Version classiqueVersion mobile

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Première partie. Synthèse et Recommandations

Quels risques et quels impacts environnementaux ?

Texte intégral

1Dans le domaine environnemental comme ailleurs, il est toujours plus périlleux et incertain, au plan de l’efficacité, de gérer une crise plutôt que de la prévenir. Le cas des espèces envahissantes ne fait pas exception. Or, la prévention en la matière dépasse largement le cadre du contrôle aux frontières internationales, même si celui-ci est primordial. En Nouvelle-Calédonie peut-être plus qu’ailleurs, une stratégie adaptée suppose aussi de surveiller les éventuelles contaminations à l’intérieur du pays, notamment le risque de transfert inter-îles. Certaines espèces peuvent en effet se révéler inoffensives sur une partie du territoire et envahissantes dans une autre, du fait de conditions écologiques différentes. La surveillance est d’autant plus nécessaire que le pourcentage d’espèces allochtones varie considérablement selon les îles. On sait, par exemple, que le pourcentage de vertébrés allochtones atteint 22,3 % sur la Grande Terre, alors qu’il est nul sur une partie des récifs d’Entrecasteaux.

2La mise en place de mesures et de dispositifs de surveillance pertinents dépend, entre autres, d’une évaluation suffisamment fiable des risques d’invasion. Les impacts environnementaux seront d’autant plus grands que ces risques auront été sous-estimés.

DE L’INTRODUCTION D’UNE ESPÈCE À SA PROPAGATION

3Entre l’introduction d’une espèce allochtone et l’invasion proprement dite, il peut s’écouler une durée plus ou moins longue. Le processus d’invasion se déroule selon trois grandes phases : l’introduction, l’établissement et l’invasion. En ce qui concerne l’introduction, elle peut être volontaire (activité économique, de loisirs…), mais aussi totalement fortuite (voir le tableau 7). Le contrôle est d’autant plus aisé qu’une introduction est volontaire et liée à une activité économique d’envergure. Il ne s’agit pas pour autant de sousestimer le problème : en Nouvelle-Zélande, on estime par exemple à 75 % la proportion de mauvaises herbes (weeds) menaçant l’environnement alors qu’elles avaient été introduites pour usage horticole.

Tableau 7 – Exemples de vecteurs d’introduction (source : S. Burgiel et al., 2005)

Tableau 7 – Exemples de vecteurs d’introduction (source : S. Burgiel et al., 2005)

4Quant à l’établissement d’une espèce introduite, c’est-à-dire sa phase d’acclimatation (d’adaptation), elle dépend d’un grand nombre de facteurs. Elle est bien sûr liée aux caractéristiques du milieu d’accueil : nature du sol, des plantes hôtes, fractionnement du milieu ou pas, etc. Elle est également liée au type d’environnement humain (présence de contrôles, densité de population…). Elle dépend enfin des caractéristiques mêmes de l’espèce (taux de croissance, capacité reproductive…) et de la diversité génétique des individus introduits.

5La dernière étape, celle de la propagation, provient elle aussi de la combinaison de facteurs humains et naturels. La nature des communications et l’aménagement du territoire jouent en outre un rôle important : la construction de nouvelles voies, l’aménagement résidentiel ou commercial et la modification de l’occupation des sols consacrés à l’activité agricole sont autant de facteurs de perturbation favorisant la propagation. Mentionnons à ce propos la possibilité d’un phénomène de « latence » dans l’invasion : une espèce introduite dans un espace limité peut rester en veille mais se propager brusquement et causer des dommages après une période relativement longue, sans que la cause en soit toujours bien déterminée. Ce phénomène rend d’autant plus difficile l’identification de la voie d’introduction, et donc la politique de lutte à conduire.

QUEL RISQUE D’INVASION ?

6Le risque d’invasion sera défini ici comme la probabilité d’aboutissement d’un processus complet, de l’introduction de l’espèce à sa propagation, en passant par son établissement, et conduisant à un dommage environnemental caractérisé (c’est-à-dire identifié). L’évaluation de ce risque doit intégrer la capacité de l’écosystème récepteur à absorber les chocs liés aux introductions, elle-même affectée par les circonstances économiques locales. Il est donc nécessaire de tenir compte à la fois de facteurs biologiques et de facteurs économiques. La grande majorité des travaux sur l’évaluation des probabilités d’invasion se focalise sur des espèces particulièrement représentatives, ou associées à un dommage environnemental ou économique majeur, et/ou sur des milieux spécifiques.

7Dans ce contexte, il existe trois types de modèles. Les premiers se fondent sur des critères géographiques, climatiques et/ou biophysiques. C’est ainsi qu’un modèle à grande échelle a été réalisé pour la fourmi rouge : à partir de données essentiellement climatiques, il propose une évaluation de la probabilité d’invasion dans l’ensemble des pays du globe (y compris îles et archipels). D’autres modèles utilisent des équations « gravitaires » corrélant l’effectif d’espèces envahissantes découvertes avec des données commerciales et économiques. Ils ne s’intéressent alors qu’à des données caractérisant l’introduction (volume cumulé de marchandises importées, taille du pays, densité de population…). Le troisième type de modèles part des données réelles d’inspection. Il procède souvent d’une échelle plus fine et pour des espèces dont le mode d’introduction est fortement spécifique (coques de bâtiment, palettes en bois, ballasts de navires…).

8D’une manière générale, les évaluations de la probabilité d’invasion partagent un certain nombre de critères communs.

  • Cette probabilité croît avec le volume cumulé d’importations de marchandises et du trafic passager. Ce critère concerne la première étape du processus.
  • Elle décroît dans le temps avec la probabilité d’invasion d’autres milieux ou de pays similaires (une espèce ayant envahi des milieux comparables et n’ayant pas encore envahi le milieu considéré aura d’autant moins de chances de le faire).
  • Elle est corrélée positivement avec le degré de similitude entre les principaux partenaires commerciaux et le pays importateur. Ce critère concerne les étapes d’établissement et de propagation.
  • Les produits intermédiaires sont plus susceptibles de favoriser la propagation d’espèces envahissantes que les produits finis destinés à être utilisés ou consommés rapidement. On peut citer dans cette catégorie, par exemple, les végétaux tels que les pousses et les bulbes destinés à être (re-)plantés localement.
  • La probabilité de propagation dépend du nombre de perturbations exogènes affectant le milieu d’établissement (événements climatiques et naturels, aménagements routiers ou miniers, déforestation…).

9Divers modèles ont ainsi été mis en œuvre, notamment dans des pays particulièrement touchés par les espèces envahissantes (voir la contribution de A. Thomas et al.).

LES DANGERS DU LAISSER-FAIRE

10Une mauvaise gestion ou une gestion inefficace des espèces envahissantes peuvent conduire à des situations catastrophiques. L’archipel hawaïen, dont les écosystèmes sont d’une richesse exceptionnelle, et qui bénéficie d’un nombre impressionnant de zones protégées, en fait la douloureuse expérience (voir la contribution de H. Jourdan et L. Loope). L’enjeu pour Hawaii est d’autant plus important que l’industrie touristique (10 milliards de dollars par an) dépend pour l’essentiel de son environnement.

11Parmi les espèces végétales les plus redoutables, on reconnaît Miconia calvescens. Dès 1971, le botaniste F.R. Fosberg, spécialiste du Pacifique, prévenait les autorités hawaïennes du risque de destruction des forêts indigènes par cet arbre. Pourvu de très grandes feuilles, il couvre de son ombre toutes les espèces se développant sous sa voûte. Dans les années 1980, il colonisait déjà les deux tiers de Tahiti, qui présente des similitudes écologiques avec certaines parties de la Nouvelle-Calédonie. À Hawaii, rien n’a pourtant été fait avant le début des années 1990, en dépit des alertes de botanistes ou d’associations : manque de coordination entre les diverses administrations responsables, manque de finances, manque de communication, etc. Depuis 1992, l’espèce Miconia calvescens a toutefois été classée comme végétal nuisible par le ministère hawaïen de l’Agriculture. Aujourd’hui, les efforts de lutte contre l’arbre miconia coûtent 2 à 3 milliards de dollars par an, avec un succès limité.

12Si aucune précaution n’était prise en Nouvelle-Calédonie, une dissémination du miconia aurait des conséquences désastreuses. C’est du moins ce que montre une simulation fondée sur les caractéristiques bio-écologiques du miconia et sur les cartes géographiques de l’archipel néo-calédonien (voir la carte 2) : il apparaît qu’en l’absence de dispositif de contrôle adéquat, 25 % de la Grande Terre (surtout la côte est et la province Nord) pourraient être envahis.

13Les zones noircies (isohyète > 2 000 mm par an) sont plus favorables à la formation de forêts denses monospécifiques de miconias, les zones grisées (isohyète < 2 000 mm par an) peuvent être envahies par le miconia, notamment dans les zones humides.

Carte 2. Invasion potentielle du miconia (Miconia calvescens) en Nouvelle-Calédonie

14Voici un autre exemple, toujours à Hawaii, d’espèces nuisibles qui passent au travers des contrôles des pépinières. C’est le cas ces dernières années de la petite fourmi de feu, de la grenouille coqui (Eleutherodactylus coqui) et de la chenille urticante (Darna pallivitta). Ces espèces ne sont pas faciles à détecter, et de toute manière ne font pas partie du programme d’agrément du ministère hawaïen de l’Agriculture (HDOA). En outre, les inspections ne concernent que les pépinières agréées. Typiquement, alors que l’on comptait 3 populations de fourmis (12 ha) en 1999, celles-ci étaient au nombre de 31 (76 ha) en 2004. Là encore, le verdict est sans appel : manque de volonté, manque de coordination, manque d’effectif, faible prise de conscience du public… (voir ci-après pour les problèmes posés par la fourmi électrique en Nouvelle-Calédonie).

15Ces quelques exemples et d’autres (voir la contribution de Lloyd Loope) illustrent de fait les conséquences dévastatrices de l’invasion d’îles océaniques par certaines espèces. Ils méritent à ce titre d’être intégrés dans la réflexion sur les dispositifs de protection à mettre en place en Nouvelle-Calédonie, compte tenu de la fragilité de ses écosystèmes et de ses similarités avec d’autres îles ou archipels.

UNE INVASION CATASTROPHIQUE EN NOUVELLE-CALÉDONIE

16Le cas de l’invasion du territoire néo-calédonien par la fourmi électrique (Wasmannia auropunctata) éclaire sur la multiplicité et l’ampleur des effets néfastes d’une invasion : sur l’environnement, sur la santé animale et sur la santé humaine, mais aussi sur la manière dont ces effets se répercutent sur l’activité économique. Introduite accidentellement dans l’archipel néo-calédonien au cours des années 1960, sa dispersion initiale a accompagné celle du pin des Caraïbes. Ubiquiste et opportuniste, cette fourmi qui est nuisible par sa piqûre colonise tant les milieux agricoles et urbains que les milieux naturels. Elle est aujourd’hui considérée comme l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité néo-calédonienne.

17W. auropunctata, de la famille des Myrmicinae, est native dans une zone qui s’étend des Caraïbes à l’Uruguay et au Nord de l’Argentine. Au cours des dernières décennies, cette espèce monomorphe a été dispersée dans la ceinture tropicale du globe. Aujourd’hui, on la rencontre en Afrique de l’Ouest (Cameroun, Gabon), en Amérique du Nord (Floride, Bahamas, Bermudes) et dans la région Pacifique (Galapagos, Nouvelle-Calédonie, Salomon, Vanuatu, Wallis et Futuna, Hawaii, Polynésie française et sans doute à Tuvalu).

18Les caractéristiques biologiques de cette fourmi favorisent sa dissémination à la faveur des activités humaines (matériaux contaminés) : polygénie, réduction ou disparition du vol nuptial, opportunisme pour l’alimentation (nectarivore, détritiphage, granivore…) et pour ses sites de nidification, capacité à déplacer rapidement les nids (groupe des espèces vagabondes ou tramp species). Elle n’hésite pas non plus à utiliser son venin contre d’autres espèces de fourmis. Même une catastrophe naturelle comme une inondation ne saurait décourager ces fourmis : elles se laissent porter par les flots. Selon les cas, elles bénéficient d’une reproduction par clonage ou d’une reproduction sexuée. Cela dit, compte tenu de la faible espérance de vie d’une reine (11 à 15 mois), leur remplacement, vital pour la communauté, doit être mis à profit dans une perspective de lutte contre l’espèce. Autre caractéristique susceptible d’être mise à profit, leur répulsion pour la trop grande humidité, la forte chaleur ou la sécheresse, qui les rendent fragiles à des variations brusques de conditions micro-climatiques locales.

19Les nuisances occasionnées par la W. auropunctata sont multiples. Sur l’homme, ce sont des piqûres douloureuses suivies de démangeaisons. L’hypothèse parfois émise selon laquelle elle pourrait être vecteur de germes pathogènes n’a, à ce jour, jamais été vérifiée. En revanche, elle affecte la qualité de vie, notamment dans les habitats traditionnels mélanésiens, où elle peut établir ses nids dans les murs et les toits de paille. Sur les animaux domestiques, elle peut provoquer des cécités à force de piqûres répétées. Au plan des activités économiques, un grand nombre de secteurs sont touchés et désorganisés : le maraîchage, l’arboriculture, la production fruitière (en particulier, W. auropunctata entretient des relations mutualistes avec plusieurs homoptères), les élevages…, mais aussi le tourisme et les infrastructures électriques et électroniques (accumulation de fourmis dans les transformateurs, les relais téléphoniques…). Au plan environnemental, ces fourmis représentent l’une des plus grandes menaces pour la biodiversité et les équilibres écologiques.

20Aucune solution de lutte biologique n’existe à ce jour pour combattre la fourmi électrique (voir la contribution de H. Jourdan et L. Loope). Seules des substances chimiques peuvent contribuer à maîtriser le problème, qu’il s’agisse de mesures d’urgence ou de contrôle à long terme (poisons à effet retard, inhibiteurs de croissance…). Dans tous les cas, il faut au préalable inventorier de manière la plus exhaustive possible les sources et voies possibles des invasions. Trois possibilités existent pour les gérer : l’éradication, le contrôle (avec le confinement des zones affectées) ou la palliation de l’invasion quand celle-ci est généralisée. Les coûts des produits et de la mise en œuvre logistique sont considérables. En outre, le succès des stratégies adoptées dépend en partie d’une responsabilisation collective et de l’implication de la population, ce qui impose de mettre en place divers types de campagnes médiatiques (journaux, télévision, brochures distribuées dans les zones sensibles ou d’entrée sur le territoire…) et des actions d’information et d’éducation.

LE RISQUE D’INVASION EN NOUVELLE-CALÉDONIE

21La spécificité de l’environnement néo-calédonien crée des conditions relativement favorables aux invasions. Compte tenu du nombre limité de points d’introduction d’espèces sur la Grande Terre (aéroport, ports), il est assez simple d’en décrire les trajectoires éventuelles. Typiquement, en ce qui concerne les invasions volontaires par des plantes ornementales, ces trajectoires suivent vraisemblablement le réseau routier de la Grande Terre desservant Nouméa et les agglomérations de taille moyenne. À noter ici que la faible densité de population apparaît comme un facteur aggravant : la diffusion des espèces à partir des habitations individuelles vers le milieu sauvage rencontre peu de barrières. De même, l’exploitation des dernières zones de forêts humides primaires, qui se concrétise par une augmentation du nombre de routes et chemins, est propice à l’envahissement (par des plantes ou des animaux). Certaines invasions sont directement liées à l’exploitation minière (réhabilitation de zones dénudées par deux espèces envahissantes, le gaïac et le bois de fer).

22En ce qui concerne le système de surveillance de l’archipel, Keith Budd en a analysé, en 2004, ses forces et ses faiblesses. Seules ces dernières seront évoquées ici. Il souligne en particulier des lacunes dans les contrôles de plusieurs voies de passage spécifiques, ainsi qu’un manque de coordination entre les différentes instances en charge de ces contrôles. En outre, l’insuffisance des connaissances sur la biodiversité locale rend difficile le repérage des organismes susceptibles d’être envahissants. Selon Budd, qui identifie trois vecteurs d’introduction à surveiller prioritairement (navires, containers maritimes, importation de machines), il faudrait renforcer le dispositif de contrôle de toutes les voies d’accès (voir le tableau 8). D’autant qu’à ce jour, la stratégie néo-calédonienne a largement transféré le risque d’invasion du point d’importation vers le pays exportateur d’origine. Cette stratégie laisse la porte ouverte à diverses invasions si les règles de certification et de déclaration ne sont pas respectées.

23Compte tenu de la nature et du volume des activités commerciales et économiques de la Nouvelle-Calédonie (voir p. 33), une identification rigoureuse des points de contrôle est déterminante dans la lutte contre les invasions. À cet égard, le système HACCP (pour Hazard Analysis Critical Control Point) fournit un cadre adapté. Reposant sur une évaluation des risques d’introduction, d’établissement et de propagation, il s’articule autour de sept principes (voir la contribution de A. Thomas et al.).

Tableau 8 Gestion et contrôle des voies d’entrée en Nouvelle-Calédonie (source : K. Budd, 2000)

Tableau 8 Gestion et contrôle des voies d’entrée en Nouvelle-Calédonie (source : K. Budd, 2000)

24Les deux premiers principes concernent précisément les points de contrôle, que l’on peut regrouper en trois catégories.

  • Les contrôles avant la frontière : ils engendrent un surcoût pour le consommateur final (inspection/vérification par le pays exportateur) mais qui compensent le manque d’équipement ou de personnel douanier.
  • Les contrôles à la frontière : ce sont les plus utilisés. Certains pays adoptent des mesures encore plus strictes, comme l’Australie ou la Nouvelle-Zélande, qui exigent en outre une étude d’impact environnementale de l’espèce introduite.
  • Les contrôles post-introduction : deux types de points de contrôle sont généralement proposés, ceux relatifs à des projets d’infrastructures (routes, exploitations minières…) et ceux associés à des réserves, parcs naturels et autres zones protégées.

25Au-delà de ces différents constats, il apparaît que la probabilité d’introductions accidentelles d’espèces par les personnes serait limitée et que ces introductions seraient plutôt liées à des insectes ou à des graines contenus dans les biens personnels ou ménagers en soute, moins bien contrôlés. La probabilité d’introduction (volontaire ou involontaire) d’espèces animales ou de produits animaux semble faible elle aussi, elle n’est toutefois pas négligeable (voir le tableau 4 relatif aux espèces allochtones de vertébrés p. 43). Il en va tout autrement pour les plantes (pas de quarantaine ex post, manque de contrôle des effets personnels), notamment à la faveur du fort développement du secteur des plantes ornementales (voir p. 33). La probabilité d’introduction volontaire via le courrier postal de graines et semences est également importante. Quant aux probabilités d’établissement et de propagation (donc le taux de réussite d’une introduction), elles sont élevées pour les diverses raisons évoquées précédemment (environnement, infrastructures, activités économiques…). Le problème le plus préoccupant concerne la probabilité d’invasion des îles à partir de la Grande Terre. Il est clair qu’aucune intervention, de quelque nature qu’elle soit, ne peut totalement annuler le risque d’introduction d’espèces.

Table des illustrations

Titre Tableau 7 – Exemples de vecteurs d’introduction (source : S. Burgiel et al., 2005)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7629/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 247k
Légende Carte 2. Invasion potentielle du miconia (Miconia calvescens) en Nouvelle-Calédonie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7629/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Titre Tableau 8 Gestion et contrôle des voies d’entrée en Nouvelle-Calédonie (source : K. Budd, 2000)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7629/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 682k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search