Version classiqueVersion mobile

La pêche aux Antilles

 | 
Gilles Blanchet
, 
Bertrand Gobert
, 
Jean-Alfred Guérédrat

Présentation

Texte intégral

Fig. 1 Carte de la région caraïbe.

1Entre la mer des Caraïbes et l’océan Atlantique se déploie le long archipel des Antilles qui se décompose en deux groupes : dans sa partie septentrionale, les Grandes Antilles (Cuba, Haïti, République Dominicaine et Porto Rico) et, dans sa partie orientale, les Petites Antilles (fig. I). L’arc insulaire des Petites Antilles se compose en réalité de deux chaînes d’origine volcanique mais d’âge géologique différent, qui s’individualisent au nord de la Guadeloupe (fig. 2).

2La Martinique et la Guadeloupe sont les deux plus grandes îles des Petites Antilies, tant par la superficie (1 100 km2 pour la Martinique et 1 700 km2 pour la Guadeloupe) que par la population (422 000 habitants pour la Martinique et 381 000 pour la Guadeloupe en 1999, soit des densités de 338 et 248 hab./km2). Entourées d’îles majoritairement indépendantes et anglophones, elles présentent aussi la particularité d’être des départements français.

3Leur environnement marin est marqué par son caractère tropical et l’étroitesse des plateaux insulaires. Situées à une latitude comprise entre 14° et 18° N, elles sont baignées toute l’année par les eaux du courant nord-équatorial, dont la température, comprise entre 24 et 28 °C, est favorable à la croissance des récifs coralliens. En dehors des îles de Saint-Barthélémy et de Saint-Martin situées au nord et rattachées à la Guadeloupe, le plateau sous-marin qui les entoure est étroit et haché par les canaux qui séparent les îles les unes des autres, ce qui n’est pas sans conséquences sur le plan halieutique.

4C’est ainsi que les ressources côtières sont dominées par des poissons, crustacés et mollusques qui sont inféodés aux récifs coralliens et aux écosystèmes qui leur sont associés (herbiers). Ces populations et, en particulier celles de poissons, sont riches (beaucoup d’espèces), diverses (peu d’individus par espèce) et peu ou pas migratrices. Il en résulte qu’en dépit des apparences ces ressources ne peuvent fournir qu’une production halieutique largement inférieure à celle qu’on peut obtenir dans les régions tempérées. À côté de ces espèces démersales (qui vivent près du fond), ces ressources côtières comportent aussi quelques espèces pélagiques (qui vivent près de la surface) et sont peu abondantes.

Fig. 2 Carte de l’archipel des Petites Antilles
(en gris clair, profondeurs inférieures à 200 m).

5L’essentiel des ressources pélagiques se situe au large et se compose d’espèces hauturières migratrices (poissons volants, thons et bonites, daurades coryphènes, espadons et marlins), qui se déplacent le plus souvent en bancs. Leur habitat n’est pas limité par l’étroitesse du plateau, comme c’est le cas pour les espèces démersales, mais leur densité est faible car les eaux du large sont pauvres en sels nutritifs et biologiquement peu productives. Les caractéristiques de ces ressources (proximité, densité) sont finalement peu favorables au développement d’une pêche industrielle à grande échelle.

6C’est l’une des raisons pour lesquelles les activités de pêche à la Martinique comme à la Guadeloupe conservent un caractère essentiellement artisanal. Elles se pratiquent à petite échelle, à la journée, sur de petites embarcations non pontées (gommiers, yoles, saintoises) propulsées par des moteurs hors-bord. Ce caractère artisanal est loin d’être synonyme de stagnation ou de retard technique. À la Martinique, par exemple, le gommier traditionnel a été remplacé par des yoles en bois puis par des canots en fibre de verre, dont les modèles les plus récents sont conçus pour atteindre des vitesses élevées. Les moteurs ont eux-mêmes vu leur puissance augmenter de façon considérable et il n’est pas rare aujourd’hui de voir une yole plastique propulsée par un moteur de plus de 150 ch.

7En dehors de cette petite pêche traditionnelle pratiquée à la journée par des embarcations non pontées de 6 à 8 m de long, on distingue une pêche côtière artisanale effectuée par des navires pontés de 8 à 12 m de long qui peuvent rester plusieurs jours en mer (on en comptait un peu plus d’une douzaine à la Martinique et à la Guadeloupe à la fin des années 1990) et une pêche au large pratiquée par quelques unités de 16 à 23 m dé long qui partent pour des campagnes de pêche de trois semaines en Guyane.

8À la même époque, le nombre total d’embarcations de pêche immatriculées à la direction départementale des Affaires maritimes était voisin de 2 000 à la Martinique comme à la Guadeloupe, mais le nombre des navires armés pour la pêche était bien moindre. Celui des pêcheurs enrôlés ne dépassait pas, quant à lui, le millier dans chaque île, mais il serait nécessaire de multiplier ce chiffre par deux pour avoir une idée du nombre de pêcheurs se livrant effectivement à la pêche. La multiplicité des sites de débarquement et des points de vente directe du producteur au consommateur ; comme le fait qu’une fraction importante des pêcheurs ne sont pas déclarée officiellement, font qu’il est également difficile de se faire une idée de la production annuelle de ce secteur d’activité. Elle serait aujourd’hui de l’ordre de 10 000 tonnes de poissons à la Guadeloupe et de 6 000 tonnes à la Martinique. La consommation annuelle de chaque île étant d’environ 16 000 tonnes, seul le recours à des importations permet de faire face à l’insuffisance chronique de la production.

9En ce qui concerne les techniques de pêche, elles semblent bien adaptées aux contraintes du milieu, au relief accidenté des fonds comme aux comportements propres à chaque espèce, et n’ont pas vraiment évolué au cours des dernières décennies. La pêche des espèces démersales repose sur l’utilisation de casiers ou nasses (en grillage et, de plus en plus rarement, en bambou) qui sont relevés une ou deux fois par semaine. Elle se fait aussi à l’aide de filets de fond (filets maillants ou trémails) calés de jour ou de nuit, de lignes (à main ou palangres), et de filets tournants mis en œuvre depuis le rivage (sennes de plage) ou plus au large (sennes à colas en Guadeloupe). Les bancs d’espèces pélagiques côtières sont encerclés et capturés au filet maillant à petites mailles (balaous, coulirous, etc.), ou à la senne de plage. La pêche présente un caractère saisonnier marqué, avec une saison d’hivernage (de juillet à novembre) où la pêche se fait essentiellement à la nasse et au filet et une saison de pêche au large, traditionnellement appelée « pêche à miquelon » à la Martinique (de décembre à juin). Les poissons volants sont alors capturés au filet maillant et les grands pélagiques à la ligne de traîne. Depuis les années 1990, cette pêche au large est en pleine mutation, avec la mise en place autour des îles de dispositifs de concentration de poissons (DCP), sorte de radeaux ancrés qui ont pour effet d’attirer les espèces pélagiques et de rendre leur capture plus facile et moins coûteuse.

10À ces activités de pêche, s’ajoutent depuis une vingtaine d’années des activités aquacoles avec l’élevage en eau douce de chevrettes ou écrevisses (ouassous) et de poissons d’eau douce (saint-pierre) et d’eau de mer (loup des Caraïbes). Après des débuts prometteurs, ces activités ont rencontré une série de difficultés qui les ont empêché de concrétiser les espoirs placés en elles.

11Au terme de cette présentation, trois grandes parties viennent structurer le parcours proposé au lecteur de l’ouvrage :

  • une première partie porte sur l’environnement marin, les ressources halieutiques et l’exploitation qui en est faite à travers les activités de pêche et d’aquaculture ;
  • une seconde partie se focalise sur les pêcheurs, leurs représentations et leurs modes d’intervention ainsi que sur les politiques mises en œuvre dans ce secteur d’activité ;
  • une troisième partie se place dans une perspective plus générale et élargit le propos en même temps qu’elle se tourne vers l’avenir Elle replace la pêche dans son contexte national, régional et international, en identifie les enjeux et se penche sur les stratégies qui se mettent en place dans la perspective d’un développement durable qui fait aujourd’hui l’objet d’un large consensus.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search