Version classiqueVersion mobile

Conservation contre nature

 | 
Christophe Grenier

Une nature convoitée dans un espace ouvert

Chapitre III. Des îles « naturalisées&bsp;» par le Nord

Texte intégral

De la prédation naturaliste à la conservation de la nature

Des spécimens peu utiles mais si exotiques...

1Ce sont les polémiques au sujet de l’Origine des espèces qui assurent une place prépondérante aux Galápagos dans les sciences naturelles. En effet, la première expédition d’importance après celle du Beagle arrive aux Galápagos en 1872 : elle est américaine et dirigée par L. Agassiz, un géologue qui voulait remonter aux supposées sources géographiques de la théorie darwinienne pour la réfuter (Bowler, 1995). À sa suite, et jusqu’à la Seconde Guerre mondiale, une trentaine d’expéditions scientifiques se succèdent aux Galápagos, ce qui en fait, avant même la création du parc national, les îles les plus étudiées de la planète par les naturalistes. Ceux-ci les considèrent comme un espace ouvert, et les Équatoriens, qui voient une collusion entre les intérêts scientifiques et stratégiques des Occidentaux dans l’archipel (l’expédition d’Agassiz, par exemple, a utilisé le navire de guerre USS Hassler), ont alors beau jeu de déclarer que « les visites épisodiques aux Galápagos de scientifiques étrangers servent, à un moment ou un autre, des intérêts géopolitiques... » (Silva, 1992 : 272).

2Les deux tiers de ces expéditions sont américaines, et les autres essentiellement britanniques : le ton est donné, les sciences naturelles aux Galápagos sont une chasse gardée des Anglo-Saxons et en particulier des Californiens, grâce à leur proximité de l’archipel. L’historiographe de la FCD, l’Anglais G. Corley Smith (1990 : 6) remarque à ce propos avec un brin de cynisme : « La collecte à grande échelle au nom de la science peut avoir contribué à empirer une situation qui n’était guère brillante mais, quelle que soit l’erreur, ces expéditions ont au moins prouvé de façon exemplaire l’intérêt soutenu de l’Angleterre et de la Californie pour les Galápagos. »

3Or l’importance scientifique de la collecte de spécimens, telle que la pratiquent ces expéditions, n’est pourtant plus aussi évidente que par le passé : dès la fin du xixe siècle, le laboratoire ou le terrain sont davantage les lieux du progrès des sciences naturelles que les musées et autres jardins zoologiques ou botaniques où s’accumulent les échantillons. Aucune nouvelle théorie ne s’appuie d’ailleurs sur les spécimens collectés aux Galápagos après ceux ramenés par Darwin, et si ces expéditions ont découvert de nouvelles espèces dans l’archipel et fait avancer la connaissance géologique de ces îles, ces progrès scientifiques ne nécessitaient pas des collectes de l’ampleur de celles qui furent alors réalisées.

  • 1 Cette expédition passa un an aux Galápagos en 1905-1906 et donna son nom à la baie de Santa Cruz o (...)

4Ces expéditions naturalistes répondent donc avant tout à d’autres demandes qu’à celles de la science. Elles sont surtout préoccupées d’accumuler les collections les plus grandes possibles pour le prestige de leurs institutions, sur le mode des expositions coloniales alors florissantes : l’exotisme de la nature fait écho à celui des cultures. Par exemple, l’Académie des sciences de Californie1 rapporte 8 691 oiseaux de son expédition aux Galápagos, entre autres spécimens ; pendant son séjour dans l’archipel, le tremblement de terre de 1906 détruisit le musée de San Francisco, ce qui lui permit de justifier a posteriori l’utilité de ces gigantesques collectes. Or, au tournant du siècle, la dégradation de la nature des Galápagos atteint un point critique, car les ravages causés par les animaux introduits s’ajoutent aux déprédations des colons équatoriens, qui suivent les pillages des baleiniers : l’expédition californienne n’aperçoit ainsi qu’un seul phoque à fourrure dans tout l’archipel...

5L’autre prétexte de ces naturalistes est donc de ramener le maximum de spécimens « pour les conserver dans des musées avant qu’il ne soit trop tard » (Corley-Smith, 1990). Lorsqu’ils ne s’entassent pas dans des musées sous prétexte de science, les spécimens recueillis sont vendus à de riches collectionneurs ou à des zoos. Dans ces derniers, les naturalistes prétendent conserver, ex situ, des animaux dont les espèces sont en danger d’extinction ; mais surtout, les zoos commencent à attirer des foules urbaines avides de nature. R. Beck, un Américain qui a fait quatre expéditions aux Galápagos afin de collecter des tortues pour le compte de collectionneurs ou de parcs zoologiques, déclare ainsi :

6« Dans un proche avenir, nous verrons probablement l’extinction de deux ou trois des espèces de tortues actuellement en vie et, bien que quelques spécimens des autres espèces puissent survivre plus longtemps, ils sont eux aussi condamnés à disparaître sous la pression de leurs ennemis. La facilité avec laquelle ces reptiles à la longévité remarquable peuvent être maintenus en captivité et la fascination du public pour ces tortues pesant 500 livres et vieilles de plusieurs centaines d’années en font les pensionnaires rêvés pour les parcs zoologiques » (in Beebe, 1924 : 223).

  • 2 En 1906, l’Académie des sciences de Californie a établi un état des lieux des tortues : les espèce (...)

7Les animaux les plus recherchés par ces collectionneurs sont donc, une fois de plus, les symboles des Galápagos, les tortues terrestres dont le nombre a considérablement diminué2 et qui n’en sont que plus estimées sur le marché de la conservation ex situ ; loin d’inciter les naturalistes à la prudence, la rareté des tortues accroît au contraire leur désir d’en ramener le plus possible, mortes ou vivantes, dans une course contre la montre et... les autres expéditions :

8« À maintes reprises, les scientifiques, après avoir collecté des tortues sur une île, déclaraient que l’espèce de cette île était éteinte, jusqu’à ce qu’une nouvelle expédition découvre des survivants, qui étaient alors promptement écorchés et emportés comme précieux spécimens d’une espèce “en voie de disparition”. Ces “derniers survivants” furent ainsi recueillis sur Pinzón par 4 expéditions différentes en 1897, 1898, 1900 et 1901, et cependant les membres de l’expédition de l’Académie de Californie, en 1905-1906, découvrirent 86 tortues sur cette île, qu’ils tuèrent et emportèrent pour les étudier » (Thornton, 1971 : 137).

  • 3 Beck, qui faisait partie de cette expédition, est le dernier homme à avoir vu une tortue vivante d (...)

9Beck (in Beebe, 1924) signale qu’avant 1900, les expéditions scientifiques ont ramené « plus de 150 tortues » ; celle de l’Académie de Californie en rapporte 266 à elle seule et parvient à collecter des spécimens des 15 espèces alors existantes3. La dernière grande expédition de collecte de tortues, en 1928, est celle de la New York Zoological Society (NYZS) : elle en capture 180 à Isabela, pour des zoos américains et australiens.

10Organiser de telles expéditions coûte très cher : le prix d’une tortue vivante est donc élevé, alors que l’animal mort avait une faible valeur unitaire quelques décennies auparavant. Ce n’est pas seulement dû à la raréfaction croissante des tortues, mais à l’usage qu’on en fait : la tortue vivante, attraction dans un zoo public ou privé, a une valeur marchande supérieure à celle dont on extrait l’huile ou dont on consomme la chair. Le prix d’une même tortue varie ainsi selon que l’on estime qu’elle appartient à une espèce en danger et qu’elle est vendue dans des pays riches, ou qu’elle est considérée comme source de nourriture ou d’énergie et consommée dans un pays pauvre. Le prix que l’on accorde à la nature — ou à une espèce — dépend des représentations et de l’usage que l’on en a, et la différence à cet égard entre les sociétés des pays riches et celles des pays pauvres est au cœur de la problématique de la conservation de la nature. Aux Galápagos, elle se manifeste aujourd’hui dans le conflit entre les pêcheurs d’holothuries — qui en tirent des revenus au prix de la destruction des écosystèmes marins et littoraux — et les entreprises touristiques — qui vendent aux visiteurs du Nord une nature présentée comme « intacte ».

11L’expédition que firent W. Beebe et ses collègues naturalistes dans l’archipel en 1923 est un exemple de l’usage et des représentations de la nature des Galápagos qu’ont les scientifiques américains au début du siècle.

Une expédition touristico-naturaliste en 1923 : le Noma de W. Beebe

12Cette expédition est patronnée par la NYZS, et l’ouvrage de Beebe est un témoignage de la reconnaissance des scientifiques pour son mécénat. Mais celui-ci n’est pas désintéressé ; d’abord, l’expédition est chargée de collecter des spécimens pour la NYZS et l’American Museum, et Beebe signale qu’il a bien accompli sa mission : « Durant notre très courte expédition, nous avons été capables de collecter un grand nombre de créatures vivantes qui furent rapportées dans le Nord et ajoutées aux collections du parc zoologique » (Beebe, 1924 : 12).

13Aux Galápagos, l’expédition recueille vivants, pour la NYZS, des iguanes marins, des manchots, des cormorans aptères, des mouettes à queue d’aronde, des faucons, des moqueurs et des tourterelles. Pour l’American Museum, en revanche, les spécimens collectés sont empaillés à bord : une tortue géante, une famille d’otaries, et 42 iguanes terrestres avec des éléments de leur environnement — végétation, rochers et sable — à reconstituer en vitrine. Enfin, pour le Département d’études tropicales de la NYZS, l’expédition ramène 160 oiseaux, 150 reptiles, 200 poissons, 3 000 insectes, 100 plantes, etc., plus des peintures, dessins, photographies et un film. En réalité, le but de cette expédition est bien plus de faire découvrir aux publics américain et européen la nature que l’on voit « dans l’un des coins les moins visités de la terre », comme l’indique Beebe — et Galápagos : World’s End est à cet égard un ouvrage fort bien illustré — que de faire de la science. C’est pourquoi, sur le Noma, deux conservateurs de musée, un taxidermiste, un préparateur, un pêcheur et un chasseur professionnels, trois peintres et un photographe travaillent à mettre en scène la nature des Galápagos ramenée à New York.

14Mais l’expédition ne peut se contenter de n’être qu’une entreprise de communication et s’est donné une raison scientifique, d’où la présence à bord de trois chercheurs : outre W. Beebe, qui en est le directeur, on y trouve aussi un océanographe et un entomologiste. Cependant, ce rôle de caution assigné aux scientifiques du bord est confirmé par le fait que la véritable recherche est ensuite menée à New York par des naturalistes qui n’ont pas participé au voyage : ainsi, sur les 22 articles produits à partir des spécimens ramenés par le Noma et tous publiés dans Zoologica (la revue de la NYZS), seuls trois sont signés des membres de l’expédition. De toute façon, la brièveté de l’expédition empêchait tout véritable travail de recherche sur place : partis le 1er mars 1923 de New York à bord d’un luxueux vapeur construit spécialement pour l’occasion et équipé d’un matériel scientifique dernier cri, les naturalistes traversent le canal de Panama, arrivent aux Galápagos le 28 du même mois, et sont de retour à New York le 16 mai 1923. Beebe dit d’ailleurs, dans la première phrase de son ouvrage, qu’il aurait aussi bien pu l’intituler « 6 000 minutes aux Galápagos », car l’expédition n’a passé que 100 heures à terre dans l’archipel.

15Celle-ci s’apparente donc davantage à une croisière touristique de luxe (on a amené un médecin et un chirurgien pour la sécurité des passagers) sur un bateau dont le directeur de la NYZS magnifie les performances techniques plus que la vocation scientifique... Le Noma et ses passagers préfigurent ainsi les croisières touristiques d’aujourd’hui aux Galápagos (cf. chapitre iv). Dans les années vingt, les navires équatoriens ne relient le continent à l’archipel qu’une ou deux fois l’an ; les moyens techniques supérieurs des étrangers continuent donc de leur ouvrir l’espace des Galápagos, qu’ils utilisent à leur guise. Le Noma n’a pas demandé d’autorisation aux autorités équatoriennes pour parcourir l’archipel et n’a pas fait relâche dans ses ports : par conséquent, dans l’ouvrage de Beebe, les insulaires n’existent pas et l’appartenance de ces îles à l’Équateur est à peine mentionnée. Pour les passagers du Noma comme pour les autres naturalistes, les Galápagos sont une terre de science, vide d’habitants, appartenant en principe à un lointain petit pays d’Amérique du Sud : un espace ouvert aux découvreurs de nature occidentaux. Mais ceux-ci vont bientôt vouloir, au contraire, refermer cet espace afin d’y protéger leur objet d’étude.

La nouvelle préoccupation des naturalistes : protéger la nature in situ

  • 4 C. Rothschild par exemple, après avoir financé deux expéditions de collecte de tortues aux Galápag (...)

16Comment les naturalistes occidentaux sont-ils passés, au début du xxe siècle et aux Galápagos comme ailleurs, du ratissage systématique de la faune et de la flore à la volonté de les protéger in situ4 ? La réponse est triple et témoigne d’un basculement des représentations qu’ont les naturalistes de leur champ d’étude, la nature.

17La première raison est le progrès scientifique ; certains naturalistes, reprenant les idées de Darwin, considèrent la nature comme un ensemble tout en la découpant selon un critère spatial : ils la localisent. L’écologie est fondée en 1866 par E. Haeckel, qui la définit comme « science des rapports entre des organismes et le monde extérieur, dans lequel nous pouvons reconnaître de façon plus large les facteurs de “la lutte pour l’existence” ». Cette nouvelle science de la nature, dans laquelle l’espace est primordial, met du temps à s’imposer : elle s’affirme grâce au renouveau de la pensée darwinienne dans les années trente, après que cette dernière a connu une éclipse au tournant du siècle lorsque les théories issues du lamarckisme suscitent un regain d’intérêt (Bowler, 1995). Les « néo-darwiniens » reprennent le dessus en rapprochant la théorie de l’évolution de la génétique : or, cette « synthèse darwinienne » insiste sur l’espace géographique comme facteur de différenciation et d’évolution dans le monde vivant (Mayr, 1993). La formulation de cette théorie commence dans les années trente :

18« Des naturalistes de terrain comme E. Mayr et J. Huxley s’intéressaient de plus en plus aux problèmes de biogéographie et commençaient à penser que les théories de Darwin sur la spéciation inspirées par les Galápagos étaient exactes » (Bowler, 1995 : 282).

19Le terrain — l’espace — joue donc un rôle aussi crucial pour les « héritiers de Darwin », comme E. Mayr qualifie son groupe de chercheurs, que pour leur maître. À la même époque, en 1935, le botaniste Tansley construit le concept d’écosystème, qui devient la pierre angulaire de l’écologie, science dont « l’autonomie repose sur la conception de systèmes assez localisés pour que leur comportement puisse être décrit globalement » (Drouin, 1993 : 85). Le concept d’écosystème confirme ainsi l’importance de la localisation, et par conséquent de l’espace, dans l’écologie. Il n’est alors pas surprenant de retrouver Tansley et Huxley parmi les principaux promoteurs des réserves naturelles (Nicholson, 1973) : l’espace est bien devenu objet d’étude des sciences naturelles. Et pour les naturalistes en général et les néo-darwiniens en particulier, les Galápagos représentent l’archétype de l’espace à protéger pour son intérêt scientifique.

20La deuxième raison qu’ont les naturalistes de vouloir conserver certains espaces pour en préserver la nature est liée à la création de parcs nationaux dans le monde entier. Divers pays développés ont emboîté le pas aux États-Unis (Mosley, 1992 ; McNamee, 1993) ; mais on assiste surtout dans l’entre-deux-guerres à la multiplication des réserves naturelles dans les pays latino-américains (Amend et Amend, 1992) et dans les colonies d’Afrique (Raffin, 1985 ; Bonner, 1994), où le cas le plus intéressant est celui du parc Albert, créé au Congo belge en 1925 : « Le geste était d’une importance capitale car ce fut le premier parc consacré à la recherche scientifique systématique [...] sous l’inspiration du professeur Van Straelen » (Nicholson, 1973 : 257).

21Un parc national créé avant tout pour la recherche scientifique et dont le responsable, V. Van Straelen, sera, vingt-cinq ans plus tard, l’un des principaux promoteurs du parc national des Galápagos et le premier président de la fondation Charles-Darwin : la filiation est limpide. Alors que les premiers parcs nationaux avaient surtout pour but de servir de lieux identitaires à la nation américaine et cherchaient une rentabilité économique par le biais de leur exploitation touristique (Conan, 1985 ; Viard, 1990 ; Runte, 1992), ceux de l’entre-deux-guerres ont la science comme justification première, au moins dans l’intention de leurs promoteurs occidentaux. Car ces naturalistes sont obligés de trouver des objets d’étude intacts, les écosytèmes qu’ils étudient chez eux étant rapidement modifiés, voire détruits (Worster, 1992). Ce courant scientifique au sein du mouvement de création de parcs nationaux trouve de précieux alliés chez les apôtres anglo-saxons de la préservation de la wilderness, inspirés par les écrits des Américains Thoreau, Muiret Leopold (Nash, 1989 ; Oelschlaeger, 1991 ; Schabecoff, 1993). Ceux-ci prônent la préservation de la nature en tant que telle, sans buts utilitaires, en la maintenant intacte de toute activité humaine. Or les naturalistes, pour lesquels les aires protégées sont destinées à être leur objet d’étude exclusif, approuvent l’idée selon laquelle on n’admet pas le public dans les laboratoires de recherche.

22Enfin, la situation géopolitique des espaces intéressant les naturalistes est la troisième raison qu’ils ont de les protéger sous la forme de parcs nationaux, que l’on crée alors dans les pays disposant de grands espaces ou dans les colonies — ouest des États-Unis, dominions, Amérique latine, Afrique — mais presque pas en Europe ou dans l’est des États-Unis. C’est que les coûts politique et économique d’espaces réservés à la recherche scientifique et à un tourisme encore élitiste semblent trop élevés dans ces dernières régions, occupées par des activités rentables et habitées par des propriétaires-électeurs. Il est donc nécessaire de trouver ailleurs des espaces à protéger des activités humaines : comme les pays tropicaux ont en outre une grande richesse biologique qui attire les naturalistes, ce sont donc les colonies et les pays en situation « néo-coloniale », comme l’Équateur, qui s’y prêtent le mieux.

La prise de possession des Galápagos par les naturalistes

23Aux Galápagos, les expéditions collectrices de tortues avaient déjà un prétexte conservationniste : il fallait les protéger des colons équatoriens, et c’était urgent :

24« Ce n’est que ces dernières années que l’homme a envahi le territoire de ces grandes tortues, mais la rapidité avec laquelle elles sont en train d’être tuées et la raison de leur destruction nous laissent peu d’espoir qu’elles survivront longtemps » (Beck, in Beebe, 1924 : 213).

25Ce collecteur de tortues oublie qu’elles ont surtout été massacrées par des baleiniers américains, et ce non pas « ces dernières années » mais depuis un siècle : ce sont les agissements des Occidentaux aux Galápagos qui ont représenté jusque-là les pires menaces pour les écosystèmes insulaires. Mais au xxe siècle, l’électricité a remplacé l’huile de baleine ou de tortue, les phoques à fourrure ont été chassés jusqu’à leur quasi-extinction, et l’exploitation de la nature des Galápagos n’a donc plus de raison d’être pour les Occidentaux, sauf en ce qui concerne la pêche. À partir des années trente, le message sous-jacent dans la remarque de Beck va donc s’affirmer avec de plus en plus de force chez les naturalistes : les habitants des Galápagos sont les principaux ennemis de la conservation des îles.

26Conscients que les Galápagos resteront équatoriennes, puisque les tentatives répétées des États-Unis et de la Grande-Bretagne de se faire céder l’archipel ont été vaines, les naturalistes n’ont alors d’autre solution que de convaincre l’État d’y créer une réserve naturelle. Ils cessent ainsi de considérer ces îles exclusivement sous l’angle de la nature pour y voir aussi un espace peuplé et appartenant à un pays souverain. Mais en même temps, l’évolution des sciences naturelles, les recherches sur des terrains vierges d’influence anthropique et la désignation des hommes comme menace pour les écosystèmes étudiés vont conduire les naturalistes à considérer les Galápagos comme un territoire où l’on protège la nature en fonction de la science, ce qui en exclut, a priori, les autres activités. L’espace des sciences naturelles ne serait-il pas celui des hommes ? : cette question domine la problématique de la conservation des Galápagos.

27Or les naturalistes sont tentés d’y répondre par la négative lors de la création conjointe, en 1959, du parc national des Galápagos (PNG) et de la fondation Charles-Darwin (FCD), chargée d’y organiser la recherche scientifique comme de veiller à sa conservation grâce à l’installation de la station de recherche Charles-Darwin (SRCD) dans l’archipel. La mise en place de cet appareil scientifico-conservationniste aux Galápagos en fait ainsi un espace « naturalisé » par le Nord.

La création du parc national des Galápagos

28Dans les années trente, l’Équateur connaît une forte pénétration de capitaux américains et britanniques tandis que la crise socio-politique provoquée par les conséquences de la Grande Dépression mondiale y atteint un paroxysme : 17 chefs d’État se succèdent à Quito. C’est dans cet État plus faible que jamais par rapport à ses principaux bailleurs de fonds, les États-Unis et la Grande-Bretagne (Cueva, 1990), qu’un gouvernement transforme une grande partie des Galápagos en parc national sous la pression des naturalistes anglo-saxons.

29En 1935 en effet, une expédition naturaliste américano-britannique conduite par V. von Hagen débarque à San Cristóbal et érige un monument à la mémoire de Darwin à l’endroit où il avait fait escale cent ans auparavant. L’acte symbolise la prise de possession des Galápagos par ces naturalistes désireux de s’y installer de façon permanente : à son retour, von Hagen fonde le « London Galápagos Committee », qui doit recueillir des fonds pour l’établissement d’une station scientifique dans l’archipel. D’autre part, le président Roosevelt appuie les efforts de la « Smithsonian Institution » pour installer une station de recherche sur l’île de Baltra. La guerre survient avant que ces projets ne se réalisent, et la station scientifique prévue fait place à une base aéronavale...

  • 5 Santa Cruz, peuplée de quelques pionniers européens, faisait alors tout entière partie du parc nat (...)

30Mais entre-temps, un décret gouvernemental, approuvé en 1936 par le « Chef Suprême de la République », établit un parc national sur l’ensemble des Galápagos à l’exception des îles peuplées de San Cristobal, Floreana, et du sud d’Isabela5. Le préambule de la loi créant le parc national désigne les responsables de la détérioration de la nature insulaire : « Considérant : 1 - Qu’il existe le danger que la faune de l’Archipel de Colomb soit menacée d’extinction totale à cause des déprédations commises par des voyageurs et des touristes sans scrupules... » (in Larrea, 1982 : 85).

31Ce ne sont pas les insulaires qui détruisent la faune des Galápagos mais les étrangers : c’est le point de vue inverse de celui des naturalistes occidentaux et le credo de nombreux responsables équatoriens actuels. Quant à l’efficacité de ce décret, « il n’y avait aucune autorité dans cet archipel faiblement peuplé qui fut en mesure de faire appliquer ces lois » (Corley Smith, 1990 : 6), et tout continua donc comme avant. Car la première tentative de conservation in situ aux Galápagos échoue pour la même raison qui l’avait rendue possible : la faiblesse de l’État équatorien. Or, les naturalistes occidentaux « n’avaient jamais pu parvenir à s’unir pour organiser une association non gouvernementale qui aurait pu se substituer partiellement à l’autorité nationale » (Corley Smith, 1990 : 7). Ils vont trouver de précieux appuis dans les organisations conservationnistes internationales de l’après-guerre, dont des naturalistes prennent la tête : le premier secrétaire général de l’Unesco est le néo-darwinien J. Huxley, qui lui donne une orientation conservationniste et appuie la fondation, en 1948, de l’Union internationale pour la conservation de la nature (UICN).

32C’est dans ce nouveau contexte qu’un éthologue allemand de l’Institut Max-Planck, I. Eibl-Eibesfeldt, effectue en 1954 une croisière scientifique aux Galápagos, vingt ans après les premières mesures équatoriennes de protection de la nature insulaire. Ce qu’il y voit l’horrifie :

33« Nous nous rendîmes compte que les animaux y étaient encore persécutés [...]. Au voisinage des centres peuplés, nous constatâmes que les iguanes marins, les otaries, les tourterelles et bien d’autres animaux endémiques étaient rares ou avaient disparu. Des peaux de phoques et d’otaries, des carapaces de tortues, de jeunes tortues, voire même des manchots, nous étaient proposés par les colons contre de faibles sommes... » (Eibl-Eibesfeldt, 1959 : 8).

34De retour en Europe, Eibl-Eibesfeldt alerte l’UICN ; dans son exposé, il insiste sur le fait que les membres de l’expédition « constatèrent l’inefficacité des lois lorsqu’aucune autorité responsable ne contrôle là-bas leur application ». Eibl-Eibesfeldt reçoit le soutien de naturalistes prestigieux, dont J. Huxley, devenu entre temps président de la Royal Society, R. Heim, président de l’UICN et directeur du Muséum national d’histoire naturelle de Paris, S. Dillon Ripley, président de l’International Council for Bird Preservation (ICBP), et R. Bowman, de l’université de Californie (UCLA). Ces hommes gagnent l’appui crucial de l’Unesco, qui exauce les vœux du naturaliste allemand en lui confiant une mission aux Galápagos pour évaluer l’état de la faune et recenser les lieux susceptibles d’accueillir une station scientifique.

35Par ailleurs, Dillon Ripley a collecté des fonds auprès de Life Magazine et de la NYZS, ce qui permet à deux journalistes, dont un photographe, de faire partie de l’expédition ; comme le soulignera Eibl-Eibesfeldt (1959) dans son rapport :

36« Life Magazine était intéressé par la mission car il prévoyait de publier un long article sur les Galápagos à propos de l’ouverture du “Centenaire de l’Origine des espèces. L’article de Life ferait de la publicité pour le projet de l’établissement d’une station aux Galápagos, et nous espérions de la sorte éveiller l’intérêt du public pour notre projet de conservation » (op. cit. : 9).

37Le sens de la publicité remarquable de cette mission ouvre le chapitre des relations ambiguës entre conservationnistes et médias aux Galápagos. Les représentants de l’Unesco parcourent l’archipel pendant quatre mois en 1957, constatent que la faune, malgré les déprédations à proximité des villages, reste abondante, et retiennent l’île de Santa Cruz pour établir la station de recherche.

38À son retour, Eibl-Eibesfeldt publie un article (1957) dont le titre — « Le paradis animal des Galápagos sera-t-il sauvé ? » — cadre avec l’idéologie des promoteurs occidentaux du PNG : ils se sentent investis d’une mission pour sauver un paradis réservé aux animaux (et à ceux qui les étudient). Dans cet article, Eibl-Eibesfeldt recense les espèces animales menacées par l’homme et proclame que « ce serait une honte pour notre siècle si nous ne pouvions pas mettre un terme à cette incurie » (op. cit. : 17). Parmi ces animaux en danger, Eibl-Eibesfeldt insiste sur le cas des tortues, pour lesquelles il prône la constitution de centres d’élevage où elles pourraient se reproduire à l’abri, ce qui implique la création d’une station biologique. Or... « [... ] les conditions pour fonder une telle station sont aujourd’hui favorables, puisqu’on peut compter sur l’aide des habitants européens de souche et des autorités équatoriennes » (op. cit. : 18).

39C’est l’homme qui menace les animaux des Galápagos, mais pas les habitants européens des îles, parti pris opposé, on l’a vu, à celui des autorités équatoriennes. Bien que cette distinction entre insulaires soit vraie dans la mesure où les pionniers européens ont des représentations de la nature plus proches des naturalistes que la plupart de leurs voisins équatoriens, ce sont pourtant des Occidentaux qui achètent les animaux proposés par les colons.

40L’autre raison avancée par Eibl-Eibesfeldt pour installer une station biologique est d’ordre scientifique :

41« D’importants problèmes d’ordre éthologique ne sont pas encore éclaircis [...]. Des problèmes d’ordre taxonomique sont insuffisamment expliqués [...]. Une station biologique régionale rendrait possibles des études exhaustives sur place et faciliterait les mesures de protection dans l’archipel » (id.).

42La station biologique sert la conservation des Galápagos, puisque celle-ci est liée à la recherche naturaliste : l’équivalence est clairement posée. L’article souligne enfin l’urgence des mesures à prendre : « [...] car déjà des organismes veulent ouvrir au trafic touristique les îles Galápagos [...]. Par bonheur des réactions ralentissent l’exécution de cet envahissement touristique » (id.).

43Cette mise en garde est cocasse lorsque l’on sait que la FCD va être l’un des promoteurs de l’exploitation touristique de l’archipel. Mais elle illustre l’esprit général des naturalistes, qui revendiquent, au nom de leur propre usage de la nature, d’organiser de façon restrictive, voire exclusive, l’utilisation des Galápagos. Cette conservation est donc d’origine et à vocation corporatiste tout en prétendant assurer un intérêt commun, voire « universel » : la science représente ici une caution que les naturalistes pensent être objective, neutre, et par là même acceptable par tout le monde.

44Plus que des articles cependant, c’est la présentation du rapport d’Eibl-Eibesfeldt (1959) au XVe Congrès international de zoologie, en 1958, qui est déterminante pour la création du PNG. Or, c’est la première année que ce congrès a une section de conservation : un groupe d’éminents naturalistes emmené par Heim, Dillon Ripley et Huxley — le groupe comprend aussi J. Dorst et T. Monod — lui soumet une déclaration sur les Galápagos. Celle-ci insiste sur « [...] l’urgence extrême qu’il y a de sauvegarder la faune et la flore des Galápagos ; et accueille chaleureusement le projet, à l’initiative de l’UICN, d’établir dans l’archipel une station biologique internationale associée au nom de Darwin, pour la recherche et pour assister les autorités de l’Équateur dans leur tâche de conservation » (Dorst, 1959 a : 4).

45Le Congrès adopte la résolution à l’unanimité, et « à une époque où le besoin de protéger la nature était encore peu compris, la bénédiction de cet éminent Congrès international fut d’une aide précieuse pour gagner de l’importance par rapport au gouvernement de l’Équateur » (Corley Smith, 1990 : 9).

46À partir de là, tout va en effet très vite : 1959 est l’année cruciale. D’abord parce que c’est à l’occasion de cette Année géophysique internationale que 12 États décident de réserver l’Antarctique à « des usages pacifiques », avant tout scientifiques : « Les intérêts stratégiques et commerciaux étant ainsi soumis à des restrictions, la science et la conservation se trouvèrent dans le rôle, plus satisfaisant là qu’ailleurs, de légataires universels. Il y avait enfin un continent pour la science » (Nicholson, 1973 : 275).

47Si les naturalistes ont réussi à obtenir un continent, l’archipel suivra : ils utilisent le traité de l’Antarctique pour montrer leur influence internationale au gouvernement équatorien. Car l’Antarctique est l’exemple d’un espace dont la conservation, à vocation scientifique et gérée par des naturalistes, est garantie par la communauté internationale. Si les naturalistes ne peuvent « geler » tout à fait de la même façon les Galápagos — territoire peuplé appartenant à un État —, ce traité symbolise leurs conceptions de la conservation comme leurs prétentions à être les « légataires universels » de l’archipel.

48Ensuite et surtout, 1959 est le centenaire de la publication de l’Origine des espèces, et comme le remarque Dorst (1959 a) : « Nous devons profiter de cet anniversaire pour créer cette station biologique ; ce serait sans doute le plus bel hommage au père des géniales théories de l’évolution » (op. cit. : 17).

49Or, vingt-quatre ans auparavant, à l’occasion d’un autre centenaire darwinien, l’expédition von Hagen s’était soldée par un échec ; la raison pour laquelle les naturalistes tiennent cette fois-ci à s’implanter durablement aux Galápagos est clairement exposée dans le rapport d’Eibl-Eibesfeldt, qui souligne :

50« Les lois, à elles seules, ont prouvé qu’elles étaient insuffisantes pour protéger la faune et la flore des Galápagos [...]. Si l’on veut un contrôle efficace et permanent des Galápagos, on a besoin d’une base, et la mesure la plus urgente à prendre est l’établissement d’une station biologique [...]. Des mesures aussi contraignantes sont justifiées étant donné la grande valeur des Galápagos, non seulement pour l’Équateur mais aussi pour le reste du monde » (Eibl-Eibesfeldt, 1959 : 25).

51Ce que Eibl-Eibesfeldt réclame là n’est autre chose qu’un droit d’ingérence de la communauté internationale pour protéger efficacement un patrimoine de l’humanité (le terme ne sera officialisé par l’Unesco que vingt ans plus tard), tâche dont on juge que le propriétaire légal, l’État équatorien, est incapable de l’assumer.

52Le 20 juillet 1959, le gouvernement équatorien crée le parc national des Galápagos sur 97 % de la superficie terrestre de l’archipel, en excluant seulement 8 enclaves colonisées sur les îles de San Cristobal, Santa Cruz, Isabela et Floreana (un site portuaire et une zone agricole sur chacune de ces îles), ainsi que Baltra, entièrement aux mains des militaires. Comment les naturalistes des pays du Nord ont-ils convaincu le gouvernement équatorien de transformer la quasi-totalité des Galápagos en parc national et, surtout, d’y autoriser l’installation d’une base scientifique internationale permanente ?

53En faisant valoir l’intérêt économique qu’aurait l’Équateur à adopter de telles mesures, ce pourquoi Eibl-Eibesfeldt fait flèche de tout bois : « Les phoques à fourrure constitueraient une importante source de revenus si on leur permettait de redevenir abondants » (op. cit. : 22).

54Contredisant son article de Science et Nature, il fait aussi remarquer : « Les Galápagos peuvent devenir une importante attraction pour les touristes, mais seulement si elles sont protégées en tant que réserve de faune, comme celles de l’Afrique ou des États-Unis » (op. cit. : 23).

55Et Dorst, envoyé en mission aux Galápagos par l’Unesco en 1959 pour choisir le lieu d’implantation de la station scientifique, surenchérit : « Les Galápagos abritent des richesses naturelles de très grande importance pour l’évolution économique de l’Équateur [...]. Les eaux marines de l’archipel sont en effet particulièrement riches en organismes marins, dont une exploitation rationnelle, reposant sur une base scientifique sérieuse, peut accroître dans une mesure appréciable le potentiel économique équatorien » (Dorst, 1959 b : 3).

56Si l’État équatorien paraît accepter l’initiative des naturalistes, il n’aura pour autant de cesse de circonscrire leur action tout en sachant tirer avantage de la situation nouvelle que ceux-ci créent dans l’archipel. Mais au début, l’Équateur se contente d’intervenir dans la conservation de l’archipel par le biais de deux actes juridiques : le décret présidentiel du 20 juillet 1959 qui crée le PNG, et celui du 15 février 1964, signé par la Junte militaire, entérinant le droit octroyé à la fondation Darwin d’installer une station de recherche internationale aux Galápagos. Ainsi, jusqu’à la création du « Servicio Parque Nacional Galápagos » (SPNG) — l’administration équatorienne du parc — en 1968, la FCD est seule responsable de la conservation des Galápagos : situation comparable à celle de l’Antarctique.

Les débuts de la fondation et de la station de recherche Charles-Darwin

57Les statuts de la « fondation Charles-Darwin pour les Iles Galápagos », créée le 23 juillet 1959 à Bruxelles, la définissent comme une « organisation de caractère scientifique, internationale, non gouvernementale, sans but lucratif et légalement reconnue sous la juridiction belge » (FCD, 1988 : 9).

58Elle a pour mission de « [...] coopérer avec le gouvernement équatorien à la conservation de la faune et la flore des îles Galápagos, sur terre et sur mer, en établissant une station scientifique dans l’archipel pour réaliser des recherches qui lui permettront de fournir aux autorités compétentes toutes les données nécessaires pour assurer la conservation du sol, de la faune et de la flore, la protection de la vie sauvage, de l’environnement naturel de l’archipel et de la mer alentour » (id.).

59C’est sans doute le seul cas d’organisation internationale implantée sous la forme d’une base scientifique dans un pays souverain pour l’aider à conserver la nature sur une partie de son territoire. Cependant, le fait que la FCD soit une ONG réduit l’empiétement de cet organisme étranger sur la souveraineté nationale, car elle ne dispose que d’une faible marge de manoeuvre face aux autorités équatoriennes, qui peuvent résilier leur accord avec elle ou menacer de le faire sans que cela entraîne de conséquences diplomatiques majeures. De plus, d’après ses objectifs statutaires, la fondation est seulement chargée de « fournir des données aux autorités compétentes » pour conserver les Galápagos. Cette ONG n’a donc aucun pouvoir réel et dépend du bon vouloir de l’État équatorien pour mettre en œuvre les politiques de conservation qu’elle préconise : c’est là l’un des principaux problèmes auxquels elle va se heurter.

  • 6 Pour compenser le poids des Européens, les Équatoriens obtiennent le poste de vice-président de la (...)
  • 7 Scott est allé aux Galápagos en 1959 avec une équipe de la BBC Television, dont le film aida à dif (...)

60Dans cette situation précaire, la seule arme efficace des conservationnistes étrangers semble être la renommée mondiale de leur organisation : en 1959, le premier Conseil exécutif de la FCD est un aréopage de conservationnistes pour la plupart européens6. Le président honoraire de la FCD, britannique, est le célèbre biologiste évolutionniste et premier secrétaire général de l’Unesco, J. Huxley ; son président, belge, est le précurseur reconnu des parcs nationaux à vocation scientifique, V. Van Straelen ; l’Équatorien L. Jaramillo (alors ambassadeur auprès de l’Unesco) en est le vice-président, et J. Dorst, du Muséum de Paris, le secrétaire général. Le Secrétariat pour les Amériques échoit à R. Bowman, de l’université de Californie (UCLA). Enfin, les autres membres du Conseil sont le Suisse J. Baer (ex-président de l’UlCN), l’Équatorien C. Bonifaz (ambassadeur d’Équateur en France), le Français F. Bourlière (qui préside alors à la fois l’UICN, le Programme biologique international et la Conférence des Nations unies sur la biosphère), le Britannique P. Scott7 (vice-président de l’UICN et cofondateur, en 1961, du WWF), l’Allemand B. Rensch, et les Américains S. Dillon Ripley (président de l’« International Council for Bird Preservation »), R. Taylor et H. J. Coolidge (l’un des fondateurs de l’UICN — qu’il dirigera de 1966 à 1972 — et premier président de la Commission internationale des parcs nationaux).

  • 8 Le 1er article du 1er numéro du bulletin de la FCD, écrit par C. Bonifaz (1963), s’intitule « El E (...)

61À l’exception des Équatoriens, les membres de ce premier Conseil, tous naturalistes, sont surtout des notables de la conservation de la nature à l’échelle mondiale. Les fonctions prestigieuses des membres de sa direction donnent un poids évident à la fondation face à l’État équatorien et compensent ainsi la faiblesse de son statut d’ONG : la protection de la nature des Galápagos semble bien être un objectif primordial pour la communauté internationale. En se faisant représenter au Conseil par deux de ses plus importants diplomates, l’État équatorien montre qu’il accorde une attention particulière à la FCD, mais aussi qu’il situe d’emblée cet intérêt sur le plan des relations internationales : il s’agit plus de maîtriser ou d’infléchir les actions de la fondation aux Galápagos afin d’en tirer un avantage économique pour l’Équateur8, que de réfléchir aux moyens de les conserver.

62La tâche principale de la fondation, à ses débuts, est l’installation d’une base de recherche sur une île peuplée des Galápagos. Lors de sa mission de 1957, Eibl-Eibesfeldt avait écarté San Cristobal et Floreana parce que leurs écosystèmes étaient déjà trop endommagés, et Isabela à cause du pénitencier. Reste Santa Cruz, où la biodiversité est la plus importante et qui offre en outre le triple avantage d’être située au centre de l’archipel, assez proche de la piste d’aviation de Baltra et peuplée d’Européens dont les naturalistes veulent se faire des alliés. En 1959, l’Unesco charge Dorst de retenir un site définitif pour l’implantation, qu’il choisit à 2 km du village de Puerto Ayora : « Le fait d’être proche des lieux habités, tout en n’étant pas à leur proximité immédiate, permet de bénéficier de tous les avantages de cette situation, tout en évitant de multiples inconvénients matériels et psychologiques que présenterait une promiscuité trop étroite » (Dorst, 1959 b : 10).

La station Darwin, base scientifique et site de visite touristique. De gauche (le hall Van Straelen n’est pas visible, encore plus à gauche) à droite : les ateliers, le centre administratif, les dortoirs pour étudiants/volontaires, le réfectoire (terrasse en bord de mer), la bibliothèque, le laboratoire de biologie marine (édifice blanc), le nouveau bâtiment des sciences en construction (l’ancien est invisible, derrière la cantine), les logements pour scientifiques visitants et cadres de la station, et la maison du directeur (à l’extrême droite).

63Le choix d’éloigner la base du village pour ne pas souffrir de la « promiscuité » se révélera être une erreur : ce site retiré va devenir, au gré de la personnalité des directeurs de la station et de leurs relations avec la population, un ghetto pour scientifiques étrangers, une base sur le modèle de celles de l’Antarctique mais au voisinage d’une bourgade à la forte croissance.

64Au début, les rapports entre colons équatoriens et scientifiques sont marqués par une méfiance réciproque : les premiers sont gênés par l’arrivée de ces gringos qui parlent à peine espagnol et leur interdisent de consommer des tortues ; Corley smith (1990) parle des « efforts de Snow [troisième directeur de la station] pour réconcilier les habitants des îles avec la conservation » (op. cit. : 12), et ce dès 1963... Mais lorsque les habitants de Puerto Ayora voient qu’ils ont davantage intérêt à tirer parti des touristes — scientifiques ou pas — attirés par la réputation de la station qu’à continuer de manger des tortues, les relations s’améliorent, d’autant plus que la SRCD en embauche plusieurs à partir de 1964.

  • 9 B. Moitessier (1982) témoigne de l’intérêt et de l’aide que la famille De Roy apporta aux scientif (...)
  • 10 Tui De Roy par exemple, aujourd’hui photographe à succès et guide internationale à bord des presti (...)

65Eibl-Eibesfeldt a vu juste : avec les pionniers européens, les relations sont d’emblée bien meilleures, car ils connaissent parfaitement le milieu insulaire, sont intéressés par la nature et, disposant de petites embarcations, ils fournissent une aide précieuse aux travaux de reconnaissance naturaliste de l’archipel9, la station n’obtenant un bateau qu’en 1964. De plus, jusque dans les années soixante-dix, la SRCD embauche des pionniers européens — surtout allemands — à des postes de responsabilité, notamment comme capitaines et gérants ; après quoi ceux-ci préfèrent se livrer à une activité plus lucrative, le tourisme. La station Darwin a permis aux pionniers européens de consolider leur avantage sur les colons équatoriens dans ce champ : ils ont appris le tourisme au cours des croisières scientifiques qu’ils guidaient dans l’archipel10, ont accumulé ainsi un petit capital dans une économie encore très peu monétarisée, et grâce à leur fréquentation des chercheurs en mission, ils ont étendu leur réseau de connaissances, ébauché avant l’installation de la base naturaliste, en Europe et aux États-Unis.

  • 11 Un article de Brosset (1963) sur l’état de la faune montre la faiblesse des moyens d’investigation (...)

66Les premiers travaux de construction de la SRCD commencent en 1960, dans des conditions d’isolement et de pénurie très difficiles : les communications avec le continent sont peu fréquentes et irrégulières, et Puerto Ayora ne compte pas un magasin ; il faut donc acheter la nourriture aux colons et attendre le bateau de Guayaquil, chaque trimestre. L’ornithologue suisse Levêque, premier directeur (1960-1961) d’une station qui n’a alors qu’un seul membre, fait venir des travailleurs du continent pour construire la base : dès ses débuts, la FCD contribue ainsi à l’immigration de main-d’œuvre peu qualifiée. Levêque parvient à terminer un laboratoire et un atelier, à constituer un herbier et à éliminer, avec l’aide de quelques colons, les chèvres sur l’îlot de Plazas Sud, avant de démissionner début 1962. Il est remplacé par le Français Brosset, qui doit concentrer la plupart de ses efforts d’étude et de conservation sur Santa Cruz, à cause du manque de moyens de transport de la station11.

  • 12 En janvier 1994, le 30e anniversaire de la SCRD illustrait cruellement la perte de prestige de l’i (...)

67Lorsque le Britannique Snow prend la direction de la station, en 1963, les premiers scientifiques en mission ont commencé de l’utiliser comme base logistique pour leurs recherches. Mais ce n’est que le 20 janvier 1964 que la SRCD est officiellement inaugurée. Ce jour-là, l’assistance réunie sous les opuntia — il n’y a pas de local assez grand pour accueillir tout le monde — est impressionnante, malgré des difficultés de transport considérables : il n’y a pas de route à travers Santa Cruz et les passagers doivent être acheminés par bateau de Baltra à Academy Bay, soit 6 heures de traversée. L’assemblée comprend deux membres du gouvernement militaire de l’époque, le président de la FCD, les ambassadeurs des pays la soutenant (États-Unis, Royaume-Uni [alors Corley Smith], Belgique, France, Allemagne), des représentants de l’Unesco et des principales universités équatoriennes. De plus, l’événement a été prévu de façon à coïncider avec l’arrivée à la station, en provenance de Californie, de 66 scientifiques emmenés par Bowman dans le cadre du « Galápagos International Scientific Project »... Le caractère scientifique, conservationniste et international de l’institution est ainsi affirmé avec force, et cautionné au plus haut niveau par les autorités équatoriennes12.

68Même solennité lorsque, le 15 février 1964, le gouvernement équatorien et la FCD signent un accord de coopération pour une durée de vingt-cinq ans renouvelables, qui rappelle les domaines d’action des deux parties ; son 20e article stipule ainsi :

69« Rien dans le présent accord n’affecte et ne pourra affecter la souveraineté de l’Équateur sur son Archipel de Colomb, ni la souveraineté et la juridiction proclamées par l’État sur les eaux adjacentes à son territoire, souveraineté et juridiction auxquelles la FCD se soumet expressément » (in Larrea, 1982 : 94).

70Les naturalistes ne peuvent qu’accepter :

71« [...] il convenait que l’Équateur nous garantisse l’indispensable liberté d’action pendant une période assez longue pour que nous puissions réaliser notre programme de recherches et amortir nos investissements, au moins sur le plan scientifique. En revanche, notre fondation devait s’engager en termes formels à respecter la législation équatorienne et à collaborer avec les autorités dans les domaines de la conservation et de la science » (Dorst, 1964 : 13).

72Cet accord, renouvelé pour 25 autres années en 1989, explique pourquoi la FCD ne peut rien faire qui aille à l’encontre des intérêts — au sens large — de l’État équatorien aux Galápagos. Le projet de disposer d’une base internationale pour se substituer à des autorités nationales défaillantes et veiller ainsi à la conservation des Galápagos a donc fait long feu quelques années à peine après la création du PNG... Dès lors, la FCD a, de fait, choisi de troquer son rôle d’organisation conservationniste pour celui, potentiellement moins subversif, de base pour naturalistes. Et ceux-ci ne sont pas prêts à abandonner ces facilités — qu’il faut « amortir » — pour combattre des pratiques dangereuses pour la conservation des Galápagos si leurs auteurs ont l’appui de l’État.

73La période pendant laquelle le Britannique Perry dirige la SRCD (1964-1970) est aujourd’hui considérée comme l’âge d’or de cette institution qui, après avoir connu trois responsables en quatre ans, profite de ces six années pour s’installer véritablement dans les îles. En 1964, la station prend possession du premier d’une longue série de bateaux, tous nommés Beagle : le Beaglell (le I était celui de Fitzroy et Darwin) permet aux scientifiques de mieux circuler dans les îles. De plus, la SRCD est alors la première institution à donner du travail à Santa Cruz ; elle continuera d’y créer des emplois jusqu’à la brutale réduction d’effectifs de 1993. Enfin et surtout, la station s’engage alors dans plusieurs politiques qui définissent son action jusqu’à aujourd’hui : recherche d’un intérêt mutuel avec les grandes entreprises de tourisme, « éducation » de la population locale, protection ex situ d’espèces parmi les plus symboliques des Galápagos et éradication des chèvres (cf. chapitre viii). Cependant, et malgré la lente mise en œuvre de ces objectifs, la station Darwin semble avant tout destinée à être une base logistique pour scientifiques occidentaux.

Les Galápagos et les sciences naturelles aujourd’hui

74Les Galápagos seraient-elles des « îles pour la Science » ? L’expression est de J. Dorst (1974), dont la représentation de ces îles frôle parfois le scientisme mystique : « Chaque biologiste, une fois dans sa vie, devrait aller en pèlerinage aux Galápagos, où est né l’un des plus grand succès de la Science » (Dorst, 1963 : 147). Lieu de pèlerinage, certes, mais aussi et surtout « laboratoire » ; J. Huxley (1964) écrit ainsi, à propos de la création de la station Darwin :

75« Le remarquable projet que nous sommes en train d’inaugurer est destiné non seulement à commémorer ce grand événement [la visite de Darwin aux Galápagos] mais à conserver le plus possible de cet unique laboratoire naturel constitué par l’archipel des Galápagos, et à faciliter les recherches ultérieures grâce à la fondation Darwin » (op. cit. : 3).

76Et Huxley de conclure :

77« Faisons des Galápagos un mémorial vivant de Darwin, pas seulement un musée de l’évolution en marche mais un important laboratoire pour l’avancement de l’écologie évolutionniste... » (op. cit. : 9).

78L’année où J. Huxley faisait ce projet pour les Galápagos, la FCD crée la « Commission scientifique consultative », dans laquelle les Américains, moins nombreux qu’en 1959 dans un Conseil exécutif où ils n’ont jamais eu de poste élevé, fournissent en revanche la majorité des membres. Ce nouvel organisme a pour mission « de conseiller la fondation sur les mesures à prendre pour préserver le patrimoine naturel des Galápagos, de préparer le programme de recherches scientifiques et de donner un avis sur les programmes de travaux soumis au Conseil de la fondation par les chercheurs désireux de séjourner à la station » (Dorst, 1965 : 21).

  • 13 Le président de la Commission consultative est I. Wiggins, de l’université de Stanford. Parmi les (...)

79La création de cette Commission reflète ainsi l’influence prise par les scientifiques américains au sein d’une fondation alors dirigée par des conservationnistes européens13. Comme les membres du Conseil ont, pour la plupart d’entre eux, de hautes fonctions dans d’autres organisations conservationnistes internationales et ne se réunissent qu’une ou deux fois l’an, la réalité du pouvoir de la FCD réside alors dans la Commission, qui décide des programmes de recherche à soumettre à la décision du Conseil, lequel, comme le souligne Dorst, « sera ainsi déchargé d’une partie de ses tâches, placées entre les mains de spécialistes incontestés, pour ne garder que les lourdes attributions et responsabilités d’un Board of Trustees » (op. cit.). Ainsi, qui contrôle la Commission maîtrise l’accès scientifique aux Galápagos, à l’importance considérable dans le champ mondial des sciences naturelles.

80C’est donc dès la moitié des années soixante, une fois la station mise en état de marche, que la FCD semble avoir pris la forme d’une organisation avant tout préoccupée de garantir la permanence des recherches des naturalistes occidentaux aux Galápagos par le biais d’une base. Selon le vice-président de la FCD pour l’Amérique du Nord, professeur d’herpétologie à l’université du Nouveau-Mexique :

81« Les raisons de l’importance des Galápagos dans la recherche naturaliste sont la présence de la station Darwin comme base scientifique, le fait que ce soit une tradition historique de faire des sciences naturelles dans cet archipel, ainsi que le nombre considérable de publications spécialisées sur ces îles : la partie logistique est fondamentale dans ce type de recherche. À cela s’ajoute le fait que les Galápagos sont un parc national, ce qui maintient des conditions naturelles » (H. Snell, comm. pers., juillet 1993).

82La station a bien un rôle « fondamental » dans la recherche sur les Galápagos : mais pour qui ?

Chercheurs

83Des entretiens avec deux scientifiques travaillant à la station Darwin et deux chercheurs en mission, comme l’analyse d’un projet de recherche dirigé par des responsables de la FCD, sont un moyen de voir comment se répartissent les tâches et les crédits dans la science qui s’élabore aux Galápagos.

84En 1993, la station traverse une crise profonde : elle ne compte que trois chefs de départements scientifiques sur les six prévus, et deux d’entre eux sont sur le point de démissionner. Si le pessimisme des chercheurs interrogés cette année-là est peut-être moins d’actualité aujourd’hui, ce qu’il reflète semble en revanche être structurel.

85S. Abbedrabo est une entomologiste équatorienne ; le financement annuel de ses travaux est assuré par la Frankfurter Zoologische Gesellschaft (FZG), qui verse 12 000 US$, et par le WWF, qui lui en donne 8 500 :

86« C’est très peu, j’aurais besoin de bien plus d’argent pour engager des assistants ; de plus, le FZG exige que les fonds soient employés uniquement pour l’étude des organismes introduits et non pour les ressources humaines (laborantins, aides de terrain, etc.). Or il n’y a pas de suivi du travail à la SRCD, lorsque je suis revenue de mon « post-doc » en Autriche, les collections entomologiques étaient perdues, faute d’entretien. Il n’y a pas de donataires particuliers pour les insectes, ce n’est pas un thème populaire ; et lorsque les institutions font des dons, c’est pour éradiquer, pas pour protéger. »

87Cette biologiste estime que la station n’est plus dans son rôle :

88« Avec la croissance démographique, les problèmes de la conservation ont augmenté et sont maintenant incontrôlables. Tout le monde demande à la station des actions qui ne sont pas de son ressort : l’éradication de plantes et d’animaux, la collecte des ordures, etc. Notre rôle devrait être de faire de la science pure, mais aujourd’hui, ce sont les scientifiques en mission qui en font. »

89H. Valdebenito est chilien et chef de l’aire botanique. L’impossibilité de faire de la recherche à la station tient selon lui aux raisons suivantes :

90« On passe son temps, ici, à remplir des formulaires pour obtenir n’importe quoi, de l’essence pour le véhicule tout-terrain, du papier, de la main-d’œuvre, etc. Je me suis constamment senti employé en dessous de mes capacités : par exemple, dans le programme de protection de la flore endémique de Santiago par des enclos, le travail de botaniste consiste à sélectionner les endroits concernés ; mais ensuite, la direction des travaux d’acheminement du matériel, de construction et de toutes les tâches annexes aurait pu être assumée par un ingénieur ou un administrateur, pas par un botaniste : la station n’a pas besoin de PhD pour ce genre d’emploi. Je pense que la station devrait faire du conseil auprès du SPNG en écologie et en conservation avec des spécialistes dans ces disciplines, mais pas avec des scientifiques naturalistes. »

91Or, d’après Valdebenito, les scientifiques de la station avaient autrefois la possibilité de faire davantage de recherche :

92« Je suis frustré du point de vue scientifique. Il existe une grande différence entre la station d’aujourd’hui et celle des années 1960-1970 : en 1972, lorsqu’il occupait mon poste, O. Hamman passait 95 % de son temps à faire de la science pure, travaux desquels il a pu tirer des articles qui l’ont beaucoup aidé dans sa carrière. Moi, j’ai passé 70 % de mon temps à résoudre des problèmes administratifs, et le reste dans des questions de science appliquée, et je n’ai rien publié. »

93Les scientifiques en mission sont donc aujourd’hui les seuls à faire réellement de la recherche aux Galápagos, selon Valdebenito :

94« La station est fameuse grâce aux scientifiques en mission, mais pas grâce aux siens. Il existe de bonnes relations entre les chercheurs en mission et ceux de la station, mais pas de collaboration scientifique : en quatre ans, je n’ai pas pu cosigner un seul article. Nous nous chargeons de la présentation générale des Galápagos et de la logistique, eux font de la recherche. »

95Ces propos permettent de tirer un enseignement débordant le cadre des Galápagos pour s’appliquer à d’autres aires protégées : le recrutement des scientifiques par les organismes conservationnistes parce qu’ils ont une formation en sciences naturelles s’avère souvent inadapté aux tâches qu’ils doivent accomplir, ce qui conduit ces chercheurs à se sentir floués et à se reconnaître une certaine incompétence pour le travail demandé. Car les problèmes de conservation ne relèvent pas tant des sciences naturelles que des sciences sociales.

96Cette idée fait lentement son chemin dans des organisations conservationnistes dominées par des naturalistes : c’est sans doute pourquoi certains d’entre eux se mettent aux sciences sociales. Le projet intitulé « The Galápagos Islands Biosphere Reserve : an Analysis of Biological Diversity and Human Impact » date de 1990 ; les président, vice-président et secrétaire général de la FCD en font partie. Son objectif est de « quantifier les caractéristiques de la biodiversité des Galápagos et d’examiner les impacts humains sur celle-ci » (Snell, 1990 : 1). Pour y parvenir, son volet biologique veut combiner une base de données informatique, un système d’information géographique et de l’imagerie satellite pour établir deux modèles prédictifs sur l’évolution de la biodiversité aux Galápagos. Quant au travail en sciences sociales, il doit aussi déboucher sur la constitution d’un modèle quantitatif visant à définir les usages humains des îles et à prévoir leur avenir. L’équipe se qualifie d’« internationale et interdisciplinaire » : elle ne compte pourtant qu’un Équatorien contre cinq Américains, et quatre naturalistes pour deux « écologues humains » ; ainsi l’herpétologue MacFarland dirige les recherches en sciences sociales.

97Ce projet se justifie parce qu’« il n’existe aucune étude systématique de la biodiversité aux Galápagos [et] que les effets qu’ont et qu’auront différents facteurs sur la biodiversité sont inconnus » (op. cit. : 6). Le fait qu’aucune étude systématique en écologie (sans parler des sciences sociales) n’ait été jusqu’alors entreprise ni même demandée par la FCD pourrait être un aveu d’échec de la part des responsables de cette institution. Mais c’est plutôt un moyen de convaincre les bailleurs de fonds d’investir dans un projet défini et mené à bien par ces mêmes personnes. Or les sommes jugées nécessaires à la réalisation de ce projet laissent rêveur : l’équipe a déjà réuni 327 000 US$ donnés pour l’essentiel par des fondations scientifiques ou/et naturalistes américaines (mais la FCD a apporté 39 000 US$ : il est utile de la diriger), et en demande 153 000 de plus à l’Usaid. Le budget prévu pour ce projet est donc de 480 000 US$, soit plus que ceux de la station de recherche (450 000) ou de l’administration du parc (250 000) la même année...

98Ce type de projet soulève plusieurs questions sur cette recherche en conservation de la nature, en vogue puisqu’elle obtient des crédits confortables. D’abord, l’application de méthodes dérivant des sciences naturelles à une population humaine dont on pense pouvoir quantifier les usages de la nature afin d’en construire un modèle prédictif caractérise l’idéologie naturaliste de ces scientifiques : la société des Galápagos est vue comme une sorte d’écosystème dont on prévoit de transposer les enseignements dans d’autres pays sous-développés (op. cit. : 2-3), sans tenir compte des différences entre ces sociétés. Ensuite, la mise en avant de la technique au détriment du terrain (cinq mois prévus en biologie et deux en sociologie) dans cette procédure scientifique, outre le fait qu’elle vise à justifier son coût exorbitant, sert deux objectifs. D’une part à légitimer la position des chercheurs dans leur propre champ scientifique : un programme coûteux et technique est bien considéré. D’autre part, c’est une façon insidieuse de définir la place du scientifique dans la société et le rôle de la science dans celle-ci : le chercheur est ici un expert/technicien qui établit un diagnostic et des scenarii d’évolution naturelle et sociale, et qui doit fournir des réponses techniques, quantifiées et utilisables par les décideurs.

99Ce scientisme gestionnaire reste dans le cadre tracé par ces décideurs sans pouvoir le questionner, ce qui est pourtant le propre de toute démarche scientifique : une science qui ne pose pas de questions ne peut trouver de réponses. La seule quantification de la réalité sert éventuellement à prendre des décisions, mais elle ne peut les infléchir en faisant réfléchir les décideurs : elle a perdu sa fonction critique, son objectif est de se justifier elle-même. Ces scientifiques se limitent à remettre entre les mains des décideurs les résultats produits par des « outils technologiques » (sic), en leur fournissant ainsi la caution indiscutable de la scientificité, ce qui permet de faire l’économie d’une réflexion politique (Kalaora, 1993). Or, dans la conservation d’une aire protégée, ce sont bien les décisions politiques qui priment, puisqu’il s’agit en définitive d’arbitrer entre différents usages de la nature et de faire des choix sur les coûts de sa conservation.

100Ce genre de question ne semble pas effleurer le troisième type de chercheur présent aux Galápagos, le scientifique en mission.

101G. Key, spécialiste des animaux introduits, est professeur d’écologie à la Manchester Metropolitan University :

102« En 1992, j’ai pris contact à Quito avec A. Carrasco et C. MacFarland, qui m’ont dit qu’ils cherchaient un écologue de ma spécialité mais qu’ils n’avaient pas d’argent et ne pouvaient donc pas m’engager. Mon projet actuel est de mener une étude sur les rats introduits à Santa Cruz ; je fais en peu de temps ce que j’aurais dû accomplir si j’avais pu travailler à la station. Mon budget est de 5 000 dollars, fournis par mon université, la Royal Geographical Society et diverses autres institutions. »

103Interrogée sur l’intérêt que présentent pour elle les Galápagos, Key se dit attirée par... « leur situation, car ici je peux observer la diffusion du rat brun qui est arrivé dans l’archipel il y a huit ans, et son impact sur les autres espèces. Je pourrais faire cette étude dans d’autres parties du monde mais ici c’est encore bien conservé, les Galápagos sont un exemple de conservation au niveau mondial, avec des îles encore vierges, et la renommée des Galápagos est immense dans le milieu naturaliste : par exemple, mes étudiants ne savaient pas exactement où elles se situaient, mais tous voulaient venir travailler ici ».

104Quant au rôle de la station de recherche Charles-Darwin aux Galápagos, Key pense qu’il est :

105« d’orienter et d’organiser les travaux scientifiques : c’est une base. Il est important que la SRCD soit internationale, parce que la science est internationale. L’écologie en relation avec la population est essentielle : l’homme fait partie de l’écologie. Le rôle scientifique de la SRCD est important, mais elle ne peut justifier ses financements en faisant de la science pure ».

Fig. 1 — Origine des scientifiques en mission à la station Darwin (1960-1994).

Fig. 1 — Origine des scientifiques en mission à la station Darwin (1960-1994).

Sources : Noticias de Galápagos (1960-1994), rapport Walsh (1993), pré-rapport Chellis (1994) ; N = 505.

106Or, ces grandes fondations ont mis au point un système dans lequel, en contrepartie de dons substantiels à la FCD, leurs membres sont exemptés de la taxe (18 US$ par jour et par personne en 1994) que cette institution prélève sur tout scientifique travaillant aux Galápagos (FCD, 1993 : 19). Étant donné le coût par ailleurs très élevé de la recherche dans l’archipel, ce système avantage donc les chercheurs des institutions donatrices, prioritaires pour bénéficier de la logistique de la station. D’autre part, l’hégémonie américano-allemande chez les chercheurs en mission est probablement due au fait que les directeurs de la station et les présidents de la FCD ont été exclusivement allemands ou américains de 1970-1973 à 1997. Il s’est donc constitué un réseau scientifique reliant des institutions naturalistes et des universités des pays du Nord aux Galápagos, où la station Darwin sert de base logistique pour mener des travaux en science fondamentale.

107La part minime consacrée par les scientifiques en mission à la recherche sur la conservation de l’archipel est en effet frappante (cf. fig. 3). Toutes les études effectuées en sciences sociales (dont la plupart portent sur le tourisme, le parc national ou les politiques de conservation) ne regroupent que 3 % du total contre, par exemple, 8 % consacrées aux seuls pinsons. Comme le fait remarquer l’un des rares chercheurs en sciences sociales à avoir travaillé à la station :

108« Plusieurs milliers d’études ont été publiées sur les Galápagos et l’auteur a cependant été incapable d’en trouver dix qui traitent des implications sociales et économiques du tourisme. Il serait naïf de croire que les îles pourraient être gérées seulement à partir d’informations biologiques et géologiques » (Epler, 1992 : 33).

Fig. 2 — Financement de la SRCD par les fondations naturalistes (1960-1993).

Fig. 2 — Financement de la SRCD par les fondations naturalistes (1960-1993).

Source : Informe general sobre ingresos de diversas fuentes de financiamiento a la Estación Cientifica Charles Darwin durante los años 1960 a 1993 (srcd, 1994).

109Parmi les 97 % de recherches naturalistes, celles pouvant se rapporter à des questions de conservation sont aussi extrêmement minoritaires : les études sur les organismes introduits ne représentent que 2 % de l’ensemble. Enfin, les recherches portant sur l’écologie et l’évolution, c’est-à-dire impliquant une vision globale de l’archipel, ne constituent que 4 % du total. Ainsi, 91 % des recherches menées aux Galápagos sont spécialisées dans les domaines traditionnels des sciences naturelles (au sens large, y compris les sciences de la terre, l’océanographie et la climatologie), et sont sans ou de peu de rapport avec la conservation de ces îles.

Fig 3 — Recherches des scientifiques en mission à la station de 1960 à 1993.

Fig 3 — Recherches des scientifiques en mission à la station de 1960 à 1993.

Source : cf. fig. 1 ; N = 505.

110La proportion des différents domaines d’études est en partie influencée par la spécialité des naturalistes à la tête des organes directeurs de la FCD. Cela semble évident lorsqu’on voit que 5 chercheurs totalisent 16 % du total des missions effectuées aux Galápagos depuis la première année où l’un d’entre eux y a commencé ses travaux, en 1976. Ainsi, sur les 476 missions recensées entre cette date et 1994, l’ornithologue P. Grant en a effectué au moins 23 (5 % de l’ensemble des missions recensées), l’herpétologue H. Snell 16 (3 %), le zoologiste F. Trillmich 14(3 %), l’ornithologue T. Anderson 11

Notes

1 Cette expédition passa un an aux Galápagos en 1905-1906 et donna son nom à la baie de Santa Cruz où a depuis été fondé Puerto Ayora : « Academy Bay ».

2 En 1906, l’Académie des sciences de Californie a établi un état des lieux des tortues : les espèces de Floreana et Santa Fé étaient « éteintes », celles de San Cristobal, Española et Fernandina « quasiment éteintes », et celles de Santiago, Pinta et certaines d’Isabela (non précisées) étaient « rares » ; seules les tortues de l’espèce de Santa Cruz et de celle de Pinzón étaient « peu rares » ou « abondantes » (Epler, 1987).

3 Beck, qui faisait partie de cette expédition, est le dernier homme à avoir vu une tortue vivante de l’espèce de Fernandina : sitôt approchée, il tue la bête pour ramener sa dépouille, qui trône désormais au musée de San Francisco.

4 C. Rothschild par exemple, après avoir financé deux expéditions de collecte de tortues aux Galápagos en 1897 et 1901, fonde en 1912 la « Société pour la promotion des réserves naturelles », qui établit la première liste des sites que leur intérêt scientifique désignait pour devenir des réserves spéciales (Nicholson, 1973).

5 Santa Cruz, peuplée de quelques pionniers européens, faisait alors tout entière partie du parc national...

6 Pour compenser le poids des Européens, les Équatoriens obtiennent le poste de vice-président de la FCD, et les Américains la direction d’un Secrétariat pour les Amériques, mais il s’agit alors de fonctions honorifiques.

7 Scott est allé aux Galápagos en 1959 avec une équipe de la BBC Television, dont le film aida à diffuser l’idée de conserver l’archipel : selon NICHOLSON (1973), c’est un naturaliste averti des moyens financiers et médiatiques nécessaires pour lancer une organisation conservationniste.

8 Le 1er article du 1er numéro du bulletin de la FCD, écrit par C. Bonifaz (1963), s’intitule « El Ecuador y las islas Galápagos ». Après avoir retracé l’histoire des Galápagos équatoriennes, Bonifaz conclut :
« Economiquement, nous avons le droit de penser que les recherches d’aujourd’hui pourront être dans de nombreux cas des sources de richesses dans le futur. [...] il est logique de supposer qu’en ce lieu reconnu de pêcheries que sont les Galápagos, on tirera du travail scientifique un profit industriel immédiat » (op. cit. : 3).

9 B. Moitessier (1982) témoigne de l’intérêt et de l’aide que la famille De Roy apporta aux scientifiques en mission. D’autres pionniers collaborent à l’occasion avec les naturalistes de la SRCD : c’est un Norvégien qui signale à Snow qu’il reste quelques tortues sur San Cristóbal. Un autre Norvégien publie dans le bulletin de la FCD un article sur « les changements biologiques de Santa Cruz de 1935 à 1965 », qualifié de « grande valeur » par l’éditeur. Mais certains pionniers européens jouent aussi des tours pendables à la station, comme les Angermeyer, qui déposent une tortue sur l’île de Santa Fé, d’où l’espèce locale a en principe disparu ; quelle n’est pas l’excitation des scientifiques avant qu’ils ne se rendent compte de la supercherie !

10 Tui De Roy par exemple, aujourd’hui photographe à succès et guide internationale à bord des prestigieuses croisières Lindblad, fit ses débuts en promenant des naturalistes étrangers sur Santa Cruz ; elle revendique d’ailleurs le titre de « premier guide des Galápagos »...

11 Un article de Brosset (1963) sur l’état de la faune montre la faiblesse des moyens d’investigation de la station à ses débuts et l’ignorance concomitante des naturalistes sur l’archipel. Il y écrit par exemple que « les tortues terrestres semblent totalement éteintes à Floreana, Española et San Cristóbal » : on découvrira les années suivantes des tortues sur ces deux dernières îles. Ou encore : « Actuellement, les destructeurs de tortues sévissent à Marchena » (op. cit. : 5-9) : or il n’y a jamais eu de tortues sur Marchena...

12 En janvier 1994, le 30e anniversaire de la SCRD illustrait cruellement la perte de prestige de l’institution : on n’y voyait aucun représentant de la FCD, d’ambassade, d’institution internationale ou du gouvernement équatorien, ni même de responsables politiques locaux ; seuls étaient présents, outre le personnel de la station qui avait été convoqué, un fonctionnaire subalterne du SPNG et une poignée de vieux habitants, dont aucun pionnier européen...

13 Le président de la Commission consultative est I. Wiggins, de l’université de Stanford. Parmi les 27 autres membres, on compte 15 Américains de plus, parmi lesquels deux anciens du Conseil exécutif de la FCD... ; les autres sont européens.

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Cette publication numérique est issue d’un traitement automatique par reconnaissance optique de caractères.
Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search