Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Des sources du savoir aux médicaments du futur

 | 
Jacques Fleurentin
, 
Jean-Marie Pelt
, 
Guy Mazars

Avant-propos

Jacques Fleurentin, Guy Mazars et Jean-Marie Pelt

Texte intégral

1Nous sommes particulièrement heureux de présenter le recueil des travaux du 4e Congrès Européen d'Ethnopharmacologie qui s'est déroulé au Palais des Congrès de Metz (France) du 11 au 13 mai 2000 sous le haut patronage de l'UNESCO et sous les auspices de la Société Européenne d'Ethnopharmacologie (SEE).

2Organisé conjointement par la Société Française d'Ethnopharmacologie (SFE) et l'institut Européen d'Ecologie (IEE), ce congrès international sur le thème « Des sources du savoir aux médicaments du futur » a rassemblé, à Metz, 250 spécialistes venus des cinq continents et représentant 41 pays.

3Il y a dix ans, du 22 au 24 mars 1990, s'était tenu à Metz (France) le 1er Colloque Européen d'Ethnopharmacologie. Cette rencontre avait permis d'apporter des éléments de réponses aux questions suivantes : où en étaient les perspectives européennes et l'enseignement dans le domaine de l'ethnopharmacologie ? Quelles étaient les perspectives européennes de développement de médicaments issus de différentes traditions ? Quelle place accorder aux médecines traditionnelles dans les pays en voie de développement ? Quelles méthodes utiliser pour recenser des indications thérapeutiques sur le terrain et quelles méthodes pour évaluer l'activité pharmacologique des drogues traditionnelles ? Nous avons aussi proposé une définition de l'ethnopharmacologie

  • 1 Etude scientifique interdisciplinaire de l'ensemble des matières d'origines végétale, animale ou m (...)

41 .

5C'est aussi à l'occasion de ce 1er Colloque que fut créée la Société Européenne d'Ethnopharmacologie dont le principal objectif est de promouvoir la coopération européenne dans le domaine de l'ethnopharmacologie, notamment en organisant ou en participant à l'organisation de réunions scientifiques internationales.

6Organisé par la Société Européenne d'Ethnopharmacologie et l'Arbeitsgemeinschaft Ethnomedizin avec le concours de plusieurs organismes internationaux et nationaux, publics et privés, le 2e Colloque Européen (Heidelberg, Allemagne, 24-27 mars 1993) avait été consacré à l'approche ethnopharmacologique du médicament et de l'aliment.

7Le 3e Colloque Européen (Gênes, Italie, 29 mai-2 juin 1996), organisé en collaboration avec le Département des Sciences Anthropologiques de l'Université de Gênes, avait permis de renforcer la collaboration entre les réseaux de l'anthropologie médicale et de l'ethnopharmacologie et d'aborder les méthodes de l'ethnopharmacologie appliquée, c'est-à-dire des projets de développement de l'utilisation des ressources naturelles pour la préparation de phytomédicaments. De ces travaux était ressorti un message : la nécessité d'une révision des systèmes de soins pour la sauvegarde de la santé de l'homme et la sauvegarde de la nature.

8Pour le dixième anniversaire de la Société Européenne d'Ethnopharmacologie, le 4e Congrès Européen a proposé des pistes originales qui devraient aboutir à de nouveaux chantiers de recherche autour d'un thème fédérateur : « Des sources du savoir aux médicaments du futur ». En effet, l'étude des modes d'acquisition et de transmission des connaissances, tant chez l'homme que chez l'animal, ainsi que la quête des sources du savoir, en faisant appel à diverses disciplines, devrait susciter des collaborations fructueuses.

9La question de l'origine des pratiques thérapeutiques était au centre des discussions de ce 4e congrès. Les préhistoriens savent bien que les origines des pratiques culturelles historiques doivent être recherchées dans la préhistoire des hommes. L'archéologie moderne, avec ses méthodes qui se sont affinées de façon remarquable, est à présent capable de restituer le comportement et les formes de vie de nos lointains ancêtres. De ce point de vue, il est de plus en plus évident que ces hommes avaient de leur environnement une connaissance précise.

10Les travaux de ce congrès international ont porté notamment sur la préhistoire du médicament, à travers différentes approches (archéologie, paléopathologie, coprologie, palynologie...), sur l'automédication et la résistance à la maladie chez l'animal, ainsi que sur l'étude des plus vieilles pharmacopées du monde. Plusieurs tables rondes ont été consacrées à l'élaboration des pharmacopées savantes et aux sources de ces savoirs, à la transmission des savoirs dans les sociétés de tradition orale et à l'étude de l'univers du chamane, du guérisseur, du tradipraticien et autres thérapeutes. Etaient également au programme des contributions sur les rapports entre savoirs populaires/savoirs savants, sur la médecine vétérinaire traditionnelle... Enfin, ont été évoquées les perspectives pour les médicaments du xxie siècle et l'avenir des thérapeutiques traditionnelles.

11En Chine, la médecine traditionnelle est enseignée dans 27 universités et dispensée dans des hôpitaux spécialisés, elle a évolué depuis plus de 2000 ans et coexiste avec la médecine occidentale moderne. La participation officielle des autorités chinoises a contribué à approfondir nos liens avec cette grande médecine traditionnelle.

12Comment concilier écologie et économie dans la recherche de molécules naturelles enfouies dans l'extraordinaire diversité du métabolisme végétal ? La somme des connaissances scientifiques acquises sur les plantes médicinales ne permettrait-elle pas une meilleure insertion des thérapeutiques traditionnelles dans la santé publique et le phytomédicament ne pourrait-il pas s'inscrire dans le champ du développement durable ? Alliant la tradition à l'innovation, le médicament traditionnel conserverait une double efficacité : biologique et culturelle.

13A l'occasion de cette rencontre se sont aussi tenues une assemblée générale et une réunion du Conseil d'Administration de la Société Européenne d'Ethnopharmacologie. Le Conseil d'Administration a été renouvelé. La composition du Conseil est actuellement la suivante : G. Mazars (Président, France), E. Schröder (Président honoraire, Allemagne), Ph. Antoine (Vice-Président, Belgique), A. Guerci (Vice-Président, Italie), A. Prinz (Vice-Président, Autriche), J. Fleurentin (Secrétaire général, France), P. Cabalion (Trésorier, France), C. P. Aguirre-Marco (Espagne), P. Babulka (Hongrie), G. Balansard (France), J. Bellakhdar (Maroc/France), J.L. Fresquet- Febrer (Espagne), M. Heinrich (Grande-Bretagne) et C. Leon (Grande-Bretagne). Il a été proposé d'organiser le 5e Congrès Européen d'Ethnopharmacologie en 2003 à Valence (Espagne) sur le thème « Le métissage culturel en ethnopharmacologie : des savoirs indigènes aux savoirs scientifiques ». A l'heure où nous écrivons ces lignes, la préparation de cette nouvelle rencontre internationale est déjà très avancée. Bonne lecture !

Notes de fin

1 Etude scientifique interdisciplinaire de l'ensemble des matières d'origines végétale, animale ou minérale, et des savoirs ou des pratiques s'y rattachant, que les cultures vernaculaires mettent en œuvre pour modifier les états des organismes vivants à des fins thérapeutiques, curatives, préventives ou diagnostiques (Dos Santos J. et Fleurentin J., in Fleurentin J. et coll., Ethnopharmacologie. Sources, méthodes, résulats, Paris-Metz, Orstom Eds - SFE, 1991, 26-39).

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540