Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

Questions autour des aires protégées

La participation des populations locales dans la gestion des ressources naturelles

Historique de la création des aires protégées en Afrique de l’Ouest et évolution récente de la conservation

Franck Giazzi et Thiou Tanzidani Komlan Tchamié

Texte intégral

1La création des aires protégées en Afrique comme partout ailleurs est une question qui trouve son origine à la racine même de la philosophie des parcs nationaux et tient aussi de la question fondamentale de leur fonction. En effet, l’idée moderne de « parc national » date de 1870 aux États-Unis. C’est en 1872 que Yellowstone fut déclaré parc national dans l’État américain du Wyoming. Par suite, de nombreux pays suivirent l’exemple des Américains pour préserver certaines portions de leur territoire à cause de leur beauté naturelle, flore, faune, géologie, géomorphologie, etc. Le concept juridique de zones protégées a été introduit en Afrique occidentale française par le décret du 10 mars 1925, qui institua les parcs de refuge ; l’arrêté du 16 avril 1926 du gouverneur général créa 15 parcs nationaux. Par ce décret, il a été fixé certaines conditions d’exécution portant réglementation de la chasse et instituant des parcs de refuges en Afrique occidentale française. En 1933, la conférence de Londres pour la protection de la flore et de la faune encouragea la création des parcs nationaux et de réserves. C’est principalement pendant l’entre-deux-guerres que les puissances coloniales instituèrent des parcs nationaux et réserves sur les territoires de leurs dépendances. Au Togo, par exemple, une circulaire du gouverneur général datée du 1er février 1933 stipulait ce qui suit « J’ai envisagé, comme moyen efficace d’empêcher une trop grande déforestation du pays, de créer un vaste domaine forestier classé, dégagé de l’inconsistance des terres boisées vacantes et sans maîtres, bien constitué en droit, définitivement assis en superficie et spécialement protégé » (Aubréville, 1937). Ces aires protégées devaient demeurer, autant que possible, à l’écart de tout contact humain, la pénétration et chasse devaient être interdites (Foury, 1948).

2Très vite la grande faune a focalisé l’intérêt d’une classe sociale occidentale privilégiée qui voyait là le symbole d’une nature sauvage, l’incarnation de l’Eden sur terre, la matérialisation de fantasmes liés à cette nature retrouvée. Pourtant, l’Afrique précoloniale n’était pas un paradis où l’homme et la nature vivaient en harmonie. Des formes d’exploitation naguère jugées peu respectueuses de l’environnement étaient régulièrement pratiquées comme les feux de brousse et feux de forêts. Ce constat ne remet évidemment nullement en cause, aujourd’hui, les savoir-faire locaux dans l’utilisation rationnelle des ressources limitées, surtout dans les zones fragiles comme le Sahel où par exemple les éleveurs se déplacent (mobilité) au gré de la présence du binôme ressources pâturage- point d’eau, selon des codes d’utilisation rationnelle du milieu. Le regard sur les feux a d’ailleurs changé, la plupart des scientifiques s’accordant aujourd’hui pour le considérer comme faisant intégralement partie du fonctionnement des écosystèmes de savane et comme le principal facteur de leur maintien.

3La législation foncière en Afrique francophone repose sur le décret du 5 février 1938 portant organisation du régime forestier du territoire. Ce texte, assez représentatif de son époque, définit la forêt et le domaine forestier, sauvegarde les droits coutumiers des populations et réglemente l’exploitation des produits forestiers. Pour les populations locales, un classement de forêt est toujours vu comme une sorte d’expropriation par l’État. La plupart des sites identifiés pour la création des aires protégées, en Afrique francophone, étaient au cœur d’anciens no man’s land guerriers (Benoit, 1999), leur mise en défens imposée a pourtant suscité une hostilité de la part des populations qui y voyaient un gel foncier. On retrouve aujourd’hui cette défiance à l’égard du pouvoir central, incarné par l’administration en charge de la conservation, dans l’exemple qui est donné à propos des aires protégées du Togo par Hounkpé (ce volume). Les troubles sociopolitiques des années 1990 ont été marqués par l’envahissement systématique des aires protégées de ce pays en signe de protestation à l’égard de l’administration. L’opinion populaire attache plus d’importance à la faune qu’à la flore en considérant les aires protégées comme des refuges pour les animaux. Il n’est pas surprenant que l’exploitation de la faune soit le plus souvent source de conflit entre les populations et l’autorité administrative. Le droit de gestion de la faune par les sociétés traditionnelles de chasseurs et des chefs coutumiers se trouve avec le classement, substitué par les permis de chasse qui ont enlevé aux gardiens de la nature la motivation de la protection (Salassi, 1995). Cet état de chose est la cause majeure du braconnage qui sévit dans les aires protégées de l’Afrique de l’Ouest.

4Ainsi, la constitution d’un domaine réservé devait passer inévitablement par la maîtrise foncière qui constitue la clé de voûte de toute politique en matière de protection de l’environnement, particulièrement en ce qui concerne les classements des forêts. L’organisation des hommes sur les espaces et leur attitude envers les ressources s’expriment en termes de normes, règles, processus et institution. Le droit émane du groupe social. Il est l’expression de ses rapports sociaux. Le droit est avant tout un produit, un fait social, caractérisé par un dispositif normatif et un ordre de contraintes (Barrière et Barrière, 1997). Dans la conception moderne et occidentale, c’est l’État qui incarne l’intérêt général et non les collectivités locales d’individus.

5Partout en Afrique de l’Ouest, les États ont pris des textes pour classer les aires protégées, pour réglementer l’exercice de la chasse, pour réglementer la pratique des feux de brousse, les parcours des troupeaux de bétail, pour protéger la flore et la faune. À titre d’exemple, au Togo, en matière de la flore, l’ordonnance n° 6 du 15 mars 1973 portant réglementation des feux de brousse, en matière de la faune et de la chasse, l’ordonnance n° 4 du 16 janvier 1968 réglementant la protection de la faune et l’exercice de la chasse et l’ordonnance du 25 mars 1984 modifie celle du 13 mars 1973 et fixe les nouveaux barèmes des peines, des dommages et intérêts.

6Les lois forestières reposent sur le postulat que plus on restreint l’accès des populations rurales aux ressources biologiques (faune et flore) des aires protégées, plus on garantit les conditions de maintien du couvert forestier et du cheptel sauvage. Dans la plupart des pays de l’Afrique de l’Ouest, les ressources biologiques du domaine réservé étaient gérées plutôt dans une optique de « chasse gardée » de l’État ce qui a amené Sournia (1990) à dire que les aires protégées entourées sont devenues des « garde-manger entourés par la faim ». Les législations forestières africaines francophones, issues du décret forestier colonial reposent sur une conception étatique et centralisée de la forêt et de sa gestion qui a montré un peu partout en Afrique de l’Ouest les limites de l’État (Tchamie, 1994).

7Pourtant des formes traditionnelles de protection totale des ressources naturelles existent encore, souvent d’origine religieuse, comme c’est le cas à Madagascar pour la forêt (bois sacrés) mais aussi pour la protection de la faune comme l’illustre le travail de Kpera et al. (ce volume) pour les crocodiles du Nord-Bénin. Cette protection traditionnelle peut jouer un rôle essentiel dans le maintien de la biodiversité car elle s’apparente à des zones refuges.

Le libéralisme économique, une voie pour sauver la biodiversité ?

8La marque de la conservation classique a été l’exclusion et cela jusque dans les années 1980 où une progressive prise de conscience a permis de souligner l’incapacité de l’État à gérer de manière efficace la conservation des ressources naturelles. De plus, aucune compensation n’a été proposée aux populations pour les pertes occasionnées par la mise sous cloche d’espaces potentiellement productifs. Aujourd’hui, la réflexion conservationniste s’appuie sur un argumentaire économique. Les perspectives libérales qui s’alimentent du principe de participation généralisée, économique et politique, apparaissent comme la solution à tous les problèmes de la conservation intégrée. En fait il existe, actuellement, une crainte de marginalisation de la conservation par rapport aux centres d’intérêts manifestés par les sociétés. La question est de savoir comment concilier pouvoir économique et politique tout en restant engagé dans la conservation.

9L’avenir de la biodiversité apparaît lié, contre toute attente compte tenu de ses fondements écologiques, à une logique économique qui semble être la meilleure garantie de l’implication effective de tous les acteurs ; on pense, en premier lieu, aux populations locales. Dans cette nouvelle approche de la conservation, c’est la dimension marchande des ressources naturelles qui est mise en avant. Cette valorisation économique de la biodiversité présente un double intérêt (Rodary et al., 2003) : elle permet, tout d’abord, de s’affranchir de l’autoritarisme de l’État dont on a vu qu’il pouvait être contesté, en privatisant, d’une certaine façon, la gestion de la ressource ; elle suscite, ensuite, un intérêt (marchand) pour la conservation. Il s’agit, par conséquent, d’une dynamique qui s’inscrit en droite ligne de l’idéologie néolibérale (années 1990) pour laquelle la logique marchande est un facteur déterminant de toute transformation sociale (Rodary et al., 2003). « Vues d’Afrique, les ressources naturelles sont avant tout un facteur de développement économique autant qu’un conservatoire pour la planète » (Compagnon, 2000 : 34-35). Quatre grands domaines de l’économie de la conservation sont en général retenus : l’exploitation forestière, l’écotourisme, la prospection biologique, et l’utilisation d’animaux non domestiques. Les cas d’exploitation marchande de ces ressources sont multiples, un exemple est donné par la communication de Galat-Luong et Galat (ce volume), concernant le possible élevage de gibier (guib, céphalophe à flancs roux, hippotrague,…) dans le sud-est du Sénégal et contribuer dans le même temps au développement d’un tourisme de vision. Mama et Sinsin (ce volume), évoquent également le cas des éléphants d’Alfakoara (Bénin) qui constituent une ressource naturelle désormais exploitable grâce à l’activité saisonnière touristique mise en place à travers les associations villageoises de gestion des réserves de faune (Avigref). Un autre exemple est donné par la communication de Sinsin et Djodjouwin (ce volume), qui présente les atouts et les contraintes du développement écotouristique des sites protégés d’Agbassa, des monts Kouffe et du mont Soubakpérou au Bénin.

10Les retours d’expérience ne sont pas exploitables compte tenu de la jeunesse de ces initiatives, mais il est à redouter que les seuils de rentabilité de ces opérations soient difficilement atteints. Dans le domaine du tourisme de vision, les exemples tendent à montrer que seuls quelques pays arrivent à dégager des marges financières acceptables (Kenya, Afrique du Sud) étant entendu que, dans ces cas précis, les retombées pour les populations locales sont marginales. La conservation élaborée selon une logique purement économique, sans structure politique de régulation, apparaît donc davantage idéologique que pratique selon des auteurs comme Rodary et al. (2003). On peut nuancer ce propos en soulignant que la gestion participative des ressources naturelles à des fins économiques, constitue un enjeu mobilisateur pour des populations en manque de projet. La complémentarité à d’autres activités est nécessaire. C’est sans doute à travers la multiplicité de micro-activités communautaires à l’échelle du territoire local, qu’un équilibre progressif sera atteint entre la conservation et le développement.

L’approche participative de la gestion des ressources des aires protégées passera par un transfert de pouvoir aux populations riveraines

11La participation des populations locales à la gestion des ressources naturelles est un thème central de la conservation comme l’atteste le nombre important de communications relatives à cette question lors de ce séminaire (photo 1). N’est-il pas temps de reconnaître une légitimité à la gestion des ressources naturelles par des communautés usagères ancrées au sein d’un territoire depuis des générations ? C’est un fait admis puisqu’il constitue un thème fort chez les conservationnistes. L’ancrage territorial est, en fait, une réalité complexe parce qu’il concerne un espace en mutation en particulier en périphérie des aires protégées (fronts pionniers) ou se mêlent populations autochtones et migrants.

Photographie 1 : Participation des populations locales au Cameroun (cliché Paul Noupa)

12La conservation participative implique que soit reconnue une légitimité aux communautés dans la gestion du milieu naturel. Il faut transférer aux populations la responsabilité de gérer les ressources des aires protégées. Pour rendre effectif ce transfert, il faut que les textes de décentralisation attribuent (délèguent) aux communautés la « propriété » ou un « droit de gestion » sur la totalité de l’espace communal et ses ressources naturelles et donc ainsi notamment sur le domaine forestier dit protégé (Jean, 1995). En Afrique de l’Ouest, Galat-Luong et Galat (ce volume) font observer que « La gestion et l’exploitation de la faune sauvage, qui relevaient autrefois d’institutions traditionnelles locales, sont aujourd’hui à la charge d’administrations centrales ». Et poursuivent en ces termes « Autrefois localisée en brousse, lieu d’un renouvellement infini des ressources naturelles, la faune est désormais circonscrite dans des aires protégées, délimitées selon des concepts allochtones lors de leur création, et utilisées aujourd’hui essentiellement au profit de touristes venus d’ailleurs. Quelle vision les populations locales ont-elles de ces changements ? ».

13Le processus de décentralisation en Afrique de l’Ouest est donc un contexte favorable, mais qui va générer de nouveaux pouvoirs locaux sur la ressource. Il convient d’être attentif sur des transferts possibles entre une utilisation illicite du bois de feu, par exemple, et sa normalisation par des taxes instaurées par des communes soucieuses d’équilibrer leur budget. Une dérive identique peut être observée avec les communautés locales (groupements villageois et d’éleveurs) qui voient dans ce libéralisme naissant l’opportunité d’améliorer leur condition de vie. Décentralisation, participation locale ne signifient pas désengagement de l’État qui doit, sans revenir à son autoritarisme passé, garder son rôle régulateur. Encore très présente mais engagée dans une nouvelle politique de gestion, la direction des parcs nationaux du Sénégal a résolument choisi d’impliquer les populations à la gestion des ressources ; un exemple est donné par Diobate (ce volume) pour le parc national du delta du Saloum. La communication de Tchamie (ce volume), illustre également l’initiative de l’État dans la mise en place d’une politique de gestion participative dans les aires protégées du Togo. La gestion des ressources naturelles et l’organisation des territoires en général, ne sont pas l’affaire de quelques acteurs mais relèvent d’interventions à plusieurs niveaux telles que les communautés de base, les collectivités décentralisées, l’État et les nombreux acteurs du développement et de la conservation (ONG nationales et internationales). Ces acteurs jouent un rôle dans l’organisation des populations comme l’ont démontré El Hadj Issa et al. (ce volume), en caractérisant les formes d’organisations paysannes dans la réserve de biosphère du W du Bénin. Les ONG nationales représentent également des acteurs omniprésents comme le montre la communication de Mahaman (ce volume) relative aux interventions de l’ONG Alliance Niger, en matière de gestion participative dans le parc du W et la réserve Aïr-Ténéré au Niger.

14Parmi ce réseau d’acteurs de la conservation et du développement, les communautés de base représentent le maillon essentiel dans ce qu’il est convenu d’appeler aujourd’hui la gestion durable du milieu naturel. La référence récente et quasi systématique aux populations dans le domaine de la conservation mais aussi du développement, ne doit pas être un faire-valoir pour emporter la décision des bailleurs, sensibles à cette nouvelle donne sociale, dans le cadre de financement de programme. La participation des populations doit être effective au cours de l’exercice des projets. C’est en s’appuyant sur les savoir locaux, la perception paysanne du milieu, associés à une démarche scientifique, qu’un principe de cogestion pourra être élaboré fondé sur la convergence des savoirs. Sinon de quelle participation parle-t-on ? L’initiative doit être systématisée d’autant que chaque groupe détient des connaissances fortes sur le milieu qui s’accompagnent de pratiques socioculturelles décrites un peu partout en Afrique de l’Ouest. Elles offrent des exemples de protection de certaines espèces animales. Ainsi Kpera et al. (ce volume) montrent que dans le Nord-Bénin certaines ethnies considèrent le crocodile comme une divinité et que d’autres ne le vénèrent pas, mais un totem interdit de consommer sa chair. L’importance de l’animal sauvage est aussi présente dans la culture des Teda-Daza du nord du Niger comme le montre si bien Tubiana (ce volume). Un exemple poignant de la participation active des populations à la gestion des aires protégées est donné par Shalukoma (ce volume) qui montre qu’en république démocratique du Congo, les activités de chasse et de lutte contre le braconnage permettent d’offrir aux jeunes Pygmées un emploi. La connaissance du milieu ne signifie pas, pour autant, une utilisation raisonnée de celui-ci car comme le souligne Compagnon (2000) il ne faut pas « … céder à l’illusion naïve de communautés disposant de méthodes « traditionnelles » de gestion favorisant, comme par miracle, le renouvellement de la ressource et son utilisation durable,… » (Compagnon, 2000, p. 30). Il est donc bien question de participation, c’est-à-dire un accompagnement des populations grâce à un faisceau d’acteurs pour une cogestion des ressources naturelles.

15La situation de la biodiversité, comme celle des paysages « naturels », est précaire en Afrique. La très forte convergence des communications au séminaire de Parakou sur la question de la participation des populations à la gestion du milieu naturel, témoigne d’une tendance très nette fondée sur l’approche participative de la conservation ; les aires protégées d’Afrique ne pourront survivre sans cela. A une échelle plus globale, l’avenir de ces aires protégées passe aussi par leur intégration aux légitimes plans de développement des États africains ; la présence de l’État est requise dans la conservation. Ainsi la protection classique ne doit pas être abandonnée sous prétexte que ses résultats sont insuffisants. « Il faut la conforter, puis aller au-delà. » (Benoit, p. 86,in Rodary et al., 2003). La sauvegarde de la biodiversité passe aussi par l’intégration des logiques de conservation au sein des projets de développement « classiques ». En effet, comme le fait remarquer Müller (1998), « un espace qui nourrit une communauté est entretenu comme tel. S’il nourrit l’État, l’enjeu devient de l’exploiter en fraude, sauf si l’État redistribue ou joue un rôle reconnu et efficace ». La conservation de la faune, le développement de l’écotourisme et d’autres projets peuvent être exploités au profit des populations riveraines des aires protégées comme le montrent Galat-Luong et Galat (ce volume), et Diobate au Sénégal, Hounkpe (ce volume) et Tchamie (ce volume) au Togo et par El Hadj Issa (ce volume) au Bénin. On continuera à voter des lois et règlements, mais nous sommes aujourd’hui arrivés à la conclusion qu’il vaut mieux de promouvoir un contrôle social de l’environnement par l’adhésion volontaire des populations aux objectifs de protection des ressources naturelles des aires protégées. C’est dans l’optique d’aller vers cette nouvelle forme d’approche environnementaliste que Tchamie (1994) dans son étude explore de nouvelles pistes qui devraient permettre une répartition de rôles entre les populations et l’État. La notion classique fondée sur le maintien en l’état des ressources biologiques des aires protégées, déconnectées de leur environnement social, culturel, économique et religieux, fait place à la notion de gestion d’un ensemble écologique dont l’homme n’est plus exclu. La religion traditionnelle, loin de constituer un obstacle à la protection et la gestion du milieu naturel serait au contraire un garant de la pérennité de la biodiversité de ces écosystèmes protégés. La forêt sacrée assure à la fois des fonctions religieuse, sociale, économique et écologique. Dans le nord du Niger une expérience de protection ou de réintroduction de la faune sauvage a donné des résultats positifs grâce aux projets. Mais la préservation de la faune ne devra pas être conçue uniquement du point de vue de la science occidentale, mais aussi celui de la culture de la faune préexistante. Il serait donc difficile conclut Tubiana (ce volume), de protéger l’une sans conserver l’autre.

Bibliographie

Bibliographie

Aubreville A., 1937 – Les forêts du Dahomey et du Togo. Bull. Comité d’études historiques et scientifiques de l’A.O.F., 20 : 1-112

Barriere O., BarriereC., 1997 – Le foncier-environnemental. Fondement juridico-institutionnel pour une gestion des ressources naturelles au Sahel. Études FAO Législation 60, Rome, 124 p.

Benoit M., 1999 – « Peuplement, violence endémique et rémanence de l’espace sauvage en Afrique de l’Ouest. Le no man’s land du W du Niger », Espace, population et sociétés, 1 : 29-52

Compagnon D., ConstantinF., 2000 – Administrer l’environnement en Afrique, Karthala/Ifra, Paris, Nairobi, 494 p.

Diobate B., ce volume – « Implication des populations dans la gestion du parc national du Delta de Saloum au Sénégal », résumé, In Fournier A., Sinsin B. Mensah G. A. (éd.)

El Hadj Issa A., Ouedraogo P., Amadou B. A., ce volume – « Les organisations villageoises de gestion des ressources naturelles dans la réserve de biosphère transfrontière du W au Bénin ».InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Fournier A., Sinsin B.,Mensah G.A., 2007 – Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ? Concilier conservation de la biodiversité et développement, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires, CD-ROM

Foury P., 1948 – Principes de sylviculture tropicale. Bois et Forêts es Tropiques, 7

Galat-Luong A., Galat G., ce volume – « Proximité des aires protégées et perception du tourisme et de l’exploitation de la faune par les populations résidentes ». InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Hounkpe K., ce volume – « Recherche de solutions à la suite des conflits autour des aires protégées au Togo », résumé. InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Jean B., 1995– Décentralisation et gestion forestière. Le Flamboyant, 34 : 26-27

Kpera G. N., Sinsin B.,Mensah G. A., ce volume – « Mesures de conservation endogènes de la faune sauvage : cas des crocodiles du Bénin ».In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Mahaman S., ce volume – « L'ONG "Alliance Niger Nature" et la gestion participative des aires protégées au Niger. Parc national du W et réserve nationale naturelle de l'Aïr et du Ténéré », résumé. InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Mama A., Sinsin B., ce volume – « Les éléphants d'Alfakoara au Bénin. Cohabitation avec les populations rurales riveraines de la Djona », résumé. InFournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Müller, D. 1998 – Deuxièmes rencontres dynamiques sociales et evironnement « pour un dialogue entre chercheurs, opérateurs et bailleurs de fonds », Le Flamboyant n° 48 : 29-30

Rodary E., CastellanetCh., Rossi G., 2003 – Conservation de la nature et développement. L’intégration impossible ? Gret-Karthala, Paris, 306 p.

Salassi D, 199 5– Les problèmes de la contiguïté des aires protégées avec les zones agricoles au Togo : crise d’espace ou crise d’aménagement ? (exemple de la région de Fazao). Mémoire de Maîtrise, université du Bénin, Lomé, 136 p.

Sinsin B., DjodjouwinL., ce volume – « Potentiel écotouristique dans les aires protégées en République du Bénin : les sites d’Agbassa, des monts Kouffe et du mont Soubakpérou », résumé. InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Sournia G. (éd.), 1998 – Les aires protégées d’Afrique francophone, ACCT/JP. De Monza, Paris, 272 p.

Sournia G., 1990 – Les aires de conservation en Afrique francophone : aujourd’hui et demain. Espaces à protéger ou espaces à partager ? Cahiers d’Outre-Mer, 42 (172) : 451-463

Tchamie T. T. K, 1994 – Enseignements à tirer de l’hostilité des populations à l’égard des aires protégées au Togo. Unasylva, 176- (45) : 22-27.

Tchamie T. T. K, ce volume – « Quelques axes de réflexion sur la gestion participative des aires protégées pour une meilleure conservation de la biodiversité au Togo », résumé. InFournier A., Sinsin B.,Mensah G. A. (éd.)

Table des illustrations

Légende Photographie 1 : Participation des populations locales au Cameroun (cliché Paul Noupa)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8015/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 732k

Auteurs

Franck Giazzi, géographe de l'environnement
laboratoire Territoires, UMR 5194, UJF/UPMF/CNRS
Institut de géographie alpine
14 bis, av. Marie Reynoard, 38100 Grenoble, France
associé IRD UR 136 « Aires protégées en Afrique de l’Ouest »

Thiou Tanzidani Komlan Tchamié, biogéographe
université de Lomé, BP 20634 Lomé, Togo

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search