Version classiqueVersion mobile

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Identification d'œufs d'helminthes dans des coprolithes du Néolithique

Françoise Bouchet

Résumé

Résumé
Trois sites néolithiques situés respectivement en France au bord du lac de Chalain (Jura) et en Suisse au bord des lacs de Constance (site d'Arbon) et de Neuchâtel (site de Concise) ont fait l'objet d'une étude paléoparasitologique. De nombreux œufs extrêmement bien préservés ont été découverts et identifiés par leur morphologie et leur morphométrie : Œufs de Trichuris sp., Fasciola sp., Diphyllobothrium sp., Capillaria sp, Dioctophymus sp.
Les deux derniers retiennent notre attention car ils posent le problème de l'émergence, voire de la prédominance de certaines parasi- toses à une époque donnée et leur disparition ou leur faible représentation à d'autres moments. Eh effet ces deux parasitoses Capillarioses et Dioctophymoses sont anecdotiques de nos jours en Europe de l'Ouest. Parfois associés à ces œufs d'helminthes, des pollens et des spores végétales évoquent la possibilité de médication.

Texte intégral

1La parasitologie a longtemps ignoré la dimension historique des parasites et des maladies qu'ils transmettent, oubliant que nos connaissances sont strictement actuelles et ne concernent que le dernier siècle. La parasitologie que nous enseignons propose donc à nos étudiants une vue du problème limitée au contexte des connaissances acquises durant ce dernier siècle. Faut-il rappeler que A. Laveran (Prix Nobel en 1907) a décrit pour la première fois l'agent du paludisme dans une hématie parasitée, il y a moins d'un siècle ?

2Mais dans un passé plus ou moins lointain, de quelles parasitoses souffraient nos ancêtres ? Sur quels indices pouvons-nous nous appuyer pour déceler ces parasitoses ? Deux questions parmi tant d'autres auxquelles la Paléoparasitologie apporte des éléments de réponse non négligeables. Ce travail de pionnier se structure progressivement en collectant jour après jour de nouvelles données dans le Nouveau comme dans l'Ancien monde.

Quelles formes ? Quelles traces ?

3Les helminthes, vers parasites du tube digestif de l'homme ou de l'animal, rejettent en très grand nombre dans le milieu extérieur, des œufs dotés d'une coque composée de plusieurs membranes plus ou moins épaisses. Cette structure résistante, composée de chitine et de lipides, protège l'embryon des agressions du milieu extérieur. Elle permet d'accomplir le cycle biologique et de faire perdurer le pouvoir infestant du ver. Dans le cadre des analyses paléoparasitologiques, cette coque est retrouvée fossilisée quand les conditions ta- phonomiques sont favorables à la conservation. Ces œufs microscopiques dont la taille varie de 30 à 160 μm témoignent de la présence de certaines parasitoses à une époque donnée et nous renseignent sur l'individu qui a hébergé le parasite. Par déduction, nous obtenons de précieuses informations sur l'alimentation, l'hygiène, les modes de cuisson...

Où chercher ? Quel matériel étudier ? Comment extraire ?

4Dans certains pays comme l'Égypte et le Pérou où la momification était une coutume largement répandue, l'étude des tissus momifiés a fourni des données importantes sur certaines parasitoses qui se développaient avant notre ère (2, 3, 10, 12, 28). Dans notre étude, le matériel mis à notre disposition est issu des chantiers archéologiques. Il se compose de coprolithes (fèces fossilisés) et des sédiments sous-jacents qui captent les œufs d'helminthes migrant per descensum lors de la diagenèse précoce (perte d'eau).

5Bien que la composition des coques d'helminthes soit proche de l'enveloppe pollinique, les techniques d'extraction en paléoparasitologie sont différentes (4, 5, 9) de celles appliquées à la palynologie. Après une étude sédimentologique des différentes phases minérales et organiques qui composent le dépôt archéologique et/ou une étude des coprolithes en lame mince sous microscopie polarisée, les échantillons sont réhydratés puis passés au travers d'une colonne de tamis à mailles microscopiques (360, 160, 50, 25 (μm).

6Les deux derniers refus de tamis sont analysés après avoir subi une série de réactions physico-chimiques basées sur la sédimentation et la flottation.

Notre choix : l'époque néolithique

7Cette époque préhistorique attire plus particulièrement notre attention car elle correspond à une période de sédentarisation des populations où l'agriculture et l'élevage se sont développés. Ainsi, la promiscuité entre l'homme et l'animal a généré les premières anthropozoonoses (parasitoses communes à l'homme et à l'animal).

8Nous avons eu accès à trois cités lacustres du Jura français et suisse datées entre les 36e et 30e siècles avant J.-C. : Chalain (lac de Chalain en France) (6, 8, 15), Arbon (lac de Constance en Suisse) et Concise (lac de Neufchâtel en Suisse). L'ambiance amphibie des lieux a permis une conservation exceptionnelle de tout le matériel archéologique dont les éléments parasitaires (1, 14, 15).

9Certaines parasitoses ont été identifiées sur les trois sites. En revanche, quelques cas sont spécifiques à chaque village.

Quelles parasitoses ?

10Des embryophores de Ténia (Taenia sp.) (30μm) dont quelques spécimens ont conservé leurs crochets fossilisés signent une alimentation carnée à base de viande grillée (porc, sanglier, bœuf). Ce fait est d'ailleurs corroboré par la présence de pierres chauffantes à proximité des habitations et de restes osseux aux extrémités carbonisées.

11La présence d'œuf de Fasciola sp. (1 30x75pm), responsable d'une maladie hépatique grave : la distomatose, est due à la consommation de salades polluées par des excréments d'animaux porteurs de la parasitose. Les végétaux liés à cette phytophagie sont le cresson (Nasturtium officinale), le pissenlit (Taraxacum dens leonis), ou l'ail des ours (Allium ursinum) dont le pollen prédomine particulièrement dans le spectre palynologique de Chalain. Pour confirmer le cycle parasitaire, il fallait étayer le raisonnement en nous basant sur la présence, dans les restes malacologiques, de petits mollusques, hôtes intermédiaires : les limnées (Limmnea truncatula en particulier). Ainsi le puzzle de nos connaissances s'assemble et diverses hypothèses se superposent, ou se complètent.

12Plus complexe fut le raisonnement autour des œufs de Bothriocéphale (Diphyllobothrium sp. ) (70 x 65 pm), un Ténia hématophage qui, dans sa taille adulte, atteint 10 à 12 mètres. Le cycle hétéroxénique implique le passage par un Cyclops, lui même ingéré par un poisson (Salmonidés). La larve translucide du ver s'installe dans la chair ou les filets du poisson, en particulier de la truite (Salmo truffa). L'homme s'infeste en consommant ces filets crus ou insuffisamment cuits. Cette parasitose est toujours d'actualité dans les lacs alpins car la dernière épidémie signalée date de 1990 (26 ). Les restes macroscopiques de l'ichthyofaune (vertèbres et arêtes) sont extrêmement rares dans les tamisages effectués par les archéologues (14). Mais cette divergence de résultats n'est qu'apparente, car les habitudes des peuplades, qui ne possèdent aucun moyen de conservation est de débiter le poisson sur le lieu même de la pêche, de sélectionner les filets et de les transporter au village après un traitement par fumaison (16). Or, nous savons que ce procédé n'éradique pas les larves de Bothriocéphale.

13D'autres cas sont plus particuliers. Sur le site d'Arbon par exemple, deux coprolithes recelaient des œufs peu courants attribués au genre Dioctophymus sp. (65x40μm). Ce ver ronge les reins de l'hôte. Seuls 20 cas humains ont été signalés à ce jour. Le cycle de ce ver est lui aussi hétéroxénique et passe par le lombric et la grenouille. Les larves se trouvent dans le mésentère de ces amphibiens. De nos jours, nous ne consommons que des animaux éviscérés, mais peut-être qu'à l'époque néolithique, les grenouilles étaient consommées grillées dans leur intégralité. Il sera nécessaire d'avoir d'autres résultats sur d'autres sites pour confirmer ou infirmer cette hypothèse.

14A Chalain, nous avons identifié un nombre non négligeable d'œufs de Capillaria sp. (70x31 pm) (8). Les Capillaria sont des vers aussi fins que des cheveux, ce qui explique leur dénomination (25). L'aspect réticulé de la coque de l'œuf est dû à une ornementation en maille de filet caractéristique qui empêche toute confusion morphologique avec l'œuf du genre Trichuris. Cette parasitose fait plus partie aujourd'hui du domaine des vétérinaires que des médecins. Pour la pathologie humaine, la bibliographie mentionne 11 cas de capillariose hépatique confirmés en Europe et 9 cas de capillariose pulmonaire (plus rares encore) décelés au niveau mondial. Or à Chalain, 21 coprolithes sur 23 contenaient des œufs de Capillaria sp. Quelles hypothèses peut-on proposer ? Quels raisonnements peut-on envisager ? Le cycle actuel de la capillariose nécessite le passage par des rongeurs synanthropes (Mus ou Rattus) et quelques petits mammifères sauvages (Apodemus sp), (Microtus sp.), (Sorex sp.) (20). A l'époque néolithique, entre 3000 et 3500 avant J.-C., les rats et les souris, principaux porteurs de ces parasitoses, n'avaient pas encore pénétré nos régions de l'Europe de l'Ouest (29). Il faut attendre l'Age du Bronze vers 1500 avant J.-C., soit 1 5 siècles plus tard, pour que le cycle soit conforme à la vision que nous en avons aujourd'hui. Il faut donc envisager d'autres "réservoirs de virus" à l'époque néolithique. D'après le contexte archéozoologique, les possibilités se focalisent autour des blaireaux (Me/es sp,) des putois (Mustela sp. ) et surtout autour des hérissons (Erinaceus sp.).

Quel traitement ?

15Si les résultats obtenus lors de nos analyses paléoparasitologiques nous informent sur la présence de parasitoses, en revanche il est difficile d'évaluer les médications utilisées au Néolithique. Lors de nos lectures microscopiques des coprolithes, l'identification de spores ou encore d'anneaux mécaniques de fougère permet d'évoquer un traitement anthelminthique. En effet, la racine de fougère mâle a été inscrite dès le premier Codex, et les premiers textes connus sur son utilisation remontent au traité médical de Dioscoride (1er siècle après J.-C.). Il n'est donc pas impossible qu'à l'époque néolithique ce traitement ait été utilisé.

16Une autre hypothèse concerne les Diphyllobothriidés. De nos jours certaines peuplades utilisent les muscles d'amphibiens parasités par des larves de Spirometra sp. en applications locales (16) dans un but de cicatrisation. A Chalain, l'abondance des os de grenouilles a fait évoquer la consommation de ces animaux dans un but alimentaire, mais il demeure que l'on peut se poser la question d'une utilisation sous forme cataplasme dans un but thérapeutique comme certaines tribus ou populations le font actuellement. Il faut insister sur le fait que ce mode de médication est une pure hypothèse pour la période néolithique et qui en plus sera difficilement vérifiable.

Conclusion

17Les premières analyses en paléoparasitologie étant positives, il apparaît déjà qu'il existe des pics d'émergence de certaines parasitoses au cours des différentes époques préhistoriques ou historiques. L'histoire de l'épidémiologie parasitaire doit être sérieusement envisagée dans les années à venir. Quelques travaux sur des sites archéologiques de l'Ancien Monde se sont limités à un inventaire des éléments parasitaires (4, 17, 19, 21, 24, 27) mais peu d'auteurs ont soulevé les problèmes biologiques induits par la variabilité des relations hôtes parasites (5, 7, 12, 18, 23 ). Il apparaît que les cycles parasitaires ont évolué et qu'ils n'ont pas fini de nous surprendre par leur dynamisme et leur puissance d'adaptation. D'autre part, la grande variabilité des relations hôtes-parasites doit intégrer la dimension temporelle, le contexte paléoenvironnemental et doit comprendre les possibilités de transmission verticale ou transversale d'un hôte à un autre.

Bibliographie

Références

ARBOGAST R.S., PETREQUIN A.M., PETREQUIN P. (1995) Le fonctionnement de la cellule domestique d'après l'étude des restes osseux d'animaux : le cas d'un village néolithique du lac de Chalain (Jura, France), Anthropozoologica, 21, 131-146.

ALLISON M.J, PEZZIA A., HASEGANA I. et GERSZTEN E. (1994) A case of hookworm infestation in precolumbian America, American Journal of Physical Anthropology, 41, 103-106.

ASPÖCK H, AUER H, PICHER O (1996) Trichuris trichiura eggs in the neolithic glacier mummy from the Alps, Parasitology Today, 7, 255-56.

BOUCHET F. (1995) Recovery of Helminths eggs from Archeological excavations of the Grand Louvre (Paris, France), Journal of Parasitology, 81, 785-787.

BOUCHET F., PAICHELER J.C. (1995) Paléoparasitologie : présomption d'un cas de bilharziose au xvième siècle à Montbéliard (Doubs, France), Compte Rendu de l'Académie des Sciences, Série III, 318, 811 -814.

BOUCHET F., PETREQUIN P., PAICHELER J.C., DOMMELIER S. (1995) Première approche paléoparasitologique du site néolithique de Chalain (Jura, France), Bulletin de la Société de Pathologie Exotique, 88, 1-4.

BOUCHET F., BAFFIER D., GIRARD M., MOREL P., PAICHELER J.C., DAVID F. (1996) Paléoparasitologie en contexte pléistocène : premières observations à la Grande Grotte d'Arcy-sur-Cure (Yonne, France), Compte Rendu de l'Académie des Sciences, Serie III, 319, 147-151.

BOUCHET F. (1997) Intestinal capillariasis in neolithic inhabitants of Chalain (Jura, France), The Lancet, 349, 256.

CALLEN E.O, CAMERON T.N.M. (1960) A prehistoric diet revealed in coprolites, The New Scientist, 8, 35-39.

REYMAN T.A. et PECK W.H. (1975) Autopsy of an Egyptian mummy, Science, 187, 1155-1160.

COMBES C. (1990) Where do human parasites come from ?, Annales de Parasitologie Humaine et Comparée.

DEELDER A.M., MILLER R.L., JONGE (DE) N., KRUGER F.N. (1990) Detection of Schistosome antigen in mummies, The Lancet, 24, 724.

DESSE J., DESSE-BERNET N.(l 996) Les poissons de Chalain et de Claivaux, in P. PETREQUIN, Les sites littoraux néolithiques de Chalain et de Clairvaux (Jura), Chalain station 3 (3200 - 3000 av. J.-C.), Paris, Editions de la Maison des Sciences de l'Homme.

DOMMELIER. S., BENTRAD S., BOUCHET F., PAICHELER J.C., PETREQUIN P. (1998) Parasitoses liées à l'alimentation chez les populations néolithiques du lac de Chalain (Jura, France), Anthropozoologica, 27, 41-49.

EUZEBY J. (1984) Les parasitoses humaines d'origine animale : Caractères épidémiologiques, Paris, Editions Flammarion Médecine Sciences Ed., 1 -324.

FAULKNER C.T, PATTON S., STRAWBRIDGE J.S. (1989) Prehistoric parasitism in Tennessee : Evidence from the analysis of dessicated fecal material collected from Big Bone Cave, Van Buren county, Tennessee, Journal of Parasitology, 75, 461-463.

FERREIRA L.F, ARAUJO A., DUARTE A.N. (1993) Nematode larvae in fossilized animal coprolites from lower and middle Pleistocene sites, central Italy, Journal of Parasitology, 79, 440-442.

GREIG J. (1981) The investigation of a medieval barrel latrine from Worchester, Journal of Archeological Sciences, 8, 265-282.

HACHA P.N., SZYFRES B. (1989) Zoonoses et maladies transmissibles communes à l'homme et aux animaux, Edition Office International des Epizooties, 1-1065.

HERRMANN B. (1988) Parasite remains from medieval latrine deposits : an epidemiologic and ecologic approach, Actes des 3e Journées Anthropologiques, Paris, Editions CNRS, 135-142.

JONES A.K.G., HUTCHINSON A.R. et NICHOLSON C. (1988) The worms of roman horses and other finds of intestinal parasite eggs from unpromising deposits, Antiquity, 62, 275-276.

JOUY-AVENTIN F., COMBES C., LUMLEY H. (de), MISKOVSKY J.C. et MONE H. (1999) Helminth eggs in animal coprolites from a Middle Pleistocene site in Europe, Journal of Parasitology, 85, 2, 376-379.

KLIKS M.M. (1990) Helminths as heirlooms and souvenirs : a review of New World paleoparasitology, Parasitology Today, 6, 93-100.

MORAVEC F. (1980) Revision of Nematodes of the genus Capillaria from european freshwater fishes, Folia parasitologica, 27, 309-324

PEDUZZI R. (1990) Résurgence de la Bothriocéphalose (parasitose à Diphyllobothrium latum) dans la région du Lac Majeur, Médecine et Maladies Infectieuses, 20, 493-497.

PIKE A.W. (1968) Recovery of Helminths eggs from archeological excavations, and their possible usefulness in providing evidence for the purpose of an occupation, Nature, 219, 303-304.

RUFFER M.A.( 1910) Note on the presence of Bilharzia haematobia in Egyptian mummies of the twentieth dynasty, British Medical Journal, 1, 16.

VIGNE J.D. (1993-1994) Les transferts anciens de mammifères en Europe occidentale : histoires, mécanismes et implications dans les sciences de la vie, Colloque d'Histoire des Connaissances Zoologiques, Liège, 15-38.

Auteur

UFR de Pharmacie, Laboratoire de Paléoparasitologie Associé CNRS ESA 8045 51, rue Cognacq-Jay 51100 Reims - France

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search