Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

1. Origine des pharmacopées traditionnelles

L’évolution de l’homme : est-il possible d’avoir une approche médico-archéologique ?

Henry de Lumley

Résumé

Résumé
L’évolution de l’homme est retracée avec les grandes étapes évolutives depuis les premiers hominidés, de l’Homo habilis à l’Homo erectus.
L’approche médicale des hommes préhistoriques utilise l’étude des pollens, des coprolytes et la pathologie osseuse.
L’étude ethnobotanique de l’homme des glaces, décédé il y a 5300 ans nous révèle les plantes utilisées dans la confection des habits, des objets portés et des armes. L’approche médicale nous renseigne sur ses parasitoses et ses pathologies.

Texte intégral

1La question de l’approche médicale des hommes préhistoriques est originale mais difficile car il ne subsiste que très peu de traces sur ce sujet.

Evolution morphologique et culturelle de l’homme

2Le groupe des hominidés, c’est à-dire des primates qui ont acquis la station bipède, s’est différencié il y a environ 6 millions d’années, peut-être un peu plus. Il manque des fossiles les plus anciens pour être plus précis mais les approches moléculaires montrent que la divergence entre l’homme et les grands singes comme le chimpanzé, son proche parent, se situe aux environs de 6 à 7 millions d’années.

3Les premiers hominidés sont appelés australopithèques. Ils sont de petite taille, 1 mètre de haut environ. Les plus anciens, comme les Ardipithecus ramidus, ne dépassent pas 80 centimètres, et les plus récents atteignent 1 mètre à 1,20 mètre au plus. Ils étaient bipèdes, comme l’indique leur anatomie, mais étaient restés occasionnellement arboricoles. L’étude anatomique de leur crâne témoigne qu’ils n’avaient aucune possibilité de posséder un langage articulé ; les aires principales, comme celle de Broca, ne sont pas encore présentes. La base du crâne n’a pas encore commencé son fléchissement et le pharynx n’est pas descendu. Ces australopithèques sont essentiellement végétariens, ils ne consomment pas de viande, ainsi qu’en témoigne leur usure dentaire, et ils occupent des paysages variés ; les recherches actuelles montrent que les plus anciens vivaient dans une forêt ouverte comme l’Ardipithecus ramidus en Ethiopie, et les plus récents dans une savane arborée à cause du retrait de la forêt.

4A partir de 2,5 millions d’années, alors que les australopithèques connaissent une période de pleine expansion, apparaît déjà sous une forme plus évoluée l’Homo habilis. Il est de taille plus grande, entre 1,40 m et 1,70 m de haut, il marche debout, est parfaitement bipède et a abandonné la vie arboricole. L’étude anatomique du crâne montre que toutes les conditions anatomiques pour l’existence du langage articulé sont réunies. On observe en particulier, sur la surface du cerveau, que l’on peut reconstituer par un moulage endocrânien, les 2 aires importantes du langage. On commence à assister à la flexure de la base du crâne, ce qui entraîne la descente du pharynx et la mise en place de la caisse de résonance pour l’émission des sons articulés. Leur mode de vie est très différent, ils deviennent omnivores c’est-à-dire que s’ils continuent à vivre de cueillettes, ils consomment aussi de la viande et pour la première fois ils fabriquent des outils. On peut considérer que la fabrication de l’outil, de l’objet manufacturé, conçu et réalisé à partir d’un modèle et projeté dans le temps est l’œuvre de ces premiers Homo habilis. Ces deux acquisitions fondamentales que sont le langage articulé et l’invention de l’outil marquent le début de l’aventure culturelle de l’homme, il y a 2,5 millions d’années.

5Vers 1,8 million d’années, alors qu’il existe encore des australopithèques, robustes d’ailleurs, que les Homo habilis connaissent leur plus grand développement, apparaissent déjà les premiers Homo erectus, de taille un peu plus grande, ils dépassent 1 mètre 60 de haut. Ils ont une capacité crânienne encore plus développée atteignant plus de 800 cm3, alors que les Homo habilis avaient une capacité de 600 cm3 et les Australopithèques de 450 cm3. Les Homo erectus se caractérisent donc par un crâne plus volumineux et surtout un bourrelet au-dessus des orbites. Ce sont eux qui, vers 1,6 million d’années en Afrique et un peu plus tard en Europe, acquièrent la notion de symétrie. Ils sont capables de choisir de belles roches, de belles couleurs, des obsidiennes, des jaspes et des ocres rouges pour fabriquer leurs outils. Ils s’attachent à les parfaire ; ceux-ci deviennent de plus en plus réguliers, symétriques, grâce aux retouches très précises et recherchent la beauté et une certaine harmonie.

6Cela nous donne à penser que le psychisme des Homo erectus est beaucoup plus évolué que celui des Homo habilis. Ce sont d’ailleurs ces Homo erectus, et plus particulièrement les Homo erectus archaïques apparus vers 1,8 million d’années en Afrique de l’est, surtout de part et d’autre du Lac Turkana, qui sont les premiers à quitter le berceau africain de l’humanité. En atteste la découverte sur le site de Dmanissi en Géorgie (80 km au sud de Tbilissi) en mai et juillet 1999, de 2 crânes entiers ou presque complets d’Homo erectus archaïques, appelés Homo erectus ergaster. Ils témoignent de l’arrivée de l’homme en Europe, venant d’Afrique de l’est, à une époque très ancienne.

7Puis ces Homo erectus évoluent et envahissent toutes les zones intertropicales et tempérées chaudes de l’ancien monde, surtout sur le continent africain, mais on trouve aussi les pithécanthropes dans le sud-est asiatique, notamment à Java. Il y a également les sinanthropes en Chine et en Europe ce sont les anténéanderthaliens. Les fouilles sur les différents sites ont permis de mettre en évidence leur comportement, leur mode de vie et aussi de reconstituer leur aire de circulation. On sait qu’ils vivaient sur des territoires d’environ 30 km de rayon c’est-à-dire de 60 km de diamètre. Il est possible de le reconstituer en étudiant l’origine des roches qui servaient à fabriquer leurs outils. En effet, l’homme de Tautavel par exemple, qui vivait il y a 450 mille ans dans le sud de la France, près de Perpignan, allait chercher du silex au nord est, dans la région de Roquefort-des-Corbières, et du jaspe à 30 km au sud ouest. Cela illustre bien l’étendue du territoire de chasse et cela s’est observé dans d’autres régions d’Europe ou du monde.

8Vers 100 mille ans, arrivent les néanderthaliens qui, pour la première fois dans l’histoire de l’homme, enterrent leurs morts. La sépulture est un phénomène extrêmement important dans l’évolution humaine, elle témoigne du fait que l’homme commence à s’interroger sur sa signification, sur sa place dans l’histoire de l’univers et de la vie, il veut poursuivre sa route au-delà de la mort et ne veut pas mourir. L’apparition des premiers rites funéraires témoigne de la naissance de l’angoisse métaphysique et de l’émergence de la pensée religieuse. Les rites funéraires s’accompagnent de sépultures dans lesquelles on dépose des offrandes pour le voyage dans la vie future. Par exemple, à la Chapelle-aux-Saints, un thorax de renne et une cuisse de bison accompagnent le mort. Dans la grotte de Chalcée en Palestine, dans la sépulture d’un homme moderne (ce n’est pas un néanderthalien), se trouvait un crâne de cerf avec ses bois. Dans le Kurdistan irakien on a sans doute déposé dans la fosse sépulcrale des fleurs car il y a une surabondance de pollens de petites fleurs des champs.

9Vers 30 mille ans, c’est l’explosion des hommes modernes dans différentes régions du monde. En Europe, ce sont les hommes de Cromagnon. Ils inventent l’art : l’art pariétal, l’art mobilier, ils développent l’industrie, le débitage de la pierre, ils inventent l’outillage en os. Ils sont également les premiers navigateurs, ce qui leur permet d’accéder à des terres lointaines comme par exemple la Sardaigne et la Corse. C’est également la première fois que l’homme atteint le continent australien.

10Au septième millénaire avant notre ère, à travers le monde les hommes domestiquent la nature ; ils ne vivent plus simplement de cueillettes, de chasse et de pêche mais deviennent producteurs de nourriture, agriculteurs et pasteurs. Ceci se passe dans le sud de l’Anatolie où ils inventent la culture du blé, de l’orge, de la lentille, de la vesce, du pois chiche, ils deviennent également éleveurs de chèvres et de moutons. On rencontre le même phénomène en Afrique sud-saharienne, autour du Tchad, où ils cultivent le mil, dans le sud-est asiatique et en Chine, où ils cultivent le riz et élèvent des moutons et des cochons, en Amérique Centrale avec la culture du haricot, de la courge, de la pastèque, du piment et surtout du maïs, et également dans le Pacifique Sud avec la culture des tubercules.

11Ces premiers peuples agriculteurs et pasteurs inventent, au 4ème millénaire au Proche Orient et au 3ème millénaire en Europe la métallurgie du cuivre.

12L’aventure de l’homme de la préhistoire s’est donc déroulée pendant 6 millions d’années du point de vue de l’évolution morphologique. L’évolution culturelle dure quant à elle, depuis 2,5 millions d’année avec l’invention des premiers outils.

L’approche médicale

13L’état actuel de nos connaissances ne nous permet pas de répondre complètement à cette question de savoir si les hommes préhistoriques se soignaient.

Les moyens

14Un des principaux éléments est l’étude des pollens que l’on peut trouver, d’une part dans les sols d’habitats préhistoriques, et d’aure part dans certaines sépultures. On peut mettre en évidence l’apportde certaines plantes ou fleurs dans les sépultures, mais il est difficile de savoir si elles ont été apportées dans un but médical ou pour honorer le mort.

15Un autre élément important est la recherche des coprolithes. On trouve surtout des coprolithes d’animaux sur de nombreux sites préhistoriques, mais également des coprolithes humains et notamment sur le site de Terra Amata près de Nice, datant de 400 mille ans. Jusqu’à présent, les recherches de parasites dans ces coprolithes humains n’ont pas révélé beaucoup de données intéressantes. Les études en parasitologie ont été poussées au niveau de périodes récentes, par exemple chez les paléoindiens d’Amérique ou sur certains sites historiques ou protohistoriques, mais les résultats n’ont rien apporté à la recherche des maladies et des pratiques médicales des hommes préhistoriques.

16Les meilleurs travaux sur la paléopathologie des hommes préhistoriques sont ceux basés sur la pathologie osseuse. Nous savons par exemple que l’homme de Cro-magnon souffrait d’une actinomycose qui entraînait un remaniement de la face externe de son frontal, de son maxillaire et de sa mandibule. Mais s’est-il soigné, ou avait-il été soigné ? Nous savons qu’il y avait d’autres maladies osseuses, comme l’enfant du Lazaret, découvert à Nice et datant de 150 mille ans, mort à l’âge de 9 ans d’une tumeur bénigne des méninges, le méningiome.

17On se penche également sur les réductions qui rétablissent les fractures. Il est établi que les hommes préhistoriques très anciens ne pratiquaient pas la réduction ; quand il y avait une fracture, elle se consolidait sans intervention. Ce n’est qu’à une période récente, à l’époque romaine ou même à l’âge du fer, que sont apparues de véritables réductions.

18Une autre approche possible sur la maladie des hommes fossiles est le séquençage de l’ADN fossile. Des travaux ont été menés surtout sur les périodes néolithiques, car il est difficile de séquencer de l’ADN très ancien, et ont mis en évidence des maladies génétiques dans certaines populations, mais il est impossible d’affirmer qu’elles étaient soignées.

19Il est donc difficile de répondre à la question mais il existe un cas où les préhistoriens peuvent apporter une réponse et ce cas pourrait d’ailleurs être plus généralisé ; ce sont les momies qui ont été conservées naturellement. On a retrouvé, au Danemark, des spécimens datant de l’âge du bronze qui avaient été jetés dans des tourbières. Il serait possible d’étudier ces corps pour savoir s’ils ont reçu des soins au cours de leur vie avant d’avoir été sacrifiés. Il existe également dans les Andes au Pérou et au Chili, des momies conservées naturellement grâce au climat très sec, sur lesquelles des études très appropriées pourraient être réalisées.

La momie des Alpes nous livre ses secrets

20En Europe, une momie a été découverte dans les Alpes autrichiennes, conservée par le glacier et livrée à la connaissance le 19 septembre 1991, grâce à la fonte partielle de la glace. C’est un couple d’alpinistes allemands qui, en se promenant dans la haute vallée de Senals au nord de Bolzano, en Italie, sur le glacier de Similaum, a aperçu le corps émergeant de la glace. Ils sont allés au poste de police italien le plus proche pour avertir de leur découverte. Les policiers italiens les ont envoyés en Autriche, n’ayant aucune disparition signalée. Ils sont allés à Innsbruck et les policiers autrichiens se sont rendus sur place et ont sorti le corps de la glace. Ils ont commencé par le déshabiller pour chercher ses papiers, et ensuite l’ont transféré à la morgue. Un anthropologue autrichien a été dépêché sur place pour estimer le moment de la mort. En observant le corps il a remarqué une longue hache et a révélé à la police que la mort remontait à environ 5000 ans. En fait, les travaux actuels ont déterminé le moment de la mort à 3300 ans avant notre ère.

21C’est un homme de taille moyenne de 1,60 mètre de haut environ, son poids est estimé à 40 kg environ. L’étude de l’ADN fossile a montré que c’est un homme des Alpes, soit d’Italie du nord, soit d’Autriche. La hache qu’il portait est en cuivre pommé, avec un très long manche en bois d’if. Elle est très caractéristique et on peut voir des gravures de spécimens identiques sur des parois rocheuses, dans la Vallée des Merveilles, dans la région du Mont-Bego, au nord de Nice. Il avait aussi un arc d’1,80 mètre de haut, plus grand que lui et taillé également dans du bois d’if, mais il n’était pas terminé ; il n’avait pas encore les encoches pour attacher la cordelette. Celle-ci a été retrouvée dans une sacoche, enroulée et constituée de fibres végétales. Il avait un carquois fabriqué en fine peau de chamois qui contenait 14 flèches dont 2 terminées et armées d’une pointe de silex. Les autres n’étaient pas finies mais des pointes en bois de cerf se trouvaient dans le carquois, sans doute destinées à armer les autres flèches. Il avait aussi un poignard avec une pointe de silex bien retouchée et un manche en bois d’if, qui était dans une gaine en raphia cousue avec du fil végétal. Il avait aussi un retouchoir, constitué d’une pointe en bois de cerf encastrée dans un morceau de bois de tilleul où on peut voir des raclures faites avec du silex, sans doute le taillait-il comme on taille un crayon. Dans sa sacoche, il y avait un petit éclat de silex qui devait lui servir d’affûtoir pour son retouchoir. On a trouvé aussi, à côté de lui, les éléments d’une hotte, avec des petites baguettes et des petites planchettes, sans doute vide lorsqu’il l’a abandonnée, mais sûrement destinée à récupérer des objets qu’il était venu chercher. On peut se demander s’il n’était pas un prospecteur de métal à l’âge du cuivre. Il avait également un filet à grosses mailles, peut-être pour récupérer des oiseaux. On a retrouvé aussi un récipient cylindrique fabriqué avec de l’écorce de bouleau, contenant des feuilles d’érable. L’étude de la chlorophylle contenue dans ces feuilles montre qu’elles étaient fraîches au moment où elles ont été coupées. Au milieu de ces feuilles, il y avait des charbons de bois qui devaient être encore sous forme de braise. Cela devait être une boîte pour transporter le feu dans la montagne. Il avait autour du cou des champignons séchés de bouleau, Pictoporus betulanus. Il portait ces champignons de bouleau dans une intention particulière car ils étaient perforés et soigneusement travaillés. Il portait un beau manteau constitué de bandes rectangulaires de peau de chèvres domestiques, cousues avec des tendons d’animaux. Il y avait une alternance de bandes verticales claires et sombres, le côté fourré tourné vers l’extérieur. Il était long jusqu’aux genoux et fermé avec une ceinture de cuir. Il portait des jambières, également en peau de chèvre. Il avait aussi une longue ceinture en peau de 2 mètres de long, un sac en cuir fixé à sa taille, des chaussures confortables formées de 2 morceaux de peau cousus avec un fil d’herbe entrelacé, rembourrées de foin et une empeigne en peau de cerf fixée à la semelle par une petite sangle en cuir. Il avait un chapeau en peau d’ours brun, la fourrure tournée vers l’extérieur et une cape en cordons végétaux entrelacés qui le protégeait sans doute de la pluie, et devait lui servir également de litière.

22Pour savoir à quel moment cet homme est venu dans la montagne et quelles sont les circonstances de sa mort, le contenu de son intestin a été exploré : on sait que son dernier repas était constitué d’une bouillie d’épeautre et qu’il a ingurgité des pollens de charme soit en respirant, en buvant ou en mangeant. Or, le charme fleurit jusqu’à la fin juin, en juillet il n’est plus en floraison. On a trouvé dans sa poche 2 prunes que l’on peut cueillir de juillet à septembre. Les feuilles d’érable fraîches contenues dans sa petite boîte cylindrique ne pouvaient se trouver que de juin à septembre. Nous pouvons donc supposer que la mort de cet homme remonte au début juillet ou plus exactement au début de l’été.

“L’homme des glaces” souffrait-il de pathologies ?

23Il était jeune, 35-36 ans, pas grand, assez mince et pas en très bon état physique. Il souffrait de plusieurs pathologies.

24On a d’abord étudié ses intestins et l’on y a trouvé beaucoup d’œufs de trichine, Trichuris trichira. Il avait donc une trichinose certainement sévère qui a dû provoquer des périodes de stress important car on a pu mettre en évidence quatre lignes sur ses ongles qui correspondent sans doute aux périodes récurrentes liées à des stress généraux. Selon les paléopathologistes qui ont étudié les ongles, 3 périodes de stress ont eu lieu à des intervalles de 8, 12 et 16 semaines antérieures à la mort. Il avait donc une trichinose chronique avec des épisodes aigus récurrents dont 3 ont pu être individualisés et le quatrième a du se produire au moment de la mort ; il a peut-être eu une crise importante en montagne à ce moment-là.

25L’étude du squelette n’était pas aisée puisque c’est une momie. Mais grâce à des techniques poussées, on a pu reconstituer les os et le squelette complet en résine synthétique en pratiquant une polymérisation de résine à partir d’images scannées, sans devoir réaliser de moulages, souvent traumatisants pour la momie. On a observé des lésions importantes d’arthrose, au niveau des vertèbres lombaires et des genoux. Des nécroses, sortes d’engelures provoquées par le froid, étaient présentes sur les pieds. Enfin, on a remarqué une discontinuité costale, des fractures des côtes non cicatrisées. Elles n’ont pas dû se produire longtemps avant la mort et cela pourrait être une raison de sa mort, mais le doute subsiste car la peau ne présente aucun traumatisme à ce niveau. Mais cela a pu se produire au cours du temps.

26Les pathologies de cet homme sont essentiellement la trichinose, l’arthrose au niveau des vertèbres lombaires et des genoux et les lésions importantes aux pieds.

A t-il reçu des soins au cours de sa vie ?

27D’une part, il y a le collier formé par Pictoporus betulanus. C’est un champignon toxique mais qui possède des propriétés laxatives puissantes à doses calculées (il a encore été utilisé comme tel en Pologne au cours de ces dernières décennies). On peut donc penser que cet homme transportait ces champignons, préparés et disposés autour d’un lien, pour soigner sa trichinose. On aurait ainsi la preuve qu’il y a 5 300 ans, l’homme préhistorique utilisait une plante pour se soigner.

28D’autre part, on peut voir de nombreux tatouages sur sa peau, constitués soit de segments parallèles, soit de croix. Ils n’ont pas été disposés dans un but esthétique car ils se trouvent dans des endroits cachés comme sous les genoux, sur les chevilles, sur les mollets et le long des vertèbres lombaires. Mais si l’on fait une superposition topographique précise entre les lésions d’arthrose et les tatouages, on constate qu’il y a superposition quasi parfaite ; les lésions d’arthrose et les tatouages sont toujours au même endroit (sauf pour les mollets). On peut en conclure qu’il s’agit de tatouages thérapeutiques. De tels tatouages existent encore actuellement dans d’autres civilisations, comme au Tibet, et on a découvert récemment en Sibérie, à Pasirenk, des momies de l’âge du fer qui portaient de telles marques. Cela consiste à inciser la peau, y mettre des plantes sélectionnées et ensuite cautériser avec le feu. Les plantes utilisées n’ont pu être déterminées car elles étaient carbonisées. Les chercheurs ont montré qu’il y avait une certaine analogie entre les points où l’on faisait ces tatouages aux lésions arthrosiques et les points traditionnels de l’acupuncture chinoise. On pourrait se demander s’il n’y a pas ici une très vieille origine de l’acupuncture. Il reste les tatouages aux mollets qui ne correspondent pas à des points d’arthrose, mais peut-être sont-ils liés à des crampes survenant lors de longues marches en montagne.

29La découverte de cet homme congelé et conservé par les glaces depuis 5 300 ans est unique et extraordinaire, car elle nous révèle que les hommes préhistoriques utilisaient déjà des plantes pour soigner certaines maladies.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540