Versión clásicaVersión móvil

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Introduction

Texto completo

1Chaque année, 25 000 à 50 000 espèces disparaîtraient de la planète du fait des modifications provoquées par l’homme. Or, les invasions biologiques sont considérées par de nombreux organismes internationaux, dont la World Conservation Union (Union internationale pour la conservation de la nature, ou UICN), comme la seconde cause d’appauvrissement de la biodiversité au niveau international, juste après la destruction des habitats. Dans les petites entités insulaires, où la biodiversité est à la fois particulièrement originale et vulnérable, elles représenteraient même la première cause de ces extinctions d’espèces. Doté d’une flore et d’une faune uniques au monde, l’archipel néo-calédonien ne fait pas exception. Il se place parmi les dix points chauds (ou hot spots) de la diversité tropicale, certaines espèces ne se trouvant nulle part ailleurs. Le taux d’endémisme y est en outre très élevé : entre 75 % et 100 % selon les ordres ou les familles animales et végétales.

2Dans un contexte économique fondé sur la multiplication des échanges et sur la liberté des transactions, l’archipel n’échappe pas au risque d’introduction, volontaire ou involontaire, d’espèces animales et/ou végétales pourvues d’un fort potentiel d’envahissement. Le risque est d’autant plus grand que la Nouvelle-Calédonie a vu sa dépendance des importations s’accroître au cours des dernières années, notamment dans le secteur vivrier. Prendre la mesure de ces dangers est un défi de très grande importance que l’on doit apprécier en termes de défense du patrimoine et de l’environnement. La tâche est particulièrement complexe car il n’existe pas de profil biologique spécifique qui permettrait d’identifier a priori une espèce comme envahissante. Elle est encore plus difficile sur l’archipel, du fait du grand nombre d’îles qui le composent : les contrôles préventifs ne peuvent se limiter aux points d’entrée internationaux (aéroport de la Tontouta, port de Nouméa), compte tenu du volume des échanges entre les (inter-)îles habitées.

DES PRATIQUES ANCESTRALES

3Au plan mondial, la prise de conscience des problèmes posés par les espèces envahissantes fut d’autant plus tardive que, depuis le début de la dernière ère interglaciaire (celle dans laquelle nous vivons), l’homme n’a cessé de véhiculer des espèces végétales et animales hors de leur habitat d’origine. Les introductions d’espèces ont longtemps été considérées comme un moyen efficace d’améliorer le sort des communautés humaines et en particulier de renforcer les ressources alimentaires d’une population mondiale en pleine expansion. La démarche d’introduction volontaire dans un but utilitaire peut donc être qualifiée de traditionnelle. À telle enseigne que bien peu d’agriculteurs européens, par exemple, seraient en mesure de situer l’origine des espèces végétales qu’ils cultivent au quotidien : des pommes de terre péruviennes au blé noir de Mandchourie, du maïs et des haricots de Mésoamérique aux pommiers du Caucase ou au lin du Proche-Orient, etc. De même, rares sont les éleveurs à savoir que les ancêtres de leurs dindes viennent de Mésoamérique ou du sud de l’Amérique du Nord, que leurs poules sont originaires d’Indonésie et leurs pintades d’Afrique tropicale.

4Les introductions, destinées à renforcer le potentiel productif des nations, ont d’ailleurs toujours eu d’ardents défenseurs. Ceux-ci trouveront avec la multiplication des voyages d’exploration, à partir du xvie siècle, des motifs supplémentaires de satisfaction : la découverte de nouveaux continents, dont les Amériques, révèle la prodigieuse diversité des flores exotiques, en particulier celle des flores tropicales. Les « jardins d’acclimatation » vont voir le jour. Parmi eux, l’un des tout premiers, les Jardins du Roy créés en 1635, n’aura d’autre but que de faciliter les introductions d’espèces exotiques. La réussite de ces introductions par des savants tels que Bernard de Jussieu (1699-1777) a suscité l’admiration. Cette tradition sera maintenue lors de la transformation des Jardins du Roy en Museum national d’histoire naturelle en 1793. Geoffroy Saint-Hilaire (1778-1844), zoologiste, créera à cette époque la ménagerie du Jardin des Plantes, mais aussi la Société Impériale d’Acclimatation. Jusqu’à nos jours, l’engouement du public pour des plantes ou des animaux à leurs yeux exotiques ne s’est jamais démenti.

5L’inquiétude sur les risques encourus ne date toutefois pas d’aujourd’hui. La littérature abonde en descriptions d’exemples d’introductions fortuites ou volontaires ayant entraîné des épidémies ou des épizooties : les pestes bubonique et respiratoire du Moyen-Âge, les épidémies de grippe, de variole, de choléra, de rage, les épidémies de mildiou chez les végétaux, la propagation des virus du West Nile, du Sras, etc. Face à ces risques, les États ont généralement mis en place des systèmes de contrôle et de lutte (biosurveillance, vaccination, mesures d’éradication...). Ces systèmes sont essentiellement dirigés contre les agents infectieux et les espèces réservoirs et/ou vectrices qui en sont responsables. Le risque correspondant est universellement reconnu par tous et ces mesures, quelles qu’en soient les contraintes, sont unanimement acceptées.

DES ESPÈCES PARFOIS UTILES, PARFOIS SUPERFLUES

6Il n’en va pas de même pour les espèces considérées comme « utiles » (espèces horticoles, gibier, plantes d’intérêt agricole, animaux de compagnie...), introduites volontairement pour des motifs parfois très discutables et qui échappent par négligence ou inconscience au contrôle humain, alors qu’elles ont un potentiel d’envahissement insoupçonné ou délibérément ignoré. D’autant qu’il y a encore une vingtaine d’années, une forte proportion de scientifiques manifestait une relative indifférence à ce problème, excepté dans le secteur agronomique, même si la première évocation de la notion d’espèce envahissante remonte en fait à 1855, sous la plume d’Alphonse de Candolles. Mais à l’époque, le botaniste suisse traitait surtout cette question sous l’angle d’une extension d’aire de répartition susceptible d’aboutir au cosmopolitisme d’une espèce.

7Bien entendu, toute espèce importée dans un pays, volontairement ou non, ne s’installe pas nécessairement, même de manière fugace, à l’état sauvage. Quant aux espèces introduites, elles peuvent rester cantonnées là où elles ont été implantées. Elles ne sont considérées comme espèces naturalisées que lorsqu’elles s’étendent naturellement hors de ces points d’implantation. Parmi les espèces naturalisées, sont qualifiées d’invasives, ou d’envahissantes, celles qui par leur prolifération dans des milieux naturels ou modifiés produisent des changements significatifs de composition, de structure et/ou de fonctionnement des écosystèmes. Il est clair, cependant, que la grande majorité des introductions ne survit pas. La littérature est peu documentée à ce sujet. Certaines de ces espèces peuvent d’ailleurs rester ignorées pendant très longtemps, disparaître ou se développer en espèces envahissantes dès lors que le changement d’un caractère du milieu les rend plus compétitives.

8Sur la base de nombreux exemples, le biologiste britannique Mark Williamson a établi en 1996 une règle dite des 3 x 10. Il semblerait qu’en moyenne, sur 1 000 espèces végétales ayant fait l’objet d’une introduction, 100 seraient implantées, 10 sont réellement naturalisées et une seule deviendra invasive. Cette réduction drastique du nombre d’espèces réellement invasives par rapport au nombre d’espèces introduites volontairement ne doit pas pour autant inciter à négliger la gravité du phénomène, loin de là, comme en témoigne l’exemple que Williamson donne pour la Grande-Bretagne. En effet, sur 12 000 espèces importées au Royaume-Uni, 1 600 sont introduites, 200 seront naturalisées et, parmi elles, 39 seront invasives.

9Or, les coûts environnemental et économique de ces invasions peuvent être très élevés (voir les p. 59 et 70). Les espèces étrangères invasives se sont étendues et ont affecté virtuellement chaque type d’écosystème du globe. Elles ont contribué à des centaines d’extinctions d’autres espèces, spécialement en condition d’insularité. Le risque d’homogénéisation des paysages et des écosystèmes s’accroît avec l’évolution des comportements humains. Par exemple, on peut citer l’abolition de la saisonnalité des ventes de fruits et légumes, avec la consommation de fraises, de cerises, de melons ou de haricots verts en hiver. Cela se traduit par l’introduction de ces espèces domestiquées dans des pays situés à des latitudes différentes et, en retour, par des transferts intercontinentaux entre nouveaux lieux de production et de consommation de ces produits, ce qui peut favoriser l’introduction de parasites et « ravageurs » de culture. Les risques sont encore plus grands lorsqu’il s’agit d’échanges de plantes sauvages ou ornementales domestiquées, sous forme de graines, de propagules ou de plantes entières entre continents.

10Au plan économique, si l’on tient compte de l’ensemble des secteurs d’activités touchés par ces invasions biologiques (agriculture, pêche et conchyliculture, tourisme, santé humaine...), les dépenses induites sont énormes. La simple invasion des ruchers par l’acarien Varroa a un coût estimé pour la Nouvelle-Zélande de 267 à 602 millions de dollars US. Et selon les travaux récents du chercheur américain David Pimentel et de ses collaborateurs (publiés en 2000), qui ont tenté d’agréger les coûts économiques de tous les dégâts occasionnés par les espèces étrangères aux États-Unis, les dépenses annuelles pour ce pays se monteraient à 137 milliards de dollars.

LES PARTICULARITÉS DE LA NOUVELLE-CALÉDONIE

11Du fait même de leur isolement géographique, les petites îles abritent des espèces végétales et animales endémiques parfois uniques au monde. Selon le Fonds pour l’environnement mondial (FEM), on estime qu’environ 75 % des espèces d’oiseaux et d’animaux qui vivaient dans ces îles ont disparu aujourd’hui, et que l’ensemble des petites îles de la planète abriterait un sixième des espèces végétales menacées. De leur très grand endémisme, les entités insulaires tirent donc leur richesse potentielle mais aussi leur vulnérabilité : vulnérabilité aux effets du réchauffement climatique (augmentation du niveau des mers), aux catastrophes naturelles (feux de brousse, cyclones...), à l’impact des activités minières éventuelles, et, bien sûr, aux espèces introduites et risquant d’être envahissantes.

12L’archipel néo-calédonien est l’un des plus tempérés de la zone Pacifique Sud : il bénéficie d’un climat sub-tropical soumis à une influence océanique ainsi qu’au régime des vents alizés. Le caractère tempéré du climat de la Nouvelle-Calédonie et la diversité des régimes hydriques en font un milieu particulièrement adapté à l’installation d’un grand nombre d’espèces potentiellement envahissantes, qu’elles viennent de zones tropicales ou de régions à climat méditerranéen ou océanique. Seuls les organismes ayant besoin de faibles températures lors de leur cycle de développement y sont défavorisés. La pluviométrie, variable selon les zones de l’archipel, a pour effet de freiner le développement de certains organismes, pour lesquels ce facteur est limitant, dans une partie du territoire seulement.

13S’ajoute à cela l’occurrence fréquente de cyclones tropicaux. En 25 ans, on a compté six passages de cyclones dans le Sud du territoire et onze dans le Nord. Ces événements climatiques ne peuvent constituer un facteur majeur d’arrivée d’organismes nouveaux, compte tenu des distances entre les îles voisines, d’une surface d’émission suffisante et du sens de déplacement des cyclones (d’est en ouest). Mais ils peuvent accélérer la dissémination au sein même du territoire ou vers les îles proches, et du coup fragiliser les mesures de quarantaine prises dans certaines zones.

14Enfin, les échanges économiques actuels de la Nouvelle-Calédonie favorisent l’introduction d’espèces étrangères. L’archipel a notamment vu ses importations de produits alimentaires augmenter de manière significative au cours des dernières années (fruits, légumes, céréales, produits d’élevage de bovins...). L’horticulture ornementale est elle aussi en pleine expansion, en raison d’une demande très forte. Ce qui se traduit par l’importation d’espèces étrangères dont un grand nombre figurent sur les listes de quarantaine, car ces espèces sont considérées comme des supports potentiels d’organismes nuisibles (voir p. 33). En outre, de nouveaux points d’entrée sur le territoire s’ouvrent avec le développement de l’activité minière, qui s’accompagne d’une augmentation de l’activité de fret, de la pollution, du volume de déchets et du flux de main d’œuvre étrangère.

15Notons à ce stade que même une espèce ayant acquis le statut d’espèce indigène dans l’esprit du public peut causer des dommages considérables aux écosystèmes et à la biodiversité. C’est le cas du cerf rusa, qui fait aujourd’hui partie intégrante de la culture néo-calédonienne, alors que son introduction remonte à moins d’un siècle et demi. Douze individus ont été introduits en 1870. Ils étaient 100 000 à 120 000 en 1990, chiffres toujours en évolution. Or, le cerf rusa a contribué de manière significative au recul des formations primaires de la Grande Terre, et tout particulièrement de la forêt sèche, celle-ci ne couvrant plus aujourd’hui que 1 % de la surface qu’elle occupait avant l’arrivée de l’homme (voir les contributions de J.Cl. Lefeuvre et de M. Pascal et al.). Son abroutissement excessif entraîne par endroit une modification des faciès de végétation, et entre autres la disparition du sous-bois de la forêt sclérophylle. Il menace également sept espèces végétales endémiques de la forêt sèche (sept espèces classées comme menacées par l’UICN).

16Quant aux introductions involontaires, la fourmi électrique en représente un exemple emblématique (voir p. 59 sqq). Wasmannia auropunctata est considérée comme autochtone dans une zone qui s’étend des Caraïbes à l’Uruguay et au nord de l’Argentine, englobant presque toute l’Amérique du Sud tropicale et l’Amérique Centrale. Au cours des dernières décennies, cette espèce a été dispersée dans la ceinture tropicale du globe à la faveur du commerce. Introduite accidentellement en Nouvelle-Calédonie au cours des années 1960, sa dispersion initiale a accompagné celle du pin des Caraïbes. Nuisible par sa piqûre, elle colonise les milieux agricoles et urbains ainsi que les milieux naturels. Entre autres inconvénients, elle constitue une source de nuisance majeure pour les vertébrés et les humains, pour les plantes (association avec des phytophages, relations mutualistes avec plusieurs homoptères) et pour la biodiversité (réduction du nombre d’espèces d’arthropodes dans les zones infestées, altération des équilibres écologiques...).

DES CONVENTIONS INTERNATIONALES

17Au plan mondial, il existe d’ores et déjà un certain nombre de mesures de protection des territoires, et notamment des systèmes de quarantaine, qui ont évolué au gré de la prise de conscience des problèmes. Ces systèmes sont apparus dans le contexte de l’épidémie de peste qui a frappé l’Europe de la fin du Moyen-Âge. Les premiers exemples, mis en œuvre dans des ports de l’Adriatique à la fin du xive siècle, correspondent à des mesures d’isolement des navires maintenus à distance des ports durant une quarantaine de jours (quarantina en italien). Ce temps était jugé suffisant pour laisser s’exprimer les symptômes latents de la maladie redoutée. Ce délai a été réduit avec l’amélioration des connaissances sur ces fléaux sanitaires. Si dès le xive siècle, l’établissement d’un lien objectif entre le développement des épidémies et la circulation (circulation des personnes en la circonstance) a été pris en compte, la mise en œuvre de la quarantaine est restée empirique jusqu’à la fin du xixe siècle.

18La fin du xixe siècle a été marquée par la vision pasteurienne des épidémies, appliquée également aux animaux et aux plantes. Les échanges de plus en plus fréquents et rapides de populations et de marchandises entre les continents ont en effet permis de constater que ce qui était observé pour les hommes valait pour les animaux et les plantes. Les crises phytosanitaires à répétition (notamment celles de la vigne en Europe, avec l’installation du phylloxéra) ont rendu évidente la nécessité d’une évolution des dispositifs. Dès la fin de xixe siècle, des lois instituant les procédures de quarantaine étaient adoptées pour les animaux (loi sur les maladies contagieuses de 1869 au Royaume-Uni, par exemple), suivies en 1884 par une loi comparable aux États-Unis d’Amérique. Pour les plantes, des textes restrictifs sur les échanges ont été adoptés à la fin du xixe siècle : la Convention de Berne préparée en 1881 (pour le phylloxéra de la vigne) et adoptée en 1889, la loi sur les insectes nuisibles adoptée en 1877 par le Royaume-Uni et l’Irlande (en prévention de l’introduction du doryphore), complétée en 1907 par la prise en compte des maladies.

19Il a cependant fallu attendre la veille de la première guerre mondiale, pour qu’un dispositif de quarantaine complet à l’importation soit mis en place par différents pays du continent européen. Près d’un siècle s’est en fait écoulé avant qu’une nouvelle dimension du risque soit prise en compte, c’est-à-dire celle liée à la notion d’espèces envahissantes (EE) pour les milieux (voir l’encadré). Il reste toutefois des questions en suspens, auxquelles aucun texte, ni dispositif actuel, n’apporte de solution. En particulier, si les espèces envahissantes potentiellement nuisibles aux plantes (cultivées ou non) sont progressivement prises en compte dans le cadre de la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV), celles qui n’interfèrent pas avec les végétaux, ou qui le feraient de manière très indirecte, ne disposent pas de dispositif de surveillance et de réglementation organisé. D’où la difficulté de prévenir et de gérer correctement le risque (voir p. 84 sqq). De même, les espèces animales envahissantes réputées non nuisibles aux végétaux, directement ou indirectement, et non vecteurs de maladies prises en compte par les services vétérinaires, restent actuellement sans surveillance organisée.

Quelques grandes étapes des mesures de protection
1911 : mise en place en France, comme dans d’autres pays européens, d’un système de quarantaine complet à l’importation.
1912 : adoption de dispositions comparables par les États-Unis d’Amérique.
1929 : la Conférence de Rome pose les bases des textes sur lesquels s’appuiera la Convention internationale pour la protection des végétaux (CIPV).
1951 : adoption sous l’égide de la FAO de la CIPV.
1973 puis 1997 : révision de la CIPV pour la mettre en conformité avec les Accords du GATT. La seconde révision établit également que la CIPV s’applique à la protection des plantes, cultivées ou non, et inclut la protection contre les dégâts directs et indirects causés par les organismes nuisibles (par exemple, les mauvaises herbes). Le cadre de cette Convention s’étend donc à la protection de l’environnement lorsqu’il s’agit des menaces des organismes nuisibles sur la vie et la santé des végétaux et des écosystèmes. Cette nouvelle forme de quarantaine pourrait être qualifiée de quarantaine écologique ou environnementale (à l’instar des quarantaines sanitaire et phytosanitaire dont il était seulement question auparavant).
1992 : adoption de la Convention sur la diversité biologique (CDB), qui sera ratifiée par de nombreux pays mais pas les États-Unis. Elle intègre les aspects touchant aux espèces envahissantes, notamment celles qui menacent les écosystèmes, les habitats et d’autres espèces.
Depuis 1999 : la Commission intérimaire chargée de l’application des mesures phytosanitaires (ICPM) a œuvré pour clarifier son rôle par rapport aux espèces envahissantes qui sont également des parasites pour les végétaux.
2000 : le protocole de Carthagène réactive le recours au principe de précaution, mais seulement lorsque ce dernier s’applique aux effets défavorables potentiels d’un organisme vivant génétiquement modifié.
2001 : la Commission intérimaire chargée de l’application des mesures phytosanitaires (ICPM 3) a statué que les espèces envahissantes, également parasites des plantes qui n’étaient pas présentes ou distribuées de façon limité et sous contrôle officiel, pouvaient être considérées comme des parasites de quarantaines et faire l’objet des mesures dans le cadre de la CIPV.

EN NOUVELLE-CALÉDONIE

20L’analyse de la situation néo-calédonienne et de son système de biosécurité doit être replacée dans ce contexte international (voir p. 93 sqq). Au sein de l’archipel, la loi organique du 19 mars 1999 a institué des structures dont elle régit également les compétences respectives. En ce qui concerne les ressources naturelles et l’environnement, l’État conserve, hors des eaux territoriales, l’exercice des compétences résultant des conventions internationales. La Nouvelle-Calédonie est compétente en matière de réglementation et d’exercice du droit d’exploitation, de gestion et de conservation des ressources naturelles biologiques et non biologiques de la zone économique exclusive. Elle est également compétente en matière de réglementation zoosanitaire et phytosanitaire, ainsi que pour les abattoirs. Les provinces ont en charge tous les domaines qui ne sont pas réservés à l’État, à la Nouvelle-Calédonie et aux communes. La protection de leur environnement est de leur responsabilité. Elles réglementent et exercent les droits d’exploration, d’exploitation, de gestion et de conservation des ressources naturelles biologiques et non biologiques des eaux intérieures, dont celles des rades et lagons, du sol et du sous-sol, et des eaux surjacentes de la mer territoriale.

21Le Comité consultatif de l’environnement, créé au titre de la loi de 1999, comprend des représentants de l’État, du gouvernement, des provinces et des communes. Une délibération du congrès en précise la composition, le fonctionnement et les attributions. En ce qui concerne les dessertes aériennes et portuaires, elles sont sous la responsabilité territoriale. Les réglementations sanitaire, zoosanitaire et phytosanitaire existent bien, mais elles ne couvrent pas explicitement les espèces animales ou végétales susceptibles d’interférer avec des aspects strictement environnementaux. Quoi qu’il en soit, il manque une harmonisation de toutes les initiatives et la mise en œuvre d’un ensemble cohérent de mesures de protection contre les espèces envahissantes. En outre, l’implication de la population néo-calédonienne est une condition nécessaire à la réussite de la lutte contre ces espèces (voir p. 84). C’est sur la base de ce constat et des dégâts d’ores et déjà observés que les responsables de ces provinces (Nord, Sud, îles Loyauté) ont décidé de commanditer une expertise collégiale à l’Institut de recherche pour le développement (IRD).

LE CHEMIN DE L’EXPERTISE COLLÉGIALE

22La Nouvelle-Calédonie et les trois provinces ont, depuis quelques années, mené plusieurs initiatives sur le thème des espèces envahissantes dans le but de pouvoir, à terme, mettre en place une structure chargée de définir une stratégie collective sur la préservation et la conservation de la biodiversité. Parallèlement à ces actions, les collectivités de Nouvelle-Calédonie ont souhaité disposer d’un état des connaissances sur cette problématique. Elles ont sollicité l’IRD pour la mise en œuvre d’une expertise collégiale.

23En juillet 2004, le Département Expertise et Valorisation (DEV) est chargé d’instruire et de construire la réponse de l’IRD en se déplaçant à Nouméa. Il s’agissait de prendre en compte, aussi largement que possible, les expériences et les interrogations à la fois des décideurs mais aussi des acteurs de terrain, ce qui a permis de fixer un premier cadre de travail.

24L’expertise proprement dite a démarré en décembre 2004 avec l’organisation de « l’atelier initial ». L’objectif de cet atelier était de rassembler des experts scientifiques sur les espèces envahissantes et les responsables de l’environnement de l’archipel néo-calédonien, les demandeurs de l’expertise, afin de formaliser les questions fondatrices de l’expertise et de proposer un cadre précis constitutif du cahier des charges. Cette phase, qui est absolument fondamentale, ne devait rien laisser dans l’ombre des motivations et des attentes des commanditaires.

25Ceci permet de comprendre le souci constant à ce niveau de rencontrer tous les acteurs impliqués directement ou indirectement dans le domaine de l’expertise. La rédaction du cahier des charges qui s’ensuit devait refléter exactement les attentes des demandeurs. Il est clair, cependant, que les contributions des experts, exclusivement basées sur les données de la littérature publiée et sur celles provenant de la littérature grise (dans la mesure où ces dernières étaient disponibles et fiables), peuvent ne répondre que partiellement ou de manière insuffisante aux attentes des commanditaires. C’est la raison pour laquelle les experts se sont ménagés la possibilité de répondre « à dire d’expert » sur les points insuffisamment documentés. Ils ont également admis la nécessité d’apporter des conclusions au plus près des besoins éventuels des instances opérationnelles, en tenant compte de la spécificité de chacune des entités de l’archipel.

26Les deux premiers mois de l’année 2005 ont permis de rassembler un collège d’experts de réputation internationale, apte à couvrir les différents aspects du champ de l’expertise. Le DEV s’est assuré, à ce niveau, de l’intervention finale de David Simberloff (Université du Tennessee), et de Bernard Chevassus-au-Louis (président du Museum national d’histoire naturelle) pour la relecture critique de l’ensemble des contributions des experts ainsi que du texte de synthèse.

27La première réunion du collège d’experts s’est tenue en avril 2005 en Nouvelle-Calédonie. L’objet de cette réunion était double (triple). Il s’agissait, d’une part, pour chacun des experts, de s’approprier personnellement et collectivement les domaines couverts par l’expertise ainsi que les attentes des commanditaires. Il s’agissait, d’autre part, de discuter et d’établir définitivement le cadre de chacune des contributions prévues. Il s’agissait, enfin, d’organiser le plan de travail collectif. L’objectif était de définir les contraintes de temps et d’espace nécessaires pour produire, courant décembre 2005, un document cohérent et pertinent répondant à la demande d’une expertise collégiale sur les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien.

28À la mi-octobre 2005, a eu lieu la deuxième et dernière réunion de travail entre les experts. Cette réunion faisait le point sur les contributions et réglait les problèmes de cohérence. Un schéma de la synthèse du rapport a été également présenté au Comité de pilotage de l’expertise.

© IRD Éditions, 2006

Condiciones de uso: http://www.openedition.org/6540

Buscar en OpenEdition Search

Se le redirigirá a OpenEdition Search