Versione classicaVersione mobile

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Première partie. Synthèse et Recommandations

Suggestions et recommandations1

Testo integrale

  • 1 Ce chapitre est un résumé du texte de la coordination scientifique, disponible dans son intégralit (...)

1L’archipel néo-calédonien est fortement dépendant de l’extérieur pour la fourniture de produits alimentaires frais ou déjà élaborés. Par ailleurs, le développement des filières minières et, d’une manière générale, les échanges commerciaux et les flux touristiques font intervenir des partenaires situés sous tous les climats de la planète. L’archipel est donc exposé à des introductions fortuites, ou volontaires, d’espèces allochtones très diverses. Certaines d’entre elles peuvent à tout moment se révéler envahissantes avec des conséquences dramatiques pour l’environnement. Compte tenu de la richesse spécifique de l’archipel et du taux élevé d’endémicité, des phénomènes d’envahissement se traduiraient par une banalisation de la flore et de la faune qui dégraderait gravement la qualité des paysages. Les recommandations qui suivent n’épuisent évidemment pas le sujet, les autres étant déclinées au fur et à mesure des chapitres précédents. Celles présentées ici nous semblent les plus urgentes et/ou les plus simples à mettre en œuvre.

2Dans cette étude, le caractère plus approfondi de l’analyse des vertébrés découle directement du nombre et de la qualité des informations publiées sur ces espèces. En l’état actuel des connaissances, la même analyse ne pouvait être réalisée sur les plantes ou sur les invertébrés, en raison du manque de données et de références à leur sujet dans la littérature scientifique.

Accumuler les données
Saisir à l’avenir toutes les occasions pour combler les lacunes de connaissances sur les espèces allochtones introduites en Nouvelle-Calédonie, notamment sur les espèces végétales et les invertébrés. La production de fiches sur les espèces dont l’introduction doit à tout prix être évitée a été réalisée pour les plus importantes d’entre elles. Il est conseillé d’utiliser ces données et de compléter au fur et à mesure les listes d’espèces potentiellement envahissantes, notamment au vu des diverses listes internationales existantes.

LE DISPOSITIF DE QUARANTAINE

3Le dispositif législatif néo-calédonien de surveillance et de contrôle ne permet qu’une prise en compte théorique partielle de la problématique des espèces envahissantes. Il est notamment mal adapté au traitement de l’ensemble des problèmes liés aux espèces envahissantes. Par ailleurs, il n’existe pas de dispositif suffisamment cohérent d’instruction et d’intervention sur ces problèmes. Les principales lacunes viennent de l’absence d’un laboratoire d’identification phytosanitaire et d’une station de quarantaine permettant de contrôler l’introduction d’espèces jugées utiles. La mise en place de ce laboratoire apparaît comme la priorité numéro un. Elle doit s’accompagner d’une formation d’agents compétents. Cela suppose un investissement financier significatif.

Quelle infrastructure d’instruction et d’intervention ?
– Créer et équiper la composante phytosanitaire du laboratoire de la Davar et lui donner des moyens pour améliorer son efficacité. Ce laboratoire pourra alors réellement sécuriser les opérations de contrôle phytosanitaire et sera également apte à traiter le problème des espèces envahissantes.
– Mettre en place une quarantaine végétale pour sécuriser toute introduction volontaire acceptée.
– Parmi les autres améliorations possibles : modifier les textes de manière à pouvoir étendre le contrôle phytosanitaire à des produits qui y échappent à ce jour, en raison de leur codification douanière (emballages en bois, cartons ondulés…), et qui sont des abris possibles pour des insectes du type des blattes.

RISQUES ENVIRONNEMENTAUX

4La prise en compte formelle et organisée du problème des espèces envahissantes demande un travail de coordination. Aujourd’hui, les responsabilités en matière d’environnement sont partagées entre les autorités territoriale et provinciale. Il est essentiel qu’une coordination générale soit établie entre tous les acteurs du dossier environnemental.

Comment coordonner la lutte contre les espèces envahissantes ?
Une petite structure de travail, réunissant les responsables au niveau du territoire et des provinces pour les questions environnementales, devrait être formalisée selon une structure de type Groupement d’intérêt scientifique (GIS), par exemple. Elle aurait pour mission de faire des propositions qui soient à la fois pertinentes pour toute question environnementale et cohérentes avec les diverses situations de l’archipel néo-calédonien. Elle aurait également à mettre en œuvre, sur le terrain, les dispositions décidées en commun et à établir des liens avec les réseaux du Pacifique, en particulier sur les espèces envahissantes.

5Au niveau territorial et provincial, il est nécessaire d’aménager certains textes réglementaires, voire d’en élaborer de nouveaux. Dans le cas de demandes d’introductions volontaires d’espèces supposées répondre à un besoin identifié (agriculture, horticulture, chasse, animaux de compagnie), le mieux est d’adopter un principe de précaution (« tout ce qui n’est pas permis est interdit ») et d’établir une liste positive ouverte, complétée au fur et à mesure des analyses de risques liées aux demandes d’introduction d’espèces étrangères, quel qu’en soit le motif. Dans le cas des importations de tous types, à la faveur d’activités commerciales ou touristiques, il convient de les sécuriser au maximum, étant entendu qu’il est hors de question d’interdire ces mouvements, indispensables au développement économique de l’archipel.

Pistes pour une réglementation adaptée aux espèces envahissantes
– Adopter un principe d’examen préalable de chaque filière d’importation en réalisant une analyse coût/bénéfice (ou toute autre analyse alternative), laquelle fondera le cadre réglementaire et technique de suivi du risque accepté.
– Adopter une liste négative ouverte comprenant les organismes de quarantaine, du point de vue espèces envahissantes.
– Mettre en place un programme de vigilance et d’alerte, en s’appuyant sur les systèmes régionaux diffusant des listes d’alerte.
– Adopter un principe de responsabilité de l’importateur ou de l’exploitant, chaque fois qu’il obtient par délégation la franchise d’effectuer lui-même les détections et les surveillances.
– Lier toute nouvelle installation à la réalisation d’une station de surveillance de la biodiversité en effectuant un point zéro : le but est de disposer, pour ce point, d’un inventaire de la biodiversité, avec un degré d’exhaustivité acceptable compte tenu des moyens disponibles.

6Quant à la surveillance aux points d’entrée en Nouvelle-Calédonie, elle doit s’exercer de manière différenciée aux frontières externes et aux frontières internes. Dans le premier cas, les inspections douanières déterminent les marchandises nécessitant un traitement par les agents phytosanitaires, comme cela existe actuellement. Dans le deuxième cas, il faut tenir compte des situations des trois entités de l’archipel. La Grande Terre concentrant la plupart des espèces allochtones, à la différence des autres îles habitées, il convient d’établir un contrôle efficace et acceptable au niveau des transferts inter-îles, à l’instar des pratiques en cours à Tahiti. Néanmoins, quelle que soit la vigilance, il faut savoir que les contrôles aux frontières ne seront jamais suffisants. La force d’un système de prévention repose sur la mise en œuvre d’un réseau de bio-surveillance efficace.

Le réseau de bio-surveillance devrait s’articuler autour de plusieurs dispositifs complémentaires
– Des stations de surveillance de la biodiversité, établies pour témoigner de l’état de la biodiversité avant toute installation industrielle, minière ou commerciale (touristique en particulier).
– Des stations écologiques implantées en fonction de leur représentativité des ensembles écologiques de l’archipel.
– Un programme de surveillance assuré, d’une part par des agents identifiés (au niveau territorial et provincial) pour les visites de terrain et les prises d’échantillons éventuelles, d’autre part par des scientifiques mobilisés pour les examens de laboratoires (personnels de la Davar ou des instituts de recherche présents dans l’archipel). D’où la nécessité de renforcer le personnel actuel, affecté à ce type d’opérations.
– Un organisme (ou une personne) clairement identifié(e) pour animer ce réseau.

7Il reste qu’aucun système de bio-surveillance ne peut conduire à un risque zéro. Il est donc fondamental d’intervenir le plus tôt possible en cas d’alerte sur une éventualité d’envahissement. Dans un premier temps, on pourra tenter l’éradication ou, à défaut, mettre en place un programme destiné à contrôler le développement de l’espèce concernée.

Comment répondre aux cas d’urgence ?
– Mobiliser les moyens publics mais aussi privés (en particulier les associations naturalistes volontaires, dans le cadre d’un programme financé au niveau territorial et provincial, et des bailleurs de fonds comme l’Union européenne, WWF…).
– Mettre en place un programme d’éradication, sous certaines conditions, pour les espèces potentiellement invasives et pour les espèces envahissantes encore faiblement développées.
– Mettre en place un programme de lutte visant à contenir le développement des espèces trop fortement installées.

8Enfin, l’implication des populations concernées est une condition nécessaire de réussite pour toute opération de lutte contre les espèces envahissantes, et plus généralement de protection du patrimoine. En dépit du peu d’études publiées à ce jour sur l’impact des campagnes de communication, quelques points importants valent d’être soulignés pour la réussite de telles campagnes, en particulier sur le choix des groupes cibles.

Comment impliquer les populations ?
– Une campagne d’information doit s’inscrire dans le cadre d’une stratégie de lutte bien définie.
– Le bon choix des groupes cibles est primordial : par exemple, les ouvriers qui se succéderont, en ce qui concerne les risques liés aux entreprises minières.
– Une évaluation de l’impact doit être réalisée en cours de campagne, et à son terme, afin d’en analyser les causes de succès ou d’échec.
– Une campagne de formation précoce et systématique pourrait être organisée en direction des scolaires (comme cela a déjà eu lieu en province Sud).

COMMENT FINANCER LA LUTTE CONTRE LES ESPÈCES ENVAHISSANTES

9Plusieurs possibilités existent pour dégager des ressources susceptibles de contribuer à la mise en œuvre des suggestions évoquées précédemment :

  • une taxe affectée à la protection de l’environnement qui pourrait concerner les produits à l’importation (en fonction du volume des échanges), et qui pourrait être prélevée pour une autre part sur la taxe du foncier bâti, et/ou porter sur les transports aériens… ;
  • une contribution directe des responsables de projets touristiques et/ou de nouveaux industriels, pour la mise en place d’analyses coûts/bénéfices et d’opérations de surveillance environnementale ;
  • un recours aux dotations de l’assemblée territoriale et des organes de décision des provinces ;
  • des demandes ciblées aux bailleurs de fonds internationaux ou mondiaux (l’Union européenne, au travers par exemple du projet net-biome du 6e PCRD, le Fonds pour l’environnement mondial…).

10Une autre piste consiste à concevoir une véritable politique de développement fondée sur : la protection du patrimoine naturel, la valorisation de cette richesse, et l’installation de parcs naturels protégés, à l’instar de nombreux autres pays qui ont développé le tourisme vert. L’archipel néo-calédonien, hot spot de la biodiversité, possède en effet une très grande variété de paysages et d’espèces vivantes endémiques. Il a donc la possibilité de développer intelligemment le tourisme vert. Dans une telle perspective, il faut concevoir un projet d’ensemble pour l’archipel, fondé du point de vue financier sur la constitution d’un fonds pour l’environnement. L’abondement de ce fonds pourrait se faire par différentes voies :

  • l’institution de taxes, ou d’un système d’aides, à partir de prélèvements sur le produit d’activités économiques, directement intéressées ou impliquées par la qualité de l’environnement ;
  • des contributions volontaires, ou instituées, en provenance des projets industriels menaçants pour l’environnement.

11Il faut pour cela une volonté politique, un opérateur institutionnel dynamique, un projet structuré et ambitieux conduisant à la mise en place d’un réseau d’aires protégées et exploitées intelligemment, à l’image de ce qui se fait ailleurs (Costa Rica…). Un tel projet est générateur de devises et d’emploi.

LES RECOMMANDATIONS EN BREF

Note

1 Ce chapitre est un résumé du texte de la coordination scientifique, disponible dans son intégralité sur le CD-ROM joint.

© IRD Éditions, 2006

Condizioni di utilizzo http://www.openedition.org/6540

Cerca su OpenEdition Search

Sarai reindirizzato su OpenEdition Search