Version classiqueVersion mobile

Quelles aires protégées pour l’Afrique de l’Ouest ?

 | 
Anne Fournier
, 
Brice Sinsin
, 
Guy Apollinaire Mensah

Les aires protégées d’Afrique au 21e siècle

Elizabeth Wangari

Texte intégral

1Le continent africain abrite une flore et une faune d’une richesse impressionnante qui forment des écosystèmes complexes. Les aires protégées de l’Afrique couvrent une surface importante d’environ 10,5 % (pour l’Afrique Centrale et Occidentale) à 14,5 % (pour l’Afrique Australe et Orientale, Pnue 2003). Les défis prioritaires portent sur la manière dont les aires protégées peuvent aider l'Afrique à prendre en mains les questions majeures du 21e siècle, comme celles relatives à l'économie, à la société et à l'environnement.

2L’intérêt qu’on porte aux aires protégées du monde se justifie de plusieurs points de vue et sur la base de plusieurs indicateurs décisifs, notamment parce qu’elles couvrent environ 10 % de la surface terrestre. L’union internationale pour la conservation de la nature (UICN) en distingue six catégories en fonction de leurs objectifs. Certaines aires protégées naturelles africaines abritent des écosystèmes d’une valeur universelle exceptionnelle ou frappante que l’Unesco a inscrit ou est en train d’inscrire sur la Liste du patrimoine mondial. Par exemple, celles d’Afrique incluent : l’aire de conservation de Ngorongo et le parc national de Serengeti en Tanzanie ; la forêt impénétrable de Bwindi en Ouganda, les parcs nationaux de Garamba et Virunga en république démocratique du Congo ; le parc national des Oiseaux de Djoudj au Sénégal ; la réserve naturelle intégrale de Tsingy de Bernaraha à Madagascar ; le parc national du W du Niger ; la réserve naturelle intégrale du mont Nimba en Guinée, le parc national du Manovo-Gounda Saint Floris en république Centrafricaine, les parcs nationaux du lac Turkana et du mont Kenya au Kenya ou encore le Drakensburg et les aires protégées de la province floristique du Cap en Afrique du Sud, pour ne citer que ceux là. Il est à noter que l’Afrique représente l’un des plus grands réservoirs mondiaux de biodiversité.

3Les aires protégées africaines subissent de nombreuses formes de pression humaine. Elles occupent souvent des espaces convoités par différents acteurs de la société pour différents types d’usage des terres et sont donc des centres d’intérêt locaux, nationaux et internationaux. Aussi font-elles couramment l’objet de menaces diverses telles que : le braconnage, la guerre, la destruction délibérée, la pollution industrielle, l’urbanisation incontrôlée, l’extraction minière, la spéculation foncière, le développement touristique sans limite et les catastrophes naturelles. Toutes représentent des défis à relever.

4On peut donc prévoir comme nécessaire et inévitable une large prise de conscience des États et de la société au sujet des questions d’environnement, de conservation et de développement durable. Des efforts considérables sont faits en ce sens par certains pays. L’intérêt accordé à la conservation se manifeste par les pratiques « traditionnelles » de conservation dans le respect des coutumes ancestrales d’une part, par les actions de conservation et de recherche que mènent différents acteurs et organisations gouvernementales ou non gouvernementales nationales et internationales d’autre part.

5En effet, les aires naturelles protégées sont aujourd’hui au cœur des stratégies de conservation de notre planète. Elles jouent un rôle pour la construction de modèles de développement durable et comme outils pour la réforme de la législation par des textes juridiques, pour la recherche, pour l’éducation à l’environnement et la formation, pour la prévention des conflits, pour les activités de tourisme et de loisirs ainsi que pour le développement socio-économique. Ces enjeux socio-économiques et environnementaux nécessitent la mise en œuvre d'un processus continu de dialogue entre les multiples acteurs.

6Dans une telle approche, les objectifs de conservation des aires protégées ne peuvent être atteints que par des actions concertées entre des porteurs d'enjeux de différents niveaux d'intérêts et de responsabilité.

7Il faut également soutenir la réconciliation de la conservation de la biodiversité et le renforcement des programmes d’éducation afin de susciter l’intérêt et la participation des communautés et des sociétés civiles locales pour conserver les ressources naturelles.

© IRD Éditions, 2007

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search