Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Substances naturelles en Polynésie française

 | 
Jean Guezennec
, 
Christian Moretti
, 
Jean-Christophe Simon

Seconde partie. Chapitres analytiques

Potentialités de la recherche innovante en chimie-biologie des substances naturelles

Bernard Weniger

Texte intégral

1. Contexte général de la réflexion

1La flore de la Polynésie française se caractérise par son originalité et son fort endémisme, résultat de la grande dispersion et de la forte extension en latitude du territoire. Mais à l’exception des usages locaux et de quelques ressources bien identifiées à vocation commerciale, cette originalité floristique est encore peu exploitée, le nombre d’espèces locales ayant bénéficié d’un processus de valorisation dans les secteurs agro-alimentaire, cosmétologique ou pharmaceutique demeurant très réduit.

2Dans le cadre de l’expertise collégiale sur les stratégies de valorisation des substances naturelles en Polynésie française, ma mission a consisté à considérer de façon plus spécifique les aspects liés à la recherche et à l’innovation dans le domaine de la chimie-biologie des produits naturels, en tentant d’analyser les potentialités du territoire en fait de ressources biologiques au regard des possibilités de recherche et de développement local.

3Cette approche a été entachée d’une difficulté majeure, celle de ne pas pouvoir appréhender d’une manière approfondie et globale la situation de la recherche dans le domaine des produits naturels au niveau du territoire. Certes, certains éléments ont pu être déduits des documents de préparation de l’expertise et du compte rendu de la mission préparatoire réalisée avant le début de l’expertise collégiale. Toutefois, une analyse précise de la capacité technique et scientifique locale à réaliser une recherche innovante en chimie-biologie des substances naturelles, à moyen ou long terme, est apparue difficile à mettre en œuvre.

4En ce qui concerne la recherche publique, la mission préparatoire initiée en février 2003 par M. Berthod, C. Bonhomme et C. Moretti a permis de mettre en évidence l’existence de laboratoires locaux assez bien équipés pour la recherche en chimie-biologie des substances naturelles. Cependant, les personnels de recherche qui y sont attachés, et notamment ceux qui relèvent de la compétence du territoire, n’y occupent pas toute la place souhaitée. De même les collaborations établies avec des établissements publics de recherche métropolitains sont-elles peu nombreuses, la production scientifique afférente étant relativement modeste, à l’exception toutefois de l’Université de la Polynésie française.

5Des difficultés complémentaires sont apparues qui ont trait au partage des compétences dans certains domaines de la recherche entre l’État et le territoire, à l’éloignement des centres technologiques plutôt centralisés en métropole, sans compter que le désengagement progressif de la plupart des établissements publics nationaux de recherche de la région ne va pas sans conséquences néfastes.

6Dans le domaine de l’innovation, la capacité et la motivation des acteurs privés paraissent beaucoup plus prometteuses, mais ces acteurs n’ont pas vocation à s’engager dans des recherches chimiques ou biologiques de type fondamental sur le moyen ou le long terme. La situation semble d’autant plus fragile que l’interface entre le monde de la recherche et celui de l’industrie locale se révèle bien mince, que les structures d’incubation sont pratiquement inexistantes, et qu’il manque globalement des éléments d’orientation et de prospective pour les stratégies de recherche futures.

7Malgré ces difficultés liées à l’incertitude sur l’environnement scientifique du territoire, nous nous sommes efforcé d’identifier un certain nombre de pistes potentielles dans les secteurs de la phytochimie, de la biologie, de la cosmétologie et de l’agro-alimentaire, pouvant aboutir à la valorisation de produits ou de constituants phytochimiques sur le marché local ou international, après réalisation de recherches complémentaires de validation.

2. Méthodologie appliquée à l’analyse

8Sur la base d’un important travail préparatoire de recensement botanique et de compilation de données bibliographiques, incluant les usages traditionnels des espèces considérées, les membres de l’expertise collégiale ont réalisé des fiches produits qui ont fait l’objet de discussions lors des séances de travail du groupe. Ces analyses documentaires, effectuées d’une manière collégiale, constituent des points de repère objectifs dans la vaste documentation consultée.

9Les experts ont ensuite entrepris le classement des ressources végétales polynésiennes, sélectionnées à partir des fichiers floristiques de référence, en trois groupes principaux :

  • Groupe 1 : déjà exploitées ou exploitables à court ou moyen terme.

  • Groupe 2 : intérêt potentiel mais nécessitant des travaux de recherche complémentaires.

  • Groupe 3 : ressources végétales sans intérêt particulier.

10Notre contribution porte sur les ressources végétales du groupe 1 que nous avons estimées être éventuellement exploitables à court ou moyen terme, et sur les ressources végétales du groupe 2, présentant un intérêt potentiel, mais requérant des travaux de recherche et de validation complémentaires.

3. Ressources éventuellement exploitables à court ou moyen terme

11D’une manière évidente, les produits naturels traditionnels déjà exploités de ce groupe 1, qui bénéficient de filières de commercialisation bien identifiées, sortent du champ de ma contribution, et, en conséquence, ne seront pas traités dans ce chapitre analytique. Il s’agit des ressources suivantes : le coprah, la vanille, le santal, le monoï et le « nono » (fruit de Morinda citrifolia). En effet, ces ressources, pour lesquelles il existe une bibliographie fournie aussi bien du point de vue chimique que biologique, ne nécessitent plus a priori de recherches fondamentales complémentaires en chimie biologie des substances naturelles, ayant comme but soit l’isolement et la détermination structurale de constituants non encore décrits, soit la mise en évidence d’activités biologiques ou physiologiques. Toutefois, les aspects liés à l’analyse et au contrôle de qualité des produits issus de ces ressources, ou susceptibles de l’être à l’avenir, doivent être considérés avec attention et susciter le cas échéant, quand cela s’avère possible localement, la mise en place de techniques analytiques modernes et performantes.

12Notre analyse dans ce premier groupe portera donc sur les quatre ressources suivantes :

  • Calophyllum inophyllum L. (huile),

  • Ilex anomala Hook. & Arnott,

  • Morinda citrifolia L. (feuille),

  • Tephrosia purpurea (L.) Pers.

3.1. Calophyllum inophyllum L. (Clusiaceae) (huile)

13La littérature scientifique mentionne de nombreux travaux sur les pyranocoumarines (calanolides, calophyllolide, inophyllum) extraites des feuilles et du latex de différentes espèces asiatiques du genre Calophyllum. Certaines de ces molécules ont montré des activités cytotoxiques et antivirales, notamment sur le virus de l’HIV-1, par inhibition de la transcriptase inverse (Xu et al., 1999 ; Ishikawa, 2000). Le calanolide A est actuellement en phase clinique II comme molécule anti-HIV, et lecalanolide B en étude pré-clinique aux États-Unis. Des produits d’hémisynthèse sont également à l’étude ou en développement.

14Des graines sèches de Calophyllum inophyllum on extrait une huile (huile de tamanu qui est utilisée dans la plupart des îles du Pacifique et en Papouasie Nouvelle-Guinée, en friction contre les douleurs rhumatismales et pour soigner les ulcères et les affections de la peau. Cette huile est également recommandée contre les brûlures et les coups de soleil. Une étude récente montre son intérêt dans l’amélioration de l’aspect des cicatrices, même anciennes (Dweck et Meadows, 2002). L’huile de tamanu est assez largement utilisée par l’industrie cosmétique européenne et il existe aujourd’hui une forte demande internationale pour ce produit. Il faut noter qu’un arbre ne produit que 5 kg environ d’huile par an, et que l’huile produite doit subir un procédé de purification pour éliminer certains constituants résineux, ce qui explique son prix élevé.

15L’huile de tamanu produite en Polynésie française dans les îles Sous-le-Vent, l’archipel des Tuamotu et celui des Marquises semble être d’excellente qualité, pour des raisons liées à la fois à la ressource et à sa préparation traditionnelle. Le gouvernement du territoire a décidé de faire procéder à des analyses génétiques du tamanu polynésien et de mettre en place des plantations d’arbres de cette espèce. Une étude approfondie de l’huile de tamanu est actuellement menée à l’Université de Polynésie française, étude dont il faudra analyser en détail les conclusions.

16L’huile de tamanu contient des acides gras saturés, des glycérides, des phosphoaminolipides, des stéroïdes, des terpénoïdes, de l’acide benzoïque et de la vitamine F en petite quantité. Des publications récentes ont également mis en évidence la présence de pyranocoumarines similaires ou proches de celles trouvées dans les feuilles et le latex de différentes espèces du genre Calophyllum, et notamment le calophyllolide, l’acide calophyllique et les inophyllums B, C, P et E (Spino et al., 1998 ; Dweck et Meadows, 2002). Le calophyllolide possède des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires, et certains inophyllums, comme nous l’avons déjà mentionné, sont des inhibiteurs de la transcriptase inverse du HIV-1.

17Les potentialités de développement pour l’exploitation de l’huile de tamanu semblent se situer actuellement plutôt dans le domaine cosmétique. Toutefois, sachant que les rendements d’extraction des pyranocoumarines à partir des feuilles, et même du latex, sont très modestes, l’huile de tamanu brute peut représenter une piste intéressante dans la recherche de sources renouvelables de ces constituants pour l’approvisionnement de l’industrie pharmaceutique.

3.2. Ilex Anomala Hook. & Arnott (Aquifoliaceae)

18L’étude bibliographique de cette espèce ne fournit que des données anciennes concernant l’usage traditionnel de la ressource, utilisée par les Tahitiens comme masticatoire pour lutter conte la fatigue. Les références sont également peu précises quant à la présence de caféine (4 %), d’huile essentielle, d’une gomme-résine et de tanins dans l’espèce. Aucune donnée récente d’ordre chimique ou biologique n’est disponible.

19De nombreuses études ont montré que la caféine stimule l’activité intellectuelle et physique et augmente les dépenses énergétiques, pouvant contribuer ainsi à faciliter la perte de poids. Depuis quelques années, de nouveaux produits « exotiques » contenant de la caféine, tels que le maté et le guarana, sont venus compléter la gamme de produits disponibles sur le marché, tant dans le domaine alimentaire que dans ceux du cosmétique et du pharmaceutique.

20Le maté, Ilex paraguariensis, appartient à la même famille et au même genre botanique qu’Ilex anomala. Il s’agit d’un arbre à feuilles persistantes, originaire du Paraguay, du Brésil, de l’Argentine et de l’Uruguay, où sa feuille est souvent consommée en infusion à la place du thé ou du café pour les mêmes effets physiologiques. Les feuilles de maté renferment en moyenne 1 % de caféine. En comparaison, une tasse de maté procure un peu plus de caféine qu’une tasse de thé et un peu moins qu’une tasse de café.

21En Allemagne, la Commission E a reconnu en 1988 l’usage médicinal du maté pour combattre la fatigue mentale et physique. En raison de la théophylline et de la caféine que renferment les feuilles d’Ilex paraguariensis, le maté stimule le muscle cardiaque et le système nerveux central, détend les muscles lisses, et agit favorablement sur la circulation sanguine périphérique, ce qui pourrait également expliquer ses indications traditionnelles contre les maux de tête (Blumenthal et al., 2000). Les pharmacopées britannique et française reconnaissent les vertus stimulantes du maté, et le considèrent également comme un adjuvant à un programme de perte de poids. Cet aspect a été validé par des travaux récents (Martinet et al., 1999).

22Le maté dispose d’une monographie dans la pharmacopée française, et figure dans les Cahiers de l’agence du médicament n°3 (« Médicaments à base de plantes ») avec les indications suivantes : dans les asthénies fonctionnelles, comme adjuvant des régimes amaigrissants, et pour favoriser l’élimination rénale de l’eau. Aucune étude toxicologique n’est requise en France pour la demande d’une autorisation de mise sur le marché d’une spécialité à base de maté (poudre de drogue totale, extrait aqueux, extrait hydro-alcoolique, teinture), bien que certaines études laissent à penser qu’il existe une relation entre la consommation de maté et l’apparition de cancers de l’oropharynx (Goldenberg, 2002). On trouve actuellement sur le marché pharmaceutique français des spécialités à base de maté (Elusanes Maté®). Le maté, ou des produits contenant des produits à base de maté (boissons, suppléments diététiques de poudre de feuilles en gélules, etc.), se trouvent également en vente dans des boutiques spécialisées et sur Internet.

23Des chercheurs argentins se sont intéressés au potentiel d’autres espèces du genre Ilex et ont réussi à montrer qu’elles pouvaient éventuellement être développées sur le marché des suppléments diététiques (Filip et Ferraro, 2003). D’une manière similaire, il peut être envisagé de développer le potentiel commercial d’Ilex anomala, en s’appuyant sur des arguments mettant en valeur l’exotisme et la nouveauté de la ressource. Toutefois, si le consommateur d’aujourd’hui est friand d’innovation, encore faut-il que la réponse qui lui est apportée s’inscrive dans une démarche de qualité et de sécurité d’emploi irréprochables.

24Une actualisation des connaissances chimiques et pharmacologiques d’Ilex anomala et des recherches complémentaires dans le domaine de la toxicité apparaît en conséquence comme nécessaires avant toute décision visant à l’exploitation et au développement éventuel de la ressource dans le domaine alimentaire ou dans celui du médicament. Cette actualisation des connaissances et ces recherches complémentaires devraient porter sur les points suivants :

  1. Précisions quant à l’utilisation traditionnelle de l’espèce.

  2. Confrontation des données existantes dans la littérature scientifique sur l’espèce et le genre botanique dans le but de réaliser une monographie sur la sécurité d’emploi de la ressource, selon le type de l’Agence française de sécurité sanitaire des produits de santé (AFSSAPS) dont les rubriques sont indiquées dans le tableau 1, ci-après.

  3. Mise en œuvre d’une étude phytochimique approfondie sur la ou les partie(s) d’intérêt de la plante et la mise au point d’un dosage de la caféine par chromatographie liquide haute performance (Direction de la qualité du médicament, 2001).

  4. S’il avère qu’il n’existe aucune donnée toxicologique disponible sur l’espèce, envisager la réalisation d’une étude toxicologique selon le protocole correspondant à la catégorie 2 (poudre de plantes totales, teintures et extraits hydro-alcooliques forts) dans les Cahiers de l’agence du médicament n°3. Ce protocole prévoit la détermination des toxicités suivantes :

  • toxicité aiguë par voie orale chez le rat ;

  • toxicité sub-aiguë sur 4 semaines par voie orale chez le rat, sur dix rats mâles et dix rats femelles, comprenant une étude du comportement et des paramètres hématologiques, biochimiques et histologiques.

Tableau 1. Monographie sur la sécurité d’emploi d’une ressource végétale selon le modèle de l’AFSSAPS

Tableau 1. Monographie sur la sécurité d’emploi d’une ressource végétale selon le modèle de l’AFSSAPS

3.3. Morinda citrifolia L. (Rubiaceae) (feuille)

25Nous n’aborderons pas le cas du fruit, déjà commercialisé à grande échelle comme supplément alimentaire, principalement aux États-Unis, sous forme de jus de fruit pasteurisé (Tahitian Noni Juice) mais aussi de jus séché ou d’extrait sec. De nombreuses études sur le fruit de Morinda citrifolia ont été publiées récemment, concernant ses constituants chimiques et son pouvoir anti-oxydant, immunostimulant et antitumoral, avec des résultats parfois contradictoires. Alors que de nombreuses équipes à travers le monde s’intéressent à ce thème de recherche, il ne paraît guère utile d’engager d’autres études de ce type au niveau polynésien.

26Pour sa part, la feuille de cette espèce présente de nombreux usages traditionnels dans la région Pacifique, et dans les régions tropicales en général. À Samoa, elle est utilisée comme anti-inflammatoire par voie orale et comme vulnéraire par voie externe (Dittmar, 1993). En Papouasie, la feuille est réputée antimalarique et antidysentérique par voie orale (Holdsworth, 1975 ; Holdsworth, 1980). En Inde et au Nicaragua, elle est utilisée en application externe comme vulnéraire, antiseptique et anti-inflammatoire (Srivastava et Singh, 1993 ; Barrett, 1994).

27D’un point de vue biologique, la feuille présente des effets ascaricide (Kaleysa, 1975), nématocide (Mackeen et al., 1997), antimutagénique (Kusamran et al., 1998), et surtout montre une forte activité protectrice contre les tumeurs expérimentales provoquées par des dérivés du phorbol (Murakami et al., 1995). Les travaux chimiques concernant les feuilles sont nettement moins documentés que ceux ayant trait au fruit. Ils ont permis de mettre en évidence la présence de flavonoïdes et d’iridoïdes monoterpéniques comme l’acide aspérulosique, les citrifollines A et B et le citrifolinoside (Sang et al., 2001).

28Dans l’hypothèse d’un développement important de la production locale et du marché international du « nono », fruit de Morinda citrifolia, il apparaît judicieux de poursuivre parallèlement des recherches complémentaires visant à une identification plus complète des métabolites secondaires foliaires et à une vérification des aspects relatifs aux activités antimutagénique et anticancérigène de ces constituants.

3.4. Tephrosia purpurea (L.) Pers. (Fabaceae)

29Les constituants chimiques de cette espèce ont été assez bien décrits dans la littérature scientifique. D’un point de vue phytochimique, il faut surtout noter la présence de roténone et de roténoïdes dans les racines et dans les parties aériennes de l’espèce. Il apparaît toutefois que le contenu en roténone dans les racines de la plante originaire du Sri Lanka ne dépasse pas 0,033 % ; or il faut savoir que certaines espèces du genre Derris contiennent jusqu’à 7 % de roténone dans leurs racines (Sharma et Khanna, 1975 ; Kiuchi et al., 1989).

30La roténone est connue pour ses activités insecticides et ichtyotoxiques. D’un point de vue pharmacologique, la roténone présente en fait de nombreuses autres propriétés, mais les données bibliographiques apparaissent parfois contradictoires. Il semble toutefois assez bien établi que, contrairement à l’opinion généralement admise, la molécule présente une certaine toxicité chez l’homme et chez certains animaux à sang froid, notamment chez le rat et le porc (Oliver et Roe, 1957). Cette toxicité se manifeste notamment par des effets carcinogènes, embryotoxiques et génotoxiques (Guadano et al., 1998). De plus, une étude récente suggère que cette classe de molécules pourrait être responsable de l’apparition de formes atypiques de la maladie de Parkinson (Sherer et al., 2003).

31Compte tenu de tous ces aspects, il apparaît important de réaliser préalablement une étude phytochimique des racines et parties aériennes de Tephrosia purpurea, afin d’apprécier quantitativement le contenu en roténone et en roténoïdes de divers échantillons de la matière première polynésienne.

32Par ailleurs, il faudra évaluer d’une manière précise le marché potentiel de ces dérivés, aussi bien au niveau local qu’au niveau international. En effet, l’auteur d’une étude de marché récente de la Banque mondiale sur le développement pour l’exportation de produits naturels phytosanitaires, à partir de ressources locales, estime que le marché de la roténone dans les pays développés ne présente pas un intérêt suffisant pour encourager un développement de sa production en vue de l’exportation à partir des pays en développement. Enfin, il faudra être attentif aux études biologiques et toxicologiques menées actuellement par différentes équipes sur cette famille de composés utilisés comme agents phytosanitaires.

4. Ressources végétales à intérêt potentiel mais avec travaux de recherche complémentaires (groupe 2)

33Les données bibliographiques concernant les ressources végétales du groupe 2 paraissent nettement plus hétérogènes, certaines espèces étant bien étudiées d’un point de vue chimique et/ou biologique, alors que d’autres n’ont fait l’objet que de travaux très restreints. Les critères retenus pour classer ces espèces dans le groupe 2 reposent sur leurs usages traditionnels éventuels, leur originalité chimiotaxonomique ou biologique et leur statut bio-écologique ou biogéographique, notamment l’accessibilité et l’absence de vulnérabilité. Voici les espèces concernées.

4.1. Astelia nadeaudii (Asteliaceae)

34Les seules données chimiques concernent la composition des graines, riches en acides gras saturés ubiquitaires, comme l’acide stéarique et l’acide palmitique, et en acides gras insaturés du type ϖ 3, comme l’acide linoléique et l’acide γ-linolénique (Morice, 1975). Une étude approfondie de la composition lipidique des fruits est à réaliser (prestation de service possible avec des laboratoires métropolitains). La présence d’alcaloïdes étant signalée dans le genre (parties aériennes), corrélativement l’absence de ce type de constituants dans les fruits est éventuellement à vérifier (Smolenski et al., 1975).

4.2. Pittosporum orohenense J. W.Moore (Pittosporaceae)

  • Pittosporum raivavaeense H. St. John (Pittosporaceae),

  • Pittosporum rapense F. Brown (Pittosporaceae),

  • Pittosporum taitense Putt. (Pittosporaceae).

35L’intérêt de ces trois ressources est lié à l’originalité chimiotaxonomique de la famille à laquelle elles appartiennent, ainsi qu’à des activités pharmacologiques marquées, au niveau du genre, dans des domaines de santé de première importance comme l’inhibition de protéases du HIV, ainsi que des activités antidiabétiques et antitumorales (Wan et al., 1996 ; Lopez De Cerain et al., 1996). Une étude phytochimique approfondie des espèces considérées, adossée à des essais pharmacologiques, est à entreprendre.

4.3. Siegesbeckia orientalis L. (Asteraceae)

36Cette ressource fait l’objet d’usages populaires diversifiés, mais pour l’essentiel orientés vers des utilisations comme vulnéraire et anti-inflammatoire par voie externe. Il est nécessaire tout d’abord que des observations ethnopharmacologiques puissent préciser quelles parties sont utilisées en thérapeutique traditionnelle polynésienne. Des analogies avec l’arnica, une espèce médicinale bien connue de la même famille botanique, existent aussi bien au niveau des usages que de certains constituants chimiques présents dans les deux plantes, en l’occurrence des sesquiterpènes lactones (Zdero et al., 1991). La plante contient également des flavonoïdes et des diterpènes (Xiong et al., 1997).

37Une activité antitumorale intéressante a été mise en évidence par des chercheurs chinois, mais les références bibliographiques de ce travail sont très imprécises. Il faut noter également que la plante a fait l’objet de nombreux brevets relatifs à une utilisation en cosmétologie. Par ailleurs, l’huile de la graine serait susceptible de présenter des propriétés stabilisantes pour certains plastiques.

38Les recherches complémentaires doivent s’orienter vers une étude phytochimique approfondie de cette ressource pour valider les travaux d’ordre phytochimique antérieurs et pour évaluer les activités biologiques et physicochimiques décrites.

4. 4. Tacca leontopetaloides (L.) Kuntze (Taccaceae)

39Synonyme : Tacca pinnatifida J. R. Forst. & G. Forst.

40D’origine malaise, cette espèce, de par sa richesse en amidon, constituait une plante alimentaire de base sur certaines îles polynésiennes. Le tubercule contient une grande quantité de fécule blanche (jusque 25 % du poids), très nutritive, mais également des substances amères (saponines) qui disparaissent après lavage et cuisson. Un tubercule pèse généralement de cent à cinq cents grammes mais peut atteindre parfois le kilo. Les saponines de cette espèce possèdent des propriétés molluscicides. Il faut noter que l’extrait de feuille obtenu à partir d’une matière première du Soudan est actif comme molluscicide, contrairement à l’extrait de racine. Il est intéressant de noter que certaines saponines stéroïdiques isolées dans le genre Tacca présentent des effets antitumoraux marqués (Tinley et al., 2003).

41Les recherches complémentaires doivent s’orienter vers la vérification de la présence de saponines dans la ressource polynésienne. Dans une hypothèse favorable, il faudra procéder à leur isolement et leur détermination structurale. D’un point de vue biologique, la confirmation de l’activité de ces molécules pour la désinfection des eaux contre les formes larvaires (cercaires) de certains parasites, ainsi que l’évaluation de leurs propriétés cytotoxiques et antitumorales, doivent être réalisées.

4.5. Wikstroemia coriacea Seem (Thymelaeaceae)

42Synonymes :

  • Daphne foetida auct. pl. non s. typi

  • W. foetida auct. pl. non s. str.

43Dans le cas de cette espèce, il faut au préalable résoudre les problèmes de taxonomie. De nombreuses Thymélacées présentent des propriétés toxiques importantes en raison de la présence d’esters diterpéniques de type daphnane et tigliane (Borris et al., 1988). Il convient de mettre en rapport ces données avec la réputation traditionnelle de cette espèce.

44Cette famille botanique est toutefois intéressante d’un point de vue chimiotaxonomique par la présence de métabolites secondaires diversifiés (coumarines, biflavonoïdes) doués d’effets biologiques marqués (activités antifongiques, antimitotiques, anti-HIV-1). Une étude phytochimique approfondie de l’espèce ainsi qu’une évaluation pharmacologique élargie des molécules isolées (activité antitumorale, antivirale, antihypertensive, anti-oxydante, toxicité) sont souhaitables.

5. Conclusions

45En regard de l’ensemble des données floristiques réunies dans le cadre de l’expertise collégiale sur les stratégies de valorisation des substances naturelles en Polynésie française, notre contribution a porté sur l’orientation vers des recherches innovantes en chimie-biologie d’une sélection de ressources qui nous paraissent valorisables à moyen terme, après la réalisation de travaux complémentaires de validation.

46De nombreuses espèces n’ont pas été retenues dans notre sélection pour des raisons de vulnérabilité ou d’accessibilité, ou encore du fait de l’absence totale de données d’ordre bibliographique. Pour ces ressources, l’orientation stratégique la plus pertinente en fait de valorisation consistera probablement à se tourner vers la constitution de collections pouvant être couplées à des plates-formes d’extraction et de formatage, rendant possible la création et l’exploitation d’extractothèques.

47Il nous apparaît important d’ajouter, pour conclure, que si notre expertise permet d’apprécier, à un moment particulier, l’état de la connaissance chimique et biologique d’un certain nombre de ressources potentielles de la Polynésie française, les décideurs du territoire ne peuvent pour autant faire l’économie d’études de faisabilité technico-économiques, au cas par cas, projet par projet, avant la mise en chantier de réalisations concrètes.

Bibliographie

Bibliographie

Agence du Médicament, 1998 – Médicaments à base de plantes : septembre 1997. Paris, Agence du médicament, Les Cahiers de l’agence, 3, 81 p.

Barrett B., 1994 – Medicinal plants of Nicaragua’s Atlantic coast. Economic botany, 48 (1) : 8-20.

Blumenthal M., Goldberg A., Brinckmann J. (eds), 2000 - Herbal Medicine, Expanded Commission E Monographs. Austin, American Botanical Council, 685 p.

Borris R.P., Blaskó G., Cordell G.A. 1988 - Ethnopharmacologic and phytochemical studies of the Thymelaeaceae. Journal of Ethnopharmacology, 24 (1) : 41-91.

Direction de la Qualité du Médicament, 2001 - Pharmacopée européenne : publiée selon la convention relative à l'élaboration d'une pharmacopée européenne (série des traités européens, nº 50) - 4e éd. Strasbourg, Conseil de l’Europe, XVIII-2623 p.

Dittmar A., 1993 - Morinda citrifolia L.- use in indigenous Samoan medicine. Journal of Herbs, Spices and Medicinal Plants, 1(3) : 77-92.

Dweck A.C., Meadows T., 2002 - Tamanu (Calophyllum inophyllum) : the African, Asian, Polynesian and Pacific Panacea. International journal of cosmetic science, 24 (6) : 341-348.

Filip R., Ferraro G.E., 2003 - Researching on new species of "Mate" : Ilex brevicuspis : phytochemical and pharmacology study. European journal of nutrition, 42 (1) : 50-54

Goldenberg D., 2002 - Maté : a risk factor for oral and oropharyngeal cancer. Oral Oncology, 38 (7) : 646-649.

Guadano A., Gonzalez-Coloma A., de la Pena E., 1998 - Genotoxicity of the insecticide rotenone in cultured human lymphocytes. Mutation research. Genetic toxicology and environmental mutagenesis, 414 (1-3) : 1-7

Holdsworth D., 1975 – Traditional medicinal plants used in the treatment of malaria and fevers in Papua New Guinea. Papua New Guinea Medical Journal, 18 : 142-148

Holdsworth D., 1980 – Traditional medicinal plants of the North Solomons province Papua New Guinea. Quarterly journal of crude drug research, 18 : 33-44.

Ishikawa T., 2000 - Anti HIV-1 active Calophyllum coumarins : distribution, chemistry, and activity. Heterocycles, 53 (2) : 453-474.

Kaleysa R., 1975 – Screening of indigenous plants for anthelmintic action against human Ascaris lumbricoides : part II. Indian journal of physiology and pharmacology, 19 : 47-49.

Kiuchi F., Chen X., Tsuda Y., Kondo K., Kumar V., 1989 - Studies on crude drugs effective on visceral larva migrans. VI Identification of nematocidal principles in Tephrosia purpurea Pers. Shoyakugaku Zasshi, 43 (1) :42-49.

Kusamran W.R., Tepsuwan A., Kupradinun P., 1998 – Antimutagenic and anticarcinogenic potentials of some Thai vegetables. Mutation research, 402 (12) : 247-258.

Lopez De Cerain A., Pinzon R., Calle J., Marin A., Monge A., 1996 - Cytotoxic activities of Colombian plant extracts on Chinese Hamster lung fibroblasts. Phytotherapy Research, 10 (5) : 431-432.

Mackeen N.M., Ali A.M., Abdullah M.A., Nasir R.M., Mat N.B., Razak A.R., Kawasu K., 1997 - Antinematodal activity of some Malaysian plant extracts against the pine wood nematode, Bursaphelenchus xylophilus. Pesticide Science, 51(2) : 165-170.

Martinet A., Hostettmann K., Schutz Y., 1999 - Thermogenic effects of commercially available plant preparations aimed at treating human obesity. Phytomedicine, 6 (4) : 231-238.

Morice I.M., 1975 - Seed fats of further species of Astelia. Phytochemistry, 14 (5-6) : 1315-1318

Murakami A., Jiwajinda S., Koshimisu K., Ohigashi H., 1995 – Screening for in vitro anti-tumor promoting activities of edible plants from Thailand. Cancer letters, 95 (1-2) : 139-146.

Oliver W.T., Roe C.K., 1957 - Rotenone poisoning of swine. Journal of the American Veterinary Medical Association, 130 (9) : 410-411.

Sang S., Chen X. F., Zhu N., Stark R.E., Badmaev V., Ghai G., Rosen R.T., HO C.T., 2001 – Flavonols glycosides and novel iridoïd glycoside from the leaves of Morinda citrifolia. Journal of agricultural and food chemistry, 49 (9) : 44784481.

Sharma R., Khanna P., 1975 – Production of rotenoids from Tephrosia ssp. in vivo & in vitro tissue cultures. Indian Journal of Experimental Biology, 13 : 84-85.

Sherer T.B., Betarbet R., Testa C.M., Seo B.B., Richardson J.R., Kim J.H., Miller G.W., Yagi T., Matsuno-Yagi A., Greenamyre J.T., 2003 Mechanism of toxicity in rotenone models of Parkinson's disease. The Journal of Neuroscience, 23 (34) : 10756-10764.

Smolenski S.J., Silinis H., Farnsworth N.R., 1975 – Alkaloid screening VI. Lloydia, 38 (3) : 225-255.

Spino C., Dodier M., Sotheeswaran S., 1998 - Anti-HIV coumarins from Calophyllum seed oil. Bioorganic & medicinal chemistry letters, 8 (24) : 34753478.

Srivastava M., Singh J., 1993 – A new anthraquinone glycoside from Morinda citrifolia. International journal of pharmacognosy, 31 (3) : 182-184.

Tinley T.L., Randall-Hlubek D.A., Leal R.M., Jackson E.M., Cessac J.W., Quada J.R., Hemscheidt T.K., Mooberry S.L., 2003 - Taccalonolides E and A : plant-derived steroids with microtubule-stabilizing activity. Cancer Research, 63 (12) : 3211-3220.

Wan M., Bloor S., Foo L.Y., Loh B.N., 1996 - Screening of New Zealand plant extracts for inhibitory activity against HIV-1 protease. Phytotherapy Research : 10 (7) : 589-595.

Xiong J., Ma Y., Xu Y., 1997 - The constituents of Siegesbeckia orientalis. Natural Product Sciences, 3 (1) : 14-18.

Xu Z.Q., Hollingshead M.G., Borgel S., Elder C., Khilevich A., Flavin M.T., 1999 - In vivo anti-HIV activity of (+)-calanolide A in the Hollow fiber mouse model. Bioorganic & medicinal chemistry letters, 9 (2) : 133-138.

Zdero C., Bohlmann F., King R.M., Robinson H., 1991 - Sesquiterpene lactones and other constituents from Siegesbeckia orientalis and Guizotia scabra. Phytochemistry, 30 (5) : 1579-1584.

Table des illustrations

Titre Tableau 1. Monographie sur la sécurité d’emploi d’une ressource végétale selon le modèle de l’AFSSAPS
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/784/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 275k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540