Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

2. Élaboration des pharmacopées

Alliance des savoirs traditionnels et scientifiques en Amérique Centrale

Jean-Pierre Nicolas

Résumé

Résumé
La démarche ethnopharmacologique permet de proposer à une population qui en a le droit, une thérapeutique appropriée et efficace.
La démarche pratiquée en Amérique Centrale dans le cadre d’une association bretonne “Jardins du Monde” a pour objectif d’étudier les pharmacopées traditionnelles et de partager ses données scientifiques avec ses partenaires de différentes O.N.G., avec qui elle établit des stratégies d’intégration de la prise en charge des soins de santé primaires dans une démarche globale de développement durable (hygiène, alimentation, agriculture, santé animale, environnement). Elle met en place des structures pilotes de développement :
- laboratoires de fabrication de médicaments simples une partie de la production des jardins communautaires est transformée sur place dans des laboratoires. Des phytomédicaments sont élaborés en fonction de protocoles galéniques ;
- développement de pharmacies communautaires une partie de la production de plantes et de produits dérivés est mise à la disposition de la communauté par des agents de santé dans des pharmacies communautaires. Ces produits voisinent avec des médicaments essentiels. Cela laisse le choix de la thérapeutique aux agents de santé et aux patients et surtout permet de dégager une valeur ajoutée et de contribuer ainsi au revenu de l’agent de santé qui assure la gestion de la pharmacie communautaire.

Texte intégral

Introduction

1L’ethnopharmacologie suit une démarche holistique et fait appel à de nombreuses connaissances et savoir-faire issus de domaines très divers : histoire, anthropologie, sociologie, botanique, chimie, pharmacologie, pédagogie, etc.

2De plus, guidée par une certaine éthique basée sur le respect des peuples et des cultures, elle échange ses connaissances tant traditionnelles que scientifiques.

3Ainsi, il est logique que l’ethnopharmacologie s’inscrive dans une continuité pragmatique. L’association bretonne “Jardins du Monde” est un exemple de structure qui permet d’appliquer concrètement sur le terrain une certaine démarche ethnopharmacologique. Nous la présenterons ici en quelques lignes.

Constat

4Aujourd’hui, 80 % de la population mondiale se soigne en faisant appel aux ressources des flores et des pharmacopées locales par choix mais surtout faute de ne pouvoir avoir accès à la médecine moderne. Cependant, il existe dans de nombreux pays où la situation sanitaire est déplorable, une riche pharmacopée végétale.

5Ces pharmacopées traditionnelles sont pensées à l’intérieur d’un système de représentation congruent et complexe révélateur de l’ensemble d’une culture. Ces cultures traditionnelles, à la fin de ce millénaire se disloquent, s’altèrent ou disparaissent victimes d’une destructuration engendrée par des catastrophes naturelles, des guerres ou les pressions économiques et foncières, préambules des nivellements de la mondialisation.

6Très souvent véhiculées par la tradition orale, ces informations se diluent d’une génération à l’autre pour disparaître totalement laissant certains peuples dépouillés d’éléments culturels significatifs de leur passage sur cette planète. Ainsi, peu à peu nous aboutissons à un appauvrissement de la diversité culturelle de notre patrimoine mondial.

7Tandis que les savoirs traditionnels s’éloignent de nous, les plantes auxquelles ils se réfèrent subissent une érosion parallèle. Il est donc urgent de sauvegarder les milieux et les espèces qui y vivent tout autant que les cultures des peuples témoins des savoirs et usages s’y rattachant. Si l’étape de recueil des données est importante, et accroît le patrimoine culturel mondial, ces informations ne doivent pas être simplement renfermées dans une base de données mais utilisées. Une manière simple de conserver les cultures, les savoirs et les plantes s’y rattachant consiste à valoriser ces connaissances, les dynamiser et leur donner un sens en les adaptant à l’intérieur de la société au cours de sa mutation.

8Les organismes nationaux et internationaux engagés dans la coopération Nord-Sud, soutenus par l’O.M.S., recherchent dans le développement des pharmacopées locales le moyen de satisfaire les besoins énormes des populations de plus en plus nécessiteuses. Cette démarche se fait dans un souci d’autonomie des communautés et dans le cadre d’un développement intégré.

9Malheureusement, malgré des informations scientifiques importantes pour développer l’usage de ces pharmacopées végétales disponibles dans les universités et autres lieux ressources, ces organismes n’y ont pas accès, ne possèdent pas de personnels formés en la matière, ni de moyens d’évaluation adéquats et pertinents pour proposer une thérapeutique appropriée et efficace à la population.

Objectifs et moyens engagés par l’association “Jardins du Monde”

10Jardins du Monde, association loi 1901, a pour but de valoriser l’usage des plantes médicinales dans la médecine communautaire. Elle intervient dans les domaines de la santé et de l’agriculture dans un esprit de préservation de la diversité biologique et culturelle. Notre démarche est celle de l’ethnopharmacologie appliquée. Nos actions suivent une progression semblable sur l’ensemble des projets qui se situent au Guatemala (départements de San Marcos, El Quiché et Sololá) et au Honduras (départements de Valle et Choluteca).

Nous étudions les pharmacopées traditionnelles

11Des enquêtes ethnopharmacologiques auprès des détenteurs du savoir traditionnel (mères de famille, guérisseurs et sages-femmes) nous apportent de nombreuses données dans des domaines très divers.

12L’étude des systèmes de soins et des itinéraires thérapeutiques nous donne des indications sur la manière dont ces cultures pensent la santé, la maladie et le remède. Elle révèle les systèmes de classification de la cosmovision de ces peuples et leur logique opératoire.

13L’inventaire des ressources médicales disponibles est ensuite établi, tant en terme de moyens humains (tradipraticiens, mais aussi thérapeutes issus du système de santé moderne), de structures (établissements de soins), de matière médicale (plantes, minéraux, mélanges et médicaments chimiques) ainsi que de tous savoirs et pratiques utilisés à des fins diagnostiques, de prévention et de soin. Dans le domaine des plantes médicinales, la confection d’herbiers se concrétise par une identification botanique qui nous sert de base aux recherches bibliographiques, point de départ des investigations scientifiques.

14Une fois l’identification scientifique des plantes utilisées dûment vérifiée, une recherche bibliographique est effectuée. Cet ensemble d’informations recueilli, une évaluation du potentiel thérapeutique est confronté aux besoins médicaux recensés auprès des populations. Pour chaque pathologie un ensemble de plantes médicinales est proposé. Des critères de sélection sont mis en place (non toxicité, efficacité, disponibilité). Eventuellement des recherches chimiques et toxicologiques sont effectuées sur des plantes intéressantes du point de vue des populations. Le cas échéant, des espèces peuvent faire l’objet d’investigations en particulier dans le domaine de la parasitologie.

15Cette phase de recul par rapport au terrain est indispensable afin d’organiser le retour de ces informations sur le terrain et de les adapter. Chaque action est régulièrement évaluée en fonction de contrats d’objectifs négociés avec les populations. L’anthropologie est indispensable pour traduire et adapter nos informations issues de notre système scientifique aux systèmes de pensée des populations indigènes.

Nous adaptons les données scientifiques sur le terrain

16Nous élaborons des monographies scientifiques simplifiées de plantes médicinales (botanique, chimie, toxicité, propriétés, usage médical, mode d’emploi et conseils d’utilisation). Ces fiches constituent une base de données scientifiques importante, qui établit le lien entre les médecines traditionnelles et la médecine conventionnelle.

17A partir des informations de ces fiches et des connaissances sur les modes de représentation des populations, nous réalisons des outils didactiques et des protocoles d’élaboration de préparations officinales simples. Ceux-ci sont adaptés au système de classification des populations et à leur mode de vie.

18Une consultation des communautés et des agents de santé locaux nous permet de cibler les pathologies à gérer puis d’élaborer une stratégie de prévention et de soins. Ceci débouche sur des formations à la fabrication de produits officinaux simples (teintures, sirops, pommades, savons, etc.).

Nous mettons en place des structures pilotes de développement durable

19Des jardins sont des lieux de production de matière végétale, de pépinières de plantes, de formation et de vulgarisation à l’utilisation d’espèces médicinales, potagères et fourragères.

20Des formations d’équipes d’agents de santé locaux qui entretiennent et assurent la promotion de ces jardins sont mises en place. Les mères de famille participant aux travaux des jardins, reçoivent ainsi des informations sur la prévention et les soins de santé primaires. L’association effectue ensuite le suivi régulier des jardins centraux, communautaires et ceux des agents leaders.

21Les plantes sont transformées dans des laboratoires de fabrication de médicaments simples (séchées et conditionnées). La majeure partie de la production des jardins communautaires sert à la fabrication de produits officinaux élaborés en fonction de protocoles galéniques. Il s’agit par exemple de sirops expectorants, antispasmodiques, antiparasitaires, de pommades anti-inflammatoires, antifongiques, cicatrisantes. Toutes les étapes des opérations sont scrupuleusement suivies, de plus leur qualité est analysée dans les laboratoires de la faculté de pharmacie de Lille. Ces remèdes sont mis à la disposition de la population dans des pharmacies communautaires à un prix abordable. Ils voisinent parfois avec des médicaments essentiels. Cela laisse le choix de la thérapeutique aux agents de santé et aux patients. Leur vente permet de dégager une valeur ajoutée et de contribuer ainsi au revenu de l’agent de santé, qui ne migre plus dans les grandes exploitations et reste ainsi à la disposition de la communauté.

22Un encadrement dans le domaine de l’agronomie s’avère complémentaire au développement des jardins afin de resituer ces actions dans un contexte d’agriculture durable. Une alimentation saine et équilibrée est le support de soins de santé efficaces, c’est pourquoi nous avons établi des formations à la culture biologique de légumes.

Bénéficiaires et groupes cibles

23La demande de nos interventions provient des communautés locales rurales. Elle est relayée par des O.N.G. avec qui nous sommes reliés par une convention (Pharmaciens sans frontières - Savoie, Vétérinaires sans frontières - France et Espagne, les diocèses, etc.). Les projets de mise en place de jardins, de formations à l’usage des plantes médicinales, la mise en place et la gestion de pharmacies communautaires ainsi que le développement de l’agriculture locale s’organisent autour de groupes structurés : agents de santé, femmes, sages-femmes, promoteurs agricoles et agriculteurs. Chaque formation s’accompagne d’un suivi systématique. L’ensemble des projets bénéficie aux communautés villageoises et familiales.

24Sur le plan de la santé, nos interventions s’adressent la plupart du temps à des agents de santé, chargés de la diffusion des connaissances à la communauté villageoise. La disponibilité de ces agents de santé pour la population assure un diagnostic et une thérapeutique immédiate rendus possibles par le fonctionnement de leurs pharmacies communautaires qui dégagent un revenu nécessaire à leur activité.

25Les mères de familles, premières agents de santé, reçoivent des informations sur la prévention et les soins de santé primaires. Ces formations les disposent à cultiver leur propre jardin médicinal leur offrant des remèdes à portée de main.

26L’organisation de formations pour les groupes de sages-femmes traditionnelles apporte un appui scientifique et conforte leurs savoirs. Pour les promoteurs d’élevage, l’usage des plantes dans les soins vétérinaires leur garantit une autonomie, une crédibilité et une aide efficace dans leur soutien aux agriculteurs. En complément, nous fournissons des semences de plantes fourragères intéressantes à l’alimentation animale.

27En matière d’agriculture, les formations dispensées par Jardins du Monde visent à l’amélioration des systèmes de production vivrières familiaux dans le but, d’une part d’optimiser la qualité et la diversité de l’alimentation, garantes d’une bonne santé et d’autre part d’accroître le revenu économique des familles, en assurant les récoltes des cultures de légumes généralement faibles, tout en permettant la vente sur les marchés de certains produits.

28Si l’appui scientifique est nécessaire pour l’ensemble de ces bénéficiaires, il est essentiel aux O.N.G. qui constituent les supports des formations et de l’évaluation des projets. Dans le domaine de la santé, la valorisation des plantes médicinales ne peut être faite que sous le contrôle d’une autorité scientifique : les thérapeutiques à base de plantes médicinales doivent être sans danger, appropriées et efficaces.

Conclusion

29Nous vous avons présenté une manière de concevoir le retour sur le terrain de données scientifiques concernant les plantes médicinales. Si nos interventions s’adressent plus particulièrement aux soins de santé primaires (en particulier les diarrhées, les infections respiratoires aiguës, les helminthiases, les amibiases et les affections de la peau) et aux soins des sages femmes, elles suivent aussi l’évolution de la recherche dans les pathologies telles que le paludisme et la leishmaniose. Dans ces domaines, nous collaborons avec les équipes scientifiques telles que celle de l’I.R.D. afin de proposer à nos partenaires sur le terrain une médication appropriée.

30Un vaste travail d’investigation reste à faire dans le domaine trop souvent délaissé des pathologies tropicales afin de déboucher sur des solutions à adapter à la réalité sociale et économique des populations. Cette recherche ne peut aboutir que dans le cadre d’une collaboration étroite et solidaire entre science du Nord et tradition du Sud.

Bibliographie

Références

NICOLAS J.P. (1999) Plantes médicinales des Mayas Kiché du Guatemala, Paris, Ibis Press, 310 p.

NICOLAS J.P. (1995) De l’importance de l’étude des classifications indigènes au retour de l’information vers les populations concernées. Exemple du Kiché in Bellakhdar et al (eds) La pharmacopée arabo-islamique, hier et aujourd’hui, Rabat - Metz, Al Birunyia, SFE, IEE, 289-302.

Auteur

Jardins du Monde Meilh Ar Groaz 291 90 Brasparts - France Faculté de Pharmacie, Université de Lille II BP 83 59006 Lille - France

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.