Version classiqueVersion mobile

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Pharmacopées du Proche-Orient Antique

Guy Mazars

Résumé

Résumé
Les plus anciens documents au monde relatifs à la pharmacologie sont ceux que nous ont légués les civilisations du Proche-Orient Antique, l’Egypte et surtout la Mésopotamie. Ces documents ne fournissent pas seulement des listes de remèdes, ils nous renseignent également sur la préparation de ces remèdes et sur la façon de les utiliser. Selon une opinion très répandue, ces ébauches de pharmacopées, comme toutes celles de l’Antiquité, se seraient constituées de façon empirique. La nécessité de se nourrir ayant poussé les hommes à goûter aux végétaux qui les entouraient, ils ont pu constater que les crampes d’estomac cessaient lorsqu’ils mâchaient telles plantes, qu’il y en avait d’autres qui faisaient disparaître la fatigue ou la douleur, d’autres encore qui provoquaient la mort. C’est ainsi qu’auraient été sélectionnés, au fil des générations, la plupart des plantes médicinales et des poisons. Une telle explication laisse dans l’ombre des processus effectifs de choix des plantes pour des usages déterminés. L’examen des textes découverts par les archéologues montre que les plantes étaient déjà perçues en fonction de références culturelles, de systèmes de correspondances avec d’autres éléments de la culture, qui ont peut-être orienté les choix.

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L’ouvrage pourra également être acheté sur les sites des libraires partenaires, aux formats PDF et ePub, si l’éditeur a fait le choix de cette diffusion commerciale. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont proposés sur cette page.

Extrait du texte

Les questions relatives aux origines des pharmacopées, à leurs modes d’élaboration et de transmission étaient au centre des discussions du 4ème Colloque Européen d’Ethnopharmacologie. Grâce aux travaux des spécialistes de la préhistoire, notamment aux études de paléopathologie, nous savons aujourd’hui de quelles maladies souffraient nos lointains ancêtres et nous connaissons même un certain nombre des remèdes qu’ils utilisaient. Ce qui laisse penser que les hommes préhistoriques avaient déjà une connaissance assez précise de leur environnement.

Mais ces travaux ne nous apprennent pas comment ont été sélectionnées les substances utilisées comme remèdes ni comment se sont constituées les pharmacopées déjà relativement élaborées contemporaines des plus anciens documents écrits découverts par les archéologues. Des études menées par des historiens et des philologues, spécialistes des civilisations du monde antique, nous montrent que, dès le début des temps historiques, des thérapeutes pre...

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search