Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Première partie. Synthèse et Recommandations

Comment communiquer sur les espèces envahissantes ?

Texte intégral

1La lutte contre des espèces envahissantes, comme tout autre problème de nature environnementale, doit s’appuyer sur une prise de conscience des enjeux de cette lutte par la population et par les acteurs économiques concernés. Le soutien informé et actif du public est en effet un gage de réussite dans la gestion de telles crises, qui ne sauraient se satisfaire de la mise en œuvre de méthodes réglementaires et/ou coercitives. Mais comment, et quoi, communiquer ? La question des espèces envahissantes n’est en effet pas dépourvue de conflits d’intérêt, puisque certaines d’entre elles sont sources de revenus, de loisirs, voire d’alimentation au quotidien.

2En outre, le coût d’une campagne de communication est loin d’être négligeable. Il est donc indispensable de bien en concevoir les messages, d’identifier les cibles, de faire une estimation a priori des bénéfices attendus. En termes économiques, la diffusion d’informations représente désormais un des modes de régulation des risques à part entière.

DE L’INFORMATION À LA COMMUNICATION

3L’implication des communautés locales (ou la participation du public) est considérée comme un facteur incontournable de succès des projets entrepris par un certain nombre d’organisations internationales, telle la Banque mondiale. Construire des stratégies de communication lors de la préparation des programmes de prévention, d’éradication et de contrôle est également l’une des recommandations de l’UICN en matière de gestion des espèces envahissantes : « Prévoir une réelle consultation des communautés locales et de toutes les parties concernées par le programme permet d’éviter la plupart des malentendus et désaccords qui peuvent survenir par la suite ». Même si des mesures ont été prises pour inciter la prévention d’un risque environnemental (amendes, pénalités…), il semble qu’un programme d’information du public permettrait d’augmenter fortement le respect des normes.

D’une manière générale, une campagne d’information sur les risques liés aux espèces envahissantes peut avoir différents objectifs et intérêts (voir l’encadré suivant). Trois grands objectifs pour une campagne d’information
Permettre une prise de conscience des comportements ou activités à risque et permettre un changement volontaire des comportements. Ce point est important en appui de programmes publics de prévention des introductions d’espèces envahissantes reposant sur un contrôle aux points critiques (système HACCP, voir p. 59).
Permettre aux « victimes » d’identifier l’origine et les conséquences prévisibles d’un problème environnemental et leur donner ainsi les moyens de réagir.
Modifier la perception qu’a la population de l’importance des enjeux environnementaux, soit en améliorant son niveau de connaissance scientifique sur un problème donné (campagne d’information), soit en la persuadant de l’urgence de l’action. Cet aspect peut s’avérer crucial pour légitimer l’intervention publique.

4Au plan économique, le fait que l’information de tous les agents ne soit pas parfaite est interprété comme un dysfonctionnement de marché. L’information divulguée contribue à corriger ce dysfonctionnement. Il en résulte une augmentation du bien-être collectif par rapport à la situation initiale, et donc une meilleure efficacité allocative. Au plan politique, les opérations d’information (à l’échelle locale, comme globale) sont, pour les autorités politiques et administratives, un moyen de se voir légitimées au regard des actions engagées : l’apport d’information scientifique tend à favoriser le consentement à payer des individus pour des programmes de prévention. L’enjeu est en fait triple : améliorer la compréhension des enjeux environnementaux par la diffusion de connaissances scientifiques, légitimer l’action publique, rendre plus efficace cette action publique.

5L’importance relative de ces objectifs conditionne le choix d’un type de stratégie de communication : campagnes d’éducation à vocation généraliste, campagnes de sensibilisation à un risque particulier, ou campagnes de marketing social (persuasion). Dans la pratique, la première étape consiste à identifier les groupes cibles (acteur industriel, exploitant, grand public…) et à en établir le profil socio-économique, même rudimentaire. En second lieu, il faut définir les objectifs (éducation, sensibilisation, changement de comportement…) et choisir une stratégie adaptée : campagne de sensibilisation ou campagne destinée à influencer les comportements (on parle de marketing social). La mise en place d’indicateurs d’impact ou de groupes de suivi permet de faire des réajustements en cours de campagne. Il va de soi que le succès est en partie lié à la crédibilité de l’information divulguée et des moyens de médiation choisis (voir la contribution de E. Gozlan et al.).

Recommandations de l’UICN pour une campagne d’information sur les espèces envahissantes (EE)
1/ Identifier les intérêts spécifiques et les rôles des communautés et des secteurs pertinents par rapport aux problèmes des EE et les cibler en termes d’information adaptée et d’actions recommandées, le « grand public » étant un des groupes cibles importants à considérer.
2/ Rendre facile l’accès à une information actuelle et précise comme élément clé des campagnes de prise de conscience. Cibler les différentes audiences avec une information sur différents supports : forme électronique, manuels, bases de données, revues scientifiques, publications grand public.
3/ Cibler tout spécialement les importateurs et exportateurs de biens et d’organismes vivants, comme un groupe clé vers qui diriger les efforts d’information et d’éducation, menant à une prise de conscience et une meilleure compréhension du problème ainsi que de leur rôle possible dans la prévention.
4/ Encourager le secteur privé à se développer et à suivre des recommandations de type « bonnes pratiques ». Contrôler l’application de ces recommandations.
5/ Une autre priorité importante est d’informer et de donner des conseils aux voyageurs, à la fois à l’intérieur du pays et lors de transferts internationaux. Faire prendre conscience des risques à un maximum de personnes de leur propre impact en termes d’introductions d’espèces peut permettre de réduire les risques à moindre coût.
6/ Encourager le secteur de l’éco-tourisme à sensibiliser ses clients au problème des EE. Travailler avec ces acteurs pour développer des principes et des recommandations spécifiques à l’industrie du tourisme pour prévenir l’introduction accidentelle ou non autorisée de plantes allochtones (graines notamment) et d’animaux dans des habitats insulaires et des écosystèmes particulièrement fragiles (lacs, montagnes, réserves naturelles, aires sauvages, forêts isolées…).
7/ Former du personnel affecté aux mesures de quarantaine, de contrôle aux frontières, à être conscient d’un contexte plus global et des menaces pour la biodiversité, en plus de leurs compétences actuelles.
8/ Construire des stratégies de communication lors de la préparation des programmes de prévention, d’éradication et de contrôle. Prévoir une réelle consultation des communautés locales et de toutes les parties concernées par le programme permet d’éviter la plupart des malentendus et désaccords qui peuvent survenir par la suite.
9/ Inscrire les problèmes relatifs aux introductions d’EE – et les solutions possibles -à une place adaptée dans les programmes éducatifs et les enseignements scolaires.
10/ S’assurer que les réglementations nationales en matière d’introduction d’espèces allochtones (volontaires ou accidentelles) sont connues et comprises, non seulement par les citoyens et les institutions du pays, mais aussi par les importateurs étrangers et les touristes.

6Les campagnes de sensibilisation visent à informer et à influencer les décisions individuelles et collectives propres à améliorer la prise en compte de l’environnement. Pour le cas des espèces envahissantes, l’UICN a proposé en 2001 un ensemble de recommandations (voir l’encadré).

7En ce qui concerne le marketing social, il consiste à recourir aux principes et aux techniques du marketing pour amener le public cible à accepter, à rejeter, à modifier ou à délaisser certains comportements, dans son intérêt ou celui de la société. Il est notamment utilisé pour les problèmes de santé (sida…). Le Global Invasive Species Program (GISP) plaide plutôt en faveur de cette seconde stratégie, dont il détaille les différentes étapes (voir la contribution de E. Gozlan et al.).

QUELQUES CAMPAGNES DE COMMUNICATION DANS LE PACIFIQUE

8Conscients des enjeux liés aux espèces envahissantes, de nombreux États du Pacifique ont développé des campagnes de communication. Il est toutefois regrettable qu’aucune étude sur les impacts et les résultats mesurables n’ait été publiée. On se heurte aussi à la difficulté d’une analyse hors contexte, qui prive d’une mise en perspective par rapport à des campagnes antérieures ou au programme plus vaste dans lequel elles s’inscrivent. Quoi qu’il en soit, quatre programmes relativement complémentaires d’information, de sensibilisation et de participation du public ont été retenus ici. Une grille d’analyse visualisant finement les stratégies de communication en différents lieux a permis d’en dégager les principales caractéristiques (voir la contribution de E. Gozlan et al.).

Le programme australien d’information et de sensibilisation sur les plantes

9En Australie, plus de 125 000 espèces végétales (dont une grande part est nuisible) représentent une menace pour l’agriculture et l’environnement. Or, certaines sont pourtant commercialisées dans les jardineries, en dépit d’un système de prévention universellement reconnu. C’est à l’initiative du Cooperative Research Center (CRC) for Australian Weed Management que le programme d’information scientifique a été lancé. Son objectif est de préserver les écosystèmes et les systèmes agraires par le développement et la promotion de systèmes de gestion intégrée fondés sur des connaissances scientifiques. Le public visé comprend les décideurs, les professionnels impliqués dans la gestion des plantes, les experts scientifiques et le grand public. Il se décline au travers de divers supports (site web, documents et programmes pédagogiques pour chaque niveau scolaire, jeux et animations en ligne). L’idée est de former les futurs chercheurs et décideurs, ainsi que les professionnels du secteur, et de favoriser la prise de conscience des élèves et des étudiants. Aucune donnée n’est encore disponible pour mesurer son efficacité.

Une campagne réussie de sensibilisation et d’implication du public en Polynésie française

10L’objectif était de contrôler l’envahissement de certaines îles polynésiennes par Miconia calvescens. Il s’agissait donc de sensibiliser la population, d’obtenir son soutien et sa participation pour le programme de lutte, d’éduquer les enfants, et de permettre la détection précoce des nouveaux envahissements. Outre les campagnes d’affichage, les interventions dans les manifestations scientifiques, le travail avec les scolaires (au sein des établissements et sur le terrain), et les médias (presse écrite, radio, télévision) ont largement joué leur rôle de relais. Les résultats sont très encourageants. En particulier, la population (notamment des chasseurs) a participé en signalant à diverses reprises aux autorités la présence de M. calvescens dans des sites éloignés ou isolés.

Un programme sensible à certaines des minorités culturelles et linguistiques en Nouvelle-Zélande

11L’un des programmes néo-zélandais (en anglais) sur les plantes indésirables comporte de nombreuses analogies avec le programme australien. Mais, en 2002, un programme parallèle a été lancé, dont le but était d’impliquer la communauté chinoise aux actions de conservation. Cette initiative s’est notamment concrétisée par la création d’un consortium (Chinese Conservation Education Trust) inauguré par une cérémonie mêlant cultures et traditions maories, chinoises et européennes. Les actions de sensibilisation se sont articulées autour de trois types d’activités : des sorties éducatives, des visites de services de quarantaine, des réunions régulières sur le thème de la Convention internationale sur les espèces menacées (Cites) et de sa pertinence pour la médecine traditionnelle chinoise.

Une campagne sur le mode du sensationnel menée à Hawaii

12Le Coordinating Group on Alien Pest Species (CGAPS), qui regroupe diverses institutions hawaïennes, a notamment édité une brochure informative sur les dangers des espèces envahissantes, sur leur origine et sur les recommandations de prévention, le tout agrémenté d’un numéro d’appel pour signaler la présence éventuelle de telles espèces. Le ton et la forme en sont délibérément alarmistes : page de garde noire, pages intérieures présentant des textes alarmistes en noir sur fond rouge, des photos repoussantes, des images de cultivateurs éplorés, etc. Sans aucun doute, cette brochure marque les esprits. Elle ne peut toutefois qu’être un complément à d’autres informations que les autorités hawaïennes diffusent par ailleurs.

13Il ressort de ces quatre exemples qu’une approche de type « prise de conscience » semble avoir été préférée à une approche de type marketing social. En outre, toutes ces campagnes viennent en appui d’un programme de prévention ou de lutte plus général. La plupart fournissent des éléments non seulement sur les risques, mais également sur ce qui est entrepris pour lutter contre. Enfin, les commanditaires semblent avoir privilégié des programmes ambitieux dans le cadre d’une institution gouvernementale.

SUCCÈS ET ÉCHECS DE CAMPAGNES EN NOUVELLE-CALÉDONIE

14Sur le territoire néo-calédonien, un certain nombre d’initiatives visant à informer sur le problème des espèces envahissantes a déjà été entrepris (dépliants en province Sud, page web sur le site de la province Nord), mais il ne s’agit pas encore de campagnes d’information à grande échelle. En revanche, d’autres risques ont fait l’objet de telles campagnes. Leur réussite ou leur échec permettent de tirer un certain nombre de conclusions. En particulier, comme dans les exemples précédents, il semble que l’information ait amplifié l’efficacité de programmes bien conçus. À l’inverse, elle n’a guère eu d’impact lorsque le programme comportait trop de lacunes.

15Par exemple, les nombreuses campagnes d’information et de sensibilisation sur les feux de brousse menées depuis une quinzaine d’années semblent mettre en évidence leurs limites lorsqu’elles sont conduites isolément, c’est-à-dire en l’absence d’un véritable programme de gestion du risque incendie. Il apparaît, en effet, au travers d’une étude socio-économique menée en province Sud que les habitants sont pourtant conscients du problème et que leur implication est réelle. Mais le diagnostic établi par les éco-gardes révèle que parmi les causes de départ de feu, certaines sont liées à des motivations économiques (protection des cultures contre les cochons, rabattage du gibier) et surtout à des défaillances du système d’alerte et de lutte (pas de numéro gratuit où appeler…). Ce constat suggère l’idée selon laquelle l’information ne sera efficace que si elle s’inscrit dans un programme apportant réellement des solutions aux questions évoquées.

16En revanche, la campagne contre la dengue fut une réussite. Échaudées par une première épidémie en 2003 (17 personnes étaient mortes), les autorités sanitaires se sont inquiétées début 2004 : les conditions d’une reprise de l’épidémie étaient réunies. Le seul moyen de lutte possible était le contrôle des moustiques vecteurs dans les zones concernées et l’élimination des gîtes larvaires. Ces derniers étant innombrables, il fallait obtenir la participation du public. La campagne a consisté en une journée de mobilisation générale, à l’initiative du gouvernement, sur l’ensemble de la Nouvelle-Calédonie : actions médiatiques, distribution de matériel (sacs anti-dengue de 100 litres avec mode d’emploi). L’objectif était de combattre la passivité des individus. Résultat : une chute spectaculaire des indices dans tous les quartiers. La simplicité du message (tant sur l’enjeu de la campagne que sur le comportement à adopter) et son caractère ponctuel et collectif sont sans doute des éléments qui ont contribué au succès de cette campagne.

17La question de la gestion de l’eau dans les îles Loyauté a elle aussi fait l’objet d’une campagne de sensibilisation. Celle-ci s’inscrivait dans un vaste programme visant à préserver les réserves. L’objectif était d’apprendre aux populations à concilier projets de développement et gestion des ressources en eau. Pendant trois ans, un travail considérable a été effectué (enquêtes sur les perceptions de l’eau, mobilisation de tous les relais d’information, programmes pédagogiques, formations pour les personnels des services techniques). Cette campagne a elle aussi réussi, les services techniques et la population s’étant réellement appropriés les outils et les méthodes d’aide à la décision.

18En ce qui concerne le bunchy top, la campagne menée a échoué à convaincre la population que son éradication via la destruction des souches contaminées était dans leur propre intérêt et qu’« elles n’avaient rien à y perdre » (voir p. 70). L’objectif était d’obtenir la participation de la population pour éradiquer ce virus des bananiers. Selon l’étude de terrain en cours, il semble que l’échec ne s’explique ni par une mauvaise diffusion du message (plus de 90 % avaient lu ou entendu parler de la campagne, dont 80 % par la télévision), ni par des spécificités ethniques. En revanche, certains témoignages mettent en lumière la faible confiance d’une partie de la population pour les Pouvoirs publics. Ainsi, les habitants de squats pensaient, par exemple, que la mesure visait à les obliger à acheter leurs bananes sur les marchés plutôt qu’à pratiquer l’autoconsommation, au profit des agriculteurs.

QUELQUES RECOMMANDATIONS

19Les spécificités du contexte néo-calédonien tiennent notamment à son organisation institutionnelle, à ses caractéristiques géographiques et à ses particularités culturelles. Au plan institutionnel, les compétences en matière d’environnement sont essentiellement dévolues aux trois provinces depuis les accords de Matignon. En l’absence d’instance nationale en charge de ces questions, il manque une structure dotée de fonds suffisants pour mettre en place un programme d’envergure. Au plan géographique, les liaisons entre les îles (toutes dépendantes de leurs échanges avec la Grande Terre) nécessiteraient une information ciblée. Au plan culturel et linguistique (28 langues vernaculaires – plus ou moins usitées – plus les langues des communautés immigrées), il faudrait trouver le moyen d’atteindre toutes les populations concernées (la plupart des médias diffusent en français), d’autant que certaines d’entre elles, installées récemment, entretiennent de nombreux contacts avec leur pays d’origine, ce qui peut favoriser l’entrée d’espèces allochtones. La posture de ces communautés vis-à-vis de ces espèces peut être très différente.

20Il pourrait être utile que les trois provinces montent une structure commune en charge des questions environnementales. Cette structure impliquerait les associations implantées sur le terrain, les institutions de recherche locales et les industriels. Dans ce contexte, une campagne de sensibilisation devrait s’appuyer sur l’identification des points critiques en matière de risques invasifs, sur l’identification des groupes cibles, et sur la conception des messages. Un travail de terrain devrait être également mené sur les perceptions et les croyances, et sur les relais crédibles d’information. Une multitude de moyens de communication existent : des images ayant une signification pour chaque groupe cible, les transports intérieurs de passagers, les fêtes locales, etc.

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540