Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Introduction

p. 11-13


Texte intégral

Le sol, un milieu à découvrir pour mieux construire l’avenir de la planète

1À la surface des continents, là où les roches formées dans les profondeurs de l’écorce terrestre prennent contact avec l’air et l’eau, la vie explose en donnant naissance à l’habitat dont elle a besoin pour se développer. Cet habitat, c’est le sol.

2Le sol est un milieu délimité. Il provient des roches, décomposées et altérées par l’action de l’eau, de l’air, des organismes vivants. Il est constitué de particules minérales partiellement nutritives, mais aussi de composés organiques, autre source d’aliments en provenance des êtres vivants eux-mêmes. Le sol est aussi fait de vides, dans lesquels circulent l’air et l’eau, et qui sont autant de logements et de chemins adaptés aux besoins des animaux et végétaux. Le « milieu sol », qui varie de quelques centimètres à plusieurs mètres d’épaisseur, est structuré : les couleurs et les mottes, les vides, les pellicules et les nodules, les diverses couches qui se superposent sont autant de formes qui permettent de reconnaître les sols et leur diversité. Ces structures sont spécifiques au sol.

3C’est ce sol que les hommes en voie de sédentarisation ont découvert progressivement, pour en faire en quelques millénaires la source principale de leur développement. Pour se nourrir et se soigner, pour se désaltérer et se loger, pour s’habiller, s’éclairer, se chauffer, les hommes, partout dans le monde, ont découvert qu’ils pouvaient puiser dans les sols, à condition cependant de ne pas les épuiser…

4Continuellement créé, formé par des processus liés à la vie, le sol permet le développement, la diversification et le renouvellement de la vie animale et végétale à la surface des continents. Des bactéries aux racines des plantes, hébergeant une multitude d’êtres vivants, le sol leur permet de résister aux conditions les plus défavorables : sécheresses, inondations, grands froids ou chaleurs excessives… Depuis 400 à 500 millions d’années, peut-être beaucoup plus, le sol se forme lentement, par des processus de très longue durée en relation étroite avec les autres milieux terrestres : l’eau, l’air, la biosphère, les roches, les écosystèmes auxquels les sols appartiennent et contribuent. Le sol prend naissance à partir des roches, il s’épaissit et se différencie en fonction des conditions climatiques, de la végétation, du relief. Le sol cependant reste mince, de quelques dizaines de centimètres à quelques mètres : produit résiduel d’une longue histoire, le sol est un épiderme fragile.

Image

1 Brésil central – Goias
Le sol, couverture continue jaune et rouge, est issu de la roche (ici un schiste gréseux mauve).
Il accueille la vie animale et végétale (ici une savane arborée), qui est le moteur principal de sa naissance et de son développement.

Image

2 Maroc – Haut Atlas
Les hommes vivent des sols.
L’alimentation, l’habitat, l’énergie, les minerais sont fournis par les sols. Ici, un paysan travaille le sol pour y faciliter la pénétration de la prochaine pluie : pour que se constitue la réserve d’eau nécessaire à la croissance des plantes, mais aussi pour empêcher le ruissellement, donc l’érosion, de détruire le sol.

Image

3 France – Montpellier
De plus en plus souvent, des ruptures surviennent dans les relations millénaires tissées entre les hommes et les sols. Les villes enterrent les sols, sans se préoccuper ni de leur richesse, ni de leurs fonctions.

5Aujourd’hui, les hommes en sont devenus les maîtres, constructeurs ou destructeurs selon les cas. Ils ont le pouvoir de transformer les sols, très rapidement, jusqu’à les faire même disparaître en quelques instants, avec de graves conséquences pour les cycles de l’eau et de l’air, pour la biodiversité… et pour les hommes eux-mêmes. Un pouvoir d’autant plus dangereux qu’il est souvent devenu aveugle, inconscient, imprévoyant ; les sociétés humaines ne se sont pas souvent donné les moyens d’accompagner leur développement d’une meilleure connaissance des sols, qui leur permettrait d’y être plus attentives et de mieux les préserver pour mieux les utiliser.

6L’histoire récente est inquiétante. Depuis quelques décennies, les hommes deviennent de plus en plus nombreux : cet accroissement de la population fait que les sociétés humaines demandent toujours plus aux sols. Pour répondre à leurs besoins, les hommes exploitent les sols, ce qui est normal : les sols sont essentiels aux hommes. Mais trop souvent, cette exploitation s’accroît sans que l’homme se préoccupe des conséquences, non seulement sur les sols mais aussi sur tout ce qui est en relation avec eux : l’union entre les sols et les hommes, qui a pu fonctionner quand les hommes étaient moins nombreux, se rompt en provoquant de graves dysfonctionnements. Partout dans le monde, les sociétés humaines vivent des sols, mais elles les connaissent mal. Il en résulte des erreurs d’usage qui induisent de fortes dégradations des potentialités et des fonctions majeures assurées par les sols : en retour, ces dégradations influencent les conditions de vie des hommes.

7Connaître les sols de façon à mieux les utiliser est devenu une urgence : il faut nourrir et permettre le développement de six milliards d’humains aujourd’hui, de trois milliards de plus d’ici 2050. À la pression de plus en plus forte exercée sur les sols et leur environnement, il va falloir répondre de façon nuancée : en prenant en compte leurs caractéristiques, leur diversité, leurs dynamiques, leurs logiques spatiales et temporelles, ainsi que les diverses fonctions qu’ils assurent. Pour cela, les citoyens du monde devront comprendre les sols, là où ils habitent, là où ils voyagent. Ils devront savoir s’en inquiéter ou se rassurer ; ils devront pouvoir évaluer les conséquences des erreurs commises sur les sols par les sociétés humaines d’hier et d’aujourd’hui.

Image

4 Afrique du Sud – Natal
Des élevages bovins en excès et mal gérés piétinent et tassent les sols, ce qui provoque leur érosion.

8Socle de la production alimentaire, réservoir d’eau et de matières premières, lieu de stockage du carbone, filtre, réservoir de biodiversité, le sol vit caché, à l’abri des regards. Le plus souvent, il est couvert par la végétation qui s’y enracine mais aussi par les constructions humaines qui y plongent leurs fondations. Dans bien des cas cependant, le sol se voit, se devine : selon les saisons, il fait diversement partie des paysages, il s’offre aux regards distraits des voyageurs qui, le long des routes et autres voies de communication, le voient sans le regarder, le regardent sans le comprendre et sans voir les graves menaces qui pèsent sur lui, et donc sur les cycles de l’eau, de l’air et de la vie.

Image

5. Bolivie – Département d’Oruro
Les riches sols noir d’origine volcanique incitent la vie, les champs de quinoa, à éclater de couleurs.

9Là est notre souci : force est de constater qu’à notre époque, la connaissance du sol ne fait pas partie des connaissances élémentaires acquises dès le plus jeune âge ; le sol ne fait pas partie des savoirs populaires. Beaucoup de ceux qui regardent les paysages, promeneurs ou naturalistes, usagers ou artistes, ne voient pas les sols, c’est-à-dire qu’ils n’y prêtent pas attention, donc ne comprennent pas la signification de ce qu’ils voient, par exemple celle des couleurs et des formes introduites par les sols dans les paysages. Plus grave, beaucoup de ceux qui utilisent les sols, en milieu rural comme en milieu urbain, en ont des visions et interprétations simplistes, qui conduisent à de graves erreurs d’usage. Et beaucoup de ceux qui aujourd’hui se penchent sur l’avenir de notre monde oublient dans leurs raisonnements de prendre en compte la « pédodiversité », la diversité des sols : comme s’ils pouvaient tous être utilisés de la même façon !

10Neuf milliards d’humains sur la Terre en 2050 : il va falloir durablement les nourrir, les alimenter en eau douce, répondre à leurs besoins énergétiques, contenir leur influence sur les changements climatiques, gérer leurs déchets… ; cela ne sera possible qu’avec la « complicité » des sols, que nous devons apprendre à connaître et à mieux utiliser.

11Telle est la contribution que cet ouvrage espère apporter.

12Livre d’images et outil de première découverte, il participe à cette indispensable prise de conscience et de connaissance des sols et de leurs fonctions. Par l’image, simplement commentée, le sol est présenté : ce qu’il est, comment il se construit, à quoi il sert, son unité et ses diversités, comment faire pour le découvrir et l’utiliser sans l’abîmer…

13Les deux premiers chapitres permettent de découvrir comment on peut « décortiquer » les sols et leurs principales propriétés en prenant le temps de les regarder et de les toucher. Puis, on s’interroge, dans les trois chapitres suivants, sur les fonctions des sols, sur les dangers auxquels ils sont exposés et enfin sur les relations, sur les alliances que les hommes doivent tisser avec les sols pour contribuer à mieux réussir l’avenir de la planète : avenir à rechercher dans la valorisation des diversités, humaines et naturelles, dont les sols sont un élément majeur.

14Cet ordre de présentation n’a cependant rien d’obligatoire pour le lecteur. Selon ses motivations et ses connaissances, chacun choisira son itinéraire, les cinq chapitres ayant été écrits indépendamment les uns des autres.

15Faites donc comme il vous plaira : les chapitres 1 et 2 répondent à votre curiosité, le chapitre 3 motive, le chapitre 4 inquiète, le chapitre 5 incite à l’engagement.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.