Version classiqueVersion mobile

La forêt en jeu

 | 
Laure Emperaire

Glossaire

Texte intégral

1Ajuri : travaux entrepris collectivement à l’initiative d’un individu ou d’un groupe indigène pour effectuer une tâche précise, généralement le défrichement d’une parcelle. Les travailleurs offrent leur force de travail mais sont nourris le temps des travaux. Ces relations se jouent dans une logique de réciprocité.

  • * Les termes en gras sont définis dans le glossaire

2Aviamento : ce terme dérive de aviar, qui signifie préparer, exécuter, en brésilien ; l’aviamento est, dans son sens le plus général, l’ensemble du matériel ou des denrées nécessaires à la réalisation d’un objectif. En Amazonie, le terme aviamento se réfère au système économique qui sous-tend l’extractivisme et dans lequel chaque maillon de la chaîne est relié au précédent par une relation de dépendance qui se concrétise dans la remise d’une avance en produits manufacturés contre une certaine quantité de produits forestiers. Le dernier maillon de cette chaîne est le collecteur, et le premier, la maison exportatrice. Le créditeur est appelé aviador et le débiteur aviado. Les termes d’aviado et d’aviador se réfèrent à la structure très hiérarchisée du système tel qu’il a été pratiqué depuis la fin du siècle dernier ; on parlait alors de casa aviadora pour désigner les maisons de commerce spécialisées dans l’extractivisme. Les termes de freguê* et de patrão mettent davantage en relief les rapports de pouvoir économique mais aussi social qui se jouent au sein de l’extractivisme.

3Le système de l’aviamento, souvent comparé à un esclavagisme, perdure sous différentes formes dans certaines régions reculées de l’Amazonie. Le collecteur livre l’intégralité de sa récolte au patron en échange de biens de consommation. Ce système se traduit le plus souvent par un endettement du client face au patron, car ce dernier joue tant sur les prix des biens de consommation que sur ceux des produits extractivistes pour maximiser ses bénéfices. Parallèlement à cette relation économique s’établit aussi un rapport social empreint d’autorité et de paternalisme.

4Beiradão : quartier pauvre de Manaus situé sur les berges inondables des fleuves. Les maisons, en bois, y sont construites sur pilotis.

5Caboclo : le sens de caboclo varie selon les régions d’Amazonie. Dans l’Acre, ce terme est encore employé pour désigner les Indiens mais, le plus souvent le caboclo est un métis d’Indien et de Blanc. Les caboclos constituent en Amazonie brésilienne une catégorie démographique importante.

6Cachiri : boisson traditionnelle légèrement fermentée à base de manioc préparée par de nombreux groupes indiens.

7Capitão : personne qui représente une comunidade dans ses relations avec les Blancs et les institutions administratives. Elle a le plus souvent été choisie ou désignée en raison de compétences valorisées par les Blancs. Ce statut ne s’intègre donc pas toujours aux catégories internes du système politique des groupes indigènes.

8Centro : zone le plus souvent loin à l’intérieur des terres, où sont recherchés les produits extractivistes.

9Colocação : campement temporaire en forêt pour l’exploitation des produits extractivistes.

10Comunidade : les missionnaires sont à l’origine du regroupement de familles indigènes ou caboclas en communautés, autour d’une église ou d’une école. Ces communautés identifiées par un nom et un représentant, le capitão, forment des unités de gestion administrative reconnues par la préfecture, la justice, l’Église...

11Dabucuri : fête traditionnelle de grande complexité des Indiens du rio Negro et du Vaupês, caractérisée principalement par des échanges de cadeaux entre groupes alliés.

12Empresa : expédition lointaine pour l’exploitation de produits forestiers, commanditée par un patrão et regroupant quelques dizaines de personnes pour de longues périodes.

13Extrativismo : au sens large, l’extractivisme regroupe toutes les activités de prélèvement sur le milieu, qu’il s’agisse de produits végétaux, animaux ou minéraux, mais il se réfère le plus souvent aux produits d’origine végétale. L’extractivisme concerne les produits d’origine non cultivée et se différencie de la cueillette par le fait que ses produits sont destinés à une économie de marché, locale ou internationale, et non à l’usage domestique.

14Fábrico : saison d’exploitation des différents produits extractivistes.

15Farinha : farine de manioc. Le manioc est la base de l’alimentation en Amazonie.

16Fazenda : important domaine foncier comportant une exploitation agricole, le plus souvent tournée vers l’élevage.

17Freguês : nom donné par le patron aux collecteurs qui travaillent pour lui et qui signifie littéralement « clients ». En les désignant ainsi, il semble considérer que la relation marchande qu’il entretient avec eux domine sur les autres activités, en l’occurrence l’extractivisme, ce qui n’est bien sûr pas le cas. Au moment du départ en forêt du collecteur, le patron lui cède les marchandises indispensables à sa subsistance et à son travail. En ce sens, celui-ci devient le client de son patron.

18Igarapé : petit cours d’eau étroit au régime souvent temporaire.

19Maloca : maison communautaire indigène.

20Marreteiro : commerçant itinérant. Il est souvent choisi par le patron parmi ses seringueiros pour son attitude non revendicatrice, voire même conciliante.

21Municipio : équivalent hiérarchique de la commune, il est administré par un préfet élu.

22Patrão : nom donné à celui qui contrôle les échanges dans le cadre de l’aviamento. Le patron se ravitaille auprès des maisons de commerce en biens manufacturés et récupère les produits naturels auprès des collecteurs. De l’extraction de la ressource végétale à la maison de commerce, il y a une grande quantité d’intermédiaires, qui forment une chaîne verticale d’interdépendance dont les sphères d’action ne sont pas toujours faciles à discerner. En remontant la chaîne de production, on peut recenser les intermédiaires sous la tutelle directe ou indirecte d’un grand patron, les patrons propriétaires ou concessionnaires des terres exploitées, leurs éventuels gérants, les transporteurs par bateau et enfin les négociants résidant en ville.

23Piraίba : bottes de fibres de piaçaba ou de cipó-titica de 15 à 30 kg. C’est sous cette forme que la fibre est vendue. Leur confection très soignée demande un temps presque équivalent à celui de la collecte des fibres en forêt.

24Rancho : avance en vivre fournie par le patron au collecteur pour subsister en forêt le temps de la collecte, contre les produits extraits de la forêt. Cet ensemble constitue une unité de bien de consommation et de production et sa valeur, traduite en équivalent-produit, sera déduite de celle affectée par le patron à la collecte. Le rancho établi à la demande du client comprend des denrées de base de type sel, huile, sucre, café, savon, allumettes, munitions, alcool, tabac... et parfois des produits manufacturés comme des outils, des armes, des vêtements. Il inclut éventuellement de la farine de manioc pour les collecteurs qui n’en produisent pas. Par extension, le rancho désigne les biens de consommation nécessaire à la subsistance d’un individu lors de son déplacement.

25Regatão : marchand ambulant indépendant qui sillonne les fleuves pour approvisionner les habitants de la forêt en denrées et produits manufacturés en échange de produits naturels (extractivisme, chasse, pêche) et agricoles. Un patron peut être aussi regatão, mais celui-ci peut concurrencer un patrão en cassant son monopole. Il détourne ainsi une partie du profit sans pour autant développer le même lien social avec le collecteur. Les regatões n’ont généralement pas de capitaux suffisants pour des achats à grande échelle

26Roça : parcelle cultivée le plus souvent par culture sur brûlis. Une famille a en général deux, parfois trois, roças en culture, l’une de l’année, l’autre plus ancienne afin d’échelonner la production de manioc. Chaque parcelle, dont la taille est d’environ un hectare, est cultivée deux à trois ans.

27Saldo : bilan du collecteur au moment de l’établissement des comptes avec le patron. Le saldo est généralement négatif pour le collecteur.

28Sertão : région isolée souvent inhabitée.

29Terra firme : les écosystèmes amazoniens sont souvent classés comme étant de terre ferme ou de várzea. Dans le premier cas, il s’agit d’écosystèmes d’interfluves, jamais inondés, tandis que les écosystèmes de várzea sont périodiquement inondés.

30Tuxaua : chef indigène.

31Várzea : cf. terra firme.

Notes de fin

* Les termes en gras sont définis dans le glossaire

© IRD Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search