Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pratiques et représentations linguistiques en Guyane

 | 
Isabelle Léglise
, 
Bettina Migge

Partie 1. Situation sociolinguistique Pratiques et représentations des langues et cultures en contact

Le « taki-taki », une langue parlée en Guyane ?

Fantasmes et réalités sociolinguistiques

Isabelle Léglise et Bettina Migge

Les formats HTML, PDF et ePub de cet ouvrage sont accessibles aux usagers des bibliothèques et institutions qui l'ont acquis dans le cadre de l'offre OpenEdition Freemium for Books. L'ouvrage pourra également être acheté sur les sites de nos libraires partenaires, aux formats PDF et ePub. Si l’édition papier est disponible, des liens vers les librairies sont également proposés sur cette page.

Extrait du texte

Introduction

Il est assez classique que l’auto-désignation de langues ou de peuples diffère des désignations exogènes ou hétéro-désignations/allo-désignations (Tabouret-Keller, 1997). Ainsi de l’eskimo et de l’inuktitut, par exemple. Il est assez classique également que la dénomination de variétés de langues trahisse la dépréciation, ainsi des nombreux patois ou dialectes du français par exemple, des créoles dits « patois », « mauvais français », « broken english », etc. Il est assez classique également que l’hétéro-désignation dépréciative – a fortiori si elle est issue de groupes socialement « dominants » – déteigne sur l’auto-désignation dans un mécanisme d’intégration de la minorité ; c’est ainsi que les patoisants par exemple dévalorisent leurs parlers « pas même une langue, qu’on sait à peine parler », tout en y associant une valeur identitaire forte (Eloy, 2004 ; Mühleisen, 2002).

La question qui se pose pour les sociolinguistes soucieux de décrire la réalité linguistique guyan...

Auteurs

Chargée de recherches au CNRS, en sciences du langage, membre de l’UMR Celia

Lecturer in linguistics, University College Dublin, Irlande, membre de l’UMR Celia

© IRD Éditions, 2008

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540