Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Conservation contre nature

 | 
Christophe Grenier

Préface

Roland Pourtier

Texte intégral

Roc de Leôn Dormido, au large de l'île de San Cristóbal.

Roc de Leôn Dormido, au large de l'île de San Cristóbal.

1Galápagos : la simple énonciation de ce collier d’îles surgies du Pacifique fait naître un flot d’images fantastiques et paradisiaques. Le mythe d’une terre d’avant les hommes le dispute au rêve, les tortues emblématiques à l’aventure scientifique de Darwin. La « Nature » est la raison d’être de l’engouement contemporain que suscitent ces cailloux volcaniques, qui servirent autrefois de mouillage aux flibustiers, plus tard aux baleiniers, mais ne connurent aucune implantation durable avant l’arrivée des premiers Équatoriens dans les années 1870 puis, au début du xxe siècle, d’une poignée d’Européens en mal de robinsonade. Aujourd’hui laboratoire exceptionnel pour les naturalistes, les Galápagos sont confrontées aux convoitises d’un tourisme international avide de spectaculaire. Comment la préservation d’un patrimoine naturel unique au monde peut-elle résister à la pression touristique ? Première question, sur laquelle s’en greffe une seconde, plus géopolitique : longtemps resté « espace ouvert », l’archipel de Colomb, annexé en 1832 par l’Équateur, est actuellement le théâtre d’un processus d’« équatorianisation » pas toujours en harmonie avec les objectifs de « naturalisation » poursuivis par les scientifiques du Nord. En quelques décennies les Galápagos sont devenues un nœud de contradictions.

2Elles n’ont pourtant pas toujours été convoitées : la nature les rendit longtemps plus répulsives qu’attractives. L’Équateur en fit même une terre de relégation : le souvenir du pénitencier d’Isabela, fermé seulement en 1959, n’est pas loin. En ces îles paradoxales, mariant les contraires, le jeu complexe des vents, des reliefs insulaires et des courants marins régit des climats capricieux : ici règne une aridité inhabituelle aux latitudes équatoriales, là les années de fort Nino noient les versants mouillés de pluies ininterrompues démoralisant les hommes. La variété des facettes écologiques a favorisé une spéciation diversifiée des espèces venues du continent américain. La compréhension de ces processus, à l’origine de l’« évolutionnisme horizontal » darwinien, a donné sa juste place à la dimension spatiale. Mais il manquait, en complément à l’étude des écosystèmes spatialisés, celle de l’espace géographique. C’est le mérite de Christophe Grenier d’avoir comblé cette lacune. En plaçant l’action humaine au cœur des dynamiques spatiales, depuis l’échelle locale jusqu’à celle du capitalisme mondial, il donne toute leur signification aux lieux et à leurs transformations. En les situant dans le temps et l’espace, comme dans leur épaisseur sociale, il franchit le miroir, dévoilant en contrepoint d’un voyage au pays des merveilles la face cachée d’une réalité plus triviale animée de passions et d’intérêts contradictoires.

3L’impossible rêve conservationniste s’est brisé sur la publicité faite par les naturalistes, dont le financement des recherches était suspendu à la valorisation marchande des images qu’ils divulguaient. Depuis le livre de Beebe, Galápagos : World’s End, paru en 1924, les reportages dans les magazines se sont multipliés, conférant aux Encantadas (les îles enchantées) un statut photogénique dans lequel tend à les enfermer la photomania contemporaine. Mise en scène, la nature est réduite au visuel. C’est sous cette forme qu’elle devient marchandise et s’offre, en se banalisant, à la consommation. La fondation Charles-Darwin n’échappe pas à la nécessité économique d’exposer le caractère exceptionnel des Galápagos et d’attirer l’attention non pas sur les dangers qui guettent la « nature » (quel sponsor se soucierait du recul des scalesia, et de l’invasion de goyaviers sauvages ?), mais sur ce qui touche la sensibilité contemporaine, à savoir des animaux réputés sympathiques, tels que les tortues.

4Rançon du succès : l’échec de la conservation, car l’image, inéluctablement, a produit du tourisme. Il s’agit d’un tourisme de réseaux qui concerne une clientèle du Nord, aisée, pressée et voyeuriste, avide de clichés, dans tous les sens du terme. Pour la satisfaire, les entreprises touristiques poussées par le profit n’hésitent pas à dévoyer la nature et exigent toujours plus de droits de visites. Mais que devient cette « nature » transformée en musée, avec péage et embouteillage sur les sites les plus renommés ? Comme partout le nombre tue l’objet du désir, et la solution du fac-similé, possible à Lascaux, est ici difficilement envisageable.

5Protection/consommation de la nature : l’aporie est établie. Mais à cette contradiction s’en ajoute une autre : depuis la création du parc national, la population des « colons » a décuplé. Les Galápagueños font pression pour exploiter nouveaux espaces et ressources protégées : la pêche clandestine des holoturies destinées au marché chinois est exemplaire des difficultés de gestion de la nature et des conflits d’intérêts entre un trop-plein d’acteurs. Last but not least, les susceptibilités nationales équatoriennes combinées aux carences administratives et aux rivalités politiques locales ont définitivement extrait les Galápagos de leur bulle de nature.

6En analysant les multiples facettes d’une réalité toute en complexité, Christophe Grenier s’est gardé de trancher le nœud gordien des contradictions qui lui sont inhérentes. L’étude d’un cas particulier et exemplaire lui sert en revanche de tremplin pour une réflexion de portée générale sur la place de l’homme dans la nature, véritable plaidoyer en faveur de la géodiversité. Question essentielle, en effet, pour l’avenir de l’humanité car le rétrécissement du monde rend la préservation de cette géodiversité chaque jour plus impérative.

Table des illustrations

Titre Roc de Leôn Dormido, au large de l'île de San Cristóbal.
URL http://books.openedition.org/irdeditions/docannexe/image/6911/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 1018k

© IRD Éditions, 2000

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540