Version classiqueVersion mobile

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Première partie. Synthèse et Recommandations

Ces espèces qui envahissent la Nouvelle-Calédonie

Texte intégral

1C’est au début des années 1980 que le premier programme international sur les espèces envahissantes voit le jour. Intitulé « L’écologie des invasions biologiques », ce programme était lancé en 1982 à l’initiative du Scientific Committee on Problems of the Environment (SCOPE), qui dépend du Conseil international pour la science (ICSU). L’un des premiers ouvrages publiés dans le cadre de ce programme (en 1986) concerne l’Australie, qui a vu le nombre d’espèces introduites et naturalisées dans au moins quatre États augmenter linéairement depuis l’arrivée des Européens (1788). Il sera suivi de plusieurs ouvrages relatifs à d’autres régions du monde : l’Amérique du Nord et Hawaii, l’Afrique du Sud, l’Europe et le Bassin méditerranéen, les Tropiques. La synthèse de l’ensemble du programme paraîtra en 1989 sous le titre Biological invasion, a global perspective (J.A. Drake et al., John Wiley & Sons Ltd).

2En ce qui concerne la Nouvelle-Calédonie, on peut supposer que des espèces y ont été introduites depuis environ 4 000 ans. De fait, la venue de l’homme y fut assez tardive, comme en témoigne l’un des plus anciens sites archéologiques ayant été découverts à ce jour (sur l’île des Pins), datant de 2000 ans avant J.-C. Depuis cette époque, la présence humaine semble avoir été permanente, la découverte de la Grande Terre par le Britannique James Cook remontant à l’année 1774 de notre ère. L’histoire géologique mouvementée des quelques centaines d’îles qui constituent la Nouvelle-Calédonie, leur isolement géographique ancien, leurs singularités topographiques, hydrologiques et climatiques, permettent de supposer, et cela a été largement vérifié, qu’elles se distinguent les unes des autres par la richesse et la composition de leurs flores et de leurs faunes autochtones. Ce chapitre propose une première évaluation du nombre et de la nature des espèces envahissantes, animales et végétales.

QUESTIONS DE DÉFINITION

3Dans les développements qui suivent, nous qualifions d’envahissante « toute espèce (allochtone, exotique, importée) dont l’introduction volontaire ou fortuite, mais surtout la prolifération dans les milieux naturels ou semi-naturels, provoquent ou sont susceptibles de provoquer des nuisances » dans l’archipel néo-calédonien (Anonyme, 2004). On utilisera parfois le terme d’« invasif », par analogie avec la terminologie anglo-saxonne (invasive)

  • 1 Pour plus de précision sur ces définitions, consulter en particulier les contributions de M. Pasca (...)

4Par espèce allochtone d’une entité biogéographique, on désigne une espèce vivant dans une entité extérieure à l’aire de répartition naturelle de l’espèce. Ce qualificatif s’oppose donc à autochtone. Les définitions d’allochtone et d’autochtone se réfèrent ainsi à la notion d’aire de répartition naturelle d’une espèce, qui n’a aucune raison de correspondre aux limites géographiques des États, et encore moins à des limites administratives. Compte tenu du grand nombre d’îles constituant le territoire néo-calédonien, une espèce donnée peut fort bien être autochtone (souvent endémique) de l’une d’entre elles, voire d’une partie de son territoire, et allochtone des autres. Bien entendu, une espèce peut être allochtone sans pour autant être invasive1.

UN ARCHIPEL TRÈS EXPOSÉ

5Caractérisée par un climat tropical plutôt « tempéré », la Nouvelle-Calédonie connaît deux saisons principales : une saison chaude (mi-novembre à mi-avril) et une saison fraîche (mi-mai à mi-septembre). Entre les deux, on distingue deux intersaisons : la petite saison sèche (mi-avril à mi-mai) et la saison sèche (mi-septembre à mi-novembre). La température moyenne annuelle varie entre 21,9 °C et 24,1 °C, avec un maximum aux mois de janvier et février. Ce climat relativement clément offre des conditions favorables à l’installation d’un grand nombre d’espèces envahissantes. Les disparités sont toutefois significatives entre les différentes zones de l’archipel, du fait de sa configuration géographique (voir la Carte 1) : la sécheresse de la côte ouest et du nord contraste avec le climat beaucoup plus arrosé des régions de la côte est et du sud. Les différences de pluviométrie d’une zone à l’autre limitent naturellement l’extension sur tout le territoire des espèces envahissantes, étant donné la spécificité des besoins en eau de chaque espèce.

Carte 1 Carte de situation
Située entre 18° et 23° de latitude S et entre 164° et 167° de longitude E, la Nouvelle-Calédonie est constituée d’une île principale, la Grande Terre, et de dépendances, le tout représentant une superficie totale émergée de 18 585 km2. La Grande Terre (16 890 km2) se prolonge par de petites îles isolées comme l’île des Pins, au sud, ou l’archipel des Belep dans le lagon au nord. Au nord s’étendent les atolls coralliens de Huon et de Surprise (récifs d’Entrecasteaux). L’archipel des Loyauté, au nord-est de la Grande Terre, comprend trois îles principales : Ouvéa, Lifou, Maré. À l’ouest de la Grande Terre, s’étend en particulier le plateau des Chesterfield avec les deux atolls de Chesterfield et de Bellona.

6La vulnérabilité de l’archipel est pour une grande part liée à ses échanges commerciaux (voir en particulier la contribution de M. Delos et al.) La Nouvelle-Calédonie commerce avec près de 150 pays (Europe occidentale et centrale, Europe de l’Est, États-Unis, Asie, Afrique, Proche-Orient). Les partenaires sont pour moitié des pays tempérés industrialisés (46 % des importations en valeur depuis la France en 2003), l’autre moitié étant constituée de pays tropicaux (35 %) et de pays insulaires au climat similaire à celui de la Nouvelle-Calédonie (15 %). Parmi les biens importés (voir le tableau 1) : les produits alimentaires (+ 24 %, en valeur de 1994, entre 1999 et 2003), les machines (+ 85 %), le matériel de transport (+ 238 %), le bois (stable).

Tableau 1 - Importations de la Nouvelle-Calédonie entre 2001 et 2003 en millions de F CFP (1 000 F CFP = 8,38 €)

Tableau 1 - Importations de la Nouvelle-Calédonie entre 2001 et 2003 en millions de F CFP (1 000 F CFP = 8,38 €)

Source : Direction régionale des douanes

7Du fait de l’évolution de l’économie de la Nouvelle-Calédonie, l’agriculture ne représente plus que 1,9 % du PIB, proportion similaire à d’autres collectivités ultramarines ou à la métropole.

8Si le secteur alimentaire dépend encore massivement des importations (environ 70 000 tonnes de produits frais d’origine animale ou végétale chaque année) de productions techniquement ou économiquement non réalisables localement (cultures tempérées, produits surgelés), le contexte agricole a considérablement évolué depuis 15 ans. Durant cette période, le taux de couverture par la production locale a augmenté de 41 % à 53 % en raison d’une progression régulière de la production agricole dont la valeur est passée de 34,5 M€ en 1991 à 88,8 M€ en 2004.

9De nouvelles filières ont émergé durant cette période avec, en particulier, l’exportation de squash (petite cucurbitacée) vers le Japon (3 029 tonnes en 2002) et d’autres exportations de fruits et légumes qui ont connu un développement remarquable avec une valeur de la production augmentant de 8,4 à 24,3 M€.

10Cependant, les productions locales, et en particulier celles des fruits et légumes, sont périodiquement touchées par les cyclones (Rewa en 1994, Béti en 1996, Frank en 1999, Erica en 2003) qui induisent des importations nécessaires. Or, les fruits et légumes constituent les principaux vecteurs des Tephritidae (mouches des fruits) dont l’introduction d’espèces supplémentaires est indésirable en Nouvelle-Calédonie. En ce qui concerne les céréales, la production a été multipliée par 18 en 10 ans (6 095 tonnes de maïs et 19 tonnes de blé pour l’année 2003). Mais de nombreux organismes spécifiques du maïs sont mentionnés sur les listes de quarantaine (une liste non encore exhaustive).

11L’horticulture ornementale est par ailleurs un secteur en pleine expansion. De 37, en 1989, le nombre d’exploitations est passé à 168, en 2003, et il continue de progresser. L’essentiel des exploitations (70 %) se concentre dans la province Sud, où la demande est la plus forte. Cette région concentre ainsi 95 % des 100 hectares consacrés à l’horticulture sur le territoire. Les trois quarts de ce matériel végétal de base est importé, d’où un facteur de risque important (voir le tableau 2).

12Les espèces florales les plus commercialisées sous forme de fleurs coupées sont les roses (plus d’un million de tiges), les anthuriums (plusieurs centaines de milliers de tiges), les tournesols, les strelizias (plusieurs dizaines de milliers), les gerberas et les orchidées, les deux dernières étant pour la plupart directement importées. Toutes ces espèces (en pots ou fleurs coupées) constituent des supports potentiels d’organismes nuisibles majeurs figurant sur les listes de quarantaine, qu’il s’agisse d’insectes [Aleurodes (Bemisia sp.), mineuses (Lyriomyza sp.), noctuelles (Hélicoverpa sp.)] ou de bactéries (Xanthomonas). Signalons, par exemple, qu’à la faveur d’échanges de plants, la bactérie Xanthomonas campestris pv dieffenbachiae s’est implantée dans de nombreux pays tropicaux où la culture de l’anthurium est possible. La polyphagie de certains de ces organismes les rend aussi dangereux pour les végétaux des milieux naturels que pour les espèces cultivées avec lesquelles elles sont introduites.

Tableau 2 - Origine des produits de l’horticulture ornementale (fleurs coupées et plants d’ornement)

Tableau 2 - Origine des produits de l’horticulture ornementale (fleurs coupées et plants d’ornement)

13L’introduction d’espèces exotiques, végétales et/ou animales, peut également être le fait de touristes. Aujourd’hui, ce risque semble relativement réduit, en raison du faible développement de l’activité touristique (environ 100 000 touristes par an, chiffre stable depuis 10 ans). Le nombre de touristes a malgré tout doublé entre 1986 et 2003, ce qui doit inciter à la vigilance, d’autant que certains points d’entrée des croisiéristes peuvent être insuffisamment surveillés.

14En revanche, les flux de main d’œuvre liés à l’exploitation du nickel induisent un risque important. La Nouvelle-Calédonie, qui détient environ 20 % des réserves de la planète, est à ce jour le troisième producteur mondial. Sa production continue de progresser et s’appuie pour une grande part sur de la main d’œuvre étrangère.

15En liaison avec l’activité minière, de nouveaux points d’entrée sur le territoire ont d’ailleurs été mis en place, ou le seront à court terme : Koumac (au nord de la Grande Terre), Goro (au sud de la Grande Terre), mais également à Koné (à l’ouest de la Grande Terre). Traditionnellement, les points d’entrée à surveiller étaient essentiellement le port de Nouméa, où se fait 99,9 % du trafic de marchandises, et l’aéroport international de Tontouta, qui voit transiter 200 000 voyageurs par an, pour moitié touristes, pour moitié résidents (l’introduction d’espèces exotiques étant plus à craindre de la part des résidents que des touristes). Le trafic postal constitue une autre voie d’entrée d’espèces envahissantes. Le risque est de plus en plus important à la faveur du succès des achats en ligne via l’internet, les produits étant ensuite acheminés par courrier. C’est en particulier le cas de graines et de semences destinées à l’horticulture commerciale ou résidentielle.

16Le contrôle des points d’entrée internationaux représente bien sûr l’un des points clés d’un système de prévention contre les espèces envahissantes et d’un dispositif de biosécurité. Cela ne doit pas faire oublier que le trafic intérieur, notamment inter-îles, représente un facteur de contamination important d’une île à l’autre.

VERTÉBRÉS ENVAHISSANTS

17Par souci de rigueur, le phénomène des invasions biologiques doit être appréhendé sur une période suffisamment longue, à l’inverse de trop nombreux travaux qui portent sur une période récente. Ces derniers présupposent à tort que les sociétés humaines n’auraient que très récemment influé sur leur environnement, ce qui conduit à des biais d’interprétation : ils tiennent alors pour naturelles des situations qui sont en fait le résultat de longues pratiques anthropiques néolithiques. En conséquence, le domaine temporel pris en compte dans cette étude s’étend de 2000 ans avant J.-C. (date des plus anciens témoignages archéologiques de présence humaine) à aujourd’hui (en 2005). De même que sera retenue, dès lors qu’elle est connue, la date d’introduction de l’espèce, sans préjuger de sa date d’installation dans les milieux naturels.

18Par ailleurs, parmi les espèces autochtones ou allochtones réputées appartenir à la faune de Nouvelle-Calédonie, une partie seulement se reproduit sur son territoire, et certaines ne le fréquentent qu’à d’autres périodes de leur cycle biologique. De nombreuses espèces d’oiseaux entrent dans cette dernière catégorie, mais aussi des poissons ou des mammifères (comme les cétacés, qui se reproduisent en mer). C’est pourquoi dans la suite, il sera inclus dans la définition d’allochtone et d’autochtone le fait de s’y reproduire et de constituer une ou des population(s) pérenne(s). Sans ce préalable, il faudrait répertorier toutes les espèces allochtones représentées fugacement sur ce territoire, ce qui est exclu en l’état actuel des connaissances. En outre, un tel exercice présenterait peu d’intérêt dans le cadre de la présente étude.

19Cela étant admis, on dénombre à l’échelle de l’archipel néo-calédonien quelque 295 espèces de vertébrés terrestres ou d’eau douce et saumâtre. Sur ces 295 espèces, 9 espèces anguilliformes et 7 espèces mugiloformes sont réputées se reproduire exclusivement en mer, ce qui réduit à 279 le nombre de celles à retenir dans cette étude, conformément aux règles précitées. Au cours des quatre derniers millénaires (époque mélanésienne jusqu’en 1774, époque historique ensuite), 18 espèces ont disparu du territoire, quinze d’entre elles, endémiques de la Nouvelle-Calédonie, sont éteintes à l’échelle du globe (soit 8 % des vertébrés endémiques et autochtones du territoire). Parmi ces disparitions, 14 (soit 76 %) sont intervenues pendant la période mélanésienne : 4 espèces de reptiles, 10 espèces d’oiseaux. Les 4 autres (soit 24 %) sont intervenues pendant la période historique et ne concernent que des oiseaux. Cela revient à évaluer le taux de disparition par siècle à 0,4 pendant la période mélanésienne et à 1,6 pendant la période historique, soit quatre fois plus.

20Le nombre d’espèces allochtones représente 15 % du nombre total d’espèces recensées, soit, en faisant abstraction des espèces disparues, 16 % du peuplement actuel de la Nouvelle-Calédonie. Elles représentent aujourd’hui 17 % du peuplement de poissons, 100 % des amphibiens (une seule espèce), 4 % du peuplement de reptiles, 17 % du peuplement d’oiseaux et 57 % du peuplement de mammifères. Sur les 42 espèces allochtones recensées, 4 ont envahi le territoire récemment et de façon apparemment spontanée. Il s’agit de 4 oiseaux : la gallinule sombre (Gallinula tenebrosa), le vanneau soldat (Vanellus miles), le blongios nain (Ixobrychus minutus) et le grand cormoran (Phalacrocorax carbo). Sur les 38 autres, 37 ont été introduites à l’époque historique, délibérément ou non, et une seule de façon certaine à l’époque mélanésienne : le rat du Pacifique (Rattus exulans). Par ailleurs, il se pourrait que la présence du boa de Bibron (Candoia bibroni), de cinq geckos (Gehyra vorax, Hemidactylus garnotii, Hemiphyllodactylus typus, Lepidodactylus lugubris, Nactus pelagicus) et d’un scinque (Emoia cyanura) provienne, soit d’invasions spontanées, soit d’introductions par l’homme. Au cas où cette hypothèse se confirmerait, cela porterait le nombre d’espèces allochtones de la Nouvelle-Calédonie à 49 (18 % de son peuplement actuel). S’il s’avérait que leur apparition date de l’époque mélanésienne, 8 invasions se seraient produites pendant cette époque et 41 pendant l’époque historique, soit respectivement 16 % et 84 % du total des invasions.

Tableau 3 - Effectif des vertébrés disparus, endémiques, autochtones et allochtones de chaque entité insulaire prise en considération

Tableau 3 - Effectif des vertébrés disparus, endémiques, autochtones et allochtones de chaque entité insulaire prise en considération
  • * Entre parenthèses : le nombre d’espèces potentiellement présentes dont l’absence n’est pas spécifi (...)
  • Pourcentage représentant le nombre d’espèces allochtones présentes par rapport au nombre cumulé d’ (...)

Note **
Note **

21Ce sont bien sûr les îles habitées qui représentent le taux d’allochtonie le plus important (voir l’inventaire détaillé sur la contribution de M. Pascal et al., et le tableau 3). Celui de la Grande Terre, qui héberge la totalité des espèces allochtones de Nouvelle-Calédonie, est près de deux fois plus élevé que celui des diverses îles des Loyauté (la valeur très basse enregistrée pour l’île des Pins semblant sous-estimée). Les entités insulaires très isolées et jamais habitées détiennent le taux le plus bas (Entrecasteaux 2, Walpole et Hunter). La Grande Terre constitue donc une source potentielle majeure d’introduction pour les autres entités insulaires néo-calédoniennes (proximité géographique, relations commerciales privilégiées). À noter que les îles Belep et Beautemps-Beaupré, ainsi que certaines îles satellites des grandes îles ont été éliminées de l’étude, par manque de données. Par ailleurs, les îles du plateau des Chesterfield ont été regroupées en un seul ensemble et celles des récifs d’Entrecasteaux en deux ensembles, compte tenu des informations disponibles.

22L’impact de nombreuses espèces allochtones de vertébrés reste inconnu, faute d’étude disponible. Le tableau 4 présente les espèces dont l’impact a déjà fait l’objet d’une documentation en Nouvelle-Calédonie et celles dont on connaît les effets dans d’autres régions (voir les fiches détaillées dans la contribution de M. Pascal et al.). Certaines d’entre elles figurent sur la liste de l’UlCN des 100 espèces engendrant les dysfonctionnements les plus importants sur les écosystèmes d’accueil.

23Outre les facteurs de contamination déjà cités entre la Grande Terre et les autres îles (proximité géographique, trafic de marchandises et de passagers), il en est un troisième directement lié aux motivations des introductions d’espèces (cynégétique, pêche, colombophilie, aquariophilie, nouvelles espèces d’animaux de compagnie...). Si certaines de ces introductions peuvent au prime abord sembler légitimes, il ne faut jamais oublier que toutes ont des conséquences et qu’elles sont à proscrire en l’absence de solides travaux d’écologie destinés à en apprécier les rapports bénéfices/risques. Les mesures prises pour limiter les introductions d’espèces allochtones depuis l’extérieur du territoire doivent donc également être mises en application au sein du territoire.

24Le peu de connaissances sur la biologie, l’écologie et l’impact local des 20 espèces du tableau 4 interdit d’en établir une liste hiérarchisée fiable en fonction du risque encouru par les écosystèmes néo-calédoniens ou la santé humaine et animale. En revanche, le fait que 12 d’entre elles soient sur la liste de l’UlCN les désigne comme devant faire l’objet très rapidement d’une attention particulière. D’autres, comme le cerf rusa, imposent d’adopter des solutions pragmatiques (voir la contribution de J.-Cl. Lefeuvre). Le cerf rusa est à la fois crédité du statut d’animal domestique et d’animal de chasse : la production de viande de cerf a été multipliée par plus de 7 entre 1991 et 2002. Son éradication rencontrerait une très forte opposition des populations. Il faut donc imaginer une gestion de ce problème à l’échelle locale (création de zones protégées, plans de chasse raisonnée...).

  • Pour plus d’informations, se reporter à la contribution de M. Pascal et al.

Tableau 4 - Impact des espèces allochtones de vertébrés en Nouvelle-Calédonie

Tableau 4 - Impact des espèces allochtones de vertébrés en Nouvelle-Calédonie‡

PLANTES ENVAHISSANTES

25Il sera ici question des plantes actuellement envahissantes mais aussi des plantes potentiellement envahissantes. Ces dernières sont soit présentes en Nouvelle-Calédonie, mais à l’état d’« espèces dormantes », soit encore absentes mais connues pour produire des dégâts importants dans les îles tropicales et subtropicales du Pacifique et de l’océan Indien. L’objectif n’est pas de fournir des fiches descriptives de ces plantes (disponibles dans la bibliographie ou sur des sites internet ; voir la contribution de J.-Y. Meyer et al.), mais d’essayer de les hiérarchiser au vu de leur impact écologique et socio-économique.

26Selon l’inventaire le plus récent des plantes introduites et cultivées en Nouvelle-Calédonie (voir le Catalogue des plantes introduites et cultivées en Nouvelle-Calédonie de H. S. MacKee, Museum national d’histoire naturelle, 1994), on dénombre 1 412 taxons (espèces, sous-espèces, variétés et cultivars). Parmi eux, on compte 708 taxons cultivés, 170 cultivés ou spontanés, 87 spontanés. Il semble que 360 de ces taxons soient naturalisés, dont 64 (soit 4 % de la flore introduite et 18 % de la flore naturalisée) peuvent être considérés comme des plantes envahissantes (voir la liste des plantes considérées comme envahissantes en Nouvelle-Calédonie dans la contribution de J.-Y. Meyer et al.). À ces 64 s’ajoutent le pin des Caraïbes, l’Imperatra cylindrica (mauvaise herbe) et l’Heteropogon contortus (également mauvaise herbe), ce qui porte à 67 le nombre d’espèces envahissantes dans l’archipel.

27On trouve des plantes introduites sur toutes les îles principales de Nouvelle-Calédonie (Grande Terre, îles Loyauté, île des Pins, îles Belep, île Walpole), la Grande Terre en concentrant le plus fort pourcentage avec 1 294 espèces sur 1 412 (voir le tableau 5). De même, toutes les îles principales sont touchées par les plantes envahissantes, la Grande Terre se plaçant là encore en tête (64 espèces sur 67), suivie par l’île des Pins et les îles Loyauté.

Tableau 5 - Nombre et répartition des espèces introduites (envahissantes, naturalisées, subspontanées et cultivées) dans l’archipel néo-calédonien (modifié, d’après MacKee, 1994)

Tableau 5 - Nombre et répartition des espèces introduites (envahissantes, naturalisées, subspontanées et cultivées) dans l’archipel néo-calédonien (modifié, d’après MacKee, 1994)

28Il n’existe pas, à proprement parler, de système adopté au plan international pour classer et hiérarchiser par ordre d’importance les espèces végétales envahissantes. Une classification des 117 principales plantes envahissantes en Afrique du Sud a été récemment effectuée par un panel d’experts. Ils se sont appuyés sur une méthodologie croisant quatre facteurs : l’aire de répartition actuelle de l’espèce (très large, large ou localisée), l’abondance géographique de l’espèce (abondante, commune, rare), les habitats susceptibles d’être envahis (nombre élevé, modéré, petit, zones riveraines) et la taille de propagules (nombre d’individus, élevé, modéré ou faible). Pour Q.C.B. Cronk et J.L. Fuller (1994), les plantes envahissantes majeures ou dominantes sont les espèces introduites et naturalisées « qui causent une modification significative dans la composition, la structure et le fonctionnement de l’écosystème ».

29Parmi les espèces ayant un impact écologique et socio-économique important figurent :

  • les plantes aquatiques tropicales et subtropicales (Eichhornia spp., Salvinia molesta, Egeria densa) capables d’envahir les lacs, mares et rivières, de provoquer une baisse d’oxygénation des eaux et de la lumière, de favoriser une augmentation de la turbidité et de la sédimentation, d’induire l’assèchement ou l’eutrophisation des cours d’eau et d’obstruer les canaux d’irrigation ;
  • les graminées dites pyrophytes (Andropogon spp., Melinis spp., Pennisetum spp.) qui forment des touffes denses hautement inflammables, augmentant l’intensité et la fréquence des feux, et capables de se régénérer après incendie ;
  • des arbres sur-consommateurs d’eau (Acacia mearnsii, Tamarix spp., Prosopis spp.) qui épuisent cette ressource limitée en zone sèche ;
  • les légumineuses (Acacia spp., Paraserianthes falcataria) et Myrica faya qui enrichissent le sol en azote et perturbent la succession secondaire naturelle ;
  • les lianes grimpantes (Thunbergia spp., Passiflora spp.) capables de recouvrir complètement les canopées.

30La liste des « 100 espèces étrangères parmi les plus envahissantes dans le monde » proposée par l’UlCN contient 32 plantes terrestres et deux plantes aquatiques d’eau douce présentant les caractéristiques ci-dessus. Parmi ces 34 plantes, 9 se rencontrent en Nouvelle-Calédonie : Arundo donax, Eichhornia crassipes, Imperata cylindrica, Lantana camara, Leucaena leuco-cephala, Schinus terebinthifolius, Wedelia trilobata, Miconia calvescence, Merrenia peltata.

31Quant aux plantes potentiellement envahissantes en Nouvelle-Calédonie, elles sont déterminées par comparaison avec des plantes devenues envahissantes ailleurs. C’est ainsi que sur 300 plantes envahissantes et mauvaises herbes majeures dans les îles et régions tropicales et subtropicales, 165 sont présentes sur l’archipel néo-calédonien, dont 47 également envahissantes, 66 naturalisées, 12 subspontanées et 40 cultivées (voir la contribution de J.Y. Meyer et al.). Le temps de latence entre le moment de l’introduction de l’espèce et celui où elle se révèle envahissante peut atteindre 100 ans. Chaque invasion biologique est un cas très particulier qui dépend à la fois des caractéristiques de l’espèce, de son origine, de son histoire, mais aussi des caractéristiques du milieu envahi.

32Reste que le nombre d’espèces introduites, naturalisées et envahissantes dans l’archipel néo-calédonien, ainsi que leur densité par km2, semble relativement faible comparé à ce qui est observé dans les îles tropicales océaniques voisines du Pacifique (Hawaii, Polynésie française) ou de l’Océan Indien (la Réunion). De même, le pourcentage de la flore naturalisée par rapport à l’ensemble de la flore néo-calédonienne est peu élevé (10 % contre, par exemple, 40 à 50 % en Nouvelle-Zélande). Mais le développement économique actuel de la Nouvelle-Calédonie, associé à l’augmentation des échanges commerciaux et touristiques, risque de conduire à une augmentation (volontaire ou accidentelle) du nombre de plantes étrangères, donc à un risque plus élevé d’introduction de plantes envahissantes ou potentiellement envahissantes.

33Outre les modes d’introduction liés aux activités agricoles, horticoles et industrielles, un certain nombre de facteurs favorise l’introduction d’espèces éventuellement invasives : les perturbations naturelles (incendies, cyclones) ou anthropiques (fragmentation des forêts, surpâturage...), les phénomènes de mutualisme avec la présence d’espèces animales allochtones, l’invasibilité d’habitats naturels. Une attention toute particulière doit donc être portée aux espèces non encore présentes dans l’archipel, mais aussi à celles présentes et non encore naturalisées. Quoi qu’il en soit, il est aujourd’hui important d’actualiser le recensement de 1994. D’autant qu’il existe sans doute un biais dans l’évaluation de la situation de l’archipel telle qu’évoquée ci-dessus, en raison du manque d’inventaire récent publié.

INVERTÉBRÉS INTRODUITS ET POTENTIELLEMENT ENVAHISSANTS

34En Nouvelle-Calédonie, on estime à plus de 25 000 le nombre d’espèces d’invertébrés, parmi lesquelles seulement 6 000 seraient décrites. Faute d’enregistrements fossiles, il est difficile d’établir les changements faunistiques anciens. Pourtant, il est probable que dès l’époque mélanésienne, il y ait eu des introductions d’invertébrés, associées aux déplacements de plantes (hibiscus, bananiers,.). Quoi qu’il en soit, à partir des données bibliographiques, une liste de 518 taxons, dont la présence ne peut s’expliquer sans intervention humaine, a été établie. Cette liste comprend : 1 oligochète, 2 myriapodes, 3 crustacés, 17 nématodes, 31 mollusques, 43 arachnides et 421 insectes (voir la contribution de Jourdan et Mille). Parmi ces espèces, 511 maintiennent des populations pérennes dans la nature : 21 espèces concernent les milieux d’eau douce, 66 sont des invertébrés en interaction avec la santé humaine ou vétérinaire, 55 sont des auxiliaires de lutte biologique, et enfin 369 espèces concernent les milieux anthropiques et/ou naturels. Nous retrouvons dans cette dernière catégorie les ravageurs agricoles. Certaines de ces espèces constituent des espèces de quarantaine pour le commerce mondial, et des traitements spécifiques sur les cargaisons à risque en provenance de Nouvelle-Calédonie sont imposés par les pays importateurs, comme dans le cas de la mouche des fruits, Bactrocera tryoni. La majorité des introductions sont accidentelles, cependant 51 espèces ont été introduites délibérément, dont 47 à des fins de lutte biologique (42 se sont établies avec succès) et 4 autres à des fins alimentaires : l’escargot de bourgogne Cantareus aspersus et 3 variétés de l’abeille domestique. Tous les milieux naturels néo-calédoniens sont concernés par les invertébrés allochtones. Par contre, la plupart des exotiques sont recensées sur la Grande-Terre, l’information reste lacunaire pour les autres îles. L’impact de la plupart de ces allochtones reste également inconnu, faute d’étude disponible. Dans ce contexte, il est difficile de hiérarchiser les espèces en fonction de leurs impacts écologiques et socio-économiques ; ou d’identifier les « espèces dormantes ». De ce point de vue, nous rappellerons que 6 des 14 invertébrés classés parmi les 100 espèces envahissantes qui engendrent les dysfonctionnements les plus importants selon l’IUCN, sont présents en Nouvelle-Calédonie : l’escargot géant d’Afrique Achatina fulica, l’euglan-dine rose Euglandina rosea, l’aleurode Bemisia tabaci, et les fourmis Anoplolepis gracilipes, Pheidole megacephala et Wasmannia auropunctata.

35Quant aux espèces susceptibles d’envahir le territoire, elles se comptent par centaines, voire par milliers. Une recherche bibliographique dans les territoires insulaires proches, a cependant permis d’établir une liste prioritaire de 541 taxa susceptibles d’être introduits en Nouvelle-Calédonie (voir la contribution de Jourdan). Cette liste comprend une majorité d’insectes (475 taxons), pour la plupart phytophages, mais également des arachnides (29 taxons), des mollusques (20 taxons) et des nématodes (17 taxons). La menace apparaît très variée, les quelques exemples proposés ci- après permettent de mesurer l’ampleur des nuisances éventuelles.

La fourmi de feu (Solenopsis invicta)

36Cette espèce sud-américaine est aussi connue sous le nom de Rifa, pour Red Imported Fire Ant. Elle a fait ses premiers ravages en Alabama, au début du xxe siècle, pour ensuite envahir tout le sud des États-Unis. Dotée d’un venin très puissant, elle est tristement célèbre pour ses effets négatifs sur la santé publique, sur l’agriculture, sur les infrastructures, sur la biodiversité et sur la qualité de la vie. Au cours des 20 dernières années, elle a envahi des îles des Caraïbes, en provenance de Floride, et elle pourrait continuer sa progression vers les îles du Pacifique en l’absence de mesures concertées. Une colonie peut contenir plus de 200 000 ouvrières. À raison de 150 colonies à l’hectare, leur densité peut atteindre jusqu’à 3 000 fourmis au mètre carré. Elles piquent dès qu’elles se sentent attaquées, chaque fourmi étant capable d’infliger plusieurs piqûres très douloureuses. Attirées par les équipements électriques, elles endommagent également toutes sortes d’équipements (boîtiers de feux de circulation, éclairages des pistes d’aéroports, systèmes de distribution électrique, systèmes de communication...). Des dizaines de millions de dollars US sont dépensés chaque année en pesticides, seuls moyens de contrôle actuel. Un plan de prévention des fourmis dans le Pacifique a été proposé, mais il attend un financement (voir la contribution de Lloyd Loope). De toutes les fourmis présentes dans la zone Pacifique, la fourmi de feu constitue avec la fourmi électrique la plus grande menace pour la qualité de vie humaine et pour la biodiversité.

La cicadelle à ailes vitreuses ou cicadelle pisseuse en Polynésie française (Homalodisca coagulata)

37Cette cicadelle est une espèce native du sud-est des États-Unis et du nord-est du Mexique. Sans doute transporté par des plantes d’ornement importées, cet insecte s’est établi à la fin des années 1980 dans le sud de la Californie, où il est aujourd’hui considéré comme un organisme nuisible majeur : il se nourrit et se reproduit sur plus de 300 espèces végétales (récoltes agricoles, plantations ornementales urbaines, espèces végétales indigènes.). Sa principale menace vient de sa capacité à véhiculer une bactérie, Xylella fastidiosa, qui se multiplie dans le xylème, produit des sécrétions et finalement bouche les canaux de transport de l’eau, jusqu’au dessèchement mortel de la plante hôte. Au premier rang des victimes, la vigne (y compris pour le raisin de table dont on connaît les projets de développement en Nouvelle-Calédonie).

38Sa présence conjuguée à celle de la bactérie transmissible Xylella peut constituer un énorme danger pour les végétaux indigènes et les écosystèmes des îles du Pacifique. La cicadelle à ailes vitreuses se multiplie par exemple rapidement sous le climat chaud et humide de la Polynésie française, où la présence de Xylella n’est toutefois pas encore avérée. Aucun biocontrôle n’a été à ce jour couronné de succès en Californie. À Hawaii, en revanche, où la cicadelle est introduite depuis 2004, un « agent de biocontrôle spontané » (un œuf parasite) limite pour l’instant son extension.

La cochenille du Pandanus

39Sur l’île de Maui (Hawaii), une cochenille du nom de Thysanococcus pan-daniStickney attaque l’arbre côtier Pandanus tectorius, entraînant de graves dommages et parfois la mort. Cet insecte n’était jusqu’alors connu qu’à Java et à Singapour. C’est en 1995 qu’il a fait son apparition à Hawaii, dans le jardin botanique de Hana (Maui), avant de se répandre sur toute la côte nord de Maui, sans toutefois atteindre les autres îles de Hawaii. Par le passé déjà, à la fin des années 1920, la plupart des Pandanus tectorius et Pandanus spurius de l’île de Rarotonga (îles Cook) avaient apparemment été détruits par Laminicoccuspandani. De même, il semble que de vastes zones plantées de Pandanus tectorius ont été détruites dans les années 1980 sur Atiu et Mangaia par cette même cochenille.

40Le genre Pandanus est une source importante de fibre. La Nouvelle-Calédonie en compte 18 espèces, dont 16 sont endémiques. Compte tenu de l’expérience acquise dans d’autres régions du Pacifique, l’archipel néocalédonien devrait se protéger contre les parasites de Pandanus. Une première étape consisterait à dresser la liste des insectes et des maladies qui attaquent les espèces de Pandanus dans les îles du Pacifique.

La cochenille des cycas (Aulacaspis yasumatsui)

41Indigène en Thaïlande et dans le sud de la Chine, cette cochenille fut décrite en 1972 à partir d’un Cycas sp. de Thaïlande. C’est à partir de 1996 qu’elle a été trouvée hors d’Asie du Sud-Est : sur des cycas d’ornement à Miami, puis à Hawaii. Elle a ensuite été détectée à Guam fin 2003 sur un cycas d’ornement, Cycas revoluta. Facilement transportée par le vent, elle s’est étendue sur les deux tiers du nord de l’île de Guam dans les deux ans qui ont suivi, infestant et tuant les cycas d’ornement et indigènes. Cycas micronesica, un cycas indigène propre à la Micronésie, semble particulièrement sensible, avec des taux de mortalité de 100 % dans les zones infestées.

42Comme de nombreux végétaux vasculaires de Nouvelle-Calédonie, les cycas constituent un groupe primitif de végétaux antérieurs à la plupart des taxons végétaux. Sur les 185 espèces de cycas connues dans le monde, la Nouvelle-Calédonie n’a qu’une seule espèce indigène, Cycas celebica. Le cas de la cochenille des cycas et son effet sur Cycas micronesica à Guam peuvent être interprétés comme un exemple particulièrement pertinent pour la Nouvelle-Calédonie, qui compte plusieurs douzaines d’espèces gymnospermes primitives.

La chenille urticante (Darna pallivitta)

43Indigène en Asie du Sud-Est, cette espèce envahissante a été découverte à Hawaii sur les palmiers d’une pépinière en 2001. Elle se nourrit sur un grand nombre de végétaux à feuillage et sa piqûre est douloureuse. Des entomologistes et des taxonomistes du ministère hawaïen de l’Agriculture semblent avoir trouvé des ennemis naturels de la chenille urticante (une guêpe ectoparasitaire et une mouche parasite), qui pourraient servir d’agents de biocontrôle.

Les moucherons culicoïdes (Culicoides spp.)

44Surtout présents dans les régions tropicales et subtropicales continentales, ils ne se trouvent guère dans les îles océaniques (sauf le nono de Polynésie française). Les femelles adultes de nombreuses espèces ont la spécialité d’aspirer le sang des vertébrés (humains et animaux domestiques ou sauvages). Au-delà de l’inconfort, ils véhiculent un certain nombre de virus, de protozoaires et de nématodes. L’impact potentiel de ces moucherons sur les oiseaux des îles peut également être significatif. Les moucherons du grand genre Culicoides (plus de 1 000 spp.) et de trois autres genres de la même famille (Ceratopogonidae) posent des problèmes en santé animale et humaine dans de nombreuses régions du monde.

ESPÈCES ENVAHISSANTES EN EAU DOUCE

45Le réseau hydrographique de la Grande Terre est assez dense, même si la forme allongée de l’île et son relief montagneux ne favorisent guère l’existence de grands cours d’eau. Les étangs, lacs et marais y occupent une superficie d’environ 4 000 hectares. La plaine des Lacs en particulier, au sud de la Grande Terre, se distingue par un taux d’endémisme très élevé, tant pour la faune que pour la flore. Dans les îles Loyauté, en revanche, il n’existe aucun réseau hydrographique constitué.

46En l’état actuel des prospections, on dénombre 50 à 60 espèces dans la flore aquatique (espèces sub-aquatiques non comprises), parmi lesquelles 11 à 12 sont endémiques, dont 4 très rares. Quant aux communautés benthiques d’invertébrés, elles sont largement dominées par les insectes (75 des 167 taxons identifiés). Par ailleurs, la richesse spécifique en poissons des « creeks » calédoniens, 64 espèces dont 11 endémiques, est très supérieure à celle de la Réunion ou de la Polynésie. Parmi ces espèces : le Galaxias neo-caledonicus, qui serait un vestige de l’ancienne faune du Gondwana. On observe la même richesse chez les crustacés décapodes (37 espèces, 14 endémiques). Le record d’endémicité est toutefois tenu par les mollusques : chez les gastéropodes d’eau douce, le taux d’endémicité est de 80 % (65 espèces sur 81), tandis qu’il atteint 100 % dans la famille des Hydrobiidae.

47En dépit de la fragilité des écosystèmes dulçaquicoles et de leur richesse en espèces endémiques, de nombreuses autres espèces y ont été introduites. Une douzaine d’entre elles sont des espèces envahissantes ou susceptibles de l’être : Pistia stratiotes, Nymphoides indica, Eichhornia crassipes, Typha domingensis, Marsilea mutica, Ipomoea aquatica, Ludwigia octoval-vis, Cladium mariscus, Hydrilla verticillata, Lemna aequinoctialis, Salvinia auriculata et Azolla pinnata. D’ores et déjà, il conviendrait d’en éradiquer sept, ou au minimum de les contrôler (voir le tableau 6).

48Parmi les espèces non encore présentes, mais contre lesquelles il faut se prémunir : l’élodée brésilienne (Egeria densa) qui peut former des tapis très denses et faire disparaître des espèces aquatiques autochtones des lacs et rivières. On la trouve à Hawaii, sur l’île de Pâques, en Nouvelle-Zélande et en Australie. Les seules tentatives d’éradication sont à base chimique, ce qui est peu envisageable en Nouvelle-Calédonie.

49En ce qui concerne les crustacés et les poissons, la plupart des introductions auraient été réalisées à l’initiative de la Commission Pacifique Sud, à des fins d’autosuffisance alimentaire. On a ainsi introduit deux espèces d’écrevisses et treize de poissons : le tilapia du Mozambique (Oreochromis mossambicus), le Tilapia zillii, le Sarotherodon occidentalis, le black-bass à grande bouche (Micropterus salmoides), le gourami perlé (Trichogaster pec-toralis), le dalag (Channa striata), le guppy (Poecilia reticulata), la gambusie (Gambusia affinis), le porte-épée (Xiphophorus hellerii), le gourami géant (Osphronemus gouramy), la carpe (Cyprinus carpio), le carassin doré ou poisson rouge (Carassius auratus) et la truite arc-en-ciel (Oncorhynchus mykiss). Les quatre dernières espèces de cette liste ne se sont pas acclimatées tandis que certaines ont disparu (la gambusie et le Tilapia zillii). Uniquement sept espèces se sont acclimatées et peuvent constituer un réel danger pour les espèces indigènes, c’est notamment le cas du black-bass (voir le tableau 4).

  • § Pour plus d’informations, se reporter à la contribution de J.-Cl. Lefeuvre

Tableau 6 - Sept plantes aquatiques, déjà présentes, à éradiquer ou à contrôler§

Tableau 6 - Sept plantes aquatiques, déjà présentes, à éradiquer ou à contrôler§

Notes

1 Pour plus de précision sur ces définitions, consulter en particulier les contributions de M. Pascal et al. et de J.-Y. Meyer et al. Par ailleurs, sur la base de ces définitions, on ne traitera pas ici des espèces ou variétés qui, bien qu’indigènes (autochtones) ou endémiques peuvent devenir envahissantes. En Nouvelle-Calédonie, c’est par exemple le cas de Casuarina collina (casuarinacée) et de Acacia spirobis subsp. spirorbis (légumineuse), qui manifestent un comportement invasif dans les groupements végétaux dégradés par les activités humaines. C’est aussi le cas de Commersonia bar-tramia (malvacée) à Port-Bouquet et dans la vallée de la Tchamba, ou de la liane Mucuna platy-phylla (légumineuse), qui sont capables de se propager rapidement et/ou de former des couverts monospécifiques au détriment d’autres plantes indigènes. S’il n’est pas nécessaire, ni prioritaire de les éradiquer (tâche d’ailleurs impossible), il faut éviter de les propager, et si possible informer les pays et archipels voisins sur les risques d’invasion par ces espèces néo-calédoniennes.

Notes de fin

* Entre parenthèses : le nombre d’espèces potentiellement présentes dont l’absence n’est pas spécifiée dans les textes.

Pourcentage représentant le nombre d’espèces allochtones présentes par rapport au nombre cumulé d’espèces endémiques et autochtones.

Pour plus d’informations, se reporter à la contribution de M. Pascal et al.

§ Pour plus d’informations, se reporter à la contribution de J.-Cl. Lefeuvre

Table des illustrations

Légende Carte 1 Carte de situationSituée entre 18° et 23° de latitude S et entre 164° et 167° de longitude E, la Nouvelle-Calédonie est constituée d’une île principale, la Grande Terre, et de dépendances, le tout représentant une superficie totale émergée de 18 585 km2. La Grande Terre (16 890 km2) se prolonge par de petites îles isolées comme l’île des Pins, au sud, ou l’archipel des Belep dans le lagon au nord. Au nord s’étendent les atolls coralliens de Huon et de Surprise (récifs d’Entrecasteaux). L’archipel des Loyauté, au nord-est de la Grande Terre, comprend trois îles principales : Ouvéa, Lifou, Maré. À l’ouest de la Grande Terre, s’étend en particulier le plateau des Chesterfield avec les deux atolls de Chesterfield et de Bellona.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 303k
Titre Tableau 1 - Importations de la Nouvelle-Calédonie entre 2001 et 2003 en millions de F CFP (1 000 F CFP = 8,38 €)
Légende Source : Direction régionale des douanes
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 367k
Titre Tableau 2 - Origine des produits de l’horticulture ornementale (fleurs coupées et plants d’ornement)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 240k
Titre Tableau 3 - Effectif des vertébrés disparus, endémiques, autochtones et allochtones de chaque entité insulaire prise en considération
Légende Note **Note **
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 340k
Titre Tableau 4 - Impact des espèces allochtones de vertébrés en Nouvelle-Calédonie
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 459k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 473k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 502k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 557k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 449k
Titre Tableau 5 - Nombre et répartition des espèces introduites (envahissantes, naturalisées, subspontanées et cultivées) dans l’archipel néo-calédonien (modifié, d’après MacKee, 1994)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 285k
Titre Tableau 6 - Sept plantes aquatiques, déjà présentes, à éradiquer ou à contrôler§
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7628/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 902k

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search