Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

Les aires protégées d’Afrique de l’Ouest, une identité en devenir ?

Anne Fournier et Brice Sinsin

Texte intégral

1L’enjeu du séminaire de Parakou (Bénin) a été de permettre à des scientifiques et à des gestionnaires d’Afrique occidentale et centrale de faire un bilan de leur expérience sur la question des aires protégées et d’essayer d’affirmer l’identité de cette région, dont l’originalité n’est guère perçue au plan international, malgré une identité culturelle indéniable. Aujourd’hui, les termes d’aires protégées et de conservation de la diversité biologique sont en effet plus volontiers associés à l’Afrique orientale ou australe, où ont en effet été réalisés relativement plus de travaux qui traitent de ces questions. Du 14 au 19 avril 2003, plus de soixante-dix participants venant de 16 pays (Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Côte-d’Ivoire, France, Gambie, Guinée, Guinée Équatoriale, Italie, Mali, Niger, Nigeria, république démocratique du Congo, Sénégal, Sierra Léone et Togo) ont présenté des communications orales ou affichées portant sur toute une gamme de thèmes relatifs aux aires protégées (photos 1 à 3).

Photographie 1 : Groupe des participants au séminaire de Parakou (cliché A. Fournier, 2003)

Photographie 2 : Peggy Tohinlo, conférencière du séminaire de Parakou (cliché A. Fournier, 2003)

Photographie 3 : La sortie de terrain dans le parc de la Pendjari (cliché A. Fournier, 2003)

Concilier conservation et développement :
un objectif difficile

2En Afrique comme ailleurs, l’un des principaux questionnements actuels sur les aires protégées est celui de la manière de concilier conservation et développement, dans la mesure où il n’est plus envisageable de laisser les populations de côté dans le processus de conservation (Sournia, 1998 ; recommandation 29, UICN, 2003). Plus de dix ans après les premières expériences de gestion participative, on en est cependant encore aux tâtonnements sur ces sujets difficiles (Compagnon et Constantin, 2000). Les problèmes biologiques, parfois quelque peu occultés par la récente focalisation sur les problèmes humains (même si les études précises sur le sujet restent encore trop rares), sont pourtant, eux aussi, loin d’être parfaitement maîtrisés. Pour les régions d’Afrique qui nous intéressent, le défi est ainsi de trouver une voie personnelle qui permette de résoudre l’ensemble de ces questions, dans le contexte naturel et historique qui est le leur.

3Après la création de « parcs de refuges » en 1926, la France coloniale a mis en place, sous la pression internationale (conférence de Londres de 1936), une politique de création d’aires protégées en Afrique de l’Ouest qui s’est poursuivie à un rythme variable jusque dans les années 1950, avec par exemple la mise en place des parcs nationaux du Niokolo Koba, de la Comoé, du W du Niger, etc. (Sournia, 1998). Ces mises en défens n’ont cependant pas toujours eu les effets escomptés et, à la suite de crises climatiques, des pressions accrues sur les ressources naturelles des aires protégées se sont fait sentir depuis les années 1970, représentant un grand défi pour les gouvernements actuels (Sournia, 1998).

4Actuellement partout dans le monde, y compris en Afrique, les politiques de gestion des espaces protégés intègrent peu à peu de nouvelles idées scientifiques ainsi que des exigences éthiques et de bonne gouvernance. La création des dernières aires protégées s’opère ainsi dans un contexte très différent de celui des premières. Les recommandations issues du 5e congrès des parcs de l’UICN à Durban en 2003 (UICN), qui sont largement citées dans la suite de ce texte, témoignent de ces nouvelles façons de voir.

L’évolution des idées

Les aires protégées font partie d’un paysage

5La représentation des écosystèmes a beaucoup évolué ces dernières décennies, la communauté scientifique privilégie maintenant leur caractère dynamique et reconnaît que les perturbations en sont une partie intégrante (Sinclair et Byrom, 2006). Par ailleurs, conformément à l’esprit de l’écologie du paysage, les approches actuelles considèrent les espaces protégés comme les éléments d’ensembles plus vastes, où l’état et le mode de gestion des périphéries influencent profondément le fonctionnement de l’ensemble (Bennett, 2003 ; recommandation 9, UICN 2003). L’hypothèse que ces espaces peuvent fonctionner comme des îles est abandonnée, tout comme l’option de les isoler plus ou moins complètement de toute influence humaine qui avait sous-tendu certaines politiques passées de conservation stricte de type « sanctuarisation ».

6Cela dit, la disponibilité d'un espace minimum reste un préalable à toute forme de gestion à long terme de la vie sauvage, qu'elle soit communautaire, étatique ou privée (MacArthur, 1972 ; Diamond, 1984 ; Wilcox, 1984 ; Gillet, 1990…). Pour conserver la diversité biologique – et tout particulièrement la grande faune – il est aujourd’hui nécessaire de disposer d'espaces « réservés », ni plus ni moins que pour d’autres activités humaines (Benoit, 1998 ; Sinsin, 1998), même si des usages « tournants » sont parfois envisageables. C’était autrefois dans des espaces vides d’hommes que se reconstituaient les ressources vivantes. Il y a unanimité sur le fait que, dans les conditions qui prévalaient alors en Afrique (guerres, maraude, maintien de « no man's lands » stratégiques, concentration obligée du peuplement humain sur les reliefs, épidémies aux effets massifs, insalubrité localisée pour cause de trypanosomiase ou d'onchocercose, dangers de la faune elle-même...), c’était l'homme qui était la ressource rare (Giri, 1983, 1994 ; Kopytoff, 1987 ; Benoit, 1998, 2000). Cet espace de brousse était la source infinie de l'abondance, mais aussi le lieu de tous les dangers (magiques, guerriers ou sanitaires)... L'espace « sauvage », encore largement majoritaire dans les années 1950 en Afrique de l'Ouest, est désormais relictuel et circonscrit là où il est voulu comme tel par l’État ou d'autres sources de pouvoir locales ou internationales. Le trait le plus marquant du contexte actuel des zones de savane est ainsi la saturation de l'espace par la culture et l'élevage. Cette omniprésence de la marque des activités humaines dans la plupart des espaces est souvent incompatible avec le maintien de la vie sauvage et des milieux qui l’abritent. C'est donc désormais dans les aires (bien ou mal) protégées actuelles que la grande faune et son milieu seront sauvegardés, s’ils doivent l'être. Un enjeu fort sera l’organisation de ces aires protégées en des réseaux « efficaces et complets », biologiquement aptes à réduire l’érosion de la biodiversité, face notamment aux changements climatiques (recommandations 4 et 5, UICN 2003).

Des aires protégées pour et avec les hommes

7C'est également dans les périphéries des aires protégées actuelles – ou parfois en leur sein – que seront expérimentés de nouveaux modes de gestion et que s’élaboreront de nouvelles représentations en milieu villageois, en attendant un redéploiement possible de la biodiversité vers des zones à restaurer. L’importance des ressources naturelles pour les populations dans les périodes de crise, comme celles qui ont récemment touché diverses régions du monde, est bien connue (Bikié et al., 2000 ; Makombe, 1994 ; Vladyshevskiy et al., 2000 ; Millogo-Rasolodimby, 2001) ; cette dépendance des sociétés humaines vis-à-vis des écosystèmes naturels et des espèces spontanées est planétaire et suscite de vastes débats (Ehrlich et Ehrlich, 1991 ; Daily, 1997 ; Daily et al., 1997). Outre des ressources vivantes à prélever directement dans le milieu, les aires protégées fournissent des « services » écologiques indispensables à la durabilité des activités humaines ; ces derniers sont de mieux en mieux compris et pris en compte (Mc Neely et al., 1984, 1990). La compréhension des mécanismes écologiques de maintien de la diversité biologique en fonction des usages et la définition de modes de gestion appropriés (recommandations 24 et 26 UICN, 2003) est le support nécessaire pour pouvoir rendre durables ces ressources et services en pérennisant des espaces sauvages. Mais cette conservation ne peut se faire qu’avec l’accord et la participation des populations locales. Or dans le contexte historique et traditionnel africain, la conservation au sens occidental du terme a toujours été une idée extérieure aux usagers de la ressource, malgré le maintien de quelques sites sacrés indemnes d'usages, ou le respect de certaines règles d'exploitation ou de gestion (Benoit, 1999a et b ; Ruttan et Borgerhoff-Mulder, 1999). Cette absence d’idée de conservation prévaut toujours chez la majorité des populations rurales, pour qui les objectifs de gestion du milieu s’articulent avant tout autour de la reproduction de leurs systèmes symboliques et culturels, de leur organisation sociale et de leurs activités de production (Poussy, 1992 ; Jacob, 2004 ; Dugast, 2006). Cela n’exclut pas que ces populations aient eu – et aient toujours – une représentation élaborée et une perception fine de leur environnement et de sa dynamique. Elles sont donc généralement « techniquement » en mesure de mettre en œuvre une protection ou d’autres modes de gestion stricts et durables du milieu si elles en voient l’intérêt. Dans le contexte actuel de mutations environnementale et sociale, il y a de nombreuses raisons pour que ce ne soit pas souvent le cas. Pour cerner ce qui fait obstacle à une conservation qui semble pourtant de l’intérêt de tous, il importe donc de prendre en compte les droits (recommandation 24, UICN, 2003), les représentations (Mc Neely, 2003a), les difficultés (recommandation 20, UICN, 2003) et les aspirations légitimes des populations locales (recommandation 13, UICN 2003).

Durabilité et conservation : la nécessité d’une approche englobante

8Une telle approche englobante des questions de conservation est celle que préconise une nouvelle discipline, la « biologie de la conservation », qui s’est affirmée au cours des années 1980 (Soulé, 1986 ; Soulé et Wilcox, 1980), mais qui s’est « baptisée assez improprement si l’on en juge par sa profession de foi, mais très logiquement si l’on considère l’origine de ses fondateurs » (Barbault, 2003). Au niveau international, ce courant, qui tente de répondre de façon globale aux difficiles problèmes du maintien de la biodiversité, émerge fortement. Il s’agit comme le dit Blondel (2003) de « créer une culture partagée impliquant une nouvelle manière de concevoir les relations interdisciplinaires entre sciences de la nature et sciences sociales ». Il s’y joint également des considérations éthiques et philosophiques (Blandin, 2004). La nouvelle approche se situe ainsi clairement à la confluence de diverses disciplines biologiques, écologiques, économiques et sociales et préconise de nouvelles méthodes (Holling, 1997 ; Burgman et Lindenmayer, 1998). Certains, comme Holling (1998), posent par ailleurs en prémisses que la connaissance des systèmes naturels est toujours incomplète, d’autant plus que ces systèmes évoluent eux-mêmes sous l’effet des modes de gestion et sous l’emprise croissante des influences humaines sur le globe. Dans ce contexte, la durabilité signifie la capacité à évoluer de façon bénéfique en maintenant à la fois des processus écologiques, économiques et sociaux (Gallopín, 2006), certaines approches lient d’ailleurs de façon étroite systèmes naturels et sociaux (Gallopín et al., 2001). Les nombreux débats actuels autour de la « biodiversité » et du « développement durable » (Blondel, 2003) témoignent de cette évolution des idées. Ce positionnement de l’écologie de la conservation a été validé par le sommet de Johannesburg en 2002 puis par le congrès des Parcs de Durban en 2003, où l’accent a été mis sur la nécessité de prendre en compte de façon interdisciplinaire les interactions entre les dynamiques sociales et les dynamiques naturelles.

L’exigence de lien entre théorie et action

  • 1 Rappelons que le Mab résulte de la Conférence intergouvernementale d’experts sur « les bases de l’ (...)

9Ce cheminement vers une approche plus synthétique s’observe aussi à l’Unesco. Après la mise en route du programme MAB dans les années 1960 (Unesco, 1970, 19711), le premier plan d’action (congrès de Minsk en 1983) et la signature de la Convention sur la diversité biologique (sommet de la Terre à Rio, 1992), l’accent a été mis sur : le lien entre conservation et besoins en développement, la nécessité d’approches régionales, l’importance des collaborations internationales (notamment pour la gestion des réserves transfrontalières), la communication (avec la mise en place d’un « réseau mondial de réserves de la biosphère », Unesco 2000b), la durabilité et l’équité en reconnaissant que les êtres humains font partie intégrante des écosystèmes (Unesco 2000a). De même, considérant que l’identité culturelle est profondément liée à l’environnement naturel dans lequel elle se développe, la Convention du Patrimoine Mondial procède-t-elle de la fusion de deux courants distincts : le premier centré sur les sites culturels, et le second, axé sur la préservation de la nature.

10Outre son caractère résolument interdisciplinaire, l’originalité de la nouvelle approche est par ailleurs d’être ciblée sur l’action : si l’on veut connaître, c’est aussi pour mieux gérer. Comme le fait remarquer Heywood (2000), le terme de « conservation » trouve son ancrage dans deux traditions bien distinctes, l’histoire naturelle et la gestion des ressources. Un enjeu de société majeur est de concilier ces deux approches en faisant intervenir des notions comme la durabilité (Godard, 1995 ; Martin, 2002) et l’équité. L’application des théories et concepts actuels à des cas concrets de conservation pose cependant un problème fondamental, celui du degré de simplification acceptable. Si certaines constructions théoriques, fondées sur d’importantes simplifications, ont une grande valeur heuristique, leur application pratique à la conservation peut poser de gros problèmes, voire mener à des impasses, comme le font remarquer divers auteurs. Il apparaît donc important de revisiter les théories sur lesquelles s’appuient les politiques de gestion, dans une optique d’application des résultats à la gestion des milieux et à l’aide au développement. Une étroite collaboration avec les structures de gestion et l’analyse de cas concrets permettra de répondre à ce défi.

Où en est-on aujourd’hui ?

  • 2 « Le réveil du dodo II. Arrêter l'érosion de la biodiversité 2010 : objet commun pour gestionnaire (...)
  • 3 Colloque international Gecorev « Gestion concertée des ressources naturelles de l'environnement - (...)

11Si l’on veut tirer le bilan des travaux actuellement réalisés dans le domaine de la biologie de la conservation, force est cependant de reconnaître qu’il s’agit d’un champ disciplinaire qui se cherche encore. Pour illustrer cette affirmation avec un exemple concernant la communauté francophone, examinons les contributions présentées aux « Journées francophones de la conservation de la biodiversité » (« Le réveil du Dodo », Villeurbanne, avril 2003). Le compte rendu que fait Anthelme (2003) de la conclusion de cette réunion par Blondel montre que les travaux sont encore très ciblés sur les seules espèces (en majorité animales et médiatiques) et que les aspects spatiaux et fonctionnels du problème sont encore peu traités. Dans les 136 communications présentées, la prépondérance des sciences biologiques comparées aux sciences humaines est encore écrasante. Il apparaît également clairement un manque de concertation entre les scientifiques et les gestionnaires. Parmi les carences relevées au cours de ces journées, citons encore le peu de travaux se rapportant à des problématiques liées aux espaces protégés. L’analyse du contenu de réunions ou programmes plus récents montre cependant un intérêt plus marqué pour le lien avec les gestionnaires (« Journées francophones des sciences de la conservation et de la biodiversité », Paris, mars 20062) et la gouvernance des aires protégées (« Colloque international Gecorev », Versailles, juin 20063) tandis que le souci du changement climatique s’affirme (Thuiller et al., 2006).

12Ainsi, dans le processus d’élaboration de solutions adéquates pour la conservation, la recherche a un rôle important à jouer par la production d’analyses approfondies sur les ressources renouvelables et leur dynamique, les usages et les processus sociaux engendrés par la présence des aires protégées ; mais pour relever le défi de l’opérationnalité, elle doit aussi s’appuyer sur un partenariat étroit avec les sciences appliquées et les structures de gestion.

13Les contributions présentées ici donnent une image de ce qu’est aujourd’hui la conservation dans les aires protégées d’Afrique de l’Ouest (avec quelques incursions vers l’Afrique Centrale), avec toutes ses questions et ses difficultés. Les études portent sur une quinzaine de pays. Une majorité des contributions s’est fondée sur une démarche scientifique classique d’acquisition de données et de réflexion sur une question, une autre partie d’entre elles présentait les politiques mises en œuvre dans les pays ou régions et les idées qui les sous-tendent ; la plupart de ces dernières ont été intégrées dans une synthèse présentée par de Boissieu et al. (ce volume).

L’ouvrage issu du séminaire de Parakou

14Dans la question des aires protégées, systèmes naturels et sociétés sont indissociables. En effet, qu’elles exploitent ou qu’elles conservent les écosystèmes, les sociétés font toujours sentir leur influence. De façon symétrique les caractéristiques des milieux sont toujours des déterminants forts du choix des sociétés, même si plusieurs solutions sont toujours possibles.

15Quand on considère les aires protégées, on peut le faire selon deux angles, celui de la nature ou celui des sociétés. Plusieurs grands thèmes qui adoptent l’un de ces deux grands points de vue sont apparus et se sont croisés à maintes reprises, dans les communications données à Parakou.

16La première partie de l’ouvrage, intitulée Questions autour des aires protégées, pose les questions générales et les situe dans le contexte africain et mondial ; elle présente cinq de ces thèmes sous forme d’articles synthétiques qui introduisent les communications et montrent leurs points communs.

17Les deux premiers articles considèrent les aires protégées depuis un point de vue qui privilégie la nature. Claro et Guenda s’interrogent d’abord sur l’avenir de la biodiversité animale, qu’on estime généralement menacée, voire en danger de disparition. Quel est l’état des connaissances en Afrique de l’Ouest, que peut apporter la recherche ? Le bilan est-il aussi sombre qu’on le dit ? Quelles sont les directions à prendre pour l’avenir ? Cette faune – qu’il s’agisse des grands animaux emblématiques des parcs africains ou d’espèces plus discrètes – dépend étroitement du milieu qui l’accueille, c’est-à-dire de la végétation et des sols. Fournier et Millogo-Rasolodimby s’interrogent sur la végétation : est-elle menacée ou modelée par les hommes ? L’organisation spatiale des milieux protégés et les connexions entre eux permettent-elles une bonne conservation de la biodiversité végétale ? Les pressions qui s’exercent sur les milieux végétaux sont-elles excessives ? Que peut-on attendre de la participation des populations riveraines ? Comment anticiper les changements globaux, notamment climatiques ?

18Les trois autres articles synthétiques adoptent le point de vue des hommes pour réfléchir sur les aires protégées. Giazzi et Tchamie traitent de la participation des populations locales dans la gestion des ressources naturelles. Comment les aires protégées se sont-elles mises en place dans ces régions ? Comment la question est-elle traitée par les États et par les institutions traditionnelles ? Le libéralisme économique est-il une voie pour sauver la biodiversité ? Comment organiser le transfert de pouvoir aux populations riveraines ? Lamarque et Mensah se posent la question de la valorisation et de l’exploitation durable des aires protégées. Un potentiel valorisable existe-t-il encore ? Quelles structures adopter ? Comment faire que la valorisation soit durable ? Faut-il y croire ? L’article de De Boissieu et al. est la synthèse de 9 communications portant sur le contexte général de la gestion des aires protégées dans 7 pays. Comment s’y organise la biodiversité : quelles écorégions sont représentées, combien d’espèces sont connues, combien sont menacées ? Quelle est l’étendue et la représentativité des aires protégées ? Quels bénéfices apportent-elles ? Comment sont-elles gérées, quelles menaces pèsent sur elles ? Quelles mesures les États prennent-ils ?

19La deuxième partie de l’ouvrage, intitulée La biodiversité et l’écosystème, rassemble quatorze articles consacrés à des études de cas qui apportent des connaissances sur l’état et la dynamique de la faune, de la végétation et du milieu naturel. Même si d’autres sont présents, c’est sur les thèmes adoptant le point de vue de la nature que l’accent est mis. Cinq études de cas portent sur la diversité de la faune ou de la végétation en général ou sur celle de certains groupes, comme les primates ou les rongeurs. Cinq autres se focalisent sur une espèce (éléphant, phacochère, singe à ventre rouge, céphalophe, cigogne noire) dont elles étudient le comportement, le régime alimentaire, l’utilisation du milieu, les études sur l’habitat revenant souvent à analyser les caractéristiques de la végétation… Deux communications portent sur l’état et la dynamique de la végétation, une autre sur les méthodes de suivi de cette dynamique et une dernière sur le lien avec le substratum géologique.

20La troisième partie de l’ouvrage, intitulée La biodiversité et les hommes, regroupe treize articles consacrés aux populations riveraines des aires protégées. Deux études de cas traitent des représentations que les populations (éleveurs du Sahara) ont de la faune ou, de manière plus générale, du milieu naturel où elles vivent et qu’elles exploitent. Elles examinent la compatibilité de ces représentations avec la mise en place d’aires protégées et les mesures de conservation qui les accompagnent ; la première insiste sur les éclairages que peut apporter l’anthropologie. Cinq autres études de cas portent sur la participation des populations à la gestion des aires protégées, qu’elle se fasse sur la base de traditions (crocodiles, ressources en poissons) ou à travers des institutions plus ou moins récentes (Lokoly et Agonvè). Cette participation se fait parfois malgré un passé de guerre (Kahuzi-Biega). L’une de ces études de cas (parc du W) traite des effets de la multiplication des structures villageoises de participation. Trois autres études de cas montrent comment les populations valorisent et exploitent les ressources des aires protégées par le tourisme et la chasse. Trois autres encore portent sur la durabilité de l’exploitation pastorale ou agricole des périphéries et des aires protégées elles-mêmes et mettent en exergue la nécessité de compromis réalistes.

21Pour rendre compte de la richesse des interventions, les résumés de l’ensemble des communications sont présentés en fin d’ouvrage.

Bibliographie

Bibliographie

Anthelme F., 2003 – Compte rendu des « Journées francophones pour la conservation de la biodiversité. Le réveil du Dodo (Villeurbanne, 22-25 avril 2003) ». Natures sciences sociétés, 69

Babin D., 2002 – Des espaces protégés pour concilier conservation de la biodiversité et développement durable. Ministère des Affaires étrangères, Paris

Barbault R., 1993 – Une approche écologique de la biodiversité. Natures Sciences, Sociétés, 1 : 322-329

Barbault R., 2003 – Les grands enjeux de l’interdisciplinarité dans les recherches en biodiversité. Actes des Journées françaises de l’Institut français de la biodiversité. Tours 18-20 décembre, 20-24

Beissinger S., Mccullough D., 2002 – Population Viability Analysis. University of Chicago Press, Chicago

Bennett A. F., 2003 – Linkages in the landscape. The role of corridors and connectivity in wildlife conservation. UICN, the World Conservation Union, 254 p.

Benoit M., 1998 – « Genres de vie et dégradation des ressources vivantes en Afrique de l’Ouest. De l’usufruit contenu à l’exploitation minière ». In Guillaud. D, Seysset M, Walter A. (éd.) Le voyage inachevé… à la mémoire de Joël Bonnemaison. Orstom-Prodig, Paris

Benoit M., 1999a – Peuplement, violence et rémanence de l’espace sauvage en Afrique de l’Ouest. Le no man’s land du « W » du Niger. Espace, Populations, Sociétés, 29-52

Benoit M., 1999b – Statut et usages du sol en périphérie du parc national du « W » du Niger. Tome 4 : Peuplement et genres de vie dans le Gourma oriental avant la création du parc national du « W » du Niger (1926). Multrigr. IRD ex-Orstom, Paris, Niamey, 96 p., cartes

Benoit M., 2000 – Statut et usages du sol en périphérie du parc national du « W » du Niger. Tome 5. Moli Haoussa et la « zone tampon » du parc national du « W » du Niger. Le cas d’un village de savane en zone protégée (réserve totale de Tamou). Multigr. IRD ex-Orstom, Orléans, 106 p., cartes

Bikie H., Ndoye O, Sunderlin W. D., 2000 – L’impact de la crise économique sur les systèmes agricoles et le changement du couvert forestier dans la zone forestière humide du Cameroun. Cifor Occasional Paper : 21-27

Blandin P., 2004 – “Biodiversity between Science and Ethics”. In Shakir S. H., Wafai M. W. Z. A. (eds) Soil Zoology for sustainable Development in the 21st Century, université du Caire : 17-41

Blondel J., 2003 – Biodiversité, quels enjeux pour les sociétés ? Actes des Journées françaises de l’Institut français de la biodiversité. Tours 18-20 décembre : 17-19

Bousquet B., 1992 – Guide des parcs nationaux d’Afrique. Afrique du Nord, Afrique de l’Ouest. Delachaux et Niestlé, 368 p.

Burgman M. A., Lindenmayer D. B., 1998 – Conservation Biology for the Australian Environment. Surrey Beatty, Sons, Chipping Norton, Australia, 380 p.

Chardonnet P., 1995 – Faune sauvage africaine. La ressource oubliée, Office des publications officielles des Communautés européennes, Bruxelles, 2 tomes 416 p. et 288 p., Cirad

Cherel O., Poussi M., 1993 – Pour une nouvelle approche des feux au Burkina Faso. Une autre gestion des feux. Annexe I : rapport d’analyse les provinces et leurs feux. Ministère de l’Environnement et du Tourisme, secrétariat général, direction générale de l’Environnement, ministère de l’Agriculture et des Ressources animales, secrétariat général, unité de gestion opérationnelle du programme national de Gestion des terroirs villageois, 104 p.

Claro F., Guenda W., ce volume – « Les aires protégées d’Afrique de l’Ouest : quel avenir pour la biodiversité animale ? ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.).

Compagnon D., Constantin F., (éd.) 2000 – Administrer l’environnement en Afrique. Paris, Karthala-Ifra, 494 p.

De Boissieu D., Sinsin B., Mahamadou S., Alou M., Famara D., Fantodji A., Fosso B., Kakpo M. C., Ngandjui G., Obama C., Sagno Ch., Tondossama A., ce volume – « La gestion des aires protégées : contexte général dans sept pays d’Afrique de l’Ouest et du Centre ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.).

Diamond J.M., 1984 – « Biological principles relevant to protected area design in the New Guinea region ». In MC Neely J. A., Miller K. R. (eds).

Dugast St., 2006 – Des sites sacrés à incendier. Feux rituels et bosquets sacrés chez les Bwaba du Burkina Faso et les Bassar du Togo. Anthropos, 101 (2) : 413-428

Fournier A., Millogo-Rasolodimby J, ce volume – « Une végétation menacée ou modelée par les hommes ? Conservation et changement global ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.).

Fournier A. Sinsin B. Mensah G. A., 2007 – Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ? Concilier conservation de la biodiversité et développement, Paris, IRD, coll. Colloques et séminaires, CD-ROM.

Gallopín G. C., 2006 – Linkages between vulnerability, resilience, and adaptive capacity. Global Environmental Change 16 (2006) : 293–303

Gallopín G. C., Funtowicz S., O’connor M., Ravetz J., 2001 – Science for the 21st century : from social contract to the scientific core. International Social Science Journal, 168/ LIII, n° 2 : 219-229

Giazzi F., Tchamie T. T. K., ce volume – « La participation des populations locales dans la gestion des ressources naturelles. Historique de la création des aires protégées en Afrique de l’Ouest et évolution récente de la conservation ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.)

Gillet H., 1990 – Lutte contre la désertification : les bienfaits de la mise en défens. Numéro spécial « Menaces sur la flore et la faune dans les pays tropicaux ». Les cahiers d’outre-mer, 172 : 363-374

Gillon Y., Chaboud C., Boutrais, J., Mullon C. (éd.) 2000 – Du bon usage des ressources renouvelables. Paris, IRD, coll. Latitudes 23, 472 p.

Giri J., 1983 – Le Sahel demain catastrophe ou renaissance ? Karthala, Paris, 330 p.

Giri J., 1994 – Histoire économique du Sahel. Des empires à la colonisation. Karthala, Paris

Godard O., 1995 – Le développement durable : paysage intellectuel. Natures Science, Sociétés, 2 (4) : 309-322

Heywood V., 2000 – Les multiples facettes de la conservation. La Recherche, numéro spécial. juillet août 2000 : 97-101

Holling C. S., 1997 – The Inaugural Issue of Conservation Ecology. Conservation Ecology (online) 1(1) : http://www.consecol.org/vol1/iss1/art1

Holling C. S.– 1998 – Two Cultures of Ecology. Conservation Ecology (online) 2 (2) : http://www.consecol.org/vol2/iss2/art4

Jacob J.-P., 2004 – Gouvernement de la nature et gouvernement des hommes dans le Gwendégué (Centre-Ouest Burkina Faso). Autrepart, 30 (2004) : 25-43

Jacob J.-P., 2003 – Les droits de pêche en plaine inondée dans le Gwendégué (pays winye, Centre-Ouest Burkina Faso). London : International Institute for Environment and Development (dossier Programme Réseaux des zones arides 121), 28 p.

Kopytoff I., 1987– “The Internal Frontier : The Making of African Political Culture”. In I. Kopytoff (ed.) The African Frontier. The Reproduction of Traditional African Societies, Bloomington, Indiana University Press : 3-84

Lamarque F, Mensah G. A., ce volume – « Valorisation et exploitation durable des aires protégées d'Afrique Occidentale : un nouveau défi, mythe ou potentialité ? Un potentiel valorisable existe-t-il encore ? ». In Fournier A., Sinsin B., Mensah G. A. (éd.).

Macarthur R. H., 1972 – Geographical Ecology : patterns in the distribution of species. Harper, Row, New York

Makombe K. (ed.), 1994 – Sharing the Land : Wildlife, People and Development in Africa, IUCN/ROSA Environmental Issues Series No.1, IUCN/ROSA, Harare, Zimbabwe and IUCN/SUWP, Washington, USA

Martin J.Y. et al., 2002 – Développement durable ? Doctrines pratiques évaluations. IRD Éditions, Paris, 346 p.

Mc Neely J. A., Miller K. R., (éd.) 1984 – National parks, conservation, and development : the role of protected areas in sustaining society. IUCN/Smithionian Institution Press, Washington D.C.

Mc Neely J. A., Miller K. R., Reid W. V., Mittermeier R. A., Werner T. B., 1990 – Conserving the world’s biological diversity. International Union for the Conservation of Nature and Natural Resources, Gland, Switzerland

Mckinnon J., Mckinnon K., Child G., Thorsell J., 1990 – Aménagement et gestion des aires protégées tropicales. IUCN, Gland, 290 p.

Meine C., Soulé M., Noss R. F., 2006 – “A Mission-Driven Discipline” : the Growth of Conservation Biology, Conservation Biology 20.(3) : 631–651

Millogo-Rasolodimby J., 2001 – L’homme le climat et les ressources alimentaires végétales en période de crises de subsistance au cours du 20e siècle au Burkina Faso, Thèse de doctorat d’État, université de Ouagadougou, 250 p.

Poussy M., 1992 – Les feux de brousse en Afrique de l’Ouest : Burkina Faso, Mali, Niger. Aspects sociologiques. Banque mondiale, Ouagadougou, 10 p.

Pullin S. A., Knight T. M., Stone D. A., Charman K., 2004 – Do conservation managers use scientific evidence to support their decision-making ? Biological Conservation, 119 : 245-252

Ruttan R. L., Borgerhoff-Mulder M., 1999 – Are East African Pastoralists Truly Conservationists ? Current Anthropology, 40 (5) : 621-652

Sinclair A. R. E., Byrom A. E., 2006 – Understanding ecosystem dynamics for conservation of biota, Journal of Animal Ecology, 75 : 64–79

Sinsin B., 1998 – « Transhumance et pastoralisme ». in Sournia G. (éd.) Les aires protégées d’Afrique francophone. ACCT, éditions Jean-Pierre de Monza : 26-31

Soulé M. E., 1986 – Conservation Biology : the science of scarcity and diversity. Sinauer, Sunderland, Massachusetts

Soulé M. E., Wilcox B. A., 1980 – Conservation Biology. Sinauer Associates, Sunderland, Massachusetts, 396 p.

Sournia G. (éd.), 1998 – Les aires protégées d’Afrique francophone. ACCT, éditions Jean-Pierre de Monza, 272 p.

Thuiller W., Broennimann O., Hughes G., Alkemade J. R. M., Midgley G. F., Corsi F., 2006 – Vulnerability of African mammals to anthropogenic climate change under conservative land transformation assumptions. Global Change Biology 12 : 424–440

UICN, 2003 – Cinquième Congrès mondial sur les parcs. Bénéfices par-delà les frontières. Recommandations, Durban http://www.iucn.org/themes/wcpa/wpc2003/francais/outputs/recommendations.htm#liste

Unesco, 1970 – Plan for a Long Term Intergovernmental and Interdisciplinary Programme on Man and the Biosphere. General Conference. Sixtenne session. Document 16 C/78, Unesco, Paris

Unesco, 1971 – International Co-ordinating Council for the Program on Man and the Biosphere. First session. Paris, 9-19 November 1971. MAB Report Series, n°1, Unesco, Paris

Vladyshevsky D. V., Laletin A. P., Vladyshevskiy A. D., 2000 – Rôle de la faune et de la flore sauvages et des autres produits forestiers non ligneux dans la sécurité alimentaire en Sibérie centrale. Unasylva 51 (3)

Wilcox B. A., 1984 – “In situ conservation of genetic resources : determinants of minimum area requirements”. in Mc Neely J. A., Miller K. R. (ed.)

Notes

1 Rappelons que le Mab résulte de la Conférence intergouvernementale d’experts sur « les bases de l’utilisation rationnelle et de la conservation des ressources de la biosphère » organisée par l’Unesco en 1968. Les réserves de la Biosphère sont à la fois un concept et un outil pour atteindre l’objectif d’un « équilibre durable entre les buts parfois conflictuels de la conservation de la diversité biologique, de la promotion d’un développement économique et du maintien des valeurs culturelles associées ». Les réserves de la Biosphèresont des lieux où cet objectif est « testé, perfectionné, démontré et mis en œuvre ».

2 « Le réveil du dodo II. Arrêter l'érosion de la biodiversité 2010 : objet commun pour gestionnaires et scientifiques ? »

3 Colloque international Gecorev « Gestion concertée des ressources naturelles de l'environnement - du local au mondial : pour un dialogue entre chercheurs, société civile et décideurs » Session 7. « Gouvernance des aires protégées : discours, processus, acteurs ».

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search