Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

Questions autour des aires protégées

Les aires protégées d’Afrique de l’Ouest : quel avenir pour la biodiversité animale ?

Françoise Claro et Wendengoudi Guenda

Texte intégral

1En raison du développement des activités anthropiques, les aires protégées représentent bien souvent les seuls espaces permettant le maintien de la biodiversité. En Afrique de l’Ouest, elles offrent une surface limitée, correspondant généralement à moins de 3 % du territoire national (Niger, Mali, Mauritanie, Guinée-Bissau, Guinée-Conakry, Sierra Leone, Libéria, Nigeria, Ghana), parfois à 3 à 10 % des terres (Bénin, Burkina Faso, Côte-d’Ivoire) et très rarement à plus de 10 % de la surface des pays (Togo, Sénégal).

2Conserver la biodiversité sur si peu d’espace constitue un véritable défi d’autant plus difficile à relever que différents facteurs viennent aggraver la situation : évolution démographique galopante, déficit pluviométrique, faibles moyens humains et matériels.

3Qu’en est-il aujourd’hui de cette biodiversité en Afrique de l’Ouest : la diversité en espèces et en habitats est-elle maintenue ? Les aires protégées sont-elles de simples refuges ou maintiennent-elles de véritables communautés écologiques ? Peuvent-elles remplir leur fonction de conservation du patrimoine naturel en présence d’activités humaines ?

4Le séminaire de Parakou nous donne l’occasion de contribuer à répondre à certaines de ces questions. Ce chapitre présente les résultats d’équipes de recherche qui, depuis plusieurs années, s’intéressent à la faune sauvage en perspective d’une gestion adaptée et d’une conservation intégrée.

La diversité spécifique et d’habitats est-elle conservée ?

5En raison des faibles moyens disponibles, peu de données ont jusqu’alors pu être collectées sur la faune sauvage et son habitat dans les aires protégées d’Afrique de l’Ouest. Ces précieuses données, essentielles pour dresser un état zéro de la situation, figurent le plus souvent dans des rapports non publiés, qu’il est particulièrement utile de rendre accessibles. Les bilans de l’état de la recherche sur la faune dans les aires contrôlées tels que celui présenté ici par Houenou Agassounon et al. (ce volume) au Bénin sont à cet égard d’un grand intérêt.

6La démarche suivante consiste à réaliser des inventaires de faune qui sont la base des travaux de gestion et de recherche ultérieurs. Ces inventaires sont intéressants à plusieurs titres. Ils permettent, en premier lieu, d’évaluer quelle part du patrimoine spécifique national ou régional les aires protégées hébergent et, en second lieu, d’estimer quelles en sont les implications. Nomao et Gautun (ce volume) montrent ainsi que le parc du W au Niger héberge la presque totale diversité spécifique des formes de rongeurs de toute l’Afrique de l’Ouest, rongeurs qui constituent un maillon essentiel des réseaux trophiques et conditionnent notamment la présence de la diversité et de l’abondance des petits carnivores. L’expertise taxonomique des zoologistes a toute son importance, et nécessite parfois même le recours à des outils « pointus », lorsque la détermination des espèces de faune n’est pas possible par la seule observation macroscopique des caractères phénotypiques. Ainsi, chez les rongeurs, Daouda (ce volume) utilise la cytologie pour confirmer ou réviser la position taxonomique de certaines espèces dans le cadre de ses efforts d’inventaire.

7Le deuxième intérêt des inventaires d’espèces est qu’ils peuvent donner des indications sur la présence d’habitats appropriés au sein de l’aire protégée considérée. Cette approche est plus délicate et requiert ici encore l’expertise des zoologistes capables d’interpréter les données à la lumière de leurs connaissances sur la biologie des espèces de faune considérées. Si la diversité en rongeurs observée par Nomao et Gautun (ce volume) dans le parc du W Niger s’explique par la présence d’une végétation adaptée, à l’inverse, la richesse spécifique d’une aire protégée peut aussi refléter un manque d’habitat disponible et une pression anthropique grandissante. Ainsi, au parc national du delta du Saloum au Sénégal, la mangrove abrite une diversité spécifique élevée de mammifères qui trouve là un dernier refuge face à la destruction des habitats favorables à l’extérieur du parc (photo 1). Mais ces espèces y sont menacées de disparition à plus ou moins brève échéance (Galat et Galat, ce volume).

8Les inventaires de faune permettent également de mettre l’accent sur les espaces sanctuaires dont il faut envisager la protection. Tel est, par exemple, le cas de la région du massif du Termit au Niger où l’on peut encore observer une diversité spécifique exceptionnelle de faune sahélo-saharienne (Claro et al., ce volume).

Photographie 1 : Groupe de phacochères se réfugiant dans la mangrove du Saloum à marée montante (cliché Galat-Luong/IRD, 1996)

Peut-on concilier conservation de la faune et activités humaines ?

9Le degré de protection offert par les aires protégées est différent selon le type d’aire protégée considéré. En Afrique de l’Ouest, les forêts classées notamment sont le siège d’activités d’exploitation du bois qui semblent laisser peu de place à la faune sauvage. Cela justifie un effort de recherche particulier. Les travaux de Kassa et al. (ce volume), Assogbadjo et Sinsin (ce volume), Galat et Galat (ce volume), Galat et al. (ce volume) illustrent à quel point l’exploitation de ces forêts représente une menace cruciale pour les primates. La conservation de forêts non exploitées et/ou la restauration de massifs forestiers en parallèle de massifs exploités apparaît être la seule mesure de conservation viable pour ces espèces, et Paraïso et Thomas-Odjo (ce volume) nous montrent ici comment les recherches entomologiques peuvent contribuer à la restauration de ces forêts autant qu’à la sylviculture.

10D’autres types d’aires protégées exploitées par l’homme, comme les réserves cynégétiques de faune, peuvent sans aucun doute remplir leur fonction de conservation de la faune, si les mesures de gestion sont adaptées. Ces mesures doivent s’appuyer sur de bonnes connaissances des populations animales (effectifs, structure...) ce qui nécessite l’application de méthodes d’investigation appropriées (voir plus bas).

11Dans ces conditions, la faune gibier représente une ressource précieuse pour les populations locales dont elle assurera la viabilité à long terme par une activité de chasse bien gérée. Dans le cas des aires protégées où la chasse est interdite, l’élevage de faune peut apporter aux populations périphériques une source de viande de brousse régulière qui compense les changements d’usage imposés par la mise en place de ce type d’aire protégée. Le succès zootechnique de ces projets dépend de la connaissance de la biologie des espèces susceptibles d’être élevées. Les aires protégées constituent alors un laboratoire approprié pour étudier leur éco-éthologie et en déduire leurs besoins vitaux en termes d’alimentation et d’habitat (céphalophe de Grimm, Adjibi et al., ce volume ; phacochère, Codjia et al., ce volume ; potamochère, Ekué et al., ce volume).

12La distribution de la faune et l’utilisation par ces espèces de l’habitat en fonction des saisons sont également des données importantes pour appuyer les opérations de gestion des populations animales au sein d’une aire protégée (primates, Galat et al., ce volume). La bonne connaissance des caractéristiques de l’aire protégée elle-même est essentielle. Chaque aire protégée est un cas particulier, et son utilisation par une même espèce est différente selon les caractéristiques du sol, qui agissent sur la répartition de l’eau et des ressources alimentaires (potamochère, Ekué et al., ce volume).

13La question de la coexistence de la faune et de l’homme ne peut être appréhendée de façon unilatérale. Si les activités humaines se font souvent au détriment de la survie de la faune, celle-ci peut à son tour représenter une menace pour l’homme, qu’il s’agisse des grands prédateurs comme les hyènes ou les lions, qui en certaines circonstances peuvent s’attaquer au bétail, ou des grands herbivores comme les éléphants, attirés par les ressources végétales que représentent les champs des agriculteurs. Cette question des conflits qui opposent l’homme et la faune sauvage au sein des aires protégées et de leurs zones périphériques est une question particulièrement sensible qui justifie un effort de recherche spécifique. Cet effort doit être pluridisciplinaire et intégrer à la fois dimension humaine et biologie des espèces animales concernées par ces conflits.

14L’étude menée par Alfa Gambari et al. (ce volume) sur les éléphants de la zone cynégétique de la Djona au Bénin illustre comment une meilleure connaissance des déplacements, de l’aire vitale des espèces et de leur régime alimentaire en fonction des saisons favorisera la compréhension des processus qui présidera à la mise en place de mesures de conservation intégrées pour le bénéfice mutuel de la faune et des populations humaines.

La recherche : un avenir pour la biodiversité ?

15La naissance de la plupart des aires protégées d’Afrique de l’ouest date d’environ 40 à 70 ans, ce qui laisse un faible recul en regard de la longévité de certaines espèces animales. Pour une espèce d’une longévité de 10 à 20 ans par exemple, seules quelques générations se sont succédées depuis la mise en place des mesures de protection à nos jours.

16Les dénombrements fournissent des données utiles à l’évaluation des tendances évolutives des effectifs de population et de leur densité au sein d’un espace protégé, et il est essentiel de tester les méthodologies à adopter (Kassa et Sinsin, ce volume) et de les harmoniser pour permettre les études comparatives (Téhou, ce volume). L’effectif de population constitue l’un des indicateurs du risque d’extinction des espèces, aux côtés de la surface d’espace vital disponible et de l’étendue de leur aire de répartition. Les travaux de dénombrement et de mesure de l’espace vital permettent à Assogbadjo et Sinsin (ce volume) de confirmer le statut précaire de trois espèces de cercopithèque dans la forêt de Lokoli au Bénin (Cercopithecus e. erythrogaster, C. aethiops tantalus, C. mona). Dans la forêt de la Lama, cinq espèces de primates coexistent à des niveaux d’effectifs de population allant de 50 à 2 500 individus (Nobimè et Sinsin, ce volume). L’étude de la composition des groupes permet de décrire des associations de ces espèces ainsi que leurs comportements respectifs, qui pourraient correspondre à une relation de coopération plurispécifique importante à considérer pour leur conservation. Ces r0ésultats illustrent combien il est important de considérer non seulement les espèces, mais aussi les communautés et peuplements. De telles recherches demandent des moyens importants : la coopération nord-sud est alors particulièrement précieuse (projet Biolama, Attignon et al., ce volume).

17La prédiction du devenir des espèces animales dépend particulièrement de leur potentiel d’adaptation à de nouveaux habitats. Les connaissances biologiques sur les espèces évoluent à mesure que l’on étudie leurs réactions éco-éthologiques aux nouvelles contraintes qui leur sont imposées. Quel degré de modification d’habitat peuvent supporter ces espèces, quelles sont les priorités de conservation ou de restauration des habitats ? Le cercopithèque à ventre rouge (C. e. erythrogaster), sous-espèce endémique au Bénin, est particulièrement menacée et survit en faibles effectifs dans des habitats de forêt dense semi-décidue et d’anciennes jachères. L’étude de Kassa et al. (ce volume) permet de décrire les caractéristiques des habitats fréquentés par la sous-espèce et de les classer par ordre de préférence. Ces connaissances permettront notamment d’orienter le choix des gestionnaires vers les types d’essences à replanter dans le cadre de programmes de reconstitution de l’habitat.

18Les aires protégées, par définition délimitées dans l’espace, peuvent-elles conserver les espèces dont la survie est indissociable de grands déplacements ? Une multitude d’oiseaux et de mammifères ont besoin d’effectuer des déplacements qui dépassent les contours des aires protégées et les frontières. L’exemple des travaux de Baillon et Chevallier (ce volume) illustre la complexité des facteurs qui déterminent la présence de la cigogne noire : la position des dortoirs est éminemment variable et ne correspond pas à des sites traditionnels comme on le croyait mais à un choix écologique. On voit ici combien la conservation d’une espèce dépend d’efforts transfrontaliers et combien il est important de travailler non seulement à l’échelle locale mais aussi à l’échelle régionale, voire internationale.

Conclusion

19Les travaux présentés ci-après sont riches en résultats et témoignent d’un investissement grandissant en faveur de la conservation de la faune en Afrique de l’Ouest. Le succès des programmes de gestion conservatoire de la biodiversité animale dépend en grande partie de son intégration aux activités humaines (voir aussi Lamarque, ce volume). Les recherches intègrent elles-mêmes de plus en plus activement les populations humaines dont les connaissances sont précieuses ; le recours aux sciences humaines en interdisciplinarité avec les sciences biologiques (voir par ex. Oussou et al., ce volume) doit continuer à se développer. Un autre domaine de recherche, peu représenté dans ce séminaire, est celui de la pathologie qui représente pourtant un enjeu de taille, aussi bien pour la survie de l’homme que pour celle de la faune sauvage (Ekhassa, Rey-Herme ce volume).

20Ce séminaire peut être vu comme la préfiguration de ce que doit être la recherche scientifique de demain, pour appuyer les efforts de conservation de la biodiversité animale par les gestionnaires : approche pluridisciplinaire, intégrée – associant populations locales, gestionnaires et chercheurs. Grâce à des séminaires comme celui de Parakou, ces recherches devraient progressivement se coordonner et s’harmoniser spatialement et temporellement, pour travailler aux échelles les plus pertinentes par rapport à la biologie des espèces. L’intégration de tels réseaux de recherche dans une logique d’observatoires de faune à l’échelle des pays d’Afrique de l’Ouest pourrait être l’une des clés de la survie de la biodiversité.

Bibliographie

Bibliographie

Adjibi O. A. R., Codjia J. T. C., Mensah G. A., ce volume – « Régime alimentaire et habitat du céphalophe de Grimm, Sylvicapra grimmia, au Bénin » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Alfa Gambari S., Sinsin B., ce volume – « Les éléphants dans la zone cynégétique de la Djona au Bénin ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Assogbadjo A. E., Sinsin B., ce volume – « Les effectifs des populations de primates menacés : indicateurs de risque d'extinction et facteurs déterminants pour leur protection » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Attignon S., Lachat T., Sinsin B., Nagel P., Peveling R., ce volume – « Projet Biolama : conservation de la biodiversité de la forêt classée de la Lama » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Baillon F., Chevallier D., ce volume – « Étude éco-éthologique de Ciconia nigra au Burkina Faso ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Claro F., Faye B., Tubiana J., Sissler C., Pelle E., ce volume – « Diversité faunistique sahélo-saharienne dans la zone du massif de Termit au Niger : vers une nouvelle aire protégée In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Codjia J. T. C., Ekue M. R. M., Conde S.K., ce volume – « Habitat du Phacochère, Phacochoerus africanus, dans la forêt classée des Trois Rivières, au Bénin ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Daouda I. A. H., ce volume – « Données caryologiques sur les rongeurs dans la forêt classée de la Lama » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Boyzibu Ekhassa P. B., ce volume – « Épidémio-surveillance de la peste bovine en république démocratique du Congo. Prélèvements sanguins chez le buffle du parc national de la Garamba » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Ekue M. R. M., Codjia J. T. C., Famkem Zepou O. I. F, ce volume – « L’alimentation du potamochère (Potamochoerus porcus) dans la forêt classée de la Lama au Bénin. Données préliminaires » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Fournier A. Sinsin B Mensah G.A., 2007 – Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ? Concilier conservation de la biodiversité et développement, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires, CD-ROM.

Galat G., Galat-Luong A., Lavocat B., ce volume – « Influence des premières pluies sur la répartition des grands Mammifères » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Galat G., Galat-Luong A., ce volume – « Connaître et faire connaître l'aire protégée : une plaquette et un guide pour les visiteurs, les décideurs et les populations résidentes ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Galat-Luong A., Galat G., ce volume – « Influence de l'anthropisation sur la répartition de la grande faune : la mangrove, un milieu refuge » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Houenou Agassounon D. M., Alou S. D., Sokpon N., ce volume – « La gestion de la faune dans les aires protégées du Nord-Bénin » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Kassa B., Sinsin B., ce volume – « La méthode des "points transects" appliquée au dénombrement des grands mammifères dans la forêt dense semi-décidue de la Lama (Bénin) » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Kassa B., Nobime G., Hanon L., Assogbadjo A. E., Sinsin B., ce volume – « Habitats fréquentés par le singe à ventre rouge (Cercopithecus e. erythrogaster) dans le Sud-Bénin ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Lamarque F., Mensah G. A, ce volume – « Un potentiel valorisable existe-t-il encore ? ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Nobime G., Sinsin B., ce volume – « Les effectifs des primates menacés, indicateurs de risque d'extinction ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Nomao A., Gautun J.-C., ce volume – « Diversité potentielle du peuplement de rongeurs dans le parc régional du W (Burkina Faso, Bénin, Niger) In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Oussou B., Mensah G. A., Sinsin B., ce volume – « Écoéthologie du porc-épic (Hystrix cristata, Linnaeus 1758) et élaboration d'un référentiel pour son élevage en captivité étroite » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Paraïso A., Thomas-Odjo A., ce volume – « Pour la promotion d’un programme de recherche sur la faune entomologique des aires protégées du Bénin » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Rey-Herme P., ce volume – « Épizooties, contamination de la faune sauvage menacée par les animaux domestiques » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Tehou A. C., ce volume – « Abondance et densité des grands mammifères dans la réserve de biosphère de la Pendjari » (résumé). In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Table des illustrations

Légende Photographie 1 : Groupe de phacochères se réfugiant dans la mangrove du Saloum à marée montante (cliché Galat-Luong/IRD, 1996)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/8013/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 433k

Auteurs

Françoise Claro, zoologiste
MNHN, département d'Écologie et de Gestion de la biodiversité
CP 31, Ménagerie du Jardin des Plantes, 57 rue Cuvier,
75231 Paris cedex 05, France
associée IRD, UR 136 « Aires protégées en Afrique de l’Ouest »

Wendengoudi Guenda, écologue, hydrologue
faculté des Sciences, université de Ouagadougou
03 BP 7021, Ouagadougou 03, Burkina Faso

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search