Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Substances naturelles en Polynésie française

 | 
Jean Guezennec
, 
Christian Moretti
, 
Jean-Christophe Simon

Objectifs et méthodes de l’Expertise collégiale en général

Mise en œuvre de l’expertise « Substances naturelles en Polynésie française » en particulier

Marie-Laure Beauvais

Texte intégral

1Cet ouvrage, le sixième publié dans la collection « Expertise collégiale » de l’IRD, répond aux mêmes objectifs généraux que ceux qui l’ont précédé et a été réalisé selon la même méthode, dont on rappellera brièvement ici les lignes générales.

2Les expertises collégiales sont engagées par l’Institut de recherche pour le développement « sur commande », pour éclairer la décision politique et le débat public sur des enjeux de société : mettre la recherche et les connaissances des chercheurs à la disposition de la collectivité fait en effet partie des missions des établissements publics de recherche.

3Cependant, il n’entre pas dans la fonction d’un établissement scientifique d’élaborer des « projets d’action » pour les pouvoirs publics : les choix d’action sont éminemment politiques et ils font appel à d’autres données, extérieures au monde scientifique. En mettant au point la méthode des Expertises collégiales, l’IRD entend, plus modestement, contribuer à rassembler sur un sujet donné les connaissances disponibles dans la littérature spécialisée, pour en dégager la portée dans le cas spécifié, mettre en évidence les conclusions fermes sur lesquelles s’accordent les scientifiques, identifier les points encore controversés et désigner les domaines sur lesquels les travaux disponibles sont insuffisants pour qu’on en tire quelque conclusion pratique que ce soit.

4Pour réaliser une expertise utile et fiable, trois réalités sont à prendre en compte :

  • Le temps de la décision n’est pas celui de la recherche : il est souvent beaucoup plus court ; les citoyens ont besoin que des mesures soient prises rapidement, parfois en urgence. L’expertise collégiale vise donc à faire le point sur les connaissances existantes dans la littérature internationale : elle ne comporte en principe ni collecte de données, ni exploitations complexes nouvelles.

  • La question posée concerne rarement une discipline unique : toutes les facettes du problème posé doivent être éclairées à la lumière de la littérature la plus récente. C’est pourquoi l’expertise mobilise un collège très interdisciplinaire d’une dizaine d’experts. Les conclusions d’ensemble sont débattues et assumées collectivement, en toute responsabilité. Le Département Expertise et Valorisation de l’IRD fait assurer une relecture du rapport par des personnalités qualifiées, extérieures au groupe d’auteurs, pour vérifier la complétude de l’exposé, sa clarté et sa conformité à la littérature internationale. Le groupe d’experts reste maître de ses conclusions.

  • Le décideur et le citoyen maîtrisent rarement le vocabulaire des différentes disciplines scientifiques ; pourtant, le débat public nécessite qu’ils aient un accès direct aux raisonnements et aux conclusions des scientifiques experts. Ceux-ci doivent donc se plier à un double exercice : d’une part, présenter leurs analyses dans leur langage de spécialistes, afin d’assurer la « traçabilité » de leurs raisonnements ; d’autre part, élaborer une synthèse simple et assez concise, accessible aux non-spécialistes.

5L’agenda des expertises, ainsi que la forme des publications, sont fixés en fonction de ces réalités. De leur prise en compte procède notamment la démarche originale caractéristique des phases initiale et finale de l’expertise :

  • Avant même la constitution du groupe d’experts, les questions à poser à ces derniers sont élaborées d’un commun accord au cours d’un « atelier initial » entre scientifiques et institutions commanditaires (qui souhaitent en général s’entourer d’acteurs-partenaires directement intéressés). Il faut, en effet, s’entendre précisément sur les attentes réciproques. D’une part, certaines questions, cruciales pour la décision, ne relèvent pas d’une approche scientifique : il convient donc de les écarter. D’autre part, pour bien cibler leurs conclusions, les scientifiques ont besoin d’une bonne connaissance du contexte dans lequel des décisions doivent être prises. Il n’est pas exclu qu’ils prennent connaissance du terrain, si nécessaire.

  • Après rassemblement des données et analyses apportées par chaque scientifique-expert dans son champ de compétence, c’est la confrontation des connaissances et des avis qui doit être organisée ; enfin, les conclusions élaborées collégialement sont rédigées et publiées sous forme d’une synthèse accessible à un public relativement large. Souvent, de telles synthèses, qui représentent un travail considérable rarement réalisé sous cette forme, ont une portée (scientifique comme pratique) qui va bien au-delà de la région ou du pays concerné : c’est pourquoi la publication en est systématiquement faite en deux langues (français et anglais).

6Réalisée selon ce schéma général, la présente expertise « Substances naturelles en Polynésie française » comporte également quelques traits spécifiques :

  • Pour répondre à leurs besoins très opérationnels, les autorités polynésiennes commanditaires souhaitaient que l’évaluation de leur potentiel naturel leur permît de savoir au plus tôt et dans les termes les plus précis sur quelles substances encourager l’investissement. Mais les conclusions des scientifiques ne peuvent prendre en compte les fluctuations imprévisibles de marchés sur lesquels l’argument de vente n’est pas toujours directement lié aux propriétés actives des substances elles-mêmes. La demande initiale (matérialisée par une inscription de financement pour l’expertise au contrat de développement entre l’État et la Polynésie) faisait apparaître un net écart entre ces deux logiques. Pour dissiper le risque potentiel de malentendus entre commanditaires et experts, l’expertise a été précédée d’une mission de l’IRD à Papeete, qui a cerné soigneusement les contours de l’expertise collégiale et a proposé un cahier des charges intégrant ces besoins et ces contraintes.

  • Pour qu’une expertise à vocation aussi directement opérationnelle porte tous ses fruits, il était nécessaire d’instaurer des contacts réguliers entre le groupe d’experts, résidant pour la plupart à Paris ou en régions, et les opérateurs intéressés, en Polynésie. À cet effet, la Déléguée à la recherche de Polynésie a réuni autour d’elle un comité de suivi composé des représentants des administrations et des acteurs concernés. C’est ce comité de suivi qui a validé le cahier des charges. Pendant le déroulement de l’expertise, le comité a été informé de l’avancement des travaux et a pu avoir, à plusieurs reprises, par visio-conférence entre Paris et Papeete, des échanges de grand intérêt avec le président et divers membres du groupe d’experts ; enfin, il a été le premier destinataire des résultats de l’expertise.

7Au terme de ce processus, l’expertise collégiale répond à une partie des préoccupations légitimes de la collectivité polynésienne, mais pas à toutes. Il est clair que les interlocuteurs, publics ou privés, qui voudront mettre en place une valorisation active de certaines substances naturelles devront recourir, au plan technique ou économique, à des études complémentaires, qui ne relèvent pas des compétences d’une institution de recherche scientifique.

8■ Toute analyse de « l’état des connaissances » est nécessairement datée et destinée à être plus ou moins rapidement dépassée : c’est vrai a fortiori d’une expertise visant à identifier un « potentiel » de valorisation. Les possibilités de valorisation sont déterminées par des facteurs susceptibles d’évoluer de façon très différenciée. Les évolutions relativement lentes des données économiques et juridiques donnent à penser que les conclusions tirées par l’expertise dans ces domaines sont dotées d’une relative pérennité. Quant aux conclusions concernant les propriétés chimiques et pharmaco-chimiques des substances étudiées, l’expertise présentée ici peut être qualifiée de très complète sur la base des données actuellement disponibles. Bien évidemment, des potentialités nouvelles seront reconnues à l’avenir (notamment dans le domaine marin, dont seule une infime partie est à ce jour étudiée) ; mais les procédures scientifiques à mettre en œuvre pour identifier, isoler et analyser de nouveaux principes actifs sont généralement longues. Au demeurant, de telles considérations donnent toute leur pertinence aux conclusions des experts concernant la mise en place de modalités pérennes de suivi des recherches en Polynésie.

9Conformément aux choix établis pour cette collection, le lecteur trouvera dans l’ouvrage lui-même la synthèse et les conclusions du groupe d’experts, en français et en anglais ; dans le CD-Rom inclus, les neuf chapitres analytiques sur lesquels s’appuie cette synthèse.

10Une autre originalité de cette expertise réside dans la collection de « fiches-substances » (incluses dans le CD-Rom), produit d’une synthèse pluridisciplinaire inédite des connaissances sur chacune des substances « à potentiel » identifiées par les experts.

11Nous ne saurions conclure sans remercier très vivement toutes les personnes qui ont bien voulu contribuer à la réalisation de cette publication. Aux experts eux-mêmes revient la responsabilité de l’expertise et l’essentiel du travail considérable qu’ils ont accompli sous la présidence de Christian Moretti (IRD). Une mention particulière doit être faite de la contribution de Céline Bonhomme, alors stagiaire du corps des Ponts et Chaussées, à la phase initiale de l’expertise : elle a très activement participé aux études et à la mission préparatoires en Polynésie et assumé en grande partie la rédaction du cahier des charges de l’expertise et le rassemblement du groupe d’experts. Le rôle de messager et d’intermédiaire Paris-Papeete et retour, sans lequel rien n’aurait pu se faire aisément, revient naturellement à Jacques Iltis, directeur du centre de l’IRD à Tahiti.

12Nos remerciements vont également à toutes les personnalités qui, en Polynésie ou à Paris, ont bien voulu soit apporter leurs contributions spécialisées, soit échanger avec les experts sur leur expérience, ainsi qu’aux scientifiques des diverses institutions de recherche qui ont fait part de leurs connaissances, de leurs données et de leurs avis sur les premières versions de ce rapport.

13C’est à Solange Lavielle (professeure de chimie, université Pierre et Marie Curie-Paris VI) et à Michel Trometter (économiste, Inra Grenoble) qu’a été demandée la relecture scientifique de la première version du rapport final : qu’ils soient ici très vivement remerciés tant pour leur lecture attentive que pour l’acuité et la pertinence de leurs observations et suggestions, dont les experts ont tenu le plus grand compte dans la mise au point de la version définitive.

14Et enfin, le collège d’experts et l’équipe « Expertise Collégiale » du DEV souhaitent exprimer leurs plus sincères remerciements à Marianne Berthod, directrice du département, qui a piloté l’ensemble de ce travail avec rigueur et compréhension.

Auteur

Chargée de mission Expertise collégiale, Département Expertise et Valorisation

© IRD Éditions, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540