Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

Origines animales de la médecine par les plantes

Michael A. Huffman

Résumé

Résumé
Les parasites et les agents pathogènes sont à l’origine de toute une série de maladies qui affectent le comportement et les capacités reproductives de tous les animaux. Considérant que le besoin de réagir face à une telle pression est grand, on pouvait s’attendre à ce que le règne animal mette en place des comportements antiparasitaires. A un stade précoce de la co-évolution animal-végétal, certaines espèces d’arthropodes ont commencé à appliquer les moyens de défense chimiques de certaines plantes pour se protéger de leurs propres prédateurs et parasites. Les plantes médicinales sont donc profondément enracinées dans le règne animal. Depuis la préhistoire, les hommes ont considéré les animaux sauvages et domestiques comme des sources de remèdes à base de plantes. Le folklore, de même que des exemples plus récents, montrent la façon dont on a appris à utiliser certaines plantes médicinales à partir de l’observation du comportement animal. Les animaux aussi collectent également des informations sur l’automédication en s’observant mutuellement. Les études scientifiques les plus étonnantes concernant l’automédication qui ont été faites à ce jour sont celles menées sur les grands primates d’Afrique. Le régime alimentaire des grands singes est souvent riche en plantes contenant des composés secondaires, sans valeur nutritive, parfois toxiques, ce qui donne à penser que leur ingestion a un certain pouvoir thérapeutique. On sait que les chimpanzés et les hommes co-habitant en Afrique sub-saharienne utilisent la Vernonia amygdalina pour lutter contre les infections parasitaires. Des études phytochimiques ont démontré la gamme très large des propriétés biologiquement actives que cette espèce contient. A la lumière de la résistance croissante que les parasites et agents pathogènes opposent aux médicaments de synthèse, l’étude de l’automédication chez les animaux ouvre de nouvelles perspectives de recherche vers des méthodes écologiquement viables pour le traitement des parasites en utilisant des médicaments à base de plantes pour les hommes et leur bétail vivant sous les tropiques.

Texte intégral

Les animaux en ethnomédecine

1Tout au long de l’histoire de l’humanité, les hommes se sont tournés vers les animaux pour identifier des plantes médicinales et des produits stupéfiants (Brander, 1931 ; Riesenberg, 1948). Les textes comportent de nombreux récits anecdotiques sur l’utilisation possible de plantes en tant que médicaments par des animaux sauvages tels que l’éléphant, la civette, le chacal, le rhinocéros. (Tableau I).

2Les Navajos vivant dans le sud-ouest des Etats-Unis attribuent aux ours leurs connaissances sur les propriétés antifongiques, antivirales et antibactériennes de l’ombellifère Ligusticum porteri (Grasanzio, 1992 ; Moore, 1979)

3La Tabernanth iboga (Apocynacea) contient plusieurs alcaloïdes in- doles ; elle est utilisée comme stimulant et aphrodisiaque puissant par de nombreuses sociétés secrètes du Gabon (Harrison, 1968). Harrison a avancé l’hypothèse selon laquelle, ces sociétés ont appris à connaître les propriétés particulières de la plante en observant le comportement des porcs sauvages, porcs-épics et gorilles pris de frénésie après en avoir déterré et ingéré les racines. Le principe le plus actif que l’on trouve dans la racine est l’ibogaïne, connue pour affecter le système nerveux central et le système cardiovasculaire.

4Deux autres composés sont connus pour leur action : ce sont la ta- bernanthine et l’ibolutéine. Leur effet stimulant est comparable à celui de la caféine (Dubois, 1955). On sait aussi que le paresseux et les peuples vivant au centre de l’Inde s’enivrent en mangeant des fleurs fermentées de Madhuca (Brander, 1931) et que les rennes et les Lapons consomment des amanites tue-mouche connues pour l’intoxication qu’elles provoquent (Phillips, 1981).

5L’une des versions de la découverte du café parle d’un berger qui aurait remarqué par hasard que ses chèvres changeaient de comportement après avoir ingéré des baies de plants de café sauvage sur les plateaux d’Ethiopie, ce qui a donné aux hommes l’idée d’exploiter la plante en tant que stimulant. On raconte que, au 17e siècle, en Angleterre, le docteur Jaquinto, médecin attitré de la reine Anne, épouse de Jacques 1er, a procédé à l’observation systématique de moutons occupés à brouter dans les zones marécageuses de l’Essex, ce qui lui a permis de découvrir un remède efficace contre la phtisie (Wilson, 1962).

6Mohamedi S. Kalunde, mon collaborateur tanzanien pour mes recherches depuis 1987, responsable de la faune dans les Parcs Nationaux de Tanzanie, est le descendant d’une longue lignée de guérisseurs. Il attribue le mérite de la découverte d’au moins deux traitements médicaux à sa mère et son arrière grand-père, lesquels avaient observé le comportement des animaux. Un jour, le grand père de Mohamedi, Babu Kalunde, avait remarqué un jeune porc- épic ingérant les racines d’une plante connue localement sous le nom de mulengelele (une espèce non encore identifiée). Ayant gardé l’animal en captivité au village afin de l’observer, il pu le voir se remettre d’un crise grave de diarrhée et d’une grande faiblesse. Sur la base de ces observations, Babu Kalunde utilisa la plante pour soigner avec succès une épidémie d’une maladie rappelant la dysenterie et qui s’était répandue dans le village. La mère de Mohamedi, Joha Kasante, avait découvert, elle, un antidote contre les morsures de serpent, en demandant à Mohamedi de suivre le reptile qui avait mordu son plus jeune frère et de ramener des feuilles de la plante que le serpent était allé ensuite manger. On rapporte que ces feuilles empêchent le venin du serpent de se disséminer dans le corps. Dans les collines de l’Himalaya, près du Mont Everest, l’utilisation des racines de chota-chand, en tant que puissant antidote contre les morsures de serpent, a été mise en évidence en observant les mangoustes qui se nourrissent de cette plante avant de se battre contre les cobras (Balick & Cox, 1996). Tous ces exemples sont autant de cas d’automédication chez de nombreuses espèces animales et des façons dont les humains ont pu saisir la valeur thérapeutique des plantes en les observant.

7Ceci devrait-il vraiment nous surprendre ? Après tout, du point de vue de l’évolution, la conservation de la santé est un principe de base de la survie et on pouvait s’attendre à ce que toutes les espèces en vie aujourd’hui aient évolué de différentes façons pour se protéger contre d’autres organismes, petits et grands, faisant partie de leur environnement.

8Comment tout cela a-t-il commencé ? Dans le monde végétal, un moyen commun de se défendre consiste à produire une variété de composés secondaires toxiques tels que sesquiterpènes, alcaloïdes et saponines, lesquelles permettent aux plantes de ne pas être ingérées par les animaux (Howe & Westley, 1988 ; Swain, 1978). A un certain stade de l’histoire de leur co-évolution, probablement à l’époque des arthropodes, les animaux ont tiré profit de l’arsenal chimique défensif du règne végétal pour se protéger des prédateurs et des parasites, et renforcer leurs capacités reproductives (Blum, 1981). Par exemple, les papillons danaïs adultes des deux sexes utilisent les alcaloïdes de pyrrolizidine pour se défendre contre les prédateurs et il a également été prouvé que les mâles en dépendent pour la biosynthèse de la phéromone qu’ils utilisent dans la parade nuptiale (Boppre, 1978 ; 1984). On sait que le machaon se nourrit de l’Asclepias, laquelle contient des glucosides cardiaques qui rendent les oiseaux malades et qui se conditionnent pour ne pas en manger (Brower, 1969). De telles interactions à un triple niveau trophique ont probablement été à l’origine de la mise en place de formes plus élaborées d’auto-médication observées chez les vertébrés supérieurs.

L’impact des parasites sur l’évolution du comportement d’automédication

9Le parasitisme a joué un rôle important dans l’évolution du comportement des hôtes dans le règne animal (e.g. Anderson & May, 1982 ; Clayton & Moore, 1997 ; Futuyma & Slatkin, 1983). La co-évolution parasite - hôte a conduit à la mise en place de mécanismes par lesquels l’hôte limite les infections parasitaires et le parasite augmente la probabilité d’infecter l’hôte (Toft et al., 1991 ; Ewald, 1994). Au niveau primaire, la réaction immunitaire de l’hôte (innée et acquise), normalement, contrôle les infections. Cependant, certains parasites parviennent à s’implanter en développant des formes antigènes nouvelles, en devenant les sosies des antigènes de l’hôte ou en interférant directement avec la réaction immunitaire (Cox, 1993 ; Wakelin, 1996).

10Là où l’adaptation physiologique ne suffit pas, les hôtes ont développé des réactions comportementales pour éviter ou limiter le contact avec les parasites ou d’autres agents pathogènes. Ces comportements, largement répandus chez les vertébrés, comportent des changements concernant les endroits où l’animal dort et se nourrit, une utilisation différente des lieux où il s’abreuve, l’utilisation de la substance anti-parasitaire des feuilles pour remplir les nids ou les tanières occupés pendant de longues périodes et l’application de substances aromatiques pour repousser les parasites qui infestent le pelage ou les plumes (Baer, 1996 ; Clark, 1991 ; Freeland, 1980 ; Gompper & Holyman, 1993 ; Gresianzio, 1992 ; Hart, 1990 ; Hausfater & Meade, 1982 ; Kummer in Nelson, 1960 ; Seigstadt In Cowen, 1990 ; Sengputa, 1981). L’aversion apprise envers certains aliments ou saveurs associés à la maladie, l’infection parasitaire, et les changements compensatoires dans le régime alimentaire de l’hôte induits par le parasite ont été démontrés en laboratoire et testés sur un large éventail de vertébrés (Gustavson, 1977 ; Kyriazakis et al., 1994 ; Keymer et al., 1983). A partir de ce qui a été découvert concernant l’automédication chez les primates au cours des dernières années les parasites et les troubles gastro-intestinaux apparaissent clairement comme l’une des préoccupations principales de l’automédication chez les animaux non humains (Huffman et al., 1997).

11Ces aversions se situant à un autre niveau permettent aux hôtes d’éviter un exposition prolongée aux agents pathogènes. Une modification du régime alimentaire a également été proposée en tant que moyen d’altération ou de contrôle des parasites internes. Une relation de cause à effet entre un changement soudain dans le régime alimentaire et la diminution du ténia a été suggérée chez l’ours brun (Rausch, 1954 ; 1961).

12Un autre exemple de ce type de comportement concerne l’ingestion de parties spécifiques de plantes, ayant peu ou pas de valeur nutritionnelle, mais des qualités anti-parasitaires, d’ordre soit pharmacologiques (Huffman et al., 1993 ; 1998 ; Ohigashi et al., 1994) , soit physiques (Huffman et al., 1996).

La nourriture comme remède

13Du point de vue de l’évolution, il semble fort probable que l’utilisation de nombreuses plantes médicinales soit dérivée de l’ingestion d’aliments rarement mangés ou d’aliments ingérés par défaut (c’est-à-dire lorsque la nourriture principale manque) ayant des propriétés thérapeutiques importantes. Le problème et la difficulté lorsqu’il s’agit d’interpréter l’automédication est de faire la distinction entre les bienfaits médicaux tirés indirectement des plantes riches en composé secondaire censées être ingérées à cause de leur valeur nutritionnelle, par opposition à l’ingestion en quantité limitée et l’ingestion en situation de produits utilisés uniquement pour leurs propriétés thérapeutiques. Dans certains cas, il n’est pas nécessaire de faire la distinction. La nourriture et les remèdes peuvent ne faire qu’un lorsqu’ils sont consommés régulièrement et toute l’année, alors qu’on en trouve en abondance. La différence entre nourriture et remède n’est pas toujours claire, particulièrement dans les sociétés humaines traditionnelles. On en trouve un cas précis dans l’étude de Etkin (1996), laquelle a trouvé que 30 % des aliments végétaux utilisés chez les Hausa du Nigeria étaient également utilisés comme remèdes. De plus, 89 % des espèces employées pour traiter les symptômes de la malaria sont également mangées dans des situations de diète particulière (Etkin & Ross, 1983). Etkin et Ross pensent que beaucoup d’aliments propres aux Hausa proviennent à l’origine de plantes non cultivées et qui étaient utilisées autrefois comme remèdes. De même, de nombreuses épices, condiments et légumes traditionnels de la cuisine asiatique, largement utilisés aujourd’hui, tels que la racine de gingembre, l’algue marine et plusieurs herbes aromatiques, constituent des sources importantes d’agents anti-tumoraux (Murakami et al., 1994 ; 1996 ; Ohigashi et al., 1992) jouant également un rôle actif dans la lutte contre les infections parasitaires et virales.

14Bon nombre de ces "alicaments" ont des qualités au-delà de leur valeur nutritive, par leur teneur en composés végétaux secondaires. Comme on l’a dit plus haut, ces composés sont produits pour dissuader les herbivores de les ingérer (Ehrlich & Raven, 1964 ; Feney, 1976 ; Howe & Westley, 1988 ; Wink et al., 1993), alors que, s’ils sont en petite quantité, ces composés peuvent être bénéfiques pour le consommateur. Un certain nombre d’alicaments trouvés dans le régime alimentaire de grands singes semblent partager ces propriétés et il est opportun de les mentionner ici.

15Les baies de Phytolacca dodecandra L’Herit. (Phytolaccaceae) représentent un aliment fréquemment ingéré et abondant pour le groupe de chimpanzés de Kanyawara à Kibale, à l’ouest de l’Ouganda (Wrangham et Isabirye-Basuta, in Huffman & Wrangham, 1994). Ces baies, au goût amer, constituent une source concentrée, composée d’au moins 4 saponines triterpénoides toxiques (lemmatoxine, lemmatoxine-C, oléanoglycotoxine-A, glucoside phytolacca-dodecandra). La consommation d’environ 2 grammes de cette substance est fatale chez les souris et les rats. Parmi les autres propriétés connues de ces saponines triterpénoides, on citera des activités antivirales, antibactériennes, contraceptives, spermicides et embryotoxiques (Kloos & Mc Cullough, 1987).

16La moelle et le fruit des espèces Afromonum (de la famille du gingembre sauvage) sont couramment ingérés par les chimpanzés, les bonobos et les gorilles dans toute l’Afrique (Idani et al., 1994 ; Moutsamboté et al., 1994 ; Nishida & Uehara, 1983 ; Sugiyama & Koman, 1992 ; Tutin et al., 1994 ; Wrangham et al., 1993 ; Yumoto et al., 1994). Une étude en cours sur l’écologie chimique du régime alimentaire du gorille de la région de Bwindi, conduite par John Berry (Rodriquez Laboratory, Division of Biological Sciences, Cornell University) porte sur la bio-activité du fruit de l’une de ces espèces de gingembre sauvage, Afromomum sangui- neum (K. Schum.) K. Schum. (Zingiberaceae). On sait que les fruits de ces espèces sont ingérés par les gorilles dans le Parc National de Kahuzi-Biega, Congo-Kinshasa) (Yumoto et al., 1994). Des essais portant sur des fruits homogénéisés et des extraits de graines démontrent qu’il existe une activité antimicrobienne considérable (Berry, sous presse). Les fruits sont vendus sur les marchés traditionnels et le long des routes dans la région de Bwindi, pour le traitement des infections bactériennes et fongiques, et comme médicament anthelmintique (John Berry, information personnelle).

17Les gorilles des plaines de l’ouest (G. g. gorilla) dans la forêt de Ndoki, au nord du Congo (Kuroda, Mokumu, Nishihara, sous presse) se gardent de manger l’extrémité des jeunes feuilles de Thomandersia laurifolia (T. Anders, ex Benth.) Baill. (Acanthaceae). Selon Kuroda et ses collègues, les hommes habitant la région utilisent ces feuilles pour des traitements contre les parasites et la fièvre. On a relevé une faible activité antischistosomale dans des extraits de feuille brute (Ohigashi, 1995).

18L’écorce et le bois ont pour caractéristique d’être hautement fibreux, fortement lignifiés, relativement indigestes et pauvres en aliments (Waterman, 1984). Il est bien connu que les chimpanzés et les gorilles ingèrent assez rarement l’écorce et le bois de plusieurs espèces de plantes (Huffman & Wrangham, 1994).

19Alors qu’il existe une longue liste d’espèces de plantes dont l’écorce est ingérée, on connaît très peu de choses sur la façon dont elle entre dans le régime alimentaire et sur son impact sur la santé. La littérature en ethnomédecine n’a pas manqué de mentionner quelques unes de ces espèces. L’écorce de Pycnanthus angolensis (Welw.) Warb. (Myristicaceae), ingérée par les chimpanzés à Mahale, dans l’ouest de la Tanzanie, est utilisée par les Africains de l’ouest comme purgatif, laxatif, digestif tonique, émétique et comme antalgique contre les maux de dents. Les habitants de la région de Mahale (Huffman, données non publiées, Mohamedi S Kalunde, communication personnelle à propos des utilisations faites par les hommes) mâchent quelquefois les fibres de l’écorce de Grewia platyclada K. Schum (Tiliaceae) pour soulager les maux d’estomac. En 1992, on a observé à Mahale qu’un jeune homme atteint de diarrhée, mâchait, sans cependant les avaler, les fibres de l’écorce de cette espèce (Huffman, données non publiées). En Tanzanie, les chimpanzés du Parc National de Gombe mangent de temps à autre de l’écorce d’Entada abyssinica Steud. ex A. Rich. (Mimosaceae). Au Ghana, l’écorce est utilisée par les hommes pour lutter contre la diarrhée et comme émétique (Abbiw, 1990). Il arrive que les chimpanzés de Mahale mangent l’écorce de l’Erythrina abyssinica DC. (Papilionaceae). L’étude de cette dernière, prélevée dans la région de Mahale, a démontré qu’elle avait d’importantes activités plasmodicide et antischistosomale (Ohigashi, 1995 ; Wright et al., 1993). L’écorce de Gongronema latifolium Benth. (Asclepiadaceae), parfois consommée par les chimpanzés en Guinée-Bissau, est extrêmement amère. Les tiges sont utilisées par les hommes en Afrique de l’ouest comme purgatif contre la colique, les maux d’estomac et les symptômes liés à une infection intestinale due à un parasite (Burkill, 1985).

20La discussion qui précède sur les composants spécifiques issus des fruits, feuilles et écorces ingérés par les singes sert à démontrer la diversité des composés secondaires ou l’activité pharmacologique déduite présente dans leur régime alimentaire. L’effet global dû à l’ingestion de ces éléments n’est pas clair, mais il n’est pas réaliste de supposer qu’il y a un gain nutritionnel alors que celui-ci est peu probable.

Utilisation des plantes comme remède par les chimpanzés en liberté

21La raison pour laquelle les hommes et les chimpanzés sélectionnent en partie les mêmes plantes lorsqu’ils présentent des symptômes identiques est peut-être due à notre proximité phylogénétique (Huffmann et al., 1996a ). Certains éléments recueillis par la recherche sur les primates vivant en Afrique donnent à penser que certaines plantes sont ingérées, non pas par hasard, mais bien en raison de leur grand pouvoir médicinal. Selon une hypothèse développée actuellement, ces comportements contribueraient à contrôler certains parasites intestinaux et/ou à soulager les troubles gastro-intestinaux qui y sont liés (Huffmann et al., 1996a ; Huffmann, 1997).

22Ces observations sont les meilleures preuves que l’on ait pu rassembler jusqu’ici en matière d’automédication chez les animaux.

Vernonia amygdalina et la mastication de la moelle amère

23L’hypothèse selon laquelle la mastication de la moelle amère ait des vertus thérapeutiques chez les chimpanzés a été avancée sur la base d’observations comportementales approfondies et d’analyses parasitologiques et phytochimiques de chimpanzés manifestement malades, ayant ingéré de la Vernonia amygdalina Del. (compositae), dans la région de Mahale (Huffmann & Seifu, 1989 ; Huffman et al., 1993). Ce sont là les premières observations ayant fait l’objet d’un rapport, constatant la maladie et l’apparente amélioration de l’état de santé d’un animal ayant ingéré des plantes médicinales purgatives.

24V. amygdalina est présente à travers l’Afrique tropicale sub-saharienne (Watt & Breyer-Brandwijk, 1962). La mastication de la moelle amère d’autres espèces de Vernonia a été observée dans la région de Gombe en Tanzanie (V. colorata (Willde.). Drake : Huffman & Wrangham, 1994 ; Hilali, données non publiées sous forme de communication personnelle de J. Wallis) et Kahuzi-Biega, Congo-Kinshasa (V. hochstetteri Schi-Bip., V. ki- rungae Rob. E. Fries : Yumoto et al., 1994 ; A.K. Basabose, communication personnelle). A Taien, Côte d’ivoire, on mâche la moelle amère de Paliosota hirsuta (Thunb.) K. Schum. (Commelinacea) et d’Eremospath macrocarpa (Mann et Wendl.) Wendl. (Palmae) (C. Boesch, communication personnelle in Huffman, 1997).

25En ingérant la moelle de jeunes pousses de V. amygdalina, les chimpanzés enlèvent méticuleusement l’écorce externe et les feuilles pour mieux mastiquer la moelle mise à nu dont ils extraient un jus extrêmement amer et des résidus de fibre. La quantité de moelle ingérée en cas de simple crise est relativement petite, allant de 5 à 120 centimètres x 1 centimètre. L’ensemble du processus, selon la quantité ingérée, varie en temps, allant de moins d’une minute jusqu’à 8 minutes. On a observé qu’un sujet mûr, se trouvant à proximité d’un individu occupé à mastiquer de la moelle ou à avaler des feuilles de Vernonia, ne semble pas désireux d’ingérer de la moelle (Huffman et Seifu, 1989 ; Huffman et al., 1997). En revanche, on a vu des jeunes de mères malades goûtant à l’occasion la moelle jetée par leur mère malade. De cette façon, des individus du groupe sont exposés au comportement et au goût extrêmement amer de la moelle et ceci dès leur plus jeune âge.

26A Mahale, on a fait état de l’utilisation de V. amygdalina sur tous les mois de l’année, sauf juin et octobre (fin de la saison sèche), ce qui démontre que la plante est disponible toute l’année (Nishida et Uehara, 1983). Cependant, l’utilisation par les chimpanzés est très saisonnière, en dépit du fait qu’elle soit disponible toute l’année. Ils l’emploient le plus souvent pendant les mois de la saison des pluies, en décembre et en janvier, moment où la réinfection parasitaire par les nématodes atteint sa crête chez certaines espèces (Huffman et al., 1997).

L’ethnomédecine et la phytochimie de la mastication de la moelle amère

27V. amygdalina est utilisée comme médicament par de nombreux groupes ethniques africains, sur tout le continent (Tableau II). La décoction préparée à partir de cette espèce constitue un traitement prescrit en cas de paludisme, schistosomiase, dysenterie amibienne, de nombreux autres parasitoses intestinales et de maux d’estomac (Burkill, 1985 ; Dalziel, 1937 ; Huffman et al., 1996 a ; Watt & Breyer-Brandwijk, 1962). Les Tongwe de Mahale utilisent cette plante pour le traitement des parasites intestinaux, de la diarrhée et le dérangement d’estomac.

28L’analyse phytochimique d’échantillons de V. amygdalina, prélevés à Mahale à partir de plantes dont se servent les chimpanzés, révèle la présence de deux classes importantes de composés bio-actifs. Ces recherches ont permis d’isoler au total 4 lactones sesquiterpè- niques, 7 glucosides stéroïdes nouveaux de type stigmastane et 2 aglycones libres (Ohigashi et al., 1991 ; Jisaka et al., 1992a, b ; Jisaka et al., 1993 a, b). Les lactones sesquiterpèniques, qui sont présents dans la V. amygdalina et que l’on retrouve également dans la V. colorata ainsi que dans un certain nombre d’autres espèces de Vernonia, sont réputés pour leurs propriétés anthelmintique, antiamibienne, antibiotique et anti-tumoral (Asaka et al., 1977 ; Gasquet et al., 1985 ; Jisaka et al., 1992a ; Jisaka et al., 1993 b ; Kupchan et al., 1969 ; Toubiana & Gaudemer, 1967). A partir d’extraits de méthanol brut de feuilles, Koshimizu et al. (1993) ont également mis en évidence une inhibition de l’évolution de la tumeur et des activités immunodépressives.

29Des tests in vitro sur l’activité antischistosomiale du glucoside stéroïde, de la vernonioside B1, de la lactone sesquiterpénique, et de la vernodaline (Figure 1), lesquels sont abondants dans la moëlle de la plante, ont montré que ces substances ont un important pouvoir inhibiteur du mouvement chez les parasites adultes et de la quantité des œufs pondus par les femelles adultes (Jisaka et al., 1992b). Ces découvertes correspondent à la baisse du niveau EPG observé chez le ver nodulaire (Oesophagostomum stephanostomum) 20 heures après qu’un chimpanzé femelle adulte a ingéré de la moelle de V. amygdalina (Huffman et al., 1993). Les lactones sesquiterpèniques ont mis en évidence une activité plasmodicide in vivo considérable, alors que celle des glucosides stéroïdes serait moindre (Ohigashi et al., 1994).

30Quelques-unes des espèces comportant de la moelle amère, ingérée par les chimpanzés à Gombe, Kahuzi-Biega et à Tai, possèdent également un certain nombre de propriétés phytothérapeutiques et pharmacologiques. Du point de vue ethnothérapeutique, V. colorata et V. amygdalina ne se distinguent pas l’une de l’autre en ce qui concerne leurs propriétés thérapeuthiques et la classification populaire (Burkill, 1985). Des alcaloïdes sont présents dans la moelle, de même que dans la fleur et dans la feuille de la V. hochstetteri (Smolenski et al., 1974). L’ethnomédecine en Afrique de l’ouest fait appel à la P. hirsuta et la E. macrocarpa en tant qu’antiseptique et analgésique pour traiter les maux d’estomac, les coliques et pour lutter contre les maladies vénériennes (Abbiw, 1990 ; Neuwinger, 1996). On a également fait état d’une activité molusci- cidale de la part de P. hirsuta (Okunji and Iwu, 1988).

Un lien entre l’automédication chez les animaux et l’ethnomédecine

31Les utilisations thérapeutiques de la V. amygdalina, ainsi que les conditions dans lesquelles on a observé les chimpanzés ingérer ces espèces sont similaires à bien des égards. Dans les deux cas d’utilisation faite par les chimpanzés rapportés ci-dessus, le taux de guérison (20-24 heures) était comparable à celui observé chez les hommes habitant dans la région de Mahale, les Watongwe (dans un délai de 24 heures), lesquels utilisent la V. amygdalina pour traiter les parasitoses et les troubles gastro-intestinaux.

32Cette préparation est propre aux Watongwe, qui la réalisent à partir d’une décoction en eau froide de feuilles fraîches écrasées (environ 1 0-1 5 g poids frais) dans 300-400 ml d’eau. En raison de l’effet toxique de la plante sur le patient, ce traitement est habituellement pris en une seule dose (M.S. Kalunde, communication personnelle). Une analyse reprenant cette méthode (3 essais) a produit 3.3-5.0 mg de vernonioside B1 (Figure 1 ; Huffmann et al., 1993 a). Ceci a été directement comparé par une analyse quantitative de moelle recueillie sur la plante utilisée par la femelle chimpanzé adulte qui avait présenté une baisse de la charge parasitaire 20 heures après l’ingestion. On s’est aperçu que la quantité de moelle qu’elle avait ingérée (60 cm, environ 50-100 g poids frais), contenait environ 3,8 - 7,6 mg de vernioside Bl, ou à peu près une quantité équivalente à celle que l’on obtient chez un patient Tongwe (Huffmann et al., 1993 a).

33Nous sommes intrigués par cette forte similitude entre l’utilisation faite par les humains et celle faite des chimpanzés. Il semble que les humains, tout comme les chimpanzés, aient reconnu l’importante activité physiologique de cette plante et nous avons des raisons de penser que les chimpanzés ingèrent la V. amygdalina lorsqu’ils présentent des symptômes comparables.

34D’un point de vue ethnobotanique, plus grand est le nombre de cultures différentes reconnaissant une espèce de plante ayant certaines propriétés thérapeutiques, et plus il est probable que cette espèce présente une activité physiologique considérable. L’exemple de la V. amygdalina, avec ses qualités thérapeutiques largement reconnues en Afrique, nous permet même de faire un pas de plus pour faire le lien entre les primates et les humains (Tableau II).

L’automédication en tant que tradition comportementale acquise

35Comment les animaux apprennent-ils à se soigner ? Chez les primates non-humains, d’importants bienfaits proviennent de l’apprentissage social qui permet aux individus naïfs d’obtenir des renseignements au travers de l’expérience des autres et, avec le temps, de perfectionner leur propre comportement. Une fois qu’un comportement d’automédication efficace est reconnu, il pourra s’étendre au groupe, tout d’abord lentement, mais ensuite de plus en plus rapidement, à mesure qu’il se transmet aux membres les plus jeunes. A Mahale, et probablement ailleurs, il se produit pour des individus d’un très jeune âge, une mise en contact initiale avec des comportements d’automédication, non pas lorsqu’ils sont eux- mêmes malades, mais en observant le comportement et en goûtant les aliments utilisés par d’autres individus malades, le plus souvent leurs mères.

36Dans le cas de Vernonia amygdalina, ce n’est pas seulement l’espèce et le contexte d’utilisation qui importent, mais aussi la partie de la plante et la quantité nécessaire à ingérer pour obtenir à la fois efficacité et innocuité. Le fait d’éviter les produits au goût amer s’est transformé en un moyen d’éviter les substances toxiques. Il faut apprendre à surmonter cette tendance innée si l’on veut profiter des bienfaits de ces substances. Très souvent, l’homme enrobe de sucre les médicaments pour convaincre les autres de les ingérer. Pour les chimpanzés, le processus d’apprentissage basé sur l’observation constitue indubitablement une procédure essentielle. Étant donné le degré élevé de conservatisme en matière d’habitudes alimentaires chez les chimpanzés, surtout lorsqu’ils sont malades, il semble peu probable qu’ils choisissent une nouvelle plante au hasard. Si tel est le cas, ces pratiques ont dû se mettre en place de manière isolée, éventuellement par le biais de chimpanzés affamés et malades qui ont testé de nouveaux aliments pendant des périodes de pénurie extrême de nourriture, leur permettant de se rétablir et associant ce rétablissement à ce nouvel aliment.

37Les chimpanzés ont une forte capacité d’empathie et aussi une bonne mémoire à long terme. Il est probable que le lien établi entre les changements dans les habitudes alimentaires d’un individu malade et un rétablissement consécutif renforce la connaissance acquise à la fois du contexte et des conditions entourant la consommation de la plante. On a pu observer à maintes reprises que les compagnons de voyage des chimpanzés malades coordonnaient leurs activités afin de se retrouver à proximité du malade, ce qui leur offrait l’opportunité d’observer le comportement d’automédication en contexte. Le cas le plus probant est sans doute celui des jeunes, dépendants et inexpérimentés, encore très proches de leur mère et qui en imitent le comportement. Des femelles récemment arrivées ont également manifesté un très vif intérêt pour les individus ingérant la moelle amère de cette plante.

38Alors qu’on a observé que tous les adultes appartenant au groupe M avaient eu recours à l’automédication à un moment ou un autre, ces mêmes adultes ne montrent que rarement ou même jamais d’intérêt pour les plantes utilisées à cette fin, simplement parce qu’ils ne les trouvent que par hasard au détour d’un sentier ou parce que quelqu’un d’autre les utilise.

39Il est probable que le sens du goût et le retour d’information physiologique suite à l’ingestion de plantes amères viennent renforcer le processus d’apprentissage. Historiquement, les herboristes ont souligné l’importance du goût et de l’odorat dans l’évaluation des propriétés thérapeutiques des plantes. Dans le cadre d’une étude sur les critères de sélection de plantes thérapeutiques réalisée par les Mayas de Tzeltal habitant les Plateaux du Chiapas au Mexique, John Brett a remarqué que le goût et l’odorat étaient constamment utilisés afin de sélectionner et d’évaluer les plantes destinées à traiter une maladie (Brett, 1994). Indépendamment de leur taxinomie, les plantes au goût amer étaient choisies et utilisées essentiellement pour le traitement des troubles gastro-intestinaux, les parasitoses et les maux d’estomac. Ce lien étroit entre le goût amer et l’activité pharmacologique peut également aider le chimpanzé à sélectionner les plantes pour soigner les infections parasitaires et les maladies gastro-intestinales qui y sont liées, et ceci sur la base d’expérience acquise. Cette pratique permettra aux femelles de mieux s’adapter lorsqu’elles arrivent dans des régions nouvelles où la végétation est différente tout en ayant des plantes amères et actives similaires du point de vue pharmacologique.

40Le fait d’associer de façon sélective le goût et la maladie gastro-intestinale est un principe largement accepté dans l’apprentissage de l’aversion par le goût parmi les mammifères. L’acquisition du mécanisme d’aversion en réaction à une maladie a été observée chez bon nombre d’espèces animales. La capacité à associer un meilleur état de santé et l’ingestion de plantes nouvelles ayant des propriétés thérapeutiques n’a pas fait l’objet d’autant d’attention, mais il est évident que ce processus contribue énormément au développement d’un sens de l’adaptation. On pense que de tels processus biologiques et psychologiques pour l’apprentissage par observation sont au cœur des comportements d’automédication chez les primates et les non-humains. Si tel est le cas, ils constituent également les fondements de la pratique culturelle de la médecine par les hommes.

Evolution de l’utilisation des plantes médicinales et l’avenir

41Ces fortes ressemblances concernant les critères de sélection des plantes chez les grands singes africains, en réaction à une infection parasitaire et à des troubles gastro-intestinaux, et l’utilisation commune de certaines plantes par les chimpanzés et les humains pour soigner ces maladies sont des références essentielles pour l’étude de l’évolution de la médecine et de l’impact sur l’infection parasitaire. On peut dire que nos ancêtres hominidés les plus lointains ont présenté des similarités dans les critères de sélection des plantes, de même que les singes existants et les hommes modernes. Les fossiles les plus anciens ne donnent aucun renseignement sur le détail des comportements et des régimes alimentaires, mais il y a de bonnes raisons de penser que les premiers hominidés ont eu des comportements comparables aux pratiques d’automédication observées chez les primates.

42Les fondements de cette association entre les propriétés thérapeutiques d’une plante et son goût, son odeur et sa texture, sont à chercher au plus profond de l’histoire des primates. Il y a probablement eu un changement majeur dans l’évolution de la médecine à l’époque des premiers hommes avec l’avènement du langage, qui permettait de partager des connaissances acquises quant aux propriétés des plantes et à leurs effets contre la maladie. Il est probable qu’un autre événement majeur dans l’histoire de l’homme ait été le fait que l’on a préparé sa nourriture et appliqué des techniques de désintoxication, ce qui a permis aux hommes d’exploiter une gamme plus large de plantes comme aliments. Johns (1990) pense que c’est ce bouleversement qui a pu renforcer notre dépendance face aux composés secondaires de plantes, en raison de leur disparition du régime alimentaire quotidien. C’est peut être de cette façon qu’est apparue une plus grande spécialisation dans l’usage des plantes comme remèdes. De plus, grâce à l’utilisation habile du feu pour faire bouillir, fumer, cuire à la vapeur, condenser ou bien extraire des composés secondaires de plantes utiles, on a pu développer une gamme plus large d’utilisations de ces composés.

43Le niveau actuel des pratiques médicinales sophistiquées dans les sociétés humaines traditionnelles est peut-être le produit d’une plus grande variété de maladies et de la tension due à un bouleversement de l’économie de subsistance, en passant de la chasse et la cueillette à une plus grande dépendance envers l’agriculture et l’élevage lors de la sédentarisation (Johns, 1990). Dans cette optique, il est possible que nos premiers ancêtres humains modernes aient eu une pharmacopée moins importante, mais ce n’était pas en raison d’un sous-développement du point de vue technique. La vraie raison a plutôt été le fait qu’il existait moins de maladies et de tensions face auxquelles il fallait réagir (Cohen & Armelagos, 1984). Grâce au progrès technologique de la médecine moderne, la vie de millions de personnes dans le monde dit civilisé est sauvée et prolongée chaque année. Cependant, c’est également le progrès technologique qui apporte les changements dans notre régime alimentaire (conservateurs, additifs, manipulations génétiques) et de notre style de vie, lesquels sont responsables des maladies modernes pour lesquelles les pays dépensent chaque année des fortunes dans l’espoir de trouver des remèdes.

44Nous n’avons pas à remonter dans le temps ou à tourner le dos à la civilisation pour retrouver un peu de ce paradis perdu. Nous avons peut être beaucoup de choses à réapprendre et à gagner de "l’ancienne sagesse" de nos cousins primates et de la richesse de la médecine traditionnelle encore pratiquée aujourd’hui par la majorité de la population mondiale.

45Il faut appeler de nouvelles recherches en laboratoire et sur le terrain sur les comportements d’automédication chez d’autres espèces animales. Comme l’a démontré ce bilan, les réponses à quelques questions soulèvent invariablement d’autres questions. Puisque plusieurs scientifiques commencent à chercher des types de comportement similaires, on peut penser qu’on en identifiera un certain nombre et que des réponses seront trouvées. Il est clair que l’automédication se fonde sur une certaine adaptation ; on peut donc penser que ce comportement est très répandu. On peut même penser que les comportements d’auto-médication ont cours chez toutes les espèces animales.

Figure 1
The most abundant constituents isolated from the pith of Vernonia amygdalina, a steroid glucoside (vernoniodie bj) and a sesquiterpene lactone (vernodaline)

Tableau I. Preuves anecdotiques de l’automedication chez les animaux

Tableau I. Preuves anecdotiques de l’automedication chez les animaux

Tableau II. Utilisations ethnomedicinales de Vernonia amygdalina en Afrique

Tableau II. Utilisations ethnomedicinales de Vernonia amygdalina en Afrique

Sources : Abebe, 1987 ; Akah and Okafor, 1990 ; Burkill, 1985 ; Dalziel 1937 ; Irvine, 1961, Kokworo, 1976 ; Muanzo, et al., 1993 ; Nyazema, 1987 ; Palgrave. 1983 ; Watt and Breyer-Branwijk, 1962 ; Huffman, données personelles non publiées, recueillies à partir d’interview enn Uganda et en Tanzanie.

Bibliographie

Références

ABBIW D.K. (1990) Useful Plants of Ghana, Kew, Intermediate Technology Publications and Royal Botanic Gardens.

ABEBE D. (1987) Plants in the health care delivery system of Africa, in A.J.M. LEEUWENBURG (Compiler), Medicinal and poisonous plants of the tropics, Wageningen, Pudoc Wageningen, 79-87.

AKAH P.A., OKAFOR C.L. (1990) Blood sugar lowering effects of Vernonia amydgalina in experimental rabbit model, in A. SOFOWORA (ed), The state of medicinal plant research in Nigeria, Abstract volume for "Integrative seminar on natural products research and development of plant based drugs", University of Science and Technology, Kumani, Ghana, 23-30 September, 27.

ANDERSON R.M., MAY R.M. (1982) Population Biology of Infectious Diseases, Berlin, Springer-Verlag.

ASAKA Y., KUBOTA T., KULKARNI A.B. (1977) Studies on a bitter principle from Vernonia anthelmintica, Phytochemistry 16, 1838-1839.

BAER M. (1996) Fur rubbing. Use of medicinal plants by capuchin monkeys (Cebus capucinus), American Journal of Primatology, 38, 263-270.

BALICK M.J., COX P. A. (1996) Plants, people, and culture, New York, Scientific American Library, W. H. Freeman and Company.

BLIM M.S. (1981) Chemical defenses of arthropods, New York, Academic Press.

BOPPRE M. (1978) Chemical communication, plant relationships, and mimicry in the evolution of danaid butterflies, Entomol. Exp. Appl., 24, 264-277.

BOPPRE M. (1984) Redifining "Pharmacophagy", Journal of Chemical Ecology, 10(7), 1151-1154.

BRANDER A.A.D. (1931) Wild Animals in Central India. London, Edward Arnold.

BRETT J. A. (1994) Medicinal plant selection criteria among the Tzeltal Maya of Highland Chiapas, Mexico, PhD Dissertation, San Francisco, University of California.

BROWER L. P. (1969) Ecological chemistry, Scientific American, 22 (2), 22-29.

BURKILL H.M. (1985) The Useful Plants of West Tropical Africa, 2nd ed., Vol. 1, Kew, Royal Botanical Gardens.

BURTON R.W. (1952) The tiger as fruit eater, Journal of the Bombay Natural History Society, 50, 649.

CLAYTON D.H., MOORE J. (1997) Host-Parasite evolution. General Principles & Avian Models, Oxford, Oxford Unviversity Press.

CLARK C.C. (1991) The nest protection hypothesis : the adaptive use of plant secondary compounds by European starlings, in LOYE J.E. and ZUK M. (eds.), Bird-parasite intearctions : ecology, evolution, and behaviour, Oxford, Oxford Unviersity Press, 205-221.

COHEN M.A, ARMELAGOS G. J. (eds) (1984) Paleopathology and the origins of agriculture, Orlando, Florida, Academic Press.

COWEN R. (1990) Medicine on the wild side, Science News, 138, 280- 282.

COX F.E.G. (1993) Modern Parasitology, 2nd edition, Oxford, Blackwell Scientific Press.

DALZIEL J. M. (1937) The Useful Plants of West Tropical Africa in Hutchinson J. & Dalziel J.M. (eds.), Appendix to Flora of West Tropical Africa, London, Whitefriars Press.

DHARMAKUMARSINHJI R. S. (1960) Indian wild boar (Sus scrofa cristatus Wagner) feeding on Boerhavia diffusa Linn., Journal of the Bombay Natural History Society, 57, 654-655.

DUBOIS L. (1955) Tabernanthe iboga Baillon, Bull. Agric. Congo Beige, 46, 805-829.

EHRLICH P., RAVEN P. H. (1964) Butterflies and plants : A study in coevolution, Evolution, 18, 586-608.

ETKIN N.L. (1996) Medicinal cuisines : diet and ethnopharmacology, International Journal of Pharmacology, 34 (5), 313-326.

ETKIN N.L., ROSS P.J. (1983) Malaria, Medicine, and Meals : Plant use among the Hausa and its impact on disease, in ROMANUCCI-ROSS L., MOERMAN D.E. and TANCREDI L.R. (eds), The Anthropology of Medicine : From Culture to Method, New York, Praeger, 231-259

EWALD P.W. (1994) Evolution of Infectious Disease, Oxford, Oxford University Press.

FEENY P. (1976) Plant apparency and chemical defense, Recent advances in phytochemistry, 10, 1-40.

FREELAND W. F. (1980) Mangaby (Cercocebus albigena) movement patterns in relation to food availability and fecal contamination, Ecology, 61 (6), 1297-1303.

FUTUYMA D.J., SLATKIN M. (1983) Coevolution, Sunderland, MA, Sinauer Associates Inc.

GASQUET M., BAMBA D., BABADJAMIAN A., BALANSARD G., TIMON-DAVID P., METZGER J. (1985) Action amoebicide et anthelminthique du vernolide et de I’hydroxyvernolide isoles des feuilles de Vernonia colorata (Willd.) Drake, European Journal of Medical Chemical Theory, 2, 111-115.

GOMPPER M.E., HOLYMAN A.M. (1993) Grooming with Trattinnickia resin : possible pharmaceutical plant use by coatis in Panama, Journal of Tropical Ecolology, 9, 533-540.

GRISANZIO J.A. (1992) Fur-bearing pharmacists, Animals, September/October, 26-30.

GUSTAVSON C.R. (1977) Comparative and field aspects of learned food aversions, in BARKER L.M., BEST M.R. and DOMJAN M. (eds.), Learning mechanisms in food selection, Baylor (Texas), Baylor University Press, 23-43.

HARBORNE J.B. (1978) Biochemical aspects of plant and animal coevolution, London. (Academic Press.Phytochemical Society of Europe Symposia, Series No. 15)

HARRISON G. P. (1968) Tabernanthe iboga : an African narcotic plant of social importance, Economic Botany, 23, 174-184.

HART B.L. (1990) Behavioral adaptations to pathogens and parasites. Five strategies, Neuroscience and Biobehavioral Review, 14, 273-294.

HAUSFATER G., MEADE B.J. (1982) Alternation of sleeping groves by yellow baboons (Papio cynocepahalus) as a strategy for parasite avoidance, Primates, 23, 287-297.

HOWE H.F., WESTLEY L.C. (1988) Ecological relationships of plants and animals, Oxford, Oxford University Press.

HUBBACK T.B. (1939) The two-horned Asiatic rhinoceros (Dicerorhinus sumatrensis), Journal of the Bombay Natural History Society, 40, 594-617.

HUBBACK T.B. (1941) The Malay Elephant, Journal of the Bombay Natural History Society, 42, 483-509.

HUFFMAN M.A., GOTOH S., IZUTSU D., KOSHIMIZU K., KALUNDE M. S. (1993) Further observations on the use of Vernonia amygdalina by a wild chimpanzee, its possible effect on parasite load, and its phytochemistry, African Study Monographs, 14 (4), 227-240.

HUFFMAN M.A., GOTOH S., TURNER L.A., HAMAI M., YOSHIDA K. (1997) Seasonal trends in intestinal nematode infection and medicinal plant use among chimpanzees in the Mahale Mountains, Tanzania, Primates, 38 (2), 111-125.

HUFFMAN M.A., KOSHIMIZU K., OHIGASHI H. (1996a) Ethnobotany and zoopharmacognosy of Vernonia amygdalina, a medicinal plant used by humans and chimpanzees, in CALIGARI P.D.S., HIND D.J.N. (eds.) Compositae : Biology & Utilization, Vol. 2., Kew, The Royal Botanical Gardens, 351-360.

HUFFMAN M.A., SEIFU M. (1989) Observations on the illness and consumption of a possibly medicinal plant Vernonia amygdalina (Del.), by a wild chimpanzee in the Mahale Mountains National Park, Tanzania, Primates, 30, 51-63.

HUFFMAN M.A., WRANGHAM R.W. (1994) The diversity of medicinal plant use by chimpanzees in the wild, in WRANGHAM R.W., MC GREW W.C., de WAAL F.B., HELTNE P.G. (eds.), Chimpanzee Cultures, Cambridge, Harvard University Press, 129-148.

IDANI G., KURODA S., KANO T., ASATO R. (1994) Flora and vegetation of Wamba Forest, Central Zaire with reference to Bonobo (Pan paniscus) foods, Tropics, 3 (3/4), 309-332.

IRVINE F. R. (1961) Woody plants of Ghana. London, Oxford University Press.

JANZEN D. H. (1978) Complications in interpreting the chemical defenses of tree against tropical arboreal plant-eating vertebrates, in G.G. MONTGOMERY (ed.), The ecology of arboreal folivores, Washington D.C., Smithosonian Institute Press, 73-84.

JISAKA M., KAWANAKA M., SUGIYAMA H., TAKEGAWA K., HUFFMAN M.A., OHIGASHI H., KOSHIMIZU K. (1992a) Antischistosomal activities of sesquiterpene lactones and steroid glucosides from Vernonia amygdalina, possibly used by wild chimpanzees against parasite-related diseases, Bioscience, Biotechnology and Biochemistry, 56 (5), 845-846.

JISAKA M., OHIGASHI H., TAKAGAKI T., NOZAKI H., TADA T., HIROTA M., IRIE R., HUFFMAN M.A., NISHIDAT., KAJI M., KOSHIMIZU K. (1992b) Bitter steroid glucosides, vernoniosides Al, A2, and A3 and related B1 from a possible medicinal plant Vernonia amygdalina, used by wild chimpanzees, Tetrahedron, 48, 625-632.

JISAKA M., OHIGASHI H., TAKEGAWA K., HIROTA M., IRIE R., HUFFMAN M.A., KOSHIMIZU K. (1993a) Steroid glucosides from Vernonia amygdalina, a possible chimpanzee medicinal plant, Phytochemistry, 34, 409-413.

JISAKA M., OHIGASHI H., TAKEGAWA K., HUFFMAN M.A., KOSHIMIZU K. (1993b) Antitumor and antimicrobial activities of bitter sesquiterpene lactones of Vernonia amygdalina, a possible medicinal plant used by wild chimpanzees, Bioscience, Biotechnology, Biochemistry, 57 (5), 833-834.

JOHNS T. (1990) With bitter herbs they shall eat it, Tucson, The University of Arizona Press.

JOHNS T. (1994) Ambivalence to the palatability factors in wild food plants, in ETKINS N.L., Eating on the Wild Side, Tucson, The University of Arizona Press , 46-61.

KEYMER A., CROMPTON D.W.T., SAHAKIAN B.J. (1983) Parasite induced learned aversion involving Nippostrongylus in rats, Parasitology, 86, 455-460.

KLOOS H., MC CULLOUGH F.S. (1987) Plants with recognized mollusci- cidal activity, in MOTT K.E. (ed.), Plant Molluscicides, New York, John Wiley & Sons Ltd., 45-108.

KOKWARO J.O. (1976) Medicinal Plants of East Africa, Nairobi, General Printers Ltd.

KOSHIMIZU K., OHIGASHI H., HUFFMAN M.A., NISIHDA T., TAKASAKI H. (1993) Physiological activities and the active constituents of potentially medicinal plants used by wild chimpanzees of the Mahale Mountains, Tanzania, International Journal of Primatology, 14 (2), 345-356.

KUPCHAN S.M., HEMINGWAY R.J., KARIM A., WERNER D. (1969) Tumor Inhibitors XLVII. vernodalin and vernomygdin, two new cytotoxic sesquiterpene lactones from Vernonia amygdalina Del., Journal of Organic Chemistry, 34, 3908-3911.

KYRIAZAKIS I., OLDHAM J. D., COOP R.L., JACKSON F. (1994) The effect of subclinical intestinal nematode infection on the diet selection of growing sheep, British Journal of Nutrition, 72, 665-677.

McCANN C. (1932) A cure for tapeworm, Journal of the Bombay Natural History Society, 36, 282-284.

MOORE M. (1979) Medicinal plants of the mountain west, Santa Fe, Museum of New Mexico Press.

MOUTSAMBOTÉ J., YUMOTO T., MITANI M., NISHIHARA T., SUZUKI S., KURODA S. (1994) Vegetation and list of plant species identified in the Nouabale-Ndoki Forest, Congo, Tropics, 3 (3/4), 277-293.

MUANZA D.N., DANGALA N.L., MPAY O. (1993) Zairean medicinal plants as diarrhea remedies and their antibacterial activities, African Study Monographs, 14 (1), 53-63.

MURAKAMI A., OHIGASHI H., KOSHIMIZU K. (1994) Possible anti-tumor promoting properties of traditional Thai foods and some of their active constituents, Asia Pacific Journal of Clinical Nutrition, 3, 185-191.

MURAKAMI A., OHIGASHI H., KOSHIMIZU K. (1996) Anti-tumor promotion with food phytochemicals. A strategy for cancer chemoprevention, Bioscience, Biotechnology Biochemistry, 60 (1), 1-8.

NELSON G.S. (1960) Schistosome infections as zoonoses in Africa, Tanscripts of the Royal Society of Tropical Medicine and Hygiene, 54, 301-314.

NEUWINGER H.D. (1996) African Ethnobotany. Chemistry, pharmacology, toxicology, London, Chapman & Hill.

NISHIDA T., UEHARA S. (1983) Natural diet of chimpanzees (Pan troglodytes schweinfurthii). Long term record from the Mahale Mountains, Tanzania, African Study Monographs, 3, 109-130.

NYAZEMA N.Z. (1987) Medicinal plants of wide use in Zimbabwe, in A.J.M. LEEUWENBURG (Compiler), Medicinal and poisonous plants of the tropics, Wageningen, Pudoc Wageningen, 36-43.

OGILVIE G.H. (1929) Bison eating bark, Journal of the Bombay Natural History Society, 33, 706-707.

OHIGASHI H. (1995) Plants used medicinaly by primates in the wild and their physiologically active constituents, Report to the Minestry of Science, Education and Culture for 1994 Grant-in-Aid for Scientitific Research (n° 06303012).

OHIGASHI H., HUFFMAN M.A., IZUTSU D., KOSHIMIZU K., KAWANAKA M., SUGIYAMA H., KIRBY G.C., WARHURST D.C., ALLEN D., WRIGHT C.W., PHILLIPSON J.D., TIMMON-DAVID P., DELNAS F., ELIAS R., BALAN- SARD G. (1994) Toward the chemical ecology of medicinal plant-use in chimpanzees. The case of Vernonia amygdalina Del.. A plant used by wild chimpanzees possibly for parasite-related diseases, Journal of Chemical Ecology, 20, 541-553.

OHIGASHI H., JISAKA M., TAKAGAKI T., NOZAKI H., TADA T., HUFFMAN M.A., NISHIDA T., KAJI M., KOSHIMIZU K. (1991) Bitter principle and a related steroid glucoside from Vernonia amygdalina, a possible medicinal plant for wild chimpanzees, Agricultural and Biological Chemistry, 55, 1201-1203.

OHIGASHI H., SAKAI Y., YAMAGUCHI K., UMEZAKI I., KOSHIMIZU K. (1992) Possible anti-tumor promoting properties of marine algae and in vitro activity of wakame seaweed extract, Bioscience Biotechnology and Biochemistry, 56 (6), 994-995.

OKUNJI C. O., IWU M. M. (1988) Control of schistosomiasis using Nigerian medicinal molluscicides, International J. Crude Drug Research, 26 (4), 246-252.

PALGRAVE K.C. (1983) Trees of Southern Africa, 2nd revised edition, Cape Town, Struik Publisher.

PHILLIPS R. (1981) Mushrooms and other fungi of great britain and Europe, London, Pan.

RAUCH R. (1954) Studies on the helminth fauna of Alaska. XXI. Taxonomy, morphological variation, and ecology of Diphyllobothirium ursi n. sp. provis on Kodiak Island, Journal of Parasitology, 40, 540-563.

RAUCH R. (1961) Notes on the black bear, Ursus americanus Pallas, in Alaska with particular reference to dentition and growth, Z. Saugetierk, 26, 77-107.

RIESENBERG S.H. (1948) Magic and medicine in Ponape. Southwest, Journal of Anthropology, 4, 406-429.

SENGPUTA S. (1981) Adaptive significance of the use of margosa leaves in nests of house sparrows Passer domesticus, Emu, 81, 114-115.

SMOLENSKI S.J., SILINIS H., FARNSWORTH N. R. (1974) Alkaloid screening. V, Lloydia, 37 (3), 506-536.

SUGIYAMA Y., KOMAN J. (1992) The flora of Bossou : Its utilization by chimpanzees and humans, African Studies Monographs, 13(3) : 127-169.

TOFT, C.A., AESCHLIMANN, A., BOLIS, L. (1991) Parasite-Host Associations ; Coexistence or Conflict ? Oxford, Oxford Science Publications.

TOUBIANA, R., GAUDEMER, A. (1967) Structure du vernolide, nouvel ester sesquiterpique isole de Vernonia colorata, Tetrahedron Letters, 14, 1333-1336.

TUTIN C.E.G., WHITE L.J.T., WILLIAMSON E.A., FERNANDEZ M., Me PHERSON. G. (1994) List of plant species identified in the northern part of the Lope Reserve, Gabon, Tropics, 3 (3/4), 249-276.

WAKELIN D. (1996) Immunity to parasites - How parasitic infections are controlled, 2nd edition, Cambridge, Cambridge University Press.

WATERMAN P.G. (1984) Food acquisition and processing as a function of plant chemistry, in CHIVERS D. J., WOOD BN. A., BILSBOROUGH A (eds.), Food Acquisition and Processing in Primates, New York, Plenum Press, 177-211.

WATT J. M., BREYER-BRANDWINJK M.G. (1962) The Medicinal and Poisonous Plants of Southern and East Africa, Edinburgh, E. and S. Livingstone Ltd.

WILSON E. (1962) Aubrey’s brief lives edited edition by O.L. Dick, Ann Arbor, Ann Arbor Paperbacks, p. xix.

WINK M., HOFER A., BILFINGER M., ENGLERT E., MARTIN M., SCHNEIDER D. (1993) Geese and dietary allelochemicals-food palatability and geophag, Chemoecology, 4, 93-107.

WRANGHAM R.W., ROGERS M.E., ISABIRYE-BASUTA G. (1993) Ape food density in the ground layer in Kibale Forest, Uganda, African Journal of Ecology, 31, 49-57.

WRIGHT C., PHILLIPSON C., KIRBY D.V., HUFFMAN M.A., OHIGASHI H. (1993) Do chimpanzees know how to treat protozoal diseases ? Paper presentation at the 5th British Society for Parasitology Malaria Meeting, September, 1993 : Oxford.

YUMOTO T., YAMAGIWA J., MWANZA N., MARUHASHI T. (1994) List of plant species identified in Kahuzi-Biega National Park, Zaire, Tropics, 3 (3/4), 295-308.

Table des illustrations

Légende Figure 1The most abundant constituents isolated from the pith of Vernonia amygdalina, a steroid glucoside (vernoniodie bj) and a sesquiterpene lactone (vernodaline)
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7200/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 109k
Titre Tableau I. Preuves anecdotiques de l’automedication chez les animaux
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7200/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre Tableau II. Utilisations ethnomedicinales de Vernonia amygdalina en Afrique
Légende Sources : Abebe, 1987 ; Akah and Okafor, 1990 ; Burkill, 1985 ; Dalziel 1937 ; Irvine, 1961, Kokworo, 1976 ; Muanzo, et al., 1993 ; Nyazema, 1987 ; Palgrave. 1983 ; Watt and Breyer-Branwijk, 1962 ; Huffman, données personelles non publiées, recueillies à partir d’interview enn Uganda et en Tanzanie.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/7200/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M

Auteur

Center for Human Evolution Modeling Research, Primate Research Institute, Kyoto University 41-2 Kanrin Inuyama Aichi 484-8506 - Japan Huffman@pri.kyoto-u.ac.jp

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540