Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

La biodiversité et les hommes

Mesures de conservation endogènes de la faune sauvage

Cas des crocodiles du Bénin

Gnanki Nathalie Kpéra, Brice Sinsin et Guy Apollinaire Mensah

Texte intégral

Introduction

1Descendants directs des gigantesques reptiles de la préhistoire, les crocodiles ont subi la pression des chasseurs à cause de leur réputation de « croqueurs d’homme et d’animaux domestiques » (Santiapillai et de Silva, 2001) et secondairement pour la valeur marchande que présentent la peau, la viande et les célèbres larmes (Groombridge, 1982). Les travaux de Whitaker et Whitaker (1989) ont montré qu’au Sri Lanka, des pêcheurs itinérants abattent quotidiennement plus d’une vingtaine de crocodiles destinés à la consommation. Le déclin de ces espèces dans le monde s’explique également par la destruction des zones humides et par la pollution des eaux dont l’une des principales causes est l’utilisation incontrôlée des engrais et des pesticides en agriculture (Webb et Manolis, 1989 ; Ramade, 1999).

2Au Bénin, les crocodiles ont longtemps été la cible des chasseurs non seulement pas pour la peau et la viande mais aussi pour les autres produits et sous-produits tels que les poumons, le cœur, les gastrolithes (pierres contenues dans l’estomac les crocodiles), les dents, etc. (Kpéra, 2002). Cette forte pression de chasse exercée sur les espèces de crocodiles a conduit au déclin de leurs populations. Heureusement, certains interdits religieux et coutumiers ont perduré par endroits, favorisant la reconstitution des populations de crocodiles dans les retenues d’hydraulique pastorale et les mares de certains sites localisés.

3Les méthodes de conservation endogènes regroupent un ensemble des pratiques culturelles, religieuses et autres des populations locales dont l’effet est de maintenir la biodiversité. Il est aujourd’hui frappant de constater que les interdits religieux et coutumiers constituent une excellente forme de protection des crocodiles au Bénin.

4Beaucoup de travaux ont été réalisés sur les crocodiles dans le monde (Whitaker et Whitaker, 1989 ; Klemm et Navid, 1989 ; Thorbjarnarson, 1992 ; David, 1994 ; Santiapillai et de Silva, 2001) mais très peu au Bénin (Kpéra, 2002 ; Kpéra et al., 2003).

5La présente étude vise à établir la carte de distribution des crocodiles dans le nord du Bénin et à déterminer les méthodes traditionnelles de leur conservation.

Matériel et méthode

Milieu d'étude

6L’étude a été réalisée dans 94 villages répartis dans les 15 communes du nord du Bénin (carte 1). La zone d’étude, située entre 9°40’ et 11°40’ de latitude nord et entre 1°40’ et 3° de longitude est, est soumise à un climat soudanien caractérisé par une saison de pluie allant de mai à octobre et une saison sèche qui s’étend de novembre à avril. La pluviosité moyenne annuelle est de 1 190 mm et l’évapotranspiration moyenne annuelle de 1 620,1 mm, soit un déficit hydrique de 430,1 mm.

Méthode de collecte des données

7L’inventaire des retenues d’eau a été fait de façon systématique dans toute la zone d’étude afin d’en faire une typologie. La liste des retenues d’eau a été obtenue auprès des commanditaires de ces ouvrages dont la plupart ont une vocation d’hydraulique pastorale.

8Un questionnaire sur la distribution actuelle des crocodiles dans la zone a été proposé aux populations rurales qui vivent autour des barrages, mares et rivières, en particulier aux chasseurs, aux pêcheurs, aux bouviers et aux femmes qui visitent habituellement les mares. Au total, 940 personnes réparties dans 94 villages à raison de 10 questionnaires par village ont été interrogées. Des affiches comportant les images des 3 espèces de crocodiles potentiellement présents dans le nord du Bénin ont été utilisées pour s’assurer que les personnes interrogées distinguaient les 3 espèces. Cette enquête a été confirmée par les observations directes des différentes espèces de crocodiles dans les plans d’eau.

9Une approche ethnozoologique, concernant les pratiques socioculturelles qui impliquent la préservation des crocodiles, s’est fondée sur une série d'entretiens semi directs à l’aide d’un questionnaire, avec les chefs traditionnels, les féticheurs, les chasseurs, les femmes et les personnes âgées. A cet effet, nous avons visité les mares sacrées aux crocodiles et participé aux cérémonies culturelles de vénération des crocodiles.

Carte 1 : Localisation de la zone d'étude dans le nord du Bénin.

Résultats et discussion

Distribution actuelle des crocodiles dans le nord du Bénin

10Nos enquêtes ont montré que, dans le passé, les crocodiles étaient abondants dans les mares et les rivières du Nord-Bénin. La chasse, la déforestation, le développement de l'agriculture, l’exploitation commerciale ont conduit à leur déclin. La carte 2 montre la distribution actuelle des crocodiles dans les communes de Kandi et de Ségbana au nord du Bénin.

11Les trois espèces de crocodiles identifiées en Afrique de l'Ouest, crocodile du Nil (Crocodylus niloticus), crocodile africain à museau étroit (Crocodylus cataphractus) et crocodile nain (Osteolaemus tetraspis), sont présentes dans le nord du Bénin (photo 1). Toutes les ethnies reconnaissent ces espèces et leur attribuent des noms locaux (tabl. I).

12Les trois espèces sont différenciées par les villageois sur la base de la longueur du museau (56 % des personnes interrogées), de la couleur de la peau (53 %), de la taille globale des individus (90 %) ou de leur degré d’agressivité (53 %). Ces caractéristiques sont les mêmes que celles définies par Waitkuwait (1985) pour identifier les 3 espèces de crocodiles africains.

Carte 2 : Répartition des points d'eau (avec ou sans crocodiles) dans les communes de Kandi et de Segbana.

Photo 1 : Crocodile du Nil prenant son bain de soleil sur la berge de la mare à crocodiles de Bessassi dans la commune de Kalalé (cliché Kpéra, juillet 2002)

Tableau I : Noms locaux des trois espèces de crocodiles présentes dans le nord du Bénin

13Les Dendi, Peul, Gando et Boo utilisent surtout la couleur de la peau pour attribuer un nom vernaculaire aux différentes espèces. Ainsi, les dénominations « nonroua dania » (Crocodylus niloticus), « nonroua bodeya » (Crocodylus cataphractus) et « nonroua balia » (Osteolaemus tetraspis) utilisées par les Peulhs et les Gando signifient respectivement crocodile blanc, crocodile rouge et crocodile noir. Les Baatonu distinguent le crocodile à museau étroit (karakou gbaou) par son degré d’agressivité et le crocodile nain par sa petite taille.

Rôle spirituel des crocodiles

14Dans le nord du Bénin, les crocodiles représentent une divinité ancestrale pour certaines populations locales (Kpéra, 2002). L’origine de cette pratique religieuse est très ancienne. Ainsi, 72 % des effectifs de crocodiles comptés ont été observés dans les points d’eau où ils sont vénérés (tabl. II).

15Dans le département de l’Atacora, seuls les Baatonu considèrent le crocodile comme une divinité. Les Natinba, les Wama, les Ditammari les M’Bermè et les Berba ne vénèrent pas les crocodiles, mais un totem leur interdit d’en consommer la chair parce qu’un crocodile aurait aidé un aïeul à traverser la rivière ou l’aurait conduit à un cours d’eau en saison sèche. Les crocodiles sont vénérés par trois ethnies : les Baatonu, les Boo et les Mokolé (fig. 1).

Tableau II : Villages du Nord-Bénin où les crocodiles sont vénérés

Figure 1 : Proportion des ethnies adeptes du dieu crocodile parmi les 23 villages étudiés

16Les Baatonu, qui accordent la plus grande importance aux crocodiles, sont les plus nombreux dans la région. Chez eux, plusieurs castes vénèrent les crocodiles, notamment les Wassangari, caste du chef du village et la lignée royale, mais les crocodiles représentent pour tous « le fétiche du village ». Le choix du chef féticheur suit une filiation patrilinéaire et lui seul est autorisé à diriger le culte dans ces sites sacrés. Les offrandes se font au pied d’un arbre ou autour d’un assemblage de pierres sur la berge. Les sacrifices concernant tout le village se font une fois par an pendant la saison sèche après la récolte du sorgho. A cet effet, tout le village se rend à la mare pour faire des sacrifices et implorer la clémence de Dieu pour obtenir sa protection. De nombreux animaux sont alors sacrifiés : bœufs, moutons et coq. Pour les intentions particulières (maladie, recherche d’enfant, réussite, etc.), les jours de prières varient selon les villages. Certains les font uniquement le vendredi ou le dimanche.

17Les populations disent que leurs prières sont exaucées, ce qui les motive pour protéger les crocodiles contre les braconniers et pour respecter un certain nombre d'interdits (tabl. III).

18Ces interdits sont encore respectés dans certains villages comme Déma et Yarra, alors qu’ils ont complètement disparu dans d’autres (Néganzi, Zaio, Fombawi).

19Le rôle spirituel des crocodiles est écologiquement important puisqu’il permet la conservation des populations de crocodiles sauvages.

20Ce type de conservation endogène est également observé à Bazoulé au Burkina Faso où 100 crocodiles sont protégés parce qu’ils sont considérés comme des manifestations des ancêtres (Tooten, 2003).

Tableau III : Interdits liés à la vénération du crocodile chez les Baatonu

Assistance apportée par les populations locales aux crocodiles

21À cause de leur rôle culturel et de la croyance « qu'une mare qui abrite des crocodiles ne tarit jamais », les populations procurent une certaine assistance aux crocodiles (tabl. IV).

22Cette aide apportée aux crocodiles se remarque surtout dans les villages où ils sont vénérés, tels que Déma (Nikki), Bessassi (Kalalé), Goumori (Banikoara), Sèkèrè, Yarra et Pénati (Sinendé). Ce sont les personnes âgées qui prennent soin d’eux et, parmi elles, les chefs féticheurs. à Yarra et Sèkèrè dans la commune de Sinendé, les populations assistées par le Programme de Gestion des Terroirs et des Ressources Naturelles (PGTRN) ont rédigé un code local pour la gestion du terroir et des ressources naturelles. Dans ce code, des sanctions sont prévues lorsque les règles de gestion que les populations ont elles-mêmes établies ne sont pas respectées. Ce code local protège intégralement les crocodiles (tabl. V).

Tableau IV : Assistance apportée aux crocodiles par les villageois

23Les sanctions prévues dans ces articles ont été déjà appliquées à trois braconniers. Depuis ce temps, la pression sur les crocodiles a beaucoup diminué dans le milieu.

24L’assistance apportée par les populations locales permet de mettre en confiance les crocodiles et de créer un cadre idéal pour leur reproduction.

Tableau V : Articles du code local de gestion du terroir et des ressources naturelles relatifs aux crocodiles

Relation pacifique entre population humaine et populations de crocodiles

25Les relations sont d’autant plus pacifiques entre les populations locales et les crocodiles que ces animaux sont plus vénérés et que les points d’eau sont plus proches des habitations. Les animaux protégés et alimentés, qui ne se sentent pas menacés, cohabitent sans problème avec les habitants (photo. 2). Il est courant de voir des enfants s’amuser avec la queue des jeunes crocodiles et monter sur le dos des adultes pour plonger avec eux. Les femmes fréquentent les points d’eau sans être inquiétées. Quant aux animaux d’élevage (bovins, ovins, caprins), ils ont appris à s’accoutumer à la présence de ces crocodiles inoffensifs.

Conclusions et recommandations

26Au Bénin, la faune sauvage ne se cantonne pas aux seules aires protégées. En dehors des parcs nationaux et réserves, il existe de vastes zones non classées qui abritent encore une faune sauvage originale dont la présence est importante pour l'environnement et pour la tradition religieuse. La conservation endogène des crocodiles peut ainsi contribuer à la préservation de la faune.

27Il est nécessaire d’intégrer les populations locales dans la gestion des crocodiles et d’encourager la confiance établie entre les crocodiles et les hommes.

Photo 2 : Enfants nageant dans la mare à crocodiles de Bessassi dans la commune de Kalalé (cliché Kpéra, juillet 2002).

28Cependant, pour espérer une réelle conservation des crocodiles au Bénin il faut mettre en place des stratégies à long terme. Il faut d’abord poursuivre et étendre la collecte de données relatives aux crocodiles et à leur conservation endogène sur tout le territoire du Bénin. Un suivi sur une longue durée permettra de mieux connaître la niche écologique des crocodiles. La collaboration avec les chefs traditionnels (chef de village, délégué, chef spirituel) doit également être renforcée. L’organisation de forums, colloques et séminaires pour la conservation des crocodiles est à prévoir. En outre pour mieux faire comprendre à la population locale l’importance de l’enjeu de la conservation des crocodiles, les résultats des études doivent être traduits en langues locales.

Bibliographie

Bibliographie

David D. N., 1994 – Harvesting wild crocodilians : guidelines for developing a Sustainable use program. Crocodiles : Proceedings of the working Meeting of the CSG 12, 274-309

Groombrigde B., 1982 – The IUCN Amphibia-Reptilia Red data Book. Part 1. Testudines, Crocodylia, Rhynchocephalia. IUCN, Gland, Switzerland. 426 p.

Klemm C. et Navid D., 1989 – Crocodilian in the law : in crocodiles, their ecology, management and conservation. A special n°, Gland, Switzerland : 80-99

Kpera G. N., 2002 – Impact des aménagements d’hydraulique pastorale et des mares sur la reconstitution des populations de crocodiles dans les communes de Nikki, Kalale, Ségbana, Kandi, Banikoara, Kérou, Ouassa-Péhunco et Sinendé. Thèse d’ingénieur agronome, FSA/UAC, Bénin, 102 p.

Kpera G. N., Mensah G. A., Sinsin B., 2003 – Étude sur les mesures de conservation endogènes des crocodiles comme facteurs determinants pour leur survie dans le département de l'Alibori au Nord-Bénin. Rapport d’exécution du protocole n°59, Agran/Inrab, Bénin, 34 p.

Ramade F., 1999 – Le grand massacre : l’avenir des espèces vivantes. Paris : 177-184

Santiapillai C., De Silva M., 2001 – Status, distribution and conservation of crocodiles in Sri Lanka. Biological Conservation, n° 97 : 305-318

Thorbjarnarson J., 1992 – Crocodile : An Action Plan for their Conservation. IUCN. Gland, Switzerland : 23-42

Toonen H., 2003 – The sacred crocodiles of Bazoulé in Burkina Faso. IUCN/SSC Crocodile Specialist Group Newsletter. IUCN, Gland, Switzerland, 22 (3) : 5

Waitkuwait W. E., 1985 – Contribution à l’étude des crocodiles en Afrique de l’Ouest. Nature et Faune. Accra, Ghana, 1 (1) :13-29

Whitaker R., Whitaker Z., 1989 – Status and conservation of the Asian crocodilians. in Crocodiles : their ecology, management and conservation. IUCN., Gland, Switzerland : 297-308

Auteurs

Gnanki Nathalie Kpéra, aménagement et gestion de la faune
BP 1915, Abomey-Calavi, république du Bénin

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search