Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

3. Médicaments du XXIe siècle

Conception d’un médicament antimalarique à base de plantes issues de la médecine traditionnelle

Guy Balansard

Résumé

Résumé
La méthodologie adoptée a pour objet de valider des remèdes utilisés en médecine traditionnelle et de valoriser des plantes pouvant faire l’objet d’un développement.
Elle comporte trois phases :
- Enquêtes ethnobotaniques qui sont dans un premier temps généralistes et dans un deuxième temps ciblées sur la plante sélectionnée,
- Etudes phytochimiques, pharmacologiques et toxicologiques,
- Développement d’un médicament, suivant le modèle des autorisations de mise sur le marché des médicaments à base de plantes (Cahier de l’agence, n°3) comportant un dossier pharmaceutique, une étude toxicologique à court terme et après acceptation par un comité d’éthique, une étude clinique.

Texte intégral

1Notre propos est de présenter une approche méthodologique dont l’objectif est de valider des usages traditionnels et de valoriser des plantes utilisées en médecine traditionnelle.

2L’exemple choisi est celui des remèdes traditionnels utilisés dans le traitement du paludisme et l’objectif est de préparer un médicament à partir d’une plante utilisée en médecine traditionnelle.

3Le travail que nous présentons est le fruit d’une collaboration entre les Facultés de Pharmacie et de Médecine de Bamako et de Marseille.

4Pourquoi le choix de Bamako ? Parce que la gestion de la médecine traditionnelle est structurée de manière exemplaire.

5La démarche que nous avons adoptée est une démarche ethno-pharmacologique et le but a été de préparer un médicament destiné aux pays en voie de développement c’est à dire qui diminue parallèlement la parasitémie et la symptomatologie et qui présente une qualité pharmaceutique tout en utilisant une formulation simple permettant d’être produit à un coût compatible avec les faibles moyens pouvant être consacrés à la santé.

6Le travail s’est déroulé en 3 phases :

7Les enquêtes : elles ont été au nombre de 3 et ont alterné avec les études phytochimique et pharmacologique.

8Les études phytochimiques et pharmacologiques

9La conception d’un médicament établi suivant la procédure des AMM allégées correspondant au Cahier de l’Agence n°3 avec un dossier pharmaceutique complet et une étude toxicologique à court terme.

Enquêtes

10Il existe au Mali une organisation centralisée à Bamako, le Département de Médecine Traditionnelle (DMT), dirigé par le professeur A. Keita.

11Ce département dépend de l’institut National de Recherche en Santé Publique (INRSP) ; il a sous sa responsabilité 8 centres régionaux de médecine traditionnelle et en particulier ceux de Kolokani, Sikasso et Bandiagara où les enquêtes ont été réalisées.

12Trois enquêtes successives alternant avec des travaux de laboratoire ont permis de faire le choix de la plante qui fait l’objet d’un développement.

13La première enquête a été réalisée auprès des thérapeutes traditionnels exerçant à Bamako.

14Elle concernait les plantes qu’ils utilisent pour combattre les affections fébriles et a permis de recenser 19 espèces parmi lesquelles les plus utilisées sont Mitragyna inermis et Nauclea latifolia, souvent associées dans les préparations traditionnelles, et Trichilia roka.

15Ces 3 espèces ainsi que Glinus oppositifolius, qui fait l’unanimité dans le traitement des affections fébriles au nord du Mali, ont été retenues pour la suite de nos travaux.

16Des essais préliminaires réalisés sur des extraits aqueux, méthanolique et chloroformique de ces 4 espèces ont permis de ne retenir que Mitragyna, Nauclea et Glinus.

17Une deuxième enquête a été diligentée pour confirmer et compléter les renseignements sur le mode de préparation traditionnelle de Nauclea et Mitragyna. Cette deuxième enquête a été conduite dans 2 centres régionaux de médecine traditionnelle à Kolokani et à Sikasso.

18Dans plus de la moitié des cas, Mitragyna inermis feuilles et Nauclea latifolia écorces sont associées et sont utilisées sous forme de macéré et plus fréquemment de décocté. La forme d’utilisation est généralement la voie orale ou le bain corporel. La durée du traitement varie de 2 à 7 jours selon les guérisseurs. Certains déconseillent le décocté aqueux chez la femme enceinte.

19Au terme de cette deuxième enquête nous avons réalisé une étude phytochimique et pharmacologique sur ces 2 espèces ainsi que sur Glinus et avons pu établir que l’activité antiplasmodiale de Nauclea et Mitragyna est due à des alcaloïdes et celle de Glinus à des sa- ponosides.

20Une étude de mutagénèse in vitro et in vivo réalisée sur l’extrait alcaloïdique de Nauclea et Mitragyna et sur l’extrait saponique de Glinus a permis d’établir que les alcaloïdes de Nauclea latifolia présentent une action mutagène in vitro et in vivo.

21Par ailleurs, malgré l’intérêt de Glinus oppositifolius, la faible densité des gîtes naturels au Mali rendait difficile, dans un premier temps, le développement d’un médicament antipaludique à base de cette plante.

22C’est la raison pour laquelle nous avons choisi de poursuivre le développement avec les feuilles de Mitragyna inermis dont les alcaloïdes avaient montré lors de travaux précédents une activité cholé- rétique et l’absence de toxicité hépatique.

Mitragyna inermis

23Les alcaloïdes de Mitragyna sont composés en majorité de dérivés oxindoliques, tetra et pentacycliques.

24Nous avons isolé les alcaloïdes totaux, séparés différentes fractions et isolé spéciophylline et iso rhynchophylline. Nous n’avons pas trouvé de différence d’action significative entre les alcaloïdes isolés, les fractions alcaloïdiques et les alcaloïdes totaux.

25Nous avons donc poursuivi nos travaux sur les alcaloïdes totaux en mettant au point une méthode de dosage permettant d’évaluer les alcaloïdes totaux dans les feuilles, dans les préparations traditionnelles et dans l’extrait que nous devions mettre au point pour poursuivre le développement.

26Il se posait alors 2 questions :

27La première était de savoir si les alcaloïdes normalement insolubles dans l’eau se solubilisaient dans les préparations traditionnelles et la seconde était de doser les alcaloïdes dans les préparations pour déterminer la posologie à utiliser.

28Cela a justifié une troisième enquête réalisée à Kolokani et à Bandiagara au cours de laquelle nous avons ciblé des tradipraticiens qui n’utilisaient que Mitragyna inermis et qui ont accepté de réaliser la préparation du remède traditionnel en notre présence.

29Nous avons noté la quantité de plante utilisée, le mode de préparation, le pH des liquides, le volume et le nombre de prises, la durée du traitement ainsi que la symptomatologie présentée par les malades qui consultaient.

30Les préparations ont été récupérées et les alcaloïdes dosés. La solubilisation des alcaloïdes a été observée et due soit à un pH très acide soit à des préparations faisant appel à une fermentation.

Conception d’un médicament en suivant la procédure des AMM allégées correspondant au Cahier de l’Agence n° 3

31Nous avons en premier lieu préparé un lot pilote d’extrait hydro-alcoolique de feuilles permettant d’extraire une majorité de molécules hydrosolubles et d’un degré alcoolique suffisant pour extraire les alcaloïdes. Cet extrait a fait l’objet d’une étude pharmacologique avec détermination de l’activité antiplasmodiale et d’une étude toxicologique à court terme sur 28 jours avec des doses correspondant à la posologie à utiliser en thérapeutique et à 10 fois la posologie.

32L’étude du comportement, les paramètres biologiques et l’étude anatomopathologique des différents organes réalisée au bout de 28 jours n’ont révélé aucune anomalie.

33Dès lors la mise en forme galénique du produit fini pouvait être envisagée et s’est orientée sur la forme comprimé permettant une meilleure stabilité en milieu tropical.

34Les dossiers pharmaceutique, pharmacologique et toxicologique vont être soumis au comité d’éthique de Bamako et dès lors les études cliniques prévues dans 2 villages proches de Bamako seront réalisées sous la responsabilité des professeurs Doumbo, Bamako et Delmont, Marseille.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7233/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 491k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.