Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books IRD Éditions Latitudes 23 La forêt en jeu De l’huile et du bois : l’andirob...

La forêt en jeu

 | 
Laure Emperaire

Aspects écologiques

De l’huile et du bois : l’andiroba, une espèce multi-usages

Iliana Salgado

Texte intégral

1Les formes d’exploitation de l’andiroba, qu’il s’agisse de Carapa guianensis ou de C. procera, sont variées. Ces Méliacées amazoniennes sont exploitées en forêt mais également dans des jardins-vergers pour leurs graines oléagineuses, qui fournissent une huile médicinale aux nombreuses propriétés dont celle d’être insectifuge. De préparation artisanale, l’huile est fréquemment commercialisée sur les marchés locaux en petits flacons. Elle a aussi constitué un produit d’exportation pour la savonnerie, en particulier pour la fabrication de savons dermatologiques. De petites fabriques en produisent d’ailleurs toujours dans la région de Belém.

2L’usage des andirobas ne se limite pas à ses graines : son bois de densité moyenne, qui a la propriété de résister aux attaques des termites, est de plus en plus apprécié en menuiserie et charpenterie.

3L’exploitation de l’andiroba date du xixe siècle. Des années trente jusqu’aux années quatre-vingt, l’État d’Amazonas produisait 3 000 à 4 000 litres d’huile par an, ce qui correspondait à la collecte de 90 à 120 tonnes de graines. Cette production se maintint stable jusqu’aux années quatre-vingt, puis se réduisit jusqu’à disparaître des statistiques plus récentes. Aujourd’hui, l’huile d’andiroba fait seulement l’objet d’un petit commerce local pour ses propriétés thérapeutiques. La collecte des graines et la préparation de l’huile, travaux légers le plus souvent effectués par les femmes et les enfants, engendre un petit revenu supplémentaire.

4La chute du marché de l’huile d’andiroba coïncide avec l’augmentation de l’exploitation du bois mais, selon les États et les réglementations en vigueur, les évolutions sont différentes. Ainsi, le Pará, où l’abattage de l’arbre était interdit dans les années soixante, a été un grand producteur d’huile tandis que, dans l’État d’Amazonas, les andirobas étaient préférentiellement exploités pour leur bois. La distribution naturelle de ces essences, principalement dans les várzeas, facilitait leur exploitation et leur transport jusqu’aux scieries de Manaus.

Les fruits sont ramassés au fur et à mesure de leur chute. Après ébullition deux à trois heures dans de l’eau, les graines sont laissées environ une semaine à l’ombre sur une feuille de bananier. Les cotylédons seront alors débarrassés de leur enveloppe, coupés grossièrement et laissés à macérer. La pâte obtenue est exposée au soleil sur une planche inclinée. Le liquide qui s’en écoule goutte à goutte, l’huile d’andiroba, est recueilli dans un récipient.

5On assiste aujourd’hui à une intensification du marché des bois d’andiroba comme substituts à d’autres essences extrêmement valorisées mais en voie de raréfaction par surexploitation, le mogno (Swietenia macrophylla) et les cedros (Cedrela odorata et C. fissilis), autres Méliacées amazoniennes (fig. 1).

6Par leurs différents usages et leurs caractéristiques biologiques d’espèces héliophiles à croissance rapide — jusqu’à 1 cm de diamètre par an (Salgado, 1992), les andirobas sont des essences intéressantes pour des systèmes agroforestiers. En revanche, en plantations monospécifiques, la sensibilité des bourgeons terminaux aux attaques de Hypsipyla grandella (Lépidoptère) mène à une forte mortalité des jeunes individus et à des malformations des troncs chez les individus adultes.

7À l’échelle du petit producteur, on peut s’interroger sur l’intérêt économique d’une exploitation non prédatrice de cette espèce pour ses fruits, face à une exploitation pour son bois. Un arbre atteint son maximum de production au bout d’une vingtaine d’années avec une production d’environ 150 kg de graines qui fourniront autour de 5 litres d’huile. L’huile est commercialisée au prix de 6 dollars le litre ; le revenu annuel issu d’un arbre est de 30 dollars, soit le double du prix payé au producteur pour un arbre sur pied. La production d’huile semble donc être une perspective intéressante pour le petit producteur, sous réserve de l’existence d’un marché.

Fig. 1 — Évolution comparée des exportations de bois de mogno, cedro et andiroba entre 1988 et 1994.
Source : AIMEX (Associação das Indústrias Exportadoras de Madeira dos Estados do Pará e Amapá).

Les andirobas atteignent en trente ans environ 30 cm de diamètre pour une hauteur totale d’une quinzaine de mètres. Ici, la plantation expérimentale de la réserve Ducke de l’Inpa, à proximité de Manaus.

Bibliographie

Référence

Salgado (I), 1992 — Écologie et commercialisation de Carapa (Meliaceae) en Amazonie centrale. Paris, univ. Paris-VI, mémoire DESU de botanique tropicale, 53 p.

Table des illustrations

Légende Les fruits sont ramassés au fur et à mesure de leur chute. Après ébullition deux à trois heures dans de l’eau, les graines sont laissées environ une semaine à l’ombre sur une feuille de bananier. Les cotylédons seront alors débarrassés de leur enveloppe, coupés grossièrement et laissés à macérer. La pâte obtenue est exposée au soleil sur une planche inclinée. Le liquide qui s’en écoule goutte à goutte, l’huile d’andiroba, est recueilli dans un récipient.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7584/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 171k
Légende Fig. 1 — Évolution comparée des exportations de bois de mogno, cedro et andiroba entre 1988 et 1994.Source : AIMEX (Associação das Indústrias Exportadoras de Madeira dos Estados do Pará e Amapá).
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7584/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 158k
Légende Les andirobas atteignent en trente ans environ 30 cm de diamètre pour une hauteur totale d’une quinzaine de mètres. Ici, la plantation expérimentale de la réserve Ducke de l’Inpa, à proximité de Manaus.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7584/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 417k

Auteur

Botaniste

© IRD Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search