Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

3. Médicaments du XXIe siècle

Plantes médicinales et biotechnologies. Moteurs de la nouvelle économie ?

Jean-Marie Pelt

Résumé

Au xxe siècle, les gènes joueront probablement un grand rôle dans l’économie mondiale tant le brevetage de certains d’entre eux représente un potentiel commercial énorme. Actuellement, la bataille pour l’appropriation du vivant fait rage mais tout a commencé il y a déjà plus de vingt ans lorsque la Cour suprême des Etats-Unis a accordé un brevet sur un micro-organisme recombiné.
Face à cette situation, les pays du Sud de la planète, détenteurs de la plus grande biodiversité réagissent vigoureusement contre ce qu’ils jugent être un véritable piratage à la fois du patrimoine naturel mondial et des connaissances ancestrales, et réclament leur part de retombées financières.
Du brevet sur les ressources naturelles au brevet de gènes humains il n’y a qu’un pas, que le gouvernement américain et certaines sociétés privées ont tenté de franchir. Certaines victoires laissent à penser que la pression de l’opinion publique ne pourra battre en brèche éternellement les assauts des multinationales avides de profits.

Texte intégral

1Au début des années 1960, la Matière Médicale (traduction du titre d’un ouvrage de Dioscoride, médecin à l’époque de Néron, qui recensait les plantes utilisées en thérapeutique à cette époque) était plutôt moribonde car on entrait dans l’ère de la chimie synthétique triomphante.

2Pendant de longues années, nous avons assisté à la disparition progressive des connaissances des tradipraticiens, des guérisseurs, des chamanes, des sorciers. En effet, les enfants de ces spécialistes traditionnels, touchés par la modernité et la culture américaine ne se faisaient plus le relais du savoir ancestral de leurs ainés, un hiatus total s’étant formé entre cette culture venue d’Amérique et les cultures traditionnelles menacées de disparaître sous les seuls yeux des quelques ethnologues qui les étudiaient.

3Il y a vingt, le climat a un peu changé grâce à l’OMS et l’Unesco (deux organisations des Nations Unies) qui se sont intéressées à ce patrimoine thérapeutique.

4En 1990, lors du 1er Colloque Européen d’Ethnopharmacologie, il était évident que les plantes médicinales recommençaient à intéresser le monde de la thérapeutique (l’industrie pharmaceutique et le monde médicalier en particulier).

5Et depuis 10 ans, ce monde a totalement changé sous l’influence de 2 facteurs :

  • d’une part le sommet de la Terre à Rio en juin 1992, qui a émis le concept de biodiversité c’est-à-dire la riche diversité des espèces végétales et animales qui peuplent la planète et qu’il faut conserver à tout prix. En braquant les projecteurs sur ce thème, il a fait émerger un intérêt nouveau pour les plantes elles-mêmes et aussi pour les détenteurs de ces savoirs traditionnels :
  • d’autre part, la transgénèse, technique qui permet de breveter les plantes, par un biais toutefois très contestable.

6Sous ces deux influences, les multinationales de la pharmacie et des sciences de la vie se précipitent avec une rage extraordinaire sur ces savoirs traditionnels et sur le monde végétal, de sorte que notre rôle consiste à faire avancer la connaissance en la publiant, pour freiner le mouvement visant à s’approprier des savoirs faisant partie du patrimoine commun de l’humanité.

7Les gènes sont l’or vert du siècle des biotechnologies. Et le contrôle des ressources génétiques de la planète jouera le rôle du contrôle des minerais et des combustibles fossiles durant tout l’ère industrielle. Il s’agit désormais d’identifier des microbes, des végétaux, des animaux et des êtres humains porteurs de caractéristiques génétiques rares, pour pouvoir exploiter après brevetage le potentiel commercial qu’ils représentent, après avoir eu soin de modifier ces caractéristiques génétiques par transgénèse, pour pouvoir les breveter.

8La biodiversité étant plus élevée dans l’hémisphère sud, c’est donc les ressources génétiques du Sud qui sont convoitées par le Nord. Aussi le Sud estime-t-il devoir en retirer un bénéfice, comme le Moyen Orient vit de son pétrole... Mais des multinationales du Nord rétorquent que ces ressources génétiques n’acquièrent de la valeur qu’une fois recombinées grâce aux techniques de la transgénèse. Deux exemples illustrent le propos.

9Des chercheurs ont découvert, il y a quelques années, une variété très rare de maïs n’existant plus qu’à quelques milliers d’individus au Mexique. Cette variété résiste à un champignon qui avait dévasté les récoltes américaines en 1970.

10D’après les généticiens et les économistes des entreprises productrices de semences, la valeur commerciale de cette variété fut chiffrée à plusieurs milliards de dollars par an.

11De même Madagascar n’a pas touché un centime pour l’exploitation de sa pervenche rose, que la Société Eli Lilly a transformé en un médicament, engrangeant des profits : 160 millions de dollars de recettes en 1993 ! Et Madagascar n’en a profité aucunement.

12Dès à présent dans le Colorado, le gouvernement américain stocke plus de 400.000 variétés de graines en provenance du monde entier. De telles banques de gènes se développent dans de nombreux pays ; elles sont réservées aux micro-organismes rares, aux embryons d’animaux congelés.

13Ainsi le résultat génétique de millions d’années d’évolution est en passe d’être transformé en propriétés intellectuelles privées.

14L’appropriation de la vie a commencé en 1971 quand un microbiologiste indien, Ananda Chakrabarty déposa un brevet sur un micro-organisme génétiquement modifié pour absorber le pétrole des marées noires. Le PTO, Patents and Trademark Office (l’équivalent américain de l’Institut National pour la Propriété Industrielle) rejeta sa demande, la loi américaine interdisant de breveter des êtres vivants. Chakrabarty et la General Electric, dont il était salarié, firent appel. Ils gagnèrent en appel au motif que le micro-organisme breveté "ressemblait davantage à des composés chimiques inanimés... qu’à des chevaux, des abeilles, des framboises ou des roses". Ce qui inférait implicitement que, si le brevet avait porté sur une souris ou un autre animal, il eut été fort probablement rejeté. Le PTO fit à nouveau appel, devant la Cour suprême cette fois. Et en 1980, par cinq voix contre quatre, les juges de la Cour se prononcèrent en faveur de Chakrabarty et lui accordèrent son brevet sur la première forme de vie génétiquement modifiée. Ce jugement fit naturellement jurisprudence. À partir de là, les biotechnologies perdirent leur virginité scientifique, et rentrèrent dans le monde des affaires. De nombreux spécialistes annoncèrent même que les miracles de la science seraient le moteur économique de l’ère postindustrielle.

15Le 14 octobre 1980, quelques mois après la décision de la Cour suprême autorisant l’exploitation commerciale de la vie, l’entreprise Genetech proposa un million d’actions à 35 dollars pièce. Le cours de l’action monta en vingt minutes à 89 dollars, alors même qu’elle n’avait commercialisé aucun produit... Savoir que les brevets pouvaient être attribués aux biotechnologies et aux êtres vivants génétiquement modifiés stimulait puissamment le développement de ce secteur. Désormais plus rien en matière commerciale ne distinguait les êtres vivants d’objets inanimés.

16Et les organismes obtenus par génie génétique devaient être considérés comme une invention, au même titre qu’un ordinateur ou une machine. Les êtres vivants perdaient leur caractère sacré tandis qu’ils acquéraient une valeur marchande.

17Dans une deuxième étape, en 1987, le PTO décréta que désormais tous les organismes vivants multicellulaires, y compris les animaux, étaient potentiellement brevetables. Les juristes commentant cette nouvelle position du PTO firent valoir que l’homme en était excepté, en raison du fait que le 13e amendement de la constitution américaine interdit l’esclavage. En revanche, les embryons, les fœtus, les gènes, les lignées cellulaires, les tissus et les organes humains génétiquement modifiés peuvent être brevetés. En somme, on peut breveter un être humain sinon en totalité, du moins en morceaux... Pourtant jamais un biologiste moléculaire n’a créé ex nihilo un gène, une cellule, un tissu, un organe, ni un organisme. Pourtant ce qui était une découverte fut désormais regardé comme une invention. Le fait d’isoler un gène afin d’en déterminer les propriétés et les fonctions suffit à le breveter comme invention.

18Un chimpanzé, dont 99 % du patrimoine génétique est commun avec l’homme, peut-il être breveté comme une invention humaine dès lors qu’on y introduit un gène nouveau dans son organisme ? D’après le PTO, la réponse est oui.

19La troisième étape a lieu en 1988, un an après avoir admis le principe de brevetabilité de l’ensemble du monde vivant. Le PTO accorda pour la première fois un brevet sur un mammifère, une souris génétiquement modifiée contenant un gène humain qui la prédispose au cancer. Elle est commercialisée par la société Du Pont, en tant que modèle de recherche pour l’étude du cancer. Récemment, l’équipe écossaise qui a cloné la brebis Dolly a déposé une demande de brevet générique lui accordant un droit exclusif de propriété sur tous les mammifères clonés, y compris des clones d’êtres humains.

20Ces gènes génériques représentent une quatrième étape dans l’extension de la brevetabilité du vivant. Agracetus, rachetée par Monsanto, s’est vu attribuer un brevet "couvrant toutes les graines et tous les plants de coton contenant un gène recombiné (c’est-à-dire génétiquement modifié)". Ce brevet confère à une seule multinationale une capacité de contrôle sans précédent sur la culture de coton sur la planète entière. Sous la pression de la concurrence, le PTO, craignant d’avoir outrepassé son domaine de compétence, revint sur sa décision initiale. L’affaire est actuellement en appel.

21D’autre part la société W.R. Grace déposa en 1994 une demande de brevet qui fut acceptée, protégeant une technique qui rendait possible l’insertion de gènes dans n’importe quelle variété de soja. Les brevets d’une telle étendue suscitèrent de très vives réactions. On parla de véritable "hold-up" économique, "...effaçant virtuellement d’un trait de plume les efforts de recherche d’innombrables agriculteurs et scientifiques".

22Ainsi une guerre acharnée et sans précédent oppose les entreprises désireuses de breveter gènes, organismes et techniques de manipulation, en vue de renforcer leur part de marché et leur compétitivité.

23Naturellement les pays du Sud réagissent avec vigueur s’opposant à la cupidité des multinationales : on parle d’ailleurs de "biopiraterie", de "biocolonialisme". N’était-ce pas déjà le cas dans la compétition pour les épices ou, plus tard, pour le caoutchouc brésilien dont le vol de quelques plants, transférés en Asie du Sud-Est, donna aux Britanniques un avantage décisif sur le marché mondial, ruinant les efforts des Etats-Unis pour contrôler sa production dans le Nouveau Monde. Mais aujourd’hui ce ne sont plus des prospecteurs de plantes, mais des prospecteurs génétiques envoyés par les grandes multinationales dans tout l’hémisphère sud. Ainsi en est-il de la recherche de médicaments utilisés en médecine indigène.

24Les pays du Sud soutiennent que ce que les entreprises du Nord appellent "découvertes" constitue en réalité un piratage du patrimoine des connaissances traditionnelles de leurs populations indigènes. Ils estiment qu’une légère modification génétique d’une variété cultivée est relativement insignifiante, si l’on considère les soins minutieux qu’il a fallu prodiguer pendant des siècles à ces organismes pour conserver leurs caractéristiques précieuses et rares, qui justement suscitent la convoitise des chercheurs. L’affaire du Melia azadirachta illustre bien le problème. La société W.R. Grace obtint de breveter certains procédés d’exploitation de cet arbre, ce qui déchaîna des réactions d’indignation en Inde et dans le monde entier. Les ONG s’en emparèrent car le Melia est un symbole de l’Inde et jouit dans ce pays d’un statut quasi mystique. Les textes millénaires font allusion à cette plante comme à un "arbre béni" et lui attribuent de multiples vertus curatives.

25De plus ses rameaux servent de brosse à dents, les jeunes pousses tendres sont consommées le jour du Nouvel An. Ses feuilles, son écorce sont utilisées pour soigner l’acné et les villageois s’en servent pour protéger leurs récoltes contre les parasites. L’arbre est en effet un pesticide naturel plus puissant que certains insecticides chimiques. La société W.R. Grace a isolé l’azadirachtine, le principe le plus actif de la graine du Melia et a obtenu du PTO plusieurs brevets portant sur l’extraction de ce principe. Mais les chercheurs indiens déclarèrent que les entreprises et les chercheurs de ce pays traitaient depuis des années des graines selon des procédés analogues, sans songer à demander un quelconque brevet, dans la mesure où ce savoir était du domaine public... A présent ils craignent que les brevets Grace empêchent les paysans indiens de produire et d’utiliser les pesticides à base de ces graines. L’affaire est actuellement en appel.

26L’exemple de Thaumatococcus danielli, plante d’Afrique de l’Ouest à fort pouvoir sucrant, intéressa en 1993 la société pharmaceutique coréenne Lucky Biotech Corporation, associée à l’université de Californie, qui obtint des brevets américains et internationaux pour un édulcorant génétiquement modifié extrait de cette plante. Mais les villageois africains qui l’utilisent depuis toujours pour sucrer leurs aliments, et qui sont les réels découvreurs de la plante, n’en tireront aucun bénéfice. L’avenir de cet édulcorant est d’autant plus grand qu’il est hypocalorique.

27Aujourd’hui, des instituts, comme le National Cancer Institute, ont signé des accords avec divers pays, leur promettant des royalties si une molécule venant d’une plante de ces régions donnerait un médicament. Diverses entreprises privées ont également signé des accords avec des pays sources pour partager les bénéfices des produits brevetés. Ainsi de l’accord conclu entre Merck et le Costa Rica. Le Costa Rica a accordé pour un petit million de dollars des droits de bioprotection à une entreprise qui fait quatre milliards de dollars de chiffre d’affaires, et ce pour prospecter un des territoires les plus riches de la planète en biodiversité animale et végétale. De plus l’organisme bénéficiaire vend des droits de prospection sur un espace sur lequel il n’a aucun droit historique, puisque les populations autochtones, elles, ne touchent rien du tout.

28Un autre exemple illustrant le propos est l’Ayahuasca. C’est une liane de l’Amazonie occidentale que les chamanes, personnages clés des sociétés indiennes, consomment pour entrer en contact avec le monde spirituel. Sous l’influence de cette plante, ils ont des visions concernant les propriétés thérapeutiques d’autres plantes. LAyahuasca est donc considérée comme la « plante mère », mère de toutes les autres car, grâce à son « pouvoir hallucinogène », elle révèle leurs propriétés thérapeutiques.

29Cette plante, qui joue un rôle central dans la culture et la religion des tribus d’Amazonie a été brevetée par un laboratoire pharmaceutique américain. Ces sociétés traditionnelles en ont été fortement troublées car dorénavant elles se voyaient contraintes de verser des royalties à cette société pharmaceutique pour l’usage de l’Ayahuasca.

30Les Indiens, très éclairés sur le monde industriel, ont protesté et ont attaqué le brevet accordé par le PTO (Patents and Trademark Office) devant les tribunaux américains. Le PTO a été condamné et le brevet sur l’Ayahuasca libéré.

31En bref deux thèses s’opposent : les multinationales soutiennent que la prospection par brevets est fondamentale pour qu’elles puissent consacrer leurs ressources financières et des années de recherche à des produits nouveaux et utiles. Les pays du Sud soutiennent que le véritable effort de recherche a eu lieu chez eux depuis longtemps, et réclament la juste part des retombées de la révolution technologique. Mais un nombre croissant d’ONG ainsi que certains États insistent sur le fait que le patrimoine génétique n’est pas à vendre et qu’il doit rester à la disposition libre, gratuite et collective des générations présentes et à venir.

32On constatera encore que la protection par brevets entrave la libre circulation des informations et entrave en fait la recherche.

33Enfin se pose l’indépendance toujours plus étroite des chercheurs du public et des entreprises privées, qui les alimentent financièrement par contrats. Les chercheurs deviennent d’ailleurs des actionnaires desdites sociétés.

Brevetage de l’homme

34En 1993, le gouvernement américain déposa des demandes de brevets pour un virus isolé de la lignée cellulaire d’une Indienne guarani originaire du Panama. Le génome de ces Indiens intéresse particulièrement les chercheurs du National Institute of Health, car il est porteur d’un virus qui stimule la production d’anticorps, dont les chercheurs soupçonnent qu’ils pourraient être utiles dans la lutte contre le Sida et la leucémie.

35Les Guaranis protestèrent vivement contre le fait de se voir ainsi collectivement brevetés, et le gouvernement américain dut retirer sa demande de brevet. Mais il récidiva concernant les lignées cellulaires de personnes originaires des îles Salomon et de Papouasie-Nouvelle-Guinée. Ce brevet fut accordé par le PTO ; il portait sur le virus lymphotrophique des lymphocytes T humains. C’était la première fois que l’on brevetait une lignée cellulaire prélevée dans une population indigène. Devant le nouveau tollé que cela produisit, le gouvernement américain retira discrètement sa demande de brevet en 1996.

36En 1997, une expédition scientifique, conduite par un généticien de Toronto et financée par la société Sequana Therapeutics de Californie, société spécialisée dans la prospection génétique, s’est rendue dans l’île Tristan Da Cunha habitée par quelques centaines d’habitants complètement endogames et dont la moitié souffre d’asthme. Les scientifiques espèrent déterminer le ou les gènes incriminés et les breveter. Le sang de 260 habitants sur 300 fut prélevé. Mais aucun résultat des recherches ne fut communiqué. Cette société reconnaît que sa raison d’être est l’exploitation commerciale du génome humain...

37Mais il n’est pas nécessaire d’aller aussi loin. En Californie, un homme d’affaires s’est aperçu que certaines parties de son corps avaient été brevetées à son insu par l’université de Californie et cédées sous licence à la société Sandoz. Le tissu de la rate de John Moore fabriquait une protéine facilitant la croissance des globules blancs, précieux agents anticancéreux. L’université créa donc à partir du tissu de la rate de John Moore une lignée cellulaire qu’elle fit breveter en 1984. La valeur de cette lignée cellulaire a été estimée à trois milliards de dollars. Moore attaqua en justice pour revendiquer un droit de propriété sur ses propres tissus ; il fut débouté par la Cour suprême de Californie.

38La société américaine Biocyte a obtenu un brevet lui conférant la propriété de toutes les cellules de sang prélevé sur le cordon ombilical d’un nouveau-né et utilisées dans un but thérapeutique. Or ces cellules jouent un rôle important dans les greffes de moelle osseuse, ce qui leur donne une valeur commerciale considérable. Le brevet tient au fait que cette entreprise soit parvenue à isoler ces cellules sanguines et à les congeler. Elle n’a rien changé au sang lui-même. Pourtant cette société dispose désormais d’un brevet lui assurant la propriété commerciale de cette partie du corps humain. De la même manière, on brevète aujourd’hui les gènes humains au fur et à mesure que leurs effets sont connus, et même parfois avant. C’est ainsi que Venter, chef de l’équipe de recherche sur le génome humain du NIH, démissionna pour prendre la direction d’une société de génomique. Il déposa des demandes de brevet pour plus de deux mille gènes codant les neurones humains ; ce qui fit un tollé. Il est probable que d’ici dix ans au maximum, chacun des cent mille gènes qui constituent le patrimoine génétique humain sera breveté et seront la propriété des multinationales.

39Une forte opposition s’élève actuellement, en particulier aux Etats-Unis, contre ces pratiques. En Europe, en 1995, le Parlement européen a rejeté un projet de directive tendant à harmoniser les différents régimes de propriété industrielle des pays membres, en les alignant sur les critères très laxistes des Etats-Unis. Le Parlement s’est prononcé contre la brevetabilité des gènes, des cellules, des tissus, des organes et des embryons humains, affirmant qu’il s’agit-là de créations de la nature et non point d’"inventions", mais seulement de découvertes. Mais en 1997, la Commission européenne soumit un nouveau projet de directive consécutif à de fortes pressions sur le Parlement, qui finit par adopter le nouveau texte.

40C’est donc une grande bataille qui se livre sur la question de la brevetabilité de la vie. Une vaste alliance de responsables religieux américains s’est prononcée contre la brevetabilité de la vie en 1995, arguant que la vie est une création de Dieu et non pas une création humaine. Aussi s’opposent-ils à toute tentative de l’homme de se poser en initiateur et en architecte souverain de la vie sur terre.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.