Version classiqueVersion mobile

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

2. Études chimiques et pharmacologiques

Utilisations thérapeutiques passées et composition chimique du latex de Cichorioidées européennes

Didier Fontanel, C Galtier et C Viel

Note de l’auteur

Note portant sur l'auteur1

Note portant sur l'auteur2

Note portant sur l'auteur3

Texte intégral

Introduction

1Parmi les Astéracées, la sous-famille des Cichorioïdées comprend plusieurs plantes herbacées à latex utilisées de longue date à des fins médicinales telles que le pissenlit, la chicorée, les laitues,... (Tableau I).

2L'usage de ces latex est tombé dans l'oubli depuis le milieu du xxe siècle. Parmi les motifs qui ont conduit à ce désintérêt, on peut évoquer :

  • une efficacité thérapeutique de chaque latex comparable à celle de la drogue végétale dont il est issu ;

  • une disponibilité restreinte et saisonnière des latex aboutissant à des matières premières onéreuses.

3Il apparaît une inadéquation entre les usages thérapeutiques forts divers des latex et l'homogénéité de leur composition chimique selon les données de la littérature (Tableau II). La plupart de leurs constituants sont peu originaux, à l'exception des lactones sesqui- terpéniques. A l'état d'aglycone, les lactones sesquiterpéniques se rencontrent dans une dizaine de familles botaniques, mais à l'état de glucosides, elles ont été identifiées uniquement parmi divers organes de Cichorioïdées.

Travaux personnels

Études phytochimiques

4Nos recherches sur la Lampsane (Lapsana commuais L.) ont permis la mise en évidence de lactones sesquiterpéniques glucosylés en proportions importantes dans un latex. A partir de jeunes tiges, leur teneur totale atteint 15,8 % rapportée au latex séché.

5Nous avons isolé de ce latex cinq glucosides de type guaïanolide : les lapsanosides A, B, C, le crépidiside E et le tectoroside (Figue 1), les trois premiers constituants n'ayant jamais été signalés jusqu'à présent dans d'autres plantes.

Matériel et méthodes

6Le latex séché est extrait par l'acétone. Après évaporation du solvant, le résidu acétonique est purifié par chromatographie sur colonne de silice 60 avec élution par gradient d'un mélange étheracétone. Les fractions regroupées sont ensuite repurifiées par chromatographie liquide semi-préparative moyenne pression avec une colonne octadécylsilylée (250 x 11,5mm, 5 µm) au moyen d'un mélange méthanol-eau (50:50 v/v). Les 5 composés purs obtenus ont été identifiés par CCM, SM (mode IC), RMN (1H, COSY, NOESY, 13C, DEPT ou X-H).

Études pharmacologiques

7Bien que depuis 20 ans, plus de 80 glucosides de lactones sesquiterpéniques aient été identifiés, seules des données pharmacologiques succinctes au sujet de leur cytotoxicité ont été publiées. Contrairement aux aglycones, les glucosides de lactones sesquiterpéniques apparaissent très faiblement cytotoxiques (Seto, 1988).

8Pour notre part, nous avons mis en évidence qu'à la dose de 5μg.ml-1, les lapsanosides A et B et le crépiside E ne présentent pas d'activité cytotoxique vis à vis de lignées cellulaires cancéreuses L-1210 (Fontanel, 1999). Cette totale inactivité paraît pour le moins inattendue car il est connu que les méthylènes lactones additionnent les nucléophiles cellulaires, mode d'action de certains composés doués d'activité cytotoxique.

9Par ailleurs, beaucoup de guaïnolides à l'état d'aglycone possèdent des propriétés antibactériennes tout particulièrement à l'égard de bactéries Gram-positif. En vue de comparaisons, nous avons examiné les effets antibactériens d'un mélange réunissant l'ensemble des glucosides de méthylènes lactones (gaïanolides) que nous avons isolé du latex de lampsane. Nos résultats ne montrent aucune activité inhibitrice pour des concentrations inférieures ou égales à 1,0 g.l-1 sur des souches de Staphylococcus aureus CIP 4.83 et d'Escherichia coli CIP 54.127.

Conclusion et perspectives

10Nos travaux sur la Lampsane ont montré que le latex constitue une source concentrée de lactones sesquiterpéniques glucosylées.

11A l'heure actuelle, ces glucosides sont les seuls composants originaux identifiés dans les latex de Cichorioïdées, dont les propriétés biologiques demeurent très peu connues. Des études pharmacologiques seraient nécessaires afin d'apprécier leurs éventuelles contributions aux propriétés thérapeutiques des latex et aux organes de Cichorioïdées les contenant, tels que la racine de pissenlit et la partie aérienne de laitue couramment employées en médecine populaire. N'oublions pas que plusieurs membres de la sous-famille des Cichorioïdées comme les laitues et les chicorées (scaroles, endives) renferment des lactones sesquiterpéniques glucosylées et font partie de notre alimentation courante en Europe. De plus, il existe actuellement un regain d'intérêt pour la consommation en salade de Cichorioïdées sauvages (laiteron, chondrille, pissenlit...).

Tableau I. Utilisations médicinales passées des latex de Cichorioïdées européennes

Tableau I. Utilisations médicinales passées des latex de Cichorioïdées européennes

Tableau II. Familles des composants signalées dans les latex de Cichorioïdées médicinales d'Europe

Tableau II. Familles des composants signalées dans les latex de Cichorioïdées médicinales d'Europe
  • 4 en dehors des protéines et des glucides courants

Note *4

Bibliographie

Références

BÉZANGER-BEAUQUESNE L., PINKAS M., TORCK M., TROTIN F. (1990) Plantes médicinales des régions tempérées, 2ème éd., Paris, Maloine.

CAZIN F.J. (1997) Traité pratique et raisonné des plantes médicinales indigènes, réédition intégrale à l'identique, Mane (Alpes de Haute-Provence), Éditions de l'Envol, 1189 p., XL planches.

DUKE J.A. (1985) Handbook of medicinal herbs, Boca Raton (Floride), C.R.C. Press.

FISCHER N.H. (1991) Sesquiterpenoid lactones, in B.V. Charlwood, D.V. Banthorpe (Eds), Methods in plant biochemistry, vol. 7, New york, Academic Press, 187-211.

FONTANEL D. (1998) Contribution à l'étude de la Lampsane commune (Lapsana communis L.) (Asteraceae), Thèse de Doctorat, Université François Rabelais, Tours.

FONTANEL D., GALTIER C., DEBOUZY J.C., GUEIFFIER A., VIEL C. (1999) Sesquiterpene lactone glycosides from Lapsana communis L. subsp. communis, Phytochemistry, 51, 999-1004.

GARNIER G., BEZANGER-BEAUQUESNE L., DEBRAUX G. (1961) Ressources médicinales de la flore française, tome II, Paris, Vigot Frères.

LECLERC H. (1983) Précis de phytothérapie, 5ème éd., Paris, Masson.

SETO M., MIYASE T., UMEHARA K., UENO A., HIRANO Y., OTANI N. (1988) Sesquiterpene lactones from Cichorium endiva L. and C. intybus L. and cytotoxic activity, Chemical Pharmaceutical Bulletin, 36, 2423-2429.

WAGNER H. (1977) in V.H. Heywood, J.B. Harborne, B.L. Turner (eds.), The biology and chemistry of the Compositae, vol. 1, New York, Academic Press, 411-433.

Notes de fin

4 en dehors des protéines et des glucides courants

1 ARDEX 5, rue de l'Airette 07200 Aubenas 1 (France). Laboratoire de Pharmacognosie.

2 de Chimie thérapeutique, UFR des Sciences Pharmaceutiques, Université de Tours, 31, rue Monge 37200 Tours (France)

3 Laboratoire de Pharmacognosie

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search