Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien

 | 
Marie-Laure Beauvais
, 
Alain Coléno
, 
Hervé Jourdan

Objectifs et méthodes de l’Expertise collégiale

Marie-Laure Beauvais

Texte intégral

1Les expertises collégiales sont engagées par l’Institut de recherche pour le développement « sur commande », pour éclairer la décision politique et le débat public sur des enjeux de société : mettre la recherche et les connaissances des chercheurs à la disposition de la collectivité fait partie des missions des établissements publics de recherche.

2Cependant, il n’entre pas dans la fonction d’un établissement scientifique de dresser pour les pouvoirs publics des « projets d’action » : les choix d’action sont éminemment politiques, ils font appel à d’autres données, extérieures au monde scientifique. En mettant au point la méthode des Expertises collégiales, l’IRD entend, plus modestement, contribuer à rassembler sur un sujet donné les connaissances disponibles dans la littérature spécialisée, à en dégager la portée dans le cas spécifié, à distinguer les conclusions fermes sur lesquelles les scientifiques peuvent se mettre d’accord, à identifier les points encore controversés et à préciser les domaines sur lesquels les travaux disponibles sont insuffisants pour en tirer quelques conclusions pratiques.

3Trois réalités doivent être prises en compte pour réaliser une expertise utile et fiable :

4■ Le temps de la décision n’est pas celui de la recherche : il est souvent beaucoup plus court. Les citoyens ont besoin que des mesures soient prises vite – parfois en urgence. L’expertise collégiale est organisée pour faire le point sur les connaissances existantes dans la littérature internationale : elle ne comporte pas de collecte de données ou d’exploitations complexes nouvelles.

5■ La question posée concerne rarement une discipline unique : « toutes les facettes » du problème posé doivent être éclairées en tenant compte de la littérature la plus récente. C’est pourquoi un collège très interdisciplinaire d’une douzaine d’experts est mobilisé. Les conclusions d’ensemble sont débattues et assumées collectivement, en toute responsabilité. L’IRD fait assurer une relecture du rapport par des personnalités qualifiées extérieures au groupe d’auteurs pour vérifier la complétude de l’exposé, sa clarté et sa conformité à la littérature internationale. Le groupe d’experts reste maître de ses conclusions.

6■ Enfin, le langage des différentes disciplines scientifiques peut apparaître comme hermétique aux décideurs comme aux citoyens. Pourtant, le débat public nécessite un accès direct aux raisonnements et aux conclusions des scientifiques-experts. Ceux-ci doivent donc se plier à un double exercice : présenter leurs analyses dans leur langage habituel pour assurer la « traçabilité » de leurs raisonnements ; élaborer une synthèse simple et assez concise, accessible aux non-spécialistes.

7L’agenda des expertises, ainsi que la forme des publications, sont fixés en fonction de ces réalités. En particulier, la première et l’ultime phase de l’expertise ont pris une forme originale pour répondre à ces exigences.

8■ Avant même de réunir le groupe d’experts, les questions à poser à ces derniers sont mises au point d’un commun accord entre institutions commanditaires (qui souhaitent en général s’entourer d’acteurs-partenaires directement intéressés) et scientifiques au cours d’un « atelier initial ». Il faut, en effet, s’entendre précisément sur les attentes réciproques. D’une part, certaines questions, cruciales pour la décision, ne relèvent pas d’une approche scientifique ; il convient donc de les écarter. D’autre part, pour cibler leurs conclusions, les scientifiques doivent être guidés par une bonne connaissance du contexte dans lequel des décisions doivent être prises.

9■ Après rassemblement des données et des analyses apportées par chaque scientifique-expert dans son champ de compétence, la confrontation des connaissances et des avis doit être organisée et les conclusions, élaborées collégialement, doivent être rédigées et publiées sous forme de synthèse accessible à un public relativement large. De telles synthèses, qui représentent un travail considérable rarement réalisé sous cette forme, ont fréquemment une portée (scientifique comme pratique) qui va bien au-delà de la région ou du pays concerné. C’est pourquoi la publication de la synthèse est systématiquement bilingue (français et anglais).

10La présente expertise « Espèces envahissantes dans l’archipel néo-calédonien » a été réalisée dans cette perspective. Cet ouvrage est la réponse scientifique à la question que les trois provinces néo-calédoniennes se posent à l’égard de la protection de la biodiversité unique et exceptionnelle de l’archipel. Le cahier des charges, mis au point au cours d’un atelier initial, a comporté seize questions (voir l’annexe 1). Un collège de dix scientifiques a été réuni sous la présidence de monsieur Alain Coléno (voir la composition du groupe en annexe 2).

11Conformément aux choix établis pour cette collection, le lecteur trouvera dans l’ouvrage lui-même la synthèse et les conclusions du groupe d’experts, en français et en anglais, ainsi que le CD-Rom, inclus dans la couverture, contenant les chapitres analytiques sur lesquels s’appuie cette synthèse.

12Le DEV souhaite exprimer tous ses remerciements aux différents acteurs de cette expertise et, tout d’abord, au comité de suivi (voir l’annexe 3) qui a toujours veillé avec beaucoup d’attention à bien formuler son questionnement, celui-ci ayant servi de base au développement de la réflexion scientifique. Il souhaite ensuite exprimer sa totale reconnaissance à l’ensemble des experts, maîtres d’œuvre de cette expertise, qui ont eu la responsabilité et le mérite de mener une réflexion collective (ce qui n’est pas toujours aisé) et dont cet ouvrage présente l’aboutissement.

13Et comment ne pas exprimer également notre profonde gratitude envers Alain Coléno qui a dirigé ce collège d’experts avec un engagement total, sa grande ouverture d’esprit ayant permis de réaliser l’indispensable intégration des connaissances, ainsi qu’à Fabrice Colin, directeur du centre IRD à Nouméa, qui a bien voulu jouer le rôle d’interface entre Nouméa et Paris et qui a toujours mis sa disponibilité au service de l’expertise. Que soient remerciées très vivement toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer à l’expertise ainsi qu’à la réalisation de cette publication, et tout particulièrement Anne Glanard et Michèle Bouchez.

14Enfin, tous nos remerciements les plus sincères pour leur lecture approfondie et compétente à messieurs Bernard Chevassus-au-Louis (Museum national d’histoire naturelle) et David Simberloff (Université du Tennessee).

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540