Desktop versionMobile version
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles et élaboration des pharmacopées savantes

Pratique de la phytothérapie dans le sud-est du Maroc (Tafilalet). Un savoir empirique pour une pharmacopée rénovée

Loussaine El Rhaffari and A. Zaid

Author's note

Note portant sur l’auteur1

Note portant sur l’auteur2

Full text

Introduction

1Une pré-enquête ethnobotanique a fourni d’importantes informations quant à la place de la phytothérapie dans la médecine traditionnelle des oasis du sud-est du Maroc, en particulier au Tafilalet (El Rhaffari et al., 1999). La région demeure un pôle d’excellence, au niveau national, dans le domaine. Les connaissances empiriques se sont transmises verbalement à travers les générations et se sont enrichies grâce à une situation géographique stratégique entre l’Afrique du nord, le Sahara et le Sahel (Al Hasan Al Wazzan dit Léon l’Africain, xvie siècle). Cet enrichissement est aussi lié aux événements historiques et au brassage des civilisations Amazighes (Berbères), Juives, Sahariennes, et Arabo-musulmanes au niveau de ces oasis (Bellakhdar, 1992 ; Bellakhdar, 1997).

2Cet héritage, comme pour d’autres régions au Maroc, a comme ossature le savoir Amazighe et arabo-musulman ayant suscité depuis longtemps la curiosité d’ethnobotanistes Marocains et arabes (Bellakhdar, 1992 et 1997 ; Merzouki et al., 1997 ; Ibn Al Baytar, 1248 et Dâûd al-Antaki, 1592).

3La flore vasculaire des régions oasiennes du sud-est du Maroc est très surprenante par sa richesse et la diversité de son origine. En effet les conditions biogéographiques et écologiques de ces régions sont favorables à la fois aux flores méditerranéenne-saharo-sindienne, saharo-syrienne et saharo-syrienne-soudano-decanienne (Ozenda, 1958 ; Ozenda, 1991 et Bellakhdar, 1992). Le nombre d’espèces s’élève à environ 500, dont un nombre important est commun ou endémique aux zones pré-desertiques et sahariennes (Ozenda, 1983 ; El Rhaffari et al., 2000).

4Le spectre biologique des oasis du sud-est Marocain est très marqué par son trait saharien et comprends les Thérophytes (50,80 %), Hémicryptophytes (20,75 %), Chamaephytes (14,90 %), Phanérophytes (11,96 %) et Géophytes (1,59 %) (Rejdali, 1999). Parmi les 54 familles recensées dans la zone, 7 regroupent 60 % de la flore totale (218 espèces), les plus riches sont les Asteraceae (17,80 %), Poaceae (8,78 %), Brassicaceae (11,17), Fabaceae (7,45 %), Caryophyllaceae (5,05 %), Chenopodiaceae (3,99 %) et Borraginaceae (3,72 %) (Rejdali, 1999 ; El Rhaffari, 2001).

5La vieille tradition de l’usage des plantes dans la médecine traditionnelle au Tafilalet est en relation profonde avec l’isolement de la région, le faible pouvoir d’achat des familles et un service sanitaire déjà insuffisant (1 Médecin pour 10 897 habitant et 1 lit pour 818 habitant (Anonyme, 1998). Ceci peut expliquer cette vivacité du système traditionnel de santé et de bien-être et qui est réellement inséré dans le contexte socioculturel.

6La supériorité de la médecine occidentale dans certains domaines n’écarte pas le fait que 80 % de la population mondiale profite des apports de la médecine traditionnelle. Reconnaître les savoirs empiriques de nos ancêtres comme une médecine à part entière et œuvrer pour lui apporter les technologies du "Nord" ne peut que contribuer à son amélioration.

7La conservation et l’entrée de cet héritage et l’intégration des préparation galéniques dans l’arsenal thérapeutique de notre pays est impérativement liée à leur critère de qualité et d’innocuité comme c’est le cas des produits chimiques ou biologiques (Zaid, 1999).

8L’inventaire de ce savoir empirique local, qui a résisté à l’épreuve du temps et que nous essayons de revitaliser et de préserver, a été effectué en collaboration avec des guérisseurs, herboristes et la population locale. Il est d’une extrême utilité car il risque de disparaître à cause de l’évolution des modes de vie et de communication (Bellakhdar, 1997).

9Ce travail est une étude monographique des plantes médicinales et une description de leurs modes de valorisation en phytothérapie par la population locale. Implicitement une des retombées socio-économique visée est la mise en valeur de la pharmacopée locale et la valorisation des ressources naturelles au niveau de l’environnement des oasis du Tafilalet. La pratique de la phytothérapie a été approchée et la place qu’elle tient dans le système de soin a été déterminée de façon pragmatique sans présupposition culturelle.

Méthodologie

Région d’étude

10Le Tafilalet (Province d’Errachidia) est située entre les latitudes sud-atlasiques 29°30’ et 32°30 (Fig. 1). Il couvre environs 8,44 % de la surface du Royaume et intègre la réserve de biosphère des oasis du sud Marocain récemment approuvée par l’U.N.E.S.C.O (El Rhaffari et al., 2000).

11La population au Tafilalet est d’environs 522.117 habitants. Sa densité moyenne est de 8,44 habitants/km2, dont 70 % en milieu rural et 30 % en milieu urbain (Anonyme, 1998).

12Dans cette étude la région a été approchée au niveau de ses trois unités morphologiques : les Haut-Atlas oriental (nord/nord-ouest) et l’Anti-Atlas (sud-sud-est), les Hamadas (sud-sud-est) et les Hauts Plateaux (est).

Figure 1. Localisation du Tafilalet

La fiche-questionnaire de l’enquête

13Les données de cette enquête ethnobotanique ont été collectées depuis 1996. La fiche-questionnaire a été adaptée aux conditions locales et à la complexité croissante de l’information au cours de la progression de l’enquête, selon une méthode permettant de recueillir les énoncés relatifs à la localité, l’informateur-enquêteur, les pratiquants de la phytothérapie, les maladies traitées et les plantes utilisées (El Rhaffari et al., 2002).

14Il a été parfois nécessaire de comprendre et de décoder le système de conception des remèdes en suivant la carrière de la plante et de le traduire au langage de la médecine moderne. L’exactitude de l’information collectée était lié à la relation entre le(s) nom(s) vernaculaire(s) de la plante, son (ses) usage (s), et l’ensemble des plantes ayant le(s) même(s) nom(s) vernaculaire(s) et ou le(s) même(s) usage(s).

L’enquête

15L’intérêt a été accordé à la variabilité et/ou à la répétitivité de l’information d’une localité à l’autre. Ceci est, d’une part, fonction de la valeur de la plante au sein de la pharmacopée de la localité et d’autre part du degré de communication entre les tradipraticiens et les usagers. "Plus étendue sera l’aire de diffusion de l’usage vernaculaire, plus grande sera la probabilité du bien-fondé de cet usage et plus pertinente sera l’observation et la sélection de ce module de connaissance" (Bellakhdar, 1997).

16Le savoir des informateurs et leur niveau de scolarisation étaient aussi une variante à prendre en compte car, dans la médecine traditionnelle, les énoncés d’un analphabète ou d’un expert s’entremêlent. Ces variations ont été prises en considération pour mieux cerner l’étendue de leur espace. Les données rapportées ont été vérifiées dans l’espace en confrontant les données des localités, et dans le temps en confrontant les propos des informateurs d’une même localité (El Rhaffari et al.,. 2002).

17L’enquête a été partagée en quatre volets conformément à une méthode décrite (El Rhaffari et al., 2002) :

18Premier volet : Enquête auprès des guérisseurs et tradipraticiens

19Deuxième volet : Enquête auprès des herboristes

20Troisième volet : Enquête auprès des usagers (consommateurs)

21Grâce à ces trois volets, nous avons recueilli toutes les informations concernant les plantes citées, leur mode de préparation, la posologie, le mode d’administration des remèdes ainsi que leurs effets observés et/ou attendus. L’enquête a été conduite pour pouvoir déterminer le profil du matériel végétal et suivre sa destinée dans l’espace et le temps.

22Quatrième volet : Identification botanique des plantes

23Dans ce dernier volet, il a fallu parfois partir d’une préparation pour identifier la plante ou l’inverse. Ceci nous a confronté au problème de différence ou de confusion de noms vernaculaires donnés à une même plante dans différentes localités, selon que cela était en Arabe ou en Berbère (Tamazighte).

24La translittération de l’arabe et de Tamazighte au français a été effectuée par un système adapté (Bellakhdar, 1997 et Merzouki et al., 1997) avec de légères modifications en fonction du dialecte local. Nous avons remarqué que l’appellation des plantes est beaucoup plus liée à la destination et à la simple description du port de la plante qu’aux caractères botaniques.

25L’identification et la description botanique des plantes ont été suivies sur le terrain et au laboratoire (Gaussen et al., 1982 ; Ozenda, 1983 et Fennane et al., 1999). Des spécimens des plantes médicinales sont déposés à l’institut Scientifique de Rabat (Maroc).

Étude de la cohérence et de la convergence de l’information

26La cohérence de l’information a été vérifée dans l’espace et le temps selon une méthode de confrontation des données (El Rhaffari et al., 2002). Une information est dite cohérente si elle est rapportée au moins deux fois dans deux localités différentes et par des informateurs différents. L’information est dite divergente si des discordances sont notées dans les informations ci-dessous :

27Identité botanique : il est question de donner le nom scientifique exact de la plante (Pn) utilisée pour traiter le symptôme ou maladie (Symn). Sachant que nous partons parfois d’une recette renfermant cette plante et/ou du nom vernaculaire (VNn) de cette plante et qui change parfois d’une localité à l’autre.

28Symptôme ou maladie : il est question de déterminer le symptôme ou maladie (Symn) traité par la plante (Pn), dont le nom vernaculaire est (NVn). Les usages populaires, symptômes ou maladies ont été classés en 16 pathologies ou usages populaires (Cf. Résultats. Paragraphe 5. 3).

29Partie utilisée : il est question de donner la partie (feuille, tige, racine, fleur, fruit, extrait, plante entière ou partie aérienne...) de la plante (Pn) dont le nom vernaculaire est (NVn), utilisée pour traiter le symptôme ou maladie (Symn).

30Mode de préparation : Il s’agit de donner le type de préparation (décoction, infusion, tisane, jus, broyage, trituration...) de la plante (Pn), dont le nom vernaculaire est (NVn) pour traiter le symptôme (Symn).

31Mode d’administration : il est question de déterminer le mode d’administration des remèdes préparé de(s) partie(s) de plante (Pn) ayant le nom vernaculaire (VNn) pour traiter le symptôme ou maladie (Symn). Ces remèdes peuvent être :

  • Remèdes à usages internes pris par voie buccale (avalés, absorbés par la muqueuse buccale ou sublinguale) ;

  • Remèdes à usages externes sont :

    1. Appliqués sur l’épiderme (solutions, pâtes, onguents, poudre, compresse, cataplasme, masque ...

    2. Introduits dans les orifices corporels (nez, oreille, cavité buccale, sac lacrymal, anus, tube uro-génital ...

    3. Pris par inhalation ou fumée

Synthèse des données de l’enquête

32Un système de gestion de base de données relationnel a été développé et amélioré durant l’enquête pour le traitement efficace des données (Fig. 2). Ce système permet de saisir, traiter et synthétiser les informations collectées sur le terrain et ce à l’aide de requêtes de type SQL, ce qui permet de répondre à des questions clés pour dégager les éléments de description de la pratique de la phytothérapie par la population.

33Les principales requêtes formulées par la base de données sont les suivantes :

34Question 1 : Donner la liste de toutes les plantes médicinales citées. Ceci permet d’établir la monographie des plantes utilisées en médecine traditionnelle dans la région d’étude.

35Question 2 : Quelles sont les plantes médicinales citées deux fois par deux informateurs différents et dans deux localités différentes ? Ceci pour confirmer leur usage en médecine traditionnelle.

36Question 3 : Quelles sont les plantes les plus utilisées ?

37Ces trois questions (1, 2 et 3) permettent d’établir et de vérifier la cohérence botanique.

38La correspondance entre le nom vernaculaire de la plante citée et son identité botanique est une étape principale. Ceci permet d’identifier les plantes ayant le même nom vernaculaire et de déterminer la liste de plantes médicinales selon les espèces, les genres et les familles botaniques.

39Question 4 : Quelles sont les plantes médicinales utilisées pour traiter chacune des 16 pathologies.

40Cohérence d’usage = La même famille, genre ou espèce de plante, est mentionnée deux fois par deux différents informateurs, et ce dans deux localités différentes, pour traiter la même pathologie, maladie ou le même symptôme et avec quel degré de spécificité ? Pour les questions 1 à 4 nous donnons les noms scientifiques (Famille, genre et espèces), et vernaculaire(s) des différentes plantes.

41Question 5 : Quelles sont les pathologies, maladies ou symptômes les plus traités ?

42Question 6 : Quelles sont les parties de la plante utilisées pour traiter telle ou telle maladie ?

43Question 7 : Quels sont les modes de préparation et d’administration suivie par la population ?

44Question 8 : Chercher la correspondance entre les plantes les plus utilisées et les maladies les plus traitées.

45Les questions (4, 5, 6, 7, 8 et 9) permettent d’établir les cohérences de l’usage des plantes en médecine traditionnelle.

46Question 9 : Quelles sont les plantes utilisées pour traiter toutes les pathologies ou maladies ?

47Question 10 : Quelles sont les plantes utilisées chacune pour traiter une et une seule maladie ou pathologie ?

48Les questions (9 et 10) permettent de dresser la liste des plantes remarquables et celles entourées d’un certain secret.

49Question 11 : Déterminer le degré de divergence des informations et mettre de côté celles incohérentes.

  • 3 Les mots en gras sont les clés de chaque table.

Figure 2. Relations établies entres les tables (Plante, Informateur, Maladie et Enquête) dans le Système de Gestion de Base de Données Relationnel.
Note *3

Résultats et discussion

50La base de donnée développée (disponible au laboratoire) permet d’établir la monographie des plantes à usages en phytothérapie, la synthèse des données, la recherche des cohérences d’ordre botanique et d’usage. Elle offre la liste des maladies (pathologies) connues des tradipraticiens et herboristes et celle des plantes, dont les remarquables, utilisées. Elle permet aussi de fixer avec précision les noms vernaculaires locaux, les noms scientifiques des genres, espèces et familles des plantes médicinales, leurs principales parties utilisées et leurs modes et formes d’administration ainsi que les effets supposés et/ou observés.

51Ci-dessous quelques éléments de la description de la pharmacopée du Tafilalet.

Place de la phytothérapie dans le système de soin au Tafilalet

52Les thérapeutiques suivies font appel essentiellement aux propriétés des aliments et des plantes médicinales, à la bénédiction et la grâce divine et à la volonté des tradipraticiens et guérisseurs selon leur notoriété.

53Du point de vue diététique, la population choisit ses régimes sur base de la classification populaire des aliments en chaud, froid, amère, acide... Les plantes sont alors choisies selon cette classification et selon l’effet qu’elles procurent. L’usage des plantes médicinales est beaucoup plus compliqué puisque il suit une logique dictée par différentes croyances et savoirs qui se chevauchent.

54Les drogues végétales appartiennent, en général, à deux catégories : Plantes connues universellement dans leurs propriétés botanique, phytochimique et pharmacologique et qui figurent pour la plupart dans la pharmacopée marocaine et celles de certains pays industrialisés ;

55Plantes inconnues ou partiellement connues et pour lesquelles de nouvelles investigations sont encore nécessaires avant leur recommandation pour une utilisation en thérapeutique moderne.

56Un sondage sur un échantillon de la population a été effectué devant les principaux hôpitaux et dispensaires et auprès des guérisseurs et herboristes. Les résultats montrent que selon les systèmes de soin, la population peut être répartie en 3 classes. Sur 854 individus interrogés, on distingue :

  • 190 individus ont recours à la phytothérapie seule ;

  • 250 individus ont recours à la médecine moderne seule ;

  • 414 individus ont recours à la fois à la phytothérapie et à la médecine moderne.

57Les individus qui pratiquent la phytothérapie sont donc en nombre de 604 (70,7 %). Ces individus sont des nomades, fermiers, agriculteurs, fonctionnaires, écoliers, analphabètes, citadins et ruraux. Ils sont répartis comme suit :

58Selon les tranches d’âge : 53 % (supérieur à 50 ans), 30 % (entre 20 et 50 ans) et 17 % (inférieur à 20 ans).

59Selon le sexe : 62 % (sexe féminin) et 38 % (sexe masculin)

60Selon le niveau d’étude : 15 % (universitaire), 21 % (secondaire), 20 % (primaire) et 44 % (analphabète).

61D’après ces résultats, on remarque que la phytothérapie est pratiquée par la population quelque soit la tranche d’âge, le niveau d’étude ou le sexe. Il est à noter que les femmes sont beaucoup plus actives que les hommes et, qu’avec l’âge, les patients ont plus recours à cette pratique. Les habitants du monde rural ont le plus recours à la phytothérapie.

62La population de Tafilalet consomme ces plantes selon un ordre de préférence pour traiter les pathologies. Le choix est orienté par les directives des herboristes et tradipraticiens, mais aussi par la disponibilité de la drogue végétale dans l’environnement.

Pratique de la phytothérapie au Tafilalet

63La population des régions reculées pratique la phytothérapie en s’adressant aux fouqha (Fqihs), âttara, âchaba pendant les jours du souk (marché hebdomadaire) ou de façon autonome selon les directives de parents ou grands parents. La population des zones urbaines ou régions environnantes s’adressent aux herboristes et fouqha selon leur notoriété.

Types de praticiens de phytothérapie dans la région

64En plus de "l’auto-traitement", les patients profitent de la phytothérapie en consultant plusieurs types de tradipraticiens pour établir un diagnostic, demander conseil, se procurer un remède efficace pour des symptômes bien connus ou diagnostiqués par un médecin. Les différents praticiens peuvent être classés comme suit :

65Droguistes (Âttara) : vendent les produits alimentaires, condimentaires et les drogues végétales à usage thérapeutique ou cosmétique. Ils satisfont la commande du patient sans se soucier de la finalité des produits.

66Herboristes (Âchaba) : peuvent contribuer au diagnostic des maladies en se basant sur les symptômes dont souffre le patient et donner les traitements appropriés. Les herboristes connaissent bien les produits et leurs finalités, et peuvent donner conseil et orienter les patients en cas de diagnostic déjà fait par le médecin ou le guérisseur.

67Guérisseurs (Fouqha, Tolba, Igourramen) : pratiquent l’art de diagnostic et prescrivent les traitements appropriés. Ils font eux-mêmes des préparations pour leurs patients. En général, la population les fait intervenir en cas de maladies compliquées. Les guérisseurs sont réputés pour leur aptitude à associer des pratiques magiques ou religieuses à la phytothérapie.

68Qablats (sage femmes) : aident les femmes à l’accouchement et se spécialisent surtout dans la cosmétologie, les maladies gynécologiques et la stérilité féminine. Elles préparent elles-mêmes les traitements appropriés. Cependant, elles peuvent traiter d’autres maladies chez les femmes et les enfants.

Diagnostic des maladies

69Certains tradipraticiens basent leur diagnostic sur la notion du chaud et du froid. Selon ces tradipraticiens, les patients sont classés en quatre tempéraments : chaud et sec, chaud et humide, froid et sec, et froid et humide. Ainsi, l’état de santé de l’individu est défini par un certain équilibre entre ces tempéraments ; un excès de l’un d’eux se manifeste par un état de maladie. C’est la détermination de ce type de différence de sang des patients qui permet aux guérisseurs de mieux diagnostiquer les maladies et prescrire le remède correspondant.

70D’autres guérisseurs se basent sur l’apparence et le teint du patient, ce qu’ils relient au type d’organe atteint par la maladie ou le malaise. Le remède prescrit est parfois à base de plantes dont la couleur ou l’apparence évoque l’état de santé du patient.

71Certains symptômes sont la manifestation de forces surnaturelles et leur diagnostic suscite l’intervention de guérisseurs spécialisés (Fouqha). Ces derniers ont parfois recours à la "magie" pour un meilleur diagnostic et la prescription de remèdes sous forme de fumigation, d’encensement ou de bain à base de plantes.

72Dans certains cas le diagnostic est effectué par un médecin mais le patient va chercher remède chez l’herboriste ou le guérisseur.

Techniques d’herboristerie

Collecte des plantes médicinales : calendrier, aires et procédés

73La collecte des plantes médicinales ou des parties utilisées (fleur, fruit, résine, gomme, latex...) est effectuée de façon formelle par les herboristes et de façon informelle par la population, les tradipraticiens, les Fouqha et les nomades.

74La population effectue, en général, la collecte selon un calendrier ouvert toute l’année pour les espèces vivaces et annuelles, au niveau du périmètre des oasis ou dans les parcours. Un approvisionnement se fait aussi auprès des nomades qui parcourent la région tout au long de l’année et effectuent une collecte aléatoire. Les espèces annuelles sont souvent collectées entre les mois de février-mars et mai-juin.

75Les procédés de collecte sont rudimentaires, en générale à la main ou à l’aide d’un couteau ou pioche. La collecte de résine, gomme, latex se fait avec plus de minutie.

Traitement des plantes

76Le traitement alloué aux plantes après leur collecte diffère selon les plantes et les parties à utiliser. En général, les résines, gommes, latex.. ne subissent aucun traitement. Les fleurs, bouton floraux, les graines sont séchés à l’ombre sans lavage. Les parties souterraines, les espèces ligneuses sont débarrassées de terre et subissent un rinçage et un séchage au soleil pendant environ 2 jours et un séchage d’environ deux semaines à l’ombre. La durée de séchage varie selon les espèces.

77Le broyage, les extractions, la pulvérisation... sont en général pratiqués lors de la préparation de la plante.

Conservation et conditionnement

78La conservation des plantes se fait sans inconvénient, en raison du climat sec de la région. Toutefois, les procédés de conditionnement et de conservation ne sont pas très bien développés : les poudres, extraits, résines, huiles sont stockés dans des pots en terre et actuellement de plus en plus en verre. Les feuilles, les fleurs, les graines et fruits sont conservées dans des sachets et sac en tissu ou en plastique. Les racines, bulbes... sont souvent laissés à l’air libre.

Pathologies (maladies) traitées par la phytothérapie

79Le traitement des données de plus de 7 800 fiches-questionnaires a permis de déduire qu’au Tafilalet les plantes sont utilisées pour leurs vertus et le traitement des dysfonctionnement comme suit (Tableau I) : appareil digestif (19,3 %), dermato-cosmétologie (14 %), système nerveux central et périphérique (9 %), sphère ORL (7,5 %), pathologie de la musculature et ossements (7 %), parasitoses (5,9 %), appareil urinaire (5,6 %), appareil génital (5,5 %), appareil respiratoire (5,4 %), appareil circulatoire (5,3 %), métabolisme et sécrétion (4,9 %), stomatologie (4,7 %), ophtalmologie (2,1 %), infection par germes pathogènes (1,9 %), empoisonnement et piqûre par venin (1,6 %), cancers et tumeurs (0,6 %).

Caractéristiques des recettes recensées

80Dans les recettes recensées, les plantes sont préparées seules (85,3 % des cas) ou combinées à d’autres ingrédients (14,7 % des cas). Les recettes combinées peuvent renfermer des ingrédients de nature végétale (75,7 % des cas), des ingrédients de nature végétale et minérale (15,7 % des cas), des ingrédients de nature végétale et animale (3,57 % des cas) ou des ingrédients à la fois végétaux, minéraux et animaux (5 % des cas) (Tableau I).

81Nous retenons ici que les recettes simples sont les plus utilisées et ceci peut être expliqué par la recherche du simple dans la préparation du remède. Lorsque les recettes sont de type combiné, elles renferment en grande partie des ingrédients d’origine végétale. Les ingrédients d’origines animales recensés sont le lait, des morceaux ou extraits d’organes d’animaux sauvages ou familiers et les œufs. Ils sont en général prise par voie orale. Alors que les ingrédients de nature minérale sont le sel gemme, le soufre, fer, cuivre, litharge d’or, litharge d’argent, alun, vitriol bleu, stibine, galène et sont le plus souvent prescrits en usage externe.

Parties de plantes utilisées

82Les organes de la partie aérienne (tige, feuille, fleur, graine isolée, fruit) sont les principaux organes utilisés (86,66 %). Les autres organes ou extraits de la partie aérienne (galle, gomme, latex, résine, suc, goudron...) sont aussi utilisés. Ceci peut être expliqué par l’aisance et la rapidité de la récolte mais aussi, selon les propos des usagers, par le fait que ces organes soient exposés au soleil ce qui leur procure vertus et bienfaits. L’explication scientifique est le phénomène de photosynthèse qui favorise la biosynthèse et le stockage des métabolites. Les organes de la partie souterraine (racine entière, bulbe) sont employés dans une moindre mesure (8 %). La plante entière est exploitée dans le cas des herbacées annuelles (5,34 %).

83Il est à signaler que des recettes renferment des combinaisons variables d’organes de plantes (6,58 % des cas).

Modes de préparation

84La décoction, la tisane, la trituration, la macération, les cataplasme- compresses et l’infusion et mélanges sont, par ordre décroissant, les modes de préparation les plus courants (71 % des cas). L’extraction dans ce cas se fait par l’eau, solvant universel d’extraction. L’huile d’olive est souvent utilisée comme un solvant pour le massage et la préparation des masques. Les cataplasmes-compresse ou bandage sont soit sous forme de drogue végétale brute, broyée ou moulue fraîche soit sous forme de poudre. Les onguents sont préparés en général avec des ingrédients pulvérisés et mélangés à de l’huile d’olive, du miel ou des œufs.

85Les autres modes sont, par ordre décroissant d’usage, l’organe nature (brut ou dans des mets), les bains de bouche et mastication, la cuisson, la fumigation-encesement, la dilution pour les latex et les sirops. Ces derniers sont un mélange d’ingrédients et de liquides sucrés ou miellés. Les ovules sont confectionnés soit de graisse ou d’huile d’olive et de cire. Les solvants les plus souvent utilisés pour l’extraction, les alcoolatures et teintures sont l’eau et le vinaigre. Les extraction de sève, jus, d’huile et de résine sont aussi en usage.

Voies d’administration

86L’étude montre que les remèdes sont à 57 % pris par voie orale sous forme solide (5,6 %), liquide (86 %) et mélange (8,4 %), et aussi à 31 % par voie externe sous forme solide (37 %), liquide (33 %), mélange (28 %) ou fumigation-encensement (3 %) (Tableau I). Les voies oculaire (2,32 %), auriculaire (2 %) et nasale (2 %), rectale (1,11 %) et vaginale (1 %) sont aussi suivies.

87Les cataplasmes-compresses, frictions, massage et masque, bains de bouche, gargarisme sont les principaux usages externes pratiqués par la population. Les administrations oculaire et auriculaire se pratiquent souvent sous forme de gouttes. Alors que les ovules et les suppositoires forment les principaux modes d’administration par voie vaginale et rectale. En général, les ovules sont composés d’un mélange d’ingrédients dans la graisse et les suppositoires sont constitué de mélange de drogue végétale et de pâte de date parfois engraissée.

88Les remèdes administrés par voie orale sont en général sous forme de décocté, poudre, infusion, tisane, sirop, cuit ou organe nature. Les affections fréquentes de l’appareil digestif expliquent la fréquence élevée de l’administration orale et le mode de préparation sous forme de décoction, tisane, trituration et macération. La fréquence importante d’usage de cataplasme-compresse, onguent, friction et massage est aussi en accord avec l’importance des usages populaires liés aux soins de la peau et au cosmétique.

Monographie des plantes médicinales des oasis du sud-est marocain

89Les plantes sont listées selon leur identité botanique et leur nom vernaculaire (arabe et tamazighte), classées par familles, elles-mêmes présentées par ordre alphabétique. Les données de la phytothérapie rapportées concernent des précisions sur les parties de plante utilisée, les modes de préparation et d’administration, les usages populaires, les symptômes et maladies traités et les effets des remèdes (Tableau I).

Les familles botaniques valorisées

90La cohérence d’usage en phytothérapie a été établie pour 215 espèces. Ces espèces appartiennent à 46 familles (Tableau I). Les familles largement employées en phytothérapie par la population sont les Asteraceae (25 espèces), Fabaceae et Poaceae (15 espèces), Lamiaceae (14 espèces), Brassicaceae et Zygophyllaceae (13 espèces), chenopodiaceae (10 espèces), Apiaceae (9 espèces), Liliaceae (7 espèces), Caryophyllaceae et Euphorbiaceae (6 espèces), Plumbaginaceae, Solanaceae et Tamaricaceae (5 espèces) et Cistaceae (4 espèces). Les autres familles botaniques sont peu représentées (de 1 à 3 espèces). Cecla reflète la domestication, la maîtrise et la valorisation par la population de la quasi totalité de la flore de la région.

Attribution du nom vernaculaire à la plante

91Le nom vernaculaire des plantes est attribué par la population selon différentes modalités. Ce nom peut indiquer la plante entière et l’apparence de son port, sa partie utilisée, ou l’effet observé ou attendu de la drogue végétale. Ceci amène parfois les consommateurs à tomber dans l’erreur d’appellation et d’identification des plantes.

92Les données montrent que seulement 33 espèces appartenant à 24 familles ont un et un seul nom vernaculaire, non partagé avec d’autres espèces. Les autres espèces ont plus d’un nom vernaculaire dont un grand nombre est partagé par plus de deux espèces de plantes (Tableau I).

93La similitude et la ressemblance entre les noms vernaculaires des plantes appartenant au même genre et à la même famille pourrait venir de la ressemblance des ports (genres Zygophyllum, Fagonia, Launea, Salvia, Atractylis...) et au polymorphisme de certaines plantes (genre Tamarix) et par conséquent aux usages de la drogue végétale.

94Dans le cas de plantes appartenant à des familles et des genres différents le nom vernaculaire peut être en général attribué selon la morphologie de la plante, sa partie utilisée, la maladie ou symptôme traité et aux effets de la drogue végétale. Les exemples sont nombreux (Tableau I) :

95Hebbalya (celle qui provoque la folie) est partagé entre 3 genres différents et de familles différentes (Heliotropium, Morettia et Lotuscar) car, selon les nomades, ces genres provoquent tous des troubles nerveux après ingestion par le bétail.

96Herrast Lehjer (briseuse des calculs) est partagé entre deux espèces de familles différentes (Herniaria sp (Caryophyllaceae) et Parietaria alsinefera (Urticaceae), cette similitude d’appellation est sûrement liée à l’effet de ces plantes.

Principales plantes utilisées et pathologies traitées

97Les pathologies les plus traitées et les plantes les plus utilisées sont rapportées selon l’ordre décroissant de citation (Tableau I).

Infection interne et externe par les micro-organismes

98La population utilise les plantes en général contre l’infection des blessures, les contaminations du tube digestif, la lèpre, la variole. 31 espèces appartenant à 10 familles sont valorisées (Tableau I). Les genres les plus utilisés sont Thymus, Lavandula, Salsola, Convolvulus, Rétama et Zygophyllum. Les remèdes sont administrés par voie orale (48 %) et voies externes (52 %).

Infection par les parasites internes et externes

99Le plus grand nombre de plantes médicinales est utilisé pour traiter les helminthiases, les parasites intestinaux, la leishmaniose, les parasites de la peau, les acariens...93 espèces appartenant à 28 familles sont valorisées par la population (Tableau I). Les genres les plus utilisés sont Pistacia, Calotropis, Urginea, Ruta, Retama, Antirrhinum, Ormenis, Trichodesma, Dipcadi, Olea, Cymobopogon, Tamarix et Zygophyllum. Les plantes sont à 81 % à usage interne et à 19 % à usage externe.

Cancers et tumeurs

100La population semble connaître très peu de remèdes contre ce qu’elle appelle communément cancer. Les plantes sont utilisées pour guérir les cancers de la peau et du tube digestif. Les espèces les plus utilisées sont Hammada scoparia, Fredolea aretioïdes, Globularia alypum, Capparis spinosa, Artemisia herba-alba, Peganum harmala et Teucrium polium. Les remèdes sont à 87 % à usage externe.

Les morsures vénéneuses

10119 espèces appartenant à 10 familles sont utilisées pour soigner les morsures de serpents et scorpions et les piqûres d’insectes. Les remèdes sont administrés par voie externe (70 %) et interne (30 %). Les genres les plus utilisés sont Hammada, Danthonia, Helianthemum, Euphorbia et Astragallus.

Pathologies du système cardio-vasculaire

102Selon les résultats de l’enquête, les maladies les plus traitées par les plantes sont les désordres circulatoires, les hémorragies, l’hypertension, hémorroïdes, douleurs cardiaques, varices... La population utilise 63 espèces appartenant à 29 familles. 67 % des remèdes sont administrés par voie orale. Les genres les plus utilisés sont Convolvulus, Thymus, Olea, Plantago, Rhus, Atractylis, Senecio, Dipcadi, Urginea, Asphodelus, Rumex, Ruta et Forskahlea.

Pathologies du système digestif

103Les maladies du système digestif les plus traitées par les plantes sont en général les maux d’estomac, les spasmes et coliques, les désordres digestifs et gastrites, les gastro-entérites, les hépatites, les maux de la rate, la diarrhée, la constipation... Tous les remèdes préparés sont ingérés. Les genres les plus valorisés dans ce domaine sont Thymus, Tamarix, Ormenis, Fredolea, Olea, Zygophyllum, Ammodaucus, Calotropis, Anvillea, Lavandula, Ruta, Pistacia, Hammada, Rumex, Reseda, Anthemis, Atractylis, Convolvulus, Genista, Globularia, Acacia, Plantago, Linaria, Withania. 121 espèces appartenant à 33 familles sont utilisées.

Pathologies du système respiratoire

104La population utilise les plantes pour leurs vertus antitussive, antiasthmatique, pour soigner la bronchite, la coqueluche, la tuberculose et les douleurs thoraciques. 52 espèces appartenant à 24 familles sont valorisées, les genres les plus utilisées sont Thymus, Calotropis, Pergularia, Tamarix, Pistacia, Convolvulus, Dipcadi, Olea, Plantago, Ruta, Hyoscyamus et Balanite. Ces plantes sont à 71 % administrées par voie orale.

Pathologie de l’appareil urinaire

10556 espèces sont valorisées pour leurs propriétés diurétique, anti- lithiasique et pour soigner les néphrites et la cystite. Ces plantes appartiennent à 25 familles. Eryngium, Dipcadi, et Plantago semblent être les plus utilisés. Les remèdes sont ingérés.

Dermo-cosmétologie

106124 plantes sont utilisées souvent pour le soin et la cicatrisation des blessures, la maturation des abcès, les dermatoses et dermatites, le soin des cheveux et l’alopécie, les brûlures. Ces espèces appartiennent à 37 familles. Les genres les plus valorisés sont Zygophyllum, Fagonia, Asphodelus, Olea, Plantago, Tamarix, Pistacia, Calotropis, Heliotropium, Cleome, Salsola, Convolvulus, Lotus, Thymus, Aristida et Reseda. Les remèdes sont en totalité à usage externe.

Pathologies bucco-dentaires

107Pour soigner le mal de dents, la gingivite, les ulcères buccaux, les aphtes, les stomatites... la population utilise 30 espèces appartenant à 13 familles. Les genres les plus valorisés sont Hyoscyamus, Pistacia, Thymus, Olea, Plantago, Tamarix et Balanite. Ces plantes sont à 99 % à usage externe.

Pathologies de l’appareil génital, obstétrique

108La population utilise les plantes pour leurs propriétés abortive, emménagogue, aphrodisiaque, pour les irrégularités dans le cycle menstruel, les maladies vénériennes, l’inflammation des voies génitales, la stérilité féminine et les soins après accouchement. Les remèdes sont en majorité administrés par voie orale (85 %). 61 espèces appartenant à 23 familles sont utilisées. Les genres les plus valorisés sont Ormenis, Helianthemum, Retama, Ononis, Salvia, Asparagus et Ruta.

Pathologies des ossements et musculature

109Les maladies les plus traitées par la population sont le rhumatisme, les arthrites et arthroses, les entorses, les lumbagos, les douleurs musculaires...62 plantes sont valorisées, elles appartiennent à 25 familles. Les genres les plus utilisés sont Thymus, Aristida, Eryngium, Anvillea, Cleome, Suaeda, Fredolea, Lavandula, Cymobopogon, Stipa, Ruta et Balanite. Les remèdes préparés sont administrés par voie orale (48 %) et voie externe (52 %).

Pathologies de la sphère O.R.L

110Les symptômes les plus traités sont ceux du rhume et grippe, laryngite, pharyngite, angine, otite... Les remèdes sont administrés par voie orale (16 %) et externe (84 %). La population utilise 31 plantes appartenant à 12 familles. Les genres les plus valorisés sont Thymus, Dipcadi, Eryngium, Salvia, Urginea, Ruta, Centaurea, Morettia, Hammada, Plantago et Zygophyllum.

Pathologies du système nerveux central et périphérique

11190 plantes médicinales appartenant à 25 familles sont utilisées par la population pour traiter en général la fièvre, fatigue nerveuse, la névralgie, la migraine et maux de tête, les vertiges,... Les genres les plus valorisés sont Thymus, Hyoscyamus, Retama, Acacia, Lygeum, Brocchia, Echinops, Centaurea, Alyssum, Salvia, Olea et Cymobopogon. Les remèdes sont administrés par voie orale (61 %) et voie externe (39 %).

Pathologies et usages liés au métabolisme et sécrétion

112Les maladies les plus traitées sont le diabète, la jaunisse, l’obésité, l’œdème, le goitre, l’hypercholestérolémie. La population utilise aussi les plantes pour stimuler ou arrêter la lactation et la sueur. 42 espèces appartenant à 21 familles sont valorisées. Les genres les plus utilisés sont Acacia, Olea, Zygophyllum, Helianthemum, Periploca, Anvillea, bubonium, warionea, Fredolea, Hammada, sueda, Ephedra, Ononis, Globularia, Marrubium, Teucrium, Lygeum, stipa, Androcymbium, urginea, Rumex, Linaria et Fagonia. Les remèdes sont à 95 % ingérés.

Pathologies liées à l’ophtalmologie

113La population valorise 27 espèces appartenant à 13 familles pour soigner la conjonctivite, le trachome, et pour les soins routiniers des yeux. Les remèdes sont en totalité à usage externe. Les genres les plus utilisés sont Anastatica, Ruta, Lyciume, Hammada, Euphorbia, Marrubium, Acacia, Glaucium, Plantago et Zygophyllum.

Conclusion

114Cette étude ethnobotanique a révélé l’importance de la pratique de la phytothérapie par la population isolée et démunie du Tafilalet. La collecte, la synthèse et la confrontation des données recueillies a permis de contribuer à la transformation du savoir populaire, de l’oralité à l’écrit par l’établissement de la monographie des plantes médicinales et leurs usages.

115L’informatisation des recueils sous forme de base de données est un moyen de mise à l’épreuve de ces savoirs, pour une meilleure description, valorisation et préservation de la pharmacopée locale de manière pragmatique.

116Cela a permis également de dégager et de vérifier les divergences des informations et ainsi de mettre en évidence les confusions dans l’identité des plantes, dans leur mode d’usage et dans la pratique de la médecine traditionnelle.

117La population des oasis du Tafilalet et du milieu environnant semble utiliser les plantes pour leurs vertus dans environ 1952 usages populaires ou maladies. Le choix du type de préparation et du mode d’administration semble suivre la logique du système galénique. En générale les préparations sont sous forme liquide, solide, mélange ou fumigation. L’ingestion est le mode le plus pratiqué.

118La cohérence d’usage en médecine traditionnelle de 215 d’espèces de plantes a été établie. Ces espèces appartiennent à 46 familles botaniques.

119Une étude de cohérence entre la phytochimie et les usages populaires est en cours.

120Une valorisation dans les domaines de la pharmacologie et de l’industrie serai un moyen d’assurer le passage de la médecine traditionnelle à la médecine moderne, pour une pharmacopée rénovée. Ceci devrait se faire dans une plus grande homogénéité, une plus grande efficacité et une diminution de la toxicité. Ceci ne doit pas viser le déracinement, mais la valorisation et la promotion de ce patrimoine culturel, qui finalement permettra de valoriser la biodiversité et contribuer au développement et au bien-être de la population locale.

Remerciement

121Nous remercions le Professeur Peltier de l’université Joseph Fourrier, Laboratoire d’Ecologie végétale, Grenoble (France) pour son aide dans l’identification de quelques plantes et en particulier pour la clé inédite des Chenopodiaceae.

122Nous remercions aussi les Professeurs Ibn Tatou et Fennan de l’Institut Scientifique à Rabat pour l’aide apportée durant l’identification des plantes.

1 : Mélange de végétaux, 2 : Mélange de végétaux + minéraux, 3 : Mélange de végétaux + animaux + minéraux, 4 : Mélange végétaux + animaux
Partie utilisée

Bb : Bulbe, Bb+Fe : Bulbe et feuille, Bf : Bouton floral, Br : Branche, Co : Cosse, Ec : Ecorce, Ec+Fe : Ecorce et feuille, Fe : Feuille, Fe+Fl : Feuille + Fleur, Fe+Gl : Feuille + galle, Fe+Gr : Feuille+Graine, Fe+H : Feuille et Huile, Fe+Ra : Feuille+Racine, Fe+TFe : Feuille+Tige feuillée, Fl : Fleure, Capitule, Ambelle, Fr : Fruit, Fr+H : Fruit et Huile, Fr+PA : Fruit et Partie aérienne, Fr+TFe : Fruit et Tige feuillée, Frlm : Fruit immature, Gl : Galle, Gm : Gomme, Gr : Graine, Gr+Fl : Graine+Fleur, H : Huile, Hfr : Huile de Fruit, Lx : Latex, PA : Partie aérienne, PA+Fe : Partie aérienne et feuille, PA+Gl : Partie aérienne et Galle, PA+Ra : Partie aérienne et racine, PAFl : Partie aérienne fleurie, PAFl+Fe : Partie aérienne fleurie et feuille, PANFl : Partie aérienne nouvellement fleurie, PE : Plante entière, PE+Ra : Plante entière+Racine, Pl : Pétale, PtFl : Plante fleurie, Ra : Racine, Ra+PA : Racine+Partie aérienne, Ra+PA+Gl : Racine+Partie aérienne+Galle, Rn : Résine, SoFl : Sommité fleurie, Sv : Sève, SvFe : Sève de feuille, T : Tige, EcT : Ecorce de Tige, TFe : Tige feuillée, TFe+Gl : Tige feuillée + Galle, Tfe+Gr : Tige feuillée+Graine, TFl : Tige fleurie.
Préparation et mode d’administration
ApC
 : Appliquer sur cheveux, ApCC : Appliquer sur cuir chevelu, ApCCC : Appliquer sur cheveux et cuir chevelu, ApL : Appliquer localement, ApP : Appliquer sur peau, ApPC : Appliquer sur peau et cheveux, ApTe : Appliquer sur tête, ApTh : Appliquer sur thorax, BaBo : Bain de bouche, B : brut, Bnge : Bandage, BDH : Brut dans huile, BMe : Brut dans mets, BrF : Broyer frais, BrH : Broyer dans huile, Bro : Broyé, Cat : Cataplasme, CDH : Cuit dans huile, Cig : Cigarette, Col : Collyre, Cu : Cuit, CuH : Cuit dans huile, Déc : Décoction, DHen : dans henné, Dil : Dilution, DMe : Dans des mets, DSo : Dans soupe, Fum : Fumer, Fumg : Fumigation, Fumg-Enc : Fumigation- encensement, Gar : Gargarisme, GouNaz : Goutte par voie nasale, GouOri, Goutte dans oreille, Gou : Goutte, Inf : Infusion, Inh : Inhaler, Jus : Jus, Kh : Khôl, Mac : Mâcher, Mas : Massage, Masq : Masque, Mél : Mélange, MélDHen : Mélangé dans henné, Ong : Onguent, Or : Orale, UE : Usage externe, Ov : Ovule, PanF : Pansement frais, Pdr : Poudre, PdrDMél : Poudre dans un mélange, PdrDH : Poudre dans huile, PdrDM : Poudre dans miel, Sir : Sirop, Sup : Suppositoire, Tei : Teinture, Tis : Tisane, Vag : Vaginal.

Bibliography

BELLAKHDAR J. (1992) Tissint une oasis du Maroc présaharien. Monographie d’une palmeraie du Moyen Dra, Rabat, Edition Al Biruniya, 241 p.

BELLAKHDAR J. (1997) La pharmacopée marocaine traditionnelle. Médecine arabe ancienne et savoirs populaires, Paris - Rabat, Ibis Press - Eds Le Fennec, 764 p.

DÂÛD AL-ANTAKI (1945) "Tadhkirat al-Albâb wa al-jâmi al-ajâb" (en arabe), Ed. Mostafa al Bâbi, Cairo, Egypte, 630 p.

DOS SANTOS J. R. (1989) Problèmes de méthode pour le recueil des données ethnopharmacologiques sur le terrain, Ethnopharmacologia, 3, 8-15.

EL RHAFFARI L., ZAID A., ET EL ALAMI F. (1999) Valorisation et protection de la flore utilisée en médecine traditionnelle dans le Tafilalet et les environs, Minbar Al Jamiâa, 1, 183-189.

EL RHAFFARI L, ABOUOMAR M., ALIOUI A., BENJIRA M., DARFAOUI M., HILALI A., KHAL M., KHARDI A., NEJJAR M ET OUBERHOU A. (2000) Étude du Contexte Biotique de la Réserve de Biosphère des Palmeraies du Sud Marocain, M.A.D.R.P.M. - U.N.E.S.C.O., 140 p.

EL RHAFFARI L. (2001) Gestion et valorisation des ressources végétales dans la réserve de biosphère des Oasis du sud-est du Maroc, Actes du Premier congrès de l’Association Marocaine de la biodiversité « Gestion et valorisation de la biodiversité au Maroc », 19, 20 et 21 Juin 2001, Faculté des Sciences de Rabat.

EL RHAFFARI L., ZAID A., HAMMANI K., BENLYAS M. (2002) Traitement de la leishmaniose cutanée par la phytothérapie au Tafilalet, Revue Biologie & Santé, Vol 1, n° 4, 2002.

FENNANE M., IBN TATTOU M., MATHEZ J., OUYAHYA A ET EL OUALIDI J. (1999) Flore du Maroc, Manuel de détermination des plantes, Vol 1, Trv. Ins. Sci. Série Botaniques, n° 36, Rabat, 558 p.

GAUSSEN. H., J.-F.LEROY, P. OZENDA. 1982. Précis de botanique. Tome II. Végétaux supérieurs. 2’ Edition. Edition Masson 580p.

IBN AL BAYTAR, "Al Jamia Li Mufradat al adwia wa’l Aghdia", 1248 (Traité des simples, traduction française par Ledere.), Vol, 1, 2, 3, Ed. Imprimeraie Nationale, Paris, France 1873-1884, pp 473, 483, 492.

JEAN-LÉON L’AFRICAIN (AL HASAN AL WAZZAN). 1983. Description de l’Afrique. Trad in Arabic by M. Hajji and M. Lakhdar. Edition Dar Al-Gharib Al-lslami. Beyrouth.

Monographie de Tafilalet (1998) Ministère de l’intérieur, Maroc.

MERZOUKI A., ED-DERFOUFI F., EL AALLALI. A ET MOLERO-MESA J.( 1997) Wild medicinal plants used by local Bouhmed population (Morocco), Fitoterapia, Vol. LXVIII, N°5.

REJDALI M. (1999) Aperçu sur les aspects floristiques des périmètres pastoraux de Tafilalet, IAV Hassan II, Rabat, Maroc.

OZENDA P. (1983) Flore du Sahara, 2° éd., CNRS, Paris, 626 p.

OZENDA P. (1958) Flore du Sahara Septentrional et central, CNRS, Paris. 486p.

OZENDA P. (1991) Flore et végétation du Sahara, 3° éd., CNRS, Paris, 626 p.

ZAID A. 1999, Approche méthodologique pour la préparation de la pharmacopée Marocaine. Actes du colloque international "Les substances naturelles au service de l’industrie et de la médecine" 1997, Faculté des Sciences Meknes Maroc. Revue Minbar Al Jamiâa N° 1 - 1999.

Endnotes

3 Les mots en gras sont les clés de chaque table.

1 Laboratoire de valorisation et préservation des plantes médicinales et aromatiques des zones arides et semi-arides, Faculté des Sciences et Techniques BP. 509 Boutalamine Errachidia (Maroc) E-mail : elrhaffari@yahoo.fr

2 UFR Environnement et Santé, Faculté des Sciences BP 4010 Beni M'Hamed 50000 Meknès (Maroc) E-mail : zaid@extra.net.ma / zaid@fsmek.net.ma

List of illustrations

Caption Figure 1. Localisation du Tafilalet
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-1.jpg
File image/, 488k
Caption Figure 2. Relations établies entres les tables (Plante, Informateur, Maladie et Enquête) dans le Système de Gestion de Base de Données Relationnel.Note *3
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-2.jpg
File image/, 220k
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-3.jpg
File image/, 2,3M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-4.jpg
File image/, 2,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-5.jpg
File image/, 2,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-6.jpg
File image/, 2,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-7.jpg
File image/, 2,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-8.jpg
File image/, 2,2M
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-9.jpg
File image/, 2,0M
Caption 1 : Mélange de végétaux, 2 : Mélange de végétaux + minéraux, 3 : Mélange de végétaux + animaux + minéraux, 4 : Mélange végétaux + animauxPartie utilisée
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7244/img-10.jpg
File image/, 1,7M

© IRD Éditions, 2002

Terms of use: http://www.openedition.org/6540