Version classiqueVersion mobile

La forêt en jeu

 | 
Laure Emperaire

Perspectives

Le marché des plantes médicinales à Manaus

Márlia Coelho Ferreira

Texte intégral

1Le terme extractivisme évoque davantage un commerce international, des liens avec le secteur industriel qu’un marché local. Cependant, il est un secteur de l’extractivisme qui se retrouve de l’échelon local à l’échelon international, c’est celui des plantes médicinales. La vague « marché vert » et « produits naturels » a attiré l’attention du grand public sur différentes espèces aux propriétés déjà bien connues des populations locales. Des entreprises se sont appuyées pour développer ce marché sur des produits comme la copaíba, le guaraná, l’urucu,... valorisant ainsi des espèces exploitées en forêt mais aussi des espèces cultivées depuis longtemps. Afin d’évaluer la place de la composante extractiviste dans ce secteur peu étudié des plantes médicinales amazoniennes, nous avons mené une enquête sur les sources d’approvisionnement des différents points de vente, marchés traditionnels, laboratoires pharmaceutiques ou cosmétiques et pharmacies de Manaus (Ferreira, 1992).

2Sur les marchés ou foires de Manaus sont vendues 149 espèces médicinales. Seulement 56 d’entre elles sont d’origine amazonienne. La proportion de plantes locales est encore moindre si l’on se réfère aux préparations vendues par les laboratoires : seulement 18 des 86 produits recensés sont à base de plantes amazoniennes, ou en contiennent. La part de la pharmacopée amazonienne dans les produits vendus à Manaus mais fabriqués par des laboratoires pharmaceutiques du sud du Brésil se réduit encore, avec 9 plantes participant de 92 produits.

3L’analyse de 56 plantes médicinales d’origine amazonienne (tabl. I) révèle des situations variées selon leur mode d’obtention, cueillette ou culture, et leur point d’insertion économique, marché local ou laboratoire pharmaceutique. On note une forte disproportion entre le nombre de plantes commercialisées sur les marchés traditionnels (49) et celles employées en pharmacie (18) : les premières représentent 87 % de l’ensemble. De cette vaste gamme de plantes, seule l’andiroba recouvre toutes les situations : elle est d’origine cultivée ou spontanée, et son huile est commercialisée tant sur les marchés traditionnels que dans les laboratoires pharmaceutiques.

Éventaire de produits médicinaux dans une échoppe de Maués (moyen Amazone) ; de gauche à droite, bouteilles renfermant du miel d’iruçu (abeille de la famille des Méliponidées), une décoction de pirarara (silurien du genre Phractocephalus), du latex d’amapá (arbre du genre Parahancornia ou Couma), un produit à base de jacaré (probablement une Légumineuse) et de l’huile d’andiroba (arbre du genre Carapa).

4Les industries pharmaceutiques ne s’appuient que sur un cortège réduit d’espèces dont seulement deux (Mauritia flexuosa et Vatairea guianensis) leur sont spécifiques. Les seize autres espèces utilisées par les laboratoires sont parmi les plus connues de la pharmacopée amazonienne (muirapuama, pau d’arco, jatobá, copaíba, carapanaúba, guaraná, etc.) et bénéficient d’une image consolidée auprès des utilisateurs. Dans cet ensemble, on remarque la place tenue par les espèces cultivées, en particulier par des cultures indigènes (guaraná, sacáca, urucu, pupunha) ou souvent associées à la présence de l’homme (babaçu). En fait, le marché des produits naturels, qui est construit sur une image de valorisation de la forêt, s’appuie tout autant sur celle-ci que sur le savoir traditionnel des groupes indigènes. Ressource spontanée et ressource issue d’un processus de domestication ou d’une mise en culture se retrouvent sous la même étiquette « origine forestière ».

5Sur les marchés, les plantes d’origine extractiviste dominent par leur nombre. La clientèle, aux racines rurales proches, formule une demande diversifiée et connaît une large palette de plantes médicinales.

6Cette enquête montre l’existence de deux circuits indépendants : le circuit pharmaceutique est fondé sur un nombre réduit d’espèces, employées en grandes quantités avec une forte valeur ajoutée ; le circuit local se situe à l’opposé, jouant sur la diversité des produits proposés, mais les deux font preuve d’un grand dynamisme.

Tabl. I — Plantes médicinales d’origine amazonienne employées à Manaus.

Tabl. I — Plantes médicinales d’origine amazonienne employées à Manaus.
  • * Mar. : vente sur les marchés ; Ph. : vente en pharmacie.

Note **

Bibliographie

Référence

Ferreira (M. C.), 1992 — Les plantes médicinales à Manaus : utilisation et commercialisation. Paris, université Paris-VI, mémoire de DESU, 79 p.

Notes de fin

* Mar. : vente sur les marchés ; Ph. : vente en pharmacie.

Table des illustrations

Légende Éventaire de produits médicinaux dans une échoppe de Maués (moyen Amazone) ; de gauche à droite, bouteilles renfermant du miel d’iruçu (abeille de la famille des Méliponidées), une décoction de pirarara (silurien du genre Phractocephalus), du latex d’amapá (arbre du genre Parahancornia ou Couma), un produit à base de jacaré (probablement une Légumineuse) et de l’huile d’andiroba (arbre du genre Carapa).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7594/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 108k
Titre Tabl. I — Plantes médicinales d’origine amazonienne employées à Manaus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7594/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 178k
Légende Note **
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7594/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 171k

Auteur

© IRD Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search