Desktop versionMobile version

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Seconde partie. Chapitres analytiques

Question 12. Faire toutes les suggestions portant sur la pertinence, la cohérence, la structure et le fonctionnement de ce système

Suggestions

Alain Coléno

Full text

  • 1 Bureau des Ressources Génétiques, 16, rue Claude-Bernard, 75231 PARIS cedex 05 - Courriel : mailto (...)

1Note portant sur l’auteur1

Présentation

2L’archipel néo-calédonien est fortement dépendant de l’extérieur pour la fourniture de produits alimentaires frais ou déjà élaborés. Par ailleurs, le développement des filières minières et, d’une manière générale, les échanges commerciaux ou les flux touristiques font intervenir des partenaires situés sous tous les climats de la planète. L’archipel est donc exposé à des introductions fortuites ou volontaires d’espèces allochtones très diverses, d’autant plus que son climat subtropical tempéré le rend accueillant aussi bien pour des espèces de climat tempéré que de climat tropical. Certaines d’entre elles peuvent à tout moment se révéler envahissantes avec des conséquences dramatiques pour l’environnement. Compte tenu de la richesse spécifique de l’archipel et de l’importance de l’endémicité, des phénomènes d’envahissement se traduiraient par une banalisation de la flore et de la faune, ce qui aboutirait à anéantir les avantages de l’archipel, liés à la qualité des paysages.

3L’étude réalisée sur la population de vertébrés montre de manière rigoureuse l’existence d’entités bien individualisées au plan biologique. La réalité, en ce qui concerne l’impact des espèces allochtones (envahissantes ou non), doit mener à des raisonnements différenciés selon chacune de ces entités. De plus, le traitement des frontières externes présente autant d’intérêt que celui des frontières internes. La réflexion, en termes de stratégie, d’examen et d’intervention, doit effectivement avoir lieu île par île. Si, par exemple, le cerf rusa doit être contenu par des plans de chasse efficients là ou il se trouve actuellement, il est particulièrement recommandé d’en interdire absolument l’extension aux autres entités de l’archipel. Le choix de faire porter l’analyse sur les vertébrés est une conséquence directe du nombre et de la qualité des informations publiées sur cet ensemble vivant. La même analyse n’a pu être réalisée sur les plantes ou les invertébrés à cause du manque criant de références dans la littérature.

4Une des recommandations est donc de saisir, dans l’avenir, toutes les occasions pour combler ces lacunes, particulièrement pour les îles Loyauté. La production de fiches, dédiées aux espèces dont l’introduction doit à tout prix être évitée, a été réalisée pour les plus importantes d’entre elles. Il est toutefois recommandé de se saisir de ces listes et de les faire évoluer en considérant les espèces recensées dans diverses listes internationales d’espèces envahissantes dans d’autres lieux. Les sites web qui permettent une telle opération ont été indiqués tout au long des contributions. Les fiches ainsi recueillies comportent généralement des indications sur les modalités d’intervention possibles, quant elles existent. Ces données sont facilement accessibles dès lors que sont connus les noms scientifiques et la synonymie des espèces considérées. Certaines espèces déjà introduites, ou dangereuses, peuvent n’être connues localement que par leur nom vernaculaire ; il conviendra alors de s’appuyer sur les scientifiques présents dans l’archipel ou de faire appel à l’expertise de la région. Pour répondre à cette exigence, toutes les espèces citées dans le cours des diverses contributions l’ont été de cette manière.

Amélioration du dispositif de quarantaine

5Le dispositif législatif néo-calédonien pour la surveillance et le contrôle sur le territoire de l’archipel, essentiellement organisé pour empêcher l’introduction de parasites végétaux et animaux, permet une prise en compte théorique partielle de la problématique des espèces envahissantes, dès lors que celles-ci sont potentiellement nuisibles aux végétaux. Il présente des lacunes auxquelles il est possible de remédier pour lui permettre de répondre efficacement aux problèmes spécifiques de la quarantaine animale et végétale.

6Par contre, il n’est pas bien adapté au traitement de l’ensemble des problèmes d’espèces envahissantes. Par ailleurs, il n’existe pas de dispositif suffisamment cohérent d’instruction et d’intervention sur le problème des espèces envahissantes.

7Les principales lacunes viennent de l’absence d’un laboratoire d’identification phytosanitaire et d’une station de quarantaine permettant de contrôler l’introduction d’espèces jugées utiles. Ces deux lacunes ne peuvent être comblées par une meilleure organisation, mais bien plutôt par un investissement significatif.

8Il faut créer et équiper la composante phytosanitaire du laboratoire de la DAVAR et lui donner les moyens de son efficacité. Ce laboratoire pourra alors réellement sécuriser les opérations de contrôle phytosanitaire ; il sera également apte à traiter le problème des espèces envahissantes.

9Il faut mettre en place une quarantaine végétale pour sécuriser toute introduction volontaire acceptée.

10D’autres améliorations possibles concernent les opérations de contrôle et les liaisons avec le système douanier. Ces améliorations sont présentées dans le document de Marc Delos. Mais nous devons souligner plus particulièrement les problèmes relatifs aux modifications de textes nécessaires pour soumettre au contrôle phytosanitaire, étendu aux espèces envahissantes, des produits dont la codification douanière leur permet d’échapper aux contrôles (emballages en bois, par exemple, ou cartons ondulés qui sont tous deux des abris possibles pour des insectes du type blatte).

  • 1 Budd K, 2004 - Review of biosecurity risk management in New Caledonia. Rapport pour la DAVAR de No (...)

11Une remarque toutefois à ce propos. Compte tenu de leur incidences financières, ces propositions, que l’on a retrouvées également dans le rapport de Budd1 demandent à être hiérarchisées. Ainsi, nous recommandons en première priorité tout ce qui est lié à l’activité phytosanitaire, c’est-à-dire la réalisation du laboratoire, la formation des agents, et la participation plus forte avec les réseaux de compétence de la zone pacifique (CPS) mais également avec les réseaux francophones des collectivités d’outre-mer, ainsi qu’avec l’expertise scientifique de pays voisins (Australie, Nouvelle-Zélande, Hawaii, etc.). Nous recommanderions, compte tenu de l’importance accordée aux analyses de risques, d’acquérir d’une manière ou d’une autre la compétence pour instruire et analyser ce type d’analyses. Le CIRAD a installé à la Réunion une structure très importante qui détient l’expertise sur tout le domaine relatif à ce sujet : cette expertise peut être mobilisée pour des interventions ou pour de la formation. Éventuellement, l’instruction de tels dossiers pourrait être confiée à des experts externes reconnus.

12Pour les autres sujets d’importance, il conviendra de fixer sur place les priorités à suivre.

13La prévention contre le risque dû aux espèces envahissantes nécessitera une intervention aux frontières selon des techniques connues d’échantillonnage, et avec une approche analytique menée par des spécialistes des deux domaines, animal et végétal. Seuls les organismes de quarantaine et ceux figurant sur la liste négative pourront être concrètement recherchés. Ce travail est du ressort du territoire et il paraît donc logique de s’appuyer, pour le réaliser, sur la composante phytosanitaire du laboratoire de la DAVAR qui, quand elle sera créée, aura alors la compétence nécessaire.

Prise en compte des problèmes environnementaux

14La prise en compte formelle et organisée du problème des espèces envahissantes demande le développement des cinq points suivants que nous allons détailler.

Un travail de coordination

15La loi organique conserve, au niveau du territoire, les problèmes de police sanitaire, zoo- ou phytosanitaire. Le problème des espèces envahissantes (individualisé depuis peu en tant que tel) n’est pas recensé explicitement dans les textes, mais le territoire a toute latitude pour s’en saisir et le traiter comme il le souhaite en laissant les questions environnementales sous la responsabilité des provinces. Ce choix est judicieux compte tenu de l’implication souhaitable forte des communautés et du caractère patrimonial des ensembles écologiques à protéger des effets de toute espèce envahissante. Une espèce envahissante, par essence, ne connaît pas les frontières et il n’est pas possible d’envisager des politiques environnementales séparées pour des ensembles présentant une continuité territoriale, ou fortement liés au plan économique et soumis par ailleurs à des pratiques d’échanges multiples (commerce, échanges familiaux, tourisme). Il est bien clair, par contre, que la mise en œuvre d’une politique raisonnée en commun doit être parfaitement adaptée à chacun des ensembles. Bien que les responsabilités en matière d’environnement soient partagées entre le territoire et les provinces, et que chacun en ce qui le concerne a mis en place des textes réglementant certains aspects, il est essentiel qu’une coordination générale soit établie entre tous les acteurs du dossier environnemental. Cette nécessité est parfaitement comprise par tous ceux qui ont à connaître le problème des contrôles aux frontières (rappelons ici le vœu 1/2002 du Conseil économique de la Nouvelle-Calédonie).

  • 2 http://pacific island invasive species initiative www.ISSG.ors

16En l’occurrence, une petite structure de travail réunissant les responsables du territoire et des provinces pour les questions environnementales devrait être formalisée (une sorte de GIS -groupement d’intérêt scientifique-, ou un bureau du comité de l’environnement, par exemple). Cette structure aurait pour objet de faire des propositions qui soient pertinentes pour toute question environnementale, et également cohérentes avec les diverses situations de l’archipel néo-calédonien. Elle aurait également à mettre en œuvre sur le terrain les dispositions raisonnées en commun. Elle devrait développer des liens avec les réseaux du Pacifique, en particulier sur les espèces envahissantes2 Rappelons ici que la Nouvelle-Calédonie participe au programme PROE (Programme régional océanien de l’environnement) et que ceci lui fournit une source de renseignement et d’échanges sur les problèmes environnementaux.

Des textes réglementaires à aménager, ou à produire, puis à adopter au niveau du territoire et des provinces

Cas des demandes d’introductions volontaires d’espèces supposées répondre à un besoin identifié (agriculture, horticulture, chasse, animaux de compagnie)

17La possibilité d’intervenir avant l’introduction permet de n’accepter que des introductions sans risques, ou à risques calculés. Il faut se prémunir contre toute introduction inconsciente et de bonne foi d’une espèce qui révèle par la suite un potentiel d’envahissement. Pour cela, il est nécessaire d’adopter un principe de précaution où « tout ce qui n’est pas permis est interdit » et d’établir une liste positive ouverte, abondée au vu d’une analyse de risque liée à toute demande d’introduction d’espèce étrangère pour quelque motif que ce soit. Le fait pour une espèce de ne pas se trouver sur cette liste devrait valoir interdiction (une position semblable a été adoptée dans les îles de la Société).

18La mise en place d’un contrôle systématique des établissements horticoles de production et de vente d’espèces animales et végétales serait également une mesure bénéfique.

Cas des importations de tout type

19À la faveur de mouvements commerciaux, ou relevant d’activités de tourisme, des espèces envahissantes peuvent être introduites fortuitement. Il n’est pas possible d’interdire ces mouvements qui sont à la base du développement économique de l’archipel ou qui accompagnent la vie des habitants de l’archipel, mais il convient de les sécuriser au maximum. Rappelons ici que la voie d’entrée la plus risquée est celle du commerce des plantes ornementales.

20L’introduction d’une espèce de manière fortuite est un évènement rare qui peut avoir une incidence catastrophique. Toutefois, sa fréquence augmente avec l’importance des échanges ; elle est maximale en province Sud. Une fois introduite, une espèce envahissante se développera de manière inéluctable, à moins d’une intervention efficace menée à bon escient (après analyse de risque ou après toute autre méthode alternative préférable). Ces interventions, dont on peut recueillir la description en interrogeant les sites indiqués dans les contributions d’Andy Sheppard et de Jean-Yves Meyer, doivent être raisonnées en fonction du contexte (à titre d’exemple, la lutte biologique qui fait merveille dans des environnements insulaires de petite dimension connaît cependant parfois des faiblesses). Parmi les mesures proposées dans le cadre de cette expertise collégiale, cinq d’entre elles peuvent être assorties d’un degré d’urgence un peu plus fort. Il conviendrait ainsi :

  • D’adopter un principe d’examen préalable de chaque filière d’importation en réalisant une analyse de coût / bénéfice (ou toute autre analyse alternative). Cette analyse viendrait en appui de la décision publique d’accepter l’importation. Elle permettrait de caractériser le risque spécifique de la filière et donnerait également le cadre réglementaire et technique de suivi du risque accepté (méthode d’analyse et d’échantillonnage).
  • D’adopter le principe d’une liste négative ouverte comprenant les organismes de quarantaine, du point de vue des espèces envahissantes. L’expertise recommande l’inscription sur cette liste après ARP3 des espèces signalées dans le cadre des différentes contributions de Lloyd Loope, Jean-Yves Meyer et Hervé Jourdan. De mettre en place un programme de vigilance et d’alerte, en s’appuyant sur les systèmes régionaux diffusant des listes d’alerte (Sheppard et Loope, ce volume). (De même, les sites web signalés dans la même contribution apportent les éléments pour raisonner au cours du temps sur les risques encourus par l’archipel).
  • D’adopter un principe de responsabilité de l’importateur ou de l’exploitant, chaque fois qu’il obtient par délégation la franchise d’effectuer lui-même les détections et les surveillances.
  • De lier toute nouvelle installation à la réalisation d’une station de surveillance de la biodiversité en effectuant un point zéro : le but est de disposer, pour ce point, d’un inventaire de la biodiversité, avec un degré d’exhaustivité acceptable compte tenu des moyens disponibles. on peut choisir, si cela est possible, des indicateurs biologiques représentatifs du milieu considéré dont les modifications quantitatives ou qualitatives signent de manière certaine une atteinte du milieu. Le choix de ces indicateurs doit également tenir compte des difficultés de détermination et de la présence de personnel compétent pour reconnaître ces indicateurs servant de référence de suivi et permettant également d’argumenter en cas de litige.

Mise en place d’un réseau de surveillance

21La surveillance aux points d’entrée doit être exercée de manière différenciée pour le contrôle aux frontières externes du territoire et aux frontières internes de l’archipel. Dans le premier cas, les inspections douanières déterminent les marchandises qui demandent un traitement par les agents phytosanitaires ; il n’y a rien à changer sur ce processus. Par contre, dans le deuxième cas, il faut tenir compte des situations des trois entités de l’archipel. Les contributions de ce document nous ont montré que la Grande Terre rassemble la plupart des espèces allochtones ; il n’en est pas de même pour les îles habitées. Il convient donc d’établir un contrôle qu’il faudra raisonner en termes d’efficacité et d’acceptabilité aux frontières de ces entités. À Tahiti, qui connaît ce type de problème, d’une part les gendarmes ont été sensibilisés pour empêcher le débarquement d’animaux vivants interdits et, d’autre part, des agents de contrôle phytosanitaire (du moins là où ils existent) ont qualité pour prélever et détruire des colis contenant des produits végétaux interdits. Le transfert de plantes n’est autorisé que si les racines sont nues. Il va sans dire que la mise en place d’un tel système doit être accompagné par une opération ciblée et pertinente de communication.

22Malgré la qualité et la vigilance d’un contrôle aux frontières, il faut être conscient que toute décision d’entrée sur le territoire, prise à la suite de contrôles réalisés sur échantillons, comporte un risque. En admettant que l’analyse effectuée sur échantillon détecte de manière certaine la présence d’un éventuel contaminant, il reste qu’un échantillon n’est jamais parfaitement représentatif de la population et que l’incertitude correspondante représente le risque accepté ; il ne peut jamais être nul ! En conséquence, se contenter des contrôles aux frontières n’est pas suffisant. La force d’un système de prévention repose bien entendu sur tous ces éléments, mais il ne prend toute sa mesure qu’avec la mise en place d’un réseau de bio-surveillance.

23Ce réseau devrait comporter :

  • Toutes les stations de surveillance de la biodiversité, établies pour témoigner de l’état de la biodiversité avant toute installation industrielle, minière ou commerciale (ensemble touristique, en particulier).
  • Des stations écologiques implantées en fonction de leur représentativité des ensembles écologiques de l’archipel.
  • Un programme de surveillance assuré d’une part par des agents identifiés appartenant aux services du territoire et des provinces, pour les visites de terrain et les prises d’échantillons éventuelles, et, d’autre part, par des scientifiques mobilisés pour les examens de laboratoire (personnels de la DAVAR ou des instituts de recherche présents dans l’archipel). Il est clair que ceci demande un renfort significatif des personnels affectés à ce type d’opérations. À titre de comparaison, la conduite d’opérations de surveillance sur site sensibles pratiquée à Hawaii emploie deux agents.

24Il faut impérativement qu’une personne (ou un organisme) clairement identifiée soit investie de l’animation de ce réseau.

Mise en œuvre de procédures d’urgence

25À moins d’arrêter tous types de communication entre les entités de l’archipel, et vis-à-vis de l’extérieur, il est probable (à faible fréquence, si le système de prévention mis en place est de qualité) que des cas de développement fortuit d’espèces indésirables puissent être identifiés. Il est fondamental, dans ce cas, d’intervenir le plus tôt possible (les contributions des experts de cette expertise contiennent quelques exemples détaillant les coûts de ces éradications en fonction du temps) pour, dans un premier temps, tenter l’éradication ou, à défaut, mettre en place un programme destiné à contrôler le développement de cette espèce.

26Ceci demandera :

  • Une mobilisation des moyens publics et des énergies privées concernées, en particulier les associations naturalistes volontaires, dans le cadre d’un programme financé pour partie par le territoire, les provinces et des bailleurs de fonds intéressés par ces initiatives (EU, WWF, etc.).
  • Un programme d’éradication pour les espèces potentiellement invasives (par référence à leurs comportements signalés dans les listes d’alerte) et pour les espèces envahissantes dont le développement est encore faible (une enquête préalable est nécessaire). L’éradication est une méthode de choix, mais il convient de rester pragmatique ; elle ne peut être envisagée en toute circonstance. Quelques éléments pour raisonner correctement à propos de cette opération sont donnés dans la Question 8 (Loope et al., ce volume).
  • Un programme de lutte visant à contenir le développement des espèces installées trop fortement.

Sensibilisation des communautés par un effort constant de communication

27Ce dernier point est une condition nécessaire à la réussite de toute opération sur le sujet des espèces envahissantes, comme d’ailleurs pour toute opération destinée à protéger le patrimoine. Les contributions sur ce thème apportent des éléments pertinents pour fonder une campagne de communication. Mais il n’a pas été possible d’analyser une telle campagne faute de pouvoir disposer dans la littérature, publiée ou grise, d’analyses d’impact consacrées à une quelconque campagne de communication qui se serait déroulée sur l’archipel. Il est cependant possible de souligner quelques points importants pour la réussite d’une campagne :

  • Un travail d’évaluation (en utilisant tel ou tel indicateur pertinent de suivi, préalablement choisi) réalisé dans le cours de la campagne et à son terme permet de comprendre les raisons des réussites et des échecs et, par voie de conséquence, d’augmenter significativement au cours du temps le pourcentage de réussite des campagnes.
  • Une campagne d’information doit être mise en œuvre et s’inscrire dans le cadre du plan de conduite de la campagne. Elle est un outil de réussite de l’objectif.
  • Un problème essentiel pour la réussite de la campagne est la définition des groupes cibles. Ces groupes sont, la plupart du temps, définis par rapport à leur stratégie d’acteur. Une expérience intéressante pourrait être menée avec l’implication des entreprises minières. Elle aurait pour objectif, par une approche appropriée, de sensibiliser les ouvriers qui se succéderont sur le site et ainsi d’éviter l’entrée de produits à risques dans un sens comme dans l’autre.
  • Une campagne de formation précoce pourrait être organisée en direction des scolaires, comme cela a déjà été le cas avec le CRDP et à l’initiative de la province Sud.

Financement

28Ces propositions ont un coût. Plusieurs possibilités existent pour dégager des ressources qui permettraient de mettre en œuvre ces propositions. On pourrait envisager, par exemple, une taxe affectée à la protection de l’environnement : taxe à l’importation basée sur le volume des échanges, taxe (en partie) sur le foncier bâti, taxe sur les transports aériens, au motif des conséquences de ces actes sur l’environnement et du fait qu’une des richesses principales de l’archipel est précisément de pouvoir offrir un environnement original du fait de ses paysages, de sa flore et de sa faune.

29On peut également envisager d’exiger des responsables de projets touristiques, ou de projets industriels nouveaux, de contribuer directement à la mise en place des analyses coût / bénéfices nécessaires pour asseoir le projet mais également de contribuer aux opérations de surveillance environnementale desdits projets, en particulier pour éviter le développement d’espèces envahissantes.

30Les autres pistes de financement possibles sont, bien entendu, le recours aux dotations de l’Assemblée territoriale et des organes de décision des provinces.

31Par ailleurs, des bailleurs de fonds internationaux peuvent également être sollicités en présentant, aux guichets prévus, des dossiers cohérents, pertinents et en phase avec les objectifs des programmes de financement proposés. Ces bailleurs de fonds sont, par exemple :

  • l’Europe (voir le projet « net-biome », réseau d’échange piloté par la région de la Réunion et ressortissant au 6ème PCRD) ;
  • les organismes internationaux concernés par les questions d’environnement (FEM) (la réunion de Juin 2005 du PROE avait mis à son ordre du jour le problème des critères d’accès à l’assistance des bailleurs ).

32Mais on peut aussi concevoir une véritable politique de développement fondée sur la protection et le développement d’actions coordonnées et d’installations de parcs naturels protégés comme cela est réalisé dans nombre de pays qui ont décidé de fonder, au moins pour partie, leur développement sur un tourisme vert. En effet, l’environnement a longtemps été considéré plutôt comme une source de problèmes que comme un ensemble de ressources valorisables. Cette constatation repose sur une vision ancienne de la nature. Mais l’intérêt de chaque pays est de fonder son développement sur des activités originales et, autant que possible, à en préserver les bases. L’archipel néo-calédonien, véritable « hot spot de la biodiversité », détient une variété de paysages et possède des espèces endémiques en grand nombre. Il a donc la possibilité de développer intelligemment un tourisme vert qui, dans d’autres pays (l’exemple du Costa Rica est à cet égard exemplaire), représente l’activité économique principale, génératrice d’emploi et de devises. Il ne tient qu’aux communautés de l’archipel soit de voir disparaître tous les composants de cette exceptionnelle situation environnementale, soit de les préserver dès maintenant, puis de développer cette richesse dans le cadre d’opérations de développement fondées sur une approche de gestion rigoureuse et préservatrice.

33Dans une telle perspective, il faut concevoir un projet d’ensemble pour l’archipel, fondé du point de vue financier sur la constitution d’un fond pour l’environnement. L’abondement de ce fond se ferait alors par différentes voies :

  • l’institution de taxes ou d’un système d’aide fondé sur des prélèvements effectués sur les produits d’activités économiques directement intéressés ou impliqués par la qualité de l’environnement (comme indiqué plus haut, taxe sur le foncier bâti, sur les opérations de tourisme et proportionnellement au nombre de passagers) ;
  • des contributions volontaires, ou instituées, en provenance de projets industriels menaçants pour l’environnement.

34Ainsi, étant donné l’ampleur des risques environnementaux consentis par les communautés néo-calédoniennes pour le développement des projets miniers liés à l’exploitation du nickel, il paraîtrait logique de lier au développement de ce projet, celui d’un autre projet visant précisément à la protection de l’environnement et à l’exploitation durable de la qualité de l’environnement néo-calédonien. Il faut pour cela une volonté politique, un opérateur institutionnel dynamique, un projet structuré et ambitieux conduisant à la mise en place d’un réseau d’aires protégées (voir le SPREP ; Thomas et al., Question 3 dans ce volume) situées dans chacune des entités de l’archipel et exploitées intelligemment à l’image de ce qui se fait ailleurs (au Costa Rica, entre autres), dans le but de générer des devises et de l’emploi.

Tableau des recommandations

Tableau des recommandations

Notes

1 Budd K, 2004 - Review of biosecurity risk management in New Caledonia. Rapport pour la DAVAR de Nouvelle Calédonie. Avril, 28 p.

2 http://pacific island invasive species initiative www.ISSG.ors

3 ARP : analyse de risque phytosanitaire et environnemental

Endnotes

1 Bureau des Ressources Génétiques, 16, rue Claude-Bernard, 75231 PARIS cedex 05 - Courriel : mailto:alain.coleno@wanadoo.fr

List of illustrations

Title Tableau des recommandations
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7692/img-1.jpg
File image/jpeg, 523k

© IRD Éditions, 2006

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search