Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

3. Autres thèmes

Acupuncture Sans Frontières et Madagascar

Josyane Montlouis

Texte intégral

A.S.F. : pourquoi ?

1ASF, anciennement appelée "Asshuma", a pour objet d’optimiser l’aide médicale des pays en voie de développement par une assistance en acupuncture, de façon à contribuer à établir une relative autonomie par un moyen peu coûteux et efficace.

2Pour cela 3 axes :

  • Transmettre un savoir faire et une formation de base aux praticiens de santé du pays ;
  • Fournir un matériel stable et réutilisable ;
  • Assurer le suivi de la formation et l’évaluation des résultats.

3Cet outil thérapeutique permet d’aider les populations concernées à ne pas dépendre systématiquement d’un produit ou d’un médicament difficile à trouver ou trop cher.

4Le budget consacré par ASF à ces missions est en totale transparence. Il est mis à disposition des adhérents ou de demandeurs potentiels

Comment se déroule une action ?

5A la demande d’un pays, et après accord officiel, ASF envoie une équipe de formateurs en acupuncture pour trois sessions d’un durée de 3 à 4 semaines, étalées sur 18 mois.

6Durant le séjour, il est proposé une formation théorique et pratique tournée vers leurs préoccupations quotidiennes des praticiens intéressés par l’acupuncture. Les pathologies traitées sont celles retenues par l’OMS dans la liste "pathologies et acupuncture".

7Ce cursus de 250 heures environ permet aux "apprentis" acupuncteurs d’aborder une dizaine de maladies parmi les plus couramment rencontrées ainsi que la santé maternelle à travers les troubles et le suivi de la grossesse, de l’accouchement et du post parfum.

8Au terme de ce travail, les étudiants sont évalués sur les connaissances théoriques et pratiques acquises. Si cette épreuve est couronnée de succès, une attestation d’aptitude à l’exercice de l’acupuncture, co-signée par les autorités du pays d’accueil et par ASF, est remise aux praticiens formés.

9Pérennité et santé publique sont des concepts clés. ASF assure le suivi de formation sur demande et participe à l’évaluation de l’impact.

Exemple : la mission de Tsiroanomandidy

101997 : ASF part, à la demande d’une région de l’ouest de Madagascar, faire une mission d’exploration pour une formation d’acupuncture auprès des praticiens de la circonscription de Tsiroanomandidy, situé sur les hauts plateaux, à 220 Km de la capitale.

11Les hauts plateaux présentent des paysages aux vastes étendues zébrées de grandes crevasses rouges, qui témoignent de l’inexorable érosion des sols, des glissements de terrain et d’une végétation modifiée par les feux de brousse largement répandus. Ce fléau écologique à Madagascar inquiète par son ampleur et ses conséquences et mobilise les efforts de certains.

12Telles des équipes malgaches d’ingénieurs agronomes, de sociologues.., qui tentent d’informer et de sensibiliser, de passer des contrats sociaux avec les paysans pour endiguer le phénomène.

13Les couleurs sont pourtant bien là. Le rouge est celui de cette terre latérite, renforcé par un habitat de maisons hautes, élégantes, en torchis, découpant des hameaux flamboyants, se détachants du vert tendre des rizières et des grands eucalyptus dégingandés. Sur la route de grands troupeaux de zébus qui rallient à pied ou en camions le plus grand marché de l’île.

14Le climat est caractérisé par 2 saisons : l’une des pluies de décembre à avril, période des labours ; l’autre sèche de mai à novembre, période de récoltes. Ces 2 périodes retentissent sur l’activité économique qui est essentiellement rurale : cultures vivrières (riz, manioc, maïs, sorgho), cultures industrielles (arachide, canne à sucre), cultures fruitières (ananas, banane, orange) ; élevage bovin, porcin, et volaille. L’activité commerciale, le salariat, les professions libérales ne sont pas à négliger.

15La population totale est de 195 690 habitants, soit 37 255 ménages dont la taille moyenne est de 5,25 (10 % de population urbaine, 90 % de population rurale). Le taux d’accroissement de la population est de 3,3 % ; taux de natalité est de 44 %. Taux de mortalité est de 11 % dont les principales causes sont les maladies diarrhéiques, le paludisme, et les infections respiratoires.

16La ville accueille l’hôpital, propre, et fleuri, avec des services de médecine, de pédiatrie, de maternité, de chirurgie, d’un laboratoire, d’une radiologie, d’une dentisterie, et d’une pharmacie (soit 74 lits) d’un dispensaire public et 2 dispensaires privés. Ces infrastructures forment une base solide dans un rayon de 50 Km où les structures rurales sont très démunies.

17C’est dans ce contexte et après reconnaissance officielle (Mme le Ministre de la Santé, le Directeur des Établissements Hospitaliers, le Doyen de la Faculté de Médecine, le Président du Conseil de l’Ordre) que nous avons mené notre action à travers 3 missions pédagogiques de 4 à 3 semaines chacune, pour former 16 élèves dont 3 sages-femmes, 2 dentistes, et 11 médecins (hospitaliers et libéraux). C’était le moyen de fixer les termes de l’engagement mutuel d’ASF et du pays hôte dans ce travail qui doit s’établir sur une base d’échanges.

18Comme la demande avait été bien vécue, l’intéressement aux cours a été remarquable tant dans la théorie que dans la pratique. L’investissement de chaque praticien a été total ce qui a permis déjà une première évaluation tant sur la qualité que sur l’économie du coût des soins ; à ce sujet la maternité a réalisé environ 20 % d’économie dans le cadre d’une maternité sans risque. Et cela s’insère dans la notion de complémentarité, fondamentale pour la sécurité des indications et limites de l’acupuncture.

19En novembre 1999 nous avons procédé à une évaluation des connaissances par QCM et par une consultation complète d’acupuncture auprès d’un malade. Ce qui a permis de délivrer 13 attestations sur 16 appréciant l’aptitude à prendre en charge une quinzaine de maladies et le suivi de grossesse et l’accouchement.

20Actuellement ASF est dans la dynamique des échanges sous forme de questions réponses, du partage des expériences par écrit ou sur place, et de la demande de documents. De plus un cyber café a été récemment installé dans la ville, qui facilite les communications.

21Cette mission a permis à l’acupuncture de prendre place à Madagascar, en complémentarité avec les autres formes d’exercices de la médecine. Il est indispensable de rester rigoureux dans l’organisation afin de pérenniser la viabilité du projet.

Auteur

ASSHUMA B.P. 4110 76020 Rouen cedex

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.