Vous l’avez sans doute déjà repéré : sur la plateforme OpenEdition Books, une nouvelle interface vient d’être mise en ligne.
En cas d’anomalies au cours de votre navigation, vous pouvez nous les signaler par mail à l’adresse feedback[at]openedition[point]org.

Précédent Suivant

Préface

p. 9-10


Texte intégral

Savoirs et sagesses des sols

1Nous sommes tous redevenus des paysans ! Au moment même où les meilleurs esprits se lamentent sur la fin des campagnes, jamais les humains, les urbains – ou, pour leur redonner leur nom véritable, les Terriens – ne se sont davantage préoccupés des questions terrestres, des affaires terriennes. Si l’on peut définir un paysan par le fait qu’il dépend pour sa subsistance, et parfois pour son contentement, du climat, du sol, de l’eau et des bêtes, grandes et petites, on peut dire que les Terriens sont redevenus collectivement attentifs à toutes ces questions qu’ils croyaient avoir laissées derrière eux en s’agrégeant aux villes. Pas une journée où il ne faille nous préoccuper de la qualité de la nourriture, du sol, des bêtes, des nuages, de l’eau, de la température ou faire respecter nos droits de propriété. Nous parcourons collectivement notre petit domaine de la planète bleue avec le même sentiment d’anxiété, de plaisir, d’attention et de secrète superstition que nos pères le faisaient, naguère, pour leur lopin de terre. À rebours de la plainte sur la mort des paysans, c’est toute une civilisation, d’un bout à l’autre de la planète, qui redevient sensible, mais à une tout autre échelle qu’autrefois, à la question des sols, oui à « Gé », la vieille déesse, pour ne pas dire à « Gaïa », la divinité nouvelle.

2Les humains sont revenus sur Terre. Ce qui ne veut pas dire qu’ils « reviennent à la terre » pour redécouvrir ces liens bucoliques que les fictions réactionnaires ou révolutionnaires leur avaient laissé miroiter. S’il est vrai que « la terre ne ment pas », elle peut sûrement tromper : en s’arrachant à leurs villages de « bouseux », ils avaient cru laisser derrière eux la glèbe et la glaise, et voilà qu’ils la retrouvent devant eux. Ils en ont les bottes toutes crottées.

3En lisant ce livre, admirablement illustré, fruit de toute une vie donnée à cette science majeure des interfaces qu’on appelle la pédologie, on comprendra à quel point il était illusoire de croire que les urbanisés pourraient un jour « quitter la terre » et « s’affranchir des liens du sol ». Le nouveau sol auquel les Terriens stupéfaits découvrent qu’ils sont si durablement rattachés ne peut se comprendre, bien sûr, sans une nouvelle science. Et qu’elle est belle cette science qui parvient à lier ensemble la géologie (l’indispensable roche-mère, qui est souvent d’ailleurs la roche-fille des anciens sols), la biologie (voilà que les micro-organismes se mettent à proliférer dans la moindre motte de terre, sans oublier les vers de terre, ces bulldozers minuscules de notre planète), mais aussi l’archéologie, l’histoire, la sociologie, l’urbanisme, puisqu’il n’est pas une propriété du sol dont ne dépendent en partie les propriétaires des sols. Que de soins les humains portent à leur peau ! Comment pourraient-ils soigner avec la même attention cette fine pellicule d’une folle complexité par laquelle s’établissent les liens de la roche, de l’eau, de la vie, de l’agriculture et de la culture1 ?

4L’historien des sciences se demande toujours, en lisant les pédologues, ce qui se serait passé si l’épistémologie avait pris pour modèle, non pas la mécanique céleste, mais la science des sols. Jamais la science ne se serait éloignée de la Terre. Jamais elle n’aurait été séparée en sciences dures et rigides, d’un côté, et en sciences souples et douces, de l’autre. Jamais surtout elle n’aurait conçu la nature sous la forme si étrange de la res extensa, ce cadre vide et partout semblable qui attend que l’action humaine vienne le remplir plus ou moins arbitrairement. Les « plans d’occupation des sols » n’auraient pas omis de s’intéresser aux sols… et l’on aurait, comme le dit l’auteur, des plans d’occupation pédologique des sols.

5Lisez ce livre : que de différences, que de plages, de places, de climats, de parages distincts. Que d’horizons multiples (ce beau mot d’horizon qui désigne chez les pédologues les nappes révélées par les tranchées et non pas le ciel et ses lointains). Si le paysan est défini par son pagus, alors ce que font les sciences des sols c’est de nous situer, nous aussi, chacun dans un pagus différent qu’il faut apprendre à découvrir et, le mot redevient admirable, à cultiver avec soin. Le modèle de la mécanique céleste est admirable bien sûr, mais il entraîne la pensée à unifier beaucoup trop vite les matériaux divers qui composent l’univers. Les sciences des sols, parce qu’ils sont, et parce qu’elles sont tellement composites, ne peuvent étendre d’un coup, sans discussion, les lois universelles qu’elles sont chargées de découvrir. Elles doivent justement les composer peu à peu. Il n’y a que la pédologie pour permettre de lier, sans que cela jure, le beau mot de « composition » avec l’humble pratique du « compost » ! Entre le jardin et la planète, pour reprendre la belle expression de Gilles Clément, il n’y a que la pédologie qui puisse faire le lien.

6Et c’est pourquoi le sociologue des sciences s’étonne toujours que la science des sols ne soit pas devenue l’une des sciences majeures, parcours obligé des étudiants comme des cultivateurs, des géographes comme des urbanistes ou des juristes. Parce que le sol se situe au croisement de toutes nos actions, on pourrait imaginer que les humains, une fois redevenus des Terriens, en fassent leur médecine et leur philosophie. Ce livre à destination de tous les publics prépare à ce renversement de perspective qui fait de la science le commencement de la sagesse, et de l’attachement à la Terre tout autre chose que ce que les humains « déracinés » avaient imaginé en quittant leurs campagnes. Paysans-savants nous étions, savants-paysans nous serons.

Notes de bas de page

1 Voir l’étonnant compendium à la gloire de la science des sols par Edward Landa et Christian Feller (sous la direction de) : Soil and Culture, Springer, 2009.

Précédent Suivant

Le texte seul est utilisable sous licence Licence OpenEdition Books. Les autres éléments (illustrations, fichiers annexes importés) sont « Tous droits réservés », sauf mention contraire.