Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Première partie. Synthèse et Recommandations

Annexe 1. Cahier des charges de l’Expertise collégiale

Texte intégral

INTRODUCTION

1L’archipel néo-calédonien possède des spécificités dont il faut tenir compte dans chacune des contributions à l’expertise (insularité, climat subtropical, diversité culturelle, situations différentes selon les provinces, situation institutionnelle, 0,5 % de la biodiversité mondiale).

Éléments de contexte

  1. Mobilisation régionale et internationale sur le sujet des espèces envahissantes (initiatives des collectivités territoriales, des chercheurs, de l’UICN, positionnement de la Nouvelle-Calédonie (NC) par rapport à la stratégie régionale Pacifique Sud, projet d’insertion de la NC dans le plan national de la biodiversité…).
  2. Heurts et malheurs des introductions.
  3. Réalité du contrôle sanitaire aux frontières, insuffisance du contrôle des risques environnementaux.

Périmètre de l’analyse

  1. Définition retenue par les commanditaires : « une espèce envahissante est une espèce exogène (allochtone, exotique, importée) dont l’introduction, volontaire ou fortuite, mais surtout la prolifération dans des milieux naturels ou semi-naturels provoque, ou est susceptible de provoquer, des nuisances dans l’archipel calédonien ». Cette définition exclut donc du champ de l’expertise des espèces locales qui développeraient un caractère envahissant (niaoulis, loriquets,...). Elle met l’accent sur le caractère incontrôlable ou difficilement maîtrisable de sa prolifération (adaptée de la définition de l’UICN).
  2. Limitation au milieu terrestre, dont les eaux douces.
  3. En ce qui concerne les agents pathogènes, limitation aux vecteurs biologiques.

OBJECTIF EXPERTISE COLLÉGIALE (EC)

2Apporter des éléments constitutifs d’un système de bio-sécurité pertinent et efficace pour l’archipel néo-calédonien, à partir d’une analyse scientifiquement fondée :

  • des systèmes de bio-sécurité des pays de la zone Pacifique sud ;
  • des risques liés à l’introduction et à la prolifération d’espèces allochtones en Nouvelle-Calédonie.

QUESTIONNEMENT DE L’EXPERTISE COLLÉGIALE

Aspects biologiques

  1. Analyse de la situation des espèces envahissantes (EE) présentes et susceptibles d’entrer en NC : inventaire.
  2. Typologie des risques potentiels (analyse critique des critères de classement et de hiérarchisation, analyse des voies d’entrée, évaluation des risques) permettant d’établir des listes positives pour la Nouvelle-Calédonie.
  3. Cahier des charges d’une introduction autorisée.
  4. Analyse critique des éléments techniques dans la prise en compte des systèmes de bio-sécurité (prévention, surveillance, éradication, contrôle).
  5. Définition des outils permettant l’évaluation de l’impact environnemental : applicabilité au contexte des EE et des différents contextes écologiques néo-calédoniens.

Aspects socio-économiques et réglementaires

  1. Analyse de la communication sur le risque lié aux EE (ou sur un thème comparable).
    • Étude de deux campagnes de communication permettant la prise en compte de certaines des spécificités néo-calédoniennes (insularité, diversité culturelle…). L’une de ces 2 campagnes doit avoir fait l’objet d’une étude d’impact.
    • Construction d’une grille d’analyse de terrain applicable en NC (vecteurs d’information, perception et acceptabilité des risques, conditions de réussite ou d’échec de la mise en place d’un dispositif collectif).
  2. Étude comparée de quelques dispositifs juridiques et réglementaires utilisés en zones insulaires.
    • Mise en évidence des caractéristiques essentielles d’un système de bio-sécurité (structure, coordination, fonctionnement, coût, gestion de crises) en tenant compte à la fois du contexte institutionnel de la Nouvelle-Calédonie et des interactions NC vs extérieur, mais également des relations inter-provinciales.
    • Mode de financement.
  3. Analyse des critères de construction d’une étude coût/bénéfice appliquée au risque environnemental, adaptée à chacune des EE et aux différents contextes écologiques (Grande Terre et îles Loyauté).

Conditions d’efficacité d’un système de bio-sécurité néo-calédonien

  1. Réactivité/inertie.
  2. Partage/regroupement des compétences (technique, missions, financement).
  3. Plans d’urgence.

Faisabilité d’une étude prospective sur scénarios

  1. Simulation d’une introduction (fourmi de feu) et d’une prolifération (miconia) d’EE sur la Grande Terre et sur les îles Loyauté.
  2. Étude coût/bénéfice.

3Pour cette étude, il faut impérativement un expert local référent pour chacun des cas.

PLAN DE TRAVAIL DU COLLÈGE D’EXPERTS

Inventaire

4Question 1 : Les îles de Nouvelle-Calédonie sont-elles toutes affectées de façon comparable par les invasions biologiques ? Question abordée à travers l’analyse de quelques groupes taxonomiques.

5Question 2 : Quelles sont les espèces potentiellement envahissantes (végétales ou animales) faisant courir un risque environnemental majeur pour l’archipel néo-calédonien ?

Évaluation des risques et des conséquences (environnementales et socio-économiques) des introductions volontaires ou non

6Question 3 : Pour les espèces décrites comme menaçantes à la « question 2 », quelles caractéristiques locales (de l’environnement, du système de surveillance) doit-on identifier comme essentielles pour évaluer la probabilité d’invasion dans le contexte néo-calédonien ? Il s’agira de présenter la succession d’événements conduisant à un envahissement du milieu (importation volontaire ou non, installation, propagation durable, etc.) et de mettre en lumière les points de contrôle possibles associés à chaque étape du processus d’invasion.

7Note : tenir compte de la situation particulière (en « bout de chaîne ») des îles de l’archipel dans leurs relations avec la Grande Terre.

8Question 4 : Comment évaluer les conséquences probables sur l’environnement d’une introduction non maîtrisée, à partir de cas d’invasions connus et documentés dans le Pacifique. Exemples : le rat noir (province des îles Loyauté), la fourmi de feu, le miconia (Tahiti).

9Question 5 : Analyse des méthodes usuelles de valorisation des biens environnementaux comme biens publics (services non-marchands). Différencier ensuite les différents types de coûts associés aux espèces envahissantes : coûts directs, perte de biodiversité, coûts de prévention et de contrôle. Discuter des options envisageables (à partir de la littérature) en terme de partage de ces coûts entre les parties prenantes (entreprises, collectivités, transporteurs, consommateur final, etc.).

10Note : tenir compte de la situation particulière (en « bout de chaîne ») des îles de l’archipel dans leurs relations avec la Grande Terre.

11Question 6 : Sur quelles bases, et de quelles manières, conduire une analyse coût/bénéfices intégrant différents scénarios d’introduction, et permettant d’appuyer une politique de contrôle raisonnée ? Discuter de la façon dont une telle analyse pourrait être appliquée à la décision d’autoriser l’importation d’une espèce potentiellement envahissante, telle que la fougère arborescente d’Australie (plante ornementale).

Analyse critique des mesures de contrôle et des méthodes d’intervention

12Question 7 : Quels sont les éléments d’un système de détection et de surveillance après l’introduction ? Peut-on en évaluer l’efficacité ?

13Question 8 : Dans la situation où elles expriment actuellement ce potentiel, quelles sont les mesures d’éradication ou de gestion qui ont déjà été prises (ou expérimentées) ? Peut-on en évaluer l’efficacité ?

14Question 9 : Compte tenu de toutes ces informations, peut-on établir un tableau des risques encourus par la Nouvelle-Calédonie ?

Biosécurité, analyse et propositions

15Question 10 : Analyser la pertinence de quelques systèmes de biosécurité des espèces envahissantes mis en place par quelques pays de la zone du Pacifique. Quelles en sont les caractéristiques techniques, juridiques, organisationnelles ?

  • Par quels critères ou de quelles manières pourrait-on apprécier, pour chacune des espèces candidates, l’aptitude à devenir envahissante ?
  • Dans les îles du Pacifique, où les EE sont encore absentes, quelles mesures ont été mises en place pour prévenir leur introduction ? Peut-on analyser leur pertinence et leur efficacité ? Cas d’étude : insectes (Hawaï).
  • Les propositions doivent tenir compte des différentes voies d’entrée possibles dans chacune des entités constituant l’archipel néo-calédonien.

16Question 11 : Analyser de la même manière le système néo-calédonien.

17Question 12 : Faire toutes les suggestions portant sur la pertinence, la cohérence, la structure et le fonctionnement de ce système.

Communication sur le risque

18Question 13 : Présentation rapide des avantages et des inconvénients comparés des campagnes de communication et de formation, par rapport à des instruments réglementaires, dans un contexte de réduction des risques environnementaux. Analyse des conditions d’efficacité de campagnes différenciées, selon les avertissements diffusés : populations ciblées, vecteurs de diffusion, relais de l’information mobilisés.

19Question 14 : Présenter les objectifs de campagnes de communication et de sensibilisation aux risques liés aux espèces envahissantes, notamment dans le Pacifique. Préciser les modalités de mise en place et les performances, le cas échéant, de campagnes différenciées (par site, zone géographique), ainsi que la prise en compte des aspects culturels et communautaires.

20Question 15 : Analyser deux campagnes de communication en Nouvelle-Calédonie visant à sensibiliser la population à risques environnementaux ou sanitaires, et en tirer des conclusions pour les spécificités néo-calédoniennes. L’une des deux études doit avoir fait l’objet d’une étude d’impact.

21Question 16 : En fonction des différents éléments présentés aux questions 13, 14 et 15, construire une grille d’analyse permettant de mettre en place une analyse de terrain en Nouvelle-Calédonie. Cette analyse de terrain ne sera pas réalisée dans le cadre de l’expertise. Faire des suggestions sur la façon dont les messages d’information pourraient être structurés afin d’être pertinents en terme d’impact réel (modification des comportements) et par conséquent, de permettre l’implication de la population néo-calédonienne.

LA NOUVELLE-CALÉDONIE ET LES ESPÈCES ENVAHISSANTES

Carte 3. Les provinces « politiques » de Nouvelle-Calédonie

Province Sud
La lutte contre les espèces envahissantes fait partie des grands enjeux identifiés par la province Sud en matière de protection de l’environnement. Cette problématique justifiant la coordination et l’union des efforts des collectivités impliquées, la province Sud a fortement impulsé la constitution d’une structure de coordination et de concertation réunissant les provinces, la Nouvelle-Calédonie et l’État, assistée d’experts scientifiques issus des organismes de recherches implantés en Nouvelle-Calédonie.
La province Sud souhaite aujourd’hui s’impliquer dans un programme opérationnel et coordonné répondant tant aux besoins de protection et qu’à la mise en place de moyens de lutte contre les espèces envahissantes.
C’est pourquoi elle a souhaité, aux côtés des autres collectivités de Nouvelle-Calédonie, disposer d’un état des connaissances en la matière, par le biais de la mise en œuvre de cette expertise collégiale.
Par ailleurs, elle s’implique d’ores et déjà sur le terrain. La province Sud a financé des programmes d’éradication des rats sur les îlots afin de protéger les oiseaux marins et depuis 2005 réalise en régie une action de lutte contre le miconia. De nombreuses études ont été commandées afin de mesurer les impacts des envahissantes sur le milieu naturel (ex : cerfs rusa…) et des supports de communication sont réalisés pour sensibiliser le public aux dangers de certaines espèces (fourmis envahissantes, poissons d’aquarium, tortue de Floride…).
En province Sud, le développement économique du secteur rural pour l’emploi figure parmi les priorités. À cet effet, le code des investissements pour ce secteur a été complètement refondu en 2005 et rassemblé en un seul document simplifié voté à l’unanimité par l’assemblée de Province. Il repose sur un zonage afin de favoriser l’implantation agricole dans les communes de l’intérieur, sur les périmètres irrigués, les terres coutumières et des surprimes en fonction de la nature des porteurs de projets (jeunes, coopératives) ou du statut des filières (prioritaire, ouvert, saturé). En parallèle à ce nouveau code, la direction du développement rural a été réorganisée autour de trois missions principales que sont l’appui technique et le conseil de gestion aux agriculteurs, la conduite d’études pour assurer le développement local et la gestion des aides. Ces objectifs s’inscrivent dans le souci d’un développement respectueux de l’environnement et de la santé publique puisque la production biologique intégrée des végétaux, les mises aux normes sanitaires et environnementales font partie des itinéraires techniques financièrement soutenus par la province.

Province Nord
Bien que plus éloignée des circuits de « contamination » potentiels par les espèces envahissantes, la province Nord est soucieuse des phénomènes d’envahissement biologique, aussi bien végétal qu’animal. En effet, sa faible densité de peuplement implique également que l’espace est moins étroitement surveillé, et donc propice au développement « discret » de phases d’installation d’espèces envahissantes.
En outre, la ruralité étant la règle en province Nord, une bonne partie de la population vit dans des proportions diverses (et de façon commerciale ou vivrière) de l’agriculture, de la chasse et de la cueillette. La monopolisation de l’espace par les espèces envahissantes ou les effets néfastes – directs ou indirects – sur l’aptitude des terres à êtres exploitées a donc un impact direct et immédiat sur la qualité de vie des habitants de la province.
L’impact des rongeurs, notamment sur l’avifaune et l’herpétofaune, la lutte contre les mammifères introduits (animaux féraux, cerfs et cochons) constituent des questions sur lesquelles la province Nord envisage ou a d’ores et déjà entamé des opérations.
Les invasions biologiques ne connaissant pas les limites administratives de l’homme, et ce dernier constituant de plus en plus le vecteur principal de dissémination, la question des espèces envahissantes devient une question centrale de la protection de notre patrimoine naturel et de notre qualité de vie.

Province des îles Loyauté
L’Exécutif de la province des îles Loyauté, en 2001, a validé le schéma directeur recommandant l’orientation vers l’agriculture et l’élevage respectueux de l’environnement afin de préserver la qualité de la lentille d’eau douce.
Cette orientation est à la fois d’intérêt humain, social et écologique. Depuis, la province des îles Loyauté s’est attachée à ce que l’ensemble des outils de développement mis en place, à savoir, la formation, la recherche et l’installation des producteurs, s’oriente vers cette politique. L’ensemble de la population loyal-tienne, et notamment celle de Lifou et Maré, est consciente de la fragilité de la qualité de la lentille d’eau douce du fait qu’elle la consomme. Des budgets importants sont consacrés à la mise en œuvre concrète des actions respectueuses de l’environnement. Non seulement, les îles Loyauté possèdent une double insularité, mais le fait de s’être orienté vers ce type de développement durable et écologique les rend d’autant plus fragiles à toute introduction accidentelle d’espèces envahissantes. La problématique de l’introduction d’espèces envahissantes doit de fait, à la fois prendre en compte la fragilité des écosystèmes mais également intégrer les orientations de développement et l’organisation des agro-systèmes loyaltiens.

Gouvernement de Nouvelle-Calédonie
La Nouvelle-Calédonie dispose d’un statut sanitaire particulièrement favorable, de productions agricoles générant des ressources significatives au monde rural, ainsi que d’une biodiversité dont la richesse et l’endémisme sont mondialement reconnus.
Face aux défis et aux enjeux que représentent les espèces envahissantes, le gouvernement soutient l’initiative des provinces pour la réalisation d’une expertise collégiale sur les espèces envahissantes en Nouvelle-Calédonie. Les productions attendues devront permettre aux collectivités, chacune dans son champ de compétence, de mieux s’organiser et de se structurer, pour mener des opérations raisonnées et concertées, visant à prévenir l’introduction des espèces envahissantes, voire le cas échéant, à lutter contre leur expansion.
Dans le cadre des compétences dévolues à la Nouvelle-Calédonie par l’Accord de Nouméa, le gouvernement s’engage d’ores et déjà à adapter ses règles de bio-sécurité à l’évolution des flux d’échanges contemporains. Ce renforcement des mesures sanitaires aux frontières, vise la préservation du statut sanitaire de l’archipel, contribuant à prévenir l’introduction des espèces envahissantes, et par là même à préserver les atouts économiques et naturels de la Nouvelle-Calédonie.
Les provinces, collectivités compétentes en matière de développement et d’environnement, ont un rôle majeur à jouer dans la mise en œuvre d’un dispositif d’actions concerté et partenarial, puisqu’elles sont organisées de manière à effectuer des missions à un niveau local.

Table des illustrations

Légende Carte 3. Les provinces « politiques » de Nouvelle-Calédonie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7635/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 290k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540