Version classiqueVersion mobile

La forêt en jeu

 | 
Laure Emperaire

Résumé

Texte intégral

1Souvent dénigré et présenté comme une activité archaïque et incapable d’évolution, l’extractivisme pourrait n’être aujourd’hui qu’un témoignage désuet de l’un des nombreux cycles économiques vécus par le Brésil. Mais les mouvements politiques des seringueiros, aux revendications relayées par diverses institutions et par une opinion publique sensibilisée aux problèmes écologiques ont propulsé cette vieille activité au centre des débats sur la gestion de la forêt amazonienne.

2De 1990 à 1995, l’Institut national de recherches en Amazonie (Inpa) et l’Institut français de recherche scientifique pour le développement en coopération (Orstom) ont mené un programme de recherches interdisciplinaires sur l’extractivisme en Amazonie centrale. Les principaux résultats de ces recherches sont exposés ici, sous la forme de courts articles. L’objectif de cette publication, destinée à un public non spécialiste, n’est pas de dresser un bilan exhaustif d’une activité aux multiples facettes mais de présenter des pistes de réflexion et de recherches.

3Les articles sont groupés en quatre ensembles, qui portent sur l’extractivisme comme facteur historique d’occupation de l’Amazonie, sur les multiples insertions de cette activité dans les systèmes de production, sur des aspects écologiques de l’exploitation des espèces et enfin sur ses dynamiques actuelles.

4Les articles de Catherine Aubertin, économiste, et de Márcio Meira, anthropologue, montrent, selon deux points de vue différents, comment l’extractivisme a été le moteur de l’occupation de l’Amazonie et un instrument de sujétion des populations indigènes, et comment il s’insère actuellement dans de nouvelles dynamiques sociales. C. Aubertin retrace en quelques paragraphes l’histoire de l’extractivisme, qui se confond souvent avec celle de l’Amazonie, et montre comment au postulat de la ressource inépuisable, qui a justifié l’extractivisme jusqu’à une date récente, se substitue aujourd’hui l’idéologie du développement durable et de la valorisation de la biodiversité : réalité ou nouveau mythe ?

5M. Meira met l’accent sur les relations entre Indiens du haut rio Negro et commerçants au travers de l’exploitation de la fibre d’un palmier, la piaçaba. Il décrit combien cette activité a été déstructurante pour les sociétés indigènes et comment les rapports de violence qu’elle a engendrés se perpétuent encore aujourd’hui. L’extractivisme n’est plus seulement un enjeu économique, il devient aussi, pour ces Indiens comme pour les seringueiros de l’Acre, un enjeu politique et foncier. Cet article soulève le problème de la difficile mutation culturelle nécessaire à une prise en main par les organisations locales de leurs propres intérêts.

6Arnaldo Carneiro Filho, géographe, décrit brièvement l’histoire de Manaus. Au cours des cent dernières années, la ville a connu deux périodes de développement spectaculaires. La première est liée au commerce du caoutchouc, la seconde à l’implantation d’un fort secteur industriel, mais l’une comme l’autre n’ont pu assurer à long terme un développement harmonieux de la ville.

7Le deuxième ensemble de contributions souligne le fait que les activités extractivistes ne sont jamais isolées des autres activités de production. Elles constituent souvent une part non négligeable des revenus familiaux et sont un élément essentiel des stratégies familiales. Florence Pinton, sociologue, et Laure Emperaire, botaniste, analysent les liens étroits entre activités extractivistes et production de farine de manioc. Si les premières ont historiquement bloqué le développement de l’agriculture, celle-ci occupe néanmoins une place essentielle dans les stratégies des petits producteurs qui cherchent une certaine autonomie face à leur patron. La farine est un élément régulateur des échanges économiques et des relations sociales commerçant-producteur.

8Henrique dos Santos Pereira, agronome, compare les rendements énergétiques et économiques de la collecte des noix du Brésil et de la production de farine de manioc chez les Kokama du rio Solimões. Malgré un bilan défavorable, la collecte des noix du Brésil perdure comme revenu complémentaire et pallie d’éventuels risques agricoles.

9Le devenir de l’extractivisme en zone péri-urbaine est analysé dans ses rapports avec l’agriculture par Elisabeth Rasse et Véronique Bressolette, agronomes. Cette contribution souligne la permanence d’une composante extractiviste dans des systèmes agricoles fortement marqués par la proximité d’un marché consommateur.

10Différents aspects écologiques de l’extractivisme sont ensuite abordés. Une série de cartes établies par A. Carneiro Filho permet de visualiser l’importance des activités extractivistes dans l’État d’Amazonas.

11Les problèmes d’impact sont examinés par Danielle Mitja et Jean-Paul Lescure, botanistes, au travers de l’exemple du bois de rose. Parmi la douzaine d’espèces exploitées en Amazonie dans le cadre de l’extractivisme, elle est la seule dont l’exploitation pose de réels problèmes d’impact. Elle ne se maintient aujourd’hui que grâce à l’existence de territoires encore vierges. De nouvelles formes de gestion, qu’il s’agisse d’une gestion forestière ou de la mise en place de plantations, sont discutées.

12L. Emperaire et D. Mitja analysent les différents types de gestion d’une espèce extractiviste, le noyer du Brésil, en forêt, dans un pâturage et dans une jachère. Elles montrent que la transformation de l’écosystème d’origine, la forêt, entraîne une forte mortalité de l’espèce et bloque ses mécanismes de régénération naturelle.

13En prenant pour exemple les formations oligarchiques à piaçabeiras, palmiers exploités pour leurs fibres, A. Carneiro Filho montre comment la télédétection peut constituer un outil d’évaluation des potentialités des écosystèmes.

14Iliana Salgado, étudiante en botanique, expose brièvement les potentialités d’une espèce multi-usages, l’andiroba, exploitée tant pour ses graines oléagineuses que pour son bois. Cet exemple permet de poser le problème de l’exploitation forestière face à l’extractivisme.

15Aline de Castro, botaniste, compare l’intérêt d’une gestion forestière et d’une gestion agroforestière de l’açai (Euterpe precatoria), dont les fruits font l’objet d’un commerce extrêmement actif à Manaus. L’étude souligne le caractère non prédateur de l’exploitation des peuplements naturels d’açaίs et fait ressortir son intérêt en termes de valorisation économique d’espaces peu propices à des activités agricoles. Elle montre également l’intérêt de cette espèce dans des systèmes agroforestiers. Le choix du type de production semble moins lié au revenu monétaire qu’il procure qu’à des facteurs tels que le statut foncier ou la disponibilité de la main-d’œuvre à l’époque de la récolte.

16En conclusion de cette partie, L. Emperaire et J.-P. Lescure soulignent l’importance des paramètres bio-écologiques des espèces exploitées dans la discussion sur les possibilités de valorisation de l’extractivisme. En effet, ces paramètres conditionnent non seulement les capacités productives des espèces mais aussi les pratiques d’exploitation et donc la pertinence de certains modèles de mise en valeur.

17La dernière partie s’attache à identifier les perspectives d’évolution des activités extractivistes dans différents contextes. Un article de F. Pinton et C. Aubertin examine la demande locale de création d’une réserve extractiviste dans la région du moyen Juruá et ses nécessaires articulations avec les autres secteurs politiques et économiques régionaux.

18Les réserves extractivistes, leur projet initial, les problèmes auxquels elles sont aujourd’hui confrontées sont analysés en quelques pages par C. Aubertin.

19Les transitions avec l’agroforesterie sont progressives, c’est ce que souligne l’article de Sylvia Bahri, botaniste. Des espèces à l’origine exploitées en forêt peuvent être insérées dans des systèmes agroforestiers qui préservent une certaine biodiversité et répondent à une demande du marché beaucoup plus intense.

20Márlia Coelho Ferreira, étudiante en botanique, fait le point sur les plantes médicinales à Manaus. Si l’on rencontre une grande diversité d’espèces commercialisées, d’origine sauvage ou cultivée, sur les marchés, les laboratoires pharmaceutiques n’en utilisent qu’une faible partie. Cette situation illustre le problème de la valorisation de la biodiversité.

21L’article de Catherine Vial-Debas, botaniste, constitue une approche originale de l’extractivisme. L’auteur s’attache à analyser les perspectives d’évolution du marché d’un produit d’origine extractiviste, l’huile essentielle de bois de rose. Il examine les concurrences auxquelles il doit faire face, mais aussi ses atouts face à des produits de synthèse ou issus d’une mise en culture. Ce faisant, il met l’accent sur la nécessité d’avoir recours aux approches complémentaires des acteurs locaux, des scientifiques et des industriels pour une meilleure valorisation des produits issus de l’extractivisme.

22En dernier lieu, J.-P. Lescure fait le point sur l’ensemble des résultats et les situe dans le cadre plus général de l’utilisation et de la valorisation des produits forestiers non ligneux. Il présente en particulier les limites et les atouts de l’extractivisme dans de nouveaux choix de développement qui associent mise en valeur et conservation de la biodiversité.

© IRD Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search