Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

Questions autour des aires protégées

La gestion des aires protégées

Contexte général dans sept pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre

Dimitri de Boissieu, Mahamadou Salifou, Brice Sinsin, Moussa Alou, Drammeh Famara, Agathe Fantodji, Bernard Fosso, Marcel Comlan Kakpo, Germain Ngandjui, Crisantos Obama, Christine Sagno et Adama Tondossama

Texte intégral

  • * Décédé pendant la rédaction de ce texte.

1Note portant sur l’auteur*

Introduction

2L’Afrique abrite une grande variété d’écosystèmes et on y trouve près d’un tiers de la diversité biologique terrestre mondiale (UICN, 2005) mais c’est aussi le continent qui souffre des plus forts taux de pauvreté de la planète. Pour tenter de protéger les ressources naturelles tout en assurant le développement des populations, la création et la gestion d’aires protégées est un moyen largement utilisé et reconnu au niveau international. On considère même que la conservation de la biodiversité en Afrique dépend en grande partie de l’efficacité des systèmes d’aires protégées (Stuart et al., 1990). Neuf communications ont ainsi abordé la question de la gestion des aires protégées dans plusieurs pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre. Les auteurs, pour la plupart responsables de la gestion des aires protégées de leurs pays, présentent la situation au Bénin, au Cameroun, en Côte-d’Ivoire, en Gambie, en Guinée, en Guinée Équatoriale et au Niger (tabl. I). Ces communications sont synthétisées dans ce chapitre qui dresse un état des lieux succinct de la biodiversité et des aires protégées des 7 pays concernés. Les richesses fournies par les parcs et réserves sont présentées ainsi que les différents systèmes de gestion mis en œuvre dans les différents pays. Les facteurs de dégradation de ces espaces sont ensuite analysés, ainsi que les mesures internationales ou nationales tentant d’y remédier. Des actions à engager pour une meilleure gestion des aires protégées sont finalement proposées. Ces contributions permettent de tirer un bilan des principaux problèmes que pose la gestion des aires protégées d’Afrique occidentale et centrale.

Tableau I : Auteurs et titres des différentes communications sur la gestion des aires protégées en Afrique de l’Ouest et du Centre. (Synthèse effectuée par D. de Boissieu, S. Mahamadou et B. Sinsin)

La biodiversité des sept pays

Aperçu général

3Bien qu’étant gravement menacée, la biodiversité de l’Afrique de l’Ouest et du Centre reste importante et remarquable. Du Sud au Nord, les écosystèmes côtiers, forestiers, montagnards, de savanes, steppiques ou désertiques présentent des biocénoses distinctes. Dans le bassin du Congo existe la deuxième plus importante forêt tropicale dense humide du monde après l’Amazonie et qui constitue une zone de haute priorité pour la conservation de la diversité biologique (Doumenge, 1996 ; Stuart et al., 1990 ; Olson et Dinerstein, 1998 ; PFBC, 2005). Les côtes d’Afrique de l’Ouest font partie des zones les plus poissonneuses du monde (Thiaw, 2002) et les mangroves qu’elles abritent sont remarquables. Les forêts guinéennes d’Afrique de l’Ouest, qui s’étendent de la Guinée au fleuve Sanaga au Cameroun, constituent l’une des 25 zones mondiales de haute diversité biologique définies par Mittermeier et al. (1998). Même si elles abritent moins d’espèces que la cuvette centrale (Doumenge, 1996), ces forêts présentent un fort taux d’endémisme et sont importantes pour la conservation des primates. La grande faune africaine subsiste par ailleurs encore dans certaines savanes soudaniennes et forêts sèches de la sous-région. La biodiversité sahélienne et saharienne est quant à elle remarquable car adaptée à un environnement extrême. Le nord du Niger est ainsi l’un des derniers refuges pour certaines espèces menacées de la grande faune sahélo-saharienne (Claro et al., ce volume).

Écorégions

4Les écorégions sont définies comme des zones présentant des assemblages distincts de communautés et d’espèces et dont les limites se rapprochent de celles qui existaient avant les changements majeurs d’usage des terres (Olson et al., 2001). Les 7 pays considérés abritent 21 écorégions terrestres (carte 1) (sur 867 pour la planète entière) dont la plupart font partie du domaine afrotropical. Seules les 3 écorégions sahariennes font partie du domaine paléarctique.

Carte 1 : Écorégions terrestres de 7 pays africains (d’après World Wide Fund for Nature/National Geographic Society, 2001)

5Alors que le Cameroun présente 11 écorégions terrestres différentes, les 6 autres pays ont une diversité d’écorégions terrestres qui varie entre 3 et 6. Seul le Niger, grâce à sa position septentrionale, abrite des écorégions sahariennes (photo 1). Les « écorégions globales » (terrestres, marines et d’eau douce) définies par Olson et Dinerstein (1998) comme prioritaires pour la conservation sont au nombre de 12 dans les 7 pays considérés (tabl. II) (sur 238 pour la planète entière). Neuf d’entre elles sont présentes au Cameroun contre une à 3 dans les autres pays.

Tableau II : Écorégions prioritaires dans 7 pays d’Afrique. (d’après World Wide Fund for Nature, 2006)
B : Bénin, C : Cameroun, CI : Côte-d’Ivoire, Ga : Gambie, Gu : Guinée, GE : Guinée Équatoriale, N : Niger

Photographie 1 : Oasis de Timia, massif de l’Aïr, Niger (cliché D. de Boissieu, juillet 2005)

Richesse spécifique et espèces menacées

6Les habitats présentant les richesses spécifiques les plus élevées en Afrique sont les forêts tropicales humides du bloc guinéo-congolais et de Madagascar (Stuart et al., 1990). La richesse spécifique en plantes supérieures et en vertébrés connus et répertoriés dans chacun des sept pays ainsi que les nombres d’espèces menacés qui s’y trouvent donnent des indications intéressantes pour comparer la biodiversité de ces pays (tabl. III).

Tableau III : Nombres d’espèces connues et menacées de 7 pays africains (d’après World Resources Institute, 2003)
T : nombre total d’espèces
M : nombre d’espèces menacées (en danger critique d’extinction, en danger et vulnérables selon l’UICN)
X : nombre non connu

7Ces données confirment que le Cameroun présente une biodiversité importante. Ceci s’explique par : l’extension latitudinale du pays qui inclut plusieurs formations végétales depuis la forêt tropicale jusqu’à la steppe sahélienne, sa position entre l’Afrique de l’Ouest et l’Afrique de l’Est, la présence de massifs montagneux élevés et nettement circonscrits et une côte maritime de 120 km de long. Ce pays est ainsi souvent décrit comme « l’Afrique en miniature », du fait de la forte diversité d’écosystèmes qu’il abrite (Republic of Cameroon, 1999). Le Niger présente quant à lui un nombre d’espèces relativement faible, comparé à sa superficie importante. Ceci est dû au fait que le pays est enclavé (donc sans écosystèmes marins et côtiers) et qu’il est dominé par des écosystèmes sahéliens et sahariens où les contraintes environnementales fortes exigent des organismes des adaptations particulières qui limitent le nombre d’espèces. Au contraire, la position de la Guinée Équatoriale (pays côtier proche de l’équateur) et son caractère montagneux permettent à ce territoire réduit d’être relativement riche en espèces. Le Bénin, la Côte-d’Ivoire et la Guinée montrent des situations intermédiaires alors que la Gambie présente particulièrement peu d’espèces, du fait de sa très faible superficie.

Les aires protégées des sept pays

8La liste des aires protégées des catégories I à VI de l’UICN et des sites reconnus au niveau international des 7 pays considérés est présentée en annexe.

Représentativité des aires protégées

9Les aires protégées d’un pays ont en principe pour fonction de protéger les espèces et les écosystèmes remarquables des territoires nationaux. Ce n’est pourtant pas toujours le cas et la délimitation des aires protégées a souvent été davantage influencée par des considérations socio-économiques que par des considérations d’intérêt biologique (Doumenge, 1996 ; Mengue-Medou, 2002). Certains écosystèmes, écorégions ou espèces sont ainsi mal représentés dans les réseaux d’aires protégées existants (Fournier et Millogo-Rasolodimby, ce volume ; Guéneau et Jacobée, 2004), comme cela a été démontré au Cameroun (Culverwell, 1997 ; Doumenge et al., 2001) ou au Bénin (Adomou et al., ce volume). De plus, certains pays comme la Gambie doivent encore identifier les zones de haute valeur écologique. Ce travail a été effectué pour 6 pays côtiers d’Afrique de l’Ouest. Il a permis de définir 41 aires prioritaires pour la préservation de la biodiversité des écosystèmes forestiers de Haute Guinée et de montrer que plusieurs de ces aires sont peu ou pas protégées (Center for Applied Biodiversity Science, 2001). De même, Doumenge et al. (2003) ont identifié un réseau de « sites critiques » à protéger dans les zones forestières du Cameroun, de Guinée Équatoriale et du Gabon.

10Les parcs et réserves abritent cependant en général une portion importante de la biodiversité des pays. Le parc national de Taï en Côte-d’Ivoire, qui est le plus ancien parc en zone de forêt tropicale humide d’Afrique de l’Ouest (Oates, 2002) souffre d’une forte dégradation (Tondoh et Miller, ce volume) mais est cependant souvent décrit comme « la seule zone suffisamment vaste et sûre pour garantir la survie des nombreuses espèces animales et végétales endémiques à cette région » (Sayer et al., in Hadley, 1994). Il abrite par exemple plus de 1 300 espèces de plantes supérieures dont 700 (54 %) sont endémiques de l’écosystème des forêts guinéennes et 150 espèces sont endémiques de la zone de Taï elle-même (Davis et al., 1994). De même, il contient 93 % des espèces de mammifères de la zone forestière ouest africaine (totalisant 140 espèces dont 12 sont endémiques de Côte-d’Ivoire). Ngandjui et Blanc (2000) et Ngandjui (2003) montrent aussi qu’au Cameroun, 82,1 % des espèces de grands et moyens mammifères menacées sont présentes dans au moins une aire protégée du pays. Un autre exemple est donné par Nomao et Gautun (ce volume) qui montrent que le parc du W héberge presque toutes les espèces de rongeurs existant en Afrique de l’Ouest.

Étendue et importance des réseau d’aires protégées

11Les taux de protection (carte 2) de la biodiversité nationale des différents pays dépendent entre autres de l’extension et de la distribution des réseaux d’aires protégées de ces pays (carte 3).

Carte 2 : Taux de protection dans 7 pays d’Afrique (d’après UICN/Pnue (2006)) Les aires protégées prises en compte sont celles qui sont légalement désignées

Carte 3 : Les aires protégées du Bénin, du Cameroun, de la Côte-d’Ivoire, de la Gambie, de la Guinée, de la Guinée équatoriale et du Niger (d’après UICN/Pnue, 2003)

12Les catégories UICN (I à VI) correspondent à des différences de statuts et d’utilisation des aires protégées. Voir UICN/WCMC (1994) pour une description détaillée.

13Les réseaux d’aires protégées présentent des configurations (tailles, organisations, distributions…) assez variées. Celles-ci dépendent de plusieurs facteurs dont l’histoire des pays, leur politique ou les types d’écosystèmes qu’ils abritent. Le Niger, qui ne présente pourtant qu’un nombre faible d’aires protégées sur son territoire, a la plus vaste réserve du réseau, celle-ci étant presque 2 fois plus vaste que la Guinée Équatoriale et la Gambie réunies. La Réserve naturelle nationale de l’Aïr et du Ténéré permet ainsi au Niger d’être celui des 7 pays qui a la plus importante superficie protégée (9,7 millions d’ha). Le Cameroun a, lui aussi, une superficie protégée importante (7,2 millions d’ha), mais ses aires protégées sont plus nombreuses, moins vastes et distribuées de manière plus équilibrée sur son territoire. Il en est de même des réseaux d’aires protégées ivoiriens (5,5 millions d’ha) et béninois (2,7 millions d’ha). Dans ces deux pays, même si les parcs de Taï, de la Comoé, de la Pendjari et du W sont étendus, l’importance des réseaux d’aires protégées est en grande partie due à la contribution en surfaces des nombreuses aires protégées nationales « non catégorisées » par l’UICN (forêts classées principalement). Les pays du golfe de Guinée montrent par ailleurs un faible nombre d’aires protégées côtières reconnues au niveau international. Ce n’est pas le cas de la Guinée où, au contraire, malgré l’existence d’un réseau global de superficie limitée (en tout 1,1 millions d’ha), le pays présente des aires protégées importantes sur la côte atlantique du pays. La faible taille de la Gambie peut en partie expliquer que son réseau d’aires protégées soit peu étendu (0,04 millions d’ha), mais la Guinée Équatoriale, qui est pourtant aussi un petit pays, a un réseau presque 12 fois plus étendu (0,5 millions d’ha).

14Quatre des 7 pays que nous prenons ici en considération présentent des taux de protection du territoire supérieurs à la moyenne de la région « Afrique de l’Ouest et du Centre » (8,7 % de la surface totale émergée). Seulement 3 pays dépassent la moyenne mondiale (11,6), le Bénin en tête, tandis que la Gambie est bien en dessous de cette valeur.

Les différents types d’aires protégées

15Si l’on s’intéresse aux différents types d’aires protégées existant dans ces 7 pays d’Afrique (tabl. IV), on s’aperçoit à nouveau que la diversité des situations est grande.

  • Ces aires protégées correspondent souvent à des sites déjà désignés nationalement.

Tableau IV : Aires protégées de 7 pays d’Afrique (d’après Chape et al., 2003 et Observatoire des Forêts d’Afrique Centrale, 2003)
Note *

16Seule la Guinée Équatoriale ne présente aucune aire protégée reconnue par un statut international. Au contraire, la Guinée bénéficie d’un nombre important de zones humides d’importance internationales. Celles-ci correspondent entre autre aux sites côtiers évoqués plus haut ainsi qu’aux zones humides liées au fleuve Niger. Concernant les aires protégées nationales, les situations sont variées en fonction des pays et les différents types d’aires protégées sont nombreux. La seule catégorie représentée dans l’ensemble des pays est celle de parcs nationaux qui sont au nombre total de 28 pour la zone considérée. Ce sont d’ailleurs en majorité ces parcs nationaux qui bénéficient des statuts de reconnaissance de l’Unesco (réserves de biosphère et sites du patrimoine mondial). Le Cameroun et la Côte-d’Ivoire présentent plus de parcs nationaux que les autres pays.

17Alors que les réserves naturelles et les réserves de faune sont bien représentées, les réserves scientifiques, les monuments naturels, les sanctuaires de faune et les réserves de faune sont des catégories qui n’existent que dans un seul des 7 pays. Il en est de même des jardins zoologiques et des réserves botaniques. Comme nous l’avons vu (carte 3), les forêts classées et les « parcs forestiers » sont nombreux dans les 4 pays côtiers d’Afrique de l’Ouest et ils contribuent significativement à augmenter le nombre total d’aires protégées de ces pays (photo 2). Il en est de même pour les zones cynégétiques du Cameroun. La Guinée Équatoriale et le Niger ne présentent par contre aucune aire protégée sans catégorie UICN et leur nombre total d’aires protégées est bien plus faible que celui des autres pays. Notons qu’à ces catégories d’aires protégées « classiques » s’ajoutent les forêts sacrées qui sont régies par des règles coutumières et qui sont gérées de manière traditionnelle. Bien qu’elles sont souvent peu ou pas recensées par les États et par l’UICN, elles peuvent être très nombreuses dans certains pays : 5 549 en Côte-d’Ivoire (Avit et al., 1999) ou 2 940 au Bénin (République du Bénin, 2002a) par exemple. L’efficacité des mesures de protection de la végétation dans ces « forêts sacrées » est souvent grande, mais leurs tailles sont généralement très réduites (Fournier et Millogo-Rasolodimby, ce volume).

Photographie 2 : Forêt classée de Itchédé-Toffo dans le Sud-Bénin (cliché A. Fournier, 2005)

Les richesses et bénéfices fournis par les aires protégées

18La création des aires protégées ne s’est pas toujours faite sans difficultés et elle a généré localement de la pauvreté, en expropriant les populations locales (Mengue-Medou, 2002 ; Bacary, ce volume), en organisant leur déplacement forcé (Cernea et Schmidt-Soltau, 2003) et en interdisant ou en limitant leur accès à certaines ressources naturelles. Pendant la période coloniale et après les indépendances des États, l’objectif a cependant consisté à veiller à la préservation et à la disponibilité des écosystèmes les plus représentatifs, afin de pouvoir tirer des avantages directs et indirects des biens environnementaux qu’ils abritent.

19Un certain nombre de biens et services sont fournis par les aires protégées des pays africains et la conservation de la diversité biologique contribue ainsi à la lutte contre la pauvreté. Ceci est bien exprimé dans les stratégies nationales de conservation de la biodiversité des 7 pays étudiés. Les nombreux prélèvements de ressources naturelles (miel, viande, poissons, fruits, fibres, matériaux de construction, médicaments traditionnels, etc.) sont opérés par les communautés dans les aires protégées et leurs périphéries de façon simultanée avec d’autres activités génératrices de revenus (agriculture et élevage principalement). Les aires marines protégées sont par exemple d’un intérêt capital pour tous ceux qui vivent de la pêche puisqu’elles constituent des refuges et des sites de reproduction pour les espèces vulnérables. Les aires protégées ouest et centre africaines procurent des bénéfices directs (ressources naturelles exploitées, activités de loisir et scientifiques…) et indirects (protection des bassins versants, lutte contre la dégradation des terres, sauvegarde des stocks génétiques…) aux nations et aux ensembles régionaux. La forêt d’Afrique de l’Ouest fournit par exemple des services d’écosystèmes essentiels, tels la régulation et le maintien de la qualité de l’air, la contribution à la formation de précipitations, la rétention de dioxyde de carbone excédentaire ou la prévention de l’érosion des sols (Center for Applied Biodiversity Science, 2001).

20Au delà de leur fonction de préservation de ressources naturelles utilisables ou fournissant des services environnementaux, les aires protégées sont censées procurer des revenus (chasse, éco-tourisme, loisirs…) et créer des emplois (gestionnaires, guides, opérateurs etc.). Ces impacts financiers et économiques ont rarement été quantifiés pour l’ensemble des réseaux ouest et centre africains d’aires protéges, ce qui rend difficile de juger de leur réelle contribution au Produit Intérieur Brut des économies nationales et de leur rôle dans le cadre de la lutte contre la pauvreté. Bien que les potentiels écotouristiques des aires protégées soient parfois peu valorisés (Sinsin et Djodjouwin, ce volume), il semble qu’au Niger par exemple, le tourisme lié à la vision de la faune se soit bien développé ces dernières années et que d’autres activités génératrices de revenus ont vu le jour en périphérie des aires protégées (parc national du W notamment). Dans les aires protégées gambiennes, les activités liées à l’ornithologie permettent aux populations locales d’augmenter leurs revenus et en Guinée Équatoriale, la création du parc national de Monte Alen a permis la création d’un certain nombre d’emplois locaux de gardes et guides (Mortier, 2004). De manière générale en Afrique Centrale, certaines aires protégées ont permis de produire de nouveau services, de catalyser de nouvelles activités et de générer des ressources par l’écotourisme (Vives, 2003).

La gestion des aires protégées

Gestion administrative

21Chacun des 7 pays dispose d’une administration en charge de la gestion des aires protégées (tab. V).

Tableau V : Administrations chargées de la gestion des aires protégées dans 7 pays africains.

22Dans certains pays, ces administrations sont relativement indépendantes administrativement et financièrement de leurs ministères de tutelle. Ceci permet une meilleure efficacité et durabilité des actions entreprises. L’un des dix points d’action nécessaires pour une gestion effective des aires protégées consiste en effet à « maintenir ou créer des institutions efficientes et semi-autonomes, responsables des aires protégées et s’assurer que les relations avec les ministères de tutelles et les services administratifs locaux sont clairement définies et que l’adoption des politiques telle que celle relative au classement est conséquente » (Banque mondiale/WWF, 2002).

23Les capacités d’intervention de ces administrations sont en général insuffisantes et lorsqu’elle n’est pas effectuée en régie directe par l’administration, la gestion des aires protégées est menée en partenariat avec les ONG internationales (WWF, WCS, CI, UICN, BirdLife International…) ou des agences de coopération bilatérales (AFD, GTZ, SNV, DFID, DED…) qui assurent une assistance technique ou jouent le rôle d’agence d’exécution pour la gestion de certains parcs et réserves.

24Les programmes de gestion des aires protégées permettent l’élaboration de plans d’aménagement pour ces aires et leurs zones périphériques, la formation des agents techniques et de certains membres des populations locales, l’achat et la maintenance d’équipements mais aussi la surveillance, le suivi scientifique (voir par exemple le suivi de la faune au Niger, encadré 1) ou au Bénin (Tehou, ce volume), l’amélioration des infrastructures écotouristiques, l’appui aux projets communautaires de gestion durable des ressources naturelles etc.

Encadré 1. Le suivi de la faune sauvage au Niger
Le suivi de la faune dans les aires protégées nigériennes est effectué par la Direction de la Faune, de la Pêche et de la Pisciculture (DFPP) et consiste à conduire des opérations de dénombrement d’un certain nombre d’espèces fauniques. Il permet une appréciation régulière des populations animales dans les aires protégées et une meilleure connaissance de leurs habitats et de leur dynamique. Un suivi sanitaire est par ailleurs assuré par le projet de contrôle des épizooties (PACE) financé par l’Union Européenne pour détecter et signaler à temps les maladies dans le parc national du W et trois autres réserves de faune. Un réseau d’agents observateurs dans les zones cibles est coordonné au niveau national par une équipe de vétérinaires et cadres forestiers. En collaboration avec BirdLife International, les services de la faune entreprennent des inventaires annuels de l’avifaune dans les zones humides. Les populations de girafes et de lamantins bénéficient quant à eux de suivis particuliers réalisés en collaboration avec le projet Ecopas-W. La petite faune (rongeurs, reptiles, amphibiens, invertébrés, etc..) ne bénéficie en revanche que de très peu d’attention.

25Malgré les processus de décentralisation en cours et les recommandations internationales concernant l’implication des populations locales dans la gestion des aires protégées, peu de systèmes effectifs de cogestion sont en place dans les 7 pays concernés. La gestion des aires protégées est encore très centralisée, même si plusieurs projets affichent une réelle volonté de travailler avec les communautés locales. C’est notamment le cas au Bénin (programme de Conservation et de Gestion des Parcs nationaux), au Niger (programme d’Appui à la Gestion des Ressources naturelles de l’Aïr et du Ténéré et programme Ecopas-W), en Côte-d’Ivoire (où des cellules d’Aménagement des Parcs nationaux coordonnent au niveau local les activités de gestion des aires protégées) et au Cameroun où diverses initiatives liées à la foresterie communautaire, à la surveillance et à gestion de la chasse et du braconnage sont développées (voir Egbe, 2001 ; MINEF, 1998 ; Olsen et al., 2001 ; Wal et al., 2001 ; Noupa, ce volume). Il existe d’ailleurs dans ce pays 16 « zones d’intérêt cynégétique à gestion communautaire ».

Gestion financière

26Les moyens financiers mis à la disposition des services compétents pour la gestion des parcs nationaux et réserves de la plupart des pays proviennent des budgets de l’État (Budget Général de Fonctionnement et Budget spécial d’Investissements et d’Équipements), de financements externes de sources diverses (FEM, Banque Mondiale, Union Européenne, KfW/GTZ, DED, AFD, DFID, SNV, USAID, UICN, WWF, WCS, Birdlife International etc.) et, dans quelques cas, de prêts auprès des banques. Dans le cadre des plans annuels d’Activités, ces moyens financiers sont gérés dans divers cadres autonomes en général imposés par les bailleurs de fonds. Des audits réguliers sont réalisés pour s’assurer de la bonne utilisation des fonds par les gestionnaires.

27Pour plus d’efficacité, il est absolument nécessaire d’assurer le financement direct à long terme des réseaux d’aires protégées, y compris par un appui permanent de la communauté internationale, et de mettre en place des structures de gestion efficientes et transparentes qui veillent à ce que les moyens financiers soient utilisés pour la gestion effective des aires protégées et pour l’appui aux communautés locales (Banque Mondiale/WWF, 2002).

Les facteurs de dégradation des aires protégées

Pressions anthropiques excessives sur les ressources naturelles

28L’Afrique de l’Ouest figure parmi les zones les plus menacées du continent (Fournier et Millogo-Rasolodimby, ce volume) et, déjà en 1990, le bilan des aires protégées de la sous région était plutôt négatif (Sournia, 1990). La dégradation des écosystèmes et l’érosion de la biodiversité y sont importantes. La « zone de haute diversité biologique » des forêts guinéennes d’Afrique de l’Ouest est l’une des plus fragmentée de la planète (Conservation International, 2006). Seulement 15 % sa surface initiale existe encore aujourd’hui. Les causes sous-jacentes de la perte de la biodiversité dans ces forêts sont l’extrême pauvreté, les densités croissantes de population humaine et une faible gouvernance environnementale (Center for Applied Biodiversity Science, 2001). A ces facteurs s’ajoutent des modifications liées aux changements climatiques globaux (Fournier et Millogo-Rasolodimby, ce volume).

29En Côte-d’Ivoire par exemple, on considère que les parcs nationaux, malgré leur statut de stricte protection, connaissent au fil des années une dégradation croissante due aux cultures et à l’exploitation forestière frauduleuse, aux feux de brousse, au braconnage et à l’orpaillage. Depuis 1950, c’est surtout l’extension des plantations de cacao et de café qui ont provoqué la quasi destruction de la forêt ivoirienne (Ibo et Leonard, 2000) et le parc national de Taï en souffre particulièrement (Tondoh et Miller, ce volume). Ainsi, la dégradation du couvert végétal de l’ensemble des parcs nationaux de ce pays est estimée à environ 6 % de la superficie totale du réseau. Au Bénin, on estime que la plupart des forêts classées sont dégradées, ainsi que 35 % de la surface du parc national du W, du fait de la forte densité de troupeaux bovins transhumants, de l’expansion de la culture du coton et du peu de moyens dont ce parc a bénéficié pour sa protection (république du Bénin, 2002a). En Gambie, c’est la chasse qui semble être la pression la plus problématique pour la biodiversité. Ceci est confirmé pour différentes aires protégées de la sous-région (Arouna et Sinsin ; Tondoh et Miller, ce volume) et d’une manière globale par Oates (2002). Pour cet auteur, la chasse d’animaux de grande taille est une menace bien plus forte pour les parcs forestiers de la sous région que la destruction des habitats car cette activité est moins visible et donc plus difficile à contrôler. Le braconnage constitue aussi encore une menace importante pour la faune des régions désertiques comme celles du Nord Niger (Anthelme et al., 2005 ; Claro et al., ce volume). Les pratiques telles l’agriculture itinérante sur brûlis (Sounon Bouko et Sinsin ; Houndagba et al. ce volume), l’élevage transhumant et le surpâturage (Kiéma et Fournier ; Usengumuremyi et al. ; Houndagba et al. ; Saliou et Sinsin ; Wala et al. ; Arouna et Sinsin ; Djodjouwin et Sinsin, ce volume), les feux de végétation tardifs (bien que discutés, voir Fournier et Millogo-Rasolodimby), la pression excessive sur les ressources halieutiques et sur les ressources en bois (Wala et al. ; Houndagba et al. ; Sounon Bouko et Sinsin ; Arouna et Sinsin ; Djodjouwin et Sinsin, ce volume) posent aussi parfois problèmes pour la conservation des aires protégées d’Afrique de l’Ouest. L’exploitation minière menace enfin certaines aires protégées comme celle des Monts Nimba en Guinée (Carey et al., 2000) ou celle de Taï en Côte-d’Ivoire (Hadley, 1994) et les processus d’invasion biologique par des plantes envahissantes se multiplient dans de nombreux sites (par exemple Agbani et Sinsin, ce volume).

30En Afrique Centrale, la situation paraît être un peu moins préoccupante. Les menaces sur la biodiversité, qui sont surtout le fait du braconnage et de l’exploitation forestière, augmentent mais restent à un taux assez bas en comparaison avec la plupart des autres zones forestières tropicales du monde (PFBC, 2005). La chasse commerciale est cependant une activité qui s’est intensifiée au cours des quinze dernières années (Vives, 2003). Elle constitue l’une des menaces les plus sérieuses pour le maintien de l’équilibre biologique de l’écosystème du Dja (Fotso, 2000). De manière générale, Culverwell (1997) montre que les aires protégées du Cameroun soufrent surtout du braconnage mais aussi du surpâturage, de l’exploitation forestière, de techniques de pêche non durables, de mises en culture de certaines zones, d’une immigration excessive et d’actes de banditisme. Le taux de déforestation dans le pays est de 0,6 % par an, ce qui correspond au deuxième taux le plus élevé dans le bassin du Congo (Bikié et al., 2000). Les forêts montagnardes et les forêts atlantiques littorales sont les plus menacées d’Afrique centrale car, à la fois, elles sont relativement peu étendues et elles subissent d’importantes pressions humaines (Doumenge et al., 2001).

Problèmes stratégiques, politiques, juridiques et institutionnels

31A ces facteurs de dégradation liés à l’utilisation des ressources naturelles s’ajoutent des facteurs parfois plus importants qui sont d’ordres stratégiques, politiques, juridiques et institutionnels.

32Les conflits armés sont par exemple une cause très importante de dégradation de la biodiversité en Afrique de l’Ouest et du Centre (Shambaugh et al., 2001). La Réserve de l’Aïr Ténéré au Niger et celle des Monts Nimba en Guinée en ont largement souffert, notamment du fait de l’augmentation très importante du braconnage et de déplacements massifs de populations fuyant les conflits. Ces deux sites sont d’ailleurs inscrits depuis plusieurs années sur la liste des sites en danger du patrimoine mondial de l’Unesco. La situation est aussi critique pour les parcs nationaux de Côte-d’Ivoire et de certains pays limitrophes qui sont actuellement « envahis » par les populations rurales du fait de la grave crise politique que subit le pays depuis 2002 (Ouedraogo, 2006). En Afrique Centrale, la situation a été tragique du fait des conflits armés des années 1990 (par exemple Shalukoma ; Mena Wa Mena, ce volume) mais le Cameroun et la Guinée Équatoriale ont été relativement épargnés.

33D’une manière générale dans la zone forestière d’Afrique de l’Ouest, même si certaines aires protégées sont relativement efficaces (Wala et al. ; Natta et al., ce volume), les stratégies de conservation ont souvent échoué et les processus de développement ont régulièrement conduit à une surexploitation des ressources naturelles (Oates, 1999). La gestion des aires protégées a souvent été trop autoritaire (Hounkpé, ce volume ; Tchamie, 1994, ce volume ; Bacary, ce volume) et l’implication effective des populations locales dans la gestion des aires protégées n’est souvent pas réalisée. Lorsqu’elle existe, elle est ambiguë (Ibo et Leonard, 2000), difficile à mettre en place (Bourgeot, ce volume) ou limitée à une participation « par l’information ou par les incitations matérielles » (Joiris, 1998). Une participation véritable n’est possible que si on s’intéresse aux savoir-faire endogènes des populations et à leurs représentations concernant la diversité biologique (Bourgeot ; Giazzi et Tchamie, ce volume). Ceux-ci sont souvent trop peu pris en compte dans les démarches de conservation en Afrique de l’Ouest (Shalukoma ; Tohinlo ; Kpéra et al., ce volume).

34En Afrique centrale, Vives (2003) considère, après 10 ans d’expérience dans la région, que les freins à la conservation sont dus au sous-développement des zones rurales mais aussi à la place importante des considérations politiques qui priment souvent sur les décisions techniques et à la faiblesse des administrations en charge des aires protégées. Il semble par ailleurs que de nombreuses réserves forestières Camerounaises devraient être reclassées et dotées de statuts de protection plus importants (Doumenge et al., 2001). L’encadré 2 présente 7 lacunes importantes qui limitent l’efficacité de gestion des aires protégées au Cameroun. Elles reflètent bien les préoccupations d’un certain nombre de pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre.

Encadré 2. Sept lacunes importantes pour la gestion des aires protégées du Cameroun
1. Certaines écorégions ne sont pas suffisamment représentées dans le système national actuel d’aires protégées,
2. Les textes législatifs relatifs aux aires protégées sont insuffisamment appliqués,
3. La délimitation actuelle des aires protégées n’a pas toujours tenu compte de l’utilisation traditionnelle de l’espace par les populations riveraines autochtones,
4. Il manque une intégration des aires protégées dans un processus global d’utilisation des terres et de développement des populations riveraines,
5. Les ressources autour des aires protégées sont soumises à une utilisation non durable,
6. La collaboration entre les services administratifs concernés par la gestion des ressources naturelles et les différents acteurs est insuffisante (Honlonkou ; El Hadj Issa, ce volume),
7. Les moyens financiers et logistiques et les ressources humaines alloués aux aires protégées sont insuffisants

35Au Bénin par exemple, la stratégie nationale pour la diversité biologique (République du Bénin, 2002b) indique que la vision prospective présente de graves insuffisances et que l’on manque d’outils de gestion rationnelle de l’environnement et de la diversité biologique. La réglementation, comme outil de gestion des aires protégées, est mal maîtrisée (Agbényo, ce volume) et les différentes institutions en place n’ont en général qu’une faible capacité d’intervention, tant sur le plan matériel et financier que sur celui des ressources humaines. En Guinée Équatoriale par exemple, malgré l’existence d’un réseau adéquat de 13 aires protégées (Doumenge et al., 2001), seul le parc national de Monte Alen est effectivement géré et l’INDEFOR, administration chargée de la gestion des aires protégées du pays est en attente d’une aide extérieure (Vives, 2003). En outre, le cadre institutionnel qui pourrait responsabiliser les communautés locales dans la gestion des ressources naturelles est en général absent. Les données de base manquent et la méconnaissance des ressources naturelles, du processus de leur évolution et des composantes de la diversité biologique est encore grande. Les données relatives à la gestion des ressources de l’environnement et de la diversité biologique sont très insuffisantes. Enfin le décalage reste grand entre la dynamique démographique, les besoins des populations et les disponibilités en ressources exploitables.

Les mesures prises par les États

36Les analyses prospectives données dans les différentes communications concluent toutes que les pressions sur les parcs et réserves ne peuvent que s'intensifier si aucune réponse d'envergure n'est apportée aux problèmes. C’est ainsi que la plupart des pays ont ratifié des conventions internationales visant à la conservation des ressources naturelles, qu’ils ont élaboré des stratégies nationales et divers plans d’action sur ces thèmes et que plusieurs initiatives transfrontalières sont développées.

Conventions internationales

37Ces dernières décennies, la plupart des pays ouest africains ont ratifié plus de cinquante traités multilatéraux ayant trait à l’environnement qui portent sur des sujets variés et qui ont été adoptés au niveau régional ou sur des bases bilatérales ; c’est le cas pour les 7 pays que nous considérons ici (tabl. VI). Ces résolutions sont d’un apport déterminant, car ils renforcent l’autorité des instances nationales responsables et confortent les aides extérieures (Doumenge, 1996).

Tableau VI : Dates de ratification ou d’entrée en vigueur des principales conventions internationales par 7 pays africains
B : Bénin, C : Cameroun, CI : Côte-d’Ivoire, Ga : Gambie, Gu : Guinée, GE : Guinée Équatoriale, N : Niger

38À ces 6 accords internationaux, nous pourrions rajouter la « Convention relative à la Coopération pour la Protection, la Gestion et la Mise en Valeur des Milieux marins et côtiers de la Région de l’Afrique de l’Ouest » qui concerne tous les pays pris en considération à l’exception du Niger. De même, les conventions sur les changements climatiques et sur la lutte contre la désertification sont importantes mais elles influent moins directement sur les stratégies de gestion des aires protégées. Chacune des conventions présentées comporte des obligations pour les parties, mais les communications montrent que les engagements pris ne sont pas toujours respectés. Les ressources financières nouvelles et additionnelles adéquates et les moyens humains font défaut pour assurer une gestion efficace des réseaux d’aires protégées. Les politiques ne sont guère adaptées aux dispositions juridiques de la plupart des conventions ratifiées.

Stratégies nationales et plans d’action

39Les États ouest et centre africains, sous l’impulsion de partenariats bilatéraux, ont adopté plusieurs stratégies et plans nationaux en matière d’environnement dont les plus importants sont :

  • la stratégie nationale et le Plan d’Action en matière de diversité biologique
  • le plan national de l’Environnement (ou plan d’Action environnemental).

40Chaque pays élabore à son rythme des documents ou des textes juridiques permettant d’honorer les engagements pris lors de la signature et de la ratification des différentes conventions internationales. Le tableau VII présente un exemple d’évolution des principaux résultats acquis au Bénin par le ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme depuis la présentation de la convention sur la Diversité biologique au sommet de Rio en 1992.

Tableau VII : Principaux résultats du ministère de l’Environnement, de l’Habitat et de l’Urbanisme du Bénin dans le cadre de la conservation de la diversité biologique

41Selon les États, les équivalents des « plans nationaux de l’Environnement » comportent des programmes relatifs à la lutte contre la désertification, à la gestion partagée des bassins versants et des ressources en eau, aux énergies renouvelables, au cadre de vie, aux changements climatiques et à la gestion de la diversité biologique. Les stratégies nationales et plans d’action pour la conservation de la diversité biologique sont bien sûr les documents phares de planification de la gestion des aires protégées des différents pays. La majorité des 7 pays étudiés ont produit cette stratégie mais la plupart d’entre eux ont par contre des difficultés à atteindre les objectifs fixés par ce document. Le niveau de performance observé est souvent à la mesure des fonds disponibles pour la réalisation des activités programmées (Hele, in Fosi Mbantenkhu, 2006).

42En matière de lutte contre la pauvreté, par les biens et services qu’elles procurent, les aires protégées se positionnent comme un réseau efficace et durable d’apports économiques pour les populations. Les stratégies de réduction de la pauvreté des pays intègrent donc peu à peu certains éléments relatifs à la diversité biologique et aux aires protégées.

43Pour remédier à certaines faiblesses des systèmes nationaux d’aires protégées, certains pays comme la Côte-d’Ivoire vont plus loin en préparant un Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées (PCGAP). Celui-ci inclue des volets d’écodéveloppement, de co-gestion, de gestion participative ou communautaire et l’intégration socio-économique des aires protégées dans les politiques générales de gestion/aménagement des ressources naturelles. La mise en œuvre de ce programmes se fait dans le cadre d’une concertation élargie à l’ensemble des acteurs (représentants du secteur privé, donateurs, administrations partenaires et société civile incluant notamment les communautés des zones périphériques) et implique des engagements contractuels entre les directions des parcs et les communautés rurales. En Côte-d’Ivoire, le PCGAP a été mis en place pour remédier à une insuffisance d’approche concertée, à un manque d’adhésion des populations des zones périphériques aux actions de conservation et aux limites du cadre institutionnel (encadré 3).

Encadré 3. Points clés du Programme Cadre de Gestion des Aires Protégées en Côte-d’Ivoire
1. Mise en place d’un office ivoirien des Parcs et Réserves, dotés de l’autonomie administrative et financière,
2. Mise en place d’une fondation pour soutenir les efforts financiers de l’État,
3. Création d’un conseil scientifique national spécifique,
4. Renforcement des filières de formation pour les agents et les communautés locales,
5. Élaboration et exécution d’un plan d’aménagement pour chaque aire protégée et de projets de développement intégré dans les zones périphériques,
6. Implication des populations des zones périphériques à toutes les phases des projets

44Ce programme se donne entre autres pour objectif de générer des revenus pour les populations de la périphérie des aires protégées immédiatement par la création d’emplois liés aux nécessités du programme puis à moyen terme grâce au développement du tourisme et des activités dites alternatives.

45Dans le cadre de l’élaboration de son programme sectoriel Forêts et Environnement, le Cameroun est quant à lui en voie de finaliser un nouveau réseau national d’aires protégées ainsi qu’un plan d’action dont la mise en œuvre permettra une gestion effective des aires protégées et une stratégie nationale de conservation de la faune et des sites de conservation. Le Bénin mène pour sa part un Programme de Conservation et de Gestion des Parcs Nationaux (PCGPN) qui vise à la protection des écosystèmes soudaniens du Nord du pays.

Initiatives transfrontalières et réseaux sous régionaux

46À côté de ces initiatives nationales, les différents pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre travaillent ensemble, appuyés par les ONG, les agences de coopération et les institutions internationales pour créer des aires protégées transfrontalières, pour échanger leurs expériences au sein de réseaux sous régionaux et pour mener des projets de conservation impliquant plusieurs pays.

47Le parc national du W, à cheval sur le Niger, le Bénin et le Burkina Faso est ainsi la première réserve de biosphère transfrontalière d’Afrique. Le programme Ecopas (Écosystèmes protégés en Afrique Sahélienne), appuyé par l’Union Européenne, assure ainsi depuis 2001 un nombre important d’initiatives visant à la coordination de la gestion de ce parc entre les 3 pays. Cette aire protégée remarquable s’intègre par ailleurs dans deux autres initiatives internationales. La première, coordonnée par l’UICN-BRAO, consiste à mener un projet de conservation à base communautaire dans les zones d’influence du complexe des parcs WAP, (W, Arly et Pendjari) au Niger, au Burkina Faso et au Bénin. La deuxième est un projet coordonné par l’UNESCO qui vise à renforcer les capacités scientifiques et techniques de 6 réserves de biosphère des zones arides d’Afrique de l’Ouest.

48En Afrique de l’Ouest on compte aussi d’autres aires protégées transfrontalières importantes comme celle des monts Nimba (Côte-d’Ivoire, Guinée et Liberia), de Niokolo Koba-Badiar (Guinée et Sénégal) ou de Niomi-Delta du Saloum (Gambie et Sénégal) (Sandwith et al., 2001).

49Le Réseau de Renforcement des Aires Marines d’Afrique de l’Ouest (Ramao) fédère quant à lui 8 aires marines protégées de 5 pays. Il est une composante du vaste Programme Régional de Conservation de la zone Côtière et Marine en Afrique de l’Ouest (PRCM) qui vise à coordonner les efforts des institutions et des individus en faveur de la conservation du littoral des pays côtiers de la sous-région (Mauritanie, Sénégal, Gambie, Guinée-Bissau, Guinée, Cap-Vert et Sierra Leone), à côté de la Commission Sous-Régionale des Pêches (CSRP). Ce programme a soutenu la création d’une stratégie régionale pour les aires marines protégées d’Afrique de l’Ouest (Collectif, 2003).

50Le Réseau des Aires Protégées d’Afrique Centrale (Rapac) est une initiative similaire qui regroupe 8 aires protégées et les administrations nationales qui en ont la charge dans 7 pays. La réserve de faune du Dja au Cameroun et le parc national de Monte Alen en Guinée Équatoriale en font partie. Les objectifs de ce réseau sont de 1) maintenir des capacités techniques sur le terrain, 2) renforcer les synergies et les échanges d’expériences et de compétences entre les États, 3) imposer une vision globale et régionale de la gestion des espaces classés dans la sous-région et de leurs ressources naturelles (Vives-Aveling, 2001). Ce réseau est issu du projet Ecofac (programme d’Utilisation rationnelle des Écosystèmes forestiers d’Afrique centrale) qui finança des actions depuis 1992 dans 7 aires protégées de la sous-région. Le Cameroun développe par ailleurs plusieurs initiatives transfrontalières avec le Congo, la RCA et le Gabon, comme l’aire protégée trinationale de la Sangha créée en 2000. Il détient aussi deux parcs nationaux contigus avec des aires protégées nigérianes et tchadiennes (Sandwith et al., 2001).

51Le Programme Régional en Afrique Centrale pour l’Environnement (Carpe) et le Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo (PFBC) regroupent quant à eux de nombreuses organisations gouvernementales et non gouvernementales. Ils vont dans le sens de la déclaration de Yaoundé sur la conservation et la gestion durable des forêts tropicales signée par 7 chefs d’État d’Afrique centrale en 1999 et qui prévoit entre autre la création d’aires protégées transfrontalières. Leurs objectifs sont d’améliorer les connaissances sur les forêts d’Afrique centrale, de promouvoir une gestion durable des forêts du Bassin du Congo et d’améliorer la qualité de vie des habitants de la région (PFBC, 2005).

52L’ensemble de ces initiatives sont effectuées grâce à des partenariats entre les États, les agences de coopérations et les organisations telles que l’UICN, le WWF, Wetlands International, Conservation International ou le WCS qui favorisent les échanges entre pays et les projets plurinationaux par le biais de leurs bureaux régionaux et nationaux.

Perspectives et actions futures : les leçons à retenir

Implication des populations locales

53Certains problèmes nés de la présence d’aires protégées à proximité des terroirs villageois, notamment les dégâts causés par la faune aux cultures vivrières et de rente, créent de vives tensions entre les communautés locales et les gestionnaires. Ces divergences sont généralement réglées et résolues dans la recherche du consensus à travers des compensations et la mise en place de systèmes de zone tampon. Sans l’implication et l’appui des populations, il est illusoire de mettre en place un système de gestion durable et les aires protégées d’Afrique ne pourront survivre sans participation des communautés (Giazzi et Tchamie, ce volume). La mise en application de la participation des populations locales à la gestion des ressources naturelles doit comporter une grande flexibilité pour permettre son adaptation à chaque contexte socioculturel rencontré (Fotso, 2000).

54La plupart des programmes de gestion des aires protégées étaient jusqu’à une période récente peu tournés vers les communautés locales exceptions faites de certaines initiatives. Le processus de décentralisation en cours dans la plupart des pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre doit inciter les gestionnaires des aires protégées à plus d’initiatives pour une totale implication des communautés locales à la gestion des aires protéges. La formation et le renforcement de la gouvernance locale de la conservation sont des enjeux de taille (Guéneau et Jacobée, 2004). L’accord de Durban (Ve congrès mondial sur les Parcs, Afrique du Sud, 2003) a d’ailleurs réaffirmé la vocation des aires protégées à poursuivre des objectifs de conservation et de développement. Cet accord recommande notamment de nouvelles stratégies de gestion collaboratrice. Pour une meilleure cogestion des ressources naturelles, les populations locales doivent être impliquées dans les prises de décision, ce qui devrait conduire à un partage équitable des avantages (biens et services) que fournissent les aires protégées. Les stratégies nationales, en adoptant l’« approche écosystémique » (Pnue/CDB, 2000), doivent de plus en plus inclure les impératifs d'un développement durable dans les décisions qui engagent l’État et les communautés locales.

55Dans certains pays, le code rural fixe le cadre juridique des activités agricoles, sylvicoles et pastorales dans la perspective de l’aménagement du territoire et de la protection de l’environnement. Complété par de nombreux autres textes législatifs sur la décentralisation, l’environnement et la gestion durable des ressources naturelles, le code rural peut sécuriser les droits et les profits des communautés locales. Ainsi, les aires protéges peuvent être perçues comme le meilleur moyen de convaincre les populations à s’engager dans un processus de gestion durable.

Intégration des politiques relatives aux aires protégées dans un cadre national

56La politique en matière d’aires protégées ne peut se dissocier des orientations globales et des stratégies adoptées par les États. Comme le soulignent Giazzi et Tchamie (ce volume) « La présence de l’État est requise dans la conservation ». Aussi, est-ce au sein des stratégies de lutte contre la pauvreté et contre la désertification ou des mesures d’aménagement du territoire que l'on peut promouvoir et gérer les aires protégées afin de valoriser leurs apports économiques et environnementaux. Les coûts et bénéfices des aires protégées doivent être intégrés dans les économies nationales. L’inscription des aires protégées dans les stratégies nationales peut permettre leur maintien sous forme d’un système cohérent capable de venir en soutien aux autres efforts nationaux en matière de développement. Sans cette réelle intégration, la perception des aires protégées par les communautés locales restera toujours limitée et en grande partie négative.

57Les cadres juridique et institutionnel des aires protégées par pays doivent par ailleurs être adaptés pour tenir compte des nouvelles stratégies nationales et des nouvelles approches et initiatives sur les problèmes environnementaux. Il est aussi indispensable de faire régulièrement le point sur l’application des conventions et traités internationaux sur les aires protéges en Afrique de l’Ouest et du Centre.

Mobilisation de moyens supplémentaires

58Les effectifs du personnel chargé de la gestion des aires protéges sont actuellement bien trop faibles pour permettre une promotion et une valorisation efficientes des ressources. Pour espérer atteindre de tels objectifs, un fort accent doit être mis sur les ressources humaines : leur formation mais aussi l’intégration d'auxiliaires issus des communautés locales pour assurer certaines responsabilités. Compte tenu du fait que les aires protéges sont les sites privilégiés pour la conservation de la diversité biologique et que malgré leur état, elles ne sont pas épargnées par certaines formes d'exploitation abusive, il convient de leur accorder toute l'importance qu'elles méritent en les pourvoyant de moyens conséquents. Il est urgent d’élaborer un plaidoyer à cet effet. Les aires protégées en Afrique de l’Ouest et du Centre doivent bénéficier d’un mécanisme de financement propre et durable, qui les sécurise davantage.

Un engagement politique fort pour les aires protégées

59La mobilisation de moyens supplémentaires doit aller de pair avec une volonté des États de consentir des efforts particuliers en vue de l’extension du réseau d’aires protégées, de la sécurisation des réseaux actuels et du respect des dispositions des lois et règlements relatifs à la protection de la nature. Cet engagement politique doit aussi permettre le développement d’actions d’éducation environnementale en favorisant l’émergence d’une génération favorable et sensible aux questions relatives aux aires protégées ainsi que l’amélioration des connaissances sur l’état des aires protégées, la diversité biologique et les relations homme-nature au sein de ces espaces. Il est ainsi nécessaire de recenser et de partager les leçons apprises dans le cadre de la gestion des aires protégées.

Conclusion

60Cette brève présentation des aspects généraux de la gestion des aires protégées en Afrique de l’Ouest et du Centre montre que malgré des pressions importantes existant sur les ressources naturelles de la région, le rôle des aires protégées vis-à-vis de la conservation de la biodiversité est de plus en plus reconnu. Elle révèle aussi le besoin hautement exprimé d’en faire un outil de développement intégré dans les politiques nationales, mais aussi de fortes insuffisances dans le degré de responsabilisation des populations locales à la gestion de ces espaces et dans les moyens mobilisés pour satisfaire leurs objectifs.

61La vision positive qu’ont des aires protégées les décideurs politiques en Afrique de l’Ouest et du Centre est un atout majeur pour leur développement (photo 3). Il importe de traduire cette vision en faits concrets. Pour ce faire, la nécessité d’associer diverses institutions locales et la communauté internationale à la gestion durable des aires protégées est un passage prometteur ; seule une telle mobilisation à grande échelle peut favoriser la résolution des nombreux problèmes auxquels sont confrontées les aires protégées en Afrique de l’Ouest et du Centre. Espérons que l’ « initiative pour les Aires protégées africaines » adoptée au Ve congrès mondial sur les parcs à Durban en 2003 et destinée à « développer pour tous les pays d’Afrique sub-saharienne un système d’aires protégées bien conçu et bien géré et qui pourra satisfaire les besoins environnementaux et sociaux de chaque pays » puisse contribuer de manière significative à cet objectif, indispensable au développement durable du continent.

Photographie 3 : Entrée du parc du W du Niger, côté nigérien (cliché A. Fournier, janvier 2003)

Dédicace :
Nous dédions cet article à la mémoire de notre co-auteur le Commandant Moussa Alou, disparu pendant la rédaction de ce texte.

Bibliographie

Bibliographie

Anthelme F., de Boissieu D., Mato, M. W., 2005 – Conditions écologiques et socioéconomiques de la réserve naturelle nationale de l’Aïr-Ténéré et de ses zones connexes : état des lieux et propositions pour la mise en place d’un système de suivi à long terme. IRD, UICN, Roselt-Niger., multigr.

Arouna O., Sinsin B., ce volume – « Exploitation des ressources biologiques et dynamique de la végétation dans la forêt classée de l’Alibori supérieur au Bénin (secteur de l’arrondissement de Bagou) », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Avit J. B. L. F., Pedia P. L., Sankare Y., 1999 – Diversité biologique de la Côte-d’Ivoire. Rapport de synthèse. Pnue, ministère de l’Environnement et de la Forêt, Abidjan, Côte-d’Ivoire.

Bacary, D., ce volume – « Implication des populations dans la gestion du parc national du delta de Saloum au Sénégal », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah Ga (éd.)

Banque Mondiale/WWF, 2002 – International Workshop on « protected areas management effectiveness in West and Central Africa ». Kribi, Cameroon, 4-7 June 2002. WWF/World Bank Alliance.

Bikié H., Collomb J. G., Djomo L,. Minnemeyer S., Ngoufo R., Nguiffo S., 2000 – Aperçu de la situation de l’exploitation forestière au Cameroun. Observatoire mondial des Forêts, World Resources Institute : http://www.globalforestwatch.org/common/cameroon/french/report.pdf

Bourgeot A., ce volume – « Démocratisation locale, gestion participative et anthropologie. Le cas de la réserve de l’Aïr-Ténéré (Niger) », in Fournier A. Sinsin B. Mensah Ga (éd.)

Carey C., Dudley N., Stolton, S., 2000 – Squandering paradise ? The importance and vulnerability of the world’s protected areas. WWF-International, Gland, Suisse.

Center for Applied Biodiversity Science, 2001 – De la forêt à la mer : les liens de biodiversité de la Guinée au Togo. Atelier sur l’établissement des priorités en matière de conservation régionale, 6-10 décembre 1999, Elmira, Ghana. Conservation International.

Cernea M. M., Schmidt-Soltau K., 2003 – Les parcs nationaux et les risques d’appauvrissement : la relocation forcée des populations est-elle la solution ? Article présenté au congrès mondial sur les parcs de Durban (septembre 2003) : http://www.schmidt-soltau.de/PDF/France/2003_%20Cernea%20et%20SchmidtSoltau_WPC.pdf

Chape S., Blyth S., Fish L., Fox P., Spalding M., 2003 – United Nations List of Protected Areas. IUCN, Gland, Switzerland and Cambridge, UK et UNEP-WCMC, Cambridge, UK : http://www.unep-wcmc.org/wdpa/unlist/2003_UN_LIST.pdf

Claro, F., Faye B., Tubiana J., Sissler C, Pelle E., ce volume – « Diversité faunistique sahélo-saharienne dans la zone du massif de Termit au Niger : vers une nouvelle aire protégée ? », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Collectif., 2003 – Stratégie régionale pour les aires marines protégées en Afrique de l’Ouest, UICN, FIBA, UNESCO, WWF : http://www.cnshb.org.gn/Forum%20PRCM/STRATEGIE.pdf

Conservation International, 2006 – Biodiversity hotspots. Guinean forests of West Africa : http://www.biodiversityhotspots.org/xp/Hotspots/west_africa

Culverwell J., 1997 – Long-term recurrent costs of protected area management in Cameroon : Monitoring of protected areas, donor assistance and external financing, ecological and management priorities of current and potential protected area system. WWF Cameroon/MINEF, Yaoundé, Cameroun.

Davis S. D., Heywood V. H., Hamilton A. C., 1994 – Centers of plant diversity : a guide and strategy for their conservation. Volume 1. WWF et IUCN, Gland, Switzerland.

Djodjouwin L., Sinsin B., ce volume – « Pressions sur les ressources naturelles végétales dans les aires protégées. Cas des forêts classées des monts Kouffé et de Wari-Maro en République du Bénin », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Doumenge C. (éd.), 1996 – L’atlas pour la conservation des forêts tropicales d’Afrique. UICN-France, Jean Pierre de Monza, Paris, France.

Doumenge C., Garcia Yuste J.-E., Gartlan S., Langrand O., Ndinga A., 2001 – Conservation de la biodiversité forestière en Afrique centrale atlantique : le réseau d’aires protégées est-il adéquat ? Bois et forêts des tropiques, 268 (2) : 5-27.

Doumenge C., Ndinga A., Fomete Nembot T., Tchanou Z., Micha Ondo V., Ona Nze N., Bourobou Bourobou H., Ngoye A., 2003 – Conservation de la biodiversité forestière en Afrique centrale atlantique. II. Identification d’un réseau de sites critiques. Bois et forêts des tropiques, 276 (2) : 43-57.

Egbe S. E., 2001 – The Law, Communities and Wildlife Management in Cameroon. Rural Forestry Development Network, 25 : 1-12.

El Hadj Issa I. A., Ouedraogo P., Amadou B. A., ce volume – « Caractérisation des organisations villageoises de gestion des ressources naturelles dans la réserve de biosphère transfrontalière du W au Bénin », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Fosi Mbantenkhu, M., 2006 – Troisième rapport national sur la diversité biologique du Cameroun. Ministère de l’Environnement et de la Protection de la Nature, Yaoundé, Cameroun.

Fotso R. C., 2000 – « Risques écologiques, projets intégrés et préoccupations locales (Cameroun) ». In Compagnon, D. et Constantin F. (éd.). Administrer l’environnement en Afrique. Gestion communautaire, conservation et développement durable. Karthala et IFRA, Paris.

Fournier A., Millogo-Rasolodimby J., ce volume – « Quel est l’état de conservation des milieux végétaux en Afrique de l’Ouest ? », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Fournier A. Sinsin B Mensah G.A., 2007 – Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ? Concilier conservation de la biodiversité et développement, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires, CD-ROM.

Giazzi F., Tchamie T., ce volume – « La participation des populations locales dans la gestion des ressources naturelles. Historique de la création des aires protégées en Afrique de l’Ouest et évolution récente de la conservation. », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Gueneau S., Jacobee F., 2004 – Conservation de la biodiversité forestière tropicale en Afrique centrale : dépassionner les débats. Institut du Développement Durable et des Relations Internationales : http://www.iddri.org/iddri/telechargeforets/conservation_synthese_iddri-medd.pdf

Hadley M., 1994 – Associer la conservation, le développement et la recherche pour l’aménagement des zones protégées en Afrique. Unasylva, 176 : http://www.fao.org/docrep/v2900f/v2900f07.htm

Honlonkou A., ce volume – « Pauvreté, communauté et État : comprendre les enjeux stratégiques pour une meilleure gestion des aires protégées au Bénin », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Houndagba C. J., Tente B., Guedou R., ce volume – « Dynamique des forêts classées dans le cours moyen de l’Ouémé au Bénin : Kétou, Dogo et Ouémé-Boukou », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Hounkpe K., ce volume – « Recherche de solutions à la suite des conflits autour des aires protégées au Togo », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Ibo J., Leonard E., 2000 – « Les ambiguïtés d’une gestion “participative” des forêts classées (Côte d’Ivoire) ». in Compagnon, D. et F. Constantin F. (éd.). Administrer l’environnement en Afrique. Gestion communautaire, conservation et développement durable. Karthala et IFRA, Paris.

Joiris D., 1998 – « Savoirs indigènes et contraintes anthropologiques dans le cadre des programmes de conservation en Afrique centrale ». In Heather, E. E., R. Hardin, S. Rupp (éd.). Utilisation des ressources naturelles dans la région trinationale du fleuve Sangha en Afrique Équatoriale : histoires, savoirs et institutions. Bulletin Series, Yale School of Forestry and Environmental Studies, 102 : 140-150.

Kiema S., Fournier A., ce volume – « Utilisation de trois aires protégées par l’élevage extensif dans l’Ouest du Burkina Faso », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Kpera G. N., Sinsin B., Mensah G. A., ce volume – « Mesures de conservation endogènes de la faune sauvage comme facteurs déterminants pour la survie des espèces : cas des crocodiles du Bénin », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Mena Wa Mena J-B., ce volume – « La gestion participative des aires protégées en République Démocratique du Congo – L’institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN) », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Mengue-Medou C., 2002 – Les aires protégées en Afrique : perspectives pour leur conservation. VertigO, 3 (1) : http://www.vertigo.uqam.ca/vol3no1/art7vol3n1/c_mengue-medou.html

Minef, 1998 – Manual of the procedures for attribution, and norms for the management, of community forests. Government of Cameroon, Yaoundé, Cameroon.

Mittermeier R. A., Myers N., Thomsen J. B., De Fonseca G. A. B., 1998 – Biodiversity hotspots and major tropical wilderness areas : approaches to setting conservation priorities, Conservation Biology, 12 : 516-532.

Mortier P., 2004 – Guinée Equatoriale : Monte Alen. Canopée, 27 : 15-16.

Natta A. K., Sinsi B. n, Van der Maesen L. J. G., ce volume – « Les forêts riveraines des aires protégées du Bénin ont-elles une végétation plus diversifiée que celles des espaces non protégés ? », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Ngandjui G., 2003 – Aires protégées du Cameroun : protection des mammifères – Vision nationale et transfrontalière pour la conservation de la biodiversité. Communication à l’atelier régional sur les aires protégées en Afrique occidentale et centrale. Kribi, Cameroun, 27-31 janvier 2003 : 15.

Ngandjui G., Blanc C. P., 2000 – Biogéographie et biodiversité : aires protégées et conservation des mammifères au Cameroun. Biogeographica, 76 (2) : 63-77.

Nomao A., Gautun J. C., ce volume – « Diversité potentielle du peuplement de rongeurs dans le parc régional du W (Burkina Faso, Bénin, Niger) », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Noupa, P., ce volume – « La participation des communautés riveraines à la gestion des ressources naturelles. La zone forestière du sud-est du Cameroun », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Oates J. F., 2002 – West Africa : tropical forest parks on the brink. In Terborgh J., C. Van Schaik, Davenport L., Rao M. (éd.). Making parks work, strategies for preserving tropical nature. Island Press, Washington, D.C., USA.

Oates J. F., 1999 – Myth and reality in the rain forest : how conservation strategies are failing in West Africa. University of California Press, Berkeley, USA.

Observatoire des forets d’Afrique Centrale. 2003 – Les aires protégées : http://www.forac.net

Ouedraogo A., 2006 – Environnement, Côte-d’Ivoire : les parcs victimes de la crise politique et de l’infiltration : http://www.mediaterre.org/afrique-ouest/actu,20060104165505.html

Olsen K., Ekwoge H., Ongie R. M., Acworth J., O’kah E. M., Tako C., 2001 – A community wildlife management model from Mount Cameroon. Rural Forestry Development Network, 25 : 13-31.

Olson D. M., Dinerstein E., 1998 – The Global 200 : a representation approach to conserving the Earth’s most biologically valuable regions. Conservation Biology, 12 : 502-515.

Olson D. M., Dinerstein E., Wikramanayake E. D., Burgess N. D., Powell G. V. N., Underwood E. C., D’amico J. A., Itoua I., Strand H. E., Morrison J. C., Loucks C. J., Allnutt T. F., Ricketts T. H., Kura Y., Lamoreux J. F., Wettengel W. W., Hedao P., Kassem K. R., 2001 – Terrestrial ecoregions of the world : a new map of life on earth. BioScience, 51 (11) : 933-938.

PFBC, 2005 – Les forêts du Bassin du Congo : Evaluation préliminaire. CARPE, Partenariat pour les Forêts du Bassin du Congo : http://carpe.umd.edu/products/PDF_Files/FOCB_APrelimAssess.pdf

Pnue/CDB, 2000. – Approche par écosystème. Décision V/6 adoptées à la 5e Conférence des Parties de la Convention sur la Diversité Biologique, Nairobi, 15-26 mai 2000 : http://www.iucn.org/themes/cem/documents/ecosapproach/cbd_ecosystem_approach_fr.pdf

Republic of Cameroon, 1999 – Biodiversity status, strategy and action plan. UNEP, Yaoundé, Cameroon.

Republique du Benin, 2002a – Monographie nationale de la diversité biologique. MEHU, Cotonou, Bénin.

Republique du Benin, 2002b – Stratégie nationale et plan d’action pour la conservation de la diversité biologique. MEHU/PNUD, Cotonou, Bénin.

Saliou A. R., Sinsin B., ce volume – « Utilisation des ressources naturelles par les populations riveraines et dégradation dans la zone cynégétique de la Djona », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Sandwith T., Shine C., Hamilton L., Sheppard D., 2001 – Transboundary protected areas for peace and co-operation. Best Practice Protected Area Guidelines Series n° 7. IUCN (WCPA), Gland, Switzerland

Shalukoma C., ce volume – « La participation des populations locales dans la conservation des ressources naturelles du parc de Kahuzi-Biega (R D Congo) : stratégies adoptées pour l’implication des populations pygmées de son hinterland. », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Shambaugh J., Oglethorpe J., Ham R., 2001 – L’herbe foulée : atténuer l’impact des conflits armés sur l’environnement. Biodiversity Support Program, Washington D. C., USA.

Sinsin B., Djodjouwin L., ce volume – « Potentiel écotouristique dans les aires protégées en République du Bénin : les sites d’Agbassa, des monts Kouffe et du mont Soubakpérou », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Sounon Bouko B., Sinsin B., ce volume – « Impact de l’immigration agricole autour des aires protégées : cas des villages riverains de la forêt classée de Wari-Maro (Bénin) », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Sournia G., 1990 – Les aires de conservation en Afrique francophone : aujourd’hui et demain espaces à protéger ou espaces à partager ? Cahiers d’Outre-Mer, 42 (172).

Stuart S. N., Adams R. J., Jenkins M. D., 1990 – Biodiversity in sub-Saharan Africa and its islands. Conservation, management and sustainable use. IUCN SSC Occasional papers 6. Gland, Switzerland.

Tchamie T., ce volume – « Quelques axes de réflexion sur la gestion participative des aires protégées pour une meilleure conservation de la biodiversité au Togo. », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Tchamie T., 1994 – Enseignements à tirer de l’hostilité des populations locales à l’égard des aires protégées du Togo. Unasylva 176 : 22-27 http://www.fao.org/docrep/v2900f/v2900f06.htm

Tehou A.C., ce volume – « Abondance et densité des grands mammifères dans la réserve de biosphère de la Pendjari (Bénin) », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Thiaw I., 2002 – La protection des écosystèmes marins en Afrique de l’Ouest. UICN-BRAO : http://www.iucn.org/themes/wcpa/pubs/pdfs/wcafricaprotection.pdf

Tohinlo P., Mongbo R., Floquet A., ce volume – « Institutions locales et gestion des ressources naturelles : cas du complexe fluvio-lacustre d’Agonvè au Bénin », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Tondoh J. E., Miller. V., ce volume – « Typologie des systèmes d’utilisation des terres et diagnostic pour une gestion durable dans la zone périphérique du parc national de Taï, Côte d’Ivoire », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

UICN, 2005 – Bénéfices par delà les frontières. Procès-verbaux du Ve congrès mondial sur les parcs de l’UICN. Durban, Afrique du Sud, 8-18 septembre 2003.UICN, Gland, Suisse.

UICN/PNUE, 2003 – World Database on Protected Areas : CD-ROM.

UICN/Pnue, 2006 – World Database on Protected Areas : http://www.unepwcmc.org/wdpa/

UICN/WCMC, 1994 – Guidelines for Protected Area Management Categories. IUCN/WCMC, Gland, Switzerland and Cambridge, UK.

Usengumuremyi, J. C., A. Ickowicz, Toure I., ce volume – « Impact du pâturage des animaux domestiques sur la végétation du Parc National des Oiseaux du Djoudj (PNOD) au Sénégal », in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

Vives M., 2003 – Pour que l’arbre ne cache pas la forêt. Canopée, 23 : 3-9.

Vives-Aveling M., 2001 – Les aires protégées, un arc à plusieurs cordes. Canopée, 20 : 3-4.

Wal M. V. D., Djoh E., 2001 – Community Hunting Zones : First Steps in the Decentralisation of Wildlife Management. Observations from the Village of Djaposten, Cameroon. Rural Forestry Development Network, 25 : 39-43.

Wala K., Sinsin B., Hahn-Hadjali K., Akpagana K., ce volume – « Conservation des savanes boisées à Afzelia africana et Pterocarpus erinaceus dans la chaîne de l’Atacora (Nord-Bénin) », résumé, in Fournier A. Sinsin B. Mensah GA (éd.)

World Resources Institute. 2003 – Earth Trends. Biodiversity and protected areas. Country profiles : http://earthtrends.wri.org/country_profiles/index.php?theme=7

World Wide Fund For Nature/National Geographic Society. 2001 – Terrestrial Ecoregions of the World : http://www.nationalgeographic.com/wildworld/terrestrial.html

World Wide Fund for Nature. 2006 – List of Ecoregions : http://www.panda.org/about_wwf/where_we_work/ecoregions/ecoregion_list/index.cfm

Notes de fin

* Décédé pendant la rédaction de ce texte.

Ces aires protégées correspondent souvent à des sites déjà désignés nationalement.

Auteurs

Dimitri de Boissieu, écologue
IRD, UR 136 « Aires protégées en Afrique de l’Ouest »,
Marcevol 66320 Arboussols, France

Mahamadou Salifou, aménagiste aires protégées arides
BP 933, Niamey, Niger

Brice Sinsin, écologue tropicaliste
laboratoire d'Écologie appliquée, faculté des Sciences agronomiques
aménagement et gestion des parcours naturels et des aires protégées,
université d'Abomey-Calavi, 01 BP 526, Cotonou, Bénin

Moussa Alou (décédé), ingénieur des eaux et forêts
directeur des Eaux et Forêts du Niger

Drammeh Famara, Research and Development Officer
(Dept. of Park and Wildlife Management, Gambie)
2 Ashton House, Petersfield Rise
London, SW15 4AY, Royaume Uni
+44 (0) 7906603226 – Mobile

Agathe Fantodji, biologie marine
université d'Abobo-Adjamé, laboratoire de Biologie et Cytologie animales
02 BP 801, Abidjan 02, Côte d'Ivoire

Bernard Fosso, ministère de l’Environnement et des Forêts
direction de la Faune et des Aires protégées, Yaoundé, Cameroun

Marcel Comlan Kakpo, ingénieur des eaux, forêts et chasse, juriste
direction de l'Environnement, 04 BP 1005 Cotonou, république du Bénin

Germain Ngandjui, gestion de la faune et des aires protégées
Chair IUCN/SSC-CASUSG
BP 25208, Yaoundé, Cameroun

ingénieur des eaux et forêts

Christine Sagno, ingénieur des eaux et forêts
direction nationale des Eaux et Forêts
ministère de l'Agriculture, de l'Élevage et des Eaux et Forêts
BP 624, Conakry, république de Guinée

Adama Tondossama, ingénieur des eaux et forêts
01 BP 693, San Pédro 01, Côte-d'Ivoire

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search