Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Population et développement durable

 | 
Pierre Peltre

Pour une bonne lecture des cartes

Texte intégral

L’Anamorphose

  • * L’anamorphose, au sens strict, est une déformation (continue) des contours et des surfaces en fonct (...)

1Les fonds de carte de cet atlas ont été créés selon la technique de cartographie de l’anamorphose *, où chaque pays est représenté par un rectangle de surface proportionnelle au chiffre de sa population. Cinq fonds de carte expriment donc la population mondiale, tous les 25 ans, de 1950 à 2050 ; ils permettent de représenter les indicateurs choisis par la couleur, laquelle s’applique visuellement aux grandes masses de population.

Image

Comment a-t-on fabriqué les fonds de carte ?
Il n’existe pas de logiciel capable, à la fois, de construire des rectangles proportionnels à une donnée statistique et de les disposer de telle sorte qu’ils se rapprochent de la forme habituelle des continents. Or cette ressemblance est une condition fondamentale pour la lecture de la carte finale.
Pour cela, à partir de la taille initiale choisie (4 mm2 pour 1 million d’habitants), on a redimensionné chaque rectangle en hauteur ou en largeur, selon la position de chaque pays par rapport à ses voisins. Dans quelques cas, on a utilisé la forme en L (Niger, Turquie ou Russie) pour précisément ne pas trop distordre les relations de voisinage.
Exemple de construction en anamorphose à partir des pays de /’Amérique centrale
Image

  • ** et aussi quelques inconvénients : réalisation manuelle longue et délicate, puisqu’il s’agit d’une (...)

2Cette technique présente deux avantages importants** :

  • elle donne aux pays les plus peuplés une taille réellement proportionnelle à leur population (par exemple, le Bangladesh, l’Inde, la Chine), là où la cartographie conventionnelle par plages de couleurs sur-représente les pays de grande superficie (au point de donner des impressions fausses) ;
  • elle permet, au prix d’une schématisation de la forme des continents, de relier intuitivement deux variables sur une même carte ; la cartographie conventionnelle sur un planisphère classique*** devrait utiliser pour cela une combinaison de http://plages.de couleurs et de cercles proportionnels plus difficile à construire et à lire (exemple ci- dessous).

3Comme tous les indicateurs représentés dans cette série de cartes concernent des populations et non des superficies, la représentation en anamorphose proportionnelle à la population est très pertinente.

4Représentation conventionnelle :

  • IDH en aplat de couleurs
  • Population en cercles proportionnels

Carte confuse du fait du chevauchement des cercles.
On relie mal l’indicateur à la population concernée (par exemple, Russie et Chine).

Image

Image

Image

La proportion des jeunes en France
C. Cauuin, © RECLUS - Université de Strasbourg
In : R. Brunet - La carte, mode d’emploi.
Paris, 1987, Fayard/RECLUS

Notes

* L’anamorphose, au sens strict, est une déformation (continue) des contours et des surfaces en fonction d’une donnée à représenter (voir ci-contre). Plus classiquement appelée cartogramme ou carte-graphique (S. Rimbert), la technique utilisée ici est un peu différente, puisqu’il s’agit d’une cartographie par symboles proportionnels, où c’est l’agencement des symboles qui construit un fond de carte schématique. On peut cependant aussi bien considérer que l’on a déformé chaque pays en fonction de la variable représentée, et le terme d’anamorphose tend ainsi à s’imposer à i’usage (par exemple chez R. Brunet).

** et aussi quelques inconvénients : réalisation manuelle longue et délicate, puisqu’il s’agit d’une création graphique dépendante de l’auteur, et peu reproductible avec précision.

*** choisi dans une projection équivalente (Wagner), ce qui signifie que les superficies sont comparables entre elles.

© IRD Éditions, 2003

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Lire

Freemium

open access

Offert par L’éditeur de ce site