Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Développement durable ?

 | 
Jean-Yves Martin

Résumés

Texte intégral

Environnement et développement –quelques réflexions autour du concept de « développement durable »

1Audrey AKNIN, Géraldine FROGER, Vincent GÉRONIMI, Philippe MÉRAL et Patrick SCHEMBRI

2Force est de constater que le consensus tant politique que médiatique dont le développement durable fait l’objet contraste avec les controverses que cette notion suscite. Le terme est polysémique et son usage est aussi intensif qu’extensif. Pour garder le débat ouvert, il semble que cette notion ne doit pas être présentée comme un nouveau principe universel du « bien », sinon on s’interdit toute discussion sur ses conditions d’exercice, sur ses apports et sur ses limites. Il semble important de « déconstruire » cette notion, ou encore de revenir sur les conditions historiques de son émergence pour voir comment un discours sur le développement durable a pu se constituer et comment il a pu acquérir une légitimité sur le plan politique. Ce retour sur la naissance et l’avènement de la notion de développement durable va permettre d’analyser le discours économique dominant pour examiner, ensuite, certains aspects de la mise en oeuvre de cette notion dans les pays en développement. Il semble d’ores et déjà important de souligner que la notion de développement durable ne saurait faire l’économie d’une réflexion sur les conflits de valeur, l’enchevêtrement d’échelles, qu’elles soient temporelles ou spatiales, ainsi que sur les acteurs et/ou groupes sociaux qui participent à sa mise en œuvre ou qui en sont exclus.

La dimension sociale du développement durable : réduction de la pauvreté ou durabilité sociale ?

3Jean-Luc DUBOIS et François-Régis MAHIEU

4La question de la dimension sociale du développement durable est relativement nouvelle. Son intérêt vient de la persistance de la pauvreté et de l’exclusion sociale en période de croissance ainsi que de l’accroissement généralisé des inégalités et de la vulnérabilité. Trois critères permettent d’assurer la durabilité sociale du développement : l’accessibilité aux biens et aux services, la constitution des capacités, et l’équité intra- et intergénérationnelle. Que l’un d’entre eux ne soit pas respecté, et il n’y a plus de durabilité sociale possible. Or, les politiques publiques ne respectent pas toujours ces critères et peuvent être à l’origine de graves dysfonctionnements qui bouleversent les acquis sociaux. L’élaboration d’un principe de précaution sociale permet d’éviter qu’il en résulte des situations irréversibles. Il guide la mise en place de mesures innovantes en termes de justice et de partage. Les politiques actuelles en matière de développement mettent l’accent sur la réduction de la pauvreté qui ne représente qu’un aspect de la durabilité. En effet, ne pas tenir compte de l’évolution des inégalités, surtout de capacités, accroît le risque de non-durabilité sociale. Il ne reste plus qu’à espérer que le recours à la gouvernance participative lors de l’élaboration des politiques publiques permettra de réduire un tel risque.

De Rio à Johannesburg, les avatars de la biodiversité

5Catherine AUBERTIN

6Établie lors du Sommet de Rio, la Convention sur la diversité biologique devait définir les termes d’un système de régulation internationale pour la protection de la biodiversité. Si elle a, de fait, entériné la généralisation des droits de propriété sur le vivant et laissé à des contrats de droit privé le soin de valoriser les savoirs locaux sur la biodiversité, elle a aussi permis d’aborder dans un nouveau cadre cognitif les thèmes généraux concernant les relations hommes-milieux et, partant, l’ensemble des relations humaines.

7L’objet de cette contribution est de retracer cette histoire en montrant comment le concept de biodiversité s’est transformé lors de chaque étape de la construction de ce problème d’environnement global, en même temps que se modifiaient les relations entre la science, le pouvoir et la société. Tout d’abord notion scientifique, synthèse des sciences de l’évolution et de la biologie, la biodiversité recouvre l’ensemble des relations que les hommes entretiennent avec leur environnement. Puis, la Convention sur la diversité biologique a attribué le statut de marchandise aux ressources génétiques et le statut de sociodiversité aux pratiques et savoirs naturalistes locaux. Aujourd’hui, à la veille du Sommet mondial du développement durable de Johannesburg, la question de l’érosion de la biodiversité a tendance à être dissoute dans le mot d’ordre consensuel d’éradication de la pauvreté et dans le mouvement antimondialisation. Les différents avatars de la biodiversité, qui révèlent autant de visions du monde, permettent ainsi de suivre l’évolution des enjeux de la Convention sur la diversité biologique, de la préparation du Sommet de Rio jusqu’à la veille du Sommet de Johannesburg.

Patrimoines et savoirs naturalistes locaux

8Marie-Christine CORMIER-SALEM et Bernard ROUSSEL

9En matière de gestion durable de l’environnement et de conservation de la biodiversité, l’intérêt pour les savoirs naturalistes locaux va grandissant. Ces savoirs ont longtemps été méprisés par la science officielle. Les pratiques correspondantes furent vilipendées par la technique triomphante et souvent considérées comme la plus importante des causes de dégradation. Les uns comme les autres sont maintenant réhabilités, voire survalorisés. De plus en plus de scientifiques (et notamment les naturalistes, les écologues et les agronomes) y voient une somme d’informations inédites, pertinentes et précises sur les milieux et la biodiversité. De leur côté, les développeurs et aménageurs veulent y trouver un remède aux évolutions actuelles de l’environnement, perçues comme négatives, et des solutions efficaces en termes de gestion prudente et d’exploitation durable des ressources. Les préoccupations majeures concernant les savoirs naturalistes sont leur inventaire, leur protection et leur valorisation : d’outils de gestion, ils sont devenus objets de conservation.

10L’engouement actuel pour les savoir-faire paysans ne doit pas faire oublier qu’ils ont fait l’objet de nombreux et anciens travaux aux optiques et objectifs très variés. Dans le cadre de cette contribution, les auteurs s’appuient sur ceux qui permettent de comprendre la genèse des liens entre savoirs locaux, développement durable, gestion de l’environnement et patrimoines naturels. Cette analyse tente également de saisir les enjeux et les stratégies qui tendent aujourd’hui à ériger ces savoirs naturalistes au rang de patrimoines et d’en présenter les conséquences.

Espace, environnement et développement. Du bon usage des populations réfugiées : l’accueil des exilés soudanais en Ouganda

11Luc CAMBRÉZY

12Depuis la Conférence de Rio, les organisations internationales – et, parmi elles, le Haut Commissariat aux réfugiés – ont inscrit la protection de l’environnement dans leurs cahiers des charges. Mais les études conduites en Afrique dans les pays et les régions d’accueil des réfugiés montrent que la déforestation imputée à ces derniers est essentiellement un problème politique, lié autant aux conditions d’asile qu’à la pauvreté, l’absence d’infrastructures et la faiblesse des États dans les pays du Sud.

13À défaut de pouvoir s’attaquer à la racine de ces problèmes et faute de moyens et d’action préventive, l’action humanitaire s’engage de plus en plus, après coup, dans de coûteux programmes de réhabilitation du couvert végétal aux résultats pourtant incertains et contestables. Dans le même temps, les pays d’accueil tendent à présenter la dégradation de l’environnement comme un argument légitimant la menace de conditionner leurs devoirs en matière de droit international et de protection des réfugiés à davantage d’aide humanitaire. La partialité des analyses sur l’impact réel des réfugiés sur l’environnement et l’importance des enjeux politiques et financiers conduisent ces pays à faire de l’environnement une sorte de « fonds de commerce » relevant davantage de la sphère de l’économie marchande que d’une réelle prise de conscience de responsabilités partagées. On tend ainsi à dissocier la problématique environnementale des enjeux politiques et territoriaux qui déterminent les véritables contrôle et accès aux ressources.

La ville durable côté Sud : entre utopies et pratiques

14Pascale METZGER, Dominique COURET et URBI

15La promotion d’un « modèle viable d’établissements humains » est un des objectifs affichés par le Sommet de Rio. Dix ans plus tard, alors que plus de 50 % de la population du monde vit dans des villes, qu’en est-il de ce « modèle » ? Voit-on se dessiner dans les discours et dans les pratiques un modèle de « ville durable » ? Quelles sont aujourd’hui les réalités sociales et économiques du développement durable en ville ?

16Du point de vue de la recherche scientifique, le panorama est plutôt décevant, dans la mesure où la problématique environnementale reste l’apanage des sciences de la terre pour lesquelles la ville n’est pas un objet d’études, bien que l’on trouve de nombreuses études qui approchent la question environnementale urbaine sous différents angles. Très concrètement cependant, le développement durable est à l’origine de réelles mobilisations et de nouvelles politiques de gestion dans la ville, à partir d’une formalisation des idées, des procédures et des outils qui se réalise à l’échelle internationale, sous l’influence marquée des pays du Nord. Par ailleurs, les nouvelles politiques et pratiques urbaines dans les villes du Sud sont, d’une certaine façon, sous la double contrainte du développement économique libéral et de la protection de l’environnement planétaire. Or, l’analyse des actions à promouvoir dans le cadre du développement durable montre une incompatibilité certaine avec l’économie libérale. On peut donc légitimement se poser la question : dans quelle mesure le concept du développement durable modifie-t-il la donne du développement ?

Du discours global aux pratiques locales, ou comment les conventions sur l’environnement affectent la gestion de la forêt tropicale

17Geneviève MICHON

18La question des relations entre discours global et pratiques locales sur l’environnement est essentielle. Dix ans après Rio, on doit se demander ce que les déclarations de bonnes intentions et les conventions issues de la Conférence ont réellement changé sur le terrain. L’objet de cette contribution est de voir comment les grandes idées de Rio sur la conservation et la gestion participative ont été perçues et réappropriées par le niveau local, celui où la gestion des ressources s’opère au jour le jour.

19Cette question est examinée à travers les avatars des normes et des instruments de gestion directement dérivés du concept de « communauté indigène ». L’auteur se place dans le contexte forestier, qui synthétise de nombreuses questions sur la gestion des ressources naturelles. Il analyse plusieurs exemples de réorganisation du discours et des pratiques locales autour de ces normes mises au goût du jour : la « tradition », en particulier la « sagesse environnementale » des populations forestières, la « participation », la « gouvernance », le « communautarisme ». Il confronte les discours et pratiques de deux types d’acteurs locaux : les villageois qui vivent sur la forêt (les praticiens) et les administrateurs forestiers (ceux qui décident localement du développement forestier). Le but du propos est de montrer que Rio a surtout servi à rhabiller une réalité où les jeux de pouvoir (pouvoir d’exclure ou d’inclure et de décider de l’accès aux ressources, des types d’usage, du partage de l’autorité sur ces ressources, du partage des bénéfices de l’utilisation de ces ressources) restent dominants, et où chaque groupe d’intérêt reformate son discours pour tenter de garder sa position, tout en tentant de séduire les nouveaux acteurs extérieurs tels que ONG nationales et internationales ou bailleurs de fonds.

L’impact de la croissance démographique sur le développement : évolution d’une idée

20Michel PICOUËT et Frédéric SANDRON

21Une majorité de travaux étudiant la relation entre la croissance démographique et l’environnement optent d’emblée pour une position malthusienne, plus ou moins nuancée, fondée sur deux hypothèses : la première est que la croissance démographique est néfaste pour l’environnement, la seconde qu’elle est exogène et non influencée en retour par le contexte environnemental des populations. Peu de démographes se sont intéressés à cette thématique, et pourtant, le problème du devenir des générations futures figure dans la définition la plus usitée du développement durable. Le constat fait ici sur la relation croissance démographique-environnement est tout aussi valable pour la relation croissance démographique-niveau de vie, qui intéresse de la même manière puisque le développement durable comprend aussi bien des aspects environnementaux que socio-économiques.

22L’objet de cette contribution est de montrer comment la population et plus précisément la croissance démographique sont considérées aujourd’hui dans le processus de développement durable. Une synthèse d’un courant de recherche en sciences sociales, apparu dans les années 80 et ayant pris de l’ampleur dans la décennie 1990, plus nuancé que les théories malthusiennes et boserupiennes, sera proposée. Seront ainsi abordés successivement la question de la transition démographique, les liens entre la croissance démographique, le développement économique et l’environnement, une étude de cas en Tunisie rurale et un commentaire sur les projections démographiques. L’objectif est de montrer que la croissance démographique n’est pas forcément la variable à stigmatiser dans la triade démographie-économie-environnement.

Cordon sanitaire pour le Nord et insécurité nutritionnelle pour le Sud : le dilemme alimentaire aujourd’hui

23Georges COURADE et Francis DELPEUCH

24Les questions alimentaires occupent le devant de la scène mondiale. Si l’on prend brutalement conscience des risques d’une « artificialisation » toujours plus poussée des filières agroalimentaires en Occident, on ne peut oublier qu’une partie de la planète ne mange toujours pas à sa faim et n’est pas prête de le faire. Cela se retrouve dans les pays pauvres mais aussi à des degrés divers dans les pays riches, dans les zones pluvieuses ou sèches ou dans les campagnes isolées, tout comme dans les métropoles et dans les pays en guerre ou en paix. La faim reste un fléau avec lequel l’humanité vit depuis des millénaires malgré l’accroissement considérable des rendements céréaliers et des disponibilités pour les personnes solvables dans un petit nombre de pays excédentaires. Au Nord, la confiance des consommateurs a été ébranlée et la sécurité sanitaire des aliments remise en cause. Au Sud règnent malnutrition et insécurité alimentaire malgré les recettes miracles de la révolution génétique. La complexité des problèmes alimentaires et nutritionnels – enracinés dans le politique et le social, dans les villes et les campagnes – ainsi que les incertitudes nées de la mondialisation obligent à repenser le développement de manière globale. Celui-ci doit prendre en compte simultanément la production agricole, la santé publique, le bien-être social, les effets environnementaux à long terme ainsi que l’indispensable diversité culturelle et culinaire.

Les émergences du microparasitisme dans le macroparasitisme global : un obstacle au développement durable?

25Pierre VIDAL et Jean-Paul GONZALEZ

26Les maladies infectieuses, que l’on croyait en voie d’extinction dans les années 60-70 grâce aux progrès considérables de la médecine, de la santé publique, des vaccins et de la biothérapie, se sont rappelées à nous brutalement il y a vingt à vingt-cinq ans, par l’émergence de germes bactériens ou viraux inconnus, causant des maladies nouvelles graves et mortelles. La fièvre dengue hémorragique, la maladie d’Ebola, le Sida sont les plus marquantes parmi ces affections virales nouvelles ou en expansion.

27La grande influence des maladies infectieuses sur l’histoire et le destin des communautés humaines a souvent été démontrée. Les auteurs rappellent ici les grandes maladies qui, pendant les deux derniers millénaires, ont troublé les développements économique et politique de l’humanité ; ils donnent des exemples de facteurs humains les ayant causées ou influencées. Puis ils passent en revue quelques-unes des maladies infectieuses apparues récemment, en mettant également l’accent sur leurs causes anthropiques. Ils tentent ensuite d’évaluer la menace que ce phénomène inquiétant peut constituer ou constitue déjà pour le développement durable, en soulignant combien tous les éléments de la vie et de sa biodiversité sont concernés et intriqués, en particulier par l’action et l’influence humaines, dans l’émergence de germes pathogènes pour l’homme, les animaux et les plantes, sur terre et dans les océans.

28La conclusion provisoire montre que nous avons de réels moyens de prévention et de défense. Mais la lutte se doit d’être amplifiée, unifiée et globalisée, les germes ignorant les frontières. La question des maladies infectieuses qui menacent nos sociétés est donc cruciale pour un développement durable. Il n’est que de rappeler que l’évolution semble démontrer que nombre de microparasites ont précédé l’humanité, ils dureront aussi longtemps qu’elle, et sans doute persisteraient s’il y avait un « après » ; il font partie de l’Histoire et en sont un déterminant.

Le défi de la mondialisation : marchandisation ou partage des savoirs ?

29Bernard SCHLEMMER, Jean-Yves MARTIN, Abdelkader SID AHMED, Roland WAAST

30Il n’est plus, dans la compétition économique internationale d’aujourd’hui, d’autre avantage comparatif que dans la connaissance. La question des savoirs est donc une question centrale du développement. Pour un certain nombre de pays, les années à venir seront déterminantes : soit ils se maintiendront dans le courant des échanges scientifiques, soit ils seront éliminés à terme, y compris des échanges économiques. Le maintien d’une capacité scientifique implique un système d’enseignement efficient, ce qui nécessite de trouver un équilibre entre enseignement de base et enseignement de pointe. Cet équilibre, sous la pression de la Banque mondiale en particulier, est actuellement rompu au bénéfice de la seule augmentation quantitative des effectifs de l’enseignement de base. Une réaction est visible, avec la floraison d’écoles qui se situent en marge du système scolaire public, mais ce mouvement spontané, même lorsqu’il parvient à former des individus, parvient difficilement à les retenir dans le cadre national. Entre savoirs non scolaires et accès au main stream scientifique, les pays du Sud ont encore des opportunités de ne pas se laisser distancer. Les savoir-faire patrimoniaux offrent une possibilité réelle de s’insérer dans le marché industriel. Dans le domaine de la science, on assiste à une transformation rapide des conditions de la recherche, à laquelle les pays du Sud s’adaptent plus ou moins. Mais le nœud du problème dépend avant tout des options qui seront prises au Nord : l’option prise sera soit commerciale et sécuritaire, soit de co-développement. Une course de vitesse est ainsi engagée.

Le développement durable, instrument d’intégration globale

31Bernard HOURS

32Cette contribution s’attache à mettre en perspective la notion de développement durable dans le contexte historique des rapports Nord-Sud et du développement envisagé comme une idéologie occidentale, avec des phases idéologiques identifiées.

33La première partie rappelle le couple évolutionniste développement/ sous-développement dans une vision linéaire à la Rostow. Il s’agit d’un modèle de progrès. Le développement est d’abord économique. Le reste est supposé en découler. Les deux Grands de la guerre froide (URSS-États-Unis) sont sur ce point dans le même évolutionnisme. La seconde partie aborde l’émergence d’une volonté d’appropriation locale du développement durant les décennies tiers-mondistes (1970-1990). Avec les théories de la domination, de l’échange inégal, apparaissent les notions de développement communautaire, de développement auto-centré (cf. la vogue du modèle tanzanien). Durant cette période, le développement social prend une place importante, à côté de l’économie, ou contre elle. La troisième partie aborde le développement durable pour en faire une analyse idéologique. Son émergence traduit un certain échec du développement. Il s’agit d’un instrument d’intégration globale, car il appelle à une régulation et une responsabilité dans la gestion des ressources et induit la montée en puissance des institutions multinationales. L’ingérence (verte aussi bien qu’humanitaire) signale un effet d’intégration, tout comme les biens publics globaux et le marché des droits, le développement durable penchant vers la nature. Le développement durable se présente aussi comme une formulation utopique mobilisatrice. Il ne s’agit pourtant essentiellement que d’un trompe-l’œil idéologique en forme d’instrument de gestion globale.

© IRD Éditions, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540