Version classiqueVersion mobile

La pêche aux Antilles

 | 
Gilles Blanchet
, 
Bertrand Gobert
, 
Jean-Alfred Guérédrat

Conclusion

Texte intégral

1Au moment de conclure cet ouvrage, on en rappellera d’abord l’objet. Il était, avant tout, d’effectuer une synthèse des travaux effectués dans le cadre du Pôle de recherche océanologique et halieutique caraïbe au cours des quinze dernières années. Le Pôle caraïbe n’a jamais eu l’ambition ni les moyens de traiter de tous les aspects de la pêche aux Antilles françaises. Cet ouvrage n’est donc pas une étude exhaustive, mais plutôt un regard porté par la communauté scientifique sur ce domaine d’activité. S’il n’est jamais facile de dépasser les clivages disciplinaires et de faire abstraction des concepts et des formulations spécifiques auxquels sont habitués les chercheurs, le recours à des auteurs appartenant à différentes disciplines a permis à chacun de formuler son point de vue et d’apporter un éclairage qui lui est propre sur cet objet commun. Le principal apport de cette synthèse consiste sans doute dans ces regards croisés, qu’il est rare de pouvoir rassembler et présenter de façon synthétique et claire aux acteurs de la pêche.

2Cet ouvrage n’est pas le fruit d’un colloque ou d’une table ronde rassemblant à un moment et en un lieu donnés tous les acteurs concernés pour faire le point d’une question ou d’un problème. Il ne s’apparente pas non plus à un travail d’expertise qui consiste à se livrer à un tour d’horizon général avant d’établir un diagnostic et de formuler des avis et des recommandations. Son ambition est, plutôt, de prendre du recul par rapport aux débats qui rassemblent et parfois opposent les acteurs du monde de la pêche, les pêcheurs, leurs représentants et ceux qui sont chargés de définir et de mettre en place des politiques appropriées. Elle est de mettre à la disposition de tous une information scientifique aussi complète et aussi objective que possible permettant aux uns et aux autres d’ajuster leurs conduites aux réalités décrites en connaissance de cause.

3Ce n’est pas sortir de ce rôle que de souligner que, pour se maintenir et progresser la pêche n’a pas d’autre choix que de s’inscrire dans une perspective de développement durable. Elle ne peut, pour y parvenir faire l’économie d’une gestion plus rationnelle, d’une plus grande ouverture sur l’extérieur et d’une plus grande sensibilité à son environnement.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search