements gigantesques, qu’il faut entretenir.Leurs objectifs sont, principalement, l’épaississement des sols, l’arrêt de toute érosion, l’irrigation.
Légende 15. Yémen – Djebel HarazLes reliefs des hautes terres, montagnes d’origine volcanique, sont sculptés par les terrasses pour faire naître des cultures de sorgho ou de café.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 619k
Légende 16. Maroc – Haut Atlas occidentalPaysage agricole près de Zawyat Sidi Boujam’a, plateau du Yagour
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 304k
Légende 17. Népal – Région du KanchenjungaCultures en terrasses.Le riz jaune est déjà mûr, le millet en vert près des villages ne l’est pas.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 389k
Légende 18. France – Au nord de ParisDe riches plaines agricoles sont conquises par le développement de l'aéroport Roissy-Charles de Gaulle.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 229k
Titre Les paysans modifient la morphologie de la surface du sol et, selon les climats, les sols et les techniques dont ils disposent, les champs sont préparés différemment.
Légende 19. Burkina Faso – Nord (Yatenga)En climat tropical sahélien, sur sol limono-sableux pauvre, les semis du mil et du sorgho se font selon la technique du « zaï » : on creuse des petits trous régulièrement espacés ; pendant la saison des pluies, ces trous recueillent le peu d’eau de pluie qui ruisselle ; puis on sème.Cette technique peut être améliorée en ajoutant dans les trous le peu de fumier organique dont on peut disposer. Cette technique est une réponse à la formation à la surface des sols de minces croûtes imperméables qui provoquent ruissellement, érosion, pertes d’eau et gênent la croissance des plantules.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 429k
Légende 20. TogoEn climat tropical, sur roche volcanique basique, formation d’un sol ferralitique argileux, rouge, fertile (Nitisol).Sol préparé pour la culture de l’igname : la confection de buttes est nécessaire au bon développement du tubercule.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 897k
Légende 17. Tunisie centraleChamp de coquelicots
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8311/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 706k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search