Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

Objectifs et introduction

Jacques Fleurentin

Texte intégral

1Ce travail est l’aboutissement d’une collaboration pluridisciplinaire et d’une longue réflexion menées par les forces vives des Sociétés Française et Européenne d’Ethnopharmacologie depuis treize ans. Au cours du 4e Congrès européen d’ethnopharmacologie que nous avons organisé à Metz, nous avons ouvert de nouveaux chantiers de recherche et proposé des pistes originales.

2Fidèles à nos engagements de promouvoir partout dans le monde le développement de l’ethnopharmacologie, les premières années ont été consacrées à développer les collaborations entre les sciences humaines et les sciences de la vie et à la mise en place d’outils modernes expérimentaux destinés à confirmer ou infirmer les savoirs des tradipraticiens. Quelle ne fut pas notre surprise de constater que, pour les trois quarts des plantes testées chez l’animal ou dans des modèles cellulaires, l’expérience en laboratoire confirmait la tradition.

3L’ouvrage proposé comprend trois parties : l’origine des pharmacopées traditionnelles, l’élaboration des pharmacopées et les médicaments du xxie siècle.

4L’extraordinaire pertinence des savoirs traditionnels nous a amené tout naturellement à nous poser la question de l’origine de ces savoirs et de l’élaboration des premières pharmacopées. Nous pouvons distinguer deux types de régions géographiques : les régions influencées par les traditions savantes écrites et les régions de tradition orale.

5Les régions marquées ou influencées par une tradition écrite qui disposent de pharmacopées jalonnant les deux derniers millénaires. Citons les médecines savantes grecques avec le De Materia Medica de Dioscorides (Ier siècle), arabes avec le Traité des Simples d’Ibn el Beithar (xiiie siècle), indiennes avec la Carakasamhitâ (iie siècle) ou chinoises avec le Shen Nong Benccao (ve siècle). Grâce aux historiens des sciences, nous pouvons suivre le cheminement de la connaissance au travers d’ouvrages anciens jusqu’au début de la chrétienté.

6L’étude des médecines pharaonique et mésopotamienne nous permet de remonter dans le temps jusqu’en 3000 ans av. J.-C. grâce aux textes médicaux écrits découverts sur des bandes de papyrus et sur des tablettes d’argile.

7Que s’est-il passé avant l’écriture ? C’est la question que nous posons aux spécialistes de la préhistoire :

8l’homme préhistorique se soignait-il ? L’étude des ossements, des coprolithes et des pollens nous renseigne t-elle sur les maladies et les remèdes utilisés par les descendants de l’Homo sapiens ? Les premiers hommes ont-ils observé des animaux malades en quête de plantes médicinales ?

9On commence à découvrir des convergences extraordinaires d’usage de plantes médicinales entre l’homme et l’animal, notamment dans le domaine des antiparasitaires. Les travaux sur l’automédication animale se développent et la question de la transmission des savoirs chez l’animal sauvage retient toute notre attention.

10Dans les sociétés de tradition orale, la transmission des connaissances s’effectue généralement par un long apprentissage auprès du tradipraticien et du chamane. En l’absence de documents écrits la compréhension du cheminement de la connaissance est plus complexe.

11S’il est acquis qu’une partie du savoir est transmise verticalement de génération en génération par l’apprentissage, force est de constater que d’autres modes d’accessibilité à la connaissance semblent exister.

12L’interprétation des rêves et les rites induits par les drogues hallucinogènes ou psychotropes dans les sociétés amérindiennes ou africaines font partie intégrante de la vie et s’inscrivent dans les mythes transmis de génération en génération. Le chamane assure l’équilibre au sein de la société et le lien entre les mondes visibles et invisibles.

13Si le sommeil paradoxal par le rêve joue un rôle dans les processus de consolidation de la mémoire, pourquoi ce même sommeil ne pourrait-il pas à l’inverse par le rêve permettre d’accéder à certains savoirs enfouis à des niveaux d’inconscience ou de préconscience. Le rêve, la transe ou la médication ne constitueraient-ils pas une clé d’accession à certaines connaissances ?

14Tous ces savoirs accessibles dans les sociétés traditionnelles pourraient bien nous éclairer sur la médecine du IIIe millénaire : la bonne compréhension des pharmacopées traditionnelles, de leur élaboration et de leur transmission ainsi que l’éclairage nouveau que nous apportent la pharmacologie, la chimie, la toxicologie et la clinique devraient nous permettre de mieux définir la place des médicaments à base de plantes dans l’arsenal thérapeutique du futur. L’avenir des phytomédicaments reposera sur les cadres réglementaires qui se mettront en place dans les prochaines années et permettront leur développement.

15Dans les pays du Nord, la demande de phytomédicaments devrait progresser régulièrement. L’évolution du marché des plantes médicinales en France depuis 25 ans atteste du dynamisme de ce secteur avec une consommation qui a progressé de 12 500 tonnes en 1970 à 37 500 tonnes en 1996. En France, les préparations à base de plantes médicinales peuvent être commercialisées sous forme de phytomédicaments (médicaments à base de plantes) ou sous forme de compléments alimentaires ; ce sont parfois les mêmes plantes présentées de façons différentes, relevant de deux administrations différentes et avec des garanties de qualité aussi fort différentes. Aujourd’hui, l’industrie agro-alimentaire cherche à positionner des aliments « santé » sous forme de médicaments improprement appelés « nutraceutiques » ou « alicaments ». Notre réglementation nationale n’est pas claire et il nous reste à espérer que la Communauté Européenne nous proposera une réglementation plus transparente. C’est en effet l’aspect législatif qui conditionne à la fois la mise sur le marché mais surtout les investissements en recherche fondamentale et appliquée. L’industrie pharmaceutique reste l’alliée incontournable du développement des phytomédicaments. On remarquera à ce sujet l’implication très forte des universités allemandes dans l’évaluation clinique de phytomédicaments.

16La Chine a su depuis 2 000 ans adapter sa médecine traditionnelle à la modernité et aujourd’hui elle est enseignée dans 27 universités et dispensée dans 2 500 hôpitaux de médecine traditionnelle qui couvrent 25 % des besoins ruraux et 10 % des besoins urbains de santé. Un exemple à méditer. Dans quelles mesures ces acquis ne pourraient-ils pas être bénéfiques pour d’autres ? C’est pour cela qu’un groupe d’experts franco-chinois travaille à l’élaboration de méthodes de contrôle de plantes de la pharmacopée chinoise afin d’en garantir la qualité et l’innocuité.

17Dans les pays du Sud où l’accessibilité aux soins modernes est souvent difficile, l’approche ethnopharmacologique est en mesure de proposer l’utilisation de phytomédicaments ayant satisfait aux exigences de non-toxicité et d’efficacité « biologique » et pouvant s’insérer dans le contexte culturel local. La médecine traditionnelle vétérinaire fait aussi l’objet d’études importantes car la demande émanant des éleveurs des pays du Sud en faveur de médicaments efficaces à base de plantes est grande. Cette perspective d’écodéveloppement tient bien évidemment compte de la Convention de Washington sur les espèces menacées et de la Convention de Rio sur le maintien de la biodiversité et du droit de chaque pays à disposer de ses propres ressources. Ce retour vers le terrain illustre ce que nous appelons une ethnopharmacologie appliquée voire engagée dans les perspectives du développement durable et du respect des savoirs traditionnels.

18L’objectif de cet ouvrage est de susciter, partout dans le monde, de nouvelles thématiques de recherche dans le domaine de la préhistoire du médicament et de la compréhension de l’acquisition et de la transmission du savoir ainsi que le développement du phytomédicament non toxique destiné à l’homme et à l’animal.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.