Desktop versionMobile Version

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Question 2. Quelles sont les espèces potentiellement envahissantes (végétales ou animales) faisant courir un risque environnemental majeur pour l’archipel néo-calédonien ?

Les invertébrés menaçants pour l’archipel néo-calédonien : recommandations pour leur prévention

Hervé Jourdan

Zusammenfassung

Résumé
Le développement économique actuel de la Nouvelle-Calédonie, couplé à l’augmentation des échanges commerciaux avec les pays voisins, conduit inexorablement à une augmentation des flux d’espèces candidates à une introduction (volontaire ou accidentelle), notamment pour les invertébrés envahissants ou potentiellement envahissants. Une attention toute particulière doit donc être portée aux espèces non encore présentes dans l’archipel néo-calédonien, mais reconnues comme étant des envahisseurs majeurs dans d’autres contextes insulaires et/ou d’autres régions, si l’on veut non seulement préserver les conditions pour un développement économique durable en Nouvelle-Calédonie mais aussi garantir la préservation de la biodiversité exceptionnelle de l’archipel.
Sur la base de recherches bibliographiques, nous dressons ici une liste de 541 taxons d’invertébrés susceptibles d’être introduits en Nouvelle-Calédonie. Cette liste comprend une majorité d’insectes (475 niveaux taxonomiques), pour la plupart phytophages, mais également des arachnides (29 taxons concernés), des mollusques (20 taxons concernés) et des nématodes (17 taxons concernés). Cet inventaire pourrait être utilisé comme une liste d’organismes interdits à l’importation. Cependant, pour les invertébrés, les capacités immédiates de diagnostics sont faibles, aussi, nous recommandons également de promouvoir des analyses de risques sur les voies d’entrée potentielles des principales menaces. En effet, il est plus facile de surveiller les voies d’entrée que de rechercher les espèces elles-mêmes, et d’imposer des mesures phytosanitaires adaptées pour pallier les risques d’introduction associées.
Enfin, nous rappelons que les mesures qui doivent être prises pour limiter les introductions d’espèces allochtones depuis l’extérieur du territoire, doivent également être mises en application au sein du territoire, compte tenu de la problématique « archipel » de la Nouvelle-Calédonie, avec des spécificités inter-îles fortes. Cependant, un effort d’acquisition de connaissances concernant la distribution des allochtones est nécessaire pour espérer implémenter des mesures de contrôle sur les mouvements inter-îles.

Volltext

  • 1 IRD - UMR 022 CBGP (Centre de Biologie et Gestion des Populations), Laboratoire Zoologie appliquée (...)

1Note portant sur l’auteur1

« Human activities are not random in their negative and positive impacts on biotas. Emerging evidence shows that most species are declining as a result of human activities (losers) and are being replaced by a much smaller number of expanding species that thrive in human-altered environments (winners). The result will be a more homogenized biosphere with lower diversity at regional and global scales »
M.L. McKinney et J.L. Lockwood, 1999

Introduction : contexte et objectifs

2Dans un monde globalisé, les invasions biologiques sont une menace environnementale grandissante, longtemps sous-estimée. Le développement du commerce international, la réduction des barrières douanières (et des contrôles phytosanitaires), associés à l’accélération des transports et des capacités d’échanges, sont à l’origine d’un transfert d’espèces entre territoires jamais observé au cours de l’histoire du vivant (Pimentel et al., 2000 ; Kiritani, 2001 ; Work et al., 2005). Silencieusement, partout sur la planète, les faunes et les flores se banalisent sous la pression d’envahisseurs dispersés par les activités humaines (McKinney et Lockwood, 1999 ; Mack et al., 2000). Du point de vue des populations humaines, les espèces déplacées représentent un risque sanitaire, agricole et environnemental, synonyme de pertes de ressources, de surcoûts pour les économies concernées, voire de pertes de patrimoine (disparition d’espèces). Cette situation est particulièrement sensible dans le Pacifique où des îles doivent faire face à un « bombardement » d’espèces nouvelles, alors que leurs frontières sont difficiles à défendre. Ces îles offrent des écosystèmes fragiles, avec des populations humaines aux limites de l’équilibre avec l’environnement. L’évaluation de ce risque apparaît aujourd’hui prioritaire, dans la perspective d’une gestion de l’environnement insulaire. Ainsi, le développement économique de la Nouvelle-Calédonie, associé à l’augmentation des échanges avec les pays voisins, conduit inexorablement à une augmentation (volontaire ou accidentelle) du nombre d’introductions d’espèces dont certaines ont, ou auront, un potentiel envahissant. Une attention toute particulière doit donc être portée aux espèces envahissantes non encore présentes (voir la contribution précédente), en particulier celles considérées comme espèces envahissantes majeures dans d’autres archipels, îles et pays de la ceinture tropicale. Nous présentons ici des informations relatives aux invertébrés candidats à l’introduction en Nouvelle-Calédonie, et des recommandations pour tenter de réduire le risque de leur arrivée.

Méthode retenue

3Actuellement, il existe une liste d’organismes nuisibles dont l’introduction est interdite en Nouvelle-Calédonie. Cette liste est l’objet d’une délibération du Gouvernement de Nouvelle-Calédonie [délibération 112 CP du 16 octobre 1996]. Ce texte concerne principalement des organismes phytophages et à risque agricole. L’inventaire comprend une centaine d’espèces auxquelles s’ajoutent des genres, voire des familles ou des classes indésirables (mouches des fruits, thrips, nématodes, cicadelles, scarabées, termites, etc.). Dans cette liste initiale, on remarque l’absence de mollusques. Nous rappelons également que sept espèces placées sur cette liste sont aujourd’hui établies en Nouvelle-Calédonie (Jourdan et Mille, ce volume).

4Dans le souci de compléter cette liste, nous nous sommes en premier lieu appuyés sur la réglementation disponible dans les autres collectivités françaises du Pacifique et notamment l’arrêté n°740 CM de la délibération sur la protection des végétaux en Polynésie française (n°95-42 AT du 12 juillet 1996). Ce texte fixe la liste des organismes dont l’importation en Polynésie française est interdite. Cette liste intègre aussi bien des espèces déjà présentes que certaines encore absentes de Polynésie. Nous avons ensuite élargi notre recherche aux bases de données et aux informations bibliographiques disponibles dans la région Pacifique et les régions adjacentes, pour des espèces considérées comme envahissantes dans la région et pour celles reconnues comme extrêmement dangereuses bien que non encore présentes dans la région (Waterhouse et Norris, 1987 ; Williams et Watson, 1988a, b, 1989 ; White et Elson-Harris, 1992 ; Waterhouse, 1997 ; Cowie, 1998, 2000 ; Nishida et Evenhuis, 2000 ; Shine et al., 2003 ; Harris et al., 2005).

5Rappelons que l’un des meilleurs indices de la capacité d’une espèce à s’installer et à devenir envahissante dans une nouvelle région est son histoire comme espèce envahissante (introduite), ailleurs dans le monde. Notre liste de « menaces » s’appuie donc sur ce critère, qui est reconnu comme la base des systèmes de détection précoce, en particulier en Australie, en Nouvelle-Zélande et à Hawaii. Il s’agit donc d’appliquer un principe de précaution vis-à-vis d’espèces potentiellement envahissantes, et de hiérarchiser les risques encourus.

Bilan des menaces identifiées

6Nous avons complété la liste des organismes vivants dont l’introduction est interdite dans l’archipel (Anonyme, 1996a) pour atteindre un inventaire de 541 taxons qui nous apparaissent susceptibles de s’établir dans l’archipel (Tableau 1). Cette liste comprend une majorité d’insectes (475 niveaux taxonomiques), pour la plupart phytophages, mais également des arachnides (29 taxons concernés), des mollusques (20 taxons concernés) et des nématodes (17 taxons concernés). Cet inventaire de menaces n’est ni exhaustif, ni définitif. Quoi qu’il en soit, si au premier abord cet effort semble théorique et descriptif, il a le mérite d’illustrer la diversité du risque.

7D’un point de vue plus opérationnel, cet inventaire doit également permettre d’envisager la mise en place d’une liste élargie d’organismes interdits à l’introduction et, par conséquent, la possibilité de demander des traitements phytosanitaires adaptés (fumigation, traitement à la chaleur, etc.). Une telle liste doit également permettre d’identifier les circuits à risque (origine des expéditions, voies d’entrée, matériaux à risques, etc.) sous réserve de la mise en place d’une structure (cellule ou agence, par exemple) capable de prendre en charge des analyses de risques ciblées sur des priorités définies par les autorités compétentes (voir également Jourdan et Mille, ce volume). La mise en place d’analyses de risques contribue à orienter les efforts de veille. À titre d’exemple, aux États-Unis, Work et ses collaborateurs (2005) estiment la fréquence d’interception d’une nouvelle espèce d’insecte par voie maritime (cargaisons réfrigérées) à une interception tous les 54 contrôles. Ces mêmes auteurs signalent également que le risque d’introduction d’insectes est plus grand pour les cargaisons réfrigérées, plutôt que celles non réfrigérées. Ce type de données doit servir pour orienter les efforts de contrôle à réaliser en Nouvelle-Calédonie (effort proportionnel, selon les volumes de marchandises).

8En outre, l’inventaire d’espèces reconnues comme menaçantes contribue à démontrer les lacunes actuelles de connaissances. D’où la nécessité de connaître au préalable les espèces déjà présentes en Nouvelle-Calédonie. En particulier, doit-on adopter l’approche de la Polynésie française qui inclut dans la liste des espèces interdites celles qui sont déjà présentes (Anonyme, 1996b) ?

9En effet, parmi les invertébrés allochtones déjà présents, il peut exister des espèces potentiellement vectrices de pathogènes, notamment pour les plantes. Une multiplication de l’introduction de nouvelles populations peut contribuer à faire entrer le pathogène associé qui est pour l’instant absent. Pour intégrer ce volet, un travail spécifique est à accomplir, impliquant également des compétences en phytopathologie. Cela illustre la nécessité de la mise en place d’une cellule spécifiquement dédiée aux problèmes phytosanitaires à l’entrée en Nouvelle-Calédonie.

10A partir de cet inventaire, deux points-clés émergent pour la mise en œuvre d’une surveillance : 1) la capacité de diagnostic à l’entrée du territoire et 2) l’estimation de la pression de propagule. Nous allons détailler ces deux points.

La capacité de diagnostic à l’entrée du territoire

11Quelle doit être la capacité immédiate de diagnostic par les agents affectés à l’inspection et au contrôle aux frontières (quel niveau souhaitable) et avec quel effort d’inspection ?

12La plupart des invertébrés peuvent passer le filtre de l’inspection sous différentes formes : œufs, larves, nymphes ou imago (forme adulte). Chacune de ces formes de vie n’a pas forcément une nuisance identique, n’utilise pas nécessairement les mêmes voies d’entrée, et ne requiert pas les mêmes mesures de surveillance ou de prévention. En outre, nous rappelons que l’installation de plusieurs individus n’est pas forcément requise : pour certaines espèces hermaphrodites (en particulier les mollusques pulmonés terrestres et d’eau douce, Stylommatophora et Basommatophora, respectivement) on peut imaginer que l’introduction d’un seul individu pourrait conduire à une invasion. Il en va de même pour les espèces qui pratiquent le stockage de spermatophores ou qui présentent des spermathèques : une seule femelle fécondée peut suffire à établir une nouvelle population (en particulier des limaces, ou des insectes sociaux). Ce même commentaire s’applique pour les espèces parthénogénétiques (comme certains pucerons, ou l’altise Chaetocnema confinis arrivée par les vents d’altitude, qui maintiennent des populations pérennes asexuées ; P. Jolivet, communication personnelle).

13Les capacités immédiates de diagnostic sont a priori réduites, aussi, nous recommandons également de promouvoir des analyses de risques sur les voies d’entrée potentielles des principales menaces. En effet, il est plus facile de surveiller ces voies d’entrée que de rechercher les espèces elles-mêmes, et d’imposer des mesures phytosanitaires adaptées pour pallier aux risques d’introduction.

L’estimation de la pression de propagule

14Selon Lockwood et ses collaborateurs (2005), il s’agit d’un paramètre primordial : plus une espèce candidate à une introduction est régulièrement déplacée, plus le risque d’observer une incursion de cette espèce grandit (entrée et établissement d’un organisme précédemment inconnu en Nouvelle-Calédonie). L’augmentation des échanges accroît inexorablement cette pression.

15Cet aspect nécessite la mise en place d’une procédure centralisée d’archivage (base de données) de toutes les interceptions (identité de l’organisme, les conditions de l’interception, zone d’origine, voie d’entrée utilisée, stades détectés, etc.) pour adapter la stratégie de surveillance et réduire le risque d’introduction. Nous rappelons qu’il existe déjà un outil standardisé pour le Pacifique (Pest list database) qui est développé par la Communauté du Pacifique (CPS) et dont l’utilisation et le maintien doivent être généralisés et mutualisés entre les différents services techniques concernés.

Les principaux modes et voies d’entrée identifiés pour les invertébrés allochtones

Dans les milieux terrestres

16Les activités pour lesquelles les risques sont importants concernent le commerce des plantes ornementales, les activités relevant de l’agriculture et de l’élevage, la foresterie et l’agro-foresterie, les importations alimentaires, les activités concernant la réhabilitation et la re-végétalisation des sites miniers, et celles relevant de l’aménagement urbain. Plus spécifiquement, les mesures de veille à l’entrée du territoire devraient être particulièrement renforcées pour :

  • Les produits horticoles (fleurs coupées, plantes vivantes, graines, mottes de gazon, paillage, etc.) qui constituent une source très importante de propagation d’invertébrés. L’explosion actuelle de la demande de produits d’horticulture au niveau mondial est très important (développement des jardineries, etc.).
  • Les produits agricoles (à l’exclusion des produits horticoles), s’agissant principalement des importations alimentaires (les fruits et légumes, en particulier), qui sont une source d’entrée d’insectes ou de mollusques. Cependant, les importations de semences, d’aliments pour animaux ou de scions en arboriculture sont également à risque.
  • Le transport de sol, car de nombreux invertébrés (et plus particulièrement leurs œufs) sont facilement transportés dans le sol, notamment pour les mollusques, les insectes mais également des nématodes, et des oligochètes. Ces sols contaminés peuvent être transportés délibérément avec des produits agricoles ou des produits horticoles (tels que les plantes en pots), des sols transportés en vue d’aménagements paysagers, pour de la fumure de surface. Du sol peut également être déplacé accidentellement avec des produits agricoles ou horticoles, mais également sur des véhicules ou des engins (de chantier, de mines, etc.). Pour ces raisons, l’expédition ou le transport de sols sont prohibés dans de nombreux pays, notamment aux États-Unis (Cowie et Robinson, 2003).
  • Les introductions en vue de programmes de lutte biologique. Le cas particulier de la lutte biologique a déjà été évoqué par Jourdan et Mille (ce volume). Il doit y avoir un strict encadrement des auxiliaires en appliquant le principe de précaution, c’est-à-dire introduire une espèce uniquement lorsque cette introduction est synonyme d’une plus-value évidente pour les populations humaines. Aujourd’hui, il existe un certain nombre de lignes directrices (guidelines) qui permettent de contrôler le processus (FAO, 2005 ; NAPPO, 2000). Cela suppose également le développement d’infrastructures adaptées et spécialisées, tel un laboratoire de quarantaine suffisamment sécurisé pour permettre d’introduire tout agent biologique, et de réaliser des contrôles de spécificités alimentaires et/ou parasitaires en évitant tout risque d’échappement dans la nature.
  • Le transport de marchandises (produits commerciaux, effets personnels) qui peuvent contribuer aux déplacements d’insectes, d’escargots, de limaces, d’arachnides, etc., soit par les produits eux-mêmes, soit par leurs emballages ou par les containers qui les transportent. En outre, la contamination peut avoir lieu dès le point d’origine de l’expédition des marchandises mais également au cours de la route empruntée, notamment pour tout ce qui concerne les emballages. Il est donc crucial de connaître les temps d’entreposage sur des quais ou d’autres endroits pouvant promouvoir une contamination. Il est également important, lors des inspections de cargaisons, de veiller à l’état extérieur des emballages et des containers (propreté, etc.), mais également d’envisager des mesures strictes en ce qui concerne la destruction des emballages à risque (caisses en bois, palettes, carton alvéolé, etc.).
  • Les véhicules /avions sur lesquels peuvent se fixer de nombreux organismes (mollusques, araignées, etc.) pouvant ainsi être transportés là où le véhicule est déplacé. Des mesures de contrôle, de nettoyage et de traitements préventifs sont à promouvoir.

17Pour ces deux dernières catégories de surveillance, les risques associés relèvent de la propagation d’espèces dites « auto-stoppeuses » (hitchhickers, pour les anglo-saxons). De nombreux arachnides, mollusques et insectes (en particulier sociaux) appartiennent à cette catégorie de menace.

Dans les milieux dulçaquicoles

18Deux activités principales présentent un risque d’introduction d’invertébrés allochtones : l’aquaculture et l’aquariophilie.

19Dans la perspective du développement de filières aquacoles (crustacés décapodes, en particulier), il est indispensable d’adopter un principe de précaution à l’image de ce qui est préconisé pour la lutte biologique : autoriser les introductions, uniquement après des études spécifiques, et notamment lorsque cette introduction est synonyme d’une plus-value évidente pour les populations humaines.

20L’aquariophilie constitue une voie majeure d’introduction pour les mollusques aquatiques. De nombreuses espèces de mollusques d’eau douce sont déplacées autour de la planète pour être vendues dans les animaleries et pour être utilisées en aquariophilie. Ces organismes peuvent alors être libérés ou s’échapper pour établir des populations dans la nature. Ce sont par exemple des Ampullariidae (Pomacea spp., Marisa cornuarietis), des Viviparidae (Cipangopaludina chinensis), des Planorbidae (Helisoma spp., Planorbis spp.), des Physidae et des Lymnaeidae (Radix auricularia), voire même des Thiaridae (Cowie, 1998, 2000 ; Cowie et Robinson, 2003). Ces organismes peuvent être également transportés accidentellement avec des plantes ou des poissons destinés à l’aquariophilie. Plusieurs de ces familles sont associées à des problèmes de santé publique : plusieurs espèces d’Ampullariidae et de Thiaridae sont des vecteurs de schistosomiases humaines (Cowie et Robinson, 2003).

21L’homme est responsable de nouvelles combinaisons d’espèces qui forment ou formeront les écosystèmes du futur. Aussi, les sociétés se doivent de gérer l’environnement en intégrant ce nouveau risque anthropique. Ce risque envahissant doit être pris en compte pour anticiper de possibles arrivées catastrophiques. Un renforcement des stratégies de contrôle et de gestion des frontières est nécessaire.

22Pour se prémunir de la propagation de nouvelles espèces d’invertébrés allochtones, il apparaît donc nécessaire d’augmenter le niveau d’inspection, ciblé sur des risques prédéfinis (des voies d’entrée). Le rapport Budd (2004) sur les mesures de biosécurité en Nouvelle-Calédonie souligne également ce point : les stratégies destinées à se prémunir d’une introduction accidentelle, d’une contamination ou d’un « autostoppeur » associé à une voie d’entrée (bateaux, containers, effets personnels, etc.) ont besoin d’être développées en Nouvelle-Calédonie. Le volet réglementaire est également à renforcer : des dispositions plus strictes pour imposer des traitements préventifs, avec la possibilité du rejet des cargaisons contaminées ou non traitées (externaliser le coût du risque pour la Nouvelle-Calédonie en imposant aux pays exportateurs de traiter les risques pour la Nouvelle-Calédonie). Il existe donc une dimension réglementaire pour décourager les infractions, tout en promouvant l’information sur le risque envahissant.

23Rappelons également que le succès d’un service de quarantaine ne peut s’évaluer à partir des seules données d’interception, mais au travers des données des espèces qui s’établissent. En effet, le nombre d’espèces qui s’installent au cours du temps permet d’évaluer l’efficacité des mesures de quarantaine : si ce nombre diminue, on peut estimer qu’il y a une certaine efficacité des procédures mises en place. Il apparaît donc essentiel de maintenir une base de données des interceptions, des dates d’introductions et des établissements de poulations afin d’être en mesure d’évaluer l’efficacité des dispositifs appliqués et ainsi d’ajuster ou de renforcer éventuellement les mesures en fonction de l’évolution de ce suivi temporel.

24Au-delà de l’inventaire de la liste des invertébrés candidats, il est nécessaire de développer des outils de prévision pour établir, à l’échelle du territoire concerné, les capacités d’installation et de propagation d’espèces indésirables. Au cours des dernières années, la capacité à prédire les espèces qui risquent d’envahir de nouvelles régions s’est améliorée grâce à l’analyse rétrospective d’un nombre de plus en plus important d’invasions réussies (Kolar et Lodge, 2001). Certains paramètres permettent d’affiner la définition des espèces à risque, voire des écosystèmes candidats : les facteurs historiques, les traits d’histoire de vie, et l’adaptation climatique (Duncan et al., 2001). Parmi les facteurs historiques, l’augmentation de la pression de propagule est un facteur important (Lockwood et al., 2005) : plus on offre d’opportunités d’introduction à une espèce, plus elle a des chances de finir par s’implanter. Les traits d’histoire de vie (comportement, morphologie, mode de reproduction, etc.) et le recouvrement climatique entre aire d’origine et aire d’introduction (climate matching) sont des paramètres déterminants du succès (Duncan et al., 2001 ; Kolar et Lodge, 2001 ; Morrison et al., 2004).

25À toutes fins utiles, nous rappelons que les caractéristiques suivantes sont favorables pour qu’un invertébré constitue un envahisseur potentiel (Ehrlich, 1986 ; Simberloff, 1989 ; Lodge, 1993 ; Moller, 1996 ; Williamson, 1996 ; Kolar et Lodge, 2001) :

  • une large niche écologique (polyphagie, plasticité physiologique, entre autres) ;
  • un taux intrinsèque d’accroissement élevé ;
  • une grande variabilité génétique ;
  • la capacité des femelles à coloniser seules ;
  • et enfin l’association à l’homme.

26Mais ces éléments ne peuvent être intégrés qu’à l’occasion d’études de risques spécifiques, prenant en compte les voies d’entrée potentielles. Cela suppose la mise sur pied d’une structure dédiée à ces problèmes en fonction de priorités affichées (espèces et régions cibles) par les autorités compétentes (services ruraux, etc.).

27Rappelons également que les chances d’éradication sont meilleures lorsque l’invasion est détectée tôt et que les exemples d’éradications d’invertébrés sont rares, du fait souvent d’un défaut de détection précoce (Myers et al., 2000 ; Veitch et Clout, 2001).

Principales recommandations

28À l’issue de cette mise au point sur les invertébrés à risque pour l’archipel néocalédonien, quelques recommandations importantes peuvent donc être proposées pour éviter l’entrée d’invertébrés allochtones :

  1. Compléter l’inventaire des invertébrés allochtones en Nouvelle-Calédonie (naturalisés / envahissants). Des inventaires dans les différents îles habitées (les îles Loyauté, les îles Bélep, l’île des Pins et l’île Ouen) doivent être menés afin d’avoir un meilleur aperçu de la distribution géographique des espèces allochtones, informations actuellement lacunaires, voire absentes pour certaines entités géographiques.
  2. Compléter et renforcer la réglementation existante, avec l’établissement d’une liste d’organismes absents de l’archipel et interdits à l’importation, ainsi qu’une liste d’espèces déjà présentes en Nouvelle-Calédonie à ne pas promouvoir ou transporter dans l’archipel (la liste dressée ici pouvant servir de document de base). Dans un second temps, il serait peut être envisageable de substituer à cette liste « noire », une liste d’espèces autorisées à l’importation, toutes les autres étant interdites, à moins qu’un pétitionnaire désirant réaliser une introduction ne démontre l’innocuité de l’importation. Une telle approche permet d’avoir une réponse rigoureuse sur les introductions (Simberloff, 2003). La limite à cette modification est d’avoir une idée précise des espèces présentes dans l’archipel, mais également de disposer d’experts susceptibles de mener les études de risques associés.
  3. Renforcer la surveillance et la vigilance par des contrôles accrus aux points d’entrée du territoire, mais également renforcer la veille sur les voies d’entrée les plus à risques (comme les produits horticoles, les containers, respectivement).
  4. Renforcer la collaboration régionale (États voisins du Pacifique) et internationale en matière de gestion (lutte, recherche, sensibilisation, réglementation), en particulier sur les méthodes de lutte efficaces et adaptées (chimique ou biologique).
  5. Mettre en place un protocole de détection (du type early warning system) des espèces potentiellement envahissantes (« espèces dormantes » ou en phase de latence) grâce à un réseau de surveillance (réseau d’agents du développement rural, personnel des services phytosanitaires d’interception, entre autres). Ce protocole doit être couplé à des protocoles d’éradication précoce (du type emergency response plan).
  6. Fournir une meilleure information sur les espèces envahissantes en général afin de sensibiliser les professionnels (pépiniéristes, jardineries, aquariophiles, paysagistes, agriculteurs, etc.), les autorités locales (communes, services phytosanitaires, services des forêts, de l’agriculture et de l’élevage, de l’environnement, des parcs et réserves, douanes), mais également le grand public.

29Pour terminer, nous rappelons que les mesures qui doivent être prises pour limiter les introductions d’espèces allochtones depuis l’extérieur du territoire doivent également être mises en application à l’intérieur du territoire, compte tenu de la problématique « archipel » de la Nouvelle-Calédonie, avec des spécificités inter-îles fortes. Cependant, un effort d’acquisition de connaissances sur la distribution des allochtones est nécessaire pour espérer mettre en œuvre des mesures de contrôle sur les mouvements inter-îles.

Remerciements

30Je remercie Rémy Amice (SIVAP, DAVAR) et Jean-Yves Meyer (Délégation à la Recherche de Polynésie Française) pour la transmission d’informations sur la réglementation en Nouvelle-Calédonie et Polynésie française, Christian Mille (SRFP Pocquereux, IAC) pour sa relecture critique et ses commentaires constructifs, Jean Chazeau pour sa relecture attentive et ses commentaires et Sylvie Cazères (SRFP Pocquereux, IAC), pour son aide dans la saisie et la mise à jour des données taxonomiques.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Anonyme, 1996a - Délibération relative au contrôle sanitaire des végétaux ou produits végétaux à l’importation et à l’exportation. Délibération 112/CP du 16 octobre 1996, Congrès du Territoire de Nouvelle-Calédonie. J.O du 19 novembre 1996 : 45-66

Budd K., 2004 - A Review of biosecurity risk management in New Caledonia. Rapport de Consultance pour la DAVAR. Auckland, The AgriChain Centre Ltd, 28 p.

Cowie R.H., 1998 - Patterns of introduction of non-indigenous non-marine snails and slugs in the Hawaiian Islands. Biodiversity and Conservation 7(3) : 349-368.

Cowie R.H., 2000 - « Non-indigenous land and freshwater molluscs in the islands of the Pacific : conservation impacts and threats ». In Sherley G. (ed) : Invasive species in the Pacific : a technical review and draft regional strategy. Apia, Samoa, South Pacific Regional Environment Programme : 143-172.

Cowie R.H., Robinson D.G. 2003 - Pathways of introduction of nonindigenous land and freshwater snails and slugs. In Ruiz G., Carlton J. (eds) : Invasive species : vectors and management strategies. washington, DC, island Press : 93-122

Duncan R.P., Bomford M., Forsyth D.M., Conibear L. 2001 - High predictability in introduction outcomes and the geographical ranges size of introduced Australian birds : a role for climate. Journal of Animal Ecology, 70 : 621-632.

Ehrlich P.R., 1986 - Which animal will invade ? In : Mooney H.A., Drake J.A. (eds) : Ecology of biological invasions of North America and Hawaii. New York, Springer Verlag : 79-95.

Fao, 2005 - Directives pour l’exportation, l’expédition, l’importation et le lâcher d’agents de lutte biologique et autres organismes utiles. Normes Internationales pour les Mesures Phytosanitaires, NIMP n° 3. Paris, FAO, CIPV, 33 p.

Harris R., Abbott K., Barton K., Berry J., Don W., Gunawardana D., Lester P., Rees J., Stanley M., Sutherland A., Toft R., 2005 - Invasive ant pest risk assessment project for Biosecurity New Zealand. Series of unpublished Landcare Research contract reports to Biosecurity New Zealand. BAH/35/2004-1.

Kiritani K., 2001 - Invasive insect pests and plant quarantine in Japan. Extension Bulletin of the Food and Fertilizer Center, Taipei, 498 : 1-12.

Kolar C.S., Lodge D.M. 2001 - Progress in invasion biology : predicting invaders. Trends in Ecology and Evolution, 16(4) : 199-204.

Lockwood J., Cassey P., Blackburn T., 2005 - The role of propagule pressure in explaining species invasions. Trends in Ecology and Evolution, 20(5) : 223-228.

Lodge D.M., 1993 - Biological Invasions : lessons for ecology. Trends Ecology & Evolution, 8(4) : 133-137

Mack R.N., Simberloff D., Lonsdale W.M., Evans H., Clout M., Bazzaz F.A., 2000 - Biotic invasions : causes, epidemiology, global consequences, and control. Ecological Society of America, Issues in Ecology No. 5, 20 p.

McKinney M.L., Lockwood J.L., 1999 - Biotic homogenization : a few winners replacing many losers in the next mass extinction. Trends in Ecology and Evolution, 14(11) : 450-453

Moller H., 1996 - Lessons for invasion theory from social insects. Biological Conservation, 78(12) : 125-142. Morrison L.W., Porter S.D., Daniels E., Korzukhin M.D., 2004 - Potential global range expansion of the invasive fire ant, Solenopsis invicta. Biological Invasions, 6 : 183-191

Myers J.H., Simberloff D., Kuris A.M., Carey J.R., 2000 - Eradication revisited : dealing with exotic species. Trends in Ecology & Evolution, 15(8) : 316-320.

Nappo, 2000 - Guidelines for petition for release of exotic entomophagous agents for the biological control of pests (RSPM N° 12). Ottawa, Secretariat of the North American Plant Protection organization, 9 p.

Nishida G.M., Evenhuis N.L., 2000 - « Arthropod pests of conservation significance in the Pacific : a preliminary assessment of selected groups ». In Sherley G. (ed) : Invasive species in the Pacific : a technical review and draft regional strategy. Apia, Samoa, South Pacific Regional Environment Programme : 115-142.

Pimentel D., Lach L., Zuniga R., Morrison D., 2000 - Environmental and economic costs of nonindigenous species in the United States. Bioscience, 50(1) : 56-65.

Shine C., Reaser J.K., Gutierrez A.T. (eds.), 2003 - Invasive alien species in the Austral Pacific Region : National Reports & Directory of Resources. Global invasive species Programme, Cape Town, south Africa, 189 p.

Simberloff D., 1989 - « Which insect introduction suceed and which fail ? » In Drake J. A., Mooney H. A., Di Castri F., Groves R.H., Kruger K.J., Rejmanek M., Williamson M. (eds.) : Biological invasions : A global perspective. Chichester, John Wiley & Sons : 61-75.

Simberloff D., 2003 - Confronting introduced species : a form of xenophobia ? Biological Invasions, 5 : 179-192

Veitch C.R., Clout M.N. (eds.), 2001 - Turning the Tide : the Eradication of Invasive Species. Proceedings of the international Conference on Eradication of island Invasives. Occasional Paper of the IUCN Species Survival Commission 27, 422 p.

Waterhouse D.F., 1997 - The major invertebrate pests and weeds of agriculture and plantation forestry in the southern and western pacific. Canberra, Aciar, 93 p.

Waterhouse D.F., Norris K.R., 1987 - Biological control, Pacific prospects. Melbourne, ACIAR, Inkata Press, 454 p.

White I.M., Elson-Harris M.M., 1992 - Fruit flies of economic significance : Their identification and bionomics. London UK, CABI-ACIAR, 601 p.

Williams D.J., Watson G.W., 1988a - The Scales Insects of the Tropical South Pacific Region, Part 1 : The armoured scales (Diaspididae). CAB International Institute of Entomology, Wallingford, 290 p.

Williams D.J., Watson G.W., 1988b - The Scales Insects of the Tropical South Pacific Region, Part 2 : The Mealybugs (Pseudococcidae). Wallingford, CAB International Institute of Entomology, 260 p.

Williams D.J., Watson G.W., 1989 - The Scales Insects of the Tropical South Pacific Region, Part 3 : The soft scales (Coccidae) and other families. Wallingford, CAB International Institute of Entomology, 268 p.

Williamson M., 1996 - Biological Invasions. London, Chapman & Hall, 244 p.

Work T.T., McCullough D.G., Cavey J.F., Komsa R., 2005 - Arrival rate of non indigenous insect species into the united states through foreign trade. Biological Invasions, 7(2) : 323-332.

Anonyme, 1996b. - Délibération n° 93-155 AT du 3 décembre 1993 portant protection des végétaux sur l’ensemble du territoire de la Polynésie française. Journal Officiel de la Polynésie Française du 23 décembre 1993, n° 50 : 2179

Sites internet visités

100 of the World’s Worst Alien Invasive Species ISSG/IUCN : http://www.issg.org/database/welcome/

Direction des Affaires Vétérinaires, Alimentaires et Rurales, Gouvernement de la Nouvelle-Calédonie : http://www.davar.gouv.nc/

EPPO, European plant Protection organisation : http://www.eppo.org/QUARANTINE/AlertList/alertlist.htm

IUCN (The World Conservation Union)/SSC (Species Survival Committee) ISSG (Invasive Species Specialist Group). www.issg.org/features/invasives_on_tonga.html.

HEAR (Hawaii Ecosystem at Risk Project), Pacific Island Ecosystems Research Center, USGS.

www.hear.org/galapagos/invasives/topics/management/plants/projects/species.htm

http://www.landcareresearch.co.nz/research/biosecurity/stowaways/Ants/ant_pest_risk.a

North American Plant protection Organisation : http://www.nappo.org

Pacific island pest list Database, South Pacific Comission : http://www.spc.int:8088/pld/index.jsp/

OMC, 1998. Mesures sanitaires et phytosanitaires : Comprendre l’Accord de l’OMC sur les mesures sanitaires et phytosanitaires. Disponible sur : http://www.wto.org/french/tratopf/spsf/spsundf.htm.

PIER (Pacific Ecosystems at Risk Project). Institute of Pacific Islands Forestry, USDA Forest Service. www.hear.org/pier/.

Endnoten

1 IRD - UMR 022 CBGP (Centre de Biologie et Gestion des Populations), Laboratoire Zoologie appliquée, BP A5 -98848 Nouméa Cédex -Nouvelle-Calédonie - Courriel : mailto:Herve.jourdan@noumea.ird.nc

© IRD Éditions, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search