Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Substances naturelles en Polynésie française

 | 
Jean Guezennec
, 
Christian Moretti
, 
Jean-Christophe Simon

Première partie. Synthèse et recommandations

Conclusions et recommandations

Texte intégral

1La définition d’une politique tendant à valoriser le potentiel en substances naturelles de la Polynésie française revient à opérer des choix soutenables en termes écologiques, économiques, sociaux et culturels. C’est dans cet esprit que l’expertise a cherché à répondre aux grandes questions posées par le Cahier des charges. Regroupées sous trois grandes rubriques, ces questions serviront de fil conducteur aux conclusions présentées ici.

Quel est l’intérêt potentiel et comparatif de la biodiversité de la Polynésie française ?

2L’examen de la ressource terrestre et marine a démontré que la Polynésie disposait d’un « capital biodiversité » important, même s’il convient, pour les espèces végétales terrestres, d’en relativiser la dimension par rapport aux masses continentales d’où sont issus les organismes colonisateurs des espaces insulaires. En revanche, cette même insularité est facteur d’un fort endémisme et, combinée à d’autres caractéristiques (climatiques notamment), facteur d’originalité.

3Cela conduit à l’idée que l’appréciation réaliste de ce capital, en termes de valorisation possible, doit ajouter à son évaluation scientifique (substrat primordial) la prise en compte des atouts et faiblesses relatifs de la Polynésie française. Au rang des atouts, il faut considérer l’image du pays, la typicité de certains produits ; au rang des faiblesses relatives, la pénurie d’espace (cultivable), des coûts de production élevés, l’éloignement des grands marchés.

4L’expertise a souligné aussi que beaucoup reste à faire pour la connaissance de la biodiversité polynésienne. Cela est flagrant pour le domaine marin. Mais même pour la flore terrestre, relativement bien étudiée au plan taxonomique, on manque encore de données précises sur la bioécologie des espèces (structuration des peuplements, accessibilité, variétés infraspécifiques). Sur ces aspects, importants dans une optique de valorisation, l’expertise a apporté des éléments nouveaux (voir fiches). L’étude devra être poursuivie.

Substances naturelles exploitées, substances naturelles exploitables

5L’examen des modes de valorisation des substances naturelles actuellement exploitées a mis en évidence quelques traits majeurs et permis de dégager des enseignements transposables à de nouvelles formes d’exploitation des ressources vivantes.

  • La première conclusion est la nécessité de poursuivre l’effort de recherche pour la caractérisation biochimique et pharmacologique des espèces. Pour les substances naturelles d’origine végétale, cela concerne à l’évidence les espèces non encore exploitées dont l’expertise a signalé l’intérêt et pour lesquelles elle a formulé des orientations de recherche : Ilex anomala en est un des meilleurs exemples ; mais cela vaut aussi pour les parties jusqu’ici non utilisées des espèces exploitées, ainsi des feuilles de Morinda citrifolia dont seul le fruit (nono) est valorisé.
  • Un deuxième ensemble de conclusions porte sur les marchés des productions de la Polynésie française. De manière générale, on peut constater que prédominent les marchés de niche. Ce sont en effet ceux qui correspondent le mieux aux aptitudes et atouts du territoire polynésien. De ce fait, l’aspect qualité revêt une grande importance. C’est ce qu’illustre la démarche qualité menée sur la vanille ou le monoï, et dont il serait opportun de faire bénéficier le tamanu. La vocation des produits polynésiens à cibler des marchés de niche donne par ailleurs une importance stratégique à la question de la protection du produit, et donc à la consécration de sa spécificité par un « signe de qualité » approprié : l’AO Monoï en est une bonne illustration. En matière de protection, il convient de jouer des diverses formes existantes, de façon à choisir le mode de protection le mieux adapté au produit et au marché visé. On ne saurait trop souligner que le dépôt d’un brevet n’est pas la seule voie ni toujours le meilleur mode de protection d’un produit.
  • Le troisième ensemble de conclusions porte sur les filières. L’analyse des filières existantes (coprah, nono, monoï, vanille) a fait apparaître leur diversité, qui tient à la fois aux objectifs assignés à certaines, et aux caractéristiques de leur production et de leur marché. Pour orienter l’action de soutien au développement de filières nouvelles, il n’y a donc pas à se référer à un schéma unique : il convient plutôt d’envisager des options différenciées, au cas par cas (mais dans le cadre d’une stratégie d’ensemble, on y reviendra). Par ailleurs, il est apparu que, pour mieux cerner les facteurs qui ont assuré la réussite de certaines filières (nono, monoï), il serait opportun d’en effectuer l’analyse et le bilan au moyen d’un audit. En ce qui concerne les formes d’aide à l’innovation mises en place par les pouvoirs publics, le constat est le suivant : si les incitations financières ne manquent pas, il faudrait en revanche un vrai dispositif de soutien aux projets innovants et d’appui aux porteurs de projet (par exemple pour la mise en relation avec les investisseurs potentiels) et aux jeunes entreprises (structures d’incubation, pépinières d’entreprises). Enfin, la Polynésie française aurait tout intérêt à renforcer les liens avec les réseaux d’innovation existant en France métropolitaine et à l’international.

Grandes tendances de l’évolution des marchés et de la réglementation et orientations de recherche-développement par secteurs de valorisation

6Sous ce titre sont regroupés les deux grands aspects que peut prendre la valorisation des substances naturelles :

  • la valorisation directe, pour laquelle la donnée primordiale est celle des marchés ;
  • la valorisation différée, pour laquelle la question première est celle des choix d’orientations de R&D.
  • L’expertise, rappelons-le, n’avait ni vocation ni compétence à effectuer une étude de marchés, dans l’acception technique du terme. En revanche, elle s’est attachée à caractériser les marchés des produits issus des substances naturelles selon quelques grands types :
  • Les marchés porteurs : ce sont, à l’heure actuelle, le marché des produits cosmétiques et celui de la « new food » (aliments et compléments alimentaires à allégations « santé »). Outre leur grande versatilité et leur extrême sensibilité aux effets de communication, leur caractéristique principale est d’être assujettis à de très fortes contraintes réglementaires. De ce fait, la veille sur les évolutions des réglementations constitue, pour les filières concernées, un impératif de première grandeur. Sur ces marchés porteurs, le tableau 6 apporte des orientations précises.
  • Le cas du marché de la santé (médicament) : il s’agit d’un marché à très long terme, assujetti à des contraintes réglementaires drastiques. Il s’agit également d’un domaine où les réseaux de recherche (entre les mains de firmes spécialisées) dépassent de beaucoup la capacité de la Polynésie française à s’y insérer de façon réellement intéressante.
  • Les marchés en devenir : ce sont ceux des produits issus des biotechnologies appliquées aux substances naturelles. Positionner la Polynésie française sur ce terrain est possible car elle dispose à cet égard d’atouts initiaux, au premier chef un dispositif de recherche assez étoffé, mais cela implique un effort de recherche-développement soutenu (pour des éléments de stratégies en ce domaine, on se reportera notamment aux contributions Barbin, Guézennec-Débitus et Weniger sur CD-ROM).

Une option originale pour la Polynésie française : l’option bioprospection et collections

7La prise en considération de tous les grands aspects du sujet soumis aux experts (le capital biodiversité de la Polynésie française, les infrastructures scientifiques et techniques existant sur son territoire, la demande des marchés) a conduit les experts à proposer une orientation vers les activités de bioprospection, de développement des collections, d’extraction, de formatage des échantillons et de criblage biologique spécifique. Cette option présente la caractéristique d’être à la fois une forme de valorisation directe, aux retombées économiques à court terme, et une forme de valorisation différée, en tant que maillon indispensable d’une stratégie de recherche-développement.

8L’ensemble des travaux de l’expertise et ses conclusions conduisent in fine à formuler les recommandations suivantes :

  1. Il convient de concevoir comme absolument indissociables valorisation et préservation de la biodiversité et plus précisément de son potentiel évolutif, de nouvelles pratiques liées à de nouvelles filières pouvant en effet induire des effets rétroactifs sur la soutenabilité des filières elles-mêmes. C’est le sens même de la « Convention sur la diversité biologique ». C’est le principe qui guide toutes les grandes opérations de bioprospection (dans le cadre du Fonds mondial pour l’environnement). Ajoutons que c’est une impérieuse obligation pour la Polynésie française, où le nombre particulièrement élevé des espèces gravement menacées d’extinction est un signe de fragilité dont il importe de se préoccuper plus que cela n’a été le cas jusqu’ici.
  2. Prenant en compte ce souci, l’option « Bioprospection et collections » ainsi que les orientations de recherche détaillées proposées par l’expertise sont apparues comme offrant à la Polynésie française une perspective réaliste, originale, rentable et riche d’avenir, à côté d’autres formes de valorisation plus « classiques », dont beaucoup semblent liées à des marchés assez volatils.
  3. Dans tous les cas, pour protéger les droits de la Polynésie française et de ses populations sur leurs ressources et pour leur assurer les avantages pouvant découler de la valorisation de ces ressources, il est indispensable d’instaurer un dispositif juridique permettant la mise en œuvre des principes de l’APA.
  4. Pour orienter et étayer sa politique de valorisation, la Polynésie française aura le plus grand intérêt à se doter des moyens propres à assurer la protection de ses produits (par les modes appropriés), et la prise en compte précoce des évolutions des marchés et de la réglementation qui s’y applique (veille économique et veille réglementaire).
  5. Enfin, il faut tenir compte du fait que la plupart de ces produits sont présents (ou peuvent l’être) dans l’ensemble régional du Pacifique Sud, et que les questions que posent leur protection et leur promotion y sont grosso modo de même nature. Pour ces raisons parmi bien d’autres (telle la nécessaire conjugaison des forces entre États ou territoires de faible dimension géographique et démographique s’ils veulent faire entendre leur voix dans le concert mondial…), la Polynésie aura intérêt à privilégier, plutôt qu’une démarche fortement concurrentielle, une démarche de concertation avec les pays de la région, dans le cadre de la « Communauté du Pacifique Sud ».

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540