Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

2. Élaboration des pharmacopées

L'usage de plantes en médecine traditionnelle vétérinaire en Afrique sub-saharienne. Hier, aujourd'hui et demain

Martine Baerts, Jean Lehmann et Michel Ansay

Résumé

Résumé
Dans l'abondante littérature concernant l'Afrique peu d'indications nous sont fournies concernant la médecine traditionnelle vétérinaire. Les quelques études disponibles se contentent souvent d'enquêtes locales de courte durée et impliquent un petit nombre d'informateurs. Il est difficile dès lors de distinguer les réponses qui s'inscrivent dans le courant d'une tradition vécue par tout un peuple de celles données par quelques individus seulement.
Nous tenterons de résumer les connaissances que nous avons de la médecine traditionnelle vétérinaire dans quelques zones de l'Afrique sub-saharienne aux temps passés et de signaler les quelques tendances qui se dessinent actuellement.
L'éleveur africain emploie des substances végétales et (ou) animales comme remèdes pragmatiques et ingrédients magiques. La même substance peut indifféremment revêtir l'un ou l'autre de ces aspects. On découvre quelques indications concernant l'utilisation de ces substances dans des publications souvent dispersées. Cette récolte d'informations est synthétisée et publiée sous forme d'une banque de données. Dans certains cas des méthodes d'analyse statistique permettent de distinguer les plantes utilisées en phytothérapie traditionnelle des substances utilisées à des fins rituelles ou magiques.
La médecine traditionnelle vétérinaire du passé axée tant sur les rites, la magie que sur une certaine efficacité thérapeutique aurait dû disparaître avec les progrès des techniques modernes. Il n'en a rien été et dans de nombreux pays les plantes encore accessibles peuvent aider pour autant qu'une sélection sérieuse et que des modes opératoires bien testés soient mis à la disposition des éleveurs par des méthodes éducatives appropriées. A cette condition l'étude du passé n'aura pas été inutile.

Texte intégral

  • 1 Université Catholique de Louvain, Laboratoire de Botanique Médicale et Pharmaceutique, Institut Ca (...)

1Note portant sur l'auteur1

  • 2 Université Catholique de Louvain, Laboratoire de Botanique Médicale et Pharmaceutique, Institut Ca (...)

2Note portant sur l'auteur2

  • 3 Sous-réseau PRELUDE "Santé, productions animales et environnement"

3Note portant sur l'auteur3

Le passé

Un peu d'histoire

4Une littérature abondante concernant l'Afrique est consacrée aux coutumes, aux organisations politiques diverses, aux modes de pensées. Dans cette masse d'informations la place réservée à l'élevage est remarquable, mais à notre étonnement peu d'indications nous sont fournies concernant l'art de la médecine traditionnelle vétérinaire. Nous ne prétendons pas ici faire le tour de ce sujet. Tout au plus allons-nous fournir quelques éléments de réflexion le concernant.

5Tentons d'abord de situer dans l'histoire l'importance du cheptel bovin pour les populations des basses et hautes terres d'Afrique. Cette analyse n'est présentée ici que sous forme d'esquisses et d'hypothèses qui demandent à être affinées. Elle n'est pas destinée au lecteur spécialisé qui sait que cette histoire ne peut être que partiellement écrite malgré l'existence de nombreux ouvrages.

  • 1 Certes il existe des documents plus anciens, mais l'étude exhaustive de ce continent démarre en fo (...)

6La préhistoire de l'Afrique sub-saharienne qui s'achève au siècle passé1 n'a laissé que peu de documents. Les spécialistes sont donc obligés d'assembler précautionneusement les pièces d'un puzzle souvent faites d'hypothèses, d'analogies, d'interprétations parfois contingentes aux idées du temps présent. La valeur des enquêtes menées depuis plus D'Un siècle dans ces régions est souvent conditionnée par la personnalité, les peurs et les croyances de l'enquêteur. Il faut ajouter que cet observateur (généralement un étranger) est toujours un perturbateur par sa présence, son regard, ses interrogations.

7Trop d'études se contentent d'enquêtes locales de courte durée et impliquent un trop petit nombre d'informateurs. Il est dès lors difficile de distinguer les réponses qui s'inscrivent dans le courant d'une tradition vécue par tout un peuple, de celles qui sont probablement fantaisistes, car l'interlocuteur entend conserver son secret ou, n'ayant tout simplement pas de réponse à fournir, désire néanmoins complaire à l'enquêteur. Dans ces cas, les réponses fournies seront souvent faussées.

8Nous désirons situer sommairement le sujet dans son contexte historique et comme la médecine vétérinaire traditionnelle ancienne en Afrique est consacrée essentiellement aux bovidés, nous montrerons que ces animaux ont joué un rôle spectaculaire dans les sociétés des régions de l'est et du centre de l'Afrique sub-saharienne. Hommes et bêtes ont vécu et parfois vivent encore en symbiose. Souvent ces paisibles ruminants sont une fin en soi, un but d'une vie sociale réussie et accomplie.

  • 2 Le terme migration doit être compris ici non pas comme l'intrusion en masse de troupeaux et de peu (...)

9Plutôt que décrire l'histoire des migrations2 des troupeaux, telle qu'elle est plus ou moins admise à ce jour, nous la représentons, dans notre texte, par une série de figures (Fig. 1 a, b, c et d) qui sont commentées de la manière suivante :

10(Fig. 1a) De 1000 av. J.C. jusqu'à la fin du PREMIEr siècle avant notre ère, des populations venues de l'ouest, de l'actuel Sud- Cameroun et qui avaient contourné cette formidable barrière que constitue le bassin guinéo-congolais, occupèrent progressivement le centre de l'est de l'Afrique où se situe le Burundi actuel.

11Il semble que ces peuples n'étaient plus éleveurs, leurs troupeaux primitifs ayant été décimés par les tsé-tsé. Ils connaissaient cependant le travail du fer.

12(Fig. 1 b) De -700 à -100 s'est constitué, dans la région des grands lacs, un foyer de culture rattaché au début de l'âge du fer. De là ont rayonné des groupes qui ont rejoint leurs lointains cousins, qui avaient émigré du nord de l'actuel Angola et qui avaient conservé la pratique de techniques pastorales.

13(Fig. lc) De +100 à +500, ces groupes se sont dispersés vers l'actuelle Namibie et le Shaba.

14(Fig. ld) A partir de + 900, l'expansion est repartie tous azimuts et c'est probablement de cette époque que date l'introduction de la vache dans les hauts plateaux.

15De la fin du 18e siècle au début du 20e des peuples au nord et au sud de l'immense bassin forestier du Congo pratiquaient l'élevage.

16Il faut cependant distinguer ceux du nord, peuples pasteurs migrants de ceux du sud, peuples agriculteurs des anciens royaumes de la savane (Fig. 2).

17La civilisation matérielle et la vie économique des peuples de la savane étaient très semblables. A l'exception des Lozi qui pratiquaient une agriculture pérenne dans la vallée du Zambèze, tous les autres peuples pratiquaient une agriculture de brûlis. Chaque année on défrichait un nouveau terrain, on brûlait les herbes et les branchages, et les cendres servaient d'engrais. Ensuite on semait ou on plantait, après avoir sarclé le sol, selon des techniques qui différaient d'une région à l'autre. On pratiquait la rotation de différentes récoltes sur le même terrain jusqu'à ce que le sol soit épuisé, ce qui survenait généralement trois ou quatre ans après la première plantation. On laissait alors le terrain en jachère pendant plusieurs années, parfois pendant vingt ans. Deux conséquences importantes de cette méthode d'agriculture furent le maintien d'une faible densité de population et sa transplantation périodique selon les terres à cultiver.

18Les animaux domestiques dont on pratiquait l'élevage dans toutes ces régions étaient les poules, les chèvres et les chiens. Les porcs et les canards se rencontraient à différents endroits, mais ils semblent n'avoir été introduits qu'au cours du 18e siècle ou même du 19ème. De nombreuses populations élevaient le mouton, mais celui-ci était souvent l'objet de tabous, parfois en liaison avec la royauté. Les bêtes à cornes étaient nombreuses dans les régions Lozi et Ovimbundu, mais on les trayaient seulement chez les Lozi et au sud de la région Ovimbundu. On ne trayait en aucun autre endroit de la savane.

19Les chefs et les rois de la région Loango dans le nord, ainsi que les chefs et les rois Lunda étaient propriétaires de petits troupeaux de bêtes à cornes. Dans l'empire Lunda la ceinture de peau de vache constituait un insigne spécial réservé à de hautes personnalités. Mais aucun de ces peuples ne manifestait vraiment ce qu'on a appelé le complexe du bétail, quoique certaines coutumes liées à ce complexe se rencontraient dans les rituels royaux des Bemba, des Lozi et des Ovimbundu.

20Pour cette partie de l'Afrique nous n'avons récolté dans la littérature consultée à ce jour que peu d'informations concernant la médecine traditionnelle vétérinaire.

  • 3 Voir pour cette question les ouvrages de base tels que :
    - EVANS-PRITCHARD E.E., Les Nuer. Descript (...)

21Pour de nombreux peuples des basses terres du nord du bassin guinéo-congolais et de l'Afrique de l'est, la pauvreté des sols les ont amenés à pratiquer l'élevage plutôt que l'agriculture. Si les animaux étaient devenus fournisseurs de nourriture par excellence, ils représentaient en outre une véritable assise sociale dont un des rôles se situait dans le rituel. Par exemple, dans la vie sociale quotidienne la prospérité du troupeau et la fécondité humaine apparaissaient inextricablement mêlées et liées à des rites parallèles. En outre c'est par son bétail qu'un homme établissait le contact avec les ancêtres et les esprits et qu'il se situait dans sa société3.

22Par le rituel du don et contre don sous de multiples formes, la vache concrétisait physiquement les alliances les plus diverses entre les familles, entre les clans alliés et, elle demeurait sinon le garant du moins la marque du souhait d'une paix sociale si précieuse pour l'Africain en bute aux difficultés de l'existence quotidienne.

  • 74 KENYATTA J. (1960) Au pied du mont Kenya, traduit de l'anglais par G. Marcu et P. Balta, préface d (...)

23Laissons le dernier mot à Jomo Kenyatta74 :

24"Les Gikuyu sont agriculteurs, conduisent de vastes troupeaux de chèvres et de moutons et, en moindre quantité, du bétail : l'organisation sociale requiert constamment des animaux, que ce soit pour la dot, les paiements, les sacrifices, les rites magiques ou les cérémonies de purification".

25En ce qui concerne les pasteurs dont la nourriture était à base de lait, le fait d'en vivre c'était vivre du produit de la journée. C'était dépendre étroitement de l'eau et de la végétation qui, si elles n'étaient pas abondantes en un lieu obligeaient à une errance continue. Voilà une vie propre à développer les qualités du berger que sont le courage, l'amour du combat, le mépris de la faim et de la souffrance. Ces caractéristiques le différenciaient fondamentalement du paysan dont la terre n'était productive que moyennant un travail acharné et pénible. Si des conditions naturelles défavorables survenaient telles que la sécheresse, la grêle, les criquets, le fruit de ce travail était perdu et le paysan lié à son champ ne pouvait alors qu'espérer le retour de temps meilleurs.

26Pour les pasteurs par contre, le bétail pouvait être déplacé sans perte de valeur, mais devait être constamment défendu puisqu'il représentait un capital beaucoup plus attrayant que le contenu d'un grenier de haricots. Dans les grandes savanes herbeuses de la région des grands lacs africains, les irrégularités saisonnières affectaient l'abondance des pâturages, et il était parfois nécessaire d'é- migrer au loin pour assurer la subsistance du cheptel. Les pasteurs devaient donc être mobiles et bien armés, accepter un genre de vie austère et cultiver la solidarité entre frères d'armes, garantie de survie pour le groupe social.

27La santé du troupeau était, et est restée malgré l'évolution sociale, une préoccupation constante de l'éleveur qui emploie pour soigner son bétail des remèdes pragmatiques et des ingrédients magiques. La même substance pouvant indifféremment revêtir l'un ou l'autre de ces aspects.

  • 5 Généralement l'enquêteur étranger n'a pas une formation de linguiste et il omet de marquer par une (...)

28Les techniques des guérisseurs, les pratiques médicales, le rôle des plantes médicinales qui intervenaient et qui interviennent encore dans divers rituels n'ont pas ou peu retenu l'attention des chercheurs. Ces pratiques ont été souvent jugées comme non scientifiques et donc dénuées de toute valeur et de ce fait les enquêteurs ont souvent récolté des plantes sans se soucier de la place de celles- ci au sein de pratiques dites "magiques" qui s'avéraient parfois efficaces. Ces rituels et leurs langages souvent hermétiques aux participants du culte et, a fortiori aux étrangers sont pratiquement indéchiffrables pour ceux qui ne sont pas familiarisés avec l'ensemble de la mentalité, qui n'ont pas une compréhension approfondie de la langue5 et des symboles qui tiennent compte des idéologies et des conceptions qui les sous-tendent.

29Pourtant aux dires de spécialistes certaines pratiques thérapeutiques étaient remarquables pour l'époque et nous en voulons pour preuves ces quelques lignes :

  • 6 Adamantidis D. (1956) Monographie pastorale du Ruanda - Urundi, BACB, 3, p. 632.

30"Le Rwandais connaît depuis longtemps le rôle des glossines dans la transmission des trypanosomiases, celui des pâturages à charbon dans l'apparition de cette maladie, et celui des pâturages marécageux dans l'infestation vermineuse. Il sait souvent reconnaître quelques maladies telles que le charbon bactérien (ubutaka), la trypanosomiase (amashuya), la theilériose (igikira), la peste bovine (muryamo), la verminose (inzokaj, le furoncle interdigité (icyashi), la catarrhe auriculaire (gasate), l'hygroma (amakore),... ils utilisaient à bon escient des extraits végétaux et des plantes aromatiques"6.

  • 7 LESTRADE A. (1955) La médecine indigène au Ruanda et lexique des termes médicaux français-urunyarw (...)

31"Il existe un vaccin anti-charbonneux préparé à partir de l'arbuste igikwarara, de l'arbuste igitovu (Acanthus montanus), de l'arbuste umukeri (Rubus inedulis), etc en y ajoutant de la suie et du beurre frais. Pour administrer son vaccin, l'umuvuzi du charbon pratiquait des incisions sur l'épaule droite de chaque animal du kraal en commençant par les plus âgés et en utilisant le couteau du propriétaire du bétail concerné. L'umuvuzi ajoutait des formules et distribuait un breuvage aux personnes placées en contact avec le bétail".7

32"L'existence de nombreuses plantes médicinales prouve que la science vétérinaire traditionnelle pouvait être efficace dans plusieurs cas, mais s'était montrée impuissante face à quelques maladies du bétail qui se trouvaient être des plus redoutables (pestes bovines etc.)

33En 1934 au Rwanda fut gagnée la bataille décisive contre la peste bovine (muryamo) ; cette victoire allait asseoir définitivement le prestige du service vétérinaire. Cette pandémie avait ravagé le pays en 1891-92 et 1933-34.

  • 8 NKURIKIYIMFURA J.P. (1994) Le gros bétail et la société rwandaise, évolution historique : des xii (...)

34Cependant la science vétérinaire moderne, aussi longtemps qu'elle ne pouvait pas encore mettre toutes ses recettes à la disposition des Rwandais, ne chercha pas à saborder la pharmacopée traditionnelle. Même les Rwandais qui avaient vite cru en l'efficacité du vaccin et du sérum pouvaient encore administrer à leurs bêtes des remèdes séculaires".8

35"On peut constater que le bétail est victime de bien des maladies et que les Nuer se sont avisés de les traiter, mais on peut douter si leurs pratiques ont un véritable effet thérapeutique. Deux maladies contagieuses sont particulièrement graves : la pleuro-pneumonie bovine, capable de frapper durement les troupeaux en quelques années, et la peste bovine (rinderpest), qui pénétra au Soudan il y a plus d'un demi-siècle ; les Nuer évoquent cette invasion qui accompagna celle des Arabes...

  • 9 Voir note n° 3 DUPIRE Marguerite, Peuls nomades

36Ils n'ont aucun moyen de combattre le fléau une fois qu'il s'est abattu sur un troupeau, mais ils ont conscience de la nécessité de l'isoler. Ils y sont assez habitués pour séparer leurs bêtes à la saison sèche, quand il y a menace, et pour placer chaque troupeau dans un camp assez éloigné des autres : ainsi, pour un troupeau infecté, il peut y en avoir beaucoup d'autres de sauvés. Ils savent qu'une vache guérie est immunisée, ce qui augmente sa valeur, ils savent aussi que son veau ne l'est pas."9

  • 10 Voir note n° 3 EVANS-PRITCHARD E.E., Les Nuer

37"Lorsque la vache tousse, maigrit et qu'à l'examen externe des poumons en frappant sur les côtes, celles-ci rendent un son particulier, le berger diagnostique une pleuro-pneumonie qu'il traite par des saignées sur le nez. Cependant F.W. de Saint-Croix, vétérinaire au Nigeria, a observé chez les Peuls de cette région une pratique de vaccination qui serait efficace quand elle est effectuée à temps. Un morceau de poumon appartenant à une vache morte de cette maladie est déposé dans du lait où on le laisse mûrir dans un endroit frais. Ce vaccin est ensuite appliqué aux animaux qui n'ont pas encore été touchés par la maladie, en l'introduisant dans une entaille légère pratiquée sur le naseau. La technique de la vaccination s'est perdue chez les Wodaabe du Niger, mais on la rencontre encore sous sa double forme anti-pleuro-pneumonique et anti-variolique dans certaines sociétés peules. F. W. de Saint-Croix la signale sous ces deux formes au Nigeria et nous avons pu relever la seconde chez les Fulhe de l'Adamawa. L'arrivée des Européens a presque partout supprimé l'usage de cette vaccination qui réapparaît cependant quand une épidémie se déclare, comme cela s'est produit au Fouta-Djallon".10

38La région des hauts plateaux des grands lacs a connu de +1500 à + 1600, une série de mouvements de populations dont une migration pastorale qui a bouleversé la vie de ces hommes aux cultures si différentes, les pasteurs et les agriculteurs. L'arrivée très progressive de certains groupes dans ces pays de hauts plateaux est parfois expliquée comme une conséquence de leur fuite devant les épizooties qui décimaient leurs troupeaux dans les basses terres.

39A l'origine cependant les populations arrivées dans cette zone à partir de 900 connaissaient le gros bétail, mais elles ne parvinrent jamais à maîtriser l'élevage afin d'obtenir cet effet de masse qui seul est en mesure, par le biais de la fumure, d'enrichir durablement le sol. Ces agriculteurs devaient être conscients de l'effet bénéfique de cet engrais naturel. Celui-ci allait leur être fourni en abondance six siècles plus tard par l'irruption dans le pays de grands troupeaux. Cela explique, en partie, l'accueil relativement pacifique dont les groupes nomades immigrants bénéficièrent dès le 16e siècle dans cette région des hautes terres. L'eau et les pâturages s'y trouvaient en abondance et les bêtes devenaient plus résistantes. Dans ces pays d'altitude, les épizooties qui décimaient les troupeaux étaient moins fréquentes et les maladies frappaient moins durement les hommes. Les longues pérégrinations de ces nomades dans les plaines de l'est africain, régulièrement touchées par les sécheresses y trouvaient un terme momentané. Ces pays permettaient à ces groupes d'y restaurer leurs forces et de mettre leurs troupeaux à l'abri.

40L'histoire de leur implantation dans les hauts plateaux de l'Afrique centrale fut faite probablement de transhumances successives lors de saisons particulièrement sèches dans les plaines de l'est. Les allers et retours entre les hauts plateaux et les basses terres orientales ont sans doute été fréquents et l'établissement progressif de ces nomades sur des terres inoccupées a donné lieu à des contrats et à des alliances matrimoniales passés avec les populations locales. Ce procédé semble avoir été préféré à celui d'une conquête par la force qui aurait mis le bétail en continuel danger.

  • 11 BAERTS M. et LEHMANN J. (1991 ) Plantes médicinales vétérinaires de la région des crêtes Zaïre-Nil (...)
  • 12 Notons au passage que pour tous ces peuples, l'alliance entre familles par un mariage était d'auta (...)

41Dans un de nos ouvrages,11 nous avons montré qu'une des causes qui favorisa l'exceptionnelle densité des populations des pays des hautes terres, ainsi que les raisons qui incitèrent des groupes ethniques différents à cohabiter progressivement sur un même territoire en imbriquant de façon parfois étroite leurs zones d'habitat, furent liées aux bénéfices partagés que ces populations ont tirés de l'exploitation de la vache une fois que celle-ci n'était plus soumise à des migrations continuelles épuisantes, aux épizooties dévastatrices (jusqu'à la fin du 19e siècle). La fumure produite et dont l'importance était reconnue par les cultivateurs fut une des raisons qui incita les agriculteurs à accepter, en échange de quelques vaches, une organisation sociale, avantageuse pour les pasteurs. La détention de quelques bêtes permettait à l'agriculteur de doubler, voire de tripler sa production agricole et dès lors, la domination par un patron pouvait apparaître comme l'intérêt raisonnable du capital prêté.12

42De nos jours encore, la vache demeure une valeur d'épargne sûre et, à ce titre, mieux appréciée par le petit agriculteur que les caisses d'épargne. Elle devient en quelque sorte une "tirelire" vivante : on l'achète en période de prospérité, on la revend en cas de détresse.

Les enquêtes ethnobotaniques vétérinaires

43Comme nous l'avons déjà dit, l'utilisation des plantes médicinales répond à la fois à des mobiles rituels, magiques et thérapeutiques. Discerner ces mobiles dans les résultats des enquêtes menées depuis le début du 20e siècle compte tenu des éléments fournis est une gageure. Dans certains cas les enquêteurs ont pris soin d'individualiser les réponses. Trop souvent cependant lors de travaux de synthèse on doit se contenter d'une information du type : telle plante est utilisée plus ou moins fréquemment par telle tribu pour tel usage. S'agit-il de l'affirmation d'un informateur, de plusieurs, d'informateurs isolés, de groupes d'informateurs qui s'influencent les uns les autres ? Il est évident qu'un sondage, car c'est de cela qu'il s'agit dans ce type d'enquête, doit répondre à des critères précis si l'on veut ensuite affirmer qu'une plante est utilisée pour un usage déterminé par une tribu d'éleveurs.

44Dans le courant des années 80, nous avons réalisé une enquête ethnobotanique au Burundi (Baerts et Lehmann, 1991). Ensuite nous avons étendu le champ de nos recherches à l'ensemble de l'Afrique sub-saharienne de manière livresque et la synthèse de ce travail est publiée et remise à jour régulièrement sur le site de la banque de données PRELUDE.13

45L'examen des données révèle la grande diversité des recettes proposées et il est rare de trouver des concordances, c'est à dire des cas où une même plante est renseignée par de nombreux tradipraticiens pour soigner un symptôme donné même dans des zones géographiques restreintes ou la biodiversité botanique est semblable.

46En utilisant les techniques statistiques, on peut dégager des règles d'analyse simples permettant de distinguer les plantes dont l'usage est le fruit d'une tradition commune à de grands ensembles d'individus de celles dont l'usage est le fait de guérisseurs isolés. Dans ces derniers cas nous dirons que l'usage de ces plantes est du domaine privé de l'officiant, de sa famille.

47Dans le cadre de ce type d'analyse, ce qui doit attirer notre attention si l'on ne s'intéresse qu'à l'aspect phytothérapeutique, ce sont les cas où une même espèce botanique est citée par plusieurs guérisseurs pour soigner un même symptôme. Pour autant que cette situation se répète fréquemment avec d'autres plantes et d'autres maux, on peut conclure à l'existence d'une dissémination de l'information thérapeutique et d'un consensus quant à l'utilisation de certaines plantes médicinales dans un but phytothérapeutique.

48Les cas les plus nombreux cependant sont ceux où la fréquence d'utilisation d'une espèce pour soigner un mal est peu élevée, au point qu'un grand nombre de plantes ne sont renseignées qu'une fois pour un symptôme particulier.

49Le problème qui se pose dès lors est le suivant : à partir de quelle valeur de la fréquence d'utilisation pouvons-nous présumer l'existence d'une tradition thérapeutique ? Établir ce seuil est un problème relevant de techniques statistiques. Il faut admettre cependant qu'il existe peut-être des plantes efficaces connues de quelques rares guérisseurs. Nous ne pouvons pas les découvrir par la méthode que nous exposons ici.

50Si les connaissances éventuelles d'un guérisseur ne résultent pas d'un enseignement organisé par une quelconque institution ou d'échanges réguliers d'informations avec des confrères d'autres régions, si quelques plantes efficaces nous sont parvenues souvent associées à d'autres, données comme adjuvant, édulcorant, ingrédient magique, masque destiné à tromper les confrères trop curieux, alors, les renseignements recueillis sont partiellement faussés du moins cachés.

51Admettons donc dans une première hypothèse qu'il n'existe aucune corrélation. Alors il faut admettre que parmi les plantes citées, les corrélations dues aux seules lois du hasard, sont peu probables. Nous entendons ici par corrélation le fait qu'une même plante nous a été remise un certain nombre de fois par des guérisseurs différents afin de soigner un même mal. Nous notons ce nombre par l'indice numérique X. Dans le cadre de cette hypothèse, le bon sens nous fait pressentir que la probabilité de trouver des X de valeurs élevées diminue avec la valeur de X.

52Soit Y le nombre de fois où apparaît un X de valeur déterminée, alors la valeur de Y diminue suivant une loi logarithmique décroissante avec l'augmentation linéaire de la valeur de X.

53Si les résultats sont représentés dans un diagramme semi-logarithmique (axe vertical des ordonnées, logarithmique ; axe horizontal des abscisses, linéaire) où l'on porte en ordonnée les valeurs de Y et en abscisse les valeurs de X, ils s'aligneront suivant une droite de pente négative.

54Soit l'autre hypothèse : supposons que tous les guérisseurs appliquent le même traitement pour un mal donné. Tous auraient fréquenté par exemple une seule et même école et appliqueraient donc le même traitement pour un même symptôme.

55Alors, les corrélations seront nombreuses et notre diagramme présentera des pics particulièrement pour des valeurs de X élevées. Appliquons cette analyse à différentes zones d'Afrique sub-saharienne.

56En résumé voici les données dont nous disposons :

57Pour le Burundi

58Médecine humaine traditionnelle

59104 tradipraticiens

60261 espèces botaniques

61106 famille

6296 symptômes

63Médecine vétérinaire traditionnelle

6427 tradipraticiens

65158 espèces botaniques

6655 familles

6740 symptômes

68Pour l'Afrique sub-saharienne

69Médecine humaine traditionnelle

70165 auteurs

711238 espèces botaniques

72154 familles

73156 symptômes

74Médecine vétérinaire traditionnelle

75167 auteurs

761 238 espèces botaniques

77154 familles

78125 symptômes

79En ce qui concerne le Burundi, nous avons traité de manière semblable les résultats provenant de nos enquêtes concernant les plantes utilisées pour les humains et les bovins.

80Avant de pouvoir comparer les résultats des deux enquêtes, nous devons les normaliser. En effet, les nombres de plantes obtenues dans les deux enquêtes étant différents, nous normalisons les résultats obtenus en médecine humaine traditionnelle par rapport à ceux obtenus en médecine vétérinaire.

81Les diagrammes semi-logarithmiques des figures n° 3a à 3f qui représentent les résultats obtenus pour divers symptômes en médecine traditionnelle humaine peuvent être approximativement ajustés par une droite de pente négative et parfois par une gaussienne peu marquée et décalée vers des plus hautes valeurs de X.

82Ce résultat démontre que dans ce pays, il n'existe pas de tradition thérapeutique généralisée. Autrement dit, les corrélations entre les recettes d'un guérisseur et celles d'un autre sont rares, soit dans le cas de la médecine traditionnelle burundaise moins de 10 % du total.

83L'examen de la figure n° 4 réservée à la médecine traditionnelle vétérinaire révèle une situation un peu différente. En effet, le diagramme de cette figure ne s'ajuste pas à une simple droite, mais bien à la combinaison d'une droite et d'une courbe de Gauss centrée sur la valeur X = 28 %. Ainsi, pour des valeurs de X proches et supérieures à 28 %, nous pouvons supposer qu'il existe des remèdes qui sont employés par plus de 28 % des guérisseurs consultés et que ces remèdes sont suffisamment nombreux pour que l'on puisse croire à l'existence d'une forme de tradition thérapeutique vétérinaire au Burundi.

84En médecine humaine, moins de 10 % des plantes utilisées révèlent d'éventuelles corrélations, alors que ce taux atteint près de 25 % en médecine vétérinaire.

85Quelques plantes sont utilisées pour un même usage par 50 % des tradipraticiens vétérinaires, alors que cette proportion ne dépasse guère 25 % en médecine humaine.

86Il n'en demeure pas moins qu'une part importante de cette médecine vétérinaire ne comporte que peu de corrélations d'un guérisseur à l'autre, même dans une région d'extension limitée et ce trait illustre cette mentalité qui limite l'échange des informations thérapeutiques, magiques et rituelles au cercle familial.

87Comment étendre ce type d'analyse à l'ensemble des enquêtes réalisées en Afrique sub-saharienne ? Si les enquêteurs avaient relevé soigneusement la fréquence d'utilisation d'une même espèce botanique pour soigner un même symptôme alors la technique devenait évidente. Or, cette information est généralement absente dans les différentes enquêtes publiées. Cependant nous disposons à l'heure actuelle par la banque PRÉLUDE d'une synthèse concernant 165 publications pour la médecine traditionnelle humaine et 167 publications pour la médecine vétérinaire traditionnelle. En les plaçant toutes sur un même pied d'égalité nous effectuons un traitement semblable à celui appliqué au cas du Burundi.

88Nous présentons ici une analyse pour quelques symptômes (Fig. 5a à Fig. 5f).

89On découvre que si les corrélations sont peu marquées pour la médecine traditionnelle humaine, elles sont pratiquement inexistantes en médecine traditionnelle vétérinaire.

90Pourquoi une telle dispersion dans les recettes ?

91Parce que la vie de ces hommes était essentiellement centrée sur la famille élargie et les recettes une fois de plus sont le fait de quelques individus du clan. Leur caractère magique dans presque tous les cas empêche leur divulgation hors de ce cercle restreint.

92Il faut également tenir compte du fait que les régions concernées par ces enquêtes couvrent différents districts phytogéographiques. De ce fait, on ne peut s'attendre à des pourcentages élevés d'utilisation d'une même plante pour un symptôme donné. Néanmoins, la différence entre médecine vétérinaire et humaine est très nette comme le révèle les différents diagrammes.

93Il reste à expliquer pourquoi la situation de l'Afrique au nord et à l'est du bassin guinéo-congolais diffère quelque peu de celle des hautes terres de la région des grands lacs. Dans cette dernière région, des groupes ethniques différents à l'origine ont cohabité progressivement sur un même territoire en imbriquant de façon parfois étroite leurs zones d'habitat au point que QUELQUEs siècles plus tard ils formaient de petites nations homogènes par la langue, les coutumes, les croyances, le gouvernement.

94Durant cette longue période (3 siècles) les classes dirigeantes ont eu le temps de comprendre que la vraie richesse était celle de la terre productive et que le bétail n'était qu'un élément de prestige permettant tout au plus à quelques-uns d'améliorer substantiellement leur sort. Au Burundi, ce fait était annuellement confirmé lors de la fête des semailles "umuganuro", cérémonie magico-religieuse, où le roi, garant de la fertilité, autorisait les cultivateurs à blesser la terre, à l'ouvrir et y répandre les graines de la future prospérité du royaume.

95En 1925 au Ruanda-Urundi, sur les instances de l'autorité coloniale belge et dans le cadre de la politique de lutte contre les disettes, de grandes étendues réservées aux pâturages furent mises à la disposition des agriculteurs qui consentaient à les cultiver et, fait exceptionnel, en franchise de toute taxe d'investiture foncière (ingorore). Bien que cette décision constituât une dérogation majeure au droit coutumier, les pasteurs l'acceptèrent, du moins dans leur grande majorité. Il en fut de même plus tard lors de la mise en culture des marais d'altitude, ce qui allait pourtant provoquer de sérieuses difficultés d'alimentation du bétail en période de soudure.

96L'attitude des pasteurs démontrait l'évolution de leur mentalité qui admettait désormais le rôle central de l'agriculture. Pasteurs et agriculteurs comprenaient, au moins intuitivement, que l'union harmonieuse de leurs deux cultures était fructueuse au point de bouleverser radicalement la fertilité du sol en ce coin de l'Afrique. Et de fait, cette union allait engendrer une des populations africaines parmi les plus denses. En émergeront de petits états solides, mais relativement peu conquérants en dehors des hauts plateaux, tant les spécificités de cette région étaient particulières et inexportables.

97Cette mentalité particulière a probablement poussé les guérisseurs vétérinaires à plus de pragmatisme et à échanger trucs et recettes afin de mieux protéger les troupeaux, gage de la relative prospérité du pays. Ceci expliquerait les résultats obtenus dans nos enquêtes et qui sont représentés à la Fig. 4.

Le présent, le futur et conclusions

98Les guerres, les disettes, la sécheresse qui déciment populations et troupeaux, les grandes pandémies qui touchent les régions concernées par les enquêtes sont les causes de bouleversements sociaux importants.

99Les pratiques telles que la divination, l'exorcisme, l'utilisation de drogues magiques à base de plantes et la phytothérapie par lesquelles les devins-guérisseurs jouent un rôle prépondérant dans la société ne sont le plus souvent que des éléments destinés à façonner le corps social en une entité homogène où règnent la paix et la tranquillité des individus soumis aux coutumes du clan. Dans un grand nombre de cas, les médecines traditionnelles humaine et vétérinaire ne sont qu'une composante de cette alchimie complexe qui n'opère qu'en période de paix relative. Or, la situation actuelle dans ces grandes régions est confuse de ce point de vue. Il est à craindre que nombres de coutumes et de pratiques bénéfiques ne disparaissent puisque les savoirs n'ont pas le temps d'être transmis et que les bio- topes se modifient du fait des sécheresses, des déforestations anarchiques, d'une évolution sociale inéluctable.

100Au mieux pouvons-nous indiquer les quelques tendances qui se manifestaient il y a peu.

101Pour les peuples nomades, les autorités politiques et administratives les ont petit à petit contraints à se sédentariser pour des raisons de sécurité et de contrôle administratif. Cela a imposé un changement de mentalité assez radical et l'organisation de nouveaux modes de vie car si les troupeaux ne pouvaient plus migrer à la recherche de pâturages, il fallait les nourrir. Cela a obligé l'éleveur soit à cultiver soit à acheter le fourrage ce qui suppose des revenus suffisants.

102Chez les peuples des hautes terres, les petits agriculteurs ont eu de plus en plus tendance à garder leurs bêtes à l'étable ou dans l'enclos. La raréfaction des terres disponibles explique en partie ce phénomène. Une telle évolution peut être bénéfique pour les animaux qui seront mieux suivis et mieux nourris.

103La place des tradipraticiens dans ce nouvel environnement évolue. La vache n'est plus cet assise sociale qui joue un rôle primordial dans les divers rituels. D'ailleurs la communication avec le monde de l'au-delà s'établit davantage aujourd'hui avec le sacrifice d'une poule ou d'un petit animal que celui d'un boeuf. Celui-ci devient un animal de nature essentiellement économique et l'attention qui lui est portée devient nécessairement plus pratique. Dans toutes ces régions beaucoup de pratiques ethnovétérinaires sont liées à une situation spécifique et donc ont un potentiel limité en ce qui concernerait un développement plus poussé. Sans doute beaucoup de procédés sont inefficaces voire même dangereux, certains cependant sont bénéfiques. Le savoir local des populations rurales (y compris le savoir ethnovétérinaire) est une ressource importante pour le développement et devrait être le point de départ pour des interventions de toutes sortes, y compris celles qui utilisent des méthodes modernes.

  • 14 KAGALA / AGEEP – BUSHI
    Association des groupements d'éleveurs pour les échanges entre paysans du Bu (...)

104Dans cette optique de petites associations sont créées14. Elles ont pour but de permettre aux paysans d'échanger des informations diverses concernant les cultures et l'usage de remèdes locaux éprouvés. C'est ainsi que des bulletins d'informations sont édités et distribués localement.

  • 15 Participatory workshops to produce information materials on ethnove- terinary medicine, Paul Mundy (...)

105Une autre tendance est l'efflorescence d'ONG qui, si elles tentent de promouvoir une médecine vétérinaire moderne adaptée, restent cependant attentives aux pratiques locales. Certaines organisent des sessions de travail réunissant plusieurs tradipraticiens. Les résultats de ces séances de concertations font l'objet de petits manuels de bonne pratique ethnovétérinaire.15

106Signalons l'organisation de conférences électroniques organisées par des organismes internationaux pour des sujets précis16 , ainsi que la publication de thèses de doctorats217.

  • 18 The Ethnoveterinary Mailing List is open to anyone interested in the study and application of EVM. (...)

107Un réseau de communication utilisant le email ou le Web a récemment vu le jour. Il s'agit d'un forum de discussions assez libre sous forme d'une "mailing list" qui est distribuée automatiquement à tous les membres du réseau chaque fois qu'un de ceux-ci fait part de ses remarques ou commentaires. De nombreux techniciens vétérinaires sont ainsi mis en contact permanent et peuvent échanger demandes, avis et conseils.18

108Enfin, nous signalons dans l'annexe n° 1 une série de sites internet traitant à un titre ou l'autre de la médecine vétérinaire.

109Tous ces moyens modernes d'informations ne sont pas nécessairement accessibles à tous. Pour le moment, c'est peut-être et paradoxalement mieux car une part des informations ainsi diffusées se base souvent sur les savoirs locaux ou sur des publications anciennes. Or, nous avons montré que jusqu'il y a peu les tradipraticiens vétérinaires étaient d'avantage préoccupés par le rituel, la magie, la divination que par la phytothérapie.

110Les enquêtes démontrent que pour l'essentiel les recettes varient d'un guérisseur à l'autre et ne sont probablement pas fiables. Les informateurs actuels tributaires du passé sont souvent sincères en confiant leur savoir à l'enquêteur de passage, mais cela ne veut pas dire que leurs recettes soient efficaces au sens où l'entend leur interlocuteur. La prudence doit donc être la règle dans toute démarche qui tente d'appliquer les recettes des anciens à des cas concrets d'aujourd'hui. L'application de règles plus scientifiques d'expérimentation sur le terrain est nécessaire et la mise à l'épreuve de ces savoirs anciens avant leur mise en pratique doit encore être organisée de manière systématique. Dans ce domaine beaucoup reste à faire.

Figure 3. Notre enquête au Burund pour quelques cas en médecine traditionnelle humaine

Figure 4. Notre enquête au Burundi pour la médecine traditionnelle vétérinaire

Figure 5. Les diagrammes semi-logarithmiques représentent les résultats obtenus pour divers symptômes en médecine traditionnelle humaine et vétérinaire en Afrique sub-saharienne

Notes

1 Certes il existe des documents plus anciens, mais l'étude exhaustive de ce continent démarre en force au xixème siècle. Voir : VANSINA J. (1965) Les anciens royaumes de la savane, Institut de recherches économiques et sociales, Université Lovanium Léopoldville - République du Congo (Collection Etudes sociologiques, n° l).

2 Le terme migration doit être compris ici non pas comme l'intrusion en masse de troupeaux et de peuples dans de nouveaux territoires, mais comme une lente diffusion le plus souvent pacifique.

3 Voir pour cette question les ouvrages de base tels que :
- EVANS-PRITCHARD E.E., Les Nuer. Description des modes de vie et des institutions politiques d'un peuple nilote, traduit de l'anglais par Lois Evrard, préface de Louis Dumont, Paris, Editions Gallimard, NRF.
Edition originale : EVANS-PRITCHARD E.E. (1937) The Nuer, Oxford, Clarendon Press.
- DUPIRE M. (1962) Peuls nomades. Étude descriptive des Wodaabe du Sahel Nigérien, Paris, Institut d'Ethnologie, Musée de l'Homme.

74 KENYATTA J. (1960) Au pied du mont Kenya, traduit de l'anglais par G. Marcu et P. Balta, préface de Georges Balantier, Paris, François Maspero.

5 Généralement l'enquêteur étranger n'a pas une formation de linguiste et il omet de marquer par une accentuation appropriée l'indication de la tonalité et la quantité vocalique des mots. De ce fait, il est parfois impossible de différencier certains termes. En outre, certaines circonlocutions suggestives d'une pensée symbolique sont souvent intraduisibles.

6 Adamantidis D. (1956) Monographie pastorale du Ruanda - Urundi, BACB, 3, p. 632.

7 LESTRADE A. (1955) La médecine indigène au Ruanda et lexique des termes médicaux français-urunyarwanda, Acad. Roy. Sc. Colon., Cl. Sc. Mor. Polit., N. S. VIII-l, 277p.

8 NKURIKIYIMFURA J.P. (1994) Le gros bétail et la société rwandaise, évolution historique : des xii - xiv siècles à 1958.

9 Voir note n° 3 DUPIRE Marguerite, Peuls nomades

10 Voir note n° 3 EVANS-PRITCHARD E.E., Les Nuer

11 BAERTS M. et LEHMANN J. (1991 ) Plantes médicinales vétérinaires de la région des crêtes Zaïre-Nil au Burundi, Annales des Sciences Économiques, Musée Royal de l'Afrique Centrale, Vol. 21, Tervuren, Belgique, 134 p.

12 Notons au passage que pour tous ces peuples, l'alliance entre familles par un mariage était d'autant plus forte et profitable que le nombre de bêtes échangées était important. De nos jours encore, dans les milieux ruraux, la remise d'une ou plusieurs vaches au titre de dot est souvent préférée à celle de l'argent.

13 Banque de données PRELUDE : http://pc4.sisc.ucl.ac.be/prelude.html

14 KAGALA / AGEEP – BUSHI
Association des groupements d'éleveurs pour les échanges entre paysans du Bushi.

15 Participatory workshops to produce information materials on ethnove- terinary medicine, Paul Mundy and Evelyn Mathias
Respectively development communication specialist and independent consultant, Weizenfeld 4, 51467 Bergisch Gladbach, Germany
Fax +49-2202-932 922, email : mailto:paulmundy@msn.com.

16 First INFPD/FAO Electronic conference on family poultry : 7 december 1998 - 5 march 1999
Theme : "The scope and effect of familt poultry research and development"
http://www.fao.org/waicent/faoinfo/agricult/aga/agap/lps/fampo/contents.htm

217 http://vetaid.org/publications/mscsomal/index.htm
Investigation and Validation of Ethnoveterinary Medicine in the Context of the Community Animal Health Programme in Somaliland

18 The Ethnoveterinary Mailing List is open to anyone interested in the study and application of EVM. Hosted by the Netherlands' Centre on International Research and Advisory Networks (CIRAN) of Nuffic (Netherlands Organisation for International Cooperation in Higher Education), the list is supervised by an international team of moderators from Africa, Asia, Europe and Latin and North America. Only in its second year of existence, the list has already brought together some 200 scientists, developers and policy analysts interested in EVM. To subscribe, send a blank e-mail message to the following address : mailto:join-EVM@lyris.nuffic.nl

Notes de fin

1 Université Catholique de Louvain, Laboratoire de Botanique Médicale et Pharmaceutique, Institut Carnoy 4 place Croix du Sud 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

2 Université Catholique de Louvain, Laboratoire de Botanique Médicale et Pharmaceutique, Institut Carnoy 4 place Croix du Sud 1348 Louvain-la-Neuve - Belgique

3 Sous-réseau PRELUDE "Santé, productions animales et environnement"

Table des illustrations

Légende Figure 1
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7218/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 119k
Légende Figure 2
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7218/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 79k
Légende Figure 3. Notre enquête au Burund pour quelques cas en médecine traditionnelle humaine
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7218/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 354k
Légende Figure 4. Notre enquête au Burundi pour la médecine traditionnelle vétérinaire
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7218/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 91k
Légende Figure 5. Les diagrammes semi-logarithmiques représentent les résultats obtenus pour divers symptômes en médecine traditionnelle humaine et vétérinaire en Afrique sub-saharienne
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7218/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 607k

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.