Version classiqueVersion mobile

La forêt en jeu

 | 
Laure Emperaire

Introduction

Laure Emperaire et Jean-Paul Lescure

Texte intégral

  • 1 Ce terme, emprunté au brésilien extrativismo, recouvre l’ensemble des systèmes d’exploitation des (...)

1L’exploitation des produits forestiers devient-elle paradoxalement un instrument de conservation de la forêt ? Il y a une vingtaine d’années, l’extractivisme1 semblait voué à une disparition progressive. Réseaux commerciaux archaïques, concurrence de produits de synthèse ou issus de plantations, tout paraissait concourir à l’extinction d’une activité sur laquelle les puissances coloniales puis industrielles avaient conforté leurs assises économiques et leurs intérêts stratégiques.

  • 2 Chico Mendes est mort assassiné par des propriétaires terriens de la région de Xapuri dans l’État (...)

2Néanmoins, à partir des années soixante-quinze, l’exploitation des produits forestiers connaît avec les revendications des collecteurs de caoutchouc de l’État d’Acre un fort regain d’intérêt. Face à une politique de développement qui visait à transformer en fazendas d’élevage les grandes étendues forestières sur lesquelles reposait leur économie, les seringueiros — collecteurs de latex d’hévéa — se mobilisent. Leur lutte, menée sous l’autorité du leader syndical Chico Mendes2, relayée par certains milieux scientifiques et politiques ainsi que par de nombreux médias, aboutit en 1990 à la création de réserves extractivistes. Il s’agit de territoires concédés sous forme collective à des groupes vivant traditionnellement de l’exploitation des produits de la forêt, l’usufruit de ces terres étant subordonné à une gestion durable de leurs ressources. La superficie totale de ces réserves est faible et ne représente que 0,6 % du territoire amazonien mais leur statut est tout à fait novateur. Les droits des populations qui vivent de la forêt sur leur territoire sont reconnus : les réserves répondent en cela aux revendications foncières des seringueiros. Ce statut s’appuie aussi sur une nouvelle perception des problèmes de conservation de l’environnement qui implique les populations locales et rompt ainsi radicalement avec la conception classique qui excluait l’homme des unités de conservation.

3La décennie 1980-1990 est également celle du constat de l’échec, écologique et social, des grandes politiques d’aménagement de l’Amazonie et celle de la prise de conscience de la fragilité de la forêt et de la vulnérabilité des populations qui y vivent. En une dizaine d’années, principalement sur les marges de l’Amazonie brésilienne, la forêt se morcelle. Les déboisements, insignifiants dans les années soixante-dix, atteignent en 1980 3,5 % et, huit ans plus tard, 8,5 % de la superficie de l’Amazonie brésilienne.

Tabl. i - Espèces exploitées dans le cadre de l’extractivisme en Amazonie centrale

Tabl. i - Espèces exploitées dans le cadre de l’extractivisme en Amazonie centrale
  • * Les produits indiqués en caractères gras sont ceux qui font l’objet d’un commerce encore actif en (...)
  • ** Circuits de commercialisation : rég. : régional ; nat. : national ; int. : international. Situatio (...)

Note **
Note ****

4À la faveur du Sommet de la Terre de Rio de Janeiro en 1992, l’opinion publique se mobilise sur les thèmes de la conservation des forêts et des droits des populations traditionnelles. Cette mobilisation s’accompagne de l’apparition d’un nouveau marché car cette opinion publique représente également un réservoir de consommateurs prêts à investir davantage sur des produits marqués du label écologique de sauvegarde de la forêt. Le produit, autrefois simple matière première extraite de la forêt, acquiert une nouvelle dimension, il se charge d’une valeur symbolique apportée tant par la forêt que par ses habitants. Produits forestiers et savoirs traditionnels des peuples de la forêt se retrouvent happés par une même logique commerciale.

5Ainsi, que la préoccupation majeure porte sur des revendications d’ordre politique ou social, sur des expériences malheureuses de projets de colonisation ou encore sur l’émergence de nouveaux marchés, c’est tout un ensemble d’éléments interdépendants qui mène à s’interroger sur le devenir de l’exploitation des produits forestiers.

6Les études sur l’extractivisme débutent dans les années quatre-vingt et se focalisent pour l’essentiel sur les cas bien particuliers des seringueiros de l’Acre, des castanheiros — collecteurs de noix du Brésil — de la région de Marabá ou encore des populations qui exploitent le palmier açaí dans l’État du Pará, en bref sur les activités extractivistes les plus perceptibles, sur les populations de collecteurs les mieux organisées et sur les situations de déforestation les plus préoccupantes. Mais un rapide survol de l’Amazonie montre que cette activité, qui prend sa source dans les réseaux commerciaux des puissances coloniales, est encore présente dans les situations les plus diverses, à proximité des villes comme dans les régions isolées, et qu’elle demeure un élément structurant de la société amazonienne.

7C’est dans ce contexte de forte dynamique sociale et scientifique autour de l’extractivisme qu’une recherche a été entreprise en 1990 par un groupe franco-brésilien travaillant à l’Inpa (Instituto Nacional de Pesquisas da Amazônia), à Manaus. Menée dans le cadre d’un accord de coopération CNPq-Inpa/Orstom portant sur « l’étude des modifications écologiques liées à l’aménagement agro-sylvocultural de la forêt », elle est financée par l’Unesco, le ministère français de l’Environnement et la Commission des Communautés européennes, et coordonnée par Jean-Paul Lescure (Orstom). Elle s’est attachée à analyser la diversité des situations dans lesquelles s’insère l’extractivisme. En effet, selon les espèces exploitées, les pratiques mises en œuvre, les écosystèmes concernés, les populations de collecteurs — qu’elles soient d’origine indienne, caboclo ou nordestine —, les circuits commerciaux, la demande du marché, les cadres fonciers, etc., l’exploitation des produits forestiers prend de multiples formes, activité subsidiaire telle que la collecte des fruits de palmiers en périphérie de Manaus, ou activité centrale du système de production comme la saignée des hévéas chez les seringueiros de l’État d’Acre. Notre démarche a donc été d’examiner comment l’extractivisme s’intègre dans les divers systèmes de production en fonction de ces variables écologiques, sociologiques et économiques. Faute d’une perspective diachronique aisément observable, c’est par l’analyse de situations synchroniques que nous avons tenté d’identifier les paramètres qui peuvent influencer l’évolution de cette activité et que nous nous sommes interrogés sur sa dynamique, ses facteurs limitants et sa capacité à s’intégrer dans des choix de développement.

8Aujourd’hui, l’extractivisme concerne environ un tiers de la population rurale et touche l’ensemble du territoire amazonien, trois millions de kilomètres carrés. Son importance économique est cependant sans commune mesure avec celle qu’il avait au moment du boom du caoutchouc, dans les années 1900 ; il ne représente plus qu’environ 5 % (7,5 % dans l’Acre) de la valeur des produits du secteur primaire contre 90 % au début du siècle. Mais une ville comme Manaus, capitale de l’État d’Amazonas, exporte encore annuellement pour environ dix millions de dollars de produits extractivistes.

9Le déclin progressif du volume des transactions s’accompagne d’une réduction du nombre des produits, divisé par deux durant ces vingt dernières années (tabl. I). Aujourd’hui une douzaine d’espèces sont encore exploitées. Certains produits comme la noix du Brésil ou l’huile essentielle de bois de rose sont destinés au commerce international, d’autres comme le caoutchouc ou, dans une moindre mesure, la piaçaba ne dépassent pas le cadre du marché national, et enfin des produits comme l’huile d’andiroba, les fruits des palmiers tucumã ou açaí sont commercialisés à l’échelle régionale ou locale. Mais, qu’il s’agisse de produits exploités pour la ville voisine ou pour le marché international, de produits alimentaires ou à usages technologiques, le collecteur demeure sous l’emprise de l’aviamento, système économique qui consiste en une avance en denrées et biens manufacturés contre des produits extractivistes et qui, par l’endettement auquel il mène, a été un instrument de sujétion d’une partie de la population amazonienne.

10Le modèle historique de l’extractivisme, celui où la collecte du caoutchouc était la seule activité autorisée, tend à s’effacer au profit d’une pluri-activité. L’extractivisme est aujourd’hui une composante de systèmes de production qui associent une agriculture sur brûlis dont les produits sont essentiellement destinés à l’autoconsommation, la chasse, la pêche, la cueillette et parfois un petit élevage. Il constitue un élément important des stratégies familiales et sa pratique dépend de multiples facteurs comme le calendrier des travaux agricoles, la force de travail disponible, la situation financière, la pression du commerçant local ou encore les préférences individuelles.

11La permanence globale de la forêt après plusieurs décennies d’exploitation témoigne de l’impact réduit des activités extractivistes sur le milieu naturel. Cette faible emprise est liée à l’utilisation quasiment exclusive de l’homme comme force de travail. Certes, quelques espèces exploitées par abattage ont pu se raréfier mais globalement les potentialités des écosystèmes forestiers n’ont pas été altérées.

12Dans ce cadre, brièvement esquissé, quel est l’avenir de l’extractivisme ? Est-ce seulement une activité rémanente ? Doit-il être condamné, maintenu, consolidé ? Vers quelles formes peut-il évoluer ? Comment peut-il répondre aux attentes des populations concernées ? Quel rôle doit-il jouer dans les nouvelles politiques de gestion de la forêt amazonienne ? L’extractivisme fait naître un ensemble de questions et de voies de recherche dont les réponses et les résultats concernent de multiples acteurs, populations locales, politiques, scientifiques, industriels et commerciaux. L’objectif de ce recueil n’est pas de dresser un bilan exhaustif de l’extractivisme mais de tracer quelques pistes de réflexion à son sujet et de montrer, à partir de différentes disciplines, ses facettes, ses limites, ses enjeux et ses potentialités dans une mise en valeur équilibrée des écosystèmes forestiers amazoniens.

Notes

1 Ce terme, emprunté au brésilien extrativismo, recouvre l’ensemble des systèmes d’exploitation des produits de la forêt à condition que ceux-ci soient intégrés dans une économie de marché à l’échelle régionale, nationale ou internationale. Le terme cueillette est réservé ici aux activités dont les produits sont limités à la consommation familiale ou à un échange local. Extractivisme et cueillette relèvent de deux logiques économiques différentes, l’une régulée par un marché extérieur, l’autre par les besoins de l’unité domestique.

2 Chico Mendes est mort assassiné par des propriétaires terriens de la région de Xapuri dans l’État d’Acre en décembre 1988.

Notes de fin

* Les produits indiqués en caractères gras sont ceux qui font l’objet d’un commerce encore actif en Amazonie centrale.

** Circuits de commercialisation : rég. : régional ; nat. : national ; int. : international. Situation de l’activité : 3 : commerce très actif ; 2 : commerce actif ; 1 : commerce occasionnel ; A : abandon.

Table des illustrations

Titre Tabl. i - Espèces exploitées dans le cadre de l’extractivisme en Amazonie centrale
Légende Note **Note ****
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7562/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 134k

© IRD Éditions, 1996

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search