Version classiqueVersion mobile

Des sols et des hommes

 | 
Alain Ruellan

Chapitre 4. Les sols en danger

Texte intégral

Figuier de barbarie et oliviers sur ciel d'orage – Tunisie

L’histoire des sols avant l’homme a été totalement différente de l’histoire de ces 10 000 dernières années.

Hommes et sols : des relations vitales mais conflictuelles

1Depuis 10 000 ans, c’est-à-dire depuis les tout débuts de l’agriculture, l’homme accentue progressivement sa présence sur Terre, sa pression sur l’ensemble des milieux et des ressources : d’abord doucement, puis de plus en plus rapidement, de plus en plus violemment, en particulier pour ce qui est des sols.

2Depuis 10 000 ans, les hommes défrichent, coupent, brûlent. Ils ont abandonné la cueillette, ils labourent et sèment, ils apportent des amendements et des engrais, ils irriguent… Ils construisent aussi des villes, des routes, des usines... Au total, ils génèrent, sans y prêter une attention suffisante, des modifications importantes de la biosphère, de l’atmosphère, de l’hydrosphère et de la pédosphère : les sociétés humaines ont ainsi modifié les sols mais aussi les conditions de l’évolution de ces derniers. L’histoire pré-anthropique des sols fut en effet totalement différente de l’histoire de ces 10 000 dernières années.

1. Brésil – Amazonie
En Amazonie, le défrichement de la végétation naturelle s’est accéléré depuis une cinquantaine d’années : défrichement aveugle destiné à remplacer une immense et productive biodiversité par une agriculture peu diversifiée puis par l’élevage bovin extensif. Le massacre atteint les sols qui perdent leur fertilité structurale, organique, minérale. Partout dans le monde, les défrichements, sans nuance, des couverts végétaux et l’intensification non diversifiée de l’utilisation agricole des sols se poursuivent sans que l’on s’interroge sur les alternatives envisageables.
Pourrait-on essayer de faire autrement ? Doit-on tout détruire pour produire l’alimentation et pour répondre aux autres besoins des hommes ?

3Ce n’est que depuis peu que les sociétés humaines commencent à prendre conscience des risques engendrés par cette situation : dans de nombreuses régions, le sol a été abandonné au triste sort de simple support du rural et de l’urbain.

4Scientifiquement, la prise de conscience moderne de la nécessité de connaître les sols et d’y faire attention date du xixe siècle. Cependant, tout au cours du xxe siècle, priorité fut donnée à une production agricole de plus en plus intensive, sans prendre garde aux destructions que cela entraînait : il fallait produire à tout prix, pour nourrir le monde disait-on, mais aussi pour nourrir les marchés… Priorité aussi à une occupation urbaine, industrielle, routière, tentaculaire, qui s’est souvent développée sur les sols les plus fertiles. On a ainsi épuisé, voire détruit, des centaines de milliers d’hectares de sols et autres milieux naturels, sans penser aux lendemains…

2. France – Montpellier
L’extension des villes, des autoroutes, des zones industrielles… se fait en oubliant la diversité des sols et de leurs fonctions. En France, les sols ne sont pas pris en compte pour l’établissement des plans d’occupation … des sols ! Biodiversité et sols en sont les principales victimes.
En France, on estime à 60 000 hectares la surface de sols qui, chaque année, disparaît sous le béton : 600 000 hectares en dix ans, soit la surface d’un grand département français.

3. Algérie – Oran

4. Brésil – Rio de Janeiro

5. Brésil – Belo Horizonte
À Oran, le front d’urbanisation se déplace en envahissant les plaines fertiles qui furent à l’origine de la création de la ville.
Mais l’urbanisation envahit aussi les collines périphériques. Soit on laisse faire : c’est le cas, par exemple, des favelas (bidonvilles) de Rio de Janeiro, qui s’accrochent à des versants qui sont à tout moment menacés par les glissements de terrain (il y a des morts tous les ans) ; soit on prévoit et on planifie : on entreprend alors (voir Belo Horizonte) des travaux souvent gigantesques, des terrassements qui meurtrissent les sols, et qui souvent sont faits trop vite, sans tenir compte des diversités pédologiques. Ces aménagements provoquent alors de fortes déstabilisations des versants : ruissellements, érosion, glissements de terrain, inondations, « coulées de boue »...

En France, on estime à 60 000 hectares la surface de sols qui, chaque année, disparaît sous le béton : 600 000 hectares en dix ans, soit la surface d’un grand département français.

5Ce n’est que récemment, depuis la fin du xxe siècle, que les attitudes ont commencé à changer… lentement. Aujourd’hui, le sentiment prédomine que les « dégâts » sur les sols et les milieux auxquels ils sont associés sont « considérables ».

6Mais qu’entend-on par « considérable » ? Comment distinguer ce qui est grave de ce qui l’est moins ? Comment reconnaître ce qui est réversible et ce qui ne l’est pas ? Comment chiffrer les baisses de fertilité agricole et leurs conséquences ? Comment évaluer les coûts des changements hydrologiques (crues, pollution) et atmosphériques (accumulation des gaz à effet de serre), ainsi que les coûts des phénomènes d’érosion et de leurs conséquences… ?

Un fait inquiétant : aujourd’hui, la destruction des sols va plus vite que leur construction

7Quand on voyage en Europe à l’époque des labours, un fait intrigue dans le paysage : la couleur des surfaces labourées est changeante ; elle n’est pas uniforme, elle n’est plus uniforme… Un peu partout en effet, on voit apparaître dans les champs labourés des surfaces plus claires, comme une « lèpre blanche » qui s’accroît d’année en année. Or, en y regardant de plus près, on s’aperçoit que les zones labourées plus claires correspondent à des remontées vers la surface, par le travail du labour, d’une terre plus claire située en profondeur : en admettant que, sur une parcelle donnée, la profondeur du labour reste la même d’une année sur l’autre, et qu’elle est partout la même sur la parcelle, cela signifie que, d’année en année, les horizons superficiels A, organo-minéraux, de couleur plus sombre, se sont amincis ; il s’agit là du travail sournois de l’érosion qui, dans certaines zones cultivées, va maintenant plus vite que la formation des sols, et en particulier que la reconstruction pédogénétique de l’horizon A. Cet exemple illustre la gravité de la situation : aujourd’hui, un peu partout dans le monde, la destruction des sols va plus vite que leur construction ; si on n’y est pas très attentif, cette destruction n’est pas toujours visible et quand la « lèpre » apparaît en surface, il est alors souvent déjà trop tard pour réagir : car cela veut dire que l’horizon A, le plus fertile du sol, s’est déjà sérieusement aminci.

La destruction des sols cultivés va plus vite que leur construction…

6. France – Provence
La « lèpre blanche » fait apparaître les surfaces où l’érosion va le plus vite : les ruptures de pente convexes, les hauts de versants, les sommets d’éperons... Le plus souvent, les zones claires correspondent à l’affleurement d’horizons calcaires (horizons S ou Bca ou C), normalement situés au-delà d’une quarantaine de centimètres de profondeur : ils sont rapprochés de la surface par l’érosion et par le labour.
Suite au défrichement et à la mise en culture, l’horizon A du sol s’appauvrit très vite (en quelques années) en matières organiques et en activités biologiques. Il s’ensuit la destruction des agrégats, des migrations d’argile, verticales et latérales, la fermeture partielle des porosités, le développement de tassements : les eaux de pluie ruissellent et l’érosion se développe.

En France, les estimations de l’Inra (Institut national de la recherche agronomique) sont les suivantes : vitesse moyenne de formation des sols = 0,1 à 0,02 mm par an ; érosion moyenne = 1 mm de sols par an.
Cependant, ces chiffres varient beaucoup selon les roches-mères, les climats, les reliefs, les couverts végétaux, les pratiques agricoles…

Tous les sols sont modifiés par l’homme

8Pendant des millions d’années, depuis que la vie existe sur les continents, les sols se sont formés naturellement, sous l’action de l’eau, de l’air, de la vie animale et végétale. Ils se sont formés différemment selon les climats, les roches, les reliefs (cf. chap. 2). Ils se sont différenciés en fonction du temps. Ils se sont épaissis selon les vitesses relatives de l’altération des roches et de l’érosion des surfaces.

9L’arrivée de l’espèce humaine et surtout l’essor de l’agriculture, de l’urbain, de l’industrie ont tout changé : l’homme est rapidement devenu le principal agent de la formation et de l’évolution des sols. Et très récemment, au cours du xxe siècle, tout s’est encore accéléré.

10En effet, maintenant, à l’échelle mondiale, les activités humaines modifient les climats (températures) et les compositions chimiques de l’atmosphère et des pluies : on peut en conclure que tous les sols du monde, fortement dépendants des climats, de l’air et des pluies, sont influencés et en cours de changement : il n’y a plus, nulle part, de sols « naturels », non anthropisés, non influencés par les activités humaines.

11Plus localement, les défrichements des forêts et des steppes, l’intensification de l’agriculture, l’urbanisation, l’industrialisation, le développement des transports, l’accroissement des épandages de déchets…, tout cela agit sur les sols et les transforme.

Quand l’homme prend soin des sols, il les améliore

12Les agriculteurs ont souvent su améliorer la fertilité des sols auxquels ils avaient accès ; ils ont su les protéger contre l’érosion ; ils ont su aménager des sols là où il n’y en avait pas.

13En Amazonie, les « terres noires de l’Indien » (cf. chap. 3) représentent un exemple important de la capacité des hommes à élaborer une fertilité agricole tout en assurant le renouvellement de la forêt, dont ils ont besoin pour se nourrir, se soigner, se loger, s’exprimer.

France – Cévennes
Aménagement des sols en terrasses.
Là où les pentes sont trop fortes et, de ce fait, les sols sont trop minces, les hommes ont souvent réalisé des travaux gigantesques de mise en terrasses avec le double objectif d’empêcher l’érosion et de permettre l’irrigation.

14Tout autour de la Méditerranée, mais aussi un peu partout en Asie, les hommes ont su, autre exemple, aménager en terrasses de cultures les sols peu épais des pentes fortes (cf. chap. 5).

15Et on peut encore citer les polders néerlandais, les bocages bretons, les grands périmètres irrigués des régions arides, mais aussi les apports d’amendements organiques et minéraux : ce sont autant d’exemples des efforts faits par les hommes pour protéger et améliorer les sols dont ils ont besoin pour vivre.

8, 9. Maroc oriental aride
Souvent, si les sols se voient dans un paysage, c’est parce qu’ils ne vont pas bien :
– on les voit parce que, suite à l’usage agricole, leur porosité superficielle est en partie détruite, fermée aux échanges hydriques et gazeux (par le tassement et par la présence d’une pellicule formée par la destruction des agrégats), ce qui gêne le développement de la végétation et favorise le ruissellement de l’eau, donc l’érosion ;

– et surtout on voit les sols justement parce qu’ils sont victimes de déchirures, d’arrachements de leurs couches superficielles, voire du sol tout entier : on les voit parce que l’érosion les blesse.

Quand l’homme force les sols, il les abîme

16Au xxe siècle, en quelques années, des sols agricoles très riches, tels les chernozems (les terres noires) d’Ukraine, se sont appauvris biologiquement, organiquement, minéralement, avec genèse en surface d’horizons fortement lessivés. En quelques années aussi, dans les champs, les structures superficielles en agrégats se détruisent, ce qui mène à la formation de pellicules imperméables qui gênent le développement des plantes et favorisent le ruissellement des eaux de pluie, donc l’érosion : ces phénomènes sont courants dans le monde entier, en particulier partout là où les sols s’appauvrissent en matières organiques.

10. France – Gers
L’irrigation est souvent indispensable pour couvrir les besoins des cultures. Encore faut-il savoir l’utiliser sans excès. En effet, deux dangers principaux guettent les sols irrigués : le compactage des horizons, soumis à l’alternance répétée « trop d’eau-pas assez d’eau » et la salinisation des horizons de surface consécutive à l’évaporation de l’eau d’irrigation. Ici, l’irrigation d’un sol argileux a créé en surface un horizon très compacté ; le labour de cet horizon donne naissance à de grosses mottes très denses.

17Autre phénomène inquiétant, le tassement superficiel, conséquence d’une mécanisation trop lourde (tracteurs, remorques) utilisée dans des conditions d’humidité des sols inadaptées ; ce tassement provient aussi très souvent d’une mauvaise gestion des pâturages (par l’effet du piétinement du bétail). Ces tassements non seulement gênent les activités biologiques, mais ils perturbent aussi la circulation de l’eau, ce qui entraîne :

  • une augmentation importante de la circulation latérale de l’eau dans le sol ;
  • donc moins d’eau disponible vers les fronts d’altération des roches (l’altération en est ralentie) ;
  • mais davantage d’eau ruisselant en surface ;
  • donc des phénomènes d’érosion amplifiés ;
  • une forte augmentation de la violence des crues de fleuves et de rivières ;
  • davantage de transport de sédiments par les rivières en crue.
Quelques-unes des principales dégradations des sols dues aux activités humaines


















11. Thaïlande

12. Maroc – Haut Atlas
Les cascades d’Ouzoud après un orage : les sols développés sur roches sédimentaires rouges du Permo-Trias sont très sensibles à l’érosion.
On les retrouve dans les rivières puis dans les lacs de barrage qu’ils viennent envaser.

L’érosion accélérée des sols : un phénomène grave… et significatif…

18Destruction des structures et des porosités, tassements superficiels et sub-superficiels (genèse de « semelles » de labour), appauvrissements biologiques, organiques et minéraux, modification des voies de circulation hydriques… Tout cela conduit à l’accélération de l’érosion (cf. encadré 2) qui peut prendre des allures catastrophiques : arrachements à l’amont, coulées d’eaux boueuses, sédimentations à l’aval. Cette érosion atteint les horizons les plus riches ; elle conduit à rapprocher de la surface les horizons plus profonds, qui sont moins fertiles.

19L’érosion accélérée des sols est certainement le phénomène le plus grave en matière de dégradation anthropique des couvertures pédologiques. Parce qu’elle traduit d’autres dégradations qui la précèdent et la provoquent (appauvrissements biologiques et organiques, déstructuration, tassement…) et parce qu’elle peut être mortelle : l’érosion en ravines telle qu’on la voit se développer un peu partout dans le monde (voçorocas du Brésil, lavakas de Madagascar, rills d’Afrique du Sud…) est meurtrière pour les couvertures pédologiques ; elle menace les champs mais aussi les zones urbaines.

13. Brésil – État de São Paulo
Au premier plan, on voit que la surface du sol est lisse : la porosité de la surface du sol est fermée (c’est le résultat de la destruction des agrégats par les gouttes de pluie). Pour faciliter la germination des plantes, mais aussi la pénétration des pluies à venir et donc pour alimenter les plantes et empêcher le ruissellement superficiel et l’érosion, l’agriculteur effectue un labour peu profond... qu’il faudrait recommencer après chaque pluie ! La solution réside dans le développement à la surface du sol cultivé d’une couche enrichie en matières organiques, qui assure à la fois la protection contre l’impact direct des gouttes de pluie et l’amélioration des stabilités structurales.

Sinon, ruissellement et érosion se développent très vite et très fort.

20L’érosion en ravines est très destructrice : elle touche les champs cultivés, les pâturages, les constructions urbaines...

14. Brésil – État de São Paulo
Une « voçoroca », développée en quelques années.

Origine, développement et conséquences d’une érosion en ravines

Origine, développement et conséquences d’une érosion en ravines

15. Viêt-Nam
De toute part, des plantations sont menacées par l’érosion sous l’effet de la déforestation et du surpâturage.

16, 17. Brésil – État de São Paulo
Des constructions urbaines, planifiées (lotissements) ou non, sont directement menacées par les voçorocas (ravines) dont la naissance et le développement accéléré sont en partie dus à l’imperméabilisation des sols provoquée par l’urbanisation elle-même.
Les sols sont ferrallitiques (ferralsols).

Encadré 2. L’érosion accélérée des sols : un phénomène grave et significatif
Si les sols sont visibles dans un paysage, c’est souvent parce qu’ils ne vont pas bien :
– on les voit parce qu’ils sont tassés, compactés, ce qui gêne le développement de la végétation ;
– on les voit surtout parce qu’ils sont victimes de déchirures, d’arrachements de leurs horizons superficiels, voire du sol tout entier : on voit les sols parce que l’érosion les blesse.
La source de l’érosion est double : par action de l’eau qui ruisselle parce qu’elle est empêchée de pénétrer dans le sol et par action du vent.
Érosion : arrachement, transport et dépôt de particules et d’agrégats de sol, le dépôt pouvant être proche ou lointain.
L’érosion liée à l’eau qui s’écoule de temps en temps à la surface du sol est un phénomène normal : l’épaisseur d’un sol est le résultat de la différence entre, d’une part, la vitesse de formation du sol à sa base (vitesse de l’altération des roches) et, d’autre part, la vitesse de l’érosion superficielle.
Dans les régions à climat tempéré ou méditerranéen, sous végétation naturelle forestière ou steppique, l’épaisseur des sols s’établit à quelques dizaines de centimètres, voire 1 ou 2 mètres ; c’est une bonne épaisseur, qui permet à l’activité biologique de bien se développer tout en restant en contact avec la roche-mère du sol, roche qui, en s’altérant, nourrit la vie.
Cependant, dans les régions à climat tropical humide, l’altération des roches est beaucoup plus rapide ; l’érosion n’ayant pas alors une vitesse suffisante, les sols atteignent plusieurs dizaines de mètres d’épaisseur et sont de ce fait très appauvris en éléments nutritifs dans leurs horizons supérieurs.
L’érosion des sols est donc nécessaire pour que la vie reste en relation avec une partie importante de ses sources nutritives, qui proviennent de l’altération des roches.
Cela dit, dès que l’homme intervient, en particulier par le biais de l’agriculture et des pâturages, il modifie les conditions de circulation des eaux dans et sur les sols : les porosités superficielles diminuent, le ruissellement des eaux de pluie en surface s’accentue… L’érosion s’accélère en s’attaquant d’abord aux horizons de surface riches en activités biologiques et en matières organiques. Les sols s’amincissent dangereusement, les produits de l’érosion vont se déposer à l’aval des pentes, puis dans les ruisseaux, les fleuves, les lacs… les mers et les océans.
Par ailleurs, dans les régions à saison sèche accentuée, les structures superficielles des sols desséchés s’effritent ; le vent peut alors s’en donner à cœur joie pour arracher les particules argileuses, limoneuses, sableuses qui vont envahir l’atmosphère, souvent très haut et très loin.
Enfin, érosion hydrique veut dire aussi sédimentation à l’aval des éléments arrachés à l’amont. Cette sédimentation est la chance de certaines régions : les alluvions qui, à chaque crue, se déposent sur les basses terrasses et dans les deltas des grands fleuves constituent la richesse principale des peuples agricoles qui s’y sont installés ; le delta du Nil en Égypte en est l’un des meilleurs exemples.
Mais la sédimentation entraîne aussi les glissements de terrain ravageurs ainsi que les dépôts qui accompagnent les inondations et envahissent les maisons et les magasins des villages : tous les ans, en France, des « coulées boueuses » se produisent avec érosion des champs et dépôts dans les cités.
Dans les régions désertiques et leurs pourtours, l’érosion éolienne est accompagnée de la formation de dunes qui, à plusieurs reprises, recouvrent puis découvrent les sols, les végétations, les habitats humains.

19. Burundi
Un glissement de terrain ravage une plantation de bananiers
La pédogenèse crée à l’intérieur des sols des différenciations structurales importantes qui modifient les propriétés mécaniques des couvertures pédologiques par rapport à leur roche-mère. Par ailleurs, les horizons pédologiques ont chacun des comportements mécaniques spécifiques et des discontinuités porales prennent naissance au niveau des limites qui séparent les horizons les uns des autres.
Tout cela peut conduire les sols à des comportements périlleux : en particulier, suite à des événements pluvieux excessifs, des glissements de terrain peuvent se produire brusquement : les horizons supérieurs, trop rapidement engorgés, « coulent » le long des pentes ; ils peuvent aussi glisser au niveau des plans structuraux qui séparent les horizons.

Tout cela coûte… mais combien ?

Quelles conséquences sur l’ensemble de la Terre ?

21La transformation anthropique de l’ensemble des sols du monde est une réalité, qui se traduit par des modifications importantes des autres milieux :

  • la biosphère se modifie et s’appauvrit ;
  • l’atmosphère se pollue et s’enrichit en gaz à effet de serre (gaz carbonique, méthane, oxydes d’azote…) ; en conséquence, les climats changent ;
  • l’hydrosphère : le cycle de l’eau devient plus violent et se raccourcit ; les eaux se polluent ; au total, l’eau se raréfie pour les besoins humains.

22Globalement, la fertilité des milieux et des sols, par rapport aux activités humaines et par rapport à la vie en général, se modifie : certains milieux s’enrichissent, la plupart s’appauvrissent, cela pouvant conduire à l’abandon provisoire, voire définitif, de grandes surface de terres et à la migration de populations. Les réfugiés « pédologiques » existent ; ils fuient les régions où les sols dégradés ne peuvent plus les nourrir : c’est le cas en Afrique des régions tropicales sahéliennes, où il y a conjonction entre les appauvrissements organiques, biologiques, structuraux, minéraux et la sécheresse climatique ; c’est le cas également de la salinisation de grands périmètres irrigués, tel ceux de l’Ouzbékistan (Mer d’Aral).

23Tout cela coûte… mais combien ? La dégradation des sols et ses conséquences sont rarement prises en compte dans le bilan économique et social de la « mise en valeur » d’une région.

24En Bretagne, la politique agricole menée depuis les années 1970 avec suppression du bocage, développement de la culture du maïs-grain peu adapté au climat local, extension excessive des élevages hors-sol producteurs de lisiers (porcs, volailles), cette politique a provisoirement enrichi pendant quelques années ceux parmi les agriculteurs qui ont pu résister à l’expulsion de leur terre pour des raisons économiques ; mais elle a appauvri le capital naturel dont dispose l’ensemble de la société, rurale et urbaine : ces appauvrissements se manifestent sous la forme de pollutions par les nitrates de toutes les nappes phréatiques, d’eutrophisation des milieux côtiers (prolifération des « algues vertes »), de diminution de la biodiversité, de tassement puis d’érosion des sols. Tout cela coûte cher (mais combien ?) et est supporté par l’ensemble de la société, présente et future. Cela n’a pas empêché de reproduire, quelques années après, les mêmes erreurs : aujourd’hui, en Alsace, on détruit le bocage en milieu limoneux pour y développer une agriculture intensive inadaptée. Et cela recommence : fermeture des porosités, ruissellements superficiels, genèse de coulées boueuses qui envahissent les villages… et étonnement des autorités techniques, administratives et politiques…

20. Burkina Faso – Mare d’Oursi
Vent de sable déplaçant des quantités importantes de matériaux (particules et micro-agrégats) arrachés aux sols.

25En Amazonie, autre exemple, le remplacement de la forêt par une agriculture inadaptée se traduit aussi par un appauvrissement considérable, et difficilement réversible des sols : on constate de fortes diminutions des teneurs en matière organique, qui s’évapore dans l’atmosphère sous la forme de CO2 ou de méthane, contribuant ainsi au réchauffement climatique ; il y a aussi lessivage très rapide des faibles teneurs en nutriments minéraux ; il y a encore appauvrissement biologique, érosion… Les sols étant très épais, il faut du temps pour les faire disparaître ; mais les premières années d’érosion portent atteinte aux horizons supérieurs les plus riches, voire les détruisent. Un calcul économique est donc à faire : ces pertes en « capitaux naturels », ces appauvrissements en grande partie irréversibles doivent être comptabilisés. On ne peut pas continuer à évaluer et à chiffrer les avantages et les inconvénients du remplacement de la forêt par des zones cultivées et des zones d’élevage sans y inclure les pertes en richesses naturelles, en particulier les pertes en sols, et les conséquences de ces pertes sur le bien-être actuel et futur des milieux et des sociétés. Qui, en effet, va payer les conséquences des appauvrissements en matières organiques et minérales, les conséquences de l’érosion des sols, des changements hydrologiques, celles des changements climatiques locaux et régionaux ? Ceux qui y vivent et y vivront, les habitants de l’Amazonie et leurs descendants, mais certainement pas les bénéficiaires des défrichements de la forêt.

26Troisième exemple : un peu partout dans le monde, les agriculteurs ont depuis longtemps recours à l’irrigation sans laquelle la production agricole serait faible et aléatoire. Cependant, l’irrigation constitue pour les sols une violente modification des conditions de vie, des sols et dans les sols. Il en résulte plusieurs phénomènes majeurs qui portent atteinte à la fertilité des sols : citons, en particulier, la compaction, conséquence des alternances répétées d’excès d’eau suivis d’une forte dessiccation ; et surtout la salinisation, qui peut conduire à la stérilisation des sols. Au xxe siècle, des investissements très importants, publics et privés, ont été réalisés pour développer l’irrigation ; cependant, très souvent les aménageurs n’ont pas su tenir compte des pédodiversités : résultat, suite aux destructions structurales et aux accumulations de sels, des millions d’hectares sont en cours d’abandon.

27Tout appauvrissement – morphologique, physique, chimique, biologique – des sols a un coût, qui le plus souvent n’est pas assumé par les « propriétaires » mais par la société dans son ensemble. On sait par ailleurs que les modifications locales ayant des influences latérales importantes, cela pose la question des responsabilités et de la propriété : le droit de propriété peut-il continuer à être total, ne doit-on pas réfléchir à la nécessité de distinguer la propriété des sols, qui devrait être publique, non privatisable, de la propriété foncière ?

Table des illustrations

Légende Figuier de barbarie et oliviers sur ciel d'orage – Tunisie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 123k
Légende 1. Brésil – AmazonieEn Amazonie, le défrichement de la végétation naturelle s’est accéléré depuis une cinquantaine d’années : défrichement aveugle destiné à remplacer une immense et productive biodiversité par une agriculture peu diversifiée puis par l’élevage bovin extensif. Le massacre atteint les sols qui perdent leur fertilité structurale, organique, minérale. Partout dans le monde, les défrichements, sans nuance, des couverts végétaux et l’intensification non diversifiée de l’utilisation agricole des sols se poursuivent sans que l’on s’interroge sur les alternatives envisageables.Pourrait-on essayer de faire autrement ? Doit-on tout détruire pour produire l’alimentation et pour répondre aux autres besoins des hommes ?
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Légende 2. France – MontpellierL’extension des villes, des autoroutes, des zones industrielles… se fait en oubliant la diversité des sols et de leurs fonctions. En France, les sols ne sont pas pris en compte pour l’établissement des plans d’occupation … des sols ! Biodiversité et sols en sont les principales victimes.En France, on estime à 60 000 hectares la surface de sols qui, chaque année, disparaît sous le béton : 600 000 hectares en dix ans, soit la surface d’un grand département français.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 249k
Légende 3. Algérie – Oran
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 394k
Légende 4. Brésil – Rio de Janeiro
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende 5. Brésil – Belo HorizonteÀ Oran, le front d’urbanisation se déplace en envahissant les plaines fertiles qui furent à l’origine de la création de la ville.Mais l’urbanisation envahit aussi les collines périphériques. Soit on laisse faire : c’est le cas, par exemple, des favelas (bidonvilles) de Rio de Janeiro, qui s’accrochent à des versants qui sont à tout moment menacés par les glissements de terrain (il y a des morts tous les ans) ; soit on prévoit et on planifie : on entreprend alors (voir Belo Horizonte) des travaux souvent gigantesques, des terrassements qui meurtrissent les sols, et qui souvent sont faits trop vite, sans tenir compte des diversités pédologiques. Ces aménagements provoquent alors de fortes déstabilisations des versants : ruissellements, érosion, glissements de terrain, inondations, « coulées de boue »...
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Légende 6. France – ProvenceLa « lèpre blanche » fait apparaître les surfaces où l’érosion va le plus vite : les ruptures de pente convexes, les hauts de versants, les sommets d’éperons... Le plus souvent, les zones claires correspondent à l’affleurement d’horizons calcaires (horizons S ou Bca ou C), normalement situés au-delà d’une quarantaine de centimètres de profondeur : ils sont rapprochés de la surface par l’érosion et par le labour.Suite au défrichement et à la mise en culture, l’horizon A du sol s’appauvrit très vite (en quelques années) en matières organiques et en activités biologiques. Il s’ensuit la destruction des agrégats, des migrations d’argile, verticales et latérales, la fermeture partielle des porosités, le développement de tassements : les eaux de pluie ruissellent et l’érosion se développe.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 484k
Légende France – CévennesAménagement des sols en terrasses.Là où les pentes sont trop fortes et, de ce fait, les sols sont trop minces, les hommes ont souvent réalisé des travaux gigantesques de mise en terrasses avec le double objectif d’empêcher l’érosion et de permettre l’irrigation.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 436k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 117k
Légende 8, 9. Maroc oriental arideSouvent, si les sols se voient dans un paysage, c’est parce qu’ils ne vont pas bien :– on les voit parce que, suite à l’usage agricole, leur porosité superficielle est en partie détruite, fermée aux échanges hydriques et gazeux (par le tassement et par la présence d’une pellicule formée par la destruction des agrégats), ce qui gêne le développement de la végétation et favorise le ruissellement de l’eau, donc l’érosion ;
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Légende 10. France – GersL’irrigation est souvent indispensable pour couvrir les besoins des cultures. Encore faut-il savoir l’utiliser sans excès. En effet, deux dangers principaux guettent les sols irrigués : le compactage des horizons, soumis à l’alternance répétée « trop d’eau-pas assez d’eau » et la salinisation des horizons de surface consécutive à l’évaporation de l’eau d’irrigation. Ici, l’irrigation d’un sol argileux a créé en surface un horizon très compacté ; le labour de cet horizon donne naissance à de grosses mottes très denses.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 422k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 292k
Légende 12. Maroc – Haut AtlasLes cascades d’Ouzoud après un orage : les sols développés sur roches sédimentaires rouges du Permo-Trias sont très sensibles à l’érosion.On les retrouve dans les rivières puis dans les lacs de barrage qu’ils viennent envaser.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 650k
Légende 13. Brésil – État de São PauloAu premier plan, on voit que la surface du sol est lisse : la porosité de la surface du sol est fermée (c’est le résultat de la destruction des agrégats par les gouttes de pluie). Pour faciliter la germination des plantes, mais aussi la pénétration des pluies à venir et donc pour alimenter les plantes et empêcher le ruissellement superficiel et l’érosion, l’agriculteur effectue un labour peu profond... qu’il faudrait recommencer après chaque pluie ! La solution réside dans le développement à la surface du sol cultivé d’une couche enrichie en matières organiques, qui assure à la fois la protection contre l’impact direct des gouttes de pluie et l’amélioration des stabilités structurales.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 131k
Légende 14. Brésil – État de São PauloUne « voçoroca », développée en quelques années.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 345k
Titre Origine, développement et conséquences d’une érosion en ravines
Légende 15. Viêt-NamDe toute part, des plantations sont menacées par l’érosion sous l’effet de la déforestation et du surpâturage.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-17.jpg
Fichier image/jpeg, 313k
Légende 16, 17. Brésil – État de São PauloDes constructions urbaines, planifiées (lotissements) ou non, sont directement menacées par les voçorocas (ravines) dont la naissance et le développement accéléré sont en partie dus à l’imperméabilisation des sols provoquée par l’urbanisation elle-même.Les sols sont ferrallitiques (ferralsols).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-18.jpg
Fichier image/jpeg, 403k
Légende 19. BurundiUn glissement de terrain ravage une plantation de bananiersLa pédogenèse crée à l’intérieur des sols des différenciations structurales importantes qui modifient les propriétés mécaniques des couvertures pédologiques par rapport à leur roche-mère. Par ailleurs, les horizons pédologiques ont chacun des comportements mécaniques spécifiques et des discontinuités porales prennent naissance au niveau des limites qui séparent les horizons les uns des autres.Tout cela peut conduire les sols à des comportements périlleux : en particulier, suite à des événements pluvieux excessifs, des glissements de terrain peuvent se produire brusquement : les horizons supérieurs, trop rapidement engorgés, « coulent » le long des pentes ; ils peuvent aussi glisser au niveau des plans structuraux qui séparent les horizons.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-19.jpg
Fichier image/jpeg, 807k
Légende 20. Burkina Faso – Mare d’OursiVent de sable déplaçant des quantités importantes de matériaux (particules et micro-agrégats) arrachés aux sols.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8310/img-20.jpg
Fichier image/jpeg, 790k

© IRD Éditions, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search